Ecrits sur la démocratisation culturelle – 3/10

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

DÉMOCRATISATION CULTURELLE / DÉMOCRATIE CULTURELLE

La notion de développement culturel s’oppose frontalement à la politique des beaux-arts d’avant Malraux. Dans le livre qu’il lui consacre (Girard, 1972), Augustin Girard affirme : « proposer à la jeunesse des raisons de vivre, voilà enfin une finalité à l’action culturelle qui résume toutes les autres » ; « la culture n’est pas l’acquisition et la diffusion des beaux arts, elle est, par nécessité, une attitude face à la vie » ; « la culture est un combat (…) c’est pourquoi une politique culturelle ne peut être simplement une gestion des beaux-arts, aussi avisée soit-elle. Si elle ne se rattache pas explicitement à un ensemble de finalités acceptées par le corps social, liées à un projet de civilisation, si elle n’est pas un combat capable d’emporter la jeunesse, elle ne mérite pas de prendre place aux côtés de la politique économique et de la politique sociale pour leur donner une finalité, leur raison d’être ultime ».

Augustin Girard bénéficie d’une écoute importante dans les instances culturelles intergouvernementales, telles l’Unesco et le Conseil de l’Europe. C’est dans ces assises que naît un débat appelé à un grand avenir, entre « démocratisation culturelle » et « démocratie culturelle ». Cette opposition entre une politique réduite à la diffusion des arts légitimés et une politique de développement social et culturel est popularisée lors de la Conférence intergouvernementale de l’Unesco sur les politiques culturelles en Europe dite « Eurocult » (Helsinki, 19-28 juin 1972). Le rapport de cette rencontre déclare : « La Conférence a unanimement reconnu que le développement culturel faisait partie intégrante  du développement global et que la politique culturelle représentait un facteur essentiel du développement socio-économique de chaque nation (…) La culture, prise dans son acception la plus large, est devenue de nos jours une composante inséparable de la vie de l’homme. (…) Le rôle des animateurs culturels, en tant que médiateurs entre les créateurs et le public, a souvent été évoqué comme une donnée nécessaire et bénéfique de ce que certains ont décrit comme l’ère du développement culturel »1. Dix ans après, la Conférence mondiale sur les politiques culturelles de Mexico (Unesco, 1982) déclarera  (point 115) : « Les politiques culturelles ne paraissent pas pouvoir être isolées d’une vision d’ensemble du développement d’une société. Elles ne semblent pas pouvoir être conçues seulement en vue de développer les arts et les lettres, et de conserver le patrimoine culturel et artistique. La liaison est essentielle entre la promotion des différents secteurs de l’activité culturelle (patrimoine, création, éducation et formation esthétique, etc.) et les politiques poursuivies en matière d’éducation, de communication, de sciences et techniques et d’environnement dans le cadre d’un développement global qui tienne de plus en plus compte de la dimension culturelle ». La déclaration finale du projet « culture et régions » du Conseil de l’Europe (Florence, 1987) affirme : « Il s’agit d’offrir à chacun le développement et le plein exercice de la capacité de création, d’expression et de communication en vue de donner une qualité culturelle à tous les aspects de la vie en société ». En ce sens, la culture est une « démocratie à mettre en marche (…) La démocratie culturelle porte donc un intérêt particulier aux différences, et les cultures y sont envisagées d’emblée sur le mode du lien social et d’une fête permanente. Les principes de cette démocratie culturelle sont à rechercher parmi les notions de métissage, de solidarité, de multiculturalisme, d’affirmation de la part créative de l’individu, d’abolition des barrières entre professionnels et amateurs ». Encore en 1992, la conférence de Genève de l’Unesco sur « la contribution de l’éducation au développement culturel » (Unesco, 1992) soulignait que, « de nos jours, on considère la culture non seulement comme une des conditions du développement, mais comme sa condition première ».

Un animateur culturel suisse, Jean-Marie Moekli, explicite le rapport démocratisation/démocratie dans un document de travail destiné à une réunion d’experts sur « le développement des politiques culturelles en Europe » qui se tient en décembre 1980 à Helsinki (Moekli, 1980). Selon lui, politique de démocratisation culturelle a pour objectif de « garantir au plus grand nombre l’accès à la “culture d’héritage”, à la culture “d’élite”. Une politique de démocratisation consiste donc à veiller que le patrimoine culturel et la création en train de se faire ne soient pas le seul apanage d’un cercle restreint d’initiés, que les investissements publics consentis ne profitent pas à une seule minorité favorisée ». « Eurocult » à l’inverse affirme que « la culture englobe les structures, modes et conditions de vie d’une société et les diverses façons dont l’individu s’exprime et s’accomplit dans la société ». La conférence définit ainsi la démocratie culturelle : « Constatant (…) que la culture n’est plus seulement une accumulation d’œuvres et de connaissances qu’une élite produit, recueille et conserve pour les mettre à la portée de tous, ou qu’un peuple riche en passé et en patrimoine offre à d’autres comme un modèle dont leur histoire les aurait privés ; que la culture ne se limite pas à l’accès aux œuvres d’art et aux humanités, mais est tout à la fois acquisition de connaissances, exigence d’un mode de vie, besoin de communication ; qu’elle n’est pas un territoire à conquérir ou à posséder, mais une façon de se comporter avec soi-même, ses semblables, la nature ; qu’elle n’est pas seulement un domaine qu’il convient de démocratiser, mais qu’elle est devenue une démocratie à mettre en marche ». Dans la pratique et les actes, remarque Jean-Marie Moekli, c’est la démocratisation qui a été mise en œuvre, avec le renforcement de la diffusion culturelle depuis la Libération, alors que l’on constate une « mise en pratique très modeste » de la démocratie culturelle. Il rattache à cette notion les actions entreprises en matière d’ « animation » : animation urbaine, animation en milieu rural, environnement, développement de la vie associative, éducation des adultes. Selon lui, on retrouve ici la notion Unesco de « dimension culturelle du développement », car le développement ne saurait être seulement économique, et la notion d’ « identité culturelle », qui « suppose la pluralité des cultures à l’intérieur d’une même société ». Dans les années 1980, une politique de démocratie culturelle doit être attentive aux besoins suivants : la relation au Tiers-Monde, le « développement global », c’est-à-dire « un type de développement où l’économique n’est qu’une composante à côté d’autres (l’éducatif, le culturel, l’environnement, etc.) » mené par « l’engagement conscient, voulu, actif, lucide, d’une population dans son développement, résultat que seule une politique démocratique peut obtenir », la priorité à la vie quotidienne, les potentiels d’imagination à exploiter, le besoin de créativité, la qualité de la vie dans la relation sociale quotidienne, le développement endogène « porté par les cellules de base », la décentralisation, c’est-à-dire « l’encouragement à l’autonomie des groupes et des personnes », la culture comme communication, c’est-à-dire la maîtrise par chacun de sa communication avec autrui. Dans un numéro de Futuribles (Prospective, 1978) sur la « prospective du développement culturel », Jean-François Collinet plaide pour « la mobilisation des consciences qui permettrait progressivement l’accession à une civilisation de la qualité, de la participation et de la libre formation, autant de conditions nécessaires si l’on veut que le changement ne soit pas vécu comme un traumatisme collectif conduisant à la passivité mais comme un phénomène pris en charge par l’ensemble des acteurs de la vie sociale. Il faut susciter le développement d’une culture qui permette le passage d’une société de la majorité silencieuse à une société de la majorité de la prise de parole, d’une société du pouvoir abstrait et subi à une société du pouvoir vécu et compris » (p. 525).

Dans La culture des autres (de Varine,1976), Hugues de Varine s’élève contre l’impérialisme culturel, la culture des riches, « le monopole de quelques-uns », et prône « une politique de libération et de conscientisation, non d’intégration », sur le modèle de Paolo Freire : il demande « la suppression de toute institution culturelle d’Etat et la remise des responsabilités culturelles (avec les moyens de financement correspondants) aux collectivités locales et à l’initiative privée collective, le contrôle étant remis à des organismes coopératifs susceptibles d’apprécier et de réprimer les menaces à la liberté collective et les tentatives d’oppression ».

Le Parti communiste français verra en 1979 dans le glissement de la démocratisation à la démocratie une soumission à l’économie capitaliste de la culture, une stratégie d’intégration de la classe ouvrière et « le valium collectif de nos sociétés »2. Quant à Emmanuel Wallon, il estime que la démocratie culturelle est souvent assimilée à la « victoire de l’éclectisme » ou au « règne de la banalité ». « La démocratie abolirait carrément les hiérarchies quand la démocratisation les atténuerait seulement » (Wallon, 2009).

Interministérialité et pluralisme culturel : le FIC

La commission des affaires culturelles du VIe Plan appelle à la mise en œuvre d’une « politique générale d’action culturelle » qui doit être « une politique concertée et évolutive à partir d’un projet culturel global », «  une politique pluraliste, décentralisée et contractuelle » et « une politique communautaire »3. Le fruit le plus éclatant de cette politique est le Fonds d’intervention culturelle, qui est à la fois une cagnotte interministérielle rattachée au Premier Ministre et un détecteur d’actions culturelles innovantes. Dans ces années 1970, les priorités du FIC vont à la réduction des inégalités culturelles, aux pratiques amateurs, à l’action culturelle en milieu scolaire, à la culture des populations défavorisées (personnes âgées, femmes isolées, malades et handicapés), à l’animation des quartiers périphériques et du monde rural, au développement des pratiques culturelles dans les lieux de vacances et de loisirs, à la création d’un « jeune téléspectateur actif ». En 1982, le ministre Jack Lang demande au FIC d’« explorer les pistes de l’action culturelle de demain ». Douze programmes sont retenus : pratiques culturelles et temps de vacances ; les pré-retraités ; les centres de documentation sociale ; de nouveaux lieux pour les jeunes ; les immigrés de la « deuxième génération » ; les stages pré-professionnels ; technologies, création culturelle, groupes sociaux ; interculture-interethnies ; personnes handicapées et malades ; personnes âgées ; développement culturel et développement économique.

1  Unesco. Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles en Europe. Helsinki, 19-28 juin 1972, Rapport final, Unesco, 1972.
2 Joël Jouanneau, « Le rapport du major J. A. Simpson », France nouvelle, 14 septembre 1979, n° 1765, p. 39-41.
3 Commissariat général du Plan, Commission des affaires culturelles, Rapport général pour le VIe Plan, Paris, mars 1971. G. Poujol, « Militants, animateurs et professionnels : le débat « socioculturel-culturel » (1960-1980 », dans Pierre Moulinier, dir., Les Associations dans la vie et la politique culturelles : regards croisés, Paris, DEP, 2001, p. 93-94. Voir aussi « Action culturelle, action socioculturelle », Les cahiers de l’animation, n° spécial 30, 4e trimestre1980 et « Les chemins de l’animation 1972-1987 », Les cahiers de l’animation, octobre 1987, n° 61-62.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *