Atelier de l’histoire – 1/4

Le 14 octobre 2014, le Comité d’histoire animait l’Atelier de l’histoire dans le cadre de la journée de l’étudiant organisée par les Archives nationales. Devant un public nombreux d’étudiants et d’enseignants-chercheurs, il s’agissait de faire un bilan méthodologique du séminaire sur « La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine » dont les communications sont publiées peu à peu sur ce carnet de recherches. Il s’agissait également de présenter des pistes de recherches intéressant le Comité et ses chercheurs associés en s’appuyant sur les archives disponibles désormais sur le site de Pierrefitte-sur-Seine.
En décembre, nous publions les présentations faites au cours de cet atelier : le 8 décembre, « la démocratisation culturelle peut-elle fait l’objet d’une approche historique ? » par Jean-Claude Pompougnac, le 15 décembre, « la dimension territoriale de la démocratisation culturelle » par Pierre Moulinier, le 22 décembre, « les industries culturelles » par Laurent Martin et le 29 décembre, « la question de la diversité culturelle » par Malcolm Théoleyre.

La démocratisation culturelle peut-elle faire l’objet d’une approche historique  ?

par Jean-Claude Pompougnac, correspondant du Comité d’histoire

Le présent atelier a été organisé en partenariat avec les Archives nationales que je tiens à remercier très chaleureusement pour leur contribution et leur accueil.
Il me revient, au nom du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, d’introduire cette table ronde au cours de laquelle nous allons essayer d’être le plus contributifs possible pour le public que vous constituez, un public composé en grande majorité d’étudiants qui s’interrogent sur le bon usage qu’ils peuvent faire des fonds d’archives et de l’expérience construite par le Comité d’histoire depuis déjà de très nombreuses années. C’est aussi l’occasion de remercier vos enseignants qui ont suscité votre intérêt pour cette rencontre.
Il ne s’agit pas ici d’énumérer les nombreux travaux et chantiers conduits par ce Comité ou en partenariat avec lui. La documentation que nous mettons a votre disposition aujourd’hui, comme les informations actualisées sur nos pages internet peuvent répondre, je l’espère, à ce questionnement général.

Le Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication a pour missions principales :
– de rassembler et faire connaître les travaux existant sur l’histoire du ministère chargé de la culture et des institutions qui sont placées sous sa tutelle ;
– de susciter des recherches, des études, des travaux bibliographiques et des guides de sources, les publier et assurer leur promotion auprès du public ;
– d’organiser des séminaires, des colloques et toutes autres manifestations dans ce domaine.
En d’autres termes, ce Comité peut accompagner et soutenir des recherches qui ont été engagées par d’autres, susciter des travaux en fonction de son propre agenda ou bien en être à l’initiative.
Mais tous ces travaux s’inscrivent évidement dans une relation de va-et-vient entre des corpus disponibles ou à construire et les problématique de la recherche historienne, d’où l’importance de cette rencontre aujourd’hui, ici, aux Archives nationales.
Nous avons privilégié une présentation à partir d’un chantier parmi d’autres en mettant l’accent sur la méthode suivie ces trois dernières années pour coordonner un ensemble de recherches et construire un séminaire autour des questions relatives à ce qui est généralement désigné par les termes de démocratisation culturelle 

Ce faisant, notre but est d’insister sur le fait que le Comité d’histoire ne limite pas ses objets et ses problématiques à une histoire du ministère mais se soucie, au contraire, d’inscrire l’action de l’État dans une approche des politiques culturelles élargie et contextualisée. Il ne s’agit évidemment pas d’en rester à une histoire administrative, mais de ne pas se limiter non plus à une recherche sur les seules politiques culturelles. Si on veut comprendre l’évolution de ces politiques dans notre pays, il est extrêmement important de s’ouvrir à des territoires d’investigation qui ne sont pas strictement centrés sur elles, telles qu’elles se sont définies depuis qu’elles ont été formalisées à travers l’existence d’un ministère chargé des Affaires culturelles, créé en 1959 par André Malraux, comme chacun sait.

Il y a eu des politiques publiques de la culture avant ; il y a eu des politiques publiques en faveur d’autre chose que ce que l’on nomme aujourd’hui la culture, à commencer par les politiques d’éducation et d’instruction publique, par exemple, ou de l’éducation populaire, de l’action sociale ou en faveur des producteurs et distributeurs de biens culturels.

Je vous présente donc un projet qui est né en 2010 à la suite de nombreux échanges au sein du Comité d’histoire.
Il s’agissait de se saisir d’un sujet transversal portant sur les politiques de démocratisation culturelle. Il n’est évidemment pas si simple de le construire comme un ensemble d’objets permettant un traitement scientifique, un traitement de sociologie, de science politique, d’histoire, d’économie, de science administrative, de droit… Au fond, la notion de démocratisation culturelle, telle qu’elle apparaît très souvent, est d’abord un sujet de débats de société, de polémiques journalistiques ou de confrontations politiques tout à fait légitimes dans une démocratie, Mais ça n’est pas d’emblée un sujet qui est construit de manière à être approché de façon un tant soit peu rigoureuse.

Comment avons-nous procédé pour organiser une série de deux séminaires qui se sont intitulés « La démocratisation au fil de l’histoire contemporaine »  après que le sujet ait été énoncé sous une forme interrogative : « La démocratisation culturelle peut-elle faire l’objet d’une approche historique » ?

Nous avons pris soin de constituer un conseil scientifique composé de :
– 
Anne-Marie Bertrand, directrice de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, membre du Comité d’histoire
– 
Olivier Donnat, économiste, chercheur au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la Communication
– 
Vincent Dubois, professeur à l’Université de Strasbourg (Institut d’études politiques)
– 
Laurent Martin, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 3, membre du Comité d’histoire
– 
Philippe Poirrier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, vice-président du Comité d’histoire
– 
Guy Saez, directeur de recherche au CNRS, membre du Comité d’histoire
– 
Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest – Nanterre

C’est à l’issue d’un travail suivi avec ces chercheurs (et la consultation, en parallèle d’un comité de pilotage composé de certains membres du Comité d’histoire) que Pierre Moulinier (qui interviendra dans un instant) et moi-même avons construit un cadre problématique et un appel à contributions volontairement assez large et ouvert à différentes disciplines.
Je voudrais indiquer en quelques mots dire comment cet appel à projet a été reçu et ce qu’il a produit au cours de ces deux dernières années de séminaire en espérant qu’une rencontre comme celle de cet après-midi pourra être l’occasion de prolonger sur cette question-là ou sur d’autres, la recherche historique sur les politiques culturelles.

Si vous voulez en savoir plus sur ce questionnement et la mise en place de cette problématique, vous trouverez sur le site du Comité d’histoire, non seulement l’appel à contribution qui a permis de construire les séminaires de 2012-2013 et 2013-2014, en partenariat avec le Centre d’histoire de Sciences Po et de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, (les séances se sont tenues au Centre d’histoire de Sciences Politiques), mais aussi trois documents élaborés par Pierre Moulinier qui permettent de saisir la façon dont ce questionnement a été problématisé et documenté. :

– une chronologie de ces questions, qui est à la fois une chronologie des publications, des textes officiels, des colloques, mais aussi des modifications institutionnelles et des mises en place de dispositifs – je ne rentre pas dans le détail, mais c’est un cadre extrêmement sécurisant pour se repérer sur la façon dont les choses se sont déroulées un peu avant 1959 et jusqu’à nos jours
– un recueil d’écrits sur la démocratisation culturelle et tout ce qui est connexe à cette question, c’est-à-dire la démocratie culturelle, les problématiques d’élargissement des publics, d’aménagement culturel du territoire, d’éducation populaire…
– et enfin des éléments de bibliographie

L’appel à contribution comportait quatre volets.
Le premier consistait à interroger les chercheurs sur la manière de construire et de problématiser l’objet politique de démocratisation culturelle. Une deuxième série de questions portait sur les approches scientifiques, et en particulier les approches statistiques et sociologiques censées permettre d’objectiver les pratiques culturelles des Français et les usages polémiques et sociaux qui ont pu être faits de ces enquêtes et de ces travaux. Un troisième ordre de questionnement portait sur l’évolution des dispositifs politiques, administratifs et d’action culturelle. Il s’agissait de documenter et d’analyser ce qui s’est passé des années 60 et à nos jours s’agissant des acteurs des politiques de démocratisation culturelle, de tester et d’objectiver l’hypothèse du passage d’une administration de mission vers des dispositifs de plus en plus professionnalisés et normalisés. Enfin, un quatrième volet concernait la question du rapport entre les secteurs artistiques et culturels, (patrimoine, création dans les domaines musical, chorégraphique, du théâtre ou des arts plastiques….) et les politiques proprement transversales. Ce qui permet, en effet, de construire la catégorie politique de la culture ou politique culturelle, c’est un ensemble de dispositifs d’abord discursifs et rhétoriques permettant de mettre dans le même panier, si j’ose dire, des choses aussi différentes que la protection des monuments historiques, la création chorégraphique contemporaine, les salons du livre, l’éducation artistique à l’école et les installations d’art contemporain dans l’espace public.
Par rapport à cet appel à projet, nous avons reçu des réponses, en assez grand nombre soit trente-deux propositions de communications pour la première année qui nous ont permis de retenir vingt et un sujets.
Les disciplines d’appartenance représentées dans les réponses reçues étaient la sociologie (9) ; l’histoire (6) ; les sciences politiques (5) ainsi que l’économie, la philosophie, les sciences de l’éducation, les études théâtrales, les arts plastiques, la littérature, les sciences de l’information et de la communication auxquelles s’ajoute la contribution d’un conservateur du patrimoine
Les périodes que ces réponses se proposaient d’étudier se répartissent ainsi : avant 1959 (7) ; avant 1980 (8) ; depuis 1980 (8) ; après 2000 (4).On pouvait distinguer dans ces réponses : des contributions centrées sur l’analyse des concepts ou des discours (7); des contributions portant sur une étude de cas (4); des comparaisons ou monographies internationales (6 ). Tous les secteurs artistiques étaient concernés par ces propositions : théâtre (3) ; musique (3) ; lecture, bibliothèques (2) ; art contemporain (2) ; musées, spectacle vivant, danse, cirque (1).Au titre des autres objets proposés, on relève : la sociologie des professions (5) ; le retour sur les études des pratiques culturelles des français (3) ; les institutions pluridisciplinaires (2) ; l’action culturelle extérieure, le numérique et internet, le mécénat (1).On peut aussi caractériser ainsi certaines des propositions : mise en évidence des débats, controverses et conflictualités (8); mise en relation avec d’autres champs (science, éducation, presse…) : 5 ; démocratisation et élargissement du champ des politiques culturelles (cirque, musiques amplifiées, musiques traditionnelles, internet)  : 4 ; approche territorialisée (4); autres articulations méthodologiques : discours politique et contenu littéraire (1) ; sociologie du travail et sociologie des œuvres (1).

Au bout du compte, un certain éclectisme semblait se dégager des réponses apportées puisqu’elles résultaient de propositions faites à l’issue d’un appel délibérément ouvert. Pour donner une idée de cette diversité, nous avons retenu aussi bien une communication sur Jules Ferry qu’une autre sur les caractéristiques spécifiques de la politique du livre et de la lecture en Bretagne, pour prendre des exemples extrêmes.

Cette diversité avait un revers : le risque de passer à côté d’un certain nombre de problématiques tout à fait fondamentales.

Ce qui nous a conduit pour la deuxième année, outre le fait de programmer les propositions déjà retenues dans le domaine de l’international, d’infléchir notre méthode et de passer de l’appel à communications, à des séances de travail avec des groupes de réflexion constitués de chercheurs venus d’horizon différents. Ces consultations ont permis de mieux circonscrire des objets de recherche portant sur deux points qui pu être énoncés pour ne pas dire dénoncés et répétés au fil du temps à l’endroit de l’objectif de démocratisation culturelle. Le premier diagnostic souvent formulé avertit que c’est une tentative désespérée de vouloir démocratiser l’accès à la culture sans se préoccuper des questions relatives à l’école, à la transmission culturelle, et donc aussi à la transmission au-delà de l’école, ce que visait l’expression « éducation populaire ». Le second formulé dès les années 70 constate qu’il est de plus en plus illusoire de vouloir traiter de la question de l’accès du plus grand nombre à la culture, en faisant mine d’ignorer l’univers de plus en plus puissant et mondialisé que constitue ce qu’on appelle les industries culturelles (mais Laurent Martin sera plus précis et plus complet dans un instant).

On trouvera le programme détaillé de ces deux années de séminaire sur le site du Comité d’histoire et les textes des communications présentées sont désormais accessibles sur ce carnet de recherches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *