Les pédagogies de l’architecture urbaine à UP3 et à UP8 (1972-1978)

Par Juliette Pommier,
Maître de conférences en TPCAU, ENSAP Lille, LACTH

et Julien Correia,
Maître de conférences associé en TPCAU, ENSA Bretagne, IPRAUS/AUSser

Cette enquête propose une analyse comparative entre deux unités pédagogiques d’architecture (UP) franciliennes afin d’examiner la diversité des pédagogies qui caractérise les années expérimentales post-68, en pleine refondation de l’enseignement et de la discipline. L’étude porte sur deux UP partageant l’intérêt pour la ville et les méthodes de l’architecture urbaine : UP3 et UP8. Les sources comprennent des entretiens avec plusieurs acteurs de cette histoire[1], les programmes pédagogiques conservés aux Archives nationales[2], certaines publications spécialisées[3] et des archives privées des témoins[4].

UP3, l’actuelle École nationale supérieure d’architecture de Versailles, accueille dès septembre 1968 des membres des ateliers Arretche et Beaudouin ainsi qu’un groupe d’étudiants conservateurs. Anciens assistants de l’atelier Arretche, Jean Castex et Philippe Panerai s’orientent d’emblée vers la recherche sur les structures urbaines. UP8 est créée en juin 1969 à la suite d’une scission d’UP6 et devient en 1986 l’École d’architecture de Paris-Belleville. Le groupe mené par Bernard Huet et Henri Raymond s’oriente d’abord vers un enseignement des fondements théoriques et pratiques du projet inspiré des méthodes systématiques anglo-saxonnes, avant de se tourner vers l’analyse urbaine à partir de 1972 et de développer celle-ci progressivement à tous les niveaux du cursus.

La comparaison portera sur les années 1970. Partant du principe que la doctrine de l’architecture urbaine est relativement partagée par les deux UP, bien qu’à des degrés divers, nous analyserons les manières de l’enseigner à plusieurs échelles : premièrement, à l’échelle du cursus, en examinant la position et la nature des enseignements de la ville ; puis à celle d’un enseignement emblématique, l’initiation à l’analyse urbaine ; ensuite au niveau des enseignements de projet, les studios « Ville analogue » du groupe de Huet à UP8 et le « groupe vertical » de Panerai et de Castex à UP3 ; enfin, à l’échelle de deux diplômes emblématiques.

L’enseignement de la ville à UP8

En 1968, avant la mise en place d’UP8, Serge Santelli et Isabelle Herpin proposent comme projet de diplôme à l’ENSBA une « étude architecturale » des bidonvilles de Nanterre[5], qui préfigure d’une certaine manière un enseignement articulant l’architecture et la ville. Des enseignements sur la ville apparaissent dans le programme pédagogique d’UP8 dès l’année 1969-1970, sous forme d’un cours optionnel proposé par Bernard Garmirian portant sur l’analyse urbaine[6]. À partir de l’année 1971-1972, la deuxième année du cycle 2 propose un studio intégrant l’analyse urbaine, encadré par Huet et Helmut Richter. La même année, le studio de mise en forme dont Huet et François Laisney sont responsables porte sur l’aménagement de la place et des squares de l’Institut de France[7]. Laisney se chargera du studio d’analyse urbaine à partir 1972-1973. Mais si les enseignements prenant en compte la dimension urbaine se structurent et se multiplient progressivement, ils demeurent optionnels et ne concernent pas le premier cycle.

Fig. 1 : Tableau comparatif des enseignements sur la ville, à UP3 et à UP8, 1976-1978. AN 20130145/66-67 (ENSA Versailles) ; 20120395/1-58 (ENSA Paris-Belleville).

Dès 1975-1976, le cursus unique laisse la place à des groupes de projet optionnels, permettant plusieurs parcours possibles, à l’exception du premier semestre qui reste en tronc commun et transmet les bases de la conception architecturale grâce à des exercices de petits édicules. L’analyse du programme de 1977-1978 montre que la ville apparaît désormais dans tous les cycles, dans la plupart des semestres et aussi bien en projet qu’en sciences sociales (fig. 1). Le groupe dirigé par Huet, David Bigelman et Santelli propose ainsi une série de studios sur le thème de la « ville analogue » à partir du second semestre du premier cycle, ordonnant les sujets selon les niveaux, par une croissance progressive des échelles abordées – organisation largement partagée par les autres groupes d’enseignants. Ainsi, le cursus d’UP8 conduit peu à peu l’étudiant de l’initiation à l’architecture vers la ville.

Le studio d’analyse que Laisney encadre depuis 1972 est l’un des premiers à proposer une telle orientation thématique et méthodologique. Accueillant douze étudiants, le studio est organisé en quatre périodes : Préparation (3 semaines), Analyse des structures urbaines (4 semaines in situ), Exploitation (4 semaines), et Projet (5 semaines). Sur seize semaines de travail, sept sont dédiées à la préparation et à l’analyse, puis neuf permettent d’élaborer un schéma d’organisation devant mener au projet architectural. Si la note pédagogique du studio présente une structuration très précise en termes de méthode et de planning, aucun polycopié des cours d’analyse n’a été retrouvé dans les archives. Ce studio a préfiguré une recherche menée en 1977 sur Saint-Denis[8], une ville que Laisney qualifie comme « étrange jumelle de Paris ».

En projet, le cursus « Ville analogue » propose une approche urbaine inspirée de la notion de Città analoga développée par Aldo Rossi. Il s’agit de concevoir une partie de ville non située, en respectant une trame urbaine préétablie par les enseignants et d’explorer les relations entre types et morphologie. Cet enseignement associe verticalement six studios, un à chaque niveau du cursus. Plusieurs programmes sont travaillés progressivement, chacun dans une trame urbaine théorique. L’un des studios consiste par exemple à intégrer des équipements dans la structure générale d’îlots constitués principalement de logements.

Michèle Lambert a gardé quelques traces de ses travaux d’étudiante de quatrième année au sein de ce cursus. La liste des projets qu’elle a réalisés fait état de quatre exercices : une étude de logements sur une parcelle de 15 m de large ; une étude de logements sur une parcelle d’angle ; une bibliothèque de quartier sur une parcelle de 15 m de large ; une galerie couverte dans un îlot de 45 x 45 m. La première étude de logements présente une série de plans et de coupes décrivant l’organisation générale des différents types d’appartement allant du 3 pièces au 6 pièces en duplex. La seconde est située dans une parcelle d’angle et le système distributif est une variante de l’étude précédente : la question du type est au cœur des préoccupations de ce semestre. La planche du projet de bibliothèque de quartier présente les plans du rez-de-chaussée, du premier et du deuxième étage ainsi qu’une coupe perspective. La galerie couverte est très clairement inspirée des passages parisiens du XIXe siècle.

La seule trace de résultats collectifs d’une « ville analogue » produite par les étudiants se trouve dans une série de photographies de Michèle Lambert montrant la combinaison des maquettes d’étudiants. L’ancienne étudiante témoigne d’un certain manque d’explicitation de la référence à la Città analoga de la part des enseignants, ce qui peut se comprendre comme le résultat d’une pleine adhésion à la notion proposée par Rossi, l’idée étant ici de la rendre opératoire dans un contexte pédagogique théorique.

Fig. 2 : UP8. Michèle Lambert, « L’ouverture d’un îlot dans le quartier Jourdain à Paris », projet de diplôme, 1981, encadré par B. Huet. Archives de M. Lambert-Bresson.

Michèle Lambert consacre son mémoire au lotissement d’habitations à bon marché : La Campagne à Paris. Ce travail est assez exemplaire dans l’application d’une méthode d’analyse urbaine. Il intègre notamment un plan du quartier coupé à rez-de-chaussée, et des analyses typologiques des logements. Dans son projet de diplôme (fig. 2), sur un autre site du 20e arrondissement de Paris, l’idée était de requalifier un vide existant au cœur d’un îlot du quartier Jourdain afin de relier la rue de Belleville à la place des Rigoles. L’analyse du quartier n’est pas aussi développée que dans le mémoire sur La Campagne à Paris ; en revanche l’étudiante propose une intervention à l’échelle de l’îlot, depuis l’espace public jusqu’aux logements, en concevant la maison du gardien, des ateliers d’artiste ainsi qu’une variation sur les types de maisons en bande. De sorte que ce diplôme constitue une prolongation et une synthèse non seulement dudit mémoire de Michèle Lambert mais aussi des expérimentations menées dans le cadre de la « Ville analogue », in situ cette fois.

L’enseignement de la ville à UP3

À l’échelle du cursus à UP3, les enseignements sur la ville sont dispensés en cours, en projet et en séminaire (fig. 1). Pour le cycle 1, il s’agit de l’initiation à l’analyse des espaces en première année, de la géographie urbaine enseignée par Marcelle Demorgon et de certains cours d’histoire de l’architecture où des exemples urbains sont étudiés, assurés par Henri Bresler, Panerai et Castex.

Pour les cycles 2 et 3, la question urbaine apparaît dans les cours et séminaires optionnels sur les villes et l’architecture (Henri Gaudin, Bresler, Castex, Panerai) et dans les sujets de projet traités par les étudiants au sein des « groupes verticaux » ; ces groupes rassemblent des étudiants inscrits avec un enseignant, choisi librement. En cycle 3, l’option urbanisme articule toute une série de cours sur l’histoire et les méthodes de l’urbanisme.

Le thème de la ville est donc présent à tous les niveaux du cursus, dans le projet, les sciences sociales et l’histoire. Mais surtout, il est enseigné dès la première année dans le cadre de l’initiation à l’architecture, tandis que les étudiants découvrent en deuxième année les bases de la conception avec de petits exercices de projet, encadrés par l’équipe de Casimir Boccanfuso. La ville est d’abord appréhendée à travers l’analyse, puis l’analyse et le projet sont articulés en cycles 2 et 3 en groupe vertical, en particulier dans ceux encadrés par Panerai et Castex. Cependant, aucun lien ne semble établi avec les deux années du premier cycle, et la progressivité est assez abrupte entre cette initiation et la complexité et l’ouverture des cycles 2 et 3.

L’initiation à l’analyse des espaces est élaborée dès 1969-1970 par Richard Helmy, puis perfectionnée progressivement au cours des années 1970. D’abord intitulé « Analyse de l’environnement », cet enseignement deviendra par la suite « Initiation aux espaces, étude des structures de l’espace architectural ». Emblématique d’UP3, il articule des cours et des travaux d’analyse organisés sur toute la première année du cycle 1. Encadré par l’équipe de Helmy, Panerai et Castex[9], il revendique une approche physique globale de l’environnement construit, de la structure urbaine d’ensemble aux éléments urbains. Il vise « la prise de conscience de l’environnement construit par la pratique personnelle de l’analyse et l’observation de cas concrets, et par une première approche des moyens de représentation et de dessin de l’espace[10] ».

L’organisation a varié dans le temps mais pendant l’année 1977-1978[11], l’initiation se déroule en plusieurs exercices, menés en groupe de six ou sept étudiants. En première phase, l’analyse aborde les sites urbains dans leur globalité. Elle combine l’observation in situ et le croquis séquentiel, l’analyse de la structure urbaine selon la méthode de Kevin Lynch, l’étude des acteurs de la production du cadre bâti et des types d’usagers. En deuxième phase, l’analyse porte sur une place ou une rue. De nouveau, elle associe plusieurs outils : le croquis d’observation, l’analyse des séquences visuelles, l’étude typomorphologique, la volumétrie d’ensemble de l’espace public, l’histoire du tissu afin d’en abstraire les règles constitutives. En troisième phase, l’analyse approfondit un bâtiment ordinaire ; elle aborde aussi bien la composition que le système distributif et constructif et exige un relevé attentif. Le dernier exercice explore la relation intérieur/extérieur dans le cas d’un monument et de son espace urbain, de la composition au détail des aménagements urbains.

L’initiation s’appuie sur une série d’exposés donnant des clés de compréhension et des outils d’analyse pour chaque exercice. Par exemple, le cours intitulé « Le monument dans la ville », rédigé par Castex, présente les méthodes d’analyse séquentielle et fournit en exemple l’analyse des structures urbaines monumentales de Toulouse, ou encore une lecture spatiale et sémiologique des espaces urbains de Gand.

Cet enseignement constitue donc une approche de la forme urbaine à plusieurs échelles, de la structure globale à l’élément urbain puis architectural. Il pose la question de l’articulation typomorphologique autour de l’espace public. À partir des années 1980, comme le montre le dossier sur UP3 paru dans la revue Archives d’architecture moderne[12], il intègre une phase de projet d’aménagement de l’espace public et commence ainsi à articuler analyse et projet.

Les groupes verticaux des cycles 2 et 3 ont laissé peu de traces dans les archives d’UP3. D’après les témoignages, chaque enseignant prenait en charge un groupe d’étudiants, a priori sans coopération entre collègues, contrairement au cycle 1 où des équipes pédagogiques constituées géraient de concert l’initiation à l’architecture. Néanmoins, les affinités politiques et doctrinales dessinaient des familles et généraient ponctuellement des collaborations scientifiques, professionnelles ou pédagogiques. Quelques énoncés d’exercice apparaissent dans les archives pour l’année 1976-1977, mais il semble que la pratique dominante était celle du libre choix des sujets par les étudiants, souvent constitués en sous-groupes comme l’indique la liste des inscrits, classés par enseignant[13]. Cette liste permet d’observer l’équilibre entre sujets d’architecture et sujets urbains selon les enseignants. Par exemple, la dominante est sensiblement architecturale dans le groupe d’Arretche (environ un tiers de sujets urbains) et urbaine dans les groupes de Panerai et de Castex (environ deux tiers de sujets urbains), bien que les sujets restent très apparentés.

L’organisation du travail dans les groupes de Panerai et de Castex se révèle assez constante : le premier semestre est dédié à l’analyse de site et à la programmation et le deuxième au projet urbain et architectural. L’analyse urbaine s’appuie sur les méthodes transmises par les enseignants en première année et progressivement consolidées par la recherche urbaine à partir de 1973 au laboratoire d’UP3, l’Association pour le développement de la recherche sur l’organisation spatiale (ADROS)[14]. Mais elle se nourrit aussi des questionnements des étudiants, comme en témoigne Catherine Bruant : les sujets sur la banlieue et les apports de Manfredo Tafuri notamment ont été proposés par des étudiants, à la suite d’une conférence de l’historien italien à UP3 en 1974. La conception procède le plus souvent par réinterprétation de modèles : des formes architecturales ou urbaines issues de l’histoire, du site ou de réalisations modernes.

À partir de 1975, les sujets développés dans les groupes de Panerai et de Castex portent majoritairement sur la banlieue. Un projet de diplôme est par exemple conduit en 1976-1977 sur la ville de Châtillon par une équipe de huit étudiants[15]. Il s’agit d’un « Projet [d’aménagement] alternatif [conçu] à partir du programme municipal ». Il propose la création « d’un boulevard urbain sur le tracé de la rocade autoroutière prévue par la planification territoriale – le projet intègre des logements et équipements publics[16] ». Si la méthode n’est pas détaillée dans le polycopié de l’atelier, on peut quand même observer le travail de recomposition des espaces publics et de suture des tissus urbains.

Fig. 3 : UP3. Catherine Bruant, Catherine Dufaut et Jean-Christophe Tougeron, « Malakoff / la mémoire, critique des rénovations », projet de diplôme, 1978, encadré par J. Castex et H. Gaudin. Publié dans Archives d’architecture moderne, n° 17, 1980.

Dirigé par Castex et Gaudin, le projet de diplôme de Catherine Bruant, Catherine Dufaut et Jean-Christophe Tougeron est également emblématique de l’« atelier banlieue » (fig. 3). Intitulé « Malakoff / la mémoire, critique des rénovations[17] », il a été conçu en 1975-1978 comme une critique des rénovations urbaines procédant par la table rase. L’approche s’appuie sur une analyse historique, morphologique et sociale du tissu ouvrier de Malakoff et propose une alternative critique. Le projet vise à « finir la ville », en révélant les logiques d’accumulation et le vocabulaire qui font l’identité de cette commune, grâce à un travail de « poétisation de l’appartenance au lieu ».

La comparaison des pédagogies proposées à UP3 et à UP8 dans les années 1970 révèle plusieurs niveaux de convergence et de divergence. Dans les deux UP, la thématique urbaine est présente dans une variété d’enseignements (architecture, sciences sociales, histoire), parfois obligatoires, le plus souvent optionnels. Les deux formations sont habitées par l’ambition du Droit à la ville[18] et aspirent à la refondation pédagogique nourrie par la recherche urbaine, à différents niveaux.

Dans les groupes de projet examinés plus en détail (celui de Huet d’un côté et ceux de Panerai et de Castex de l’autre), les sujets de nombreux projets portent sur la ville, les édifices situés ou le projet urbain, mais plus fréquemment en ville centre pour UP8 et en banlieue à UP3. En revanche, les sujets sont structurés par les enseignants à UP8 sur tout le cursus de manière progressive, tandis qu’ils sont libres à UP3 en cycles 2 et 3. Dans ces deux groupes, les doctrines et méthodes de conception semblent assez partagées. La notion de type est omniprésente – même si les définitions divergent – et celles de rue et de place aussi. L’approche du projet par la réinterprétation de modèles antérieurs domine (qu’il s’agisse de types, d’espaces publics, ou de modèles plus ou moins historiques). Cependant, il existe à UP3 un important travail de clarification et d’explicitation de ces notions et méthodes, notamment en première année, mais aussi dans les recherches de l’ADROS, suivi de publication d’ouvrages. Si des recherches analogues existent à UP8, via l’IERAU, dans les mêmes années, elles n’ont pas connu le succès des « manuels » d’UP3[19]. Par ailleurs, les profils de ces enseignants sont très similaires, articulant recherche, pédagogie et pratique professionnelle. Et leurs objectifs pédagogiques sont également partagés : il s’agit de construire les savoirs de la discipline pour les transmettre et former des individus critiques et autonomes capables « d’apprendre à apprendre ».

Toutefois, à l’échelle du cursus entier, la pratique des UP divergent assez radicalement. Si UP8 organise la progressivité de l’architecture vers la ville, UP3, qui pose pourtant la ville au fondement de sa formation, n’assure pas un développement systématique du sujet au-delà de l’enseignement d’initiation. UP8 part du projet d’un petit édifice en première année pour peu à peu introduire l’analyse, puis articule analyse urbaine et projet architectural dans certains studios optionnels ; UP3 par contre introduit l’analyse dès le début de la formation, puis passe au projet pour ensuite les articuler en cycles 2 et 3 – du moins dans les groupes verticaux intéressés. Et tandis qu’UP8 ordonne les sujets de la petite à la grande échelle, UP3 mêle d’emblée toutes les échelles en première année, retourne à la petite échelle en deuxième année, puis laisse aux étudiants le choix de leurs sujets de projet.


[1] Au printemps 2019 nous avons interrogé François Laisney (enseignant) et Michèle Lambert (étudiante) pour UP8, Patrick Céleste (étudiant puis enseignant), Jean Castex (enseignant), Philippe Panerai (enseignant) et Catherine Bruant (étudiante) pour UP3.
[2] Archives nationales (AN), fonds ENSA Paris-Belleville, 20120395/1-58 ; fonds ENSA Versailles 20130145/66-67.
[3] Dossier « La projetation dédramatisée. Présentation d’exercices réalisés à l’Unité pédagogique n°3 de Versailles », Archives d’architecture moderne, n°17, 1980, p. 13-38. Dossier « Enseignement », AMC, n° 27, avril 1972, p. 1-32.
[4] François Laisney et Michèle Lambert, Patrick Céleste, Jean Castex, Philippe Panerai et Catherine Bruant nous ont tous permis de consulter et de reproduire leurs travaux d’enseignant ou d’étudiant.
[5] Isabelle Herpin, Serge Santelli, Bidonvilles à Nanterre : étude architecturale, coll. Cahiers d’architecture (n°1), Paris, IERAU/UP8, 1973.
[6]AN 20100187/111.
[7]Cf. « UP8 », AMC, n°27, avril 1972, p. 28-29.
[8] Rapport de François Laisney, Ahmet Gülgönen (dir.), « Morphologie urbaine et typologie architecturale. Étude théorique : Saint-Denis (tome I) », Paris, CORDA, IERAU, 1977.
[9] Ainsi que Patrick Céleste, Jacques Cossin, Louis Noviant.
[10] « Initiation aux espaces. Étude des structures de l’espace architectural », UP3, 1er cycle, 1re année, énoncé. AN 20130145/66.
[11] Ibid.
[12] Dossier « La projetation dédramatisée. Présentation d’exercices réalisés à l’Unité pédagogique n°3 de Versailles », op. cit., p. 16.
[13] AN 20130145/66.
[14] Cf. Jean Castex, Patrick Céleste, Philippe Panerai, Versailles : lecture d’une ville [1977], Paris, Le Moniteur, 1980. Jean Castex, Jean-Charles Depaule, Philippe Panerai, Formes urbaines. De l’îlot à la barre [1977], Marseille, Parenthèses, 1997. Jean Castex, Jean-Charles Depaule, Marcelle Demorgon, Philippe Panerai, Analyse urbaine [1980], Marseille, Parenthèses, 1999.
[15] Jean-Paul Astier, Alain Blosseville, André Chantalat, Denis Farge, Thierry Jones, Didier Rodes, Michel Veyrenche, Philippe Vuillaume.
[16] « Châtillon : le vieux centre et le nouveau boulevard » ; descriptif du projet dans le polycopié « Construire la ville, projets en banlieue », UPA n°3, 1975-1983, p. 12. Archives personnelles de Jean Castex.
[17] Catherine Bruant et Jean-Christophe Tougeron, « La mémoire, critique des rénovations : réflexions sur la réhabilitation d’un quartier de banlieue », in Techniques et architecture, n° 322, décembre 1978, p. 92-96.
[18] Henri Lefebvre, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968.
[19] Cf. De l’îlot à la barre, op. cit., et Analyse urbaine, op. cit.

[Sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search