De la diversité des écoles à la diversification des métiers

Par Bernard Haumont,
Professeur honoraire des ENSA,
Chercheur associé CRH/LAVUE, UMR CNRS 7218

Les propos qui suivent prennent place dans une perspective bien connue des sociologues : depuis Émile Durkheim et Max Weber jusqu’à Pierre Bourdieu, la division du travail, technique et sociale, dans nos sociétés est croissante et elle s’accompagne d’une certaine bureaucratisation des tâches. Sans doute aujourd’hui, parlerions-nous plus facilement d’une routinisation et d’une institutionnalisation de ces dernières. Il y a simultanément une reconnaissance explicite d’expertises complémentaires à celles de l’architecte, et une professionnalisation accrue de ces mêmes expertises.

Dans cette voie, le titre de cette communication pourrait tout aussi bien être inversé : diversité ou diversification des écoles, et diversification ou diversité des métiers. En effet, les passages d’expertises singulières et de métiers nouveaux à des professions mieux établies ne cessent pas : les diversifications des métiers nourrissent des étapes qui sont elles-mêmes porteuses de nouvelles spécialités, et donc à terme de diversités renouvelées, y compris dans les écoles…

Ces évolutions et ces transformations successives trouvent leurs origines et leurs fondements dans des mouvements internes aux modalités de la conception et la construction, c’est-à-dire externes aux écoles et même plus largement externes au champ de l’architecture. Mais on sait aussi, à la suite de Howard Becker, Everett Hugues et Pierre Bourdieu que nombre de nouvelles compétences et de nouveaux métiers émergent des situations d’enseignement et des activités de recherche qui les accompagnent : l’accroissement et la diversification des connaissances et des savoirs, en intensivité et en extensivité, entraînent des modifications substantielles, voire structurelles, dans les façons d’exercer un métier, et souvent à terme de professionnaliser des pratiques émergentes.

C’est par exemple le cas d’une part des métiers dits d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) qui s’appuient sur les progrès ou tout au moins sur l’approfondissement et l’extension des connaissances en matière de thermique, d’aérodynamisme (la science des vents et des courants d’air), de science des matériaux. C’est aussi le cas des programmistes qui se nourrissent des apports des sciences humaines et sociales. Et c’est de plus en plus aujourd’hui les sciences de l’environnement et l’écologie qui sont à leur tour convoquées.

A ces extensions et transformations dont les moteurs sont largement internes au champ même de l’architecture et de la conception, sa pratique et son enseignement, s’ajoutent des moteurs tout à fait externes qui correspondent à des injonctions ou des prescriptions qui viennent de la société et qui inscrivent dans des lois ou des règlements des volontés sociales et culturelles plus ou moins partagées. Sans oublier, évidemment, les évolutions des façons de faire la ville et de la fabriquer qui, des ensembliers à la pratique des macro-lots, s’adaptent en permanence aux modalités contemporaines du capitalisme, c’est-à-dire aux relations renouvelées entre les sphères publiques et les sphères privées.

1. La diversification des métiers

La complexification des opérations de conception et de construction

Pour bien appréhender ces processus constants de diversification, il nous faut partir d’un premier schéma dialogique : celui où un architecte répond à une demande particulière. Ce schéma historique, aujourd’hui devenu mythique, a nourri l’enseignement des Beaux-Arts, et il constitue encore une représentation très ancrée dans des figures libérales où un architecte, à l’écoute de son client, répond à ses attentes explicites et implicites :

La situation évolue tout au long des deux siècles récents parce que le client, devenu maître d’ouvrage, représente de plus en plus fréquemment une personne morale (entreprise ou collectivité) ou un promoteur qui commande une construction pour des utilisateurs autres que lui-même. Progressivement, ces maîtrises d’ouvrage ont développé des procédures faisant appel à des spécialistes et se sont entourées d’experts qui viennent réduire l’asymétrie structurelle qui existe entre le client et le concepteur. Nous reviendrons d’ailleurs sur les évolutions de ce rapport d’asymétrie puisque c’est au cœur même de cette relation que résident les compétences des architectes et des concepteurs ainsi que leur reconnaissance dans l’élaboration et la conduite d’un projet. Après la seconde guerre mondiale, avec la reconstruction et l’accroissement rapide des populations urbaines qui ont entraîné la construction en masse de logements et la multiplication de nouveaux équipements, le mouvement de complexification du schéma dialogique s’est accéléré.

Il devient complètement explicite au début des années 70, lorsqu’il intègre de façon courante des métiers intermédiaires entre la commande et sa conception architecturale d’un côté, et entre les concepteurs et les constructeurs d’un autre : programmistes, AMO, délégations diverses…, OPC, ingénierie concourante…

Le décret de 1973 sur l’ingénierie et la loi MOP de juillet 1985 ont entériné la plupart de ces évolutions.

Les relations d’asymétrie et la réduction des risques

Cette complexification première et l’apparition de spécialistes plus ou moins nouveaux visent d’abord à réduire les incertitudes d’un maître d’ouvrage qui initie un projet qui sera conçu et réalisé par d’autres – les architectes et les équipes de conception et les constructeurs – et les risques de toute nature lorsqu’il le poursuit.

Les rapports d’asymétrie qui existent entre les divers acteurs d’une opération de construction sont en effet de nature très diverse puisqu’ils concernent tout autant les informations dont chacun dispose que les savoirs et les compétences qui seront mobilisés, ou encore les positions et les attentes des différents intervenants.

Ces relations d’asymétrie sont principalement de trois ordres :
– les asymétries d’informations : les divers acteurs du processus commande-conception-réalisation ne disposent pas des mêmes informations lors de son engagement, tant en termes de contenu que d’étendue ou de fiabilité. Par exemple les données financières d’un projet, ou sa place et son rôle dans une stratégie d’entreprise ou une politique locale d’aménagement…
– les asymétries de compétences : les divers acteurs ne maîtrisent pas les mêmes compétences, et surtout ces dernières restent incomparables et incommensurables. Par exemple, à nouveau certaines données financières, ou des caractéristiques techniques mesurables confrontées à d’autres plus architecturales (morphologie, style, choix doctrinal) qui ne le sont que très peu…
– les asymétries des positions et des attentes : les différents acteurs sont dans des positions contrastées d’attentes lors de la réalisation d’un projet. Par exemple des gains financiers ou symboliques, une reconnaissance et une renommée, ou tout simplement une place au soleil…

Pour réduire les tensions et les incertitudes générées par ces relations structurellement asymétriques, plusieurs voies s’avèrent possibles :
– s’appuyer sur les dispositifs existants de confiance : guides, palmarès et prix, revues, bouche à oreille…
– générer des situations de confiance : fidéliser des clients ou des praticiens après de premières expériences satisfaisantes, favoriser des concours et des émulations…
– accroître les modalités de pilotage et de contrôle : faire appel à des spécialistes des questions stratégiques et d’une bonne gestion. De la délégation aux programmistes et aux project managers…
– développer des partenariats structurels : appels à des équipes complètes de maîtrise d’œuvre de la part du promoteur, développer des procédures associées concepteur/constructeur ou promoteur/concepteur…

Ces mouvements s’avèrent particulièrement propices à l’émergence de nouvelles compétences et spécialités professionnelles, d’autant qu’elles se développent dans des contextes eux-mêmes en évolution.

Les contextes des diversifications

Plusieurs tendances sociétales affectent en effet les formes et les contenus jamais au repos de ces divisions croissantes du travail entre les divers acteurs d’un projet architectural ou urbanistique et sa réalisation. Les unes concernent directement le travail de conception, tandis que d’autres l’encadrent de façon de plus en plus prégnante.

Parmi les tendances affectant directement le travail de conception, il faut citer :
– l’extension des savoirs mobilisés, puisque de nouveaux domaines de connaissance, par la recherche, l’expérience ou la fixation d’objectifs, sont mobilisables dans les processus de conception ;
– l’intensification des savoirs mobilisés, puisque ceux-ci sont de plus en plus pointus et spécialisés, du fait de la recherche scientifique et technique, des progrès de la modélisation et des simulations et des exigences sociotechniques auxquelles un projet doit répondre ;
– l’informatisation et la numérisation croissantes du travail et des échanges entre les divers acteurs d’un projet : représentation, simulation, armoire à plan, BIM.

Ces tendances entraînent diverses conséquences au sein même du travail de conception d’un projet architectural ou urbanistique. On peut noter :
– la multiplication des acteurs convoqués autour d’un projet, avec une obligation de coopération pour un bon aboutissement ;
– un accroissement de la division du travail, tant en termes techniques (architectes, ingénieurs, spécialistes divers, plasticiens…), qu’en termes sociaux (gestion de projet, leadership…).

Parallèlement à ces tendances en quelque sorte internes au travail de conception et aux équipes qui y prennent place, d’autres plus sociétales influencent celui-ci :
– l’aspiration des citadins à pouvoir exprimer leurs souhaits et leurs volontés dans l’élaboration, la construction et l’aménagement de leur cadre de vie : du NIMBY à la démocratie participative, et parce que l’expertise habitante croît ;
– les transformations de grands paradigmes sociétaux avec l’accroissement des valeurs patrimoniales et l’augmentation des exigences en matière d’environnement et de développement durable ou de santé publique ;
– la primauté des économies de marché qui entraîne et la privatisation de secteurs traditionnellement publics et d’autres manières de calculer et de maîtriser les coûts ;
– la dérégulation de secteurs d’activités au profit d’incitations fiscales ou financières ou de projets aptes à orienter l’action des investisseurs tant publics que privés.

L’ensemble de ces mouvements a transformé, et continue de transformer, les conditions d’exercice des praticiens, toute spécialisation confondue, des projets architecturaux ou urbanistiques. Nous pouvons synthétiser celles-ci dans les schémas suivants qui décomposent les actions engagées dans les processus de conception et conduisent à ce que nous pouvons qualifier de forum hybride. Ces schémas scandent les temps de la réalisation d’un projet, mais sans doute faut-il tenir compte du fait que ceux-ci sont de plus en plus fréquemment imbriqués, à la suite d’itérations mises en œuvre au cours de son élaboration.

Il conviendrait d’ajouter la mise à disposition du foncier nécessaire qui mobilise de nombreux acteurs tant publics que privés. De plus il faudrait faire place aux project managers et aux ensembliers dont les activités vont courir tout au long des activités.

De nouveau, rappelons les rôles tranversaux des project managers et des ensembliers.

Diverses lois récentes ont quelque peu modifié ces schémas structurels – loi CAP, loi Elan – puisqu’elles favorisent les rapprochements entre les différents types d’acteurs et leurs implications communes, en même temps qu’elles facilitent les opérations complexes où divers maîtres d’ouvrage ou divers maîtres d’œuvre agissent ensemble : macro-lots, promoteur-concepteur, concepteur-réalisateur.

Que retenir de ces évolutions ?

Trois grandes conclusions temporaires peuvent être formulées.

Tout d’abord, nous pouvons constater que les activités de conception architecturale et urbanistique sont de plus en plus souvent des activités collectives où coopèrent des praticiens et divers spécialistes de plus en plus nombreux et variés. De là cette notion de forum hybride que nous avons développée au tout début des années 90 pour qualifier les nouveaux régimes de la production architecturale et urbanistique. Outre l’incommensurabilité déjà mentionnée, les acteurs mobilisés peuvent simultanément nouer des alliances et des coopérations disparates et poursuivre des buts différenciés au-delà de l’objectif partagé de réussite du projet : rentabilité, notoriété, reconnaissance par les pairs ou par les clients, affirmation d’un style ou d’une doctrine, rémunération…

Ensuite, la complexification des projets peut être soulignée, puisqu’au-delà de la complexité croissante des programmes (mixité des activités…) et des objectifs poursuivis (dimensions paysagères, environnement, développement durable…), la multiplication des partenaires convoqués rend plus délicat sinon plus difficile l’aboutissement d’un projet. Et cela sans mentionner les dimensions sociales ou politiques de celui-ci : enquêtes publiques, participation habitante…

De tout cela, trois grands modèles d’organisation du travail architectural ressortent :
– un modèle traditionnel, en vigueur pour les programmes simples, où un cabinet d’architecture travaille avec des partenaires choisis, ou avec ceux que la maîtrise d’ouvrage lui conseille ou impose ;
– un modèle d’intégration fonctionnelle où la plupart des spécialistes sont présents dans la même entreprise (architectural firm), et où les conditions de travail sont d’abord régies par les formes organisationnelles de l’entreprise. C’est un modèle qui existe de façon fréquente dans les pays anglo-saxons, y compris d’ailleurs lorsque les firmes de ces pays interviennent en France ;
– un modèle de coopération concurrentielle où les professionnels et les spécialistes appartiennent à des entreprises, agences et cabinets différents, et qui négocient, à chaque fois ou de façon récurrente les conditions de leur participation à un projet, avec une interconnaissance qui s’appuie sur des expériences partagées, des réputations internes au milieu, ou encore sur une imposition de la maîtrise d’ouvrage (équipe de conception).

 

2. La diversité des Écoles

De l’ENSBA aux UPA

Mon propos ici portera essentiellement sur la situation parisienne, puisque tel est le thème de ce séminaire du programme HEnsA 20. D’autres séminaires du programme ont déjà éclairé les scènes régionales ou doivent le faire prochainement.

En 1965-1966 est engagée ce qui a été appelé la petite réforme, à l’initiative de Jean Fayeton, alors directeur des études de l’ENBA Architecture. Il s’agit d’entériner les divergences croissantes qui se sont fait jour entre les différents ateliers (intérieurs et extérieurs), et de répondre à certaines revendications des élèves, en supprimant le grand jury d’une part, et en introduisant les sciences humaines et sociales dans l’enseignement d’une autre.

Trois groupes d’ateliers sont institués :
Le Groupe A constitué des 7 ateliers « intérieurs », réunissant 959 élèves : ARRETCHE, BEAUDOIN, DENGLER, GILLET, MAROT, Noël LEMARESQUIER, ZAVARONI plus les écoles régionales de Clermont-Ferrand (GOURGOUILLON), de Lille (LYS), de Nantes (GUILLOU), de Rouen (FERAY) et de Toulouse (de NOYERS et VALLE) ;
Le Groupe B constitué de 10 ateliers « extérieurs », réunissant 694 élèves : ARSENE-HENRY, BOSSU, BOURBONNAIS, CHAPPEY, KALISZ, LA MACHE, MADELAIN, LAHALLE, QUÉNARD, REMONDET plus les écoles régionales de Lyon (GAGES et PLESSAT), de Rennes (MONGE) et de Strasbourg (SACQUIN) ;
Le Groupe C constitué de 8 ateliers, réunissant 638 élèves : ALBERT, CAMELOT, CANDILIS et JOSIC, FAUGERON, NELSON, PINGUSSON, VIVIEN, Collégial I (HUET) plus les écoles régionales de Bordeaux (Claude FERRET), de Grenoble (BENOÎT), de Marseille (DUNOYER de SEGONZAC, Joseph LAJARRIGE, RICHEMONT [Montpellier]), de Nancy (FOLLIASSON), de Toulouse (TARRIUS).

Ces premiers regroupements se retrouveront partiellement dans la création des Unités pédagogiques d’architecture (UPA) parisiennes à la suite des événements de 1968. Les affiliations et regroupements nouveaux sont assez largement les héritages de positions déjà présentes au sein de ces groupes de l’ENSBA. Sont ainsi créées :
– des UPA engagées dans la vie sociale et revendiquant des modèles universitaires : UP 1 (ENSBA) et UP 6 (ENSBA) ;
– des UPA s’attachant aux formes urbaines autant qu’architecturales : UP 3 (Versailles) et UP 8 (Les Halles) ;
– des UPA privilégiant des approches techniques : UP 5 (Nanterre) et UP 7 (Grand Palais), après une scission d’UP 5 ;
– des UPA héritières des Beaux-Arts : UP 2 (Callot), UP 4 (ENSBA) et un peu plus tard UP 9 (ENSBA), après une scission d’UP 4.

Au fil des ans, cette première configuration connaîtra des évolutions qui concernent les appellations des écoles (des UPA aux Écoles d’architecture, à la suite du transfert ministériel de la Culture à l’Environnement et au Cadre de vie, avec des dénominations qui correspondent à leur localisation en Île-de-France), et les statuts (de services extérieurs de l’État en Établissements publics à caractère administratif). Cette dernière étape engage l’autonomie des différentes Écoles vis-à-vis d’un modèle encore resté très administré, sinon centralisé.

Et puis, au fil des ans, la carte des Écoles parisiennes continue à se transformer : fermeture de l’UP 2 en 1986, fermeture de l’UP 7, devenue EA de Paris Tolbiac en 1998, au bénéfice d’une nouvelle École à Marne La Vallée au sein du campus Descartes, et surtout en 2001 fermeture de trois Écoles avec la mise en œuvre de la nouvelle carte des écoles (Conflans, La Défense, Villemin) et la création de deux nouvelles écoles (Malaquais et Val de Seine). Cette dernière étape établit la carte actuelle des Écoles parisiennes, après des regroupements et des flux d’enseignants et d’étudiants des écoles fermées vers les Écoles existantes ou nouvelles, en fonction de choix pédagogiques ou doctrinaux, et aussi bien sûr de proximités professionnelles ou amicales.

Cette histoire et ses péripéties – sur lesquelles nous ne voulons pas revenir ici puisque les séminaires du programme les aborderont, en particulier les journées de demain et après-demain – consacrent de fait les façons dont les différentes ENSA se sont engagées dans des processus de distinction les unes des autres : en gérant leurs héritages et leurs métissages à la suite de la refonte de la carte scolaire, en affirmant des personnalités propres qui apparaissent dans l’adaptation des cursus vis-à-vis du cadre commun, en créant des formations spécifiques (CEAA, puis DSA et DPEA) et en nouant des alliances différenciées avec d’autres établissements français et étrangers, y compris en établissant des diplômes conjoints (principalement masters) ou des doubles cursus : ingénieur ou paysagiste par exemple. Sans oublier le développement des échanges Erasmus qui obligèrent les écoles à préciser et à rationaliser leurs offres de formation afin d’établir les équivalences nécessaires, et à tenir compte des retours des étudiants qui avaient expérimenté à l’étranger des formations parfois fort différentes de celles dispensées dans leur école d’origine.

À la suite de ce tableau très général, je voudrais insister sur deux dimensions importantes qui caractérisent les identités singulières des différentes Écoles : les activités de recherche et les formations et diplômes offerts.

La diversification par la recherche

En 2005, les Écoles deviennent Écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) et appliquent la réforme qui met en place le système LMD (Licence-Master-Doctorat), et la HMONP (Habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en nom propre). Elles s’y insèrent de façon contrastée, les unes conservant peu ou prou les formations en ateliers au nom de la dimension généraliste du diplôme d’architecte, les autres renforçant clairement la semestrialisation des études, ce qui ouvrait la porte à des spécialisations à venir, internes au diplôme.

En deçà de ces positions pédagogiques, la singularisation de chaque École avait de fait commencé dès les années 70. La constitution d’équipes puis des premiers laboratoires de recherche joua un rôle certain dans l’affirmation d’identités propres : par les positions que les enseignant-chercheurs occupèrent globalement parlant dans les dispositifs pédagogiques, et par les ouvertures qu’ils concrétisaient vers des approfondissements disciplinaires ou professionnels, et vers des extensions à d’autres mondes.

L’histoire ici commence dès 1969 avec notamment le rapport fourni par le Préfet René Paira à Georges Pompidou qui recommandait, outre « une garantie architecturale » et la qualité exemplaire des constructions publiques, la mise en place d’un dispositif de recherche devant stimuler et promouvoir la qualité architecturale des édifices. Ce rapport entraîna la création de la Commission présidée par André Lichnerowicz qui en 1970 rendit à son tour le Rapport de la commission ministérielle de la recherche architecturale. S’enchaînèrent alors en 1972 sous la houlette de Jean-Paul Lesterlin la création du CORDA (Comité pour la recherche et le développement en architecture, à l’image du CORDES pour les sciences économiques et sociales et du CORDU pour la recherche urbaine), et en 1974 le premier appel d’offres de la recherche architecturale initié par le tout nouveau service de la Recherche architecturale (SRA), ancêtre du BRA et aujourd’hui du BRAUP. Parallèlement, le Plan Construction était mis en place au sein du ministère de l’Équipement par Paul Delouvrier en 1971, plus tard remplacé par Robert Lion.

Simultanément, encouragées et soutenues par toutes ces initiatives en faveur de la recherche architecturale et urbanistique, des équipes de recherche et des laboratoires se constituèrent au sein des UPA tant à Paris qu’en Province : ADRI 1 à UP 1, le LADHRAUS à UP 3, AUS à UP 8, le CERMA à Nantes, le GAMSAU à Marseille… Ces équipes et ces laboratoires développèrent des champs nouveaux pour les savoirs et les pratiques de l’architecture, chacun s’inscrivant dans un domaine singulier de connaissances : de l’histoire à l’informatique, et des ambiances aux lieux de travail en passant par la théorie du projet, l’architecturologie ou la sociologie des professions. Sans oublier les travaux portant sur des mondes lointains – Asie (UP 1 puis UP 8), Caraïbes (UP 1), mondes ottomans (UP 5) – qui ont ouvert les UPA au vaste monde et surtout ont permis des recherches et travaux comparatifs. Ces productions nourrirent les enseignements et bien souvent leurs concepteurs créèrent de nouveaux enseignements. Tous ces mouvements participèrent d’une façon ou d’une autre aux processus de différenciation des UPA, singularisant des cadres d’enseignement et de travail qui ne se retrouvaient pas ailleurs. Notons aussi, de façon complémentaire, que l’émergence puis l’institutionnalisation de ces activités de recherche ne concernèrent qu’une partie des UPA : ainsi UP 2, UP 4, UP 7, UP 9 restèrent en grande partie réfractaires à ces aventures qui, il est vrai, déstabilisaient partiellement les modèles traditionnels de la formation et les modèles historiques de la profession.

A cela, il convient d’ajouter le rôle de l’Institut de l’environnement qui, malgré sa courte vie de 1969 à 1972, puis de 1972 à 1976, contribua au développement de la recherche avec l’accueil d’étudiants stagiaires et ses divers chargés de mission qui vinrent nourrir les UPA et leurs orientations.

Une nouvelle étape s’engage dans les années 80, avec la création en 1985 de la section interdisciplinaire du CNRS : la section 49, Architecture, Urbanisme, Société, et la reconnaissance en 1989 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche et sa direction de la Recherche et des études doctorales (DRED) des premiers DEA (Diplôme d’études approfondies) en architecture proposés par le Cerma (Nantes) d’une part, et le Gamsau (Marseille) d’une autre. Sont ainsi reconnues, institutionnellement et épistémologiquement, l’existence de la recherche architecturale et urbanistique en dehors de ses seules enceintes, et l’ouverture de celle-ci vers la voie royale des doctorats. Ce que la réforme LMD mise en place en 2005 dans les Écoles confirmera, et ce qui conduira à la reconnaissance officielle des doctorats en architecture dans les ENSA en 2007.

Vis-à-vis de ces nouvelles donnes – laboratoires de recherche co-habilités par le ministère de la Culture et le CNRS ou par le seul ministère de la Culture, formations doctorales inscrites dans une ou plusieurs ED (École doctorale) existantes – les stratégies menées par les ENSA ont différé et diffèrent encore : équipes et laboratoires propres, laboratoires inter-écoles, coopérations avec une ou plusieurs universités…

Cette diversité permet de couvrir un vaste champ de disciplines et d’objets de recherche qui concourt de multiples façons à la modernisation des pratiques architecturales et à leurs insertions dans les forums hybrides mentionnés, avec l’extension des savoirs et des connaissances mobilisées comme avec l’approfondissement de ceux-ci.

La diversification des diplômes

Cette variété de positions nourrit la coloration, voire la spécialisation des masters au sein des cursus qui conduisent au diplôme d’architecte : des options qui existent ainsi dans certaines ENSA ne se retrouvent pas dans d’autres. À l’échelle parisienne, cela permet aux élèves de choisir l’ENSA dans laquelle ils veulent poursuivre leurs études et d’anticiper partiellement à quelle figure professionnelle ils entendent se rattacher plus tard. S’il faut reconnaître que ces pré-orientations ne sont pas totalement nouvelles – par exemple, UP 1 et UP 6 ont formé en leur temps un grand nombre d’architectes qui sont allés exercer dans les CAUE, tandis qu’UP 8 attirait nombre d’étudiants autour de ses figures professionnelles reconnues (Henri Ciriani et Bernard Huet) – nous devons noter aujourd’hui des modifications importantes dans les modalités de l’attractivité des différentes ENSA pour leurs futurs élèves : moins de choix doctrinaux au profit de choix thématiques ou disciplinaires. L’organisation de ces masters, en général par grands domaines d’études selon des découpages assez différents d’une Ecole à une autre, favorise ces évolutions.

Ces logiques de différentiation-diversification existent avec plus de force encore dans les diverses formations que les ENSA ont mises en place autour du diplôme d’État ou après celui-ci. Là encore, l’histoire commence dès la fin des années 1970 et le début des années 1980 puisque des UPA mettent alors en place des formations post-diplôme, les CEAA : UP 1 avec la formation d’Assistance à la maîtrise d’ouvrage, UP 6 avec Espaces de travail… Ces formations précèdent et anticipent ce qui deviendra après la mise en place du système LMD les DSA (diplôme de spécialisation en architecture) et les DPEA (diplôme propre aux écoles d’architecture) ou des masters conjoints avec des universités. Sans oublier les doubles masters et les doubles cursus architecte-ingénieur, architecte-designer… avec des universités ou des écoles autres (ENPC, EIVP, ENSCI, CNAM, MNHN…).

Ces formations ouvrent sur des pratiques singulières de la conception architecturale et urbanistique ou sur des spécialisations qui s’insèrent dans les transformations des processus commande-conception-réalisation que nous avons tenté de caractériser précédemment, et même parfois qui préfigurent des transformations à venir.

 

Sommaire


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search