Jack Ralite et l’audiovisuel

[séminaire] Culture et Communication : la Culture à la télévision
Séance du 27 février 2020, avec :

  • Évelyne Cohen, professeure des universités, Enssib/LARHRA (UMR CNRS 5190), 
  • Claudine Joseph, secrétaire générale des États Généraux de la culture,
  • Jean-Claude Petit, artiste et co-fondateur des États Généraux de la Culture,
  • Serge Regourd, Université Toulouse-I-Capitole, président de la Commission Culture et audiovisuel du Conseil régional d’Occitanie.

 

Évelyne Cohen :
La tribune du séminaire d’aujourd’hui comprend Claudine Joseph, qui a été secrétaire générale des États Généraux de la Culture, et a accompagné Jack Ralite pendant très longtemps. Mais aussi d’autres acteurs et témoins de ce parcours singulier, qui s’est étendu de la fin des années 1970 jusqu’à presque aujourd’hui, puisque la dernière grande manifestation publique fut organisée en 2016.
Nous accueillons également Serge Regourd, qui était déjà venu l’an dernier nous parler des questions concernant l’exception culturelle, en sa qualité de juriste et d’acteur des États Généraux de la Culture. Je signale d’ailleurs que vous avez écrit une synthèse sur ce sujet, désormais accessible sur les cahiers du Comité d’Histoire du ministère de la Culture.
Et enfin Jean-Claude Petit, ancien président de l’Adami et de la Sacem, musicien et compositeur ; vous étiez parmi les premiers participants aux États Généraux de la Culture, et dans ce livre « La Culture française se porte bien, pourvu qu’on la sauve », préfacé par Jack Ralite, apparaît toute une série de noms bien connus (acteurs, chanteurs, architectes, réalisateurs …), au rang desquels vous figurez. 

Claudine Joseph :
En préambule, j’aimerais vous dire que travailler avec Jack Ralite, c’est être chaque jour plus intelligente, plus altruiste, plus solidaire et plus libre.
Pour préparer cette rencontre, j’ai parcouru tous les journaux que nous avons édités, ainsi que la vidéo à propos des 10 ans des États Généraux, et j’ai été stupéfaite et émerveillée par tout ce que nous avons fait. Je tiens d’ailleurs à remercier Serge et Jean-Claude, que j’ai appelés presque au dernier moment, et qui sont avec Jack Ralite les co-fondateurs de ce mouvement dont je vais vous dire quelques mots.

Tout a commencé le 20 décembre 1986 par un appel de Jack Ralite sur le thème : « la Culture française se porte bien, pourvu qu’on la sauve ». C’était une réaction à la privatisation de TF1, et au malaise des artistes face à la marchandisation de la Culture. Jack a donc décidé d’écrire un texte, qu’il a soumis à 257 artistes, et l’originalité du geste consistait en ce qu’il s’agissait d’artistes de toutes les disciplines, de toutes les esthétiques et toutes les sensibilités. Très vite, ce sont 1500 artistes qui l’ont signé. Nous avons organisé des réunions par discipline artistique et par région, et il en est sorti que ce malaise était ressenti par tous. Le 9 février 1987, au Théâtre de l’Est Parisien, nous avons organisé une autre réunion, cette fois avec des représentants de toutes les disciplines. Pendant cette soirée, la décision d’élaborer une Déclaration des Droits de la Culture a été prise, dont les motivations étaient l’émerveillement face aux créations artistiques, l’angoisse devant les coups portés, et la conscience de l’urgence d’agir.

Le 17 juin 1987, au Théâtre de Paris, tous les artistes ont adopté une Déclaration des Droits de la Culture, proclamée symboliquement le 16 novembre 1987, lors d’une grande manifestation publique et gratuite au Zénith de Paris, qui regroupa 6 000 personnes. Cette déclaration compte cinq points :

  • Audace de la création
  • Obligation de production
  • Élan du pluralisme
  • Volonté de maîtrise nationale
  • Besoin de coopération internationale

Le leitmotiv était : « un peuple qui abandonne son imaginaire aux grandes affaires se condamne à des libertés précaires ». Quant à l’originalité du mouvement, elle résidait dans la conjugaison d’une parole citoyenne et d’actes artistiques. Les cinq points de la déclaration ont été proclamés, expliqués et illustrés par Antoine Vitez, Jean Ferrat, Paul Puaux, Bernard Noël et Claude Santelli, précédés d’un discours de Jack Ralite assez remarquable.
Les États Généraux de la Culture ont toujours réagi à toutes les menaces, nous étions sur tous les fronts. Je ne vous raconterai pas les moindres détails, sinon nous n’en finirons plus, Serge et Jean-Claude le feront d’ailleurs mieux que moi. Je préfère que nous regardions cette vidéo réalisée pour les 10 ans des États Généraux.

Diffusion du film réalisé par Éric Garaud, chargé de l’audiovisuel à la Mairie d’Aubervilliers, pour les 10 ans des États Généraux de la Culture

Évelyne Cohen :
Ce film a été réalisé par Éric Garaud, chargé de l’audiovisuel à la Mairie d’Aubervilliers. Il s’agit d’un montage de différents évènements ayant eu lieu dans les 10 premières années des États Généraux, entre 1987 et 1997. Peut-être y a-t-il déjà des questions ? Il est vrai que cela allait vite, nous reviendrons donc sur certains détails, mais la première chose qui me frappe, c’est le nombre de gens qu’on y voit. On a l’impression que tout le monde de la Culture y était, dans un contexte bien particulier puisque ce rassemblement vient de la gauche du Parti Communiste.
Au même moment, moi qui par exemple travaillais sur la privatisation de TF1, j’ai vu cette pétition lancée par Télérama, qui avait suscité de vastes protestations autour des mêmes thèmes. Il y a des acteurs communs, qu’on trouve des deux côtés, comme Claude Santelli. J’aimerais donc qu’on parvienne à préciser la géographie politique de tout cela.

Jean-Claude Petit :
Je ne suis pas un universitaire, « seulement » un artiste, mais il n’empêche que j’ai été un compagnon de route de Jack Ralite très tôt. Jack était communiste et l’est resté jusqu’à la fin de sa vie, même s’il avait parfois des désaccords avec ce parti, qu’il exprimait sans aucun problème. Mais cette question dépassait largement les communistes ou même la gauche, quand on voit que des gens comme Guy Béart ou Pierre Dux étaient là eux aussi. Il y avait effectivement des artistes venus de tous les horizons, mais précisons quand même que le cheval de bataille de Jack, c’était le théâtre, c’est ce qui l’intéressait au premier chef. Il me disait souvent : « tu sais, moi, la musique, à part Edith Piaf, je n’y connais pas grand-chose ». Il exagérait bien sûr et nous nous sommes éduqués mutuellement au fil des années, mais ce mouvement était très large ; nous avions par exemple certains acteurs ou gens de cinéma plutôt à droite. Il s’agissait d’un rassemblement autour de la défense de la Culture, et du fait qu’elle devenait de plus en plus une marchandise. Et on s’aperçoit malheureusement que les problèmes de l’époque se posent encore aujourd’hui d’une manière à peu près similaire, et que cette lutte est sans doute vouée à être éternelle.

Sur le plan humain, Jack Ralite nous a apportés beaucoup, à tous. A moi énormément, puisque j’ai fait des voyages extraordinaires que je n’aurais pas faits sans lui, comme à Ouagadougou par exemple, où nous avions organisé un festival de cinéma (sans salle !), ou à Berlin-Est, dans l’université d’Humboldt au moment où le mur allait tomber ; ce sont des expériences inoubliables.
Mais nous allions aussi beaucoup en France, et ce que je dois à Jack, c’est cette culture. Lui non plus n’avait pas une culture universitaire, la sienne était cependant extrêmement large. Le théâtre, mais aussi le cinéma, la lecture, la poésie, la philosophie … On était de tous les coups.

Il m’appelait le dimanche après-midi, sans doute le seul moment où il avait un peu de temps, et nous discutions pendant des heures, il me demandait ce que je pensais. Étant musicien, je lui donnais en quelque sorte la température de ce milieu, tandis que lui en faisait autant à propos de la politique. Cela a duré jusqu’à la fin, et apparemment il faisait ainsi avec tous ses amis. 

Claudine Joseph était la cheville ouvrière de tout ce travail, et chez nous, « ouvrier » n’est pas une critique ! Je suis de gauche, mais j’ai des amis de droite, et quand je suis élu à la SACEM, je le suis avec les voix de la droite. Je précise cela pour insister sur un point : ce combat va bien au-delà d’une géographie politique traditionnelle. Il s’est constitué autour de quelques idées assez simples. La première d’entre elles : ne pas « marchandiser » entièrement la Culture. Certains aspects se vendent, il ne s’agit pas de le nier ; en tant qu’artiste, je vends des choses, j’ai des droits d’auteur, etc. Mais il faut reconnaître que la Culture est beaucoup plus que cela, qu’elle va bien au-delà. C’est ce que Jack rappelait inlassablement. C’est pourquoi je suis heureux d’être ici parmi vous, non seulement parce que je revois des gens que j’avais un peu perdus de vue, mais surtout parce que cela me rappelle qu’il faut sans cesse se battre, à la manière dont Jack le faisait. Ce combat aide à vivre, car « seulement » pratiquer son art ne suffit pas, on est aussi citoyen, et cet engagement m’apporte beaucoup. Jack était un exemple de ce comportement démocratique, comprenant à la fois l’engagement et l’écoute des uns et des autres, même de ceux dont il ne partageait pas les convictions. 

Serge Regourd :
Même si cette question politique n’est pas à mon avis le cœur du débat, je vais rebondir dessus puisque nous commençons par elle. 

Les États Généraux, c’était une incarnation avant d’être une idée. Sans Jack Ralite, pas d’États Généraux. Le noyau dur, c’était d’abord Jack et Claudine, pour plusieurs raisons, personnelles, géographiques, historiques et politiques. Très rapidement se sont agrégées d’autres personnes dans un petit comité, la seule chose qu’on n’ait pas vue dans cette vidéo. Tout ce qu’on y a vu n’apparaît pas comme par enchantement, cela nécessite bien sûr un important travail en amont d’imagination, de programmation, de structuration etc. Il se trouve que Jean-Claude et moi faisions partie de ce groupe informel, qui se réunissait assez régulièrement, comprenant entre 10 et 20 personnes. Je crois que le noyau dur était en partie politique puisqu’en effet certains étaient encartés au PCF, essentiellement des réalisateurs de télévision.

J’en profite pour ouvrir une brève parenthèse personnelle : je suis devenu un compagnon de route du Parti Communiste, alors même que mon histoire avec cette formation politique était délicate. Mon père était élu communiste, et il avait été exclu du parti assez brutalement. Aussi, lorsque Jack Ralite est venu vers moi, mon réflexe était plutôt méfiant. Or, c’est la passerelle culturelle qui nous a rapprochés. J’évoque ce point car il vaut aussi pour d’autres que moi. Plusieurs se sont engagés avec Jack Ralite à partir d’une cause culturelle, dont il est apparu, selon la praxis marxiste, qu’elle les a rapprochés du Parti. Cela fut mon cas, puisque je préside aujourd’hui la Commission Culture de la Région Occitanie, sans jamais avoir été encarté ni même syndiqué. Mais pour des gens comme moi, il est très vite apparu que les questions fondamentales que soulevaient la Culture et sa marchandisation renvoyaient à un engagement qui, pour le dire vite, ne pouvait pas être libéral. C’est pourquoi tant de gens qui n’étaient pas communistes se sont retrouvés compagnons de route de ce parti, à partir de ce combat précis.

Je vais vous raconter une anecdote qui va vous paraître ambiguë, presque contradictoire avec ce que je viens de dire. Nous avons évoqué Berlin. Il y eut en réalité deux délégations à Berlin. Celle où nous étions nombreux, à Humboldt, était après la chute du mur. Mais il se trouve qu’une autre délégation était en novembre 1989 à Berlin, hasard de l’Histoire. Elle comprenait bien sûr Jack Ralite, mais aussi Daniel Mesguich, qui n’est pas communiste, ainsi qu’un réalisateur de télévision, Jean-Pierre Marchand, qui avait été communiste mais ne l’était plus à ce moment-là, et quelques autres. Nous étions une dizaine en tout. Quand nous entrons à Berlin-Est, nous sommes accompagnés de deux Allemands, un de la RFA et un de la RDA. Le troisième jour, le mur tombe. Et là se produit un phénomène assez paradoxal, puisque nous sommes du « mauvais » côté, si je puis dire. Alors même qu’à part Jack, aucun d’entre nous n’était communiste, nous sommes pourtant du côté des vaincus, broyés par l’émotion. Les sentiments sont évidemment très ambivalents, puisque nous n’ignorons rien du totalitarisme et des restrictions est-allemandes, et pourtant, je m’en souviendrai toute ma vie, lors d’une réunion avec le Parti Communiste est-allemand, l’émotion est telle que Jack se met à pleurer, et bientôt nous sanglotons tous. Tout cela dans une atmosphère extraordinairement chaotique : nous sommes là à l’invitation du Parti Communiste est-allemand, et chez nos hôtes la chasse aux sorcières a déjà commencé, la paranoïa est à son comble, personne ne dort plus … Et tandis que le monde entier se réjouit, nous sommes complètement abattus. Pour Jack Ralite lui-même, ce fut un déchirement personnel. Il tenait évidemment à rencontrer des artistes est-allemands subissant les interdits du totalitarisme. Ce que nous avons fait, d’ailleurs, avec des peintres qui nous ont expliqué qu’ils n’avaient pas pu exposer leurs œuvres depuis plusieurs décennies. Je raconte cela car cela contient une idée qui s’est exprimée dans la délégation de l’année suivante à l’université d’Humboldt. Les lignes de métro entre Berlin Ouest et Berlin-Est étaient fermées depuis le blocus de 1948, elles devaient être rénovées. Et Jack eut alors l’idée que lorsque les lignes rouvriraient, on pourrait y exposer les œuvres cachées pendant toutes ces années.
Quand nous revenons l’année suivante, plus nombreux cette fois, les lignes de métro sont rouvertes, mais les toiles ne sont pas davantage exposées, et l’espace public est occupé par toutes les publicités habituelles. Nous rencontrons de nouveau les mêmes artistes, auprès desquels Jack s’était engagé à négocier l’exposition de leurs toiles. Un an après la chute du mur, la situation des artistes est donc restée la même, à ceci près que le tout-public avait été remplacé par le tout-privé. Le libéralisme mercantile déchaîné était donc aussi peu soucieux de l’art que le socialisme réel.
Je raconte tout cela un peu vite, il faudrait évidemment nuancer beaucoup de choses, mais pour moi, c’est plus qu’une anecdote. Le politique avait frappé si fort dans nos vies personnelles que nous avions vécu quelques mois dans une bulle un peu utopique. Lorsque nous sommes revenus à l’université d’Humboldt (on peut le dire, maintenant il y a prescription), les témoignages des universitaires racontaient une chasse aux sorcières. On ne peut pas simplement dire : « la chute du mur a été entièrement magnifique, le totalitarisme est tombé et désormais c’est le plein bonheur de la démocratie ». Ce n’était pas du tout ce que nous entendions, en tous cas. 

Un participant (François Barré) :
Bonjour, je me permets d’intervenir un instant, car je voudrais apporter un autre regard que celui dont vous venez de faire part. Je m’appelle François Barré, je m’occupais à l’époque du parc de la Villette, j’étais responsable de la grande Halle, et les États Généraux, qui s’étaient réunis au Zénith de Paris, ne m’étaient donc pas étrangers. Nous avions décidé de faire une exposition sur les artistes de « l’autre Allemagne ». Nous n’avions aucun budget, notre exposition n’a donc duré que trois jours, fin 1989, juste après la chute du mur. Mais quand nous la préparions, la RDA existait encore. Nous étions allés à Berlin-Est pendant plus de trois mois pour rencontrer différents artistes. Ils étaient dans une situation très ambiguë. S’ils étaient reconnus et admis en tant qu’artistes (ce qui n’allait pas de soi), ils avaient des ateliers plus vastes que n’importe quel artiste occidental, et exposaient régulièrement. La seule différence est que la STASI faisait régulièrement interdire certaines expositions et retenaient les artistes en prison pendant quelques jours. Mais ils exposaient et avaient la sensation (légitime à mon avis) que leur art subvertissait l’ordre et l’autoritarisme établis.
Il y avait parmi eux de bons artistes, déjà connus. L’un d’entre eux, Jürgen Böttcher, dit Strawalde, était considéré comme le chef de la résistance, il est par la suite devenu cinéaste. Comme vous pouvez l’imaginer, ses conditions de travail étaient très difficiles. Il était interdit d’atelier, quand je suis allé le voir, il était dans un petit appartement et ne pouvait travailler que sur de petites toiles, il n’avait plus le droit d’enseigner … A un moment donné, ne supportant plus de ne pas pouvoir peindre comme il l’aurait voulu, il a décidé de faire du cinéma réaliste-socialiste, mais pour ne plus être embêté, il décida que ses films n’auraient aucun dialogue. C’est devenu un cinéaste important, qui a révolutionné le travail du son, il a eu l’Ours d’Or au festival de Berlin et une rétrospective au Jeu de Paume après la chute du mur. Pendant celle-ci, une dame lui demanda quels étaient ses projets artistiques, à présent qu’il était libre de travailler comme il le voulait. Il répondit que pendant le régime communiste il ne pouvait pas peindre et devait faire des films sans dialogue, et que désormais, dans le monde libéral, il pouvait peindre ce qu’il voulait, mais que jamais il ne trouverait un producteur de cinéma qui financerait un film sans dialogues …
Il y avait aussi une jeune femme, membre d’un collectif de performers, qui se faisait régulièrement arrêter parce que ses travaux étaient jugés trop provocateurs et contraires aux bonnes mœurs. Elle était persuadée qu’à Paris elle pourrait s’exprimer pleinement sans être ennuyée. Elle était au milieu de la Grande Halle de la Villette sur une estrade, on lui apportait un seau de sang de bœuf tous les matins et elle faisait, à moitié nue, une espèce de guirlande de boudin qui, une fois terminée, montait jusqu’au faîte de la grande Halle. Elle est venue me voir un jour, navrée de l’indifférence totale des familles qui passaient à côté d’elle. « Maman, qu’est-ce qu’elle fait la dame ? Elle fait du boudin, mon chéri ». Pour elle, les Français étaient des veaux. Tout d’un coup, l’idée même de subversion n’existait plus. 

D’une certaine manière, par rapport à cette période extraordinaire de la création des États Généraux dont nous parlons, la situation d’aujourd’hui est dramatique, et comme le disait M. Petit, cette question dépasse de très loin les familles politiques traditionnelles. 

Serge Regourd :
Merci. Comme le disait Jean-Claude en effet, ou comme on a pu le voir dans la vidéo, le mouvement était très large. Pierre Dux par exemple était un gaulliste pur et dur qui, en termes de valeurs sociales, serait beaucoup plus à gauche que les libéraux de gauche actuels. C’est pourquoi les identités politiques sont à manier avec des pincettes, car la mise en pièces de toute une série de textes issus du Conseil National de la Résistance ne doit pas nous faire oublier que le programme du CNR, c’était certes les communistes, mais aussi une tradition gaulliste, des démocrates-chrétiens … Toutes ces familles politiques sont aujourd’hui totalement bousculées par le néo-libéralisme, qui est totalement émancipé de ces clivages. La preuve en est le « en même temps » macroniste. Aucun d’entre nous à l’époque n’aurait pu imaginer où nous en sommes aujourd’hui. Le titre qu’avait choisi Jack : « la Culture française se porte bien, pourvu qu’on la sauve » était porteur d’espoir.
Claudine l’a bien dit, dans chacune des réunions publiques, Jack tenait à mêler le politique à l’artistique. Le politique, c’était des discours, dont lui ou nous nous chargions. L’artistique, c’était des textes que venaient dire des comédiens, comme Dominique Blanc qu’il admirait particulièrement. Chaque réunion alternait donc entre des propos politiques, des actes artistiques, et certains, comme Claude Piéplu qui faisaient les deux à la fois. 

Le facteur déclenchant de tout cela fut la privatisation de TF1, une chaîne de service public, qui représentait à l’époque 40% de l’audience et 55% des marchés publicitaires. Mais si les États Généraux ont perduré, c’est que toute une série de nouveaux coups ont été portés à la Culture dans sa résistance à la marchandisation. Et je tiens à dire que Jack veillait toujours à ce que les États Généraux ne travaillent pas en autarcie, il s’efforçait d’intégrer les autres acteurs, comme les sociétés d’auteurs par exemple. Il y avait sans cesse des partenariats et des synergies avec les organisations représentatives des milieux concernés. Les étapes de ce travail ont été d’abord la libéralisation européenne, c’est-à-dire les directives sur la libéralisation de l’audiovisuel. La directive « Télévision sans frontières » par exemple, à chaque étape de sa rédaction, a suscité des textes des États Généraux. J’étais moi-même particulièrement sollicité en tant que juriste. Jack, par son incroyable curiosité et son travail acharné, est de facto devenu juriste lui aussi.
C’est lui qui était en rapport avec les instances décisionnaires, et je me souviens de ses coups de fil où il me demandait « et si on met tel mot à la place de tel autre, qu’en pensez-vous ? »
Il écrivait tous ses discours, contrairement à la plupart des responsables politiques qui se contentent d’ânonner ce que leur cabinet leur écrit. La bataille majeure qui suivit fut celle du GATT, qui déboucha sur l’exception culturelle. Cela ne se faisait d’ailleurs pas sans ambiguïté avec les artistes, il ne s’agit pas d’avoir un discours trop lénifiant. Je me souviens par exemple avoir été invité à la SACD pour expliquer les choses, et au bout d’un moment, je voyais les gens, calculatrices à la main s’impatienter en me demandant : « mais concrètement, qu’est-ce que cela change pour le calcul de nos droits ? ». Tout le contexte philosophique passait au second plan …

Evelyne Cohen :
Peut-on revenir un moment sur Chantelle ? Vous me racontiez des choses tout à l’heure …

Claudine Joseph :
Ah oui. Cela concerne les coupures publicitaires à la télévision. Quand elles ont été instituées (je ne sais plus exactement quand, mais à peu près en même temps que la création des États Généraux), Jack a reçu une lettre d’un monsieur habitant Chantelle, dans l’Allier, ayant déjà écrit au ministre François Léotard pour se plaindre des coupures publicitaires dans les œuvres. Jack avait pris cette requête très au sérieux et décida qu’il fallait aller à Chantelle. Après quelques coups de fil à différents amis, nous voilà partis, en délégation. Il y avait Jean-Claude Petit, François Chaumette, Marie-Christine Barrault, Gérard Klein … Le maire de l’époque n’a pas voulu nous accueillir dans sa mairie, nous sommes donc allés dans la grange du monsieur qui nous avait écrit. Nous en avons profité pour faire une réunion au CDN de Montluçon ensuite, ainsi qu’à Hérisson …

Jean-Claude Petit :
Nous sommes là, à évoquer le passé, et à laisser dire que tout va de mal en pis. Ce n’est pas complètement vrai ; il reste une trace de Jack Ralite. D’abord, il était bien considéré, même par les élus de droite. Comme président de la Sacem, j’ai souvent rencontré les différents ministres de la Culture et d’autres personnalités politiques. Et tous respectaient Jack Ralite, avaient même de la sympathie pour lui.
Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est qu’il reste des choses de ces combats. L’exception culturelle continue, elle est encore défendue au niveau européen, où le souvenir de Jack Ralite signifie toujours quelque chose. Les luttes ont changé, mais pas l’esprit, et il ne faudrait pas laisser dire que personne ne se préoccupe plus de ces sujets, il y a des gens qui ont pris le relais, pas forcément de gauche, et qui aident à faire respecter ces combats que la France a portés grâce à Jack Ralite. Même le ministre actuel (Ndlr : Franck Riester au moment de ce séminaire) respecte un certain nombre de principes dont Jack est en quelque sorte l’inventeur. L’exception culturelle est toujours là, elle est très importante pour le cinéma français par exemple (il est vrai que la France est le seul pays de l’Union à avoir une véritable industrie du cinéma). Une partie des recettes des films diffusés en France, même les gros blockbusters américains, sert donc à produire des films (et pas seulement des films français). Moi qui ai beaucoup travaillé dans ce milieu du cinéma, je puis vous dire que Jack Ralite y est une figure un peu sacrée …Rien n’est fichu. Les choses changent beaucoup, certes, et l’ultra-libéralisme gagne du terrain partout, c’est indéniable. Mais il y a un ras-le-bol général à ce propos, qui nourrit les résistances.

Un participant :
J’ai deux questions. D’abord : comment étaient financés les États Généraux ? Et ensuite : quels étaient les rapports entre les deux « Jack » ? (Jack Ralite et Jack Lang)

Serge Regourd :
Sur la première question, je commence par préciser que nous étions tous bénévoles. 

Claudine Joseph :
Mais il y avait cependant des frais, de location de salles par exemple. Pour cela, nous étions subventionnés par les organismes professionnels : l’Adami, la Sacem, la SACD, la Spedidam, la Scam et le ministère de la Culture.
Quand aux rapports entre Jack Lang et Jack Ralite, ils étaient plutôt bons. Ils s’estimaient, et je crois que notre travail servait plutôt Jack Lang et le ministère en général. 

Serge Regourd :
Il y avait néanmoins une rivalité sous-jacente, en tous cas dans les débuts. Quand Jack Ralite est décédé, tous mes copains du cinéma, du théâtre ou de la musique m’ont dit « notre vrai ministre, c’était Jack Ralite ». Et Jack Lang l’a su, et ne l’a pas forcément très bien pris. C’est tout de même révélateur.

Evelyne Cohen :
Je rappelle que Jack Ralite a été ministre de la Santé quand Jack Lang était à la Culture. C’est pendant cette période qu’il crée déjà cette idée du « tour de France » que les États Généraux reprendront par la suite. J’ai revu récemment la présentation télévisée du gouvernement de Pierre Mauroy, et Jack Ralite y est présenté comme « ministre de la Santé et spécialiste de l’audiovisuel ». N’y a-t-il pas du côté de Ralite une culture plus populaire (radio et télévision) tandis que Jack Lang s’intéressait davantage au cinéma ?

Jean-Claude Petit :
Au théâtre, d’abord. 

Claudine Joseph :
Jack Ralite a commencé comme journaliste. Il a créé dans l’Humanité la première critique de télévision dans la presse écrite française.

François Barré :
Jack Lang n’était pas un grand connaisseur de cinéma. Il était devenu le « Sherpa Culture » de François Mitterrand à partir de 1976, mais il connaissait bien mieux le spectacle vivant, surtout le théâtre. 

Claudine Joseph :
Jack Ralite était quant à lui rapporteur du cinéma quand il était député à l’Assemblée Nationale. Mais c’était bien avant la création des États Généraux. 

Evelyne Cohen :
Dans ce titre : « La Culture française se porte bien, pourvu qu’on la sauve », que met-on exactement sous ce terme de « Culture » à l’époque ? 

Serge Regourd :
Si l’on se réfère aux études du ministère, la première pratique culturelle des Français, c’est la télévision. Or, les États Généraux sont nés à partir d’un déclencheur très précis : la privatisation de TF1. Ces deux éléments sont très éclairants à mon avis. Et le noyau dur des États Généraux était constitué de nombreux réalisateurs de télévision. Jack était passionné de théâtre, il a créé le Théâtre de la Commune à Aubervilliers, et il adorait les acteurs. Et le point commun à tout cela, ce qui fédère théâtre, télévision et cinéma, c’est sans doute la figure de l’acteur. Même si tous les arts étaient représentés aux États Généraux. Je ne crois pas qu’il y ait eu dans l’esprit de Jack Ralite la moindre hiérarchie entre les formes d’expression artistique. Son goût personnel le portait davantage vers certaines, mais toutes étaient considérées comme ayant la même importance. 

Pour en revenir aux rapports avec Jack Lang, même si le sujet est un peu délicat, moi qui ai un peu connu Lang et très bien Ralite, il se trouve que sur le plan humain, ce sont deux univers. Le rapport des deux hommes au commun des mortels était … très différent. Ils s’estimaient, mais si vous voulez mon avis, je crois que Jack Ralite aurait aimé être ministre de la Culture. 

Claudine Joseph :
Je n’en suis pas si sûre, pour moi ce sont davantage les gens qui lui en parlaient. 

Jean-Claude Petit :
Et je n’aimerais pas que nos propos donnent une mauvaise idée de Jack Lang, dont nous sommes tous d’accord pour dire qu’il a été un grand ministre de la Culture. Il a tout de même réussi à faire voter les « droits voisins » qu’il a presque inventés, et qui ont été repris presque partout en Europe.

Un participant (Noé Wagener) :
Bonjour, je m’appelle Noé Wagener, je suis professeur de droit public à l’université de Rouen. Je vois que vous avez un document de l’époque, y a-t-il eu un travail de collecte des archives de cette période ?
Dans le film que nous avons vu, il y a semble-t-il une manière assez particulière de mettre en forme les revendications, avec ce paradigme de la marchandise, cette préoccupation de la lutte contre la marchandisation, cette figure des droits de la Culture sur laquelle j’aimerais que vous m’éclairiez. Quel est le contenu de ces droits, et à qui les donne-t-on, exactement ? 

Evelyne Cohen :
Sur votre première question, c’est Laurent Fleury qui a beaucoup travaillé là-dessus, et il y a à Aubervilliers un énorme dépôt d’archives, très impressionnant. 

Serge Regourd :
Quant à la deuxième question, je crois que la problématique sur laquelle nous travaillions à l’époque n’a en effet rien à voir avec ce qu’on appelle depuis quelques années « les droits culturels ». Jack Ralite et les États Généraux étaient clairement du côté des créateurs, même s’il était entendu qu’il ne pouvait y avoir de créateurs sans un service public de la Culture. Mais le cœur du débat restait la création, les créateurs et les moyens de créer. Par conséquent, la Déclaration des Droits de la Culture avait toujours comme protagoniste principal l’artiste, le créateur.
L’idée était que la cité ne peut être sereine et heureuse que si les créateurs y occupent la place qui leur revient. Autrement dit la Culture vue aussi comme un élément essentiel de régulation sociale. 

Une participante (Margaret Teboul) :
Bonjour. Je suis Margaret Teboul, je travaillais sur Jack Ralite et sur les archives d’Aubervilliers, et j’ai écrit un article dans le livre sur la sociologie des élites culturelles dirigé par Agnès Callu. (Ndlr : Culture et élites locales en France – 1947-1989, éd. CNRS). Il me semble que le questionnement initial, et peut-être le déclencheur du travail de Jack Ralite, est la question de la démocratisation culturelle. C’est la première interrogation à partir de laquelle le reste se déploie. On gagnerait beaucoup à rappeler ce qu’étaient les rencontres qu’il organisait, à Avignon ou à Aubervilliers, me semble-t-il.

Jean-Claude Petit :
Jean Vilar était un modèle pour Jack Ralite. Il le citait souvent. 

Serge Regourd :
Le premier paragraphe de la Déclaration des Droits de la Culture est presque un clin d’œil évangélique. Je vous la relis :

Audace de la Création.
D’abord, car au début est le créateur. Les marchands viennent ensuite – quand ils viennent. Réduire l’œuvre à un produit, c’est la détruire. Il faut donc poser, pour l’artiste comme pour le public, le primat de l’œuvre sur l’argent, afin d’émanciper l’imaginaire du pécuniaire.
Obligation de production.
Ensuite, car face à une liberté du marché, qui trop souvent opprime, c’est l’obligation qui affranchit.

Pour nous les juristes, on est ici au cœur du problème.

Noé Wagener :
Ce qui est très fort dans cette figure des droits de la Culture telle qu’elle est pensée ici, c’est la dimension collective. S’il avait raisonné en termes de liberté d’expression, cela aurait pris la forme d’une succession d’individualités qui défendent leur liberté. Or ici, c’est le collectif qui est mis en avant, que le droit d’aujourd’hui a complètement perdu.

Margaret Teboul :
La Culture est au cœur du processus d’émancipation pour ce communiste héritier de la Révolution Française. 

Evelyne Cohen :
Quand Nicolas Sarkozy a décidé d’interdire les coupures publicitaires sur la télévision de service public, Jack Ralite, comme de nombreuses autres voix à gauche, a pris position pour défendre la publicité. Cela ressemble à un retournement, en tous cas cela paraît paradoxal, et si j’ai bien lu, il s’est retrouvé en conflit avec Christine Albanel à ce sujet. 

Jean-Claude Petit :
Tout simplement parce que supprimer la publicité, c’était priver les chaînes publiques de ressources, cela revenait donc à affaiblir le service public. Si cette perte de ressources avait été compensée, Jack Ralite et tous les autres auraient sans doute applaudi cette initiative, mais ce n’était pas le cas ici.
Aujourd’hui, quand on baisse la redevance d’un euro, ce n’est rien d’autre que de la démagogie. Un euro, cela n’aide pas vraiment les ménages, en revanche cela ampute considérablement les moyens du service public. Et brusquement, vous avez des grèves de musiciens à Radio France, par exemple, parce que la moitié d’entre eux vont être licenciés … Le droit d’auteur, ce n’est pas une somme fixe, c’est un montant proportionnel aux recettes. Quand le service public fait moins de recettes, les compositeurs aussi sont lésés. C’est pourquoi la responsabilité de l’État était l’un des objectifs principaux de Jack Ralite, car il voyait bien qu’on privatisait de plus en plus ; or l’obligation de production du service public n’a plus lieu d’être dès lors que tout est privé. Il y a un cahier des charges de l’État, il n’est jamais respecté. Il suffit de le lire pour constater la marchandisation croissante de toutes les strates de la Culture. Chaque fois qu’il le peut, l’État se désengage, même aux niveaux locaux.
Rappelons tout de même que le financement privé de l’art a été la règle pendant la plus grande partie de l’Histoire de l’art. Pendant très longtemps, c’était l’Église ou le Prince qui commandaient des œuvres aux musiciens par exemple. 

Serge Regourd :
A propos des coupures publicitaires, on a effectivement l’impression d’un retournement, entre le déplacement des États Généraux à Chantelle pour protester contre les coupures publicitaires, et quelques années plus tard, la défense de la publicité. Quand on présente l’histoire ainsi, cela ne paraît pas très cohérent en effet. Mais considérez les points suivants. Jack Ralite est fondamentalement un matérialiste. J’ai eu avec lui de nombreuses conversations à ce sujet sur un plan juridique. Il n’est pas un idéaliste. C’est le réel qui guide son action. Le réel de Chantelle, juste après la privatisation de TF1, n’a absolument rien à voir avec le réel de 2009, où les chaînes privées sont légion, et le marché audiovisuel est devenu ultra-compétitif. Au moment de Chantelle, le service public audiovisuel est en position monopolistique dans toute l’Europe. Je le vois avec mes étudiants, cela paraît presque inconcevable aujourd’hui, mais il faut le rappeler : il n’y a pas si longtemps, il n’y avait que des chaînes publiques, et sans publicité. Lorsque TF1 est privatisée, on ouvre grand les portes à la publicité. Quinze ans plus tard, le paysage a complètement changé. Et priver de resources publicitaires un service public déjà à la peine aboutit aux situations qu’a décrites Jean-Claude. Jack Ralite avait très bien vu l’ambiguïté de la chose, et nous avions rédigé une proposition de loi sur l’audiovisuel pour essayer de trouver un système adéquat entre les valeurs fondamentales du service public et la nécessité d’avoir des ressources garanties, qui passaient aussi par la publicité.
Par conséquent, ce n’est pas Jack Ralite qui avait changé d’avis, c’est le monde qui avait changé. 

Évelyne Cohen :
On a entendu dans la vidéo de tout à l’heure la critique des westerns. Ce genre, tombé un peu en désuétude aujourd’hui, ne serait plus critiqué de la même façon. D’une certaine façon, les westerns sont désormais considérés comme culturels. C’est assez révélateur des changements d’une époque, je trouve …
Je vous propose à présent de regarder un extrait du journal de 13 heures de TF1 du 10 juin 1986 que nos collègues de l’INA ont sélectionné, présenté par Yves Mourousi et Marie-Laure Augry, dans lequel Jack Ralite est invité et évoque plusieurs sujets. A l’époque, son seul mandat politique est d’être maire d’Aubervilliers et on est au début des débats sur la privatisation de TF1, qui sera promulguée le 30 septembre de la même année. Jack Ralite évoque les rencontres qui viennent de se tenir à Aubervilliers pour défendre le service public, il va à un moment tacler un peu Jacques Chirac et François Léotard (respectivement Premier ministre et ministre de la Communication de l’époque) sur certains de leur propos. Quand au pragmatisme de Jack Ralite que vous évoquiez plus haut, la fin de l’extrait en donne une idée : ses propos sont loin de ce qu’on peut attendre d’un communiste pur et dur. 

Diffusion de l’extrait du journal télévisé de TF1 du 10 juin 1986

Jack Ralite :
Nous avons réuni samedi quelques 300 personnes. Des comédiens, réalisateurs, musiciens de la radiotélévision française, pour discuter du projet de MM. Chirac et Léotard, et comment y répondre. D’abord par un « non », ça c’est évident, mais aussi par un « oui » à autre chose, et c’est ce « oui » que nous avons voulu tous ensemble trousser.
Yves Mourousi :
Alors « Oui » à quoi ? Votre attitude, à vous et à ceux qui vous entouraient, fort nombreux, est celle de la sauvegarde du service public.
Jack Ralite :
Absolument.
Yves Mourousi :
Mais dans quel état ?
Jack Ralite :
Ecoutez, par rapport au privé, c’est très clair, et il suffit d’appliquer le principe d’Archimède : « tout programme plongé dans la rentabilité financière subit une pression verticale dirigée vers le bas égale au poids des capitaux et profits investis. » Il n’y qu’à lire les textes de Berlusconi ou de Hersant, c’est l’évidence, c’est l’expérience internationale. Donc là dessus, il faut être clair. Ceci dit, le service public tel qu’il est ne nous satisfait pas tellement. Il y a quand même depuis longtemps un rôle de la finance à distance. Il faut empêcher qu’il soit encore plus grand, et il faut sans doute rénover le service public. On s’est donc un peu déclarés ni grognards du service public tel qu’il est, ni hussards du service privé tel qu’il se profile. Et on a essayé de mettre en avant une responsabilité publique et nationale qui implique le pluralisme, des formes et des contenus dans le domaine de la fiction, le pluralisme social, le pluralisme des technologies, sans que la finance puisse dire « je n’en veux pas parce que j’ai encore à écouler un stock ». Et aussi une production nationale. Je ne veux pas être méchant, encore que M. Chirac le mériterait, car quand je l’entends dire hier, en tant que chef du Gouvernement, que la redevance augmenterait de 30% à cause du déficit de TF1, alors que celui-ci ne représente qu’1,4% du montant de la redevance, on ne sait pas où il veut tromper. Mais revenons à cette responsabilité publique. Elle est tout à fait nécessaire, si vous prenez les titres simples des articles de la loi […], on voit que l’exception relève du public, tandis que la règle, c’est le privé. Il me semble qu’il faut une responsabilité publique et nationale, qui serait la loi d’un nouveau service public, et qui vectoriserait toutes les initiatives privées, qu’elles soient nationales, régionales ou locales. Et puisque je suis à la télévision, j’ai envie de dire aux téléspectateurs : vous ne bougez pas assez. Ce n’est pas l’affaire seulement de professionnels. Je sais bien que vous avez à redire sur la télé, alors bougez ! C’est une affaire de grande envergure, d’identité nationale!

Serge Regourd :
J’aimerais revenir à ce détail du western, car il pourrait laisser penser qu’il y avait un corps doctrinal des États Généraux, sur lequel chacun était d’accord. Il n’en est rien. Nous n’étions pas d’accord sur tout, loin de là, ni avec Jack, ni les uns avec les autres. Claudine a par exemple été témoin de différents politiques très forts que j’ai pu avoir avec Jack, en pleine campagne des États Généraux, en plein festival d’Avignon, à propos de la guerre en Bosnie, sur laquelle nos interprétations étaient diamétralement opposées. Je puis vous assurer que bien que nous exprimant à la même tribune, nous disions l’inverse l’un de l’autre. 

Évelyne Cohen :
C’était important de le préciser, merci. J’aimerais vous signaler que le dictionnaire Maitron comprend une excellente notice sur Jack Ralite, avec notamment toutes les dates importantes, je vous la recommande, elle est signée de Gilda Bittoun.
Je pense qu’il y a à propos de Jack Ralite des recherches à encourager, certaines ont déjà commencé, je pense à celles de Laurent Fleury par exemple. En tous cas, les archives d’Aubervilliers sont une mine d’informations, elles méritent d’être fouillées davantage.
Ce qui m’a également interpellé, c’est de confronter la création de ces États Généraux à la pétition lancée par Télérama et l’Évènement du Jeudi, qui avait recueilli plusieurs milliers de signatures. Elle est datée du 7 mai 1986, et est intitulée : « sauver le service public » et se situe exactement sur la même longueur d’ondes, si je puis dire. On veut sauver le service public, sans pour autant prétendre qu’il est parfait ou que rien n’y doit changer. Beaucoup des signataires étaient des noms qu’on trouvait aussi dans les États Généraux. Comprendre concrètement comment les deux s’articulaient serait très intéressant.

Claudine Joseph :
En tous cas, je puis vous dire que Télérama n’a jamais publié une ligne sur les États Généraux de la Culture …

Jean-Claude Petit :
Jack Ralite avait un vrai talent : celui de réunir des gens qui n’avaient a priori aucune raison de se fréquenter. J’ai moi-même connu grâce à lui des personnes que je n’aurais jamais rencontrées autrement, comme Serge ici présent, par exemple. De ces rencontres sont nées des travaux en commun, bien sûr, mais aussi des amitiés, et j’irai même jusqu’à dire qu’on s’est souvent amusés.
Parmi les traces qu’a laissées Jack Ralite, il y a aussi une certaine excellence artistique. Il y a par exemple au Conservatoire d’Aubervilliers une classe d’orchestration qui est l’une des meilleures de France, les candidats viennent de très loin pour y étudier, elle est plus courue que le Conservatoire National Supérieur de Musique. Dans cette ville pauvre, réputée à problèmes, la Culture a toujours une place prépondérante, et elle y est correctement financée, alors que croyez-moi, ce n’est pas facile. Il y a des actions qui perdurent. De vraies traces. 

Claudine Joseph :
Quand j’ai connu Jack, il était adjoint à la Culture et à l’Enseignement à Aubervilliers. Étant enseignante moi-même, il m’a proposé d’entrer à la Commission Culture et Enseignement. Il était évidemment passionné de culture. Le maire de l’époque, André Karman, facilitait beaucoup tout cela. Il y eut ensuite la rencontre avec Gabriel Garran et la création du CDN (Ndlr : le Théâtre de la Commune, qui existait depuis 1965, devint un Centre Dramatique National en 1971). Jack a développé la Culture à Aubervilliers. Il n’a pas fait de referendum, sinon, il n’y aurait pas de théâtre, pas de Conservatoire …
Je vous donne un exemple des idées qu’il pouvait avoir au hasard des rencontres. Il avait été invité en Italie à un colloque sur la pauvreté. Dans l’assistance, il y avait Carlos Ossola, titulaire de la chaire Littératures modernes de l’Europe néolatine au Collège de France. Ils ont par la suite travaillé ensemble pour que le Collège de France vienne faire des conférences à Aubervilliers. Pendant 5 ans, nous avons élaboré des thèmes pour ces conférences, et 40 professeurs du Collège de France sont venus à Aubervilliers. Certaines se tenaient au théâtre, d’autres à l’église ou à Zingaro … Mais les professeurs intervenaient aussi dans les lycées. Il y eut des prolongements à cela, parce qu’un de mes amis, architecte de cinémas, suggéra que l’on projette ces conférences dans les salles, qui ont beaucoup de temps libre. On commença à Moulins sur Allier. La première conférence choisie fut celle d’André Miquel, que nous avons invité à la projection. Un jour, Jacques Livage, titulaire de la chaire de chimie, me dit : « Claudine, moi je n’ai aucune envie de me regarder sur un écran. Je vais directement faire une conférence à Moulins ». L’aventure continue donc à Moulins, où se tiennent encore ces conférences. Ces professeurs interviennent aussi dans les lycées, et je suis fière d’avoir réussi à y mêler le lycée privé et le lycée public. 

Une participante (Josiane Soucher) :
J’habite Aubervilliers depuis toujours, et je tenais à vous dire que la place de la Culture y est effectivement impressionnante. Dès les années 1960, alors que tous les foyers n’avaient pas encore de télévision, nous nous réunissions pour regarder ensemble l’émission « La caméra explore le temps », après laquelle nous débattions de ce que nous venions de voir. Culturellement, Jack Ralite est une figure très importante, et ce qu’il a bataillé pour mettre en place perdure. Il a permis à beaucoup de gens d’accéder à la Culture.

Evelyne Cohen :
Lors de la prochaine séance, nous reviendrons sur certains points, mais sous un angle différent. Laurent Fleury sera parmi nous, qui a animé une séance anniversaire en 2016. Parce que les États Généraux célèbrent leurs anniversaires. Mais aussi Yves Jeuland, qui a fait un film sur Jack Ralite intitulé « Rouge tendre ». 

 

[Sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2020, 2 septembre). Jack Ralite et l’audiovisuel. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrnt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search