À propos de la quantification de la vie culturelle

Suite à la lecture de l’article d’Oliver Martin « Peut-on mesurer la culture et l’art ? Enjeux et évolutions des mises en chiffres » [lire], Oliver Donnat, sociologue, ancien chargé de recherche au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) et membre du Comité d’histoire du ministère de la Culture, se livre à une réflexion sur les enjeux contemporains de la quantification culturelle.

 

Par Olivier Donnat, sociologue, membre du Comité d’histoire du ministère de la Culture

L’article d’Olivier Martin présente le double intérêt de permettre un retour critique sur le texte d’Augustin Girard souvent qualifié de fondateur puisqu’il fut à l’origine de la création du service des études et de la recherche au ministère des affaires culturelles (l’actuel DEPS) et de rappeler combien fut rude le combat qu’il mena pour imposer l’idée que la politique culturelle ne pouvait ignorer les acquis des sciences humaines et statistiques.

Aujourd’hui, dans le domaine culturel comme ailleurs, le chiffre s’est imposé dans les discours des acteurs économiques et des responsables politiques. Les indicateurs de performance, les chiffres de fréquentation ou d’audience, les données en termes d’emplois ou de retombées économiques, etc… sont omniprésents. Toutefois, le fait que la culture du chiffre a incontestablement gagné la partie ne doit pas faire penser que les réticences des milieux culturels à l’égard de l’approche statistique ont disparu. Elles sont souvent présentes de manière plus ou moins explicite derrière des affirmations comme « la culture n’est pas une marchandise » ou « les pratiques culturelles ne sont pas des consommations » ou à travers l’insistance mise sur l’irréductible singularité des comportements et des goûts en matière culturelle. Le régime de singularité (N.Heinich) si prégnant dans le monde de l’art et de la culture demeure foncièrement étranger sinon hostile aux régularités statistiques que mettent en évidence les enquêtes quantitatives.

Il parait important à cet égard de souligner qu’Augustin Girard dans le texte publié par L’expansion de la recherche scientifique parle de quantifier le domaine culturel et non simplement de produire des chiffres. La différence est de taille, comme n’a cessé de le rappeler Alain Desrosières : toute entreprise de mesure opère en effet un travail de construction du réel à travers les conventions et les nomenclatures qu’elle mobilise. La quantification opère toujours un double mouvement, d’abord du monde des mots vers celui des chiffres au moment de la construction des données et des indicateurs, puis du monde des chiffres vers celui des mots au moment de l’interprétation, ce qui exige dans tous les cas trois séries d’opérations : d’abord établir des conventions, puis mesurer et enfin interpréter les écarts observés.

C’est pourquoi Augustin Girard était intimement convaincu que le travail de quantification était trop important pour être laissé aux seuls statisticiens, d’où le lien qu’il a toujours veillé à maintenir entre statistiques et recherches : sans hypothèse, pas d’enquête et sans problématique, pas d’interprétation des résultats. Il pensait que le chiffre était une arme pour affronter les ennemis extérieurs (notamment le ministère des finances…) mais également pour mener des combats internes au profit d’une autre politique (plus démocratique) mais, si son projet consistait bien à mettre en place un cadre statistique national dans une perspective d’aide à la décision politique, il inscrivait celui-ci dans une perspective plus générale : faire en sorte que les réflexions sur la politique culturelle s’enrichissent de l’ensemble des acquis des sciences humaines.

L’éclairage qu’apporte Olivier Martin sur la naissance des statistiques culturelles invite à réfléchir au chemin parcouru au cours des dernières décennies et à s’interroger sur les enjeux actuels attachés à l’entreprise de quantification des faits culturels.

Il me semble possible de distinguer trois périodes. La première, celle de l’âge d’or des pionniers, s’ouvre avec le texte d’Augustin Girard. C’est le temps de l’accumulation primitive des données et de la quantification militante, où des planificateurs positivistes cherchent à moderniser l’administration française en profitant de la montée en puissance des sciences humaines, notamment de la sociologie. Tout ou presque est alors à construire dans le domaine culturel : mise en place des premières enquêtes nationales, recueil et harmonisation des données disponibles dans le cadre national, premières tentatives de comparaison internationale.

Une nouvelle période s’est ouverte au début des années 1980 avec l’augmentation considérable des moyens financiers et humains consacrés aux études et à la recherche, qui s’est traduite par un renforcement des dispositifs statistiques et une multiplication des enquêtes de terrain et des travaux académiques, notamment en économie de la culture. La culture du chiffre s’est alors très rapidement diffusée dans un contexte particulièrement favorable en raison du développement des sondages et des facilités de production et de traitement des informations offertes par la micro-informatique mais aussi des transformations profondes de la communication politique en lien avec celles du paysage médiatique : le recours aux statistiques s’est banalisé tandis que l’attention portée aux conditions de leur production tendait à s’effacer.

Puis, depuis la fin du siècle dernier, la révolution numérique a créé une nouvelle situation dont on peine aujourd’hui encore à cerner les contours. La multiplication exponentielle des données observée ces dernières années, qu’il s’agisse de données de gestion produites par les administrations, des indicateurs de performance mis en place pour évaluer l’efficacité des services publics ou des données de marché relatives aux consommations ou aux usages des outils numériques, fait que le statut du chiffre est désormais très différent de celui qui était le sien dans les années 1960. Il apparait aujourd’hui beaucoup plus comme un outil de gouvernement et de contrôle qu’un outil de connaissance et d’émancipation, comme le pensaient les militants de la statistique publique dont faisait partie Augustin Girard. Certes, comme le disait joliment Alain Le Diberder à l’occasion de la journée de départ à la retraite d’Augustin Girard « le chiffre est vilarien, car il élargit le cercle des initiés »[1], mais il est aussi, comme le rappelle Olivier Martin, souvent (toujours ?) un outil au service du pouvoir, qu’il soit politique ou économique.

La situation actuelle pose de nombreux défis à la statistique publique, et le domaine culturel apparaît à cet égard en première ligne à double titre : d’abord parce qu’il a été un des secteurs le plus précocement et le plus radicalement transformé par la révolution numérique et ensuite parce que la définition de son périmètre et de son contenu est loin de faire consensus ; elle est au contraire l’enjeu de luttes symboliques (mais aussi économiques…) permanentes entre les chercheurs mais aussi entre les acteurs du domaine.

Beaucoup de consommations culturelles ne donnent lieu aujourd’hui à aucun paiement à l’acte parce qu’elles sont libres d’accès ou inscrites dans des formules d’abonnement à des plateformes localisées à l’étranger et/ou non répertoriées comme relevant du domaine culturel. Ceci contribue à brouiller la définition des secteurs économiques du monde physique et rend en partie caduc un appareil statistique public élaboré pour mesurer des personnes et des marchandises physiques dans un cadre national. Ainsi, pour ne prendre que deux exemples, la presse est aujourd’hui lue pour une bonne part sur les réseaux sociaux et les plateformes d’écoute musicale comme Spotify ou Deezer sont considérées comme exerçant à titre principal une activité de programmation informatique. La mesure de la réalité des faits s’avère de ce fait particulièrement problématique, qu’il s’agisse d’évaluer les flux économiques générés par la culture ou l’évolution des comportements des consommateurs.

Par ailleurs, l’appareillage statistique a été élaboré dans un cadre national par les établissements publics, en premier lieu l’INSEE qui établissait les nomenclatures, par exemple celle des activités et des produits (NAP) ou celle des catégories socio-professionnelles (PCS), et exerçait un contrôle assez serré sur la qualité des enquêtes ministérielles à travers des instances ad hoc comme le comité du label. Or, le développement exponentiel des data de ces dernières années fait qu’une grande partie des outils de connaissance sont désormais la propriété d’entreprises privées, si bien que les catégories de pensée sont désormais définies beaucoup plus par les acteurs de marché que par le passé et de ce fait beaucoup plus sensibles aux effets de mode et aux nécessités du marketing.

En un mot, le nouveau champ d’exploration offert par les open data répond à des règles différentes de celles qui prévalaient au siècle dernier : nous sommes passés de la pénurie à la profusion, les données sont désormais massives, elles débordent souvent le cadre national et/ou sont la propriété d’entreprises, elles ont été construites selon des conventions souvent difficilement généralisables et le travail à mener pour les rendre exploitables à des fins de connaissance est souvent considérable, hors de portée des chercheurs. De plus, l’esprit du temps attaché aux open data relève d’une nouvelle forme de positivisme qui tend à oublier que « les données ne sont jamais données » mais toujours construites à travers des catégories plus ou moins solides et pérennes et en fonction d’objectifs plus ou moins explicites.

Dans un tel contexte, la statistique publique a plus que jamais un rôle déterminant à jouer pour assurer la pérennité et la comparabilité des données : garantir la continuité des séries par rapport à celles construites dans le monde physique et travailler à l’élaboration d’un cadre adapté au numérique et à la globalisation économique constitue un défi majeur pour les années à venir.

La profusion des données disponibles exige de redoubler d’efforts en matière de réflexivité sur leurs conditions de production et de développer des compétences au croisement de l’informatique et des sciences humaines pour les organiser, les exploiter et les interpréter. Et bien entendu, les facilités toujours plus grandes d’accès aux données et les besoins toujours plus pressants de la communication politique appellent également un renforcement de l’attention portée aux exigences scientifiques.


[1]Trente ans d’études au service de la vie culturelle. Table ronde 8 mars 1993.

 

Peut-on mesurer la culture et l’art ? Enjeux et évolutions des mises en chiffres, par Olivier Martin [lire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search