Des palais modernes pour le savoir. L’extension du campus de l’Université de Strasbourg après 1945

Par Gauthier Bolle,
Maître de conférences (HCA), ENSA Strasbourg / chercheur U.R. EA 3400 ARCHE


Après 1945, l’urbanisation du nouveau campus de l’Esplanade à Strasbourg favorise quelques-unes des plus belles manifestations du langage du Mouvement moderne dans la région, impliquant des architectes dont l’histoire n’a néanmoins pas forcément retenu le nom. La transformation actuelle du site – passant par la densification, voire l’effacement partiel de la composition d’origine – nous amène à revenir ici
sur les qualités initiales de plusieurs édifices qui y ont été bâtis, entre discrétion et monumentalité, constituant un patrimoine singulier et fragile.

Fig. 1. La Faculté de droit, vue de l’angle nord-ouest, architecte R. Hummel associé à M. Bourstin, A. Weinstein et A. Kronenberger (1962) / photo. G. Bolle, 2018.

Parangon de cette élégance initiale, la Faculté de droit, quittant l’imposant palais universitaire construit à la fin du XIXe siècle à la proue de l’axe impérial du quartier de la Neustadt, occupe la tête de ce campus moderne grâce à l’écriture architecturale polysémique de Roger Hummel (1900-1983). En effet, depuis l’Est, quand on l’approche frontalement, l’édifice se présente telle une barre plutôt commune.

Fig. 2. L’ancienne École de chimie et sa tour, vue de l’angle sud-ouest, architecte R. Hummel associé à M. Bourstin, A. Weinstein et A. Kronenberger (1965) / photo. G. Bolle, 2018. L’avenir de cet édifice n’est pas encore fixé à ce jour.

En se déportant de l’axe qui ordonne les constructions du campus, il se dévoile tel un long ruban de verre incurvé, rythmé par des jeux de couleurs vives, surmontant un socle de pierre naturelle. Palais affûté, traversant et même transparent par endroits, le bâtiment contraste avec un univers strictement orthogonal et statique grâce aux divers effets cinétiques générés par ses lignes courbes et ses coloris francs. Cette ambivalence se poursuit jusqu’au moindre détail, les choix de mise en œuvre associant produits de l’industrialisation et matérialités brutes (fig. 1). Dans la même veine, la sculpturale tour de l’École de chimie, autre édifice signé Hummel, constitue le signal vertical de ce campus (fig. 2).

La littérature existante concernant l’histoire architecturale et urbaine des campus en France fait l’impasse sur les expériences alsaciennes[1]. Si certains édifices universitaires construits durant la période de l’annexion à Strasbourg ont été finement analysés[2], les bâtiments du nouveau campus n’ont fait l’objet que de l’édition d’un petit fascicule[3]. La présente contribution entend poursuivre une partie de nos investigations doctorales[4] et propose d’éclairer, en exhumant archives inédites et sources imprimées, trois temps et aspects du processus d’urbanisation universitaire à Strasbourg durant les années 1950 et 1960.

 

Un campus monumental au cœur d’une extension urbaine

Le premier temps de l’expansion universitaire débute dans les années 1950. En effet, parmi les opérations emblématiques des Trente Glorieuses, le transfert de l’Esplanade militaire – une zone de 74 hectares d’un seul tenant à l’Est du centre historique – au secteur civil est une opportunité unique pour l’extension de la ville, aboutissant à une transformation radicale du paysage urbain contemporain[5]. L’université profite également de cette dynamique, à une époque où ses effectifs augmentent considérablement – le campus impérial est littéralement débordé. Ainsi, de longs pourparlers s’engagent entre la Ville, l’Université et la Défense nationale. En 1958, la société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg (SAERS), créée à cette occasion[6], charge Charles-Gustave Stoskopf (1907-2004) du plan de masse d’ensemble et l’associe à Roger Hummel[7], pour la zone universitaire (fig. 3 et 4).

Fig. 3. Maquette du quartier de l’Esplanade à Strasbourg, s. d. (vers 1960), architectes C.G. Stoskopf et R. Hummel / archives Caisse des dépôts.

Fig. 4 / Etude n°6 pour le campus de l’Esplanade, novembre 1959, R. Hummel architecte / archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 481W40.

Les deux concepteurs, chacun Deuxième second grand prix de Rome, œuvrent à la création de ce quartier, dont l’urbanisation est aussi fortement soutenue par Pierre Pflimlin (1907-2000), notamment à partir de son élection à la mairie de Strasbourg en 1959[8]. Les archives révèlent la richesse des recherches et débats engagés sous l’impulsion de ces personnalités.

Ainsi, le secteur universitaire se déploie sur 16 hectares de terrains disponibles, presque entièrement d’un seul tenant[9]. Après avoir mené des études proches de tendances contemporaines[10], en imaginant des structures linéaires et continues qui évoquent certaines des réalisations de George Candilis (1913-1995) ou des protagonistes de Team 10[11](fig.4), le projet final de ce secteur accuse davantage de monumentalité, présentant une collection de volumes distincts, que Hummel organise selon une vaste mise en scène axiale. Si Hummel définit le plan de masse du campus, il livre également – associé à Maurice Bourstin, Abraham Weinstein (1906- ?) et Alfred Kronenberger (1924-) – outre la Faculté de droit (1962), l’Institut de chimie biologique et de physiologie générale (1966) et l’École nationale supérieure de dont la tour culmine à 69,60 mètres (1965)[12]. En réalité, dès les premières recherches, les édifices des facultés de droit et de chimie jouent une partition esthétique autonome : ils matérialisent la proue de cette composition, à l’instar du rôle que jouait le palais universitaire à la tête du campus impérial (fig. 3&7). Après la construction de l’ENIS – actuelle INSA – sur les franges Nord préfigurant la mutation du site[13], la Faculté de droit, mise en chantier en 1960 et livrée en 1962, est donc le second édifice universitaire de l’après-guerre à voir le jour dans ce secteur. Seul édifice du campus protégé au titre des Monuments Historiques[14], sa conception est le fruit d’un dialogue nourri entre l’architecte et le doyen de la faculté Alex Weill (1912).

Hummel répartit le programme en deux volumes principaux. À l’Est, le bâtiment bas abritant quatre amphithéâtres est relié au bâtiment « instituts » de sept niveaux, à l’ouest, abritant les salles de travail et de réunion. Ces deux corps de bâtiment sont reliés par une vaste salle des pas perdus : cet élégant espace, dont le plafond est ponctué de hublots filtrant la lumière zénithale, offre une traversée de l’édifice suivant l’axe de composition principal qui ordonne tout le quartier et relie symboliquement l’Esplanade au centre-ville et à la cathédrale. Cette atmosphère douce, lumineuse et cossue se prolonge dans tous les espaces de circulation, dont les sols sont revêtus de grands dallages de marbre de carrare rehaussé de fins joints de serpentine vert. Les façades courbes de la barre du bâtiment « instituts » sont définies en plan par des arcs suivant deux centres de tracé différents, esquissant ainsi le profil d’une balance. Ainsi, l’édifice s’affine à chacune de ses extrémités, générant des jeux de transparence sur les cages d’escalier et permettant de fournir des salles de taille variées à chaque étage[15] (fig. 5).

Fig. 5. Plan du premier étage de la Faculté de droit/ Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 857W346.

Le soin apporté au décor et aux revêtements, à l’intérieur comme à l’extérieur, montre la volonté de marier produits issus de l’industrialisation et matériaux soulignant la noblesse et la sophistication de ce « palais » moderne. La façade incurvée à l’Ouest, élévation principale tournée vers la ville et le campus, épouse les contours d’un monumental parvis de forme ovoïde : à l’origine, elle se reflète même dans des bassins sensés participés du refroidissement de l’air et ajoutant à la noblesse de ce vaste parvis. Cette façade clôt la perspective du campus dont elle occupe toute la largeur, se déployant sur une centaine de mètres.

Au centre de la façade, un porche sculptural, à la sous-face ravivée d’un rouge franc, signale le perron et l’accès principal de la faculté. La polychromie de cette façade et l’association des matériaux soulignent une  composition rigoureuse ; pignons revêtus de granit noir, murs rideaux dont les allèges pleines sont en « émalit » bleu, stores rouges, bandeaux horizontaux des étages revêtus de pierre blanche. Hummel use de contrastes francs qui soulignent les différences d’expressivité entre les matériaux exploités. À l’intérieur, le mobilier de certains bureaux et de la magistrale salle du conseil qui couronne l’édifice est créé spécifiquement par la firme de décorateurs Leleu[16]. Cet attique profite en outre « d’une terrasse continue longeant tout le bâtiment d’où l’on jouit d’une très belle vue sur Strasbourg[17] ».

L’autre caractéristique de la proue de ce campus est aussi son étirement vertical justifié par le caractère exigu du terrain au regard du nombre important de bâtiments prévus[18]. Si la Faculté de droit domine l’axe de composition central est/ouest du campus, la tour de l’École de chimie en est le contrepoint vertical, dominant ainsi l’ensemble du voisinage. Les deux chantiers sont d’ailleurs concomitants[19]. Comprenant 17 niveaux, la tour est précédée d’un socle de cinq niveaux, qui abrite les grandes salles et à son extrémité, un volume sculptural accueillant l’amphithéâtre (fig. 6).

Fig. 6. Vue perspective de la tour de l’École de chimie depuis l’ouest, v. 1959 / Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 651W24.

Fig. 7. Plan de masse général du quartier de l’Esplanade montrant l’articulation entre le quartier résidentiel et le campus, v. 1961 / Archives départementales du Bas-Rhin, fonds C.G. Stoskopf, 67J122.

Ses étages, destinés aux nombreux laboratoires de dimensions variées, sont distribués à chaque étage par un couloir central. L’attique sculptural qui définit les derniers niveaux, intègre l’administration (14e étage), la salle du conseil ouverte de manière traversante sur le paysage urbain (15e) ainsi que des locaux techniques (16e). La forme légèrement fuselée, étroite et dynamique du plan de la tour accentue la direction est/ouest qui structure le plan de masse général, et évoque par certains aspects la Tour Pirelli de Milan (1960) ou encore la tour BASF à Ludwigshafen (1956). La façade, marquée par l’alternance de murs-rideaux et de parois opaques revêtues de pierre, est là encore caractéristique de l’approche de Hummel.

En 1962, Urbanisme publie quelques vues des premiers édifices qui sortent de terre[20] et la tour de Chimie finalisée, empreinte d’une modernité triomphante, fait la couverture d’un numéro de Saisons d’Alsace en 1970[21]. Si elle jouit d’une aura auprès des milieux éclairés, dont témoigne l’article admiratif de l’architecte strasbourgeois Jacques Meyzaud qui souligne « l’enthousiasme sincère[22] » de l’esthétique développée par Hummel, la tour est vite jugée obsolète : elle est désaffectée dès le milieu des années 1990, « suite au déménagement de l’École vers le site de Schiltigheim[23] ». En dépit de ces destins contrastés, la Faculté de droit et la tour de Chimie demeurent les repères architecturaux les plus marquants du site, prémisses de l’urbanisation universitaire de ce secteur, empreints d’une expressivité forte. Ils demeurent aussi des objets ambivalents, marqueurs esthétiques puissants et singuliers affichant certains traits d’une production sérielle et industrialisée (fig. 1 et 2).

Conforter la composition : variations autour de la trame

Au fil des années 1960, d’autres architectes interviennent également comme Bertrand Monnet (1910-1989) ou Pierre Vivien (1909-1999) qui livrent des œuvres soignées, marquant l’achèvement – temporaire – de ce campus en complétant la composition de Hummel et en proposant d’autres variations autour du programme universitaire. Nommé architecte en chef des Monuments historiques en Alsace en 1944[24], Monnet s’occupe de chantiers délicats lors de la reconstruction de Strasbourg et devient progressivement une figure de la scène locale en tant que bâtisseur d’importantes institutions comme le premier Conseil de l’Europe[25]. Construit sur le flanc Nord du campus entre 1965 et 1967, l’édifice qu’il conçoit regroupe les instituts de mathématique et de physique du globe à travers une proposition cette fois-ci encore plus nettement fonctionnaliste mais toujours ordonnée par une esthétique sévère et subtile[26] (fig. 8).

Fig. 8. Etat actuel de l’édifice des Instituts de mathématique et de physique du globe, architecte B.Monnet associé à F. Papillard, J. Brum et C. Kutkiewicz (1967) / photo. G. Bolle, 2019.

L’ossature de béton armée apparente s’affirme sur des façades qui s’étirent selon des rythmes musicaux suivant des alternances de trames régulières. L’ensemble occupe un quadrilatère organisé selon une géométrie rigoureuse autour d’une cour carrée plantée. L’association des deux instituts se manifestent ici par l’implantation de deux barres de trois et cinq niveaux surmontant un haut socle qui se glissent ingénieusement sous les pilotis profilés des deux immeubles, qui s’étirent ainsi au-delà même de ce socle. Là où Hummel multiplie les matériaux, Monnet semble les réduire au minimum : ossature de béton, châssis de bois, dalles de pierre recouvrant les pignons et le volume émergeant de l’amphithéâtre en façade – seule véritable excentricité formelle de ce projet. Les baies des façades au sud sont rythmées de brise-soleil qu’affectionne l’architecte et qui enrichissent la rythmique des motifs extérieurs. Sa proposition sobre et discrète qualifie la limite nord du site, sans ostentation, laissant les édifices de Hummel se déployer de manière plus expressive et monumentale.

Pierre Vivien, architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, marque, lui, de son empreinte les limites sud du campus avec la construction de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines entre 1963 et 1966[27] (fig. 9&10). Portant à son actif la reconstruction de Boulogne-sur-Mer[28], Vivien est chargé par Pflimlin de l’élaboration du plan d’urbanisme directeur de la ville ou encore de l’importante opération de Hautepierre[29]. Pour ce projet, les archives révèlent la genèse du programme, fondé essentiellement sur des aspects quantitatifs : le nombre de locaux et de surfaces nécessaires sont estimés selon les prévisions d’effectifs étudiants et enseignants, du nombre d’heures de cours et de travaux pratiques. Une majoration plutôt généreuse – 40 % – permet d’ajouter à cette équation éminemment fonctionnelle, les surfaces de circulations.

Fig. 9 Maquette de la Faculté des Lettres, architecte Pierre Vivien associé à Pierre Eldin et Jean Dick (1965) / photo. G. Guillat, T&A 1963.

Fig. 10. Etat actuel du hall de la Faculté des Lettres : à droite le tambour où logent les grands amphithéâtres revêtues de plaques de marbre noir / photo. G. Bolle, 2019.

Positionné au sud du campus, on accède donc par le nord à cet ensemble constitué de plusieurs volumes bas entourant là aussi un vaste patio central. Dans le volume qui constitue le front nord de l’opération, Vivien dispose une série de quatre petits amphithéâtres de 250 places qui s’ouvrent sur un vaste bassin.

Entre les petits amphithéâtres et le tambour colossal qui accueille deux grands amphithéâtres superposés à l’ouest, le vaste hall se déploie, sous un toit porté par deux files de colonnes cannelées de béton brut, tel une réminiscence discrète de l’œuvre d’Auguste Perret. Deux barres accueillant les salles de cours des instituts de Lettres au sud (4 niveaux) et de Langues à l’Est (5 niveaux) closent la composition. « Les différentes sections de la Faculté des Lettres, surface de planchers : 17 290 m2 pour 4 500 étudiants, ont été réparties autour de vastes patios, abrités, plantés et décorés, afin d’offrir des lieux de détente agréables. Sur le hall central, exposé au Nord, s’ouvre directement un grand amphithéâtre de 600 places, auquel est superposé un amphithéâtre de 400 places […] Ces divers bâtiments sont reliés entre eux par des galeries et passages couverts à différents niveaux[30] » comme le résume un article de Techniques et Architecture. Les parois du tambour où logent les grands amphithéâtres sont revêtues de plaques de marbre noir et contrastent ainsi avec l’ossature primaire de béton, les surfaces claires de travertin et les larges baies vitrées de ce généreux espace d’entrée (fig. 10).

Comparées aux édifices évoqués jusqu’ici, cette proposition volumétrique et esthétique est sans doute la plus simple, affranchie de toute excentricité – mise à part la grande sculpture abstraite en haut-relief ornant l’angle nord-ouest de l’édifice : elle donne à lire de manière littérale le rythme même des éléments qui constitue le programme (petits amphithéâtres, salles de cours, circulations). Dès 1964, durant le chantier, le doyen Alex Weill rappelle que « la silhouette de la nouvelle Faculté des Lettres et Sciences Humaines commence à se dessiner, rompant la solitude de la Faculté de Droit[31] ».

Le langage architectural des principaux édifices du campus trahit la culture hybride de leurs concepteurs, formés dans le giron académique de l’École des Beaux-arts et sensibles en même temps à d’autres concepts issus du Mouvement moderne. Chaque édifice propose une écriture architecturale, fruit d’un équilibre spécifique entre ces deux pôles d’expression. Au centre de la composition urbaine, la Faculté de Droit est emblématique : son plan symétrique souligne sa monumentalité tandis que le mur-rideau de sa façade affiche une volonté claire de standardisation. Si les autres édifices du campus adoptent des dispositions dissymétriques grâce à des systèmes d’entrée désaxés, leur matérialité – marbre, travertin, granit, cuivre, etc – rappellent, ou tentent de maintenir, la noblesse de leur vocation. Certains traits de l’œuvre de Le Corbusier, de Marcel Breuer ou de Pier Luigi Nervi sont assimilés et lisibles à travers certains détails caractéristiques.

Si la standardisation de certains éléments constructifs ou de second œuvre est également lisible, cette tendance est moins lourde et stérilisante qu’elle ne l’est dans le cadre de l’architecture scolaire produite à cette période, comme l’avait analysé Bruno Vayssière[32]. Monnet s’affranchit de la trame structurelle en lui superposant d’autres rythmes, Hummel en rendant les formes architecturales plus expressives tandis que Vivien use des grandes masses pour l’estomper et la minorer. Ainsi, en dépit du respect de la vaste composition urbaine de Stoskopf et Hummel, pas de trace ici d’une trame structurelle continue et unificatrice permettant croissance et flexibilité de l’ensemble des entités comme dans les théories et projets des tenants du Team 10.

Un cadre nouveau pour l’enseignement : acteurs, processus et résultats

Lors de l’inauguration officielle de l’Esplanade en juillet 1967, Stoskopf affirme avoir voulu, au côté de Hummel, fonder la conception urbaine de ce quartier sur des valeurs permanentes et des principes éprouvés. Il salue au passage les efforts consentis pour la création de ce campus urbain « très aéré, avec ses bâtiments largement espacés, harmonieusement distribués dans les espaces verts par les soins des architectes Hummel, Monnet et Vivien » qui « s’oppose avec bonheur à la structure médiévale de la vieille ville. […] À un tissu urbain très serré, répond ici une trame très large, très légère. À Strasbourg, les Facultés, les Instituts, les Écoles sont restés dans la Cité[33] ». En effet, au regard de l’évolution urbaine d’autres métropoles à cette période – comme celle de Bordeaux[34] ou de Marseille qui font le choix de l’exurbanisation de leurs campus –, l’histoire du campus strasbourgeois présente l’intérêt de s’étendre à proximité du centre historique sur des terrains militaires jalonnés de casernes et n’engage donc pas « la fin des relations entre la ville et ses étudiants[35] ». Toutefois, les archives révèlent les difficultés et lenteurs administratives relatives aux processus de cession, puis de libération des terrains militaires qui s’étalent sur plusieurs années et contraignent ainsi le déploiement spatial du campus dans le secteur. Après plusieurs années de négociation, les différentes forces en présence du côté de l’aménagement – le Ministère de la Reconstruction et du Logement, la SAERS ou la Défense nationale – comme du côté des commanditaires et usagers – Université, Rectorat – poursuivent des objectifs sur des temporalités plus ou moins concordantes.

En effet, la construction de l’Esplanade engage une pluralité d’acteurs soucieux d’engager un dialogue et d’articuler la création du campus avec le quartier d’habitation. Ainsi, l’opération entraîne un partage des tâches qui reflète la hiérarchisation du milieu professionnel – et de l’organisation de la commande à cette époque –engendrant même parfois quelques frictions. Ainsi, Stoskopf et Hummel se partagent l’urbanisme résidentiel et universitaire de la zone en tant qu’architectes en chef mais sont aussi architectes d’opération, chacun maître d’œuvre de plusieurs réalisations dans son secteur respectif. Si Hummel se taille la part du lion dans les commandes universitaires et livre certaines des opérations les plus remarquables, d’autres ténors y interviennent plus ponctuellement tels Vivien ou Monnet. Hummel demeure bien le chef d’orchestre général et le fait, par exemple, clairement comprendre à Vivien lorsque celui-ci lui suggère quelques modifications à son plan de masse – qu’il souhaiterait voir s’adapter à son projet pour la Faculté des Lettres : « Il serait quand même absolument paradoxal que je sois obligé de modifier ma conception en fonction d’une forme de bassin d’autant plus que ce plan de masse et ses abords ont été mis au point bien avant que tu sois désigné comme architecte pour la Faculté de Lettres » et de souligner qu’il ne souhaite pas poursuivre cette « discussion assez pénible entre confrères[36] ». Par ailleurs, chacune des opérations entraîne un partage des tâches spécifique au sein même de l’équipe de maîtrise d’œuvre. Autour du « grand nom », d’autres maîtres d’œuvres, parfois installés localement, s’impliquent plus clairement dans la vie des chantiers. Pour les instituts de mathématique et de physique du globe, trois architectes collaborateurs – Françoise Papillard (1920- ?), Jean Brum et C. Kutkiewicz – épaulent Monnet.

Pour la Faculté des Lettres, Vivien est assisté de Pierre Eldin (1931) pour la conception et de Jean Dick (1927) sur le chantier en tant qu’architecte d’opération[37]. Dans ses différents projets, Hummel est assisté de Bourstin, Weinstein et Kronenberger qui sont respectivement désignés collaborateurs, collaborateur adjoint et architecte d’opération. Les archives révèlent aussi le rôle joué par Lucien Cromback (1884-1961), architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, qui fait office de correspondant local auprès de l’administration pour le compte de Hummel.

Ce système de répartition de la commande et des tâches ainsi que l’accroissement démographique auxquels doit faire face l’Université aboutissent à des situations contrastées : des réponses architecturales audacieuses sont développées dans un contexte d’urgence sans réflexion menée sur le long terme. Ainsi, certains choix et dispositifs sont parfois vite frappés d’obsolescence, comme celui de la tour de chimie. Certains programmes et édifices sont adaptés en fonction de besoins nouveaux qui émergent au fil du temps, parfois même durant le chantier. L’urgence de répondre au besoin quantitatif, à l’instar de ce qui se passe pour le logement, semble différer certaines questions essentielles, comme celle de l’adaptabilité des locaux – conçus initialement comme les transpositions bâtis de diagrammes quantitatifs et fonctionnels – et de leur pérennité à travers le temps.

Au-delà des questions architecturales, le devenir des modalités de l’enseignement supérieur est ici en jeu comme le souligne le discours de la rentrée 1963 prononcé par le doyen de la faculté de Théologie protestante : « Les problèmes de constructions peuvent trouver une solution avec de l’ingéniosité, de la patience et de l’argent. Il y a d’autres questions plus graves à mon sens, que posent l’accroissement du nombre des étudiants, l’extension des enseignements et l’introduction de sciences nouvelles dans le cadre traditionnel de l’Université. Nos Facultés sont conçues pour un enseignement tel qu’on le comprenait il y a un siècle. Leur cloisonnement est archaïque et ne répond plus aux besoins actuels. Sauf exceptions, nos méthodes d’enseignement évoluent trop lentement et n’ont guère varié, dans certains cas, depuis le seizième ou le dix-septième siècle. Si nous voulons que l’enseignement universitaire garde sa place et son prestige dans la nation, il est grand temps que nous le soumettions à une réforme profonde et que nous ayons le courage d’en abandonner les éléments périmés[38] ». Au final, l’architecture elle-même exprime cette position intermédiaire à travers la permanence et le maintien de l’idée de « palais » universitaires dont la monumentalité entend incarner la précellence des savoirs. Ces premiers « palais modernes » racontent aussi l’urgence d’une période et la structuration d’un milieu professionnel tiraillé entre les divers univers culturel qu’il tente de concilier.

Loin du « campus médiocre à la française[39] » décrit par l’historien Gérard Monnier, l’extension du campus de l’Esplanade de Strasbourg jouit d’une identité singulière dans le paysage des campus français, dont les sources d’archives révèlent la richesse du contexte de création. Leur exploration ouvre des pistes d’analyse et de recherche – qu’il faudrait aussi confronter au campus mulhousien mis sous la houlette de Marcel Lods – qui pourraient permettre de mieux guider le devenir de ce site, dont la composition a été parfois altérée et les édifices initiaux malmenés au fil du temps. Cet exemple permet également de questionner l’évolution de la place de l’Université dans la ville ainsi que la traduction architecturale de ses ambitions.

 


[1] Voir les principales publications en la matière : Philippe Poirier (dir.), Paysages des campus: urbanisme, architecture et patrimoine, Editions universitaires de Dijon, 2009, 187 p. ; Eleonore Marantz (dir.), Construire l’université: architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, 230 p. ; Catherine Compain-Gajac (dir.), Les campus universitaires : Architecture et urbanisme, histoire et sociologie, état des lieux et perspectives, Presses Universitaires de Perpignan, 2015, 475 p.
[2] François Loyer, Le Palais Universitaire de Strasbourg, culture et politique en Alsace au XIXe siècle, Revue de l’Art, 1991, n°91. pp. 9-25. Voir aussi L’université impériale de Strasbourg : le site de la Porte des Pêcheurs, Service de l’Inventaire du patrimoine de la Région Alsace, Lieux Dits, 2012, 72 p.
[3] Service régional de l’inventaire Alsace, Université de Strasbourg, La faculté de droit de Strasbourg : campus de l’Esplanade, Lyon, Lieux dits, 2012, 64 p. Voir aussi l’ouvrage de photographies Lignes architecturales, collection Images de l’Université Louis Pasteur, Strasbourg, 2007, 80 p.
[4] Gauthier Bolle, C.-G. Stoskopf (1907-2004), architecte : les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions, Presses Universitaires de Rennes, 2017, 335 p.
[5] Voir le chapitre consacré à l’Esplanade dans G. Bolle, C.-G. Stoskopf (1907-2004), architecte : les Trente Glorieuses…, op. cit., 2017, p.191-202.
[6] Le département, la ville et la Scic créent un organisme spécifique, dévoué à l’organisation et l’accompagnement des grands projets urbains : la société d’aménagement et d’équipement de la Région de Strasbourg (Saers) naît en 1957.
[7] Roger Hummel (1900-1983), Deuxième Second Grand Prix de Rome en juillet 1928, est formé à l’École des beaux-arts de Paris entre 1918 et 1928 (diplômé en 1925). Il démarre son activité en région parisienne durant l’entre-deux-guerres. Architecte de la Ville de Neuilly-sur-Seine, architecte en chef au Ministère de la Marine marchande, son œuvre est principalement dévolue au service du ministère de l’Education nationale. Voir sa fiche biographique [https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_HUMME].
[8] Dominique Badariotti, « Projet politique et urbanisme : le Strasbourg de Pierre Pflimlin (1959-1983) », Espace géographique, n°1, 1996. p. 53-64.
[9] La cession comprend aussi le terrain dit du « parc à fourrage » situé près des hospices civils destiné à l’extension de la faculté de Médecine. ADBR, Archives du rectorat, 1448W.
[10] Lucie Mosca, La Faculté de droit de Strasbourg, 2 vol., Mémoire de Master sous la direction de Hervé Doucet, Strasbourg, 2011.
[11] Max Risselada et Dirk van den Heuvel, Team 10: 1953-1981, Rotterdam, NAi Publishers, 2005, 368 p.
[12] Il livre aussi des édifices sur l’ancien campus comme l’Institut de botanique (1966) ou en dehors du campus comme la Faculté de médecine (1968).
[13] L’École nationale des ingénieurs (ENIS) de Strasbourg construite par François Herrenschmidt (1906-1992) entre 1956 et 1960 constitue le premier jalon de ce nouveau campus. Voir Gauthier Bolle & Shahram Abadie, « Les lieux de l’enseignement de l’architecture au sein de l’école technique de Strasbourg (actuel INSA) », cahier HEnsA20, n°5, décembre 2018, p. 22-25.
[14] L’édifice est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2005.
[15] Pour la Faculté de droit, voir les dossiers de la police du bâtiment aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 857W342-346.
[16] Service régional de l’inventaire Alsace, Université de Strasbourg, La faculté de droit de Strasbourg : campus de l’Esplanade, Lyon, Lieux dits, 2012, p. 58-60.
[17] « Université de Strasbourg R. Hummel architecte en chef », Techniques et Architecture, n° 2, Fév. 1963, p. 154.
[18] Ibid.
[19] Pour l’École de chimie, voir aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 651W25, 899W266-268, 1331W979.
[20] « Strasbourg Esplanade », Urbanisme, 1962, no 75-76, pp. 142143.
[21] Saisons d’Alsace, n°35, 1970.
[22] Jacques, Meyzaud « Les leçons de modernité de la tour de chimie », Saisons d’Alsace, 1998, p. 39.
[23] AVES, 1331W979.
[24] Sur le parcours de Bertrand Monnet voir Nicolas Lefort, « Bertrand Monnet, architecte en chef des monuments historiques, 35 années de restauration de la cathédrale de Strasbourg (1947-1982) », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, n° 33, 2018, p. 169-208.
[25] « Les bâtiments semi-permanents du Conseil de l’Europe à Strasbourg », L’Architecture d’Aujourd’hui, décembre 1951, no 38, pp. 86‑89.
[26] Pour les Facultés de mathématique et de physique du globe, voir aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 857W338.
[27] Pour la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, voir aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 882W15 et aux Archives départementales du Bas-Rhin, les archives du rectorat, 577D1-577D6.
[28] Pierre Vivien est formé à l’École des beaux-arts de Paris entre 1930 et 1939. Voir sa fiche biographique dans Crosnier Leconte Marie-Laure, Dictionnaire en ligne des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), [http://www.purl.org/inha/agorha/002/83179].
[29] Pierre Vivien, « Un urbanisme nouveau à Strasbourg : Hautepierre ; la place des Halles », Saisons d’Alsace, n° 35, 1970, p. 320‑331.
[30] « Faculté des Lettres de Strasbourg. P. Vivien architecte », Techniques et Architecture, n° 2, Février 1963, p. 156.
[31] Rapport Général sur la situation et les travaux de l’Université de Strasbourg pendant l’année scolaire 1963-1964 présenté par M. A. Weill, ADBR, Archives de l’Université de Strasbourg, 1313W23.
[32] Bruno Vayssière, « Sous l’empire des trames », in Paris à l’école: « qui a eu cette idée folle… », Paris, Ed. du Pavillon de l’Arsenal : Picard, 1993, p. 198‑207.
[33] C.-G. Stoskopf, Inauguration de l’Esplanade, 1er juillet 1967, 7 p. (allocution). ADBR, fonds Stoskopf, 60J2.
[34] Gilles Ragot et Claire Parin, Genèse: campus Talence-Pessac-Gradignan, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2014.
[35] Sabine Delasne, « Illusions et désillusions des premiers campus en France », dans Philippe Poirier (dir.), Paysages des campus: urbanisme, architecture et patrimoine, Editions universitaires de Dijon, 2009, p. 45.
[36] Lettre de R. Hummel à P. Vivien, le 10 avril 1962. ADBR, Archives du rectorat, 1740W13.
[37] Deux autres noms sont également mentionnés dans la publication de 1963 dans Techniques et Architecture. Il s’agit de G. Bisson et Ch. Miglierina. Techniques et Architecture, n° 2, Fév. 1963, p. 154.
[38] Rapport Général sur la situation et les travaux de l’Université de Strasbourg pendant l’année scolaire 1962-1963 présenté par M. F. Wendel, doyen de la faculté de Théologie protestante. ADBR, Archives de l’Université de Strasbourg, 1313W23.
[39] Gérard Monnier, « Postface : Un projet urbain improbable », dans Philippe Poirier (dir.), Paysages des campus: urbanisme, architecture et patrimoine, Editions universitaires de Dijon, 2009, p. 167-171.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search