Atelier de l’histoire – 2/4

Dans son exposé devant un public d’étudiants le 14 octobre dernier, Pierre Moulinier reprend des éléments de la communication qu’il avait donnée dans le cadre du séminaire sur la démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine en montrant quels types et lieux d’archives pourraient être aisément consultés et exploités dans le cadre de nouveaux travaux universitaires.

La dimension territoriale de la démocratisation culturelle et ses archives

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

D’abord quelques distinctions de base en ce qui concerne les politiques culturelles :

  • Les trois secteurs essentiels : la création, la protection du patrimoine, la diffusion et la médiation ;
  • La dimension sectorielle par discipline artistique ou patrimoniale (verticale), la dimension territoriale ou transversale (horizontale) ;
  • La culture d’en haut, la culture d’en bas (hiérarchie culturelle) ;
  • La définition anthropologique, la définition normative ;
  • La démocratisation culturelle, la démocratie culturelle ;
  • Les professionnels, les bénévoles ;
  • Les crédits d’équipement, les crédits de fonctionnement.

Sur ces notions, les « archives » sont une abondante bibliographie d’essais, d’études et de recherches, mais aussi parfois des prises de position politiques ou ministérielles (Malraux, Duhamel, Rigaud).

Trois « dimensions » seront prises en compte :

  • La dimension géographique ;
  • La dimension de la gestion administrative et financière ;
  • La dimension anthropologique.

La dimension géographique

Le territoire français est divers du point de vue géographique et humain. En outre, il est soumis à des phénomènes mondiaux qui s’appellent métropolisation ou exode rural, fractures régionales ou rurbanisation. Au plan culturel, on constate que l’art et la culture deviennent des enjeux dans la compétition entre territoires, que les régions se dotent de stratégies dans la mondialisation et que des villes se veulent « villes créatives ». Il est possible d’établir un « Atlas culturel » de la France montrant les régions puissantes et les régions déprimées au plan créatif. Si la création est presque par nature hors sol, le patrimoine matériel (monuments, archéologie) est par définition ancré au sol et non délocalisable.
La dimension géographique, c’est l’environnement du fait culturel. On ne peut effectivement pas éviter, quand on va parler des activités culturelles ou des affaires culturelles, l’aspect géographique et humain. Je vais me contenter de faire une citation d’un géographe très important, dont on parle beaucoup en ce moment, Christophe Guilluy, qui parle dans un article du Monde d’une coupure entre deux France : c’est très important de dire qu’il y a deux France, parce qu’il y a deux aspects, deux réalités en matière culturelle. Je le cite : « des marges périurbaines des grandes villes jusqu’aux espaces ruraux, en passant par les petites villes et les villes moyennes, c’est désormais 60% de la population qui vit à la périphérie des villes mondialisées et des marchés de l’emploi les plus dynamiques ». Je crois que tous les mots sont importants. Selon lui, les grandes métropoles sont marquées par deux phénomènes : gentrification et immigration. « Toutes les grandes villes – je cite toujours – les catégories supérieures et intellectuelles ont investi l’ensemble du parc privé, y compris populaire, tandis que les immigrés se sont concentrés dans le parc social ou privé dégradé. Économiquement performant, le modèle de développement métropolitain porte les germes d’une société inégalitaire, puisqu’il n’intègre plus que les extrêmes de l’éventail social ». Je crois que cela illustre bien tout l’aspect de géographie sociale de l’activité culturelle.

Sur le patrimoine, consulter les archives des services de l’archéologie (ministère de la Culture, ministère des Affaires étrangères), des DRAC et des sections d’enseignement universitaire.

La dimension de la gestion administrative et financière

Les politiques publiques consistent dans la mise en œuvre par les autorités publiques (Etat, collectivités territoriales) de moyens (finances, locaux, personnels) attribués à des opérateurs (établissements publics, services des collectivités locales, associations et établissements culturels, voire artistes et écrivains) en vue d’accomplir des missions définies (en France, généralement par l’Etat) en fonction d’objectifs culturels, sociaux, économiques, éducatifs, etc.
Les crédits se divisent en crédits d’équipement et en crédits de fonctionnement ; ils proviennent des recettes fiscales de l’Etat ou des collectivités territoriales, mais une catégorie particulière de ressources provient des comptes spéciaux (cinéma, audiovisuel, livre).
L’une des fonctions de l’Etat est de redistribuer des crédits aux collectivités territoriales.
Une autre fonction est d’organiser la coopération entre ses services et les collectivités, (notamment à travers des conventions et des contrats) et de définir, à travers des « réformes territoriales » telles que les lois de décentralisation de 1982-1983 et de 2002 ou la réforme en cours, le partage des tâches entre l’Etat et les collectivités.
Il faut distinguer la déconcentration de la gestion administrative et des crédits de la décentralisation de cette gestion et de ces crédits : la déconcentration est la délégation de la gestion et de crédits de l’Etat central à des agences dites directions régionales ou départementales, les DRAC pour la culture ; la décentralisation la dévolution aux collectivités territoriales de compétences et des crédits qui vont avec.
Actuellement, le financement de la culture existe à six niveaux, d’où la déploration fréquemment évoquée d’un « mille-feuilles territorial ».
– Europe
– État, national
– Région
– Département
– Intercommunal, pays rural, métropole, communauté de communes, districts, etc.
– Commune
Sans compter le mécénat privé…

Les communes peuvent être différenciées entre villes et zones rurales et les villes de plus de 20 000 habitants entre villes-centre, villes périphériques (banlieues) et villes isolées. Au sein des communes, on distingue généralement centre et périphérie, centre-ville et « quartiers ».
Un débat fréquemment soulevé porte sur les compétences des niveaux territoriaux : en matière culturelle, les collectivités bénéficient de la compétence générale : aucune compétence culturelle ne leur est interdite. L’une des conséquences est l’existence de « financements croisés » ou de partage de compétences, la possibilité qu’un dossier culturel soit financé par plusieurs collectivités publiques ou privées. La réforme en cours pourrait entraîner la spécialisation des compétences par niveau territorial.

Les archives concernées sont celles des différents niveaux de collectivité territoriale et les archives des ministères, car les affaires culturelles ne sont pas la prérogative unique du ministère de la Culture, mais celle de la plupart des autres ministères et des administrations de mission telles la DATAR ou le commissariat au Plan.

La dimension anthropologique

Présente essentiellement au niveau local à travers ce qu’on appelle les équipements de proximité (maisons de jeunes, centres socioculturels), le rayonnement des équipements dits « structurants » (bibliothèques, musées, salles de concert) mais aussi le patrimoine immatériel, les festivals et les fêtes, les cultures régionales et communautaires, les groupes folkloriques, l’éducation populaire, les écoles de musique, etc.,
La question fréquemment posée est celle du repli identitaire, de l’excès patrimonial : si le sentiment d’appartenance à un terroir, une culture, une communauté est légitime, il faut craindre l’enfermement dans une définition d’appartenance unique et même exclusive et excluante.

Ici, il faut parler des archives des associations et des groupes, parfois rassemblés dans des services d’archives départementaux ou à l’initiative d’associations, telles le PAJEP ou le CNAES. Le PAJEP étant le Pôle des Archives de Jeunesse et d’Éducation Populaire et le CNAES est l’organisme qui s’occupe des archives, plutôt de l’enfance en difficulté ou de l’action sociale auprès de l’enfance.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *