Une tentative de reconfiguration de la carte parisienne des écoles au début des années 1990 : Marne-la-Vallée et Nanterre

Par Bernard Haumont,
Professeur honoraire, ENSA Paris-Val de Seine, CRH/LAVUE

 

Le 31 octobre 1989, la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme du ministère de l’Équipement organisait un colloque national à la Grande Halle de la Villette – « Apprendre l’architecture : 20 ans d’enseignement de l’architecture » –, qui se proposait de mettre en scène un bilan positif de l’enseignement et de la recherche depuis 1968 et surtout depuis le transfert des écoles au ministère de l’Équipement, du Logement et des Transports en 1978. Des enseignants de presque toutes les unités pédagogiques d’architecture (UP) ainsi que quelques étudiants assistaient à cet événement, et la matinée se passait plutôt bien dans un esprit festif d’échanges et de retrouvailles pour la plupart des participants, malgré quelques commentaires et critiques portant sur les budgets attribués aux écoles et sur les statuts des enseignants. Jusqu’à ce que le discours de Michel Delebarre, ministre de l’Équipement alors en charge des écoles, lu par son directeur de cabinet Paul Mingasson, jette une douche froide sur l’ambiance presque joyeuse.

Le discours en effet ne répondait pas, après plusieurs années difficiles, aux attentes budgétaires de la plupart des présents, confirmait un « repyramidage » à venir de la situation des enseignants mais sans qu’il soit précisé dans quelles conditions celui-ci se ferait et sans présager un réel statut, et, enfin et surtout, il annonçait une reconfiguration de la carte des écoles parisiennes : abandon de la réhabilitation de l’ancien hôpital Villemin destiné à accueillir l’école Paris-Villemin (ex-UP1) et création de deux nouvelles écoles, sur de nouveaux sites à Marne-la-Vallée et à Nanterre.

Ces annonces, évidemment, entraînèrent de multiples remous, et l’état d’esprit de l’après-midi de ce colloque fut beaucoup plus houleux que celui qui avait régné le matin. En tant que chef du Bureau de la recherche architecturale (BRA), et bien qu’annonçant diverses percées en matière de recherche (augmentation du budget de la recherche, création de postes, création du diplôme d’études approfondies, le DEA, anticipant de futurs doctorats…), je fus alors hué, parce que partie prenante a priori des annonces du ministre.

Au-delà de ces péripéties, sans doute faut-il rappeler cette journée parce qu’elle a joué un certain rôle dans l’abandon ultérieur par le ministère de la Culture de ces premiers projets de Marne et de Nanterre. Il est aussi utile de préciser les orientations du ministère de l’Équipement de l’époque. Alors qu’en mars 1988 le ministère écrivait en réponse à une question du sénateur Charles Lederman que le projet d’aménagement de l’ancien hôpital Villemin suivait son cours, avec le projet lauréat de Francis Soler en mai 1987 et des crédits prévus dès le budget 1988, d’autres orientations déjà se profilaient.

Tout d’abord, le ministère de l’Équipement devait faire face à une très forte pression du ministère de l’Économie et des Finances qui ne manquait pas de rappeler en janvier 1988, à l’occasion de la fermeture de l’école de Paris-Nanterre (ex-UP2) : « Votre département s’était engagé, lors de la préparation du décret du 10 mars 1986 érigeant treize écoles d’architecture en établissements publics à caractère administratif, à réduire le nombre d’implantations en région parisienne de 9 à 7 ou 6 écoles en 1987. »

Ensuite, le ministère convenait que les écoles étaient trop petites d’un côté et trop éclatées en divers lieux d’enseignement de l’autre. La petite taille des écoles était jugée préjudiciable à des coopérations avec d’autres établissements, à la diversification des enseignements et des cursus et, enfin, au développement de la recherche. L’éclatement des lieux d’enseignement et la diversité de ceux-ci faisaient reconnaître au ministère que certaines écoles étaient « bien » logées (Paris-Belleville, Paris-La Villette, Paris-La Seine, Paris-Conflans et Versailles), bien que s’interrogeant déjà sur leur taille, alors que d’autres ne l’étaient pas : Paris-La Défense (du fait du coût prohibitif de l’entretien du bâtiment), Paris-Tolbiac (du fait de son prix de location) et Paris-Villemin (du fait de l’état désastreux des locaux des premier et second cycles, de plus dispersés entre les sites Malaquais et Villemin).

Pour remédier à tout cela, il était envisagé de regrouper ces trois dernières écoles. Parce qu’il était trop tôt pour le faire, la première étape consistait à arrêter le processus de relogement de Paris-Villemin, ce qui fut fait avec une proposition totalement inaudible de migration vers La Défense, où Paris-Nanterre avait été fermée.

Il est vrai que dans ce contexte Paris-Villemin a contribué en quelque sorte à sceller son propre sort, malgré toutes les promesses et les crédits déjà engagés. Tout d’abord en refusant d’accueillir le CIMA, Centre d’informatique et de méthodologie en architecture, fortement soutenu par le Conseil général des ponts et chaussées, et ensuite – voire surtout – en limitant dans sa programmation son accueil à 800 étudiants, tandis que la doctrine était à l’accroissement du nombre d’étudiants. Il a été reproché, à juste titre, que le programme élaboré par Paris-Villemin en vue de ses nouveaux locaux et dans le cadre des réformes en cours ne prévoyait ni extension ni coopération avec d’autres établissements – alors que déjà se dessinait un accueil élargi dans les écoles et des coopérations importantes avec les établissements de la Culture, de l’Enseignement supérieur et d’autres encore sous tutelles différentes. Les projets simultanés de nouvelles écoles à Compiègne, à Dijon et à Tours allaient d’ailleurs dans ce sens.

N’oublions pas que dans ce même temps se jouaient des recompositions significatives des rôles respectifs des urbanistes, des architectes coordinateurs et des architectes d’opération. Le ministère ne pouvait ignorer ces recompositions et se devait même de les accompagner. En effet, l’annonce de deux nouvelles écoles – à Marne-la-Vallée sur le site de la Cité Descartes et à Nanterre sur un terrain entre la voie ferrée et la Maison des économistes – se fait jour, à l’opposé de certaines positions défendues au sein des écoles misant sur des recentrages disciplinaires et un retour vers le ministère de la Culture, sur la base d’une coopération étroite avec une université, existante dans le cas de Nanterre et en cours de création pour Marne. Très vite se précisent des orientations différentes : Nanterre avec l’aménagement et les métiers de la ville, Marne avec les sciences et les techniques de la ville. Ces propositions prennent place dans des dispositifs communs plus larges qui visent à rééquilibrer les implantations entre la centralité parisienne et sa région, à doter les établissements d’une taille suffisante pour diversifier leurs cursus, à rompre l’isolement relatif des écoles parisiennes par un rapprochement avec d’autres enseignements et à inscrire la nouvelle école d’architecture à Marne-la-Vallée dans un grand pôle de recherche sur les villes « en tirant parti du potentiel exceptionnel prévu dans la Cité Descartes » grâce à l’installation de multiples établissements : l’ENPC, le LCPC, le CSTB, l’ENSG, l’IFU[1], une nouvelle université, deux écoles de l’INSEE… et le projet d’une Maison des sciences de la ville porté par le ministère et le CNRS[2].

Nourries par ce qu’on appelait alors le rapport Milliez, du nom du haut fonctionnaire chargé de réfléchir sur l’enseignement de l’architecture, ces actions prenaient place dans une vaste réorganisation à l’échelle du grand Bassin parisien : Compiègne, Dijon et Tours devaient permettre tout à la fois un desserrement des écoles parisiennes, une proximité avec des universités propice à un renouvellement de l’enseignement de l’architecture et un accès plus facile pour les étudiants de ces régions. On sait ce qu’il en est advenu : après la première annulation de Dijon (par désintérêt des élus locaux, voire leur opposition), le projet de Tours est à son tour abandonné, bien que des propositions architecturales eussent été esquissées à la suite de concours. Seul Compiègne trouvera une issue partielle positive au sein de son Université technologique.

En 1990, à la suite des annonces antérieures, deux chargés de mission sont nommés pour réfléchir à l’avenir de ces futures écoles en relation avec les universités, existante (Nanterre) ou en cours de création (Marne-la-Vallée), et faire des propositions quant à leur réalisation. Il s’agit, pour Nanterre, de César Juvé, ancien directeur de l’école d’architecture de Toulouse, et, pour Marne, de moi-même, tout juste libéré du BRA. Comme ce sont les écoles de Paris- La Défense, Paris-Tolbiac et Paris-Villemin qui sont a priori concernées, des groupes de travail ouverts à leurs enseignants sont mis en place. Si certains acceptent de jouer ce jeu, comme à Paris-La Défense (Dubos, Dugas et Manac’h) et à Paris-Tolbiac (Brossy, Fonca et Jean), d’autres, à Paris-Villemin (Duplay, Schnaidt et les personnels ITA), veulent rester en retrait, comme simples observateurs.

Bon gré, mal gré, ces projets progressent en sorte que des réservations et des achats de terrains ont lieu : à Marne, là où s’installera plus tard l’École d’architecture de la ville et des territoires, ainsi qu’à Nanterre dans le périmètre du campus de l’université.

À Marne se crée un Club Descartes, sous la houlette d’Yves Farge, nommé par le ministre de l’Éducation nationale pour mener à bien un grand projet universitaire, scientifique et technologique, réunissant l’université en cours d’installation, l’ENPC, l’IFU, l’ENSG, l’INSEE. De son côté, le ministère de l’Équipement œuvre, en plus de ses intérêts premiers qui concernent l’ENPC et le LCPC, pour la création de ladite Maison des sciences de la ville (12 000 m2) en coopération avec le CNRS. Il est évident pour le ministère de l’Équipement qu’il faut réparer, sinon mettre fin à la coupure historique – et française – qui existe entre formation à l’architecture et formation à l’ingénierie. Cette volonté est partagée par la majeure partie des membres du Club Descartes, ce qui permettra d’envisager un « Polytecnicum », qui ne sera finalement pas créé mais qui favorisera à terme la création d’un pôle universitaire de recherche et d’enseignement supérieur, puis d’une communauté d’universités et établissements (ComUE) en 2009, à laquelle participera l’École d’architecture de la ville et des territoires créée à Marne en 1998, sur le terrain prévu à l’époque.

Remis en 1991, nos rapports mettent en valeur la progressivité des études, la coopération et les échanges avec les écoles et les universités proches, et surtout une diversification des filières. Le rapport sur Marne, que j’ai eu l’honneur de présenter officiellement en 1992 à l’Arche de la Défense devant la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme et les directeurs et directrices des écoles parisiennes, mettait plus spécifiquement l’accent sur l’évolution de l’enseignement qui devait accompagner le mouvement vers une formation de travailleurs intellectuels, et non plus seulement d’architectes intellectuels : le premier cycle était très largement ouvert à de multiples disciplines tant techniques qu’humanistes, replaçant en quelque sorte l’impatience projectuelle dans un ensemble d’acquisitions cognitives. Ce rapport fut globalement approuvé.

Et puis silence radio de la part du ministère, confirmant le constat formulé en 1995 par Jean-Eudes Roullier, dans le discours qu’il prononça à l’occasion de son départ de la délégation à la Recherche et à l’Innovation (DRI) du ministère de l’Équipement, comme quoi ce dernier n’avait pas su véritablement intégrer dans ses préoccupations et ses politiques les dimensions et questions architecturales.

En 1996, l’architecture retourne au ministère de la Culture, et les projets formulés de Marne et de Nanterre sont définitivement abandonnés. Une école à Marne-la-Vallée sera finalement installée en 1998, dans des locaux conçus par Bernard Tschumi, avec un projet pédagogique totalement différent. À Nanterre, un autre projet, l’IVAH (Institut universitaire ville, architecture, habitat), est élaboré en 2001, conjointement par l’école de Paris-La Défense et l’université de Nanterre, en réponse au plan de réforme de la carte des écoles parisiennes lancé par François Barré. Le ministère de la Culture y met son veto, malgré ou à cause de l’accord de l’université, ouvrant une période de repli sur soi, très sensible en matière d’enseignement et aussi de recherche. Jusqu’aux années 2010 où, à l’opposé, une ouverture, voire une association avec des universités ou le CNRS sera recommandée.


[1] ENPC : École nationale des ponts et chaussées ; LCPC : Laboratoire central des Ponts et Chaussées ; CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment ; l’ENSG : l’École nationale des sciences géographiques ; IFU : Institut français d’urbanisme.
[2] Projet architectural mené par Francis Soler, décidément malheureux, après l’abandon du projet Villemin.

[Sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search