La primauté de Paris en débat, 1940-1969 : quelle décentralisation pour l’enseignement de l’architecture ?

Par Guillemette Chéneau Deysine,
Doctorante, université Rennes 2, EA 1279 Histoire et critique des arts

En mai 1969, L’Architecture d’aujourd’hui publie un article de Jean-Paul Martin, haut fonctionnaire de la France d’outre-mer détaché depuis janvier 1967 au ministère des Affaires culturelles en vue de la réforme de l’enseignement[1]. L’administrateur décrit la feue section architecture de l’École des beaux-arts comme « marquée par les manifestations d’un sous-développement profond », comptant ses « tribus », ses « fétiches » et ses « comptoirs de brousse », à savoir les écoles régionales d’architecture. « Au nombre de 13 », souligne-t-il, « rattachés financièrement et administrativement aux municipalités, pédagogiquement à la maison mère de la rue Bonaparte, ces comptoirs [n’étaient] que des succursales sans autonomie recevant leurs directives de Paris et envoyant à la capitale pour les faire juger tous les projets des élèves. » Pour comprendre le rattachement pédagogique des écoles régionales à l’École nationale supérieure de beaux-arts de Paris (ENSBA), il faut revenir au décret institutif des écoles régionales de janvier 1903[2].

École régionale d’architecture de Rennes, s. d. Coll. part.

Faveur faite aux provinciaux, leur création est de « plein exercice », autrement dit les écoles sont aptes « à conférer [à leurs élèves] le même titre que la [section architecture de l’École des beaux-arts de Paris], les mêmes droits et les mêmes avantages[3] ». Cette assimilation « en tous points » à l’ENSBA a pour contrepartie l’instauration d’un système de jury centralisé, adossé à un programme de concours communs à toutes les écoles. « L’égalité de la valeur du titre implique nécessairement l’égalité des études et des épreuves » et cette égalité des « savoirs » doit être « constatée », justifie Julien Guadet, rapporteur de la commission d’étude du projet. Conçues comme des filiales pédagogiques au statut d’atelier extérieur, les écoles régionales peinent à exister face à l’institution parisienne. En 1962-1963, par exemple, l’école du quai Malaquais compte environ 2 600 élèves, soit 71 % du contingent des élèves architectes en France (hors École spéciale d’architecture). Les 29 % restant, soit 1 000 élèves, sont répartis dans les treize écoles régionales, dont plus de la moitié dans quatre villes : Lyon, Grenoble, Marseille et Toulouse. La propension à rejoindre Paris augmente au fil du cursus scolaire. Alors que 60 % des admissionistes étudient en province, ils ne sont plus que 30 % des élèves de seconde classe et seulement 19 % des élèves de première classe. Il faut attendre le décret du 6 décembre 1968[4], promulgué par André Malraux sous la pression des événements de mai 68, pour que soit juridiquement rompue l’extrême centralisation du système. Le décret crée cinq unités pédagogiques (UP) à Paris, et treize sur le reste du territoire qui, elles, sont « constituées par les écoles régionales ».

Le caractère soudain de la création de ces structures indépendantes a durablement incité la recherche à ne considérer que le seul contexte immédiat de leur éclosion, les événements de mai 68. Envisagée par une génération d’enseignants et d’historiens peu encline à se retourner sur son passé récent, la fondation des unités pédagogiques d’architecture a longtemps conduit à occulter les années qui l’ont précédée. Cependant, ce sont pourtant près de 30 ans de débats qui devancent et annoncent le décret du 6 décembre 1968 : de 1940 à 1968, presque sans discontinuer, enseignants, élèves, représentants de la profession et autorités de tutelle œuvrent au sein de différentes commissions pour tenter de s’accorder moins sur le principe que sur la portée et la signification de la décentralisation des écoles régionales. L’histoire de ces circonvolutions met au jour, dès les années 1940, le caractère inconciliable des revendications des écoles régionales, des enseignants parisiens et des élèves de l’ENSBA, condamnant ainsi le système au statu quo. Tranchées par le premier ministre Michel Debré, instigateur direct du décret de février 1962 qui transfère la responsabilité de l’enseignement de l’architecture aux différentes « écoles nationales d’architecture », ces apories de la décentralisation sont réarticulées par le directeur de l’Architecture Max Querrien dans une démarche associant rénovation globale de l’enseignement et vision égalitaire de la décentralisation, et dans laquelle l’architecture du décret du 6 décembre 1968 trouve l’une de ses sources directes.

 

Les apories de la décentralisation

La loi du 31 décembre 1940, qui subordonne le port du titre et l’exercice de la profession d’architecte à l’obtention d’un diplôme légal, a produit par ricochet un changement discret mais radical des objectifs assignés par l’État à l’enseignement de l’architecture. École supérieure destinée à former une élite académique, « la section d’architecture de l’École des beaux-arts […] se trouve […] transformée en un établissement distributeur d’un certificat légal d’exercice du métier d’architecte[5] ». La réglementation du titre entraîne une réforme de l’enseignement de l’architecture qui intervient en 1941[6], sous l’impulsion de Louis Hautecœur, nouveau directeur général des Beaux-Arts[7]. L’enseignement « normal » que vient sanctionner le diplôme légal et l’enseignement qui lui est préparatoire sont désormais délivrés par des écoles dites autorisées, parmi lesquelles sont admises les écoles régionales. Contrepartie de cette décentralisation régionale de l’enseignement du diplôme, l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) dispense un cycle d’étude supérieure au sein de la nouvelle section des hautes études, accessible sur concours à tous les architectes diplômés.

Le décret du 14 mai 1942, réécriture des équilibres des « lois Hautecœur » de 1941

Ce premier équilibre des lois Hautecœur est largement réécrit par deux textes adoptés en mai et en septembre 1942[8], dans lesquels s’expriment les visions de la décentralisation respectivement défendues par l’ENSBA et par les écoles régionales. L’école du quai Malaquais voit son magistère écorné par son assimilation aux écoles autorisées tenues de délivrer un enseignement normal et l’enseignement préparatoire. Elle obtient d’être distinguée de ces dernières par le rétablissement de son concours d’admission, préalable à la délivrance d’un enseignement complémentaire au cycle normal « en vue de l’admission aux hautes études ». Obligatoire, cet enseignement désigne la section des hautes études comme destination naturelle des élèves de l’école parisienne, laquelle est déchargée, de surcroît, de l’enseignement préparatoire confié à une nouvelle école régionale d’Île-de-France[9]. Du côté des écoles régionales, Robert Danis, directeur de l’école d’architecture de Strasbourg et inspecteur général des écoles régionales, s’oppose en vain au sein du Conseil supérieur de l’enseignement de l’architecture à l’assimilation des écoles régionales aux écoles autorisées et milite sans plus de succès pour le rétablissement du jury unique prévu par le décret de 1903. La disjonction de l’ENSBA et des écoles régionales fait en effet perdre à ces dernières le bénéfice du prestige des concours et de l’enseignement commun. En septembre 1942, les écoles régionales obtiennent qu’un champ commun d’enseignement soit reconstitué. Ceux de leurs élèves admissibles mais non admis au concours d’admission de l’école parisienne sont néanmoins autorisés à prendre part aux concours de l’enseignement complémentaire organisés et jugés à Paris. Pour ce faire, un jury commun aux écoles régionales et à l’ENSBA est à nouveau constitué.

En octobre 1944, l’étude des réformes de l’enseignement de l’architecture est transférée à la direction de l’Architecture au sein de laquelle est créée une section de l’enseignement de l’architecture auprès du Conseil des bâtiments civils[10]. Sa présidence est confiée à Robert Danis, acquis au rattachement des écoles régionales à l’ENSBA. Si la section de l’enseignement opte pour la conservation, sous une forme modifiée, de la section des hautes études en vue « d’une hiérarchisation de la profession », elle rétablit, pour le reste, le système d’enseignement préexistant aux lois Hautecœur, accédant ainsi à la demande des écoles régionales au vu de leur « l’expérience des années précédentes » qui avait montré que « la vie des écoles de province ramenée à elle-même amen[ait] une réelle déficience de niveau[11] ». Ce retour en arrière manifeste surtout l’attrait ambigu de la filialisation des écoles régionales, dont la survie sans moyens financiers dépend étroitement de l’association au diplôme DPLG. La nouvelle section des hautes études, dont le fonctionnement est précisé en 1946, reste contestée par la Grande Masse, qui dénonce un « super diplôme aux avantages substantiels et exclusifs » accordé à « une petite caste d’architectes galonnés avant d’avoir donné la mesure de leur valeur personnelle dans l’exercice de la profession[12] ». Sa suppression en novembre 1948 clôture définitivement le cycle des lois Hautecœur. À cette date, les apories de la décentralisation sont constituées, condamnant pour près de 20 ans le système à l’immobilisme. Premièrement, les écoles régionales veulent conserver leur qualité de filiale de l’ENSBA, qui leur ouvre droit au bénéfice du diplôme DPLG. Deuxièmement, la direction et les enseignants de la section architecture des Beaux-Arts cherchent à consolider le caractère supérieur de son enseignement dans le nouveau contexte pédagogique induit par la loi du 31 décembre 1940. Troisièmement, la Grande Masse refuse l’éventualité d’un double diplôme et plus largement la mise en œuvre de toute formation « sur-diplômante ».

 

Réforme permanente et statu quo

À partir de 1948, la direction générale des Arts et des Lettres reprend le contrôle de la réforme de l’enseignement de l’architecture. Elle instaure un Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture[13] que Jacques Jaujard, son directeur, préside, en concédant la direction des débats aux grandes figures enseignantes de l’ENSBA, membres du comité. En son sein, le double diplôme emporte la faveur de nombreux enseignants, car il permet d’organiser l’enseignement légal sans constituer pour l’école parisienne une « surcharge inacceptable[14] » ni entraîner son assimilation aux écoles régionales qui constituent, aux dires d’André Leconte, de « simples cours par correspondance » ne pouvant conduire à l’obtention du même diplôme que celui décerné par l’École des beaux-arts[15]. En 1953, un rapport établi sous la présidence de Joseph Marrast[16] réactualise les propositions des lois de 1942 en réservant aux écoles régionales et à l’École spéciale d’architecture le soin de délivrer l’« enseignement normal[17] » aux « constructeurs honnêtes […] bornant leurs ambitions à l’inscription à l’ordre » et à l’école du quai Malaquais – « débarrassée des sujets médiocres que l’on traîne, sans profit pour eux, au détriment des autres » – l’enseignement supérieur. Le comité renonce à entériner ce projet sous la pression, à la fois, de la Grande Masse critiquant la « hiérarchie scolaire » projetée, des écoles régionales, dont l’enseignement se voit discrédité, et de certains de ses membres se parant de prudences malthusiennes. « La controverse engagée depuis dix ans sur ce problème fondamental n’est pas encore abouti à une solution définitive[18] », constate Jacques Jaujard. La discussion se réorganise sous l’impulsion d’André Leconte qui convainc le comité de la nécessité de « définir d’une part le programme des connaissances sanctionnées par le diplôme permettant la simple inscription à l’Ordre, d’autre part le programme des connaissances supérieures exigées des architectes se destinant à servir l’administration des bâtiments[19] ». La démarche conduit à valider le principe d’un double diplôme, pourtant rejeté l’année précédente. Deux ans plus tard, un nouveau projet présenté par André Leconte[20], s’inscrivant dans la filiation des lois Hautecœur de 1941, prévoit que l’enseignement de premier degré soit dispensé, en province, par les écoles régionales et à Paris par l’ENSBA. L’enseignement de second cycle préparant aux hautes fonctions administratives constitue en revanche l’apanage de l’ENSBA, bien que le projet envisage que les écoles régionales puissent théoriquement y prétendre « si elles justifient des organisations nécessaires ». Dénonçant une « erreur profonde[21] » qui « condamne l’architecte sortant d’une école régionale à un diplôme régional ou légal […] de moindre valeur » au bénéfice « non pas [d]’une élite mais [d]’une caste de privilégiés », les ateliers de province rappellent que « le meilleur moyen de défendre ces écoles régionales est de leur permettre d’affirmer une fois de plus leur solidarité avec l’école de la rue Bonaparte[22] ». De son côté, fidèle à sa doctrine, la Grande Masse condamne « la détermination scolaire des futurs grands architectes [qui] est une vue de l’esprit [puisque] c’est la vie qui les désignera plus sûrement que des concours d’école[23] ».

Le comité n’ignore rien de la nécessité de mener à son terme une réforme dont la direction de l’Architecture menace de se saisir. « Il faut absolument aboutir », soutient Marrast, « si nous ne trouvons pas une solution […] on nous dira : “Il y a plus de 20 ans que la réforme de l’enseignement est envisagée et vous avez été incapables de faire quoi que ce soit[24]. »

Sans gloire, le comité fait droit à la proposition de Nicolas Untersteller, directeur de l’ENSBA, d’adopter le rapport à l’exception des points pourtant centraux que sont la décentralisation et la sanction du double niveau d’enseignement. Jacques Jaujard se satisfait de l’adoption de quelques mesures mineures qui « montrer[ont] que la réforme est désormais entrée dans le domaine des mesures concrètes[25] » et brandit l’obstacle que constitue la nécessité d’un engagement financier de l’État. Sans doute le temps est-il venu de transmettre le dossier de la décentralisation à un plus haut niveau de l’État que celui d’un comité consultatif dépassé par les enjeux et paralysé par les conflits corporatifs[26] et d’une direction générale des Arts et des Lettres qui ne semble pas en mesure d’obtenir les arbitrages financiers qui s’imposent.

 

Le décret du 6 février 1962 et les écoles nationales

Michel Debré (1912-1996). Bundesarchiv, B 145 Bild-F008808-0003, Wegmann, Ludwig, CC-BY-SA 3.0

En 1959, la direction générale des Arts et des Lettres rejoint le nouveau ministère des Affaires culturelles en emportant dans ses bagages la réforme de l’enseignement de l’architecture. Néanmoins, au mois d’avril 1960, de façon assez surprenante, la nouvelle dynamique réformiste de l’enseignement de l’architecture n’émane pas de la nouvelle tutelle mais du premier ministre Michel Debré, qui prend l’initiative de la réforme[27] et en accompagne l’élaboration.

Dans un premier temps, il est envisagé de confier à deux ou trois écoles nationales d’architecture et à l’ENSBA le soin d’assurer l’enseignement conduisant au diplôme, complété d’une année de spécialisation « d’urbanisme ou de monuments historiques ». Les écoles régionales se voient réduites à de simples centres de préparation de « l’examen de fin de première année des écoles nationales ». Le décret définitif[28] réajuste l’équilibre en structurant l’enseignement en deux cycles. Le premier cycle est dispensé par les écoles régionales et nationales et sanctionné par un brevet de dessinateur-projeteur. Le second cycle est pris en charge par les écoles nationales et l’ENSBA et mène au diplôme. Si le décret s’inscrit dans la tradition du double diplôme débattu depuis 1940, il s’en distingue par la création, en pendant à la structure hypertrophiée de l’école parisienne, d’un petit nombre d’écoles nationales financées par l’État. La nécessité de dédommager l’ENSBA de la pluricentralité du nouveau système conduit à lui rattacher le centre de spécialisation et de recherche que crée aussi le décret et dont les conditions d’accès et les sanctions ne sont pas précisées, par égard pour la Grande Masse, toujours opposée à un cycle de spécialisation. Malgré cet aménagement, les grands massiers Paul Palatchi et Philippe Molle ne cesseront de dénoncer la « hiérarchie de valeur professionnelle » et « la suprématie très contestable de l’école de Paris[29] » instaurées par le décret. Sont également dénoncées les lacunes du projet. Côté enseignants, Marcel Lods notamment exprime sa déception devant un texte « trop vague et trop prudent […] qui procède par renvois à des textes ultérieurs et n’évoque jamais l’objet des programmes d’enseignement ». Clairvoyant, le chef d’atelier en déduit : « Cette réforme sera ce que les gens chargés de la faire en feront[30]. »

 

Vers une décentralisation horizontale

En février 1963, alors que les services du directeur général des Arts et des Lettres, Gaëtan Picon, ont déjà élaboré une première version des textes d’application, la responsabilité de la réforme de l’enseignement échoit à titre personnel à Max Querrien, nouveau directeur de l’Architecture. Celui-ci tourne la brièveté du décret à l’avantage d’une rénovation de l’enseignement qui prenne la mesure des dimensions sociales et urbaines de l’architecture. Si, techniquement, et jusqu’en mai 1968, Querrien se conforme à la lettre du décret de 1962, la profondeur de la réforme de la pédagogie et de l’enseignement qui s’exprime progressivement dans les textes d’application s’écarte sans aucun doute des visées initiales de Michel Debré. Par ailleurs, Querrien laisse rapidement entendre que la décentralisation de l’enseignement en province devra s’accompagner de celle à Paris, ce qui ne figurait pas dans le décret de 1962. Dès  juillet 1963, le nouveau directeur évoque l’ouverture « d’une seconde école d’architecture » à Paris, qui « pourrait être différente quant aux moyens matériels et aux méthodes » et relève que « les décentralisateurs ne manqueront pas de parler de paradoxe[31] ». Alors que les différents projets de décentralisation mis à l’étude depuis 1940 cherchaient à faire lever un enseignement en région sans porter atteinte au magistère de l’ENSBA, Querrien inverse l’ordre du processus. Abordant frontalement l’institution, il impose progressivement l’idée que la réduction de l’hypertrophie parisienne doit s’inscrire dans le mouvement de la décentralisation régionale. Deux ans plus tard, c’est à la description d’un maillage territoriale d’écoles administrativement et pédagogiquement autonomes que se livre Querrien : « Dans l’avenir, nous savons que pour la seule région parisienne, il y aura plusieurs écoles et que pour l’ensemble de la France, il y en aura davantage encore, chacune ayant compétence pour [s]organiser avec le plus de liberté[32]. » Désireux d’accélérer, in concreto, la maturation et la diffusion des idées nouvelles, il reporte le vote des textes et constitue des « commissions des programmes de l’enseignement de l’architecture », véritables chambres de débats sur les programmes des futures écoles et le rôle social de l’architecture. En mars et avril 1968, Querrien présente enfin au Conseil supérieur de l’enseignement de l’architecture la version finale des textes d’application du décret de février 1962. Modifiés « sur de nombreux points » et « volontairement bref[s], de manière à faciliter une réforme permanente », ceux-ci « visent essentiellement à traduire l’idée que les écoles nationales d’architecture sont des établissements réellement autonomes[33] ». Ses organes pédagogiques, les comités des études, disposent de « pouvoirs étendus[34] » limités par la reconnaissance d’un tronc commun d’enseignements obligatoires. À l’occasion de cette présentation, le directeur de l’Architecture insiste non seulement sur l’enjeu égalitaire que présente la disparition de la section architecture de l’ENSBA mais aussi sur les modalités techniques et pédagogiques du processus : « Il n’y aura plus d’ENSBA exerçant un magistère car il n’y aura de réforme que si l’enseignement est dispensé dans une stricte égalité par un réseau unique sans privilèges pour personnes. » Pour ce faire, précise-t-il, « il devrait y avoir éclatement de l’École de Paris en 4 écoles préfigurées par les groupes [A, B, C-rive gauche, C rive-droite][35] ».

Les événements de mai 1968 précipitent l’éclatement de l’ENSBA et la formation des écoles autonomes à Paris et en régions. Si le régime juridique de ces écoles, appelées unités pédagogiques, découle du décret du 6 décembre 1968, les dispositions arrêtées – la décentralisation horizontale, l’éclatement de l’ENSBA, la nationalisation des écoles, l’autonomie pédagogique, le tronc commun – s’inscrivent manifestement dans le sillage politique et idéologique du dernier état des textes applicatifs du décret de février 1962. Trente ans de piétinements et de volte-face trouvent là leur accomplissement.


[1] Jean-Paul Martin, « Le jour se lève », L’Architecture d’aujourd’hui, n°143, mai 1969, p. 19-24.
[2] Décret du 23 janvier 1903, Journal officiel de la République française (JORF) du 31 janvier 1903, p. 571-575.
[3] Rapport au président de la République du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, JORF du 31 janvier 1903, p. 570.
[4] Décret n°68-1097 du 6 décembre 1968, JORF du 7 décembre 1968, p. 11483-11484.
[5] Pierre Vivien, Rapport sur la réforme de l’enseignement de l’architecture remis à André Malraux, Gaétan Picon (directeur des Arts et des Lettres) et Nicolas Untersteller (directeur de l’ENSBA), 20 novembre 1959. AN 1995 0514/12.
[6] Arrêté du 17 février 1941 portant réorganisation de l’enseignement de l’architecture, JORF du 5 avril 1941, p. 1475-1476 ; décret du 26 juillet 1941 créant une section des hautes études d’architecture à l’École nationale supérieure des beaux-arts, JORF du 27 juillet 1941, p. 3147-3148.
[7] Sur les différents aspects de la réforme de l’enseignement de l’architecture de 1941, voir Antonio Brucculeri, Louis Hautecœur et l’architecture classique en France : du dessein historique à l’action publique, Paris, Picard, 2007, p. 308-328.
[8] Arrêté du 14 mai 1942 relatif à la section d’études normales d’architecture de l’École nationale supérieure des beaux-arts, JORF du 17 mai 1942, p. 1802-1803 ; arrêté du 11 septembre 1942 afférent aux écoles régionales d’architecture, JORF du 22 septembre 1942, p. 3237.
[9] Notamment destinée à éviter que l’École spéciale d’architecture ne bénéficie du monopole de l’enseignement préparatoire à Paris, l’école d’Île-de-France sera qualifiée en 1945 par Henri Bernard, alors grand massier, « d’école fantôme ». Lettre du grand massier, s. d. AN AJ 52/1030.
[10] Arrêté du 20 octobre 1944 : un exemplaire signé figure dans la cote AJ 52/1030. La section est composée d’une majorité d’enseignants et d’anciens enseignants de l’ENSBA.
[11] Rapport de la sous-commission de la section spéciale de l’enseignement du Conseil général des bâtiments civils et des palais nationaux, 6 novembre 1944 (AN AJ 52/1030) et séance du 26 janvier 1945, Section de l’enseignement de l’architecture, Conseil général des bâtiments civils (AN AJ 52/1030).
[12] Raymond Nicolas, Journal de la Grande Masse, octobre 1948.
[13] Arrêté du 3 décembre 1947 portant création d’un comité consultatif de l’enseignement de l’architecture, JORF du 11 décembre 1947, p. 12085. Pour un exposé des motifs par le directeur de l’Enseignement et de la Production artistique : AN F 21816.
[14] Emmanuel Pontremoli, 15e séance du Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture (CCEA), 7 juillet 1949. AN AJ 52/1030.
[15] Ibid.
[16] Rapport Marrast, 1952. AN AJ 52/1031.
[17] 21e séance du CCEA, 22 juin 1953. AN AJ 52/1030.
[18] 23e séance du CCEA, 13 octobre 1953. AN AJ 52/1030.
[19] 25e séance du CCEA, 28 mai 1954. AN AJ 52/1030.
[20] Rapport Leconte II, avril 1956. AN AJ 52/1030.
[21] Extraits de la note « Opinion des directeurs des écoles régionales d’architecture ». AN AJ 52/1030.
[22] 29e séance du CCEA, 25 juin 1956. AN AJ 52/1030.
[23] Ibid.
[24] Joseph Marrast, Minutes de la séance du CCEA du 25 juin 1956. AN AJ 52/1040.
[25] Analyse du dossier relatif à la réforme de l’enseignement, DGAL, s.d. (automne 1956). AN AJ 52/1032.
[26] À son propos, Pierre Vivien, chef d’un atelier intérieur de l’ENSBA, écrit à André Malraux que « la tâche qui lui est confiée semble dépasser ses possibilités de décision ou d’option » et que les mesures adoptées n’ont engendré que des « modifications de détail ». AN 1995 0514/12.
[27] Lettre de Michel Debré à André Malraux, 27 avril 1960. AN AJ 52/1035.
[28] Pour le texte du premier projet, voir AN 1988 003/2 2.
[29] « Le projet actuellement mis au point n’a pas l’accord des élèves des Beaux-Arts », Le Monde, 9 novembre 1961.
[30] Marcel Lods, « L’École des beaux-arts a 50 ans de retard ! », Arts, 21 février 1962.
[31] CCEA, 1er juillet 1963. AN 19950514/12.
[32] CCEA, 1er décembre 1965. AN 1978 0694/26.
[33] CCEA, 25 avril 1968. AN 19950514/12.
[34] Rapport et projets de décret à la date du 25 avril 1968. AN 19780694/21
[35] CCEA, 25 avril 1968. AN 19950514/12.

 

Sommaire


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search