Atelier de l’histoire – 4/4

Politiques culturelles et multiculturalisme

par Malcolm Théoleyre, doctorant à Science Po

Bonjour. Je voudrais remercier le Comité d’histoire et les Archives nationales de m’avoir invité à m’exprimer aujourd’hui sur la question de la diversité culturelle. Comme le disait Jean-Claude Pompougnac en introduction, nous sommes en pleine organisation d’un cycle de conférences sur les politiques du multiculturalisme pour l’année prochaine. Ce projet a été motivé par les agitations contemporaines autour de la question du multiculturalisme, et plus particulièrement de ce terme « multiculturalisme ». Agitations qui émergent à tort, parce qu’en fait, ce mot, s’il semble recouvrir une réalité neuve, renvoie à des questions déjà assez anciennes, à la fois dans son sens de constat, c’est-à-dire l’existence d’une société dans laquelle différentes cultures coexistent, ainsi que dans l’intention des autorités publiques d’intervenir pour gérer cette situation multiculturelle. J’aimerais montrer que les pistes de recherche qui peuvent être exploitées sur cette question nous permettent de remonter au moins jusqu’au tournant du 20ème siècle, bien avant que le vocable « multiculturalisme » n’émerge, mais de manière tout aussi significative, en particulier et j’y reviendrai, parce que cette problématique s’exprime en période coloniale à une époque où la France cherche à rendre son empire plus cohérent, à plus forte raison pendant les périodes de troubles « nationalistes ». Je parlerai de cela dans ma petite présentation.

Je voudrais commencer par restituer deux remarques d’Olivier Donnat, qui était en charge du Département des Études et de la Prospective, sur la question des pratiques culturelles des Français. D’une part, Olivier Donnat relève la critique contradictoire à l’encontre du TEPS, accusé d’être à la fois d’une trop grande normativité – du fait de l’emploi des questionnaires –, soit d’un relativisme inacceptable – c’était la critique en particulier de Marc Fumaroli à l’époque. D’autre part, Olivier Donnat insiste sur la question problématique de savoir dans quelle mesure une grande partie des critères qui sont retenus par le ministère de la Culture pour évaluer les pratiques culturelles, échappent en fait au champ du ministère de la Culture lui-même et appartiennent à « ces 44 autres ministres, qui sont aussi des ministres de la Culture », pour reprendre l’expression de Jack Lang.

Pourquoi est-ce que la question de la diversité culturelle peut nous aider à réfléchir sur ces deux questions qui sont relatives aux politiques culturelles, et pas seulement à la notion de multiculturalisme ?

Je commencerai par la question du champ vaste de ce qu’est l’objet culture et ce qui peut être l’objet de politiques culturelles. La diversité culturelle, en tant que concept, est intéressante de ce point de vue, parce qu’on ne réalise peut-être pas toujours à quel point des formes d’expression culturelle qui appartiennent à cette diversité et qui sont donc hors champ, rentrent en fait totalement dans le cadre de ce qu’on pourrait appeler politique culturelle, même si elle n’est pas formulée comme telle. Je prendrai, pour étayer cette réflexion l’ouvrage récent d’Angeline Escafré-Dublet1, qui explique que les politiques en direction des cultures des migrants ont d’abord commencé à se développer dans le secteur des affaires sociales et non pas au ministère de la Culture. On peut à ce titre se rapporter aux propos de Pierre Moulinier, selon qui la politique culturelle a été depuis longtemps comprise comme étant une politique sociale aussi. Elle a une fonction tout à fait politique au sens strict, et sociale au sens strict, si je puis me permettre.

Pour ma part, je m’intéresse plus précisément à l’Empire et à la question plus spécifique du Maghreb. Dans mes recherches, la définition du champ que recouvrent les politiques culturelles et qui dépasse le ministère de la Culture, se pose avec force. En effet, pour une grande partie de la période coloniale le ministère des Affaires culturelles n’existait pas encore – il n’apparaît, comme on l’a rappelé qu’en 1959 – tandis que des réflexions sur comment mener ou gérer la diversité culturelle dans l’Empire apparaissent dès la fin du 19ème siècle, en particulier sous l’impulsion des folkloristes de la Société des Traditions Populaires.

La question de savoir, non seulement comment gérer la diversité culturelle à l’échelle de l’Empire, mais aussi la diversité culturelle au sein de la métropole, puisque la fin du 19ème siècle marque, comme vous le savez, une période de discussion autour de la centralisation culturelle – est-ce que l’école doit détruire les langues locales ? Est-ce qu’il faut accepter de reconnaître au sein de la nation des identités régionales ? – n’est pas close par Jules Ferry. C’est inexact de dire que l’école de la République a définitivement détruit les particularismes. En réalité, des associations – des sociétés régionalistes – sont très actives jusqu’à la première guerre mondiale. Une discussion existe sur la question de savoir si la France doit être diverse ou non, car là est bien la question. Aussi, se demandeur si l’on devrait avoir le droit de parler une autre langue que le français renvoie à un débat qui a déjà eu lieu il y a un siècle (1.08.20), alors que la question en effarouche encore certains aujourd’hui.

Ces enjeux relatifs au rapport entre multiculturalisme et politique culturelle son donc ancien, mais pour s’en rendre compte, il faut dépasser un peu le champ thématique traditionnel et excéder la chronologie du ministère de la Culture lui-même. L’idée qu’il y a « 44 ministres de la culture » entre en résonance avec cette position épistémologique.

À propos du deuxième point que soulevait Olivier Donnat – le fait que les politiques culturelles en France, d’une manière générale, ont tendance à être accusée soit de légitimisme, soit de relativisme, selon la posture des personnes qui adresse la critique – la réflexion peut également se nourrir des problématiques relatives à la diversité culturelle. Sur la question de : est-ce que les politiques culturelles françaises aujourd’hui sont relativistes ? Il faut rappeler quand même que dans l’entre-deux guerres, au Maghreb en particulier, une grande œuvre est menée par l’administration coloniale pour rendre légitimes des cultures indigènes qui, pour beaucoup de détracteurs, étaient qualifiées de « sauvages ». Et la légitimation de ces cultures, dirons-nous locales, « indigènes », au sein de l’Empire, est justifiée par le fait qu’en réalité – et on revient sur le rôle social des politiques culturelles – il s’agit pour l’administration coloniale d’acheter la paix sociale, dans un univers où les inégalités civiques suscitent un mécontentement considérable. C’est le cas en particulier de l’Algérie. L’administration française va œuvrer pour l’invention de traditions indigènes légitimes dans l’Empire ; on est dans l’entre-deux-guerres ! Cela nous invite à remettre en perspective la « nouveauté » de certains aspects de l’action du ministère de Jack Lang.

Sur ces deux questions : 1 – savoir évaluer le degré de relativisme ou de légitimisme des politiques culturelles aujourd’hui, ainsi que 2 – d’évaluer ce qui constitue le champ des politiques culturelles, ma réflexion a été nourrie par cette liste de fonds (1.11.15) que les Archives nationale encouragent à explorer. En matière d’extension de la chronologie, on pourrait mentionner les archives relatives à l’ORTF et à l’OCORA. L’OCORA qui est une entreprise publique de production de musiques du monde avec des visées à la fois ethnographiques et esthétiques, fondée par Pierre Schaeffer et Charles Duvel, je crois. Ces fonds peuvent être intéressants, parce qu’ils montrent comment, dès avant l’émergence du ministère de la Culture, il y a déjà des tentatives de mise en visibilité de ces cultures minoritaires. Là, on se situe donc à la fin des années 1950, puisque les OCORA sont créés en 1957, ce n’est que deux ans avant le ministère de la Culture, mais c’est plusieurs années avant le  tournant multiculturel des politiques culturelles françaises.

Toujours en matière d’extension de la chronologie habituelle, je voudrais attirer votre attention sur des archives relatives au musée des Arts et Traditions Populaires. Il s’agit d’une institution de l’entre-deux-guerres, à la fois muséographique et ethnographique, qui était une sorte d’exposition des traditions françaises rurales. Et là aussi on a un questionnement sur la diversité culturelle de la France, bien avant les agitations contemporaines.

En ce qui concerne l’extension du champ thématique et plus particulièrement, la nature des acteurs, j’attire votre attention sur les fonds relatifs aux associations : celle des travailleurs maghrébins, de l’interaction France-Portugal et autres associations de migrants, qui remet en question la dimension top-down des politiques culturelles en France et la question justement du rôle de la société civile dans la stimulation de ces politiques culturelles.

Toujours pour rester sur les fonds et pour essayer de décaler un peu la focale, il y a un fonds relatif au reportage photographique du ministère de l’Agriculture. Alors vous vous demanderez pourquoi est-ce qu’ils parlent de ça dans la diversité culturelle. Cela m’a fait à la Farm Security Administration, établie par Roosevelt et dotée d’un service photographique, avec pour but de faire de la propagande pro-interventionnisme, et qui finalement est devenu une sorte d’agence de promotion du monde rural américain ; y compris dans sa diversité culturelle, avec une série de photographies et de clichés sur les migrants mexicains par exemple. On peut se demander si le fonds photographique du ministère de l’Agriculture comporte un fonds caractérisé par ce type de dérive d’un but essentiellement politique vers un but plus culturel.

À signaler aussi sur cette question des acteurs, les fonds de la FASILD, le Fonds d’Action et de Soutien pour l’Intégration et la Lutte contre les Discriminations, qui est en fait l’héritière du Fonds d’Action Sociale pour les Travailleurs Musulmans d’Algérie, qui était le service qui s’est le premier occupé de traiter la question des cultures des migrants en France. Et comme l’explique Angélique Escafré-Dublet, le fonds d’action sociale est intéressant en ce qu’il révèle une politique culturelle visant à acculturer les populations migrantes. Suivant l’idéal d’intégration au modèle français, on trouve en particulier une action d’alphabétisation et d’apprentissage des mœurs françaises.

Je ne reviendrai pas sur les échelles, parce que ça a été abordé largement, et je conclurai simplement en disant que ce qui m’a semblé intéressant dans cette liste de fonds diffusée par les Archives Nationales, c’est qu’en réalité on nous invite à déplacer la focale. Ces fonds sont de nature administrative, mais ils portent les traces du culturel et nous amènent à remarquer que, depuis longtemps, et dans de nombreux domaines, la question de la politique culturelle vis-à-vis de la diversité culturelle, se pose en France. Et que donc la nouveauté de l’enjeu multiculturaliste doit être très largement questionnée. Je ne vais pas faire de d’affirmation absolue ici, mais au moins je serais content si d’autres chercheurs pouvaient avec moi faire un peu d’exploration de ces questions à des fins d’alimentation de la recherche. Je vous remercie.

1 Angéline Escafré-Dublet, Immigration et politiques culturelles, La Documentation française, Collection « Le point sur », 2014. Voir aussi Culture et immigration. De la question sociale à l’enjeu politique, 1958-2007. Rennes, Presses universitaires de Rennes (2014)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *