Révision et hégémonie du système beaux-arts : réformer l’enseignement de l’architecture à l’heure de Vichy

Par Antonio Brucculeri,
Maître de conférences, ENSA Paris-Val de Seine, EVCAU – HISTARA (EPHE)

Quand on aborde le sujet des réformes de la pédagogie architecturale en France à l’époque de la seconde guerre mondiale, il faut avancer deux prémisses. D’abord, il est trompeur d’isoler Vichy par rapport à la période qui précède : la fracture que le régime représenta dans la vie politique et culturelle française se situa dans une certaine continuité avec les réflexions et les projets qui avaient mûri au fil des années 1930[1]. Deuxièmement, on ne peut ignorer que la réforme pédagogique s’inscrivit, et ce dès l’entre-deux-guerres, dans un dessein de consolidation de la profession. Ces deux aspects se croisèrent même, puisque dès la proposition de loi du député Liouville en 1921, il fut question de débattre en termes très concrets de la protection du titre d’architecte, alors que les premières tentatives de réforme de la pédagogie beaux-arts apparurent entre le premier après-guerre et le seuil des années 1930[2].

Or, que ce soit à propos de la formation ou de la profession d’architecte, le début de la guerre et l’Occupation furent des accélérateurs des processus entamés dès la décennie précédente. La guerre fonctionna comme démultiplicateur de l’urgence de mettre en œuvre un projet de réforme de la pédagogie cohérent, en lien avec la création de l’ordre professionnel, aboutie le 31 décembre 1940 après une tentative échouée deux ans plus tôt[3].

Deux instances permirent l’aboutissement et l’application de cette réforme pédagogique entre 1941 et 1943. Une Commission de la réforme de l’enseignement fut instituée dès la fin de l’été 1940 auprès de la direction des Beaux-Arts du gouvernement de Vichy. À sa tête, le directeur des Beaux-Arts et ancien professeur d’histoire de l’architecture à l’École des beaux-arts, Louis Hautecœur, plaça le directeur de cette dernière, le sculpteur Paul Landowski, en poste depuis 1937. Dès le 22 juillet 1940, au lendemain de cette nomination, les deux hommes se rencontrèrent au sujet de « la réorganisation de l’enseignement à l’École des beaux-arts[4] ». La deuxième instance est le Conseil supérieur de l’architecture, censé accompagner l’application de la réforme pédagogique, dont la création fut établie par le premier article de l’arrêté fixant, le 17 février 1941, les principes et le cadre de cette réforme[5].

Les procès-verbaux des séances du Conseil supérieur de l’architecture conservés[6], dont la chronologie s’étend du 26 mars 1942 (15e séance) au 15 mai 1944 (54e séance), restituent les débats, parfois très musclés, qui suivirent la promulgation de l’arrêté[7]. Ce Conseil joua un rôle fondamental dans les discussions sur les équivalences et les liens entre les enseignements dispensés dans les différentes écoles et sur les projets de renouveau des statuts des écoles régionales d’architecture et de l’École des arts décoratifs : des discussions liées à la question de l’identification des écoles autorisées à préparer au diplôme légal, que le texte du décret du 17 février mettait en avant. Dès cette époque, une grande importance fut accordée au sujet de la décentralisation de l’enseignement[8], auquel une petite commission présidée par le directeur des Beaux-Arts s’attacha aussitôt, selon une idée envisagée dès janvier 1941. Une année plus tard, comme les procès-verbaux du Conseil supérieur de l’architecture l’illustrent, les « Écoles de Province » – c’est l’appellatif que l’on utilisait – étaient considérées comme l’assise de la section normale des études d’architecture, jusqu’à inclure, par des décrets successifs, une série d’écoles régionales des beaux-arts parmi les établissements aptes à accueillir l’enseignement de cette section, comme celles de Toulouse, de Clermont-Ferrand et de Nancy[9]. Il fut même question de créer une école régionale d’architecture de l’Île-de-France, en ouvrant les portes à un projet de réorganisation de l’enseignement de l’architecture à l’École des arts décoratifs[10]. Mais les inerties étaient intrinsèques à un projet de réforme qui, au-delà de la création d’une section normale, pivot de la réforme même, institutionnalisait les études préparatoires et mettait en place, à la suite des études normales, une section des hautes études, actée quelques mois plus tard par un nouvel arrêté, le 26 juillet 1941. Celle-ci réaffirmait en substance, par une formation finale et sélective, les fondements de la pédagogie beaux-arts, bien qu’assortie de quelques nouveautés, surtout concernant l’élargissement de la palette d’enseignements théoriques, voire la création d’une véritable filière doctorale destinée à concurrencer le prestigieux séjour à l’Académie de France. Les fondements de la pédagogie beaux-arts n’étaient d’ailleurs pas évacués de la structure didactique que représentait la section d’études normale. L’arrêté de février 1941 n’écartait pas l’enseignement par des ateliers, « où les élèves s’instruisent et se façonnent en commun par le contact direct de Maître à disciples[11] ». Bien que dépouillée de la modulation du système des concours d’émulation de seconde et de première classe, cette section normale des études reprenait la progression pédagogique de la section d’architecture de l’École des beaux-arts.

En effet, il suffit de revenir aux débuts des débats, lancés par la Commission de la réforme de l’enseignement entre l’été et l’automne 1940, pour saisir les contradictions et les paradoxes du projet parrainé par le régime vichyste. Il s’agissait de « cherche[r] surtout à changer le moins possible, tout en ayant l’air de changer beaucoup », comme l’exprimait dans son journal le 14 novembre 1940 le président de la Commission de la réforme de l’enseignement, Landowski, en désignant ainsi l’orientation « des sages, ceux qui pensent à l’École et non à leurs intérêts[12] ». L’existence de procès-verbaux de cette commission demeure, à l’heure actuelle, inconnue. À défaut, le journal de Landowski fournit des aperçus éclairants sur l’avancement saccadé, parfois même conflictuel, de ses travaux menés dans l’espace de quatre mois seulement, du 15 septembre 1940 au 16 janvier 1941, par des réunions organisées à Paris au rythme de trois fois par semaine[13].

La mise en question de la légitimité de cette commission trahit déjà les regards divergents sur les contenus de la réforme. La présence minoritaire, en son sein, de représentants de l’enseignement beaux-arts – tels que Robert Danis, directeur de l’École régionale d’architecture de Strasbourg, ou François Vitale, jeune professeur de construction ayant succédé en 1934 à Édouard Arnaud[14] – était l’argument de Landowski contre la nomination de « [Pierre] Paquet [qui] est aux Monuments historiques, [Joseph] Marrast et [Pierre] Remaury [qui] pratiquent un vague enseignement à l’école du boulevard Raspail [l’École spéciale d’architecture, ndr] » ou encore « Camille Lefevre […] qui a été ‟remercié” par les élèves, comme Marrast d’ailleurs quand il essaya de constituer un atelier[15] ». « Pas un chef d’atelier ! », s’exclamait-il le 18 septembre 1940, au démarrage des travaux de la commission. « Comme si pour réformer l’enseignement des lycées et collèges on faisait appel aux tenanciers de boîtes à bachot ou d’établissements libres ![16] » Ainsi, Landowski avait-il demandé et obtenu que Georges Gromort, professeur de théorie de l’architecture depuis 1937, intègre la commission. Pourtant, hormis les représentants du gouvernement tels que Léon Lamblin, commissaire général, et Georges Siméon, chef du bureau de l’Enseignement artistique, parmi les membres de la commission figuraient aussi deux patrons d’atelier : Charles Nicod, chef d’atelier libre depuis 1921, associé à Henri Deglane jusqu’en 1929, et Jacques Debat-Ponsan, patron d’atelier début 1931, s’agissant de l’ancien atelier libre d’Albert Tournaire, puis – à partir de fin 1932 – de l’ancien atelier officiel tenu par Emmanuel Pontremoli, lorsque ce dernier fut nommé directeur de l’école[17]. Pour Landowski, le problème était en réalité que les personnalités qu’il visait faisaient partie d’une commission préexistante, agissant sous l’impulsion de l’ancienne direction des Beaux-Arts et en dehors du cadre de l’école : une commission composée, d’après lui, de « Paquet, président, Lefevre, Marrast, Remaury, [Pierre] Dufau, Vitale et [Gabriel] Marmorat », qui « depuis un an […] travaillait dans le mystère à la Réforme de l’enseignement de l’École[18] ».

Si Landowski ne cachait pas toute sa méfiance vis-à-vis d’une gestion de la réforme qu’il estimait avoir été monopolisée par l’ancien directeur des beaux-arts, Georges Huisman, sa crainte concernait, de manière plus concrète, l’atteinte potentiellement portée à quelques aspects essentiels de la formation proposée par l’École des beaux-arts. Bien qu’elle ait été saluée par Landowski lui-même comme un renforcement important de la formation technique et professionnelle, la création de la section normale, secondée par l’institution d’une section préparatoire, aboutissait à une version réadaptée de la seconde classe, achevée par une « licence de constructeur ». En conclusion cela entraînait, selon les mots de Landowski, « la contradiction savoureuse d’abaisser le niveau [de préparation][19] ». S’il fallait donner l’idée de mettre sur un pied d’égalité l’École des beaux-arts et les établissements de province, c’était, en réalité, pour sauvegarder les spécificités et l’hégémonie de l’école parisienne. La confrontation entre les membres de la Commission de la réforme de l’enseignement lors de la séance du 5 octobre 1940 s’avère instructive à ce sujet. Ceux qui auraient souhaité que les élèves architectes passent sans examen d’admission, au sein de l’École des beaux-arts, de la section normale à celle des hautes études s’opposaient à ceux qui souhaitaient le contraire : ces derniers voulaient éviter les protestations des élèves de province sortant des études normales à l’encontre de l’école parisienne, protestations susceptibles d’alimenter la contestation de sa singularité dans le paysage pédagogique national[20].

Les spécificités de l’enseignement à l’École des beaux-arts étaient en fait au centre de l’attention. La triade concours/jurys/ateliers était l’objet à la fois de la réforme et d’un débat très fort sur la sauvegarde des atouts de la tradition pédagogique de l’ancien établissement. « Pour l’École », écrivait Landowski le 12 octobre 1940, à l’issue des discussions sur la structure à donner à la section normale, « il s’est agi surtout d’ajouter des pièces à l’armature existante, qui est solide, qui a fait ses preuves[21]. » La crise du système pédagogique beaux-arts aurait relevé, selon les propos du président de la Commission de la réforme, de la crise plus large à laquelle les jeunes et l’Europe entière avaient dû faire face, surtout après 1929.

Si Landowski blâmait donc, d’une certaine façon, le rôle des patrons d’ateliers, « à la fois juges et parties » lors des concours, cela ne pouvait pourtant pas entraîner pour lui la suppression de la pratique du concours scolaire qui, « s’il est bien organisé et bien jugé », écrivait-il le 3 juillet 1940, « sera toujours le meilleur moyen de classement[22] ».

« Cette réforme entraîne […] une suppression très grave », pouvait ainsi s’inquiéter Landowski le 18 septembre, lors de l’ouverture des travaux de la commission qu’il présidait, « celle de cette série de projets échelonnés de deux mois en deux mois, toujours sanctionnés par des valeurs, de sorte que rien ne peut être oublié et négligé[23] ». La prudence était de mise face à un système pédagogique dont les tentatives de réforme auraient failli engendrer, selon lui, plus de dégâts que de bienfaits. Le cas des jurys et du rôle qu’y jouaient les patrons d’ateliers lui semblait bien significatif.

« Il y a des idées qu’il ne faut pas lancer trop vite », prévenait Landowski le 20 août 1940, alors que ses entrevues avec la nouvelle direction générale des Beaux-Arts au sujet de la réforme avaient déjà démarré. « Quand elles sont bêtes, mal étudiées, elles sont immédiatement adoptées. Ainsi en est-il de l’idée du roulement des chefs d’atelier. Au fond de la question, il y a celle des jurys. Aucun doute que la seule réelle réforme à faire est celle des jurys. Mais c’est plus d’une réforme morale qu’il s’agit que d’une réforme organique. Quand on est systématiquement contre tout travail d’un jeune qui n’est pas votre élève, quelle que soit la forme du jury, le jugement risque d’être mauvais. Ce sont les jurys qui ont déconsidéré l’École. Alors, on voudrait – c’est moi qui ai eu il y a plusieurs années cette mauvaise idée – faire corriger par roulement. Ainsi il n’y aurait plus d’ateliers écuries. Ce n’est pas sûr, d’abord. Mais surtout quand on se rappelle et quand on réfléchit, on doit reconnaître que l’atelier et le patron sont la base de l’enseignement. On dit que les patrons, ainsi, connaîtront tous les élèves de l’École. Ce sera le contraire, ils n’en connaîtront plus aucun. Ils corrigeront chaque élève deux mois par an ! Ça ne tient pas debout. Et puis, certains élèves iront voir chez eux tel patron plutôt que tel autre. Et la même chose continuera[24]. »

Entre la mi-septembre et la mi-novembre 1940, tout au long des discussions qui portèrent sur le projet pédagogique des sections préparatoire et normale, Landowski mit constamment en opposition l’esprit de réforme et la réalité existante. « Il faut se méfier de secouer les colonnes du Temple. Tout l’édifice vous tombe dessus. Mais nous allons avoir du mal à empêcher qu’on fasse trop de mal », notait-il le 18 septembre[25]. Et encore, deux semaines plus tard : « Je n’ai pas l’impression qu’on se rende suffisamment compte de la gravité de l’opération en cours, puisque ça transforme complètement le mode d’enseignement qui s’est formé de lui-même, par pouvoir interne depuis trois siècles. Je n’ai pas confiance dans les réformes venant de l’extérieur[26]. » Toujours encore : « Difficile de changer sans détruire. Et de ménager tout… », constatait-il le 10 décembre[27]. Cette attitude explique l’inquiétude pour l’aspect de la réforme qui aurait dû préserver, en ultime degré, le système de formation beaux-arts : il s’agit de cet « enseignement supérieur », comme Landowski définissait la future section des hautes études, qui, écrivait-il le 2 novembre 1940, « n’est pas achevé [et qui] si l’on voulait, maintenant, [avec] son organisation si heureuse, avec ses grands concours, sa liaison avec les Écoles régionales, pourrait disparaître d’un seul coup[28] ».

Après la promulgation de l’arrêté du 17 février 1941, les perplexités s’amplifièrent dans les discussions au sein du Conseil supérieur de l’architecture, qui prolongea en quelque sorte la précédente commission et se réunit pour la première fois le 29 avril 1941[29]. Deux exemples s’avèrent éclairants. Il est d’abord question du débat très vif sur le statut de la section normale dans les écoles de province. Après le rapport d’inspection présenté par Danis au Conseil fin avril 1942, les orientations apparaissaient davantage partagées entre une organisation du nouvel enseignement des écoles régionales basée sur leur rattachement à l’ENSBA – conformément à l’ancien décret du 23 janvier 1903 – et une configuration leur donnant entière autonomie. Ce dernier avis ne passa que par 7 voix contre 5. Danis présenta même sa démission au Conseil, à la suite de la décision de ne pas maintenir le rattachement des écoles régionales à l’École des beaux-arts[30]. Fin 1943, cette décision était encore contestée par certaines écoles régionales, comme par exemple à Lyon, où le directeur de l’école et le massier de l’atelier de Tony Garnier et Pierre Bourdeix prirent position dans ce sens[31]. Ensuite, il est question de la subordination complète de l’École des arts décoratifs que cachait le projet d’harmonisation de l’enseignement au sein des deux établissements, un véritable projet de loi porté par le Conseil supérieur de l’architecture, qui aurait dû prendre effet le 1er octobre 1943[32]. Ce projet visait à préserver la supériorité de l’École des beaux-arts, plutôt qu’à articuler de manière symétrique les pédagogies des deux écoles. L’École des arts décoratifs serait devenue une « école préparatoire à l’École nationale supérieure des beaux-arts », du fait que les trois années d’études au sein de cet établissement auraient permis d’accéder sans examen d’admissibilité à la section d’études normale de l’ENSBA.

Cette section normale, qui aurait dû être la cheville ouvrière de la réforme, ne cessa pas en effet de susciter des critiques de plus en plus exacerbées, visant à introduire des amendements, voire à rétablir le statu quo. L’attaque émana d’abord de la Grande Masse des élèves de l’École des beaux-arts. Dès la parution du décret du 17 février 1941, la virulence de ses critiques fut grandissante, et l’association n’hésita pas à emprunter la voie des démarches auprès du maréchal Pétain[33]. Il est significatif qu’une lettre fût même adressée, le 1er octobre 1944, par le grand massier de l’école au ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts du Gouvernement provisoire pour saluer les premières mesures visant l’abolition de la récente réforme de l’enseignement.

L’Académie des beaux-arts aussi manifesta son désaccord sur les contenus de la réforme. Un rapport sur la question de la pédagogie de l’architecture en France fut présenté par Tournaire, membre de l’Institut, le 19 décembre 1942. Ce rapport pointait la formation de base des architectes en vue du diplôme légal, considérée inférieure au niveau assuré par l’ancienne formation des élèves de l’École des beaux-arts, d’où la nécessité de rétablir l’ancien diplôme délivré par le gouvernement. Ce positionnement amena le Conseil supérieur de l’architecture à réagir en proposant d’augmenter le nombre des valeurs nécessaires pour l’obtention du diplôme légal d’architecte, par un projet de réforme de l’arrêté du 17 février 1941 porté par le nouveau directeur de l’école, Paul Tournon, et d’autres membres du Conseil : Gromort, Leconte, Marrast et Roux-Spitz[34].

Sur la base des contacts établis entre l’Académie des beaux-arts et le ministre de l’Éducation nationale, fin mai 1943, l’association amicale des professeurs chefs d’atelier d’architecture présidée par Charles Lemaresquier protesta aussi. Le secrétaire général de l’association, Georges Labro, traita d’inopportun l’arrêté du 17 février 1941. Il déclara qu’« on ne réforme pas une Institution qui a fait ses preuves – ce sont les termes qu’avait employés Landowski – comme c’est le cas de l’École nationale supérieure des beaux-arts […] L’ancien règlement est suffisant et doit être mis en vigueur […] Quelques lacunes sont à combler et quelques réformes de détail peuvent le rajeunir et l’adapter aux circonstances nouvelles[35]. »

Il en demeure pas moins que la réforme liée à la création de l’Ordre national des architectes et concrétisée par le décret du 17 février 1941 fut la première tentative de redimensionner le rôle de la pédagogie par excellence de l’École des beaux-arts, celle de l’atelier, et par conséquent de transformer en profondeur l’enseignement de l’architecture en France. La pédagogie d’atelier fut finalement atteinte par la dissolution de la section d’architecture de l’ENSBA en 1968. Pourtant elle retrouva aussitôt sa place au sein de l’offre d’enseignement fourni par les nouvelles unités pédagogiques d’architecture. Mais celle-ci est encore une autre histoire.


[1] A. Brucculeri, « Louis Hautecœur, directeur général des Beaux-Arts (1940-1944) », Histoire de l’art, n° 47, novembre 2000, p. 53-62 ; Id., « Louis Hautecœur à la direction des Beaux-Arts », in Jean-Louis Cohen (dir.), Architecture et urbanisme dans la France de Vichy, Paris, Collège de France, 2020, p. 43-58.
[2] A. Brucculeri, Du dessein historique à l’action publique. Louis Hautecœur et l’architecture classique en France, Paris, Picard, 2007, p. 297-298.
[3] Ibid., p. 299. Cf. aussi Maxime Decommer, Les Architectes au travail : l’institutionnalisation d’une profession, 1795-1940, Rennes, PUR, 2017, p. 287-360 ; J.-L. Cohen, « L’École des beaux-arts, de Paris à Marseille et à la Prusse orientale », dans Id. (dir.), Architecture et urbanisme…, op. cit., p. 165-182.
[4] Lit-on dans un carnet des rendez-vous du directeur des Beaux-Arts fraîchement nommé, remontant à l’été 1940. Bibliothèque de l’Institut de France, Papiers L. Hautecœur, ms. 6888, f. 1v.
[5] Brouillon dactylographié de l’arrêté, « pour insertion dans le Journal officiel ». Archives nationales (AN) F21/8091.
[6]AN AJ52/1028.
[7] A. Brucculeri, Du dessein historique à l’action publique…, op. cit., p. 316-326.
[8]Voir l’article de Guillemette Chéneau Deysine dans ce cahier.
[9]A. Brucculeri, Du dessein historique à l’action publique…, op. cit., p. 319. Voir en particulier le dossier Enseignement de l’architecture en province, AN F21/8091.
[10] A. Brucculeri, op. cit.
[11] Voir le brouillon dactyl. du texte à paraître dans le Journal officiel, cité dans la note 5.
[12] Journal inédit de Paul Landowski, cahier n° 39, novembre 1940. Centre de documentation du musée des Années trente, Boulogne-Billancourt, 2003.28.1.35. La transcription du journal est consultable en ligne : http://journal.paul-landowski.com
[13] Journal de Landowski, cahiers n° 39 et 40 (2003.28.1.35/36), op. cit.
[14] Cf. A. Brucculeri, « La plaque de verre dans l’enseignement de la construction d’Édouard Arnaud à l’École des beaux-arts de Paris », in Denise Borlée et Hervé Doucet (dir.), La Plaque photographique. Un outil pour la fabrication et la diffusion des savoirs (xixexxe siècles), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019, notamment p. 172-176 en ce qui concerne la succession d’Arnaud par Vitale.
[15] Journal de Landowski, cahier n° 39, 18 sept[embre 1940], op. cit..
[16] Ibid.
[17]Ibid. Sur le contexte réformateur des débuts de la direction de l’école par Pontremoli, cf. A. Brucculeri, « L’École des beaux-arts de Paris saisie par la modernité », in J.-L. Cohen (dir.), Les Années 30. L’architecture et les arts de l’espace entre nostalgie et industrie, Paris, Éditions du Patrimoine, 1997, p. 219-224.
[18] Journal de Landowski, cahier n° 39, 18 sept[embre 1940], op. cit.
[19] Ibid.
[20] Ibid., 5 [octobre 1940].
[21] Ibid., 12 [octobre 1940].
[22] Ibid., 3 juillet [1940].
[23] Ibid., 18 sept[embre 1940].
[24] Ibid., 20 [août 1940].
[25] Ibid., 18 sept[embre 1940].
[26] Ibid., 3 [octobre 1940].
[27] Ibid., 10 [décembre 1940].
[28] Ibid., 2 [novembre 1940].
[29] Lettre de Léon Lamblin (24 avril 1941), annonçant aux membres du Conseil supérieur de l’architecture la convocation pour cette première séance. AN AJ52/1028.
[30] Procès-verbal de la 31e séance du Conseil supérieur de l’architecture (24 avril 1942). AN AJ52/1028.
[31] Rapport (5 p.) joint à la lettre du massier de l’atelier Garnier, René Bomarel, adressée au président du Conseil supérieur de l’architecture le 17 décembre 1943. AN AJ52/1028. A. Brucculeri, Du dessein historique à l’action publique…, op. cit., p. 319.
[32] Ibid. Projet de loi « portant organisation de l’École nationale supérieure des beaux-arts et de l’École nationale supérieure des arts décoratifs ». AN AJ52/972.
[33] A. Brucculeri, Du dessein historique à l’action publique…, op. cit., p. 330.
[34] Ibid., p. 331-332.
[35] Texte signé par Labro, intitulé « Association amicale des Professeurs Chefs d’atelier d’Architecture », 26 mai 1943, p. 2. AN AJ52/1028.

 

[Sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search