Journée d’étude – “Langue française : une loi pour quoi faire ?” – 2/2

La « loi Toubon » de 1994 vue par la presse écrite

par Frédéric Chateigner,
maître de conférences en science politique à l’IUT de Tours

Les défenseurs de la loi nº 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, dite loi Toubon, se sont plaints très tôt du traitement que, selon eux, les médias lui réservaient. Son vingtième anniversaire est l’occasion d’examiner ce qu’il en est en étudiant systématiquement son traitement par la presse écrite nationale. Cette étude s’inscrit dans le projet, formulé par Vincent Dubois (2001), d’une socio-histoire des politiques de la langue française : il s’agit d’analyser les débats qu’elles suscitent comme des marqueurs et des instruments des concurrences entre fractions des élites françaises – politiques, hauts fonctionnaires, journalistes, écrivains, linguistes… eux-mêmes diversement positionnés dans leurs espaces respectifs.

Le corpus analysé en détail est constitué principalement du dossier de presse « Langue française » de la Fondation nationale des sciences politiques1, qui couvre les quotidiens nationaux et les hebdomadaires ou mensuels généralistes. Une revue de presse interne au ministère (presse professionnelle notamment) ainsi que l’index analytique du Monde ont apporté de légers compléments. Les médias audiovisuels ont été entrevus via le site de l’INA (journaux de la télévision publique) et quelques transcriptions d’interviews disponibles au service d’information du ministère de la Culture et de la Communication. La priorité a cependant été donnée à la presse écrite nationale en raison de son rôle prescripteur et de l’objet même du débat, qui porte sur la langue légitime (Bourdieu 2001), où l’écrit tient évidemment un rôle central.2 La période étudiée court d’octobre 1991 à mai 1995 (cf infra).

Analyse diachronique : une série de défections

Une première analyse a consisté à identifier cinq périodes d’importance inégale dans le traitement journalistique de la loi.3

  1. D’octobre 1991 à mars 1993 : une mobilisation médiatique encore modeste et située à gauche. La controverse sur les rectifications de l’orthographe étant passée, les débats linguistiques dans la presse reprennent modestement et plutôt via la presse de gauche : Libération publie des tribunes de Dominique Noguez (mais autant de réponses hostiles). Peu auparavant, Le Monde Diplomatique s’était mobilisé aux côtés d’Alain Decaux suite à l’affaire des Annales de l’Institut Pasteur. Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, dans la rubrique Francophonie du Monde, traite la mobilisation favorablement et le quotidien publie la pétition d’Avenir de la langue française. Le Figaro en revanche, embarrassé sans doute par son statut de journal d’opposition, se montre étonnamment discret. Cette mobilisation contribue au projet de Catherine Tasca.
  2. De l’alternance (mars 1993) à la veille de l’examen parlementaire de la loi (février 1994) : défection de Libération, campagne du Figaro. Avec le changement de majorité, Libération ne publie plus, durant cette phase, que des tribunes hostiles au projet. L’hostilité est encore plus nette dans l’Evénement du jeudi. Seul à gauche, Le Monde Diplomatique semble pencher pour la loi, dans une perspective anti-impérialiste liée au contexte de l’Uruguay Round de l’AGTC/GATT. Le Figaro entre en campagne avec de nombreux articles et tribunes mais cette mobilisation conservatrice, gaulliste en particulier (échanges entre Maurice Druon et Philippe Séguin), mêle diverses inquiétudes : domination de l’anglais, pureté lexicale, qualité de la langue audiovisuelle et politique, enseignement4… La rubrique Francophonie du Monde maintient une ligne plutôt favorable.
  1. De février 1994 à juillet 1994 : débats parlementaires et défection du Monde. Alors que le ministre choisit Le Monde pour défendre son projet au moment de son examen par le Sénat (24/02), le quotidien du soir cesse, globalement, de soutenir la loi, qui échappe à la seule rubrique Francophonie. Les comptes rendus parlementaires, selon une sorte de loi du genre, privilégient les aspects les plus conflictuels des débats et les marques de scepticisme. Les tribunes du Monde, comme celles du supplément Le Monde des débats, sont majoritairement hostiles. De plus, l’arrivée de la loi devant l’Assemblée nationale suscite un article très critique, de surcroît annoncé en une, d’Edwy Plenel qui tient le projet pour l’illusion d’une « puissance défunte » (04/05). Cet épisode révèle la marginalité au sein du Monde de Jean-Pierre Péroncel-Hugoz et de sa rubrique Francophonie5. Le Figaro continue dans l’ensemble à réclamer que la loi soit soutenue malgré ses défauts, et ce en dépit de quelques voix plus critiques. Parmi les titres positionnés à gauche, les orientations demeurent : scepticisme dans Libération, ironie systématique dans l’Événement du jeudi qui publie un très long dossier parsemé d’illustrations satiriques (21/04), soutien du Monde diplomatique et, sur une ligne proche, de Politis.
  2. Du 29 juillet au début août 1994 : le rebondissement du Conseil constitutionnel. La censure partielle de la loi par le Conseil constitutionnel relance un dossier qui s’était essoufflé après son adoption définitive. Le Monde commente favorablement la décision : la posture du Conseil constitutionnel, qui rectifie la loi au nom des libertés fondamentales, correspond à sa propre prise de position, en surplomb. Dans Le Monde encore, un échange de tribunes entre Jacques Toubon qui plaide pour « la langue de tous » (04/08) et Jacques Rigaud qui lui oppose « la langue de chacun » (09/08) illustre bien l’opposition doctrinale sous-jacente. Dans Le Figaro, les partisans déçus de la loi critiquent, comme le ministre, la décision du Conseil constitutionnel, accusé d’avoir choisi une interprétation trop libérale ; mais Maurice Druon reproche aussi à Jacques Toubon d’avoir préféré les commissions de terminologie à l’Académie française (04/08). Le plus remarquable durant cette brève période reste l’importance accordée au refus temporaire de subventionner une manifestation publicitaire francophone, en raison peut-être du rôle imputé à l’Association des agences-conseil en communication, aidée du constitutionnaliste rocardien Guy Carcassonne, dans la décision du Conseil constitutionnel. La proximité entre publicitaires et médias, ainsi que la possibilité de « dévoiler » une revanche supposée du cabinet ministériel expliquent en partie la place prise par cet événement.
  3. D’août 1994 à mai 1995 : applications, plaidoyers, chroniques. Une fois commentée la décision du Conseil constitutionnel, la production sur la loi est à nouveau modeste. Elle consiste notamment, dans la presse économique ou professionnelle, en explications sur ses conséquences pratiques. Le Figaro publie aussi quelques plaidoyers, à la tonalité plutôt défensive suite à la décision du Conseil constitutionnel. Le fait le plus remarquable réside sans doute dans un regain temporaire des chroniques de langue. L’éphémère Libération-Le Magazine (novembre 1994-avril 1995) confie à la linguiste Henriette Walter une chronique dont les débuts s’intitulent ironiquement « les mots traversent les passoires », tandis que Le Figaro, un peu plus tard (1996) et à l’initiative de Maurice Druon, se dote d’une nouvelle rubrique de langue, « le bon français » (Bochnakowa, 2005).

Le poids de la chronique

Le traitement diachronique met l’accent sur ce qui sépare les éléments du corpus : différents titres, différents articles, orientation pour ou contre le projet… Un point de vue transversal souligne au contraire ce qu’ils ont en commun. Il faut se rappeler que la chronique de langue est une façon courante de traiter les questions de langue dans la presse (voir notamment, dans un champ de recherche actif : Cellard 1983, Caron 2004, Ayrez-Benet et Sedijo 2011). Ses propriétés tendent à être reprises dans les autres types d’articles, par défaut de journalistes non chroniqueurs se consacrant à la question (Le Monde faisant exception) ou d’interventions de chercheurs (les linguistes étant peu impliqués, ce qui leur est du reste reproché par les partisans de la loi). Trois caractéristiques transversales, corrélées entre elles, apparaissent ainsi dans le corpus.

  1. Du côté des auteurs : le poids des non-journalistes. Comme l’observait Jacques Cellard (1983), le poids parmi les auteurs de chroniques de personnes ayant un pied dans le journalisme sans adhérer pleinement à l’identité de journaliste est considérable. Il en est de même dans le corpus, où 30 % des auteurs sont suffisamment extérieurs au journal qui les publie pour devoir être qualifiés (« chercheur », « écrivain », « de l’Académie française », etc.). À l’exception de Jean-Pierre Péroncel-Hugoz et, dans une bien moindre mesure, des chroniqueurs parlementaires, les auteurs récurrents, tous des habitués de la défense de la langue française, ne sont pas journalistes, même s’ils sont souvent chroniqueurs : Maurice Druon, Philippe de Saint-Robert, Jacques Capelovici, Alain et Josette Rey, Jean Dutourd…
  2. Du côté des genres : une majorité d’articles normatifs. Dans le corpus dominent deux registres, très différents mais tous deux normatifs, comme le sont en général les chroniques de langue : la discussion de principe et la satire. La première penche plutôt en faveur de la loi, la seconde vers la critique. Cependant, partisans et opposants ont souvent en commun un manque de rigueur par rapport aux « faits » invoqués, accumulés à partir d’observations personnelles (le métro, les enseignes commerciales…) ou par circulation d’anecdotes édifiantes sans cesse reprises. L’enquête est très minoritaire, alors qu’elle serait possible, par exemple auprès des milieux accusés de trop pratiquer l’anglais ou les anglicismes. Le retrait relatif des (socio-)linguistes, peut-être échaudés par l’expérience des rectifications de l’orthographe, n’aide pas à échapper à l’alternative de l’ironie et de l’indignation de principe.6
  3. Du côté des thèmes : un prisme lexical. De même que les chroniques de langue accordent un poids très important au commentaire du lexique (emprunts, néologie), le corpus privilégie la partie de la loi renvoyant à l’usage de termes étrangers. Il traite nettement moins de l’imposition de l’usage de l’anglais en tant que langue : la lutte renouvelée contre le « franglais » l’emporte sur l’approche géopolitique ou écologique (Calvet 1999) des langues. La publication en mars 1994 du Dictionnaire des termes officiels de la langue française, abondamment commentée, contribue fortement à ce biais lexicaliste.

Conclusion : une cause en déclin

Si les avis divergent sur la fortune juridique de la loi lors de son adoption, de sa censure partielle et de son application, il est certain en revanche que l’appel à la mobilisation, voire à la « croisade » selon le mot de Georges Suffert (Le Figaro, 25/02/94), pour la défense de l’usage du français et/ou contre les emprunts abusifs a échoué médiatiquement. Un bref regard sur des polémiques ultérieures confirme en outre le déclin médiatique de cette cause.

Considérons d’abord, en laissant de côté la francophonie, les dossiers concernant la langue française qui prennent le relais après 1994 : les reportages sur la « langue des banlieues » (1995) et les débats sur la féminisation des noms de fonction (1998). On peut faire l’hypothèse d’un tournant dans les fondements des controverses publiques sur la langue française : alors qu’auparavant (orthographe, loi Toubon) les arguments invoqués, convergents ou divergents, relevaient essentiellement du patrimoine national et de la critique d’une culture de classe, d’autres clivages fondamentaux apparaissent – sociaux, générationnels, territoriaux, voire « ethniques », ou bien de genre. Plus tard, dans les années 2000, un discours médiatico-politique lancé à la fin des années 1980 (« affaire du foulard ») s’impose : il privilégie les questions religieuses (« laïcité », islam), plutôt que linguistiques, comme manières de recoder des enjeux sociaux et politiques.

En outre, les dossiers qui font revivre dans les médias la référence à la loi de 1994 – affaire de l’étiquetage des produits en 2002 (« chicken wings »), assouplissement des conditions de l’enseignement supérieur en anglais dans la loi Fioraso de 2013 – suscitent un intérêt médiatique contrasté, mais permettent surtout de constater une rupture de continuité parmi les intervenants : ceux qui étaient en première ligne en 1994 sont pour la plupart décédés sans avoir été remplacés, faute d’espace médiatique ou de candidats de poids (à l’exception d’Antoine Compagnon en 2013).

Ces deux observations sont du reste convergentes : si la défense de la langue française est en déclin médiatique, c’est sans doute à la fois parce que les nouvelles générations d’élites, davantage anglophones mais aussi, bon gré mal gré, internationalisées, ont moins d’intérêt à s’y consacrer et parce que les questions qui se posaient naguère à travers la langue nationale sont désormais codées dans d’autres termes.

Références

AYREZ-BENETT Wendy, SEDIJO Magali (2011), Remarques et observations sur la langue française : histoire et évolution d’un genre. Paris, Classiques Garnier.
BOCHNAKOWA Anne (2005). Le bon français de la fin du XXe siècle : chroniques du Figaro, 1996-2000. Cracovie, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagelliońskiego.
BOURDIEU Pierre (2001), Langage et pouvoir symbolique. Paris, Le Seuil.
CALVET Louis-Jean (1999). Pour une écologie des langues du monde. Paris, Plon.
CARON Philippe (dir.) (2004). « Les remarqueurs sur la langue française du XVIe siècle à nos jours ». La licorne, n°70.
CELLARD Jacques (1983). « Les chroniques de langage » in É. BÉDARD et J. MAURAIS (dir.), La norme linguistique, Québec, Direction générale des publications gouvernementales du ministère des Communications, 1983. [
en ligne]
DUBOIS Vincent (2001). Action publique et processus d’institutionnalisation. Sociologie des politiques culturelle et linguistique et du traitement bureaucratique de la misère. Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches en sociologie, université de Paris I. [
en ligne]
PAVEAU Marie-Anne (2008). La langue française, passions et polémiques. Paris, Vuibert.

1 Disponible à la bibliothèque de Sciences Po (dossier 350/4, tome 3).
2 Concernant les journaux télévisés, on relève que les tendances à la satire et aux seules considérations de lexique occupent une place plus importante encore que dans la presse écrite. L’influence de la marionnette de Jacques Toubon dans les Guignols de l’info doit également être soulignée.
3 Cette version courte de l’analyse ne commente évidemment qu’une partie du corpus. En outre, elle laisse de côté des dossiers proches et importants : la francophonie en tant que telle, les quotas de diffusion audiovisuelle et la modification constitutionnelle consacrant le français « langue de la République » en juin 1992.
4 Sur la logique du « purisme », voir Paveau 2008.
5 Sur ce point, nous avons complété l’analyse du corpus par un entretien avec Jean-Pierre Péroncel-Hugoz.
6 Notons que les jeux de mots anglophones à la manière de Jean-Loup Chifflet (Sky, Mr Allgood !) sont très fréquents et servent, au-delà de la divergence d’opinion, à attester une maîtrise commune de la langue internationale de fait. La position dominante est donc paternaliste : les non-anglophones de France, qu’il faut défendre contre le recours abusif à l’anglais ou aux anglicismes et/ou bien aider à accéder à la maîtrise de l’anglais, ce sont toujours les autres.

Pour citer cet article :
 CHATEIGNER, Frédéric (2014) La « loi Toubon » de 1994 vue par la presse écrite. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Journée d’étude “Langue française : une loi pour quoi faire ?”. Les 20 ans de la loi sur l’emploi de la langue française, Paris, 13 octobre 2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/861 [mis en ligne le 17 novembre 2014]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *