L’école spéciale d’architecture : les années 1960 et le tournant de 1968

Par Frédéric Seitz,
Professeur des universités honoraire

Après la seconde guerre mondiale, l’École Spéciale d’Architecture traverse une période d’euphorie. Les inscriptions reprennent, de France comme de l’étranger. Les bâtiments de l’École doivent être réaménagés et les ateliers bordant la cour, surélevés. Chaque année, les promotions sont de 80 à 90 diplômés.

Début des années 1960 : Le renouvellement des équipes

En 1954, Auguste Perret disparaît à l’âge de 80 ans. On feint alors d’oublier son parcours sous le régime de Vichy[1] et Jacques Tournant, dans un texte d’hommage de 1965[2], ne mentionne même pas cet épisode de sa vie.

Puis, Pierre Le Bourgeois (1879-1971) prend sa retraite et Henri Gautruche (né en 1885) meurt en 1964, l’École perdant ainsi deux chefs d’ateliers. Ces départs marquent la fin de l’équipe qu’Henri Prost – dont on « oublie » également le parcours sous le régime de Vichy – avait constituée autour de lui.

De nouvelles personnalités arrivent : Raymond Lopez « dont le dynamisme avait littéralement enflammé son atelier[3] », F.C. Chevallier appelé à succéder à Auguste Perret, Louis Georges Noviant qui est chef d’atelier de 1957 à 1968 en remplacement de Raymond Lopez, Arthur-Georges Heaume qui enseigne et est chef d’atelier de 1956 à 1967, Robert Biset (Grand Prix de Rome), Bernard de La Tour d’Auvergne qui est professeur et chef d’atelier de 1961 à 1968 enfin, Guy Le Garlantezec. Roger Poulain, Pierre Bouquerel et Daniel Fenzy (fils de Fernand Fenzy, l’ancien directeur fusillé par les Allemands pendant la guerre) animent, quant à eux, les ateliers de préparatoire.

En 1965, les cinq ateliers de l’École regroupent 300 élèves répartis en trois classes. S’y ajoutent 160 à 170 élèves qui préparent le concours d’admission dans une quatrième classe au sein des trois ateliers de préparatoire.

À ces ateliers s’ajoutent une salle de dessin ou corrigent trois professeurs : Daniel Deparis, Rebeaud et Pierre Godard (ce dernier ayant aussi la responsabilité d’un atelier de modelage) qui « font travailler à tour de rôle admissionnistes et élèves reçus[4] ».

C’est ainsi que se présente l’École Spéciale d’Architecture quand de nouvelles intentions de réformes de l’enseignement de l’architecture sont annoncées par les pouvoirs publics. Les responsables de l’École Spéciale d’Architecture se glorifient que les dispositions prévues dans ces projets de reformés soient si proches de celles qui existent déjà à l’École : travail à temps complet, présence et assistance obligatoires aux cours et à l’ensemble des travaux, intégration des classes préparatoires à l’examen d’admission dans les écoles, etc. « En ce qui concerne le programme pédagogique », note en outre Jean Royer, toujours à propos de ces projets, « la trame d’origine sur laquelle nous vivons toujours, avec les apports qui l’ont complétée, se plaque de façon assez extraordinaire sur celle qui est recommandée par le décret[5] ».

1968 : Former des architectes d’un « type nouveau »

C’est alors qu’interviennent les évènements de 1968 et toute une série de remise en cause des dispositifs jusqu’alors en place dans le domaine de l’enseignement de l’architecture, notamment :
– du système, dominant jusqu’alors, du « patron » ou « chef d’atelier », dont les jugements sont considérés comme ni définis, ni définissables et comme éminemment subjectifs et dont l’enseignement est regardé comme totalement coupé des disciplines théoriques et techniques,
– mais aussi des méthodes d’enseignement magistral reposant sur un exposé́ oral du maître et la passivité des étudiants ; les responsables de l’École Spéciale d’Architecture notent d’ailleurs, à ce sujet, que le cours magistral a été abandonné́ dans de nombreuses écoles d’architecture à l’étranger et remplacé par des méthodes plus directes faisant appel à l’esprit d’initiative des étudiants.

La période est aussi celle de toute une série de réflexions sur le rôle social de l’architecte et sur la pratique architecturale.

Face à ce qui apparaît alors inéluctable – la disparition du caractère individuel et artisanal de la profession d’architecte – les acteurs de l’École Spéciale d’Architecture tentent de définir l’architecte « d’un type nouveau » – selon l’expression employée au sein de l’École – qui est appelé à apparaître. Cet architecte devra s’affranchir des règles professionnelles ordinales « archaïques et dépassées », qui « ne correspondent en rien ni à la réalité ni aux besoins de notre époque[6] ». Il devra faire évoluer ses pratiques – il travaillera de moins en moins pour des « clients » personnalisés et de plus en plus pour des organismes publics ou privés. Il devra s’adapter à la nouvelle complexité du mode de production du bâtiment – du fait de l’industrialisation, des transformations du monde de l’entreprise, de la place croissance des bureaux d’études techniques, de l’intervention grandissante des organismes de promotion et des organismes financiers, etc. Il devra intégrer dans ses travaux des problématiques nouvelles comme l’insertion de la production architecturale dans son contexte urbain ou rural, l’aménagement, la planification régionale, l’environnement, l’écologie, etc. Il devra en outre se rapprocher des différents domaines des sciences et des sciences sociales pour exercer son activité « en pleine connaissance de cause ». « Qui pourrait encore croire », interroge une brochure de l’École à ce sujet, « que l’œuvre architecturale se situe hors du temps, hors de la société, hors de la vie politique ?[7] »

Les exemples auxquels se réfèrent les auteurs des brochures de l’École Spéciale d’Architecture de cette époque, sont les États-Unis où les activités de l’architecte se développent dans de grandes firmes, mais aussi … les pays socialistes (URSS, Allemagne de l’Est, Pologne) où la fonction architecturale est intégrée au processus industriel de production du cadre bâti, mais aussi à celui de la planification urbaine, régionale et économique.

L’enjeu est important pour une école privée comme l’École Spéciale, dont les financements sont liés au nombre d’élèves inscrits. Ses responsables sont attentifs à l’évolution de la situation. Ils s’intéressent particulièrement à la diversification des profils d’architectes qui est déjà une réalité dans des pays comme les États-Unis – une étude de l’université de Harvard y dénombrait alors 120 profils différents. Ils savent qu’en France le ministre de la culture, Edmond Michelet[8] – qui s’appuie sur des études antérieures à 1968 – entend porter le nombre d’architectes en exercice de 8 00025 000 ou 30 000. Ils suivent les évolutions des politiques gouvernementales françaises qui tendent à la généralisation des systèmes industrialisés et à une politique des modèles, politiques qui ne peuvent que favoriser les grosses agences, les bureaux d’études ou les bureaux d’ingénierie.

L’École Spéciale d’Architecture entend bien contribuer à la formation de cet architecte « d’un type nouveau » dont on parle tant, sans s’illusionner cependant – n’oublions pas que nous sommes à la fin des années 1960 et au début des années 1970 – « sur les difficultés d’une telle tâche, sans ignorer que l’architecte ne se forme pas que dans les écoles d’architecture mais aussi dans la pratique professionnelle, comme dans la pratique sociale, sans oublier non plus que l’architecture qu’il produira et qui constituera le cadre de vie des hommes sera autant – et plus peut-être – le résultat d’une pratique sociale que celui de la création architecturale elle-même[9] ».

Années 1970 : Arrivée d’une nouvelle direction

En 1969, un sociologue, Jean Duvignaud, accède à la présidence de l’ESA. C’est un philosophe et un universitaire, Olivier Revault d’Allonnes[10], qui lui succède de 1972 à 1983.

Les directeurs, quant à eux, sont des architectes praticiens mais aussi des chercheurs : Marc Emery[11] en 1968-1969, Michel Jausserand[12]de 1969 à 1972. Une direction collégiale leur succède entre 1972 et 1975, composée de Anatole Kopp[13] – il a été appelé à l’ESA à l’initiative de Marc Emery – Paul Virilio[14] et Bernard Granotier. En 1975, François Wehrlin[15] – qui a une formation littéraire et de sciences politiques et dont la carrière a été entièrement menée au service de l’art – devient directeur de l’École à son tour. Il le reste jusqu’en 1982.

Mise en place d’une nouvelle pédagogie

Chacune de ces personnalités va contribuer à refonder l’École Spéciale d’Architecture sur des bases pédagogiques nouvelles. Les bouleversements qu’elles introduisent sont fondés sur la nécessaire adaptation de l’enseignement « à la situation actuelle et à son évolution prévisible[16] ». Ils comprennent plusieurs volets.

La suppression du système du « patron »

Le premier est la suppression du système du « patron », ce qui ne signifie pas la suppression de l’atelier lui-même, mais la transformation profonde de son mode de fonctionnement.

Une École « pluri-tendancielle »

Le second est le choix de l’École Spéciale d’Architecture d’être ouvertement « pluri- tendancielle ». Au travers de ce choix, les responsables de l’École prennent ouvertement le contre-pied des Unités Pédagogiques d’Architecture qui se sont créées après 1968 – à la suite de l’éclatement de l’École des Beaux-Arts – en regroupant les enseignants et les étudiants en fonction d’options pédagogiques, méthodologiques, voire politiques, chaque Unité́ Pédagogique prenant une physionomie particulière et représentant une « tendance » en matière d’enseignement de l’architecture. « L’École Spéciale d’Architecture aurait pu elle aussi opter pour une tendance particulière – technologique peut-être pour rester conforme à l’esprit qui présida à sa fondation. Elle a au contraire choisi d’être « pluri-tendancielle », c’est-à-dire de permettre la cohabitation en son sein de tendances diverses, voire opposées entre elle[17] ». L’École Spéciale d’Architecture sera ouverte sur l’extérieur et ouverte aux multiples approches de l’architecture qui se font jour. Elle permettra à̀ ses élèves de trouver des orientations pédagogiques et des options architecturales différentes.

Ces « tendances » s’expriment dans les groupes de travaux constitués par les enseignants et les étudiants en fonction de préoccupations et d’orientations communes.

Certains groupes privilégient l’aspect économico-technologique de l’architecture, d’autres insistent plus particulièrement sur les aspects humains et sociaux, d’autres mettent l’urbanisme, la géographie urbaine et l’écologie au centre de leurs problématiques, d’autres encore tentent, à partir de programmes réels, de procéder à une simulation du processus de production architecturale et urbanistique. Ces tendances représentées par chaque groupe ne sont ni rigides ni exclusives les unes des autres.

Des disciplines nouvelles

Le troisième volet de la refondation pédagogique de l’École Spéciale d’Architecture réside dans l’introduction, dans le cursus des élèves, de matières et de disciplines qui n’y figuraient pas : sciences humaines, économie au sens large du terme, mathématiques et informatique en tant qu’outils de l’architecture, urbanisme et planification – qui tendent à devenir un débouché possible pour les architectes – géographie, psychologie des formes et des espaces, écologie – négligée jusqu’alors – etc. Ces disciplines, « qu’il ne saurait s’agir de maîtriser totalement dans une école d’architecture », ne figuraient pas dans les programmes d’avant 1968. « Or, de plus en plus, les architectes auront, soit à les utiliser directement, soit à travailler dans des équipes pluridisciplinaires au côté de spécialistes de ces différents domaines. Une familiarisation avec leur champ d’application comme avec leurs méthodes s’impose donc[18] ».

Les auteurs de la réforme entendent que ces nouvelles disciplines soient intégrées entre elles et intégrées aux exerces d’application et de synthèse qui constituent l’essentiel de l’enseignement de l’architecture. Il ne s’agit plus seulement, comme avant 1968, d’inviter des professeurs de chaires à donner des avis techniques sur les projets qui se font dans les ateliers, mais de considérer l’enseignement comme un tout. « La sociologie, l’économie, la psychologie, les techniques diverses, les acquis récents de l’histoire de l’architecture contemporaine ne doivent plus être considérées comme des matières annexes, secondaires, par rapport à cette activité majeure, noble et essentielle (mais indéfinie et fondée essentiellement sur des critères subjectifs) et qui avait nom: composition architecturale, mais doivent devenir les matériaux et les outils de cette composition qui sans eux ne sera jamais qu’un graphisme vide de sens[19] ».

Vers une pédagogie « tendancielle »

Les responsables de l’École Spéciale d’Architecture ont conscience que la mise en pratique de ces nouveaux enseignements est liée aux débats qui dominent alors la profession d’architecte sur son rôle et sa fonction sociale (cf. supra). « Ainsi aboutit-on à̀ cette situation paradoxale pour une école d’architecture : préparer des jeunes filles et des jeunes gens à une profession dont on ignore encore ce qu’elle sera demain[20] ». De ce constat découle le quatrième volet de la réforme pédagogique de l’École Spéciale d’Architecture, ce que ses auteurs appellent une pédagogie « tendancielle », c’est à dire une pédagogie non figée, évolutive et attentive aux changements professionnels comme aux changements sociaux, aux progrès de la technique, à l’évolution des besoins, fondée sur la connaissance de la réalité mais aussi sur les transformations probables, dans tous les domaines, du proche avenir.

L’application de cette pédagogie « tendancielle » a une conséquence: « À l’exemple d’autres écoles dans le monde et en particulier de celle de l’Architectural Association (AA) de Londres[21] », l’École Spéciale d’Architecture procédera à un renouvellement raisonné du corps enseignant, sera attentive à son ouverture sur l’extérieur et à son enrichissement et veillera à l’introduction d’interventions – ponctuelles ou plus durables – de professionnels de toutes les disciplines. Grâce à̀ ce dispositif, les responsables de l’École espèrent renforcer son insertion indispensable dans la réalité.

C’est dans ce contexte que des postes de « Visiting-Professors » sont créés. Ces Visiting- Professors, invités par les élèves, sont des personnalités françaises ou étrangères, réputées pour leurs travaux dans le domaine de l’architecture. Ils se voient confier la responsabilité d’un atelier pour un ou deux semestres et y développent une problématique originale, quelquefois embryonnaire dans l’École. Leur intervention donne également lieu à des conférences ou à des séminaires et s’achève par une exposition qui présente les études réalisées et en constitue la mémoire. « Ainsi, les Visiting-Professors, par le dialogue qui s’instaure autour des thèses qu’ils proposent, par le travail pédagogique qu’ils mènent avec les élèves, contribuent de manière déterminante à la dynamique et à l’actualité du débat architectural au sein de l’École[22] ». Parmi ces Visiting-Professors, on compte Yona Friedmann en 1972-1973, Renée Gailhoustet en 1974-1975, François Lombard en 1975-1976, Cuno Brullmann en 1978- 1979, etc.

Le temps des expérimentations

Plusieurs expérimentations intéressantes viennent compléter cet effort de renouveau pédagogique des années 1970.

Une Unité de Recherche Appliquée de l’École Spéciale d’Architecture – UDRA/ESA – est mise en place en 1974, à l’initiative d’Anatole Kopp et de Maurice Ducreux. Constituée à l’origine sous la forme d’une association loi de 1901 – à une époque où la recherche se développait au sein des agences d’architecture et d’urbanisme mais sans liaison avec les établissements d’enseignement – l’UDRA/ESA est une expérience originale d’intégration de la recherche à l’enseignement. Accueillant une dizaine de chercheurs, elle a pu mettre sur pied son propre programme de recherche sur des thèmes variés : aménagement, production du cadre bâti, cadre architectural et vie sociale, protection du tissu urbain, sociologie de la ville, etc.

Une antenne pédagogique est mise en place à Chailles, dans le Loir-et-Cher, en 1974. Association régie par loi de 1901, cette antenne, dotée d’unités de production – atelier de menuiserie bois et métal, atelier de maçonnerie – permet aux enseignants et aux élèves de mener des études opérationnelles. Une seconde antenne pédagogique est installée à Bourges, dans le Cher, en 1979. Des élèves viennent s’y initier aux réalités architecturales et urbanistiques régionales. Les travaux qui y sont menés – travaux d’atelier, séminaires, cours, visites architecturales, etc. – tendent à donner aux élèves la possibilité d’une approche concrète de leur futur métier par la « mise en situation » que ces travaux représentent. Les antennes de Chailles et de Bourges se veulent la préfiguration de futures agences universitaires d’architecture.

On notera aussi le lancement et l’édition, en 1977 et à l’initiative de François Wehrlin, d’un hebdomadaire d’information sur l’architecture, l’urbanisme et les arts plastiques. 121 numéros paraissent jusqu’en 1981.

Une nouvelle cogestion

Après 1968, l’École Spéciale d’Architecture conserve sa forme associative, régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle est toujours une école privée, la seule de ce type en France. Ses statuts sont cependant modifiés en 1977. Ces nouveaux statuts traduisent l’esprit de cogestion qui anime l’École à partir de 1968.

L’Association se compose des étudiants inscrits à l’École, des enseignants qui assurent un minimum de 45 heures d’activité durant l’année universitaire, des personnels de l’École, du directeur, d’un membre bienfaiteur de l’École, de six anciens élèves de l’École désignés par la SADESA et de personnalités extérieures à l’École, compétentes en matière d’enseignement et de recherche en architecture.

Les membres de l’Association élisent une Assemblée Générale, dont le renouvellement a lieu annuellement par moitié. Celle-ci est composée du directeur et d’un membre bienfaiteur, tous deux membres de droit, et de délégués élus de chacun des collèges qui composent l’Association. On notera la présence, très fortement majoritaire, des enseignants et des étudiants (14 délégués chacun).

L’Assemblée Générale entend et approuve les rapports sur la gestion du Conseil d’Administration et sur la situation financière et morale de l’Association. Elle approuve les comptes de l’exercice clos. Elle vote le budget de l’exercice suivant. Elle délibère sur les questions mises à l’ordre du jour. Elle pourvoit au renouvellement du Conseil d’Administration.

Le Conseil d’Administration, quant à lui, est composé du directeur, membre de droit, et de membres élus : trois enseignants, trois étudiants, un membre du personnel, un membre de la SADESA, le cas échéant, une personnalité extérieure. Ici encore, les collèges des enseignants et des étudiants sont très fortement majoritaires.

Le Conseil d’Administration délibère sur toutes les questions intéressant l’Association, arrête chaque année le projet de budget et les droits d’inscription des étudiants, définit l’orientation pédagogique de l’École – après consultation de l’Assemblée Générale, d’un Conseil de perfectionnement et d’un Conseil pédagogique – arrête le règlement général des études et le règlement intérieur de l’École et nomme le directeur – dont le premier mandat est de quatre ans, renouvelable ensuite tous les deux ans.

Ce système de cogestion est original. Il comporte des avantages, mais génère aussi de grandes difficultés, qui ont jalonné la vie de l’École depuis sa mise en place. « Les avantages sont du côté́ d’un fonctionnement démocratique en droit très favorable à l’expression de chacun, d’une cogestion attentive aux intérêts et projets de tous, d’un sentiment d’appartenance à l’École. Les difficultés sont celles d’une institutionnalisation fragile, d’une définition trop subjective des règles du jeu, d’un renouvellement trop fréquent des instances de décision favorisant la gestion de l’immédiat au détriment de la continuité et de la cohérence stratégique à moyen et long terme[23] ».

Conclusion

Il apparaît en définitive que les événements de 1968 ont contribué à une transformation radicale de l’École Spéciale d’Architecture. Ses structures d’enseignements ont considérablement évolué, son régime des études a été grandement modifié, son ouverture didactique a été très large, les expériences nouvelles ont été multipliées – avec, comme dans les autres Écoles d’Architecture, une importance peut-être trop grande accordée aux problématiques théoriques, au détriment de l’atelier. Le personnel enseignant a été largement renouvelé. Enfin, une forme nouvelle et originale de cogestion a été introduite dans son fonctionnement interne.

La question se pose de savoir si, au travers de ces évolutions, l’École Spéciale d’Architecture n’a pas continué de perdre la spécificité de ses origines[24]. Autrement dit, les événements de 1968 n’ont-ils pas parachevé le rapprochement de l’École Spéciale d’Architecture avec les Écoles héritières de l’École Nationale Supérieure des Beaux- Arts ?


[1] Cf. Frédéric Seitz, « L’École Spéciale d’Architecture sous l’Occupation », Architecture et urbanisme dans la France de Vichy, Jean-Louis Cohen dir., Paris, Collège de France Éditions, 2020.
[2] Jacques Tournant, « Hommage à Auguste Perret », École spéciale d’architecture, 1865-1965, slnd, p.16-18.
[3] Jean Royer, École Spéciale d’Architecture, 1965-1965, slnd, p. 12.
[4] Jean Royer, École Spéciale d’Architecture, 1965-1965, slnd, p. 12.
[5] Jean Royer, « L’École, 1865-1965 », dans École spéciale d’architecture, 1865-1965, slnd, p.13.
[6] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1973-1974, p.8.
[7] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.10.
[8] Edmond Michelet a été Ministre d’État, chargé des Affaires Culturelles, à la suite d’André́ Malraux, de juin 1969 à octobre 1970.
[9] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.11-12.
[10] Jean Duvignaud est né en 1921 et mort en 2007. Olivier Revault d’Allonnes est né en 1923 et mort en 2009.
[11] Architecte, urbaniste (il a notamment travaillé au Bureau d’études et de recherches urbaines- Béru), Marc Emery (né en 1934, mort en 2014), a été directeur de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui (AA) et a publié de nombreux articles dans Archi-Créé, Le Figaro, Le Jardin des Modes, Empreintes et Scoope.
[12] Michel Jausserand, architecte, est né en 1922 et est mort en 1991.
[13] Anatole Kopp (né en 1915 et mort en 1990), a été formé à l’École Spéciale d’Architecture et au Massachussetts Institute of Technology. Parallèlement à ses activités d’architecte, il a été professeur à l’Université de Paris VIII et grand spécialiste de l’architecture soviétique.
[14] Paul Virilio, urbaniste et essayiste, né en 1932 et mort en 2018, est entré à l’École Spéciale d’Architecture comme chef d’atelier en 1969.
[15] François Wehrlin (né en 1935 et mort en 1998), a également été directeur de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Il est redevenu directeur de l’École Spéciale d’Architecture de 1996 à sa mort.
[16] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.13
[17] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.14
[18] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.16
[19] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.18
[20] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.18
[21] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, 1974-1975, p.19
[22] Brochure de l’École Spéciale d’Architecture, décembre 1983, p.6.
[23] Rapport d’évaluation de l’École Spéciale d’Architecture de Paris, Paris, Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES), 19 juin 2018.
[24] Cf. Fréderic Seitz, « L’École Spéciale d’Architecture sous l’Occupation », Architecture et urbanisme dans la France de Vichy, Jean-Louis Cohen dir., Paris, Collège de France Éditions, 2020.

 

Sommaire


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search