Antoine de Cournand – Discours en vers sur la protection que les princes doivent aux arts

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -des Lumières à la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

Antoine de Cournand,
Discours en vers sur la protection que les princes doivent aux arts – 1784
lu à la rentrée du Collège de France par Antoine de Cournand, poète et traducteur, professeur de littérature française au Collège de France

VAINQUEUR [François I fondateur du collège de France] de l’ignorance et de la barbarie,
Père des arts, accours, ombre auguste et chérie ;
Ton nom, qui sur le trône eut un éclat si beau,
Protège encor ces murs de la nuit du tombeau.
Vois tes enfans, jaloux d’en maintenir la gloire.
Par leurs travaux constans honorer ta mémoire.
Viens de ce jour de fête accroître la splendeur ;
Ce temple des talens fut celui de ton cœur.
Tu montras aux Français, polis par ton génie,
Les beaux-arts de la Grèce et ceux de l’Ausonie,
Et vis, par un instinct à peu d’autres donné,
Le sort de ton empire à lelil sort enchaîné.

Les arts, consolateurs et bienfaiteurs du monde,
Attendent pour germer l’astre qui les féconde :
Par ses feux agissans, créés ou reproduits,
Ils se couvrent de fleurs, ils se chargent de fruits.
Cet astre, favorable aux arts qu’il fait éclore,
Est un grand qui les aime, un roi qui les honore.
Qu’est le plus beau talent s’il n’est encouragé ?
Un fruit qui dégénère en un champ négligé.
Sans Scipion Térence est perdu pour la scène.
Le cygne de Mantoue eut besoin de Mécène.
Et du charme des vers, France, quand tu jouis,
Crois-tu que ton Racine eût été sans Louis?

Un roi dans les beaux-arts, dont il devient l’asile,
Doit aimer l’agréable et rechercher l’utile.
La nature à l’état se plut à les donner,
Les uns pour le servir, les autres pour l’orner.
C’est peu de les connaître ; il faut choisir encore
Et la main qui bâtit et celle qui décore ;
Plus le mérite est rare, et plus il a des droits
A l’estime des cours, comme aux bienfaits des rois.
La médiocrité doit seule être punie
D’aspirer par l’intrigue aux honneurs du génie.
Qu’un poète sans grâce, un fade prosateur
Sans profit pour l’état fatiguent le lecteur;
Le prince, qui nourrit leur talent parasite,
En croyant protéger insulte au vrai mérite.
C’est lui qu’il faut chérir, lui qu’il faut discerner :
Le sublime des rois c’est de le deviner.

[…]

Un empire est heureux quand le peuple s’éclaire.
La raison, moins timide, impose à ses tyrans ;
L’orgueil cède aux beaux-arts qui rapprochent les rangs.
Partout où leur culture amène l’industrie
Les autres nations semblent voir leur patrie.
L’abondance répand de ses utiles mains
Ces biens si variés et si chers aux humains :
Des besoins et des goûts les rapports nécessaires
De vingt peuples rivaux font un peuple de frères ;
Plus de douceur se mêle au charme des plaisirs,
Et l’on s’écrie: Un Dieu nous donna ces loisirs.
Vous qui par ces bienfaits marquez votre puissance,
Oui, vous êtes des dieux que l’univers encense,
Pour avoir réuni sous d’équitables lois
L’empire des esprits et le règne des rois.
Le génie au pouvoir donna son harmonie ;
Le pouvoir à son tour fut l’appui du génie.
Mais le génie ardent, fier, noble, généreux,
Même à la cour des rois, s’il rampe est malheureux :
La majesté le gêne, et la froideur le glace ;
Accueilli par les grands, il veut l’être avec grâce.
Sous un servile joug s’il se laisse enchaîner
Il renonce à la gloire, et ne peut la donner.

[…]

Des talens et des arts telle est donc l’influence,
Qu’un roi qui les néglige affaiblit sa puissance,
Et qu’en les protégeant il augmente à la fois
Sa puissance et sa gloire, autre soutien des rois.
Que ne peut point la force aux talens réunie !
Les règnes les plus beaux furent ceux du génie.
Ainsi l’astre du jour, brillant maître des cieux,
Est d’autant plus puissant qu’il lance plus de feux.

[…]

Ô toi qui, respectant l’avenir et ta gloire,
Connais d’autres lauriers que ceux de la victoire ;
Souris au dieu des arts qui vient t’offrir les siens ;
Crois que ses ennemis sont encor plus les tiens.
Ah! si de tes faveurs les beaux-arts s’applaudissent,
Ton trône s’enrichit des dons qu’ils réunissent ;
Étends pour eux tes soins dans un long avenir :
Un autre les créa ; tu dois les soutenir.
Qu’ils disent, rassemblés sous ton aile sacrée :
Celui qui nous soutient vaut celui qui nous crée.

« Source gallica.bnf.fr / BnF » – https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208402c

[Découvrir d’autres textes]



Citer ce billet
chmc2 (2019, 16 décembre). Antoine de Cournand – Discours en vers sur la protection que les princes doivent aux arts. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrmy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search