L’enseignement d’Eugène Beaudouin : entre agence et atelier officiel (1952-1968)

Par Anne-Sophie Cachat-Suchet,
Architecte DE, doctorante en histoire de l’architecture, UR 3400 ARCHE

L’architecte et urbaniste Eugène Beaudouin (1898-1983), connu pour sa collaboration avec Marcel Lods, s’est également impliqué dans l’enseignement au sein de plusieurs ateliers à l’École des beaux-arts, ainsi qu’à la Haute École d’architecture de Genève dont il devient le directeur. Cette contribution propose de mettre en lumière les liens étroits qui unissent l’atelier et l’agence comme lieux d’apprentissage de l’architecture. Nous évoquons d’abord la carrière de Beaudouin et la façon dont il conçoit la formation des architectes, tel qu’il l’exprime à l’occasion de l’ouverture de l’école d’architecture de Genève en 1942. La reconstitution des effectifs de son agence parisienne nous permet ensuite de mettre en évidence le nombre de collaborateurs issus des Beaux-Arts. Enfin, nous présentons le parcours de certains élèves devenus collaborateurs afin de faire apparaître l’influence de Beaudouin dans la trajectoire de ces architectes.

 

Eugène Beaudouin, un architecte polymorphe

Eugène Beaudouin est né dans une famille d’architectes. Son père Léon travaille au service d’Architecture de la Ville de Paris à partir de 1898[1] et enseigne à l’École spéciale d’architecture[2], tout en menant une activité professionnelle libérale avec son frère Albert[3]. Diplômé de l’École des beaux-arts, ce dernier a notamment côtoyé Emmanuel Pontremoli au service des Bâtiments civils et Palais nationaux[4]. En 1907, il devient l’architecte de la Société anonyme des logements économiques pour familles nombreuses[5]. Eugène Beaudouin suit la même formation que son oncle puisqu’il étudie aux Beaux-Arts à partir de 1919 dans l’atelier Pontremoli. Il obtient en 1928 le grand prix de Rome, ce qui lui permet de mener une carrière au service de l’État[6]. Dès 1923, Beaudouin forme un duo, devenu emblématique, avec Marcel Lods[7]. Pendant l’entre-deux-guerres, les deux architectes réalisent des projets aux programmes variés pour lesquels ils s’associent à des ingénieurs leur permettant de proposer des solutions techniques innovantes en utilisant notamment la préfabrication à grande échelle. Le prestige du grand prix de Rome ainsi que la médiatisation des projets menés avec Lods font apparaître Beaudouin comme un modèle à suivre pour les élèves architectes. Les dates sont incertaines, mais il semble que dès 1937 il ait commencé à enseigner aux Beaux-Arts, en prenant la suite de l’atelier libre de Roger Henri-Expert situé rue de Buci[8].

Le déclenchement de la seconde guerre mondiale coïncide avec la rupture entre les deux associés et Beaudouin, qui s’installe en zone libre, s’implique dans des projets à l’échelle urbaine. Dès 1940, il est appelé pour réaliser le plan d’aménagement de la ville du Cap en Afrique du Sud[9]. Il travaille également en France, puisqu’il est l’auteur de plusieurs plans d’aménagement et d’extension, tout d’abord pour Montpellier en 1941, puis pour Marseille où il va d’ailleurs s’installer. C’est à cette occasion qu’il est sollicité par des étudiants de l’école régionale d’architecture, notamment André-Jacques Dunoyer de Segonzac, pour prendre la tête d’un « atelier extérieur », qu’il dirige avec un architecte local, Gaston Castel[10]. L’établissement du plan d’aménagement de Marseille constitue la base de travail de ses étudiants, ce qui met en évidence le lien étroit qui existe entre l’apprentissage en atelier et le travail pratique en agence, au point de se confondre parfois. Durant la même période, il est convié à prendre la tête de la direction de la tout nouvelle Haute École d’architecture de Genève[11]. Après la seconde guerre mondiale, Beaudouin travaille sur des programmes de grande ampleur et remplit de nombreuses fonctions officielles, mais il s’investit toujours dans l’enseignement et ce jusqu’en 1968.

 

Les principes d’un enseignement

Il existe peu de sources concernant les différents ateliers dirigés par Beaudouin, mais en 1942, lors de l’ouverture de l’école d’architecture de Genève, il prononce un discours dans lequel il développe ses principales idées quant à l’enseignement de l’architecture[12]. Beaudouin commence par définir les qualités dont doit disposer l’architecte : celui-ci « devra tour à tour être plus spécialement l’artiste, le technicien, le coordonnateur ou le chef, et très souvent les quatre en même temps, dans une seule tête, bien solide, pour choisir suivant les circonstances, parmi ces caractères, celui qui doit dominer pour faire œuvre plus vraie, plus sensible, plus humaine[13] ». Il insiste sur la qualité de « chef », laquelle doit permettre de « conduire les hommes » en douceur afin de créer un « esprit d’équipe ». L’architecte, tel qu’il souhaite le former, sera également un technicien, ce qui nécessite une grande érudition car il faut « connaître les moyens du passé » et les techniques actuelles ainsi que « les langages, les écritures qui lui permettront de s’exprimer » afin de ne pas être limité et ainsi pouvoir choisir la technique la plus adaptée à ce qu’il cherche à montrer. C’est seulement s’il possède toutes ces qualités que l’architecte peut s’atteler à la composition, que Beaudouin décrit ainsi :

Composer, c’est mettre en ordre, c’est-à-dire établir des rapports facilement perceptibles entre des éléments différents.

Pour cela, l’architecte doit s’appuyer sur « le savoir » et « l’imagination ». Il doit, d’une part, connaître le programme et les moyens dont il dispose pour y répondre et, d’autre part, être capable de proposer un parti. Et Beaudouin ajoute :

Créer, c’est constamment choisir, c’est adopter une hiérarchie et tout subordonner à une volonté d’ensemble.

Dans une seconde partie, le nouveau directeur explique qu’il vise à former non pas des « disciples » mais des architectes qui « sauront créer librement ». Pour ce faire, il imagine développer deux formes d’apprentissage, comme à l’École des beaux-arts. Il distingue le savoir théorique, qui peut s’acquérir de manière scolaire par le biais de cours et de conférences, des études de composition, qui doivent se dérouler au sein de l’atelier, lequel apparaît comme un lieu d’échanges et de recherches où les élèves sont épaulés par le « Patron » et les « Anciens ». L’atelier que Beaudouin propose est similaire à celui qu’il a fréquenté lui-même, décrit par son ancien patron Emmanuel Pontremoli. Alors qu’il est directeur des Beaux-Arts, ce dernier évoque « l’école actuelle » en ces termes :

Pour comprendre l’École, son attrait, sa vie, il faut en effet connaître l’atelier, savoir quelle valeur spéciale, originale, il donne à notre enseignement artistique ; il faut savoir que l’École n’existe en fait que par les ateliers, par les maîtres qui les dirigent et qui répondent au vocable si expressif de “patrons”[14]

Le but de l’enseignement tel que Beaudouin l’envisage est de « former des architectes capables, sans emprunte préconçue, d’exprimer sincèrement l’Idéal nouveau d’une humanité apaisée ». Mais s’il indique les qualités nécessaires à l’architecte, il omet de donner une vision de ce que doit être l’architecture. Dix ans après ce discours, le 1er octobre 1952, Beaudouin prend officiellement la tête d’un atelier intérieur aux Beaux-Arts. Cependant, il a probablement commencé à y enseigner dès 1946, date à laquelle il revient s’installer à Paris. Son atelier semble avoir suscité un vif intérêt auprès des futurs architectes ; une lettre adressée par Beaudouin au directeur de l’école en 1953 nous apprend que 175 élèves fréquentent son atelier[15].

 

La pratique de l’architecture : perméabilité entre agence et atelier

Fig. 1 : Livre de paie des architectes de l’agence Beaudouin. CAPa/Archives de l’architecture du xxe siècle, fonds E. Beaudouin.

Afin de mettre en évidence les relations qui unissent l’atelier et l’agence, nous avons reconstitué les effectifs de cette dernière grâce au dépouillement des livres de paie (fig. 1) sur la période de décembre 1946 à mai 1981[16]. Ces documents permettent de connaître les noms des collaborateurs, les postes qu’ils occupent et le temps qu’ils restent au sein de l’agence. Si certains livres de paie sont incomplets, des recoupements ont pu être opérés avec des carnets de bulletins de salaire également conservés. Il manque des informations pour les années 1951, 1952, 1955 et 1961, l’année 1956 étant documentée partiellement.

Fig. 2 : Évolution de l’effectif de l’agence Beaudouin (1946-1981), d’après les livres de paie et les carnets de bulletins de salaire.

L’agence dirigée par Beaudouin a employé un total de 211 personnes. Durant les 35 années d’exercice de l’agence, les effectifs ont fluctué selon l’intensité des activités ; si en 1946 seuls deux collaborateurs sont recensés, en 1958 ils sont près de 46 (fig. 2). L’étude des intitulés de poste met en évidence différentes catégories de collaborateurs : on dénombre douze projeteurs (architecte-projeteur, compositeur-projeteur), un architecte DPLG, cinq vérificateurs, trois inspecteurs des travaux, deux ingénieurs, un chef du bureau d’études, trois maquettistes, un menuisier ou encore deux décorateurs ; quatorze personnes occupent des postes administratifs, 20 autres ont des emplois liés à l’intendance (garçon de course, commis…) ; et il y a 29 collaborateurs dont les postes n’ont pas de dénomination. La majorité de l’effectif est cependant composée de dessinateurs qui sont près de 118 entre 1946 et 1981. Ils sont présents sur des périodes plus ou moins longues : 82 dessinateurs restent moins d’un an, 20 d’entre eux ne sont présents qu’un seul mois. 21 dessinateurs sont employés entre un et deux ans et 21 autres travaillent durablement à l’agence, entre deux et neuf ans. Les deux dessinateurs qui restent le plus longtemps sont d’ailleurs des dessinatrices. À l’agence de Beaudouin, les femmes ont toujours été présentes : 42 femmes ont été employées, dont un tiers a occupé un poste de dessinatrice. Une architecte-projeteur, dont le statut évolue en urbaniste, une compositeur-projeteur ainsi qu’une décoratrice ont également été recensées.

Fig. 3 : Mise en évidence du nombre de collaborateurs de Beaudouin (1946-1981) issus de l’ENSBA.

Nous avons cherché à savoir quelles formations avaient suivi ces différents collaborateurs et si le parcours de Beaudouin, et notamment son poste de chef d’atelier aux Beaux-Arts, l’avait conduit à favoriser des architectes issus de cette école. Au total, sur les 149 membres de l’agence qui prennent part au dessin du projet, seulement 47 personnes ont étudié au sein de l’école parisienne, soit un tiers de l’effectif. Ces dernières proviennent majoritairement de trois ateliers : 25 collaborateurs ont fréquenté celui de Beaudouin, cinq autres sont issus de l’atelier de Georges Gromort et quatre de celui d’Auguste Perret (fig. 3).

Parmi les 25 anciens élèves de Beaudouin, dix-huit travaillaient déjà pendant leurs études à l’agence, de manière plus ou moins continue, ce qui met en évidence une forme de perméabilité entre ces deux lieux d’apprentissage. Le travail en agence sous la houlette du même chef d’atelier permet de compléter l’enseignement dispensé à l’école. Les anciens élèves de Beaudouin restent à l’agence pour des durées variables, douze sont présents moins d’un an, tandis que Louis de Hoÿm de Marien, qui a été engagé en premier, y reste près de cinq ans.

 

La trajectoire de Louis de Hoÿm de Marien, héritier de Beaudouin

L’étude du parcours de ce Toulousain révèle plusieurs similitudes avec celui de son ancien « patron ». Né en 1920, Hoÿm de Marien débute ses études à l’école régionale d’architecture de Toulouse à partir d’octobre 1940, puis demande son transfert aux Beaux-Arts de Paris en avril 1945, où il obtient son diplôme en février 1951. Parmi les nombreux collaborateurs de Beaudouin, il est le seul à avoir obtenu le grand prix de Rome, comme son « maître ». Hoÿm de Marien consacre un de ses envois de Rome au thème des jardins italiens, sujet qui intéresse particulièrement Beaudouin notamment dans la composition des ensembles de logements[17]. L’objet de ce travail est retranscrit en 1957 dans la revue Urbanisme et c’est Beaudouin qui est chargé d’en écrire la préface[18]. Là encore, un parallèle entre le parcours du maître et celui de l’élève apparaît ; en effet, Beaudouin avait lui aussi été publié dans cette même revue en 1933 et sa recherche avait été introduite par son ancien chef d’atelier, Emmanuel Pontremoli[19].

Hoÿm de Marien bénéficie d’une place particulière au sein de l’agence : son statut évolue, il devient ainsi architecte-projeteur et son nom est associé aux deux cités universitaires réalisées par Beaudouin, celles d’Antony (1950-1953) et de Clermont-Ferrand (1952-1953). Il participe également au concours lancé par la Caisse des dépôts et consignation pour la construction de 2 500 logements à Gonesse[20]. À la suite de son départ de l’agence en juin 1958, Hoÿm de Marien mène une carrière qui semble entrer en écho avec celle de Beaudouin, il répond à différents types de commandes – centres commerciaux, bâtiments administratifs, logements collectifs –, sans avoir de programme de prédilection. Ils s’associent d’ailleurs à plusieurs reprises et, ensemble, ils forment avec Urbain Cassan et Jean Saubot l’agence AOM pour la réalisation de la troisième tranche de l’opération Maine-Montparnasse[21]. De plus, Hoÿm de Marien est lui aussi intéressé par la conception à grande échelle. Fort de son expérience avec la tour Montparnasse, il s’implique dans un autre projet d’ampleur pour la capitale : il est à la tête d’une des six équipes d’architectes qui doivent définir une image de l’occupation du sol du quartier des Halles en 1967[22]. Enfin, Hoÿm de Marien, comme Beaudouin, se tourne vers l’enseignement, puisqu’il dirige un atelier aux Beaux-Arts, et devient membre de l’Académie d’architecture en 1968.

 

Patron et anciens élèves : des parcours qui entrent en résonance

Au-delà de la trajectoire individuelle de Louis de Hoÿm de Marien, il apparaît que plusieurs anciens élèves devenus collaborateurs de Beaudouin partagent ses intérêts. Dans le cadre de cette étude, nous avons choisi de nous intéresser à l’urbanisme – Beaudouin a notamment été président de la Société française des urbanistes – et à l’enseignement, parmi d’autres domaines qui restent encore à explorer, puis d’examiner les relations professionnelles entre les anciens élèves-collaborateurs.

Ainsi, trois élèves particulièrement investis dans l’urbanisme ont pu être recensés : Jean-Louis Langlet, Gérard Deldique et Jean-Louis Taupin. Langlet, qui a longuement étudié dans l’atelier de Beaudouin, de 1955 à 1966, a également suivi les cours du Séminaire et Atelier Tony Garnier, créé et codirigé par André Gutton et Robert Auzelle[23]. Après avoir travaillé comme urbaniste, il rejoint l’agence de Beaudouin en septembre 1973 où il occupe le poste de chef du bureau d’études. Deldique, qui a d’abord étudié à l’école régionale d’architecture de Lille, poursuit son parcours aux Beaux-Arts dans l’atelier de Beaudouin jusqu’à son diplôme en 1956. Il complète ses études en intégrant l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (IUUP). Dès 1957, il se voit notamment confier par le ministère de la Reconstruction et du Logement le plan directeur d’aménagement de Dunkerque[24]. Jusqu’en 1997, année où il cesse d’exercer, il s’investit en tant qu’architecte et urbaniste principalement dans le Nord de la France[25]. Taupin fait toutes ses études dans l’atelier de Beaudouin aux Beaux-Arts jusqu’en 1963 et travaille neuf mois à l’agence entre 1956 et 1958. Comme Deldique, il est diplômé de l’IUUP, mais c’est par son travail en tant qu’architecte en chef des Monuments historiques qu’il se fait connaître[26]. De plus, Taupin, avec Jean Tribel et Richard Helmy, fait partie des cinq anciens élèves-collaborateurs qui se sont tournés vers l’enseignement. Tribel, qui entre aux Beaux-Arts en 1948, étudie dans l’atelier Leconte puis dans celui de Beaudouin. S’il n’est présent que peu de temps à l’agence, il est l’un des membres fondateurs de l’AUA en 1960 et enseigne à UP1 à partir de 1971[27]. Helmy, qui travaille près de dix ans à l’agence à partir de 1954, ne réalise que peu de projets en son nom propre ; en revanche, il est à l’origine de la création d’UP3[28] à la suite des événements de mai 1968.

Une autre caractéristique qui émerge est celle des associations entre les anciens élèves-collaborateurs ; celles-ci peuvent êtres durables, comme celles de Michel Andrault et Pierre Parat et de Pierre Bertran de Balanda et Antoine Debré, ou ponctuelles, afin de répondre à des projets spécifiques. Ainsi Hoÿm de Marien collabore avec Roger Titus, qui a étudié à l’atelier Beaudouin de 1952 à 1964. Ensemble, ils réalisent le club-house de la base de loisirs du Lac de Loire, près de Blois en 1971[29] et ils font partie de la même équipe pour le projet du quartier des Halles de Paris avec Louis Grosbois, lui aussi ancien élève de Beaudouin. Le parcours de l’ancien élève-collaborateur Jean-Marie Héreng se révèle atypique. Héreng, qui fait toutes ses études aux Beaux-Arts dans l’atelier Beaudouin et travaille également un an à l’agence comme dessinateur en 1953, ne passe pas son diplôme. En revanche, on le retrouve en tant qu’ingénieur-conseil collaborant avec divers architectes des Trente Glorieuses. Avec Thierry Sainsaulieu, lui-même ancien élève-collaborateur de Beaudouin, il construit l’amphithéâtre souterrain de l’École nationale d’ingénieurs au début des années 1960[30]. Ces différentes associations mettent en évidence l’importance de l’atelier où, au-delà des enseignements de Beaudouin, se nouent des relations qui influent sur les carrières de ces architectes.

À défaut d’archives de première main des enseignements dispensés par Beaudouin, l’étude du parcours de ses anciens élèves-collaborateurs permet de faire émerger des tendances. Il ne semble pas y avoir dans l’enseignement de Beaudouin de volonté doctrinale, mais les domaines dans lesquels il s’est investi ont également intéressé ses élèves, comme l’urbanisme et l’enseignement. Le jardin – et de manière plus vaste le traitement des espaces extérieurs dans le logement collectif[31] – constitue une autre inspiration pour une génération d’architectes confrontée à la construction de grands ensembles qu’il serait intéressant d’approfondir. Il apparaît également que la personnalité de Beaudouin a occupé une place primordiale dans son enseignement, comme Vera Cardot et Pierre Joly l’ont révélé dans un article publié en 1961 : « Il s’agit plutôt, pour le maître, de transmettre, s’il se peut, ce sentiment des choses humaines, cette intuition d’artiste qui font de lui un architecte humaniste[32]. »


[1] Préfecture de la Seine, direction du Personnel, état général du personnel technique, 1er août 1919, p. 242-243.
[2] Annuaire Sageret, « École spéciale d’architecture », Paris, 1903, p. II.
[3] « Liste générale de MM. les architectes », ibid., p. 5.
[4] Journal officiel de la République française, 3 mars 1933, p. 2175.
[5] Marie-Jeanne Dumont, Le Logement social à Paris, 1850-1930 : les habitations à bon marché, Liège, Mardaga, 1991, p. 157.
[6] Fabien Bellat, « Moderne et officiel ? Autour d’Eugène Beaudouin à l’ambassade de France au Canada », Revue de la culture matérielle/Material Culture Review, vol. 77-78, 2013, p. 39-55.
[7] Pieter Uyttenhove, Beaudouin et Lods, Paris, Éditions du patrimoine, 2012.
[8] Jean-Pierre Épron, « Expert et l’école », dans Institut français d’architecture, Roger-Henri Expert : 1882-1955, Paris, Le Moniteur, 1983, p. 35-56.
[9] G. E Pearse, « Cape Town foreshore plan », South African architectural record, vol. 32, n° 3, mars 1947, p. 51-65.
[10] Jean-Lucien Bonillo, « Un projet urbain… malgré eux (les architectes N.D.R.). La reconstruction du quartier du Vieux-Port à Marseille », Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 32-33, 1993, p. 25-43.
[11] Colette Raffaele, Eugène Beaudouin et l’enseignement de l’architecture à Genève, Lausanne, PPUR, 2010.
[12] Eugène Beaudouin, « L’Enseignement de l’Architecture », Das Werk : Architektur und Kunst, vol. 30, 1943, p. 187-190.
[13] Ibid.
[14] Emmanuel Pontremoli, « L’École actuelle », dans L’École nationale supérieure des beaux-arts, Paris, La Grande masse, 1937, p. XIII.
[15] Archives nationales (AN) AJ/52/972.
[16] CAPa /Archives d’architecture du XXe siècle, fonds Eugène Beaudouin, documents non cotés.
[17] AN 19771081-11.
[18] Eugène Beaudouin, « Préface », Urbanisme, n° 54, 1957, p. 114.
[19] Emmanuel Pontremoli, « Avant-propos », Urbanisme, n° 10, 1933, p. 2-3.
[20] L’Architecture d’aujourd’hui, n° 81, 1958-1959, p. XXIII.
[21] AN 20060205-08.
[22] L’Architecture d’aujourd’hui, n° 132, 1967, p. 24-27.
[23] Le Carré bleu, n°3, 1966.
[24] Olivier Ratouis, « L’autonomisation de l’expertise dans l’urbanisme français d’après-guerre. Dunkerque et la Flandre maritime à l’épreuve du fordisme ? », Histoire urbaine, vol. 14, n° 3, 2005, p. 9-27.
[25] Archives nationales du monde du travail, fonds Gérard Deldique 2000 023.
[26] Anne Coste, L’Architecture gothique : lectures et interprétations d’un modèle, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1997.
[27] Jean-Louis Cohen (dir.), AUA : une architecture de l’engagement, 1960-1985, Paris, Carré/Cité de l’architecture & du patrimoine, 2015, p. 229-230.
[28] Archives nationales, « École nationale supérieure d’architecture de Versailles. Répertoire numérique détaillé numéro 20130145 », 2013, p. 21.
[29] L’Architecture d’aujourd’hui, n° 162, 1972, p. 18-19.
[30] Informes de la Construcción, nº 147, 1963, p. 69-77.
[31] Eugène Beaudouin, « De la composition des plans-masse des groupes d’habitation », Forum, vol. X/3, 1955, p. 60-71.
[32] Vera Cardot, Pierre Joly, « Eugène Beaudouin, architecte et urbaniste », Style : urbanisme, architecture, arts plastiques, n° 2, 1961, p. 77.

[Sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search