La genèse des ENSA parisiennes : entre libéralisme hérité et autorité contestée

Par Anne Debarre,
Maître de conférences en HCA, ENSA Paris-Malaquais, ACS/AUSser

De l’éclatement de la section architecture de l’École des beaux-arts de Paris résulte la création de neuf unités pédagogiques (UP) à Paris entre 1968 et 1975. Très marquées politiquement et pédagogiquement, celles-ci constituent sur un territoire partagé un espace concurrentiel, dont les tensions sont renforcées par des situations immobilières fragiles. Les six écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) actuelles en Île-de-France en sont issues par des compositions, décompositions et recompositions, choisies ou subies, engagées par les tutelles ou par des équipes enseignantes et des étudiants.

Des mouvements dans les groupes d’ateliers 1965-1968

Avec la « petite réforme » appliquée à la rentrée 1965, la reconnaissance de la pluralité des tendances « idéologiques » de la section architecture de l’École des beaux-arts ainsi que l’augmentation du nombre de ses élèves (2 700 environ) conduisent à son premier démantèlement en trois groupes d’ateliers, A, B, C, dans une répartition faite par l’administration[1] : le groupe A réunit les ateliers officiels « traditionnels » du quai Malaquais ; le B, les ateliers libres logés dans le bâtiment de la rue Jacques-Callot ou à proximité ; le C, affecté au Grand Palais, rassemble les ateliers mal logés, mais aussi les « progressistes » sélectionnés par Jean de Saint-Jorre, chef du service des Enseignements artistiques du ministère des Affaires culturelles, sous le contrôle de son directeur Max Querrien. Une certaine autonomie pédagogique accordée aux groupes, « d’esprit et de méthodes différents », n’empêche pas les « tentatives d’éclatement de l’école en trois écoles autonomes[2] ».

L’année suivante, des mouvements nombreux d’élèves et d’enseignants modifient les groupes. Le A reste stable, mais des dissidences s’y manifestent : des étudiants revendiquant un rattachement à l’Université sont exclus de l’atelier Arretche le 28 mai 1966 et créent l’Atelier collégial 1, sans patron nominal sinon Bernard Huet comme pivot, « par scission et surtout par opposition de tendances et tentative de rattachement au groupe C », selon la tutelle[3]. Dans le groupe B, un atelier collégial 2 émane de 45 élèves et d’assistants dissidents de l’atelier Madelain[4]. Si demeure le principe de liberté de création d’ateliers, le bureau des Enseignements suggère de les mettre à l’essai pendant un an et d’en définir le statut « afin de limiter les incitations à l’individualisme et à l’anarchie[5] ». En février 1967, des élèves des ateliers Bossu, Collégial 2, Kalisz et Bourbonnais, constatant que le groupe B est « instable depuis sa formation », avec des « ateliers arbitrairement regroupés par décision administrativeseul point commun : statuts d’ateliers extérieurs[6] », veulent fonder un groupe D sur la base d’adhésions individuelles « en dehors de toute notion d’ateliers », pour préfigurer une école « compatible avec les exigences de notre époque[7] ». Faute d’une existence légale[8], le D est nommé groupe C rive-gauche. La tutelle refuse également de nommer Collégial 3 l’atelier ex-Kalisz, Kalisz avec son atelier réduit réintégrant le groupe B en octobre 1967. Les élèves et les professeurs des autres ateliers du B affirment en revanche son homogénéité, fondée sur les principes de l’atelier avec son chef « responsable d’un enseignement fondamental de l’architecture », et veulent le limiter à eux seuls « contre les menées extérieures et les projets d’intégration de tendance collégiale qui pourraient naître[9] ». À la rentrée 1967, le groupe C s’agrandit de l’atelier Albert et des collégiales sans patron.

Visant une modernisation de l’enseignement, la tutelle soutient les expériences de renouvellement pédagogique. Sont recrutés des assistants pour les ateliers et, dans chacun des groupes, plusieurs assistants en sciences humaines ainsi qu’un enseignant en histoire critique de l’architecture contemporaine. En mars 1968, c’est au groupe C rive-gauche que sont attribuées les Petites Écuries à Versailles pour son « expérience cohérente et originale[10] ». Cependant, si la tutelle valide les changements demandés par le groupe C, elle lui impose les programmes communs définis par la direction des études[11]. Elle tente de contenir les initiatives individuelles des enseignants et des élèves les plus progressistes de la section architecture.

Le libéralisme de la création des UP, 1968-1978

En 1967, l’administration envisage la création de deux, puis quatre écoles dans la région parisienne, de taille moyenne, pour « réduire quelque peu le pouvoir d’attraction traditionnel de Paris[12] », mais les événements de mai 68 vont contribuer à leur inflation. C’est dans le creuset des groupes d’ateliers antérieurs que se constituent les UP parisiennes, sur l’adhésion à des engagements pédagogiques, voire politiques, différenciés (fig. 1).

Fig. 1 : Des groupes d’ateliers de l’ENSBA aux UP parisiennes.

À la rentrée 1968, à l’invitation du ministère, cinq programmes sont déposés : Département universitaire d’architecture (DUA), Espace vie architecture (EVA), UPDA, Unité pédagogique de synthèse (UPS), U P-1. Sur cette base, le décret du 6 décembre 1968 reconnaît cinq unités pédagogiques, numérotées de 1 à 5, « autonomes sur le plan pédagogique ». Chaque UP est invitée à choisir une orientation parmi les trois proposées : « sciences exactes et technologie », « synthèse », « environnement sensible ». Détachées du groupe A, UP4 et UP3 revendiquent la « synthèse » : UP4 regroupe cinq des sept ateliers verticaux du groupe A, sous la dénomination alors plus acceptable d’« options » ; UP3 est formée par des équipes des ateliers Arretche et Beaudouin. L’option « sciences exactes et technologie » caractérise UP1 et UP2, issues du groupe B et pourtant très différentes : UP2 regroupe les ateliers attachés à la forme traditionnelle de l’enseignement, alors que UP1[13] entend devenir un département universitaire d’architecture. Sous l’étiquette « environnement sensible », ensuite rejetée, UP5 a fédéré d’emblée 233 étudiants, plus nombreux que ceux venus de l’atelier Bossu du groupe C[14].

Signataires de l’appel du 10 janvier 1969, 1 200 étudiants et 80 enseignants contestent ces UP « concurrentielles », car « créées sans aucun critère objectif, officialisant des petits groupes d’enseignants et d’étudiants rassemblés par seule cooptation idéologique ou politique[15] ». En réponse, UP6 est instituée en février 1969. Elle rassemble quelques chefs d’ateliers, mais surtout les collégiales, des assistants de tous les groupes et les étudiants contestataires. En juin 1969, sept enseignants[16] et 120 étudiants, dans des rapports difficiles au sein d’UP6, demandent la reconnaissance de leur autonomie et fondent UP8. Peu de temps avant, une petite équipe, issue de l’atelier Remondet[17] du groupe B, s’était détachée d’UP5 pour fonder UP7 avec une forte dominante « sciences et technique ». Enfin, en 1975, UP9 naît d’une scission de l’atelier Marot de l’UP4[18]. Neuf UP sont dès lors effectives dans la région parisienne.

En 1969, la Conférence générale affirme le principe du libre choix, par les unités, des enseignants, quel que soit leur statut[19]. Des recrutements nombreux vont permettre la constitution des équipes enseignantes : des architectes praticiens[20] et, dans les UP aux programmes renouvelés, des enseignants d’autres disciplines. Facilités par une offre pédagogique diversifiée sur un même territoire, les mouvements d’enseignants isolés, mais aussi de groupes d’étudiants, sont liés à des tensions que l’on fuit, à des affinités que l’on recherche ou à des quêtes d’indépendance – mutations encore en usage à UP2, UP4, UP5 et UP7, « au contraire de l’Éducation nationale », note le directeur des Beaux-Arts, qui les soutient néanmoins[21]. Si le transfert en bloc d’un atelier complet est redouté par l’administration, en revanche « il n’est pas possible ni souhaitable d’empêcher les changements individuels d’unité[22] ». Des départs ont aussi été suscités sous la pression des comités de gestion d’UP4, d’UP7 et d’UP8, même si la section syndicale SNES-up de cette dernière dénonce « le refus de la reconnaissance de toute individualité ; l’existence d’une ligne au nom de laquelle on se permet d’exclure, ce type de pratique qui vise à la constitution d’une école, propriété d’un groupe et qui tend à la création d’un cadre normatif d’où serait absent toute discussion, toute contradiction, tout débat[23] ». Si des UP sélectionnent, d’autres accueillent largement, comme UP6 qui intègre six enseignants venant de l’Institut de l’environnement et huit de l’Unité d’enseignement et de recherche sur l’environnement (UERE) à leur fermeture en 1971. Maintenir le système des ateliers (UP2 et UP4, UP9), construire une école de pensée avec des enseignants choisis (UP3, UP5, UP7, UP8) ou bien accueillir une diversité de profils (UP1, UP6) constituent les orientations développées à Paris. Pour favoriser la « séparation entre les tendances idéologiques, le regroupement des tendances pédagogiques au sein d’ensembles homogènes[24] », « la clé de l’équilibre a été de permettre aux enseignants et aux étudiants de se regrouper par affinités », ainsi « enclins plutôt à être exemplaires qu’ennemis déclarés[25] », se félicite-t-on au ministère en 1970.

Face à la croissance des effectifs, le ministre Edmond Michelet envisage en juillet 1970 de les réduire à 300-400 étudiants idéalement par UP et de limiter les inscriptions. Il annonce ainsi la division de l’UP6 en deux unités, car les idées politiques de certains de ses 1 000 étudiants inquiètent[26]. Devant les grèves qui s’ensuivent, l’administration recule. La recherche de la masse critique du modèle universitaire permet de former une grande variété de profils, qui peut évoquer « le spectre d’une super-école nationale supérieure des beaux-arts » mais éviterait aussi, comme les décrit Emmerich, les huit unités « congolisées et se mordant mutuellement[27] ». Devenir une « grosse » UP est aussi une stratégie pour affirmer son existence sur le territoire parisien. En 1972, UP4 bloque ainsi le transfert d’étudiants vers d’autres UP en refusant de communiquer leurs cartes de valeurs. En revanche, proche des éléments « durs » de la profession[28], elle est partisan d’une sévère sélection et demande en 1974 l’autorisation administrative de limiter le nombre des nouveaux inscrits, comme d’ailleurs UP7 qui exige en outre un bac C[29]. La sélection des étudiants correspond aussi au modèle de la petite école, visé alors par UP8.

Enfin, la situation immobilière tendue contribue à exacerber la concurrence entre les UP parisiennes[30]. Si UP3 est au large à Versailles, UP2 est à l’étroit dans les ateliers de la rue Jacques-Callot et alentours, les équipes d’UP5 et d’UP7 partagent les locaux du Grand Palais, UP8 occupe un pavillon des Halles, tandis que restent sur le site historique les trois autres. Leurs étiquettes politiques divergentes – UP1 communiste, UP6 extrême-gauche et UP4 droite – vont accentuer les oppositions, voire les conflits, notamment entre UP6 et UP4, d’emblée « rivales[31] », la première qualifiant la seconde de « fraction la plus réactionnaire de l’Ordre des architectes représentée à l’école[32] ». À partir de 1976, la cohabitation dans le bâtiment de La Défense d’UP2 et UP5, aux pédagogies opposées, ne se fait pas non plus sans violence. La formation libérale des UP autour de positions clivées aboutit à des tensions nombreuses et à une concurrence aiguë sur le territoire parisien.

La carte négociée des écoles d’architecture en Île-de-France, 1978-2007

À la suite du rapport Narbonne de 1976, les décrets de mars 1978 du ministre Michel d’Ornano restreignent l’autonomie des UP. Celles-ci deviennent des établissements publics administratifs dotés d’un conseil d’administration (CA) et l’attribution des postes se fait par une commission avec des personnalités extérieures ; les programmes pédagogiques établis dans des cadres réglementaires doivent être habilités par la tutelle ; enfin, un concours au terme de la première année sélectionne les étudiants dans une limite fixée par arrêté.

À Paris, le numerus clausus permet d’infléchir la taille des UP, que ce soit pour réduire les plus grosses ou pour agrandir celles au large en banlieue. Supprimé en 1982, il est remplacé par une « capacité d’accueil d’un établissement », notion introduite dans le décret de 1984, restée sans effet malgré la limite « autorisée » par la DAPA après 1998[33]. En 1980, face à la crainte de voir disparaître les plus petites, d’Ornano rassurait :

Le grand nombre d’écoles permet la diversité pédagogique, facteur d’émulation et de débat[34].

Pourtant en 1986, promesse est faite au ministère des Finances de diminuer le nombre des écoles parisiennes (de 9 à 7 ou 6) et la question devient récurrente les années suivantes[35].

Cet objectif de réduction conduit à une première décision brutale de la tutelle. Alors que l’école Paris-Nanterre (ex-UP2) accordait la prééminence aux ateliers au détriment d’autres disciplines pour lesquelles manquaient des enseignants, le ministère la somme de respecter la règle des certificats pluridisciplinaires introduits par la réforme de 1984, puis la ferme autoritairement en 1987.

Plusieurs rapports vont être consacrés à la carte des écoles parisiennes. Dans son rapport de 1989, Jean Millier souligne l’importance des contenus diversifiés ou spécialisés qu’offrent ensemble les écoles parisiennes et les synergies qu’elles ont créées (CEAA[36]) pour plaider en faveur d’un accroissement de la taille des établissements. De fait, l’enjeu annoncé est immobilier et lié à la décentralisation. Pour les écoles logées dans des conditions précaires, Paris-La Défense, Paris-Villemin et Paris-Tolbiac, des regroupements sont proposés sur deux pôles : l’un technologique à la Cité Descartes à Marne-la-Vallée, l’autre lié à l’urbanisme et aux métiers de la ville sur le site de La Défense ou sur celui de l’université de Nanterre. La proposition est confirmée en octobre 1989 par le ministre Michel Delebarre, qui, conscient de l’impopularité des décisions, évoque non « des relogements et déménagements, mais de nouveaux projets pédagogiques permettant d’expérimenter et d’innover ». Il note que le CA de Paris-Tolbiac a manifesté de l’intérêt pour l’opération de Marne et que Paris-La Défense est attachée à ses liens avec l’université de Nanterre. Paris-Villemin est appelée à se regrouper à Nanterre en même temps qu’est annoncé l’abandon du projet de reconstruction du site Villemin. Chargé par le ministre de mener une consultation sur ces propositions, Pierre-Yves Ligen suggère en juin 1990 de créer deux nouvelles écoles l’une à Marne-la-Vallée, l’autre sur le site parisien Austerlitz-Masséna – et, tandis que Paris-La Seine s’étendrait quai Malaquais, de regrouper Paris-Villemin et Paris-La Défense sur le site de cette dernière. Au printemps 1992, la tentative de fusionner, cette fois, Paris-Villemin et Paris-Tolbiac et de les transférer à Marne-la-Vallée – un mariage forcé entre des « écoles nettement différentes » –, déclenche des manifestations et les regroupements imposés sont pour l’heure écartés.

Dans son rapport de 1992, le recteur Armand Frémont aborde la question parisienne avec un nouvel argument, la recomposition des corps enseignants, constatant que « dans bon nombre de ces établissements, les conflits entre enseignants de différentes tendances atteignent souvent un point critique[37] ». Les tensions sont liées à la concurrence autour des enseignements de 3e cycle (post-diplôme) par des équipes engagées dans la recherche – enseignements inter-UP en 1984, CEAA en 1985 et DEA en 1992 –, mais aussi au processus de repyramidage en 1991 puis de titularisation des enseignants alors lancée. Fremont suggère de favoriser leur mobilité pour qu’ils puissent se regrouper par affinités pédagogiques.

Chargé de la carte des écoles d’architecture en Île-de-France en 1997, Roland Peylet note, comme Frémont, leurs interrelations limitées aux formations post-diplôme et à la recherche, tout en observant une atténuation des différences issues de leurs caractéristiques originelles : le brassage des enseignants recrutés par concours national depuis 1992 « rend moins aisée la cooptation traditionnelle » et diminue le sentiment d’appartenance à une école au profit du champ disciplinaire ; le critère géographique est désormais le plus important pour les étudiants entrants[38] qui changeront éventuellement d’école en cours de cursus. Peylet propose de s’appuyer de nouveau sur les affinités et les acteurs dans les scénarios esquissés : maintien des écoles stables ; appropriation collective du site des Beaux-Arts par un centre de recherche prestigieux de 3e cycle ; création de deux nouvelles écoles autour de projets fédérateurs alors en gestation à Paris-Tolbiac et à Paris-Villemin.

C’est finalement par des recompositions que va s’opérer la réduction du nombre des écoles. Le site acquis en 1993 à Marne-la-Vallée intéresse le groupe « de la ville et des territoires », créé en 1995 à l’école de Paris-Tolbiac et mené par Yves Lion, initialement avec de jeunes enseignants de son atelier, puis élargi à d’autres. Dès lors, le groupe est associé à la nouvelle école à Marne-la-Vallée par la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, qui rend possible la nomination des enseignants approchés pour constituer une équipe pédagogique homogène, et l’école ouvre en 1998[39]. Cette logique de fondation par cooptation autour d’un projet pédagogique se conjugue ici à celle de réduction du nombre d’écoles : les enseignants qui veulent prolonger la dominante technique de Paris-Tolbiac et ceux qui, suite à des divergences, ont quitté le groupe Marne, sont contraints de rejoindre d’autres écoles (fig. 2).

Fig. 2 : Mouvements des étudiants suivant la fermeture de Paris-Tolbiac et la création de Paris-Malaquais.

La ministre Catherine Trautmann annonce le 8 avril 1998 que les écoles franciliennes passeront de huit à six : trois écoles sont déclarées « pivots » – Paris-Belleville, Paris-La Villette et Versailles –, les autres devant se recomposer sur trois sites – Marne, Malaquais et un nouveau site qui restait à définir. Cette distinction est diversement reçue dans les écoles condamnées à disparaître. Constitué d’un comité d’orientation présidé par Frémont et d’un comité de suivi, un groupe de travail Île-de-France est chargé de la restructuration des écoles en six pôles sur la base d’un appel à projets pédagogiques. Le colloque de Royaumont en octobre 1998 donne la parole aux enseignants, ensuite invités à se regrouper pour élaborer des projets fédérateurs des nouveaux établissements. En janvier 1999, le comité d’orientation sélectionne trois équipes – 3G, NEA et NEF – pour remettre un projet d’école conforme à un cahier des charges, soumis ensuite à une évaluation par des experts extérieurs[40], la Commission culturelle scientifique et technique (CCST) et le Comité consultatif de la recherche architecturale (CCRA). En juin, la ministre reconnaît la proposition de l’équipe 3G « comme pouvant servir de base à la constitution d’un nouvel établissement » sur le site Malaquais et nomme Philippe Panerai chef de ce projet, qui préfigure un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), structuré en départements pluridisciplinaires. « Afin que l’enseignement par atelier trouve sa place dans la réforme de l’enseignement de l’architecture », le deuxième établissement, prévu alors à Conflans et rue Jacques-Callot, est à fonder sur un nouveau projet, E2A, que les équipes NEF et NEA doivent composer. Les porteurs du projet d’un Institut universitaire ville, architecture, habitat (IVAH) sont invités à se rapprocher de l’université de Nanterre.

Fig. 3 : Des UP aux ENSA parisiennes.

Le processus marque un point d’arrêt en mars 2000 avec l’abandon de la logique de projets pour celle de fusion. Fondée sur le projet de l’équipe 3G, l’école Paris-Malaquais, dont les enseignants, venant notamment des quatre écoles à fermer, se sont cooptés, ouvre en septembre 2000 avant que le décret de janvier 2001 n’officialise sa création ainsi que celle de l’école Paris-Val de Seine (fig. 3).

Celle-ci fusionne les équipes restantes des écoles Paris-La Seine, Paris-Conflans, Paris-Villemin et celle de Paris-La Défense porteuse du projet IVAH : chacune de ces écoles, maintenues sur leur site respectif jusqu’à la livraison du bâtiment Masséna en 2007, a conservé son programme pédagogique à titre transitoire pour une année et, ensemble, les enseignants ont dû écrire un nouveau programme. Soulignant la difficulté à élaborer un projet pédagogique unique à partir de quatre écoles toutes dotées d’une « culture » propre, le directeur de Paris-Val de Seine constate que « le déménagement, l’habilitation du programme, comme le retour à une gouvernance régulière et maîtrisée forment, peut-être, le cadre du véritable acte fondateur de l’école, sept ans après sa création institutionnelle[41] ».

Fig. 4 : Les effectifs parisiens 1968-2005, stratégie et contrôle.

Les ENSA parisiennes actuelles ont connu une genèse mouvementée (fig. 4). Elles se sont adaptées aux réformes nombreuses qui ont contribué à effacer leurs spécificités initiales. Si leurs fondements laissent quelques traces parfois rappelées sur leur site Internet, subsistent-ils au-delà des équipes enseignantes qui les ont portés ?


[1] Ces groupes comprenaient également quelques ateliers d’écoles régionales.
[2] Note du bureau de l’Enseignement des beaux-arts et de l’architecture [1966]. Archives nationales (AN) 19780694/12.
[3] Florence Contenay, Propositions pour la rentrée d’octobre 1966, juillet 1966. AN 19780694/12.
[4]Melp !, n° 2, automne 1966.
[5] F. Contenay, op. cit.
[6] Informations groupe B, février 1967. AN 19780694/34.
[7] Bureau représentatif des élèves du groupe D, notes, juillet 1967, textes de présentation à M. Querrien, juin 1967. AN 19780694/34.
[8] Lettre de Jean-Paul Martin, chargé de mission pour la section architecture, à l’AEA, octobre 1967. AN 19780694/34.
[9] Lettre de Faugeron et lettre d’élèves des ateliers Lahalle, Remondet et Arsène-Henry, avril 1967. AN 19780694/34.
[10] AN 19780694/34.
[11] Lettre de Martin au président du collège des enseignants du groupe C, pour 1967-1968. AN 19780694/34.
[12] Position de l’Aménagement, juillet 1967. AN 19930304/2.
[13] Lancée par les architectes Quénard, Kalisz et Duplay – assistant de Lahalle –, voir Claire Duplay, « Récit de la fondation d’une école d’architecture », Le Carré bleu, n° 1, 1999, p. 45-54.
[14] Lettre du directeur d’UP5 au secrétaire général de l’ENSBA, 21 janvier 1969. AN AJ/52/1131. « État actuel de l’enseignement de l’architecture dans les unités pédagogiques », Le Moniteur, 7 mars 1970, p. 41.
[15] Opuscule 1969-70 Objectifs des étudiants et enseignants architectes et plasticiens groupés autour de l’appel du 10 janvier 1969. AN 19930304/2.
[16] Huet, Fredet, Vié, Robin, Maurios, Raymond et Bauhain.
[17] Ancien associé de Perret.
[18] Michel Marot et Pierre Vigor, « La fondation de I’UP9 et de ses ateliers », dans Portes ouvertes sur un projet d’enseignement : annuel 1996-1997, Paris, École d’architecture Paris-La Seine, 1997, p. 103-107.
[19] Conférence de Luminy, avril 1969.
[20] Par exemple : à UP1, Andrault et Parat, Maillard et Ducamp, des membres de l’AUA ; à UP7, Ciriani et Schweitzer.
[21] Note de Bertin au chef du service des Enseignements de l’architecture, juillet 1973. AN 19900426/2. Les UP restent sous la direction administrative de l’École des beaux-arts jusqu’aux décrets de mars 1978 (cf. infra).
[22] Par exemple, Valode demande en 1972 à intégrer UP1 : contestataire à UP2 où il est assistant à l’atelier MOP, il est soutenu par son directeur pour éviter les troubles liés à son maintien. AN 19900426/1.
[23] UP8, conseil de gestion, 6 juin 1973. AN 19900426/6.
[24] Note de Georges Armand, chef du service de l’Enseignement de l’architecture, février 1971. AN 19900426/4.
[25] Note de Maurice Ramond, chef du service de l’Enseignement de l’architecture, mars 1970. AN 19900426/4.
[26] Note du ministre Edmond Michelet, juillet 1970. AN 19900426/4.
[27] « Table ronde SADG sur l’enseignement », AMC, n° 16, 1970, p. 4 et 9.
[28] Note de Roger Delarozière, chef du service de l’Enseignement de l’architecture, juillet 1973. AN 19900426/3.
[29] Demandes du directeur de l’UPA 4 (AN 19900426/3) et du directeur de l’UPA 7, juin 1974 (AN 19900426/6).
[30] Voir Anne Debarre, « Des Beaux-Arts aux unités pédagogiques parisiennes : des projets de lieux pour un renouvellement de l’enseignement de l’architecture (1960-1980) », HEnsA20, cahier n°5, 2018, p. 37-41.
[31] Armand, op. cit. AN 19900426/4.
[32] Lettre de Dominique Spinetta, mai 1972. AN 20120112/115.
[33] Le rapport d’enquête sur l’enseignement de l’architecture de l’inspection des Finances de 2002 constate que Paris-La Villette, « au motif d’une générosité déconcertante, accueille tous les étudiants candidats » et que Paris-Val de Seine, avec 1 800 étudiants, dépasse de 30 % l’objectif 2005 fixé par la direction de l’Architecture et du Patrimoine (DAPA, ministère de la Culture).
[34] Intervention du ministre devant le conseil supérieur de l’architecture, 1980.
[35] Rappelée notamment par Roland Peylet dans son rapport de 1997.
[36] Certificat d’études approfondies en architecture.
[37] Armand Frémont, Écoles d’architecture 2000 : schéma de développement, Paris, Ministère de l’Équipement, du Logement et des Transports, DAU, 1993, p. 60.
[38] Le rapport d’enquête de 2002 (op. cit.) note l’attractivité différente qu’exercent sur les étudiants les écoles parisiennes stricto sensu et celles de la région parisienne, Versailles et Marne devant avoir recours aux listes complémentaires d’admission.
[39] Loïse Lenne, « Marne, un projet d’école », dans Alain Derey (dir.), École nationale supérieure d’architecture de la ville et des territoires à Marne-la-Vallée, Paris, Le Mécène, 2014.
[40] Catherine Furet, Marcel Roncayolo et Pierre von Meiss.
[41]Jean-Claude Moreno, cité dans Chambre régionale des comptes IDF, « Rapport d’observations définitives et sa réponse, ENSA Paris Val-de-Seine (75) : exercices 2007 et suivants », 2014, p. 14.

[Sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search