Ecrits sur la démocratisation culturelle – 1/10

La question de la démocratisation de la culture est, depuis la fondation du ministère des Affaires culturelles en 1959, la plus importante et la plus débattue parmi les missions de cette administration. Loin de toucher les seuls administrateurs de l’État et des collectivités territoriales, elle concerne les animateurs et les dirigeants des institutions culturelles, leurs publics et la population qu’elles desservent. Car l’emploi de cette notion soulève la question de savoir ce que l’on entend par « l’action culturelle » : à quoi sert-il de diffuser la culture au « plus grand nombre » ?  Quel résultat en attend-on ? En quoi peut consister « l’égalité devant la culture » ? Un vif débat oppose les tenants d’une conception aristocratique des biens culturels, qui ne sauraient être que raffinés et limités en nombre et à petit nombre, et les tenants d’une éducation culturelle du peuple qui font de l’accès à ces biens un parcours libératoire. Nous présentons ici chronologiquement des textes illustrant les termes de ce débat qui a divisé, et divise encore, tant les chercheurs que les militants associatifs et les administrateurs des collectivités publiques, surtout depuis la séparation – jugée encore « catastrophique » par certains – entre les ministères de la Culture et de Jeunesse et Sports.

Sommaire

1. éducation populaire / animation socioculturelle
2. animation socioculturelle / action culturelle
3. démocratisation culturelle / démocratie culturelle
4. action culturelle/action socioculturelle
5. diffusion sociale de la culture
6. diversité culturelle et médiation
7. démocratisation, le retour
8. de la démocratisation a la culture pour chacun
9. art / culture
10. conclusion

ÉDUCATION POPULAIRE / ANIMATION SOCIOCULTURELLE

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

Le secteur « socioculturel », dont font partie les organisations de jeunesse, sportives et d’éducation populaire, contribue aux yeux de la plupart des acteurs du champ culturel à la démocratisation de la culture, en dépit de la séparation, voulue par André Malraux, de la culture et de l’éducation populaire. Les deux domaines sont d’ailleurs issus de la même matrice, le ministère de l’Éducation nationale, et il est intéressant de noter que les spécialistes des deux champs s’accordent généralement pour faire remonter aussi bien la volonté de démocratiser la culture que l’émergence de l’éducation populaire au Rapport sur l’organisation générale de l’instruction publique de Condorcet (1792)1. Anne Krebs et Nathalie Robatel par exemple, dans leur ouvrage sur la démocratisation de la culture (Krebs, Robatel, 2008), situent la naissance de la démocratisation à la Révolution « au titre de l’émancipation du peuple par l’instruction et la culture et de la légitimité de l’État à intervenir dans le domaine des arts » ; elles l’attribuent aussi à Clemenceau (« les musées d’un soir ») et au Front populaire.

Si l’éducation populaire peut être réputée fille de la Révolution, l’animation socioculturelle est une réalité que l’on peut dater des années 1960 : elle est une réponse apportée dans l’après-guerre à la nécessité d’accompagner la reconstruction et l’urbanisation par la recréation du lien social. Une des définitions les plus classiques de ce terme est celle de Jean-Paul Imhof dans le rapport de la commission « équipement-animation » du Haut Comité de la Jeunesse (1966)2. Selon lui, ce mot désigne « toute action dans ou sur un groupe – ou une collectivité, ou un milieu – visant à développer les communications et à structurer la vie sociale, en recourant à des méthodes semi-directives. » Selon Geneviève Poujol (Poujol, 1989), elle a deux fondements : « donner vie au béton » et la non-directivité. De son côté, Pierre Besnard (Besnard, 1986) lui attribue quatre fonctions sociales : adaptation et intégration (fonction de socialisation), récréologie et loisir (fonction ludique et récréative), développement culturel (fonction éducative et culturelle), régulation sociale (fonction orthopédique). L’animation refuse par ailleurs le modèle des « beaux-arts » qui s’adresse aux élites cultivées. Cette définition permet de comprendre les débats qui se sont développés dans les années 1960 entre l’éducation populaire et l’animation socioculturelle, entre un modèle inspiré par l’école et un modèle antiscolaire. Geneviève Poujol (Poujol, 1989) parle de « l’illusion animationniste », de la « fièvre animationniste » qui se développe dans les années 1960, par opposition à l’« illusion de l’éducation » qui caractérise l’éducation populaire : « L’éducateur populaire était dans une relation duelle proche de la relation enseignant-enseigné. L’animateur, lui, est en relation privilégiée avec le groupe ou la collectivité. L’animation refuse le modèle scolaire, elle refuse toutes références directes à la transmission du savoir et des valeurs. Elle est à mettre en rapport avec la désillusion éducative ». Toujours selon Geneviève Poujol (Geneviève Poujol, 1989, p. 12-14), le secteur socioculturel est caractérisé par sa base essentiellement associative et volontaire, par le travail sur le temps de loisir des usagers, par la volonté d’une participation active du public, par des équipements spécifiques (MJC, centres sociaux et socioculturels), par son financement public, etc. Cette conception de l’animation inspire les actions menées par les équipements de proximité dans les nouveaux ensembles immobiliers et dans les villes nouvelles, mais aussi, on le verra, l’action culturelle des années 1970.

1 Cette référence est discutée par Frédéric Chateigner, « “Considéré comme l’inspirateur…” Les références à Condorcet dans l’éducation populaire », Sociétés contemporaines, n° 81, 2011, p. 27-60. Jean-Claude Wallach, Emmanuel Wallon, Guy Saez, entre autres, font remonter l’idée – sinon le mot – de démocratisation à la Révolution, alors que Xavier Greffe et Sylvie Pflieger l’attribuent à la IVe République et à Malraux.
2 Haut comité de la Jeunesse, Commission « Equipement-Animation », groupe de travail sur la formation des animateurs, Contribution à l’étude de la demande d’animateurs et cadres d’animation en France, CINAM, 1966, p. 15.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *