L’atelier Lods, de la volonté de réformer à l’ambition d’une nouvelle école à Paris (1954-1964)

Par Malik Chebahi,
Maître de conférences associé, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS

Fondé en 1948, l’atelier Lods symbolise au moment de sa création la capacité de l’École des beaux-arts de Paris à intégrer dans l’enseignement de l’architecture les tendances les plus novatrices. Marcel Lods (1891-1978) est dans l’après-seconde guerre mondiale une figure importante de la scène architecturale française. Il est notamment reconnu pour les expérimentations de procédés de préfabrication qu’il mena durant les années 1930. Avec son associé Eugène Beaudouin (1898-1983), il est l’auteur de réalisations emblématiques de l’histoire de l’architecture du XXe siècle : l’École de plein air de Suresnes (1931-1935), la cité de la Muette à Drancy (1932-35) et la Maison du Peuple et marché couvert de Clichy (1935-1939). Marcel Lods est aussi un membre du groupe français des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) et l’un des rédacteurs de la charte d’Athènes. Bien que sa production architecturale ait été disséquée par de nombreux travaux universitaires[1], il n’en est rien de son enseignement.

Cette contribution entend traiter à la fois de certaines innovations pédagogiques implémentées au sein de son atelier et des critiques, réflexions et propositions que l’architecte a développées pour réformer l’enseignement de l’architecture. Elle relate ainsi le basculement de l’action pédagogique de Marcel Lods qui, d’un patron engagé dans la rénovation de l’enseignement de l’architecture à l’intérieur de l’institution devient un militant pour en faveur de la création d’une nouvelle école d’architecture à Paris. Ce changement de trajectoire expose les profondes dissensions présentes chez les tenants de l’enseignement de l’architecture bien avant 1968, et raconte un épisode peu connu de l’histoire de l’enseignement de l’architecture en France.

 

Naissance d’un atelier contestataire

La création de l’atelier Lods s’inscrit dans la pure tradition de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA). En effet, à la suite de différends importants entre deux factions d’étudiants de l’atelier Perret, un groupe d’élèves décide de se détacher et sollicite les architectes Marcel Lods, Henri Trezzini et André Hermant pour la création d’un nouvel atelier libre, tous disciples ou admirateurs de leur ancien patron. En effet, Henri Trezzini (1902-1976) est un ingénieur et architecte tessinois et ancien élève d’Auguste Perret à l’atelier du bois. Il a notamment collaboré avec Le Corbusier, Perret et Lods. André Hermant (1908-1978) est lui aussi lié à Perret puisqu’il fut son élève à l’École spéciale d’architecture et son collaborateur sur le projet de la reconstruction du Havre. Cette direction tripartite qui mêle les compétences d’architectes et d’ingénieurs anticipe, de 15 ans, la volonté de la direction des Beaux-Arts d’intégrer des assistants chargés de la construction[2]. Un écrit rédigé par les étudiants en 1960 met l’accent sur la « défense des ateliers extérieurs : en donnant le maximum de pouvoir aux patrons librement choisis par les élèves afin de faire de chaque atelier une “école d’architecture” ayant sa personnalité » et énumère les principes fondateurs de l’atelier :

L’enseignement de l’école doit être réformé : l’atelier y participe activement.
– La pratique, au contact d’architectes et de programmes intéressants est activement recherchée comme complément d’enseignement.
– Les programmes devront être des besoins énumérés, le rôle de l’architecte étant de les matérialiser. Ils ne doivent plus être la liste de bâtiments décrits à l’avance et dont l’étude consiste à retrouver le groupement imaginé par l’auteur du programme. L’atelier par l’intermédiaire de ses patrons participe par tous les moyens à la réalisation de cet objectif.
– Études : elles sont basées sur une analyse stricte et sincère des besoins avec enquête. Des spécialistes de chaque sujet seront invités à l’atelier. Elles auront pour but une harmonie entre la fonction, la structure et la forme (… si possible).
– L’utilisation des « Médailles » et « Poncifs » de revues d’architecture est rejetée par tous les membres de l’atelier.
– Jugement : l’atelier défend le principe des jugements permettant l’examen objectif de chaque projet par rapport aux besoins et aux techniques. Des modalités de jugement doivent être trouvées pour supprimer l’examen d’un travail de trois semaines en quelques minutes, sans compte rendu de jugement ni critiques.
– Concours : l’atelier s’oppose au concours de Rome quelle qu’en soit la forme. Le principe même du concours est considéré comme un académisme ayant pour objectif réel de choisir sur un concours scolaire, sans références à des réalisations concrètes, les architectes chargés de diriger et d’orienter l’architecture en France.
– Les maîtres de l’architecture française qui guident et inspirent l’atelier : Perret – Le Corbusier – Lods, étant tous trois la négation de l’enseignement du Prix de Rome. L’atelier s’opposera par tous les moyens au maintien de ce concours. L’atelier au contraire favorisera toute initiative d’un concours permettant des voyages d’études et de perfectionnement[3].

Ce texte, formulé douze ans après la fondation de l’atelier, appelle des réserves. Il reflète peut-être davantage les souhaits des étudiants que l’opinion des chefs d’atelier. En effet, il semble reprendre à son compte une bonne partie des revendications de la Grande Masse au moment de sa rédaction. En même temps, il est révélateur de l’esprit frondeur de l’atelier et démontre notamment la défiance des élèves à l’égard du système des concours et des médailles. Ce rejet est raillé par André Hermant lui-même, qui juge que la contestation du système Beaux-Arts par ses élèves a dérivé :

La volonté de prendre à contre-pied la course aux médailles a conduit à un véritable “complexe” scolaire. A contrario du snobisme des médailles il y a eu le snobisme du four[4]

Il est vrai que beaucoup d’élèves, par opposition au culte du rendu et de l’image, tiraient grande fierté du nombre de fours qu’ils accumulaient et du temps passé à décrocher l’admission ou à valider les valeurs de seconde classe, qui se comptait en années. Hermant ne manque pas de souligner le paradoxe de cette attitude et de la nécessité de s’accommoder des règles de l’école :

Il ne faut pas oublier que le seul fait d’appartenir à une école dont on conteste la base finit nécessairement par un compromis si l’on veut s’en sortir[5].

L’arrangement trouvé avec le système, pour un atelier connu pour être l’atelier des « communistes[6] », est sans doute à chercher dans les actions menées par les patrons et les élèves pour le renouvellement des références. Hermant affirme notamment qu’« en 1948 un des seuls, sinon le seul atelier de l’école où l’on apprenait à connaître les créateurs de l’architecture contemporaine et où on trouvait leurs livres dans la bibliothèque, ce seul atelier était l’atelier Lods[7] ». Les élèves s’organisent aussi pour inviter des conférenciers ; au début des années 1950, on trouve notamment trace du passage d’architectes tels que Jean Bossu (1912-1983). Il y a aussi certaines innovations pédagogiques, par exemple dans le programme d’admission. Présenté comme ce que doivent faire les admissionnistes « tant avec leur tête qu’avec leurs yeux, leurs mains…[8] », le programme impose notamment la lecture des ouvrages de Le Corbusier, de Bruno Zévi et d’Auguste Choisy. Les admissionnistes sont aussi invités à explorer le modelage au moyen des maquettes et des découpages traitant de structures d’espaces et de matières. Il y aussi la volonté de faire réfléchir les élèves à travers des exercices d’écriture, une modalité pédagogique inexistante dans la formation intellectuelle des étudiants en architecture et surtout absente du concours de l’admission. Ainsi nous avons retrouvé l’énoncé d’un sujet de dissertation engageant les élèves à définir le rôle de la place dans l’espace urbain :

Alors que le but d’une habitation, d’un atelier, d’un théâtre se définit aisément, le rôle de la place dans la ville apparaît moins immédiatement. En vous aidant de l’étude que vous venez de faire et des exemples de places que vous connaissez, vous essaierez de montrer ce que sont dans leur diversité et leur unité les places dans la ville[9].

Maître de l’enseignement de l’architecture prodigué au sein de son atelier, Marcel Lods use aussi d’une grande liberté de parole pour commenter les formulations de concours ou le temps laissé aux élèves pour appréhender un programme complexe, à l’image de ses critiques lancées à l’encontre de la rédaction du concours Bourgeois et Godeboeuf de 1951 :

“Cet édifice d’un goût bien français, alliant la distinction et la mesure”… Trois phrases, trois âneries. Nous avons eu un goût français qui s’imposait ; malheureusement il disparut. Il a été remplacé par celui d’une époque []allier à la distinction la mesure” : nous préférerions pour la vie et la ville qu’il s’agit d’organiser qu’il soit purement et simplement adapté à sa fonction. “La distinction et la mesure” nous semblent actuellement vides de sens, mises en avant par des incompétents exprimant une absence d’informations ou le désir de s’engager[10].

 

Un projet de réforme de l’enseignement de l’architecture rejeté

Fig. 1 : Couverture du livre de Marcel Lods, Le Métier d’architecte : entretiens avec Hervé Le Boterf, Paris, France-Empire, 1976.

Lods était un membre actif du Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture. Cette instance, fondée en 1949 et composée des patrons les plus importants et d’influentes personnalités du monde professionnel, se réunit de manière régulière et continue jusqu’à l’éclatement de l’école en 1968. Elle a produit plusieurs projets de réforme désignés généralement par le nom de leur rapporteur[11]. Le projet de réforme porté par Marcel Lods en 1954 dresse un diagnostic assez objectif des carences de l’enseignement prodigué à l’école. Travail collégial, issu de la collaboration de la plupart des grandes personnalités que compte celle-ci, il met en exergue les défaillances d’un système d’enseignement dépassé par le nombre sans cesse croissant de la population étudiante. Le discours critique reste cependant modéré : dans les conclusions du rapport transparaît la volonté d’une adaptation du modèle d’enseignement traditionnel plutôt que sa refonte. Deux mesures importantes sont néanmoins poussées par Lods. La première est la suppression de la notion de concours au profit de celle d’examen. Quant à la seconde proposition phare du projet, elle exhorte le professeur du cours de théorie à actualiser et à réviser son cours en le transformant en l’expression de toutes les tendances et conceptions architecturales contemporaines. Bien que Lods affirme avoir consulté l’ensemble des membres du comité et fait un travail d’explication préparatoire, le projet n’est pas adopté[12] (fig. 1).

Le principal grief adressé au rapporteur du projet est sa présentation trop vague qui ne fixe pas de programme précis de connaissances et qui écarte l’idée de la décentralisation de l’enseignement. Paradoxalement, il est aussi reproché à Marcel Lods de ne pas avoir mené une réflexion de fond sur l’enseignement de l’architecture en France en incluant celui dispensé à l’École spéciale d’architecture et à l’INSA de Strasbourg[13]. Le rejet de son projet de réforme provoque une importante rupture entre l’architecte et l’institution, matérialisée par l’intensification des critiques et la production d’une conséquente correspondance à l’attention du directeur de l’ENSBA, le peintre Nicolas Untersteller (1900-1967). Les missives sont de vertes critiques des programmes des concours d’émulation, des déroulés des jugements et bien évidemment de l’absence et des manquements du cours de théorie[14].

Le rêve d’une nouvelle école d’architecture à Paris

Lorsque, en avril 1956, l’architecte Raymond Lopez (1904-1966) forme l’Association pour la création d’une école d’architecture et d’un centre expérimental d’architecture et d’art[15], Marcel Lods intègre le comité fondateur aux côtés d’une trentaine d’autres personnalités. La présence dans la liste de cinq autres patrons[16] ne manque pas d’interpeller et d’interroger la direction des Arts et des Lettres du ministère de l’Éducation nationale :

Est-il possible [que] des professeurs se réclamant du corps enseignant de l’École supérieure des beaux-arts puissent moralement s’associer à une entreprise qui a pour objet de créer une autre école alors qu’on serait en droit d’espérer d’eux tous leurs efforts pour l’enseignement de l’école à laquelle ils appartiennent ?[17]

Ce paradoxe ne semble pas gêner Marcel Lods et ses autres collègues qui participent à la rédaction d’un programme pour la future « École d’architecture de Paris[18] ». Le projet prévoit notamment que l’école soit composée de dix ateliers de trente élèves chacun et que les études d’architecture se déroulent en sept années : 2 années de propédeutique (période de sélection), 4 années d’étude d’architecture (période de formation) et une année de stage (période de probation). Le programme très dense fait une large place à l’intégration des sciences sociales. Il met aussi fin au système du patron unique et instaure une correction tournante chaque année. Par ailleurs, chaque professeur devait être assisté d’un « technicien ». La commission du ministère de l’Éducation chargée d’examiner le programme souligne être frappée « par l’importance donnée aux matières connexes par rapport à l’architecture proprement dite, semblant donner une prédominance à la technique sur l’imagination, à l’esprit de géométrie sur celui de finesse alors que l’on se réfère justement à l’humanisme[19] ».

Fig. 2 : Article de presse à l’occasion de la démission des chefs d’atelier Lods, Hermant et Trezzini. In Pieter Uyttenhove, Marcel Lods : action, architecture, histoire, Verdier, 2009, p. 31.

Plus que le programme pédagogique, c’est le nom choisi pour l’école qui suscite des réserves. Lors de l’examen du projet par le Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture, André Leconte fait ainsi observer « que le titre risque de créer l’équivoque par rapport à l’école de peinture de Paris qui est un mouvement bien connu à l’étranger mais qui n’a aucune parenté avec l’école d’architecture dont la création est envisagée[20] ». Pour la direction des Arts et des Lettres, « ce titre, en prenant un nom de capitale d’un prestige universel, confère à une institution une autorité qu’elle n’a pas encore acquise » et propose quant à elle des noms alternatifs : « École libre d’architecture de Paris », « École privée d’architecture de Paris ». Malgré ces légères réserves, le projet reçoit l’approbation de la direction des Arts et des Lettres, le 30 octobre 1958[21]. Cette réponse positive s’inscrit dans le prolongement des propositions formulées dans le projet de réforme du rapport Leconte, qui prévoyait notamment la création de nouvelles écoles capables de désengorger l’ENSBA de Paris. Le lancement de l’école de Lopez se heurte néanmoins à l’absence de subventions institutionnelles et au manque de moyens financiers ; Lopez a bien tenté de placer son école sous la tutelle de la direction des Arts plastiques et non pas celle des Arts et des Lettres. Il a même pensé à la possibilité de détourner les crédits alloués à l’École spéciale d’architecture. Aucune de ces idées n’a cependant abouti. La création de l’école est par ailleurs bloquée par le fait qu’aucun texte ne réglemente un diplôme d’État comme moyen essentiel du contrôle de l’enseignement. La mort de Lopez en 1960 finit pas mettre fin au projet.

Marcel Lods, qui avait grandement participé aux réflexions et aux débats au sein de l’association, poursuit son enseignement jusqu’en 1964, tout en maintenant la pression sur la direction de l’école et en continuant à user de sa liberté de patron d’atelier. Il garde jusqu’au bout la conviction que les maux de l’enseignement de l’architecture sont dus à l’absence d’une révision sérieuse du cours de théorie. Il tente d’ailleurs lui-même de donner un cours de théorie portant sur le logement. En 1964, les trois patrons de l’atelier, Lods, Trezzini et Hermant, donnent leur démission en la justifiant par le rejet du projet de 1954 (fig. 2). Ce prétexte nous apparaît comme très tardif et très anachronique. Le regret de ne pas avoir été écouté et la rancœur perdurent chez Marcel Lods jusqu’au crépuscule de sa vie. En effet, dans le livre d’entretiens paru en 1976, il affirme croire encore « que la crise [de 1968] aurait pu être évitée dès 1954[22] ». Cette position laisse à penser que celui qui avait été l’un des pionniers de l’avant-garde est passé à côté des grands bouleversements de 1968.  


[1] Voir notamment Pieter Uyttenhove, Marcel Lods : action, architecture, histoire, Lagrasse, Verdier, 2009.
[2] Projets de textes relatifs à l’enseignement de l’architecture : 1962-1965. Archives nationales (AN) 19950514/12.
[3] Lettre adressée par les élèves de l’atelier Lods à leurs patrons, le 4 février 1960. Cité de l’architecture & du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle (CAPa) SIAF/CAPA 60 IFA 020/1.
[4] Lettre adressée par André Hermant aux élèves de son atelier, 12 février 1960. Ibid.
[5]Ibid.
[6] Échanges de l’auteur avec Jean Michel Bossu, un ancien de l’atelier Lods, le 28 novembre 2011.
[7] Lettre adressée par André Hermant aux élèves de son atelier, 12 février 1960. CAPa SIAF/CAPA 60 IFA 020/1.
[8] Programme des admissionistes, n.d. Ibid.
[9] Sujet de dissertation donné à des admissionistes, n.d. Ibid.
[10]Note sur le concours Jean-Louis Bourgeois & Godeboeuf, décembre 1951. CAPa SIAF/CAPA : 323 AA 14/5.
[11] Notamment les projets André Leconte (1956) et Jean Fayeton (1967).
[12] Marcel Lods, Le Métier d’architecte : entretiens avec Hervé Le Boterf, Paris, France-Empire, 1976, p. 152.
[13] Compte rendu du Comité consultatif de l’enseignement de l’architecture, 23 juin 1958. AN 19950514/12.
[14] Voir notamment diverses correspondances adressées par Marcel Lods à Nicolas Untersteller. AN AJ/52/1034.
[15] École privée d’architecture : correspondance, statuts de l’association pour la création d’une école d’architecture et d’un centre expérimental d’architecture et d’art, programme des études (1958). AN 20160408/3.
[16] Jean Faugeron, Jean Fayeton, Guy Lagneau, Georges-Henri Pingusson, André Remondet.
[17] Note adressée par un subalterne au directeur général des Arts et des Lettres, n.d. AN 20160408/3.
[18] Programme École d’architecture de Paris, janvier 1958. AN 19950514/12.
[19] Sous-commission chargée d’examiner le programme d’enseignement de l’architecture, 8 juillet 1958. AN 19950514/12.
[20] Compte rendu du Conseil consultatif de l’enseignement de l’architecture, 23 juin 1958. AN 19950514/12.
[21] Procès-verbal de la direction des Arts et des Lettres, le 30 octobre 1958. AN 19950514/12.
[22] Marcel Lods, op. cit., p. 153.

[Sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search