Peut-on mesurer la culture et l’art ? Enjeux et évolutions des mises en chiffres

Par Olivier Martin, professeur de sociologie, directeur du CERLIS – Université de Paris
olivier.martin@u-paris.fr

 

Écoutons les propos d’un chargé d’études au Ministère des Affaires culturelles dans les toutes premières lignes d’un article paru en décembre 1964 dans la revue trimestrielle L’expansion de la recherche scientifique : « Recourir à la recherche scientifique pour préciser une politique de développement culturel est une entreprise qui paraît se situer à mi-chemin entre la plaisanterie et le sacrilège. Voilà bien nos technocrates saisis par la statistique et les sondages, envoûtés jusqu’à vouloir maintenant mathématiser les ‘’mystères sacrés de l’art’’… Halte-là ! Halte à la mode et gare à l’imposture ! Que la culture, au moins, reste le dernier refuge de l’homme ! ».

Cette revue n’est pas une publication anodine : il s’agit du support de communication du mouvement pour l’expansion de la recherche scientifique (devenu « Association d’Étude pour l’Expansion de la Recherche Scientifique » – AEERS) qui est un groupe de réflexion et d’influence constitué en 1954 autour de Pierre Mendès France. Ce groupe a joué un rôle essentiel dans l’évolution des politiques scientifiques et éducatives en France à partir de 1958 : il a contribué au développement de la nouvelle politique de la recherche ainsi qu’à la réforme des universités sous la présidence du Général de Gaulle[1].

Ce numéro de décembre 1964 est un numéro spécial consacré aux « Chiffres pour la culture » et le texte dont est issu cet extrait est intitulé : « La fin de l’ère des goûts et des couleurs ». Au fond, sans grand scrupule ni beaucoup de précautions, le texte semble opposer d’un côté la science, l’objectivité, les chiffres ; d’un autre, la culture, la création, l’art et ses mystères… C’est un type de discours courant et de position épistémologique spontanée : on ne pourrait pas quantifier l’éducation, la morale, la vie, l’amour, les opinions, la religion, la science, la richesse, l’intelligence, le talent, le mérite, la qualité, l’esthétique… Quantifier serait réduire ces phénomènes complexes et incommensurables à de simples chiffres : c’est impensable sans trahison de la réalité.

Qui est l’auteur de ce texte qui semble contester l’usage des chiffres pour concevoir les politiques culturelles et l’action en faveur du développement des arts et de la culture ? Il s’agit d’Augustin Girard. Ceux qui connaissent son action en faveur des statistiques culturelles et ses travaux sur les pratiques culturelles pourraient être surpris de savoir qu’il est bien l’auteur de ces lignes. Augustin Girard est en effet le principal et durable acteur du déploiement des études statistiques au Ministère de la Culture. Né en 1926, agrégé d’anglais, il travaille auprès de Jacques Delors au Commissariat Général du Plan au service de l’« Action culturelle » de la Commission du patrimoine artistique et de l’équipement culturel du IVe Plan. Il crée en 1963 la Cellule d’études et de recherches au ministère des Affaires culturelles, qui deviendra le Service des études et recherches (SER) en 1968, puis le Département des études et de la prospective (DEP) en 1986 et enfin le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) depuis 2004. Il dirigera ce département durant trente ans, de 1963 à 1993[2].

Une fois passées les premières lignes de son texte, qui constituent une accroche un peu provocatrice probablement destinée à attirer l’attention du lecteur en espérant ensuite le conduire à faire évoluer son point de vue, Augustin Girard défend le recours aux sciences sociales et économiques ainsi qu’aux chiffres pour conduire l’action culturelle de l’État : car « le recours à la science – aux sciences sociales essentiellement – est commandé par les faits[3] ». C’est également ce qu’exprime, dans le même volume, le directeur du cabinet du Ministre d’État chargé des affaires culturelles, André Malraux : « La politique culturelle ne doit pas être seulement commandée par des impératifs esthétiques et moraux ; elle doit être conçue à partir de données objectives et se fonder scientifiquement sur les besoins sociaux[4] ».

L’évolution des politiques publiques, l’essor des sciences sociales et de leurs méthodes, les volontés de planification économique et sociale constituent certainement les principaux ingrédients expliquant la création d’une cellule ou d’un service en charge de l’analyse statistique dans les domaines d’intervention du ministère en charge de la culture. Et si Augustin Girard débute son article de 1964 par des propos qui semblent réfuter la possibilité de mesurer les faits culturels et artistiques, c’est peut-être simplement par visée rhétorique. Mais c’est aussi, probablement, parce que le domaine de la culture et de l’art ne se laisse pas spontanément mesurer et quantifier, voire qu’il existe des résistances aux démarches de mesure et de quantification. Par ses premiers mots, Augustin Girard prend peut-être le contre-pied d’une opinion générale dans les secteurs culturels et artistiques, des idées reçues.

D’ailleurs celui-ci prend bien soin de souligner que la culture, son autonomie et sa spécificité, ne sont pas menacées par les approches scientifiques : « la culture saura toujours tracer la ligne que la science et l’organisation ne peuvent franchir. Elle ne le fera que trop aisément. Pour l’heure, c’est vers la science et l’organisation qu’il faut pousser le pendule[5] ». En d’autres termes, la culture et la création resteront toujours hors de portée d’une possible réduction à la science et à la gestion : elle aura toujours un temps d’avance. « Nous pouvons donc, à loisir, gérer, chercher, administrer… sans altérer ni l’art, ni la culture, ni la création ». Plus loin, il poursuit : « ce que l’on chiffre, ce n’est pas la culture mais les moyens de la culture. Or cette opération, qui paraît barbare à beaucoup, et comme anti-culturelle dans son essence, se révèle la plus profitable qui soit pour la culture[6] ». Ce texte de 1964 est perçu comme fondateur : il sera d’ailleurs republié dans différents supports, y compris en langue étrangère[7].

 

Ce que mesurer la culture veut dire

Au fil de ses publications ultérieures, Augustin Girard maintiendra cette position, qui est à la fois une posture de défense et une attitude d’affirmation et de légitimation. Ainsi, dans la première publication des Pratiques culturelles des Français (Secrétariat d’État à la Culture, Service des études et de la recherche, deux tomes, décembre 1974), écrit-il dans l’avant-propos : « En ce qui concerne le présent travail, nous connaissons bien ses limites : elles sont dues à la technique des sondages et on y reviendra dans la seconde partie de cet avant-propos ; mais ces limites tiennent plus profondément aux représentations que notre société se fait de la culture, et nous avons laissé à Michel de Certeau, qui a assisté au déroulement de l’enquête, le soin de bien tracer en postface les contours de ce qu’une enquête ne saurait dire[8] » puis, un peu plus loin il estime nécessaire de rappeler que « La quantification, ici, n’a d’ailleurs pas porté sur la culture mais sur les comportements culturels[9] ». Et dans une postface qui suit plus de 150 pages de résultats statistiques, un texte de Michel de Certeau est effectivement reproduit : celui-ci est consacré aux pratiques culturelles en France et décrit sans aucune statistique, sans aucun chiffre, la nature insaisissable des comportements culturels des individus. Cette postface est précédée du texte suivant : « Après ces 100 000 signes numériques – la culture en chiffre ? – il nous paraît important et nécessaire ce qu’a écrit, également sur les pratiques culturelles en France, Michel de Certeau qui a été directeur d’études à notre service[10] ».

Le point est essentiel et sera réaffirmé en permanence, comme pour contrer toute critique et rappeler la position exacte des démarches de mesure de la culture : on ne quantifie pas la culture, l’art, la création… mais seulement les comportements culturels, les politiques culturelles, les moyens donnés à la culture, les usages des offres culturelles. On ne quantifie pas la culture, mais ses places, ses usages, ses moyens, ses effets…

De ces quelques rappels historiques, nous pouvons tirer plusieurs constats. Premièrement, il existe au début des années 1960 une volonté collective, incarnée dans la voix d’un individu singulier, de développer la connaissance scientifique et statistique des arts et de la culture : les statistiques culturelles nous sont aujourd’hui familières, mais nous ne devons pas oublier que leur essor date des années 1960 et elles constituaient alors une innovation notable. L’article d’Augustin Girard de 1964 constitue un témoignage remarquable de ce moment d’innovation. Deuxièmement, la nécessité d’affirmer clairement l’objet et les limites des analyses scientifiques et statistiques de la culture et des arts afin que ces analyses trouvent une place et ne rencontrent pas trop de contestation ou de résistance : c’est probablement le sens des propos d’Augustin Girard lorsqu’il devance les critiques possibles et anticipe les attitudes de rejet susceptibles de surgir. De cette manière, la légitimité mais aussi l’autonomie des études scientifiques et statistiques de la culture et de l’art sont assurées – disons moins contestables et peut-être moins critiquées.

 

La signification politique donnée à la mesure de la culture

Quelle est l’ambition des démarches d’analyse scientifique et statistique de la culture et des arts ? Est-ce seulement le besoin d’assouvir une curiosité, une simple quête de savoir ? Le texte d’Augustin Girard de 1964 est sans ambiguïté sur ce point : les chiffres offrent une manière de saisir « la culture telle qu’elle est vécue par la population totale, et non par l’élite cultivée[11] ». En d’autres termes, la statistique a pour ambition de mettre fin à une politique guidée par les goûts et les couleurs d’une élite ou du prince/roi, et de lui conférer un fondement objectif et scientifique. C’est bien le sens du titre de l’article : « la fin de l’ère des goûts et des couleurs ».

Pour dépasser une action culturelle qui soit le seul fait du prince, du roi, des élites, il faut donner une place aux individus, aux citoyens de toute sorte : « il ne suffit plus d’être passionné de théâtre pour être capable de définir une politique d’accès aux œuvres dramatiques pour un public qui s’étend à la nation tout entière[12] ». La question et le problème « des lieux, des moments et des programmes ne [peuvent] se traiter que compte tenu des modes de loisirs des individus[13] ». Mettre fin à la mainmise des élites sur la culture est la condition permettant de connaître la vie culturelle des individus, leur consommation culturelle. Écoutons Augustin Girard déployer son argument : [la compétition entre les différents types de consommation (culturelle, de biens, de loisirs sportifs)] se traduisant par des chiffres, il est nécessaire – et il devient possible – de quantifier le domaine culturel. Ce que l’on chiffre, ce n’est pas la culture mais les moyens de la culture. Or cette opération, qui paraît barbare à beaucoup, et comme anti-culturelle dans son essence, se révèle la plus profitable qui soit pour la culture : en effet, dès que des statistiques sont établies – il n’y avait pas de statistiques culturelles jusqu’à maintenant – des comparaisons peuvent être faites, soit dans le temps, à l’intérieur d’un même pays, soit de pays à pays. De ces comparaisons on peut tirer des normes, et de celles-ci des critères d’intervention pour la puissance publique. Une certaine objectivité peut s’introduire dans le domaine culturel. Ainsi, par exemple, lorsqu’un groupe d’amis du théâtre demandait au maire d’une ville d’en construire un, il n’avait pour persuader le conseil municipal que la force de sa rhétorique et peut-être quelques arguments électoraux. Avec des chiffres au contraire, il peut montrer ce qui se fait à Leicester, à Malmö ou à Ljubljana, et quel est le niveau de dépenses culturelles normal pour une ville comme la sienne. Le chiffre n’est donc pas sacrilège pour l’action culturelle : il est un de ses outils[14] ».

En cela, le développement des statistiques sur l’art et la culture s’inscrit dans la longue histoire du développement des statistiques. L’histoire des statistiques montre que leur développement est allé de pair avec le développement des États, des capacités à administrer des territoires de plus en plus grands, mais aussi – et c’est essentiel à votre propos – avec la progressive autonomisation de la société par rapport au pouvoir central (au Roi, à l’Empereur). Le siècle de développement des statistiques est le XIXe siècle (avant le XXe évidemment) : siècle de transformation profonde des sociétés, de démocratisation, d’extension des nations, de l’industrialisation, de l’urbanisation, de la montée de la place des sciences et des techniques… mais aussi siècle d’émergence de la « société » comme entité autonome ayant ses propres lois, siècle de l’émergence de la « question sociale » et de son traitement politique[15].

C’est une propriété souvent conférée aux statistiques : permettre de saisir les réalités au-delà des élites, de Paris, des capitales, des administrations centrales. D’ailleurs pour construire des statistiques il faut aller sur le terrain, il faut des relais dans les provinces, il faut des appuis dans toutes les sphères des initiatives culturelles.

Produire des chiffres, des mesures, des statistiques est perçu comme un outil pour l’émancipation, pour la revendication… et non pas, pas seulement en tout cas, comme un outil pour l’oppression et le contrôle. Le chiffre oblige les décideurs à rendre des comptes et peut être un outil pour la revendication. On retrouve ici le type d’argument toujours utilisé pour défendre les statistiques, quel que soit le sujet : c’est par exemple un point avancé par François Héran dans son ouvrage sur la mesure de l’immigration[16] ; c’est également le cas des contestations nées en Californie associées à la publication de chiffres d’exposition au risque sismique des écoles californiennes, malgré des règlements supposés protéger les écoles mais qui étaient largement détournés, contournés[17].

Ainsi les statistiques de la culture et des arts sont perçues comme vecteur de la démocratisation et de l’ouverture à la société.

 

Quels chiffres pour la culture ?

Mais de quels chiffres parle-t-on ? De quoi les statistiques sont-elles l’expression ? Dans l’Annuaire statistique de la culture, couvrant la période 1960-1970, publié sous la direction du secrétariat d’État à la culture en 1975, nous trouvons des chiffres concernant les grands domaines d’action de la politique culturelle : fouilles et antiquités (nombre de demandes d’actes de fouilles, nombre d’acquisitions de terrains et d’occupations temporaires pour les fouilles, effectifs des personnels des circonscriptions archéologiques, montants des crédits) ; archives (nombre de dépôts d’archives, de microfilmages, de communications, de capacités de stockage, nombre d’élèves ayant assisté à des cours organisés par les services éducatifs d’archives, et crédits des archives) ; bibliothèques (nombre de bibliothèques, de publications déposées au titre du dépôt légal, d’acquisitions des bibliothèques, de prêts, d’effectifs des bibliothèques municipales ainsi que de bibliobus) ; phonothèque nationale (nombre de disques déposés, crédits de fonctionnement de la phonothèque nationale) ; monuments historiques (nombre de classements de sites et de monuments historiques et d’objets, de visites payantes, statistiques des personnels et données financières) ; musées (nombre de musées relevant du ministère, statistiques d’acquisitions, nombre de visites payantes) ; statistiques générales des personnels et du budget…

Cet annuaire rassemble des données issues de différents départements, services et directions du ministère : l’Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de la France, le Service des Fouilles et Antiquités, la Direction des Archives de France, la Direction des Bibliothèques et de la Lecture publique du ministère de l’Éducation nationale, la Bibliothèque Nationale, la Phonothèque Nationale, la Direction de l’Architecture, la Caisse Nationale des Monuments historiques, la Direction des Musées de France…

Lors de la troisième édition de cet annuaire, publié sous le titre Des chiffres pour la culture à l’initiative du Service des études et recherches du ministère de la Culture et de la Communication en 1980, la situation est semblable en de nombreux points : il y est question de chiffres relatifs au dépôt légal, au patrimoine, aux monuments, aux volumes d’archives, aux opérations de fouilles archéologiques, aux personnels et aux volumes de dépenses, à l’enrichissement des collections, à l’aide à la création, à la production de livres.

Comme précédemment, il est question de fréquentation des lieux culturels, des musées, des monuments, mais il ne s’agit que de statistiques globales sans distinction selon les catégories de population. Notons par ailleurs que les statistiques sur la télévision, la radio et la presse font leur entrée (volumes de programmes, nombre d’équipements, nombre de redevances, nombre de films diffusés ou encore des recettes, taux d’équipement, de fréquence et de durée d’écoute, nombre de titres de presse, diffusion des journaux, nombre d’abonnements…). Là encore, il ne s’agit que de statistiques globales sans distinction selon les catégories de population.

Un autre point différencie ces deux éditions de l’annuaire statistique de la culture : une rubrique « Pratique culturelle » fait son apparition dans l’édition de 1980, après l’arrivée des enquêtes sur les pratiques culturelles à partir de 1973. Quelques données d’enquêtes et de sondages sur les pratiques culturelles des Français y sont présentées. La rubrique occupe une place très modeste (12 pages sur un volume de 376 pages) mais c’est le signe tangible d’une nouveauté radicale.

Si nous exceptons cette rubrique de taille réduite, il est frappant de constater que les mesures des pratiques des individus ne sont qu’indirectes et que le vœu formulé dans les années 1960 n’est pas encore totalement exhaussé : les informations chiffrées sur les pratiques culturelles des Français n’existent pas encore réellement. Ces pratiques sont perçues à travers le prisme des activités des services et départements du ministère. On ne sait pas ce que les Français lisent, mais on connaît les moyens alloués aux bibliothèques ; on ne sait pas si les Français fréquentent les musées et lesquels le font, mais on a une vision chiffrée des moyens octroyés aux musées ; etc. Nous retrouvons ici un point critique qui ne concerne pas que les chiffres de la culture : il faut toujours distinguer la mesure de l’activité des services de la mesure des usages de ces services. Ainsi, pour faire le parallèle avec un exemple connu, chercher à saisir les activités criminelles ou délictueuses à travers les statistiques des services de police ou de gendarmerie c’est confondre les actes (criminels ou délictueux) avec l’activité des services en charge de la lutte contre ces actes. La prise en compte de la société, des individus, de leurs besoins et de leurs envies, suppose de ne pas se satisfaire des statistiques sur les organismes en charge de l’administration de la société et des individus.

Ces chiffres nous donnent un éclairage de l’activité de l’État en matière culturelle, bien plus qu’ils ne nous renseignent sur les pratiques culturelles. Comme souvent en matière de statistiques ministérielles, il s’agit bien davantage de mesure des activités des services ministériels (de leur vitalité, de leur action… dont ils doivent rendre compte pour continuer à bénéficier du soutien financier de l’État) que de statistiques des usages individuels des services culturels proposés aux citoyens… Tout au plus apprenons-nous quelques informations sur les volumes généraux de fréquentation des musées, des monuments historiques et des bibliothèques. Mais rien n’est dit sur ces individus, sur ces publics… Il faut notamment attendre les enquêtes sur les pratiques culturelles (1973 pour la première édition) pour saisir un peu plus finement les variations sociales, économiques, géographiques, des pratiques et goûts culturels.

 

Quels individus derrière les chiffres ?

Ainsi, en 1973, une enquête sur les pratiques culturelles – nous pourrions dire « réelles » si ce terme ne laissait pas croire que les enquêtes expriment directement la réalité – des Français est-elle introduite. Au-delà des divers types de pratiques culturelles interrogées, il est intéressant de prêter attention à la manière dont sont qualifiés les individus qui répondent aux questionnaires. Que sait-on d’eux ? Quelles informations individuelles sont recueillies par l’enquête ? Derrière ces questions se cache la manière dont les individus sont perçus, qualifiés, situés socialement, culturellement et économiquement par le dispositif d’enquête[18].

En 1973, le questionnaire comporte 22 variables permettant de qualifier les personnes interrogées : 10 questions directes plus 12 questions de quotas et informations notées par l’enquêteur. Il n’y est pas question de la situation du conjoint, de la mère (sauf si le père est inconnu), du pays de naissance, des langues parlées ou connues, du type d’activité, du diplôme du père, des résidents du logement, du revenu[19].

Lors de la vague d’enquête 1981-1982, le dispositif enregistre 28 variables : chacun des parents est qualifié, le lieu de naissance est connu… mais rien n’est collecté sur les langues et très peu de choses le sont sur le conjoint[20].

Et lors de l’édition 2008, le nombre de variables caractérisant la position sociale de l’individu grimpe à 32 (auxquelles s’ajoutent 2 informations saisies par l’enquêteur et 5 variables de quota, soit un total de 39 variables par enquêté). Parmi les informations saisies par le questionnaire, signalons : le pays de naissance ; les langues parlées durant l’enfance ; l’usage d’autres langues que le français ; la situation conjugale ; le nombre de résidents dans le logement ; le nombre d’enfants dans le logement ; leur âge ; leur présence permanente ; le fait d’avoir des enfants ; la situation d’activité ; l’exercice d’une profession ; le secteur d’activité et type d’activité ; le temps de travail ; le type de structure d’emploi ; le temps de transport ; le diplôme ; le domaine du diplôme ; la situation et les caractéristiques du chef de famille ; la présence d’un conjoint ; la situation du conjoint ; les diplômes et profession du conjoint ; des informations sur le père (profession, statut, diplômes, pays de naissance) ; des informations sur la mère (idem) ; des informations sur le logement ; le niveau de revenu… Sans compter toutes les questions sur l’équipement du foyer[21].

L’individu n’est plus seulement interrogé sur ses pratiques culturelles ; il n’est pas seulement positionné par son âge, son sexe et sa catégorie socio-professionnelle… Il devient, à travers l’ensemble des informations recueillies par les enquêtes, un individu resitué dans un environnement complexe (familial, parental, filial, économique, matériel, géographique) dont les questionnaires essaient de saisir la pluralité et la richesse. La connaissance des variations, voire des ressorts des pratiques culturelles, devient plus riche, mais aussi plus complexe. Et l’individu objectivé par l’enquête n’est pas qu’un isolat statistique servant de révélateur de comportements moyens : il est un individu irréductible à quelques variables statutaires, presque unique tant la diversité des traits le caractérisant est grande. Il s’agit d’un « individu statistique individualisé », c’est-à-dire d’une observation statistique dont la pluralité des descriptions tend à atténuer son statut statistique pour en faire un individu au sens politique et sociologique moderne du terme. Mécaniquement, cela conduit à élargir les effectifs des échantillons (2000 individus en 1973, 3000 en 1981, 5000 en 1989, environ 4300 en 1997, 5000 en 2008) et à être de plus en plus exigeant sur les conditions de recrutement et de sélection des enquêtés.

Cette « individualisation de l’individu statistique » peut d’ailleurs venir renforcer les craintes que nos environnements informatiques ont déjà amplifiées en matière de menace sur la vie privée, de protection de la liberté individuelle et de risque d’instrumentalisation (commerciale, politique, idéologique) de données de plus en plus finement saisies et enregistrées.

 

Conclusion

Le développement des chiffres sur la culture et l’art, et plus précisément sur les pratiques culturelles et artistiques des Français, est allé de pair avec le développement des sciences sociales et notamment de la sociologie. Il s’agit probablement d’une dynamique symbiotique : les enquêtes sur les pratiques culturelles ont bénéficié de l’environnement propice aux sciences sociales et de leurs apports méthodologiques ; inversement la sociologie a pu prendre appui sur ces enquêtes pour conquérir de nouveaux terrains d’enquêtes et dispositifs de données fertiles sur les pratiques culturelles[22]. D’ailleurs, l’examen du volume de L’expansion de la recherche scientifique que nous avons largement cité en début de texte confirme ce pronostic : s’y côtoient des textes de Monique et Raymond Fichelet[23] qui se demandent « Qui fréquente les maisons de la culture ? », de Pierre Bourdieu qui décrit « Les musées et leurs publics », ou encore de Paul-Henry Chambart de Lauwe qui décrit « L’évolution des besoins culturels et représentation de la culture » à l’aide d’une enquête par entretiens auprès de 100 personnes. Et, aujourd’hui encore, l’usage de ces données par les sociologues de la culture et les diverses collaborations entre le monde académique et le département des études du ministère attestent de cette fertilité croisée.

Rappelons ici que les Annuaires statistiques de la France, édités annuellement par l’INSEE, ne présentent aucune donnée statistique sur la culture. L’INSEE a toutefois effectué deux enquêtes spécialisées sur les loisirs : l’une en 1967, l’autre en 1987-1988. Ces enquêtes se présentent comme plus vastes que celles du ministère de la Culture puisque ces dernières ne portent que sur les loisirs culturels (et excluent par exemple ce que l’INSEE prend en compte : rencontres sportives ; visites de foire ou de salon ; fréquentation des cafés et restaurants ; visites aux parents ; réparation de la voiture ; pratique de la couture, du jardinage, de jeux de cartes). Par ailleurs, les enquêtes Emploi du temps de l’INSEE (1974-1975 et 1985-1986) fournissent des informations sur les pratiques culturelles et de loisir.

Sur le fond, on retrouve des résultats bien connus des sociologues et des historiens ayant travaillé sur les dispositifs de quantification, de mesure et de mise en statistique du monde[24] : les statistiques se situent à l’interface de la connaissance et de la politique ; les catégories par lesquelles les phénomènes sont saisis sont le produit du travail d’élaboration administrative et de construction savante ; et il y a toujours une tendance à la réification qui conduit à confondre l’indicateur de mesure avec la grandeur mesurée (de ce point de vue les mots introductifs d’Augustin Girard dans son texte de 1964 pointent bien un risque). Tout chiffre est social. Pas seulement parce qu’il mesure un fait social. Mais parce qu’il s’exprime à travers des catégories sociales. Les chiffres de la culture n’échappent pas à cette règle générale.

————————-

[1] Crémieux-Brilhac, Jean-Louis. « Le mouvement pour l’expansion de la recherche et la Ve République », in : La politique scientifique de Pierre Mendès France. Une ambition républicaine, sous la direction de Crémieux-Brilhac Jean-Louis. Armand Colin, 2012, pp. 51-66.
[2] Comité d’Histoire – Ministère de la culture et de la communication-DEPS- Comité d’histoire, « L’invention de la prospective culturelle »,
Culture Prospective, n°1, 2010.
[3] Girard Augustin, « La fin de l’ère des goûts et des couleurs »,
L’expansion de la recherche scientifique, n°21, décembre 1964, p. 3-6, numéro spécial « Des chiffres pour la culture » ; citation p. 1.
[4] Holleaux André, « Des chiffres de la culture »,
L’expansion de la recherche scientifique, n°21, Décembre 1964, p. 1, numéro spécial « Des chiffres pour la culture ».
[5]
Girard, op. cit. p. 6.
[6]
Girard, op. cit. p. 5.
[7] Guy Saez Guy (dir.),
Le fil de l’esprit : Augustin Girard, Comité d’histoire / La Documentation française, 2011, p. 303.
[8] SER – Service des études et de la recherche du Secrétariat d’État à la Culture,
Pratiques culturelles des Français, deux tomes, décembre 1974, tome 1, p. 1.
[9]
SER, op. cit., tome 1, p. 2.
[10]
SER, op. cit, tome 1, p. 169.
[11]
Girard, op. cit., p. 5.
[12]
Girard, op. cit., p. 5.
[13]
Girard, op. cit., p. 5.
[14]
Girard, op. cit., p. 5.
[15]
Pour une histoire de la statistique. Tome 1, Contributions et Pour une histoire de la statistique. Tome 2, matériaux, Paris, INSEE et Économica, 1987. Ainsi que Olivier Martin, L’empire des chiffres, Armand Colin, 2020, chapitre 4.
[16] François Héran,
Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, Paris, La Découverte, 2017.
[17] Sylvain Parasie,
L’info qui compte. Politiques de la quantification dans la presse américaine et française (1957-2015), Mémoire d’HDR, EHESS, 2017.
[18] Les textes d’analyse ou de témoignages de l’histoire des enquêtes sur les pratiques culturelles sont très nombreux. Nous ne citerons, ici, que : Augustin Girard, « Les enquêtes sur les pratiques culturelles » in : Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.),
Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 297-310 ; Olivier Donnat, « Pratiques culturelles des Français : une enquête de marginal-sécant au croisement de la sociologie de la culture, des médias et des loisirs » in : Guy Saez (dir.), Le fil de l’esprit : Augustin Girard, un parcours entre recherche et action, Comité d’histoire / La Documentation française, 2011, pp. 93-111 ; Olivier Donnat, « Les enquêtes de public et la question de la démocratisation » in : Jean-Paul Baillargeon (dir.). Les publics du secteur culturel : nouvelles approches. Québec, Presses de l’Université́ de Laval, 1996. p. 9-19 ; Hervé Glévarec (2012) « L’épistémé de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : référentiel de l’accession, indicateurs de fréquentation et définition de la culture », In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, Paris, 2012-2014.
[19]
Pratiques culturelles des Français, Secrétariat d’État à la Culture, Service des études et de la recherche, deux tomes, décembre 1974.
[20]
Pratiques culturelles des Français. Description socio-démographique. Évolution 1973-1981, Paris, Dalloz, 1982.
[21] Olivier Donnat,
Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La découverte, 2009
[22] Philippe Poirrier. « Les pratiques culturelles au cours des années 1960 et 1970 ». in :
Culture et action chez Georges Pompidou, PUF, p. 123-138, 2000.
[23] Sociologues ayant collaboré avec Guy Michelat et Michel Simon : Guy Michelat, Michel Simon. « Systèmes d’opinion, choix politiques, caractéristiques sociodémographiques : résultats d’une analyse typologique »,
Revue française de science politique, 1974, 24 (1), p. 5-32 ; Bruno Duriez, « Michel Simon (1927-1983), sociologue », Les Nouvelles d’Archimède, n°68, 2015, p. 34-35.
[24] Nous nous contentons ici de renvoyer vers les travaux séminaux d’Alain Desrosières :
La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, la Découverte, 1993 ; L’argument statistique. I, Pour une sociologie historique de la quantification, Paris, Presses des Mines, 2008 ; L’argument statistique. II, Gouverner par les nombres, Paris, Presses des Mines, 2008 ; Prouver et gouverner : une analyse politique des statistiques publiques, Paris, la Découverte, 2014.
Pour une synthèse et une analyse plus générale de la place des chiffres et des rôles de la quantification, voir : Olivier Martin,
L’empire des chiffres. Une sociologie de la quantification, Armand Colin, 2020. Soulignons à ce propos que la sociologie de la quantification de la culture est probablement un des parents pauvres de la sociologie historique de la quantification, comparativement aux travaux sur les statistiques économiques, ou données socio-économiques, aux chiffres sur le travail ou la pauvreté.

 

A la lecture de l’article d’Oliver Martin, Oliver Donnat, sociologue, ancien chargé de recherche au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) et membre du Comité d’histoire du ministère de la Culture, se livre à une réflexion sur les enjeux contemporains de la quantification culturelle : À propos de la quantification de la vie culturelle [lire]



Citer ce billet
chmc2 (2020, 21 octobre). Peut-on mesurer la culture et l’art ? Enjeux et évolutions des mises en chiffres. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrnv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search