Le Comité d’histoire et HEnsA20 : une longue et riche collaboration

Par Arlette Auduc, conservatrice en chef honoraire, correspondante Patrimoine au Comité d’histoire et membre du comité de pilotage du programme HEnsA20

Pourquoi le Comité d’histoire a-t-il soutenu et coordonné le programme de recherche HEnsA20 sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture en France au XXe siècle ?

Ce projet de recherche nous permet d’avancer dans la connaissance d’une politique publique encore mal connue, celle de l’architecture. Peu étudiée, quelque peu erratique, prise entre Équipement et Culture sans qu’une définition claire en soit donnée, il faut attendre la thèse d’Éric Lengereau et sa publication par le Comité d’histoire pour que la question d’une politique de l’architecture devienne véritablement un objet de recherche historique. Éric Lengereau a continué à tracer son chemin et le Comité a publié son nouvel ouvrage sur l’action des 12 directeurs de l’architecture s’étant succédé depuis 1959, ouvrage écrit à partir des entretiens oraux qu’il a réalisés auprès d’eux[1].

En quelques années donc, notre connaissance de la politique publique de l’architecture s’est approfondie, d’autant que, parallèlement, d’autres recherches ont été menées. Je rappelle pour mémoire, la journée d’étude sur la loi de 1977[2] publiée sur le carnet de recherche et qui a débouché sur une collaboration qui se poursuit avec l’académie d’architecture avec laquelle un séminaire sur l’œuvre de Max Querrien, premier directeur de l’architecture, a été organisé en hommage lors de sa disparition[3].

Dans cette histoire de la mise en œuvre d’une politique publique de l’architecture, celle de l’enseignement occupe une place centrale que le projet HEnsA20 nous permet d’approfondir :

  • D’abord en situant son étude dans le temps long : l’ensemble du XXe siècle et pas simplement le « moment 68 et ses prolongements » auxquels on voudrait quelques fois le résumer. Il nous appartient de nous situer dans la continuité, dans l’héritage qui, de l’Ancien régime académique, en passant par le XIXe siècle bien plus étudié, jusqu’aux UP[4] et aux ENSA nous permet un point de vue plus large. Ainsi ressortiront les transmissions, la permanence des grands débats et des enjeux de société, rompue régulièrement par quelques soubresauts plus ou moins violents, de la réforme ratée de Viollet-le-Duc en 1863 aux mouvements de contestation de la 2e partie du XXe siècle.
  • Cette question de l’enseignement de l’architecture permet de mettre les écoles au centre du projet. Pour le Comité, c’est un réseau nouveau qui reste largement à connaître. Avec elles, nous avons naturellement beaucoup à apprendre parce qu’elles placent la question du territoire au cœur de leurs préoccupations.
  • La place de cette question de l’enseignement de l’architecture est centrale aussi parce qu’elle permet d’élargir la question des politiques culturelles à de nouveaux enjeux, plus globaux. Elle oblige à se poser la question du cadre de vie et de sa qualité, d’aborder la question du logement et de la construction et, même si le terme est en passe d’être galvaudé, celle du développement durable. Vaste programme, que de laisser entendre que la question de la qualité, du sensible, de l’esthétique, bref, de la culture devrait irriguer toutes les interventions publiques. Par ailleurs, les appels à projet transversaux mettent en avant quelques grandes et larges thématiques de recherches. Les réponses à chaque fois plus nombreuses qu’ils suscitent et leur qualité sont la preuve de l’intérêt du programme, de ses résonances et de son installation dans le paysage de la recherche.

Autre dimension de ce programme qui mobilise le Comité d’histoire du ministère de la Culture, celle des relations avec la profession : une profession organisée, militante, tout autant que nombreuse et divisée. L’histoire telle qu’elle est racontée nous dit que ces relations ont toujours été faites de craintes comme d’espoirs partagés. Aujourd’hui les débats se sont largement déplacés sur le terrain de la décentralisation des compétences qui ont rendu plus aiguës encore les questions de qualité et d’aménagement du territoire. Et c’est bien cette question du rôle des collectivités dans la mise en œuvre de la politique de l’architecture qui est au cœur de nos réflexions aujourd’hui.

Pour toutes ces raisons, le Comité d’histoire a souhaité, dès qu’il a été contacté par les responsables scientifiques du projet, s’investir dans son développement, au-delà d’un simple soutien financier, en y prenant une part active.

La spécificité et les compétences internes du comité nous ont permis de nous saisir très tôt de la question des archives auxquelles a été consacré le colloque de lancement du projet de recherche, en février 2016[5], à la Cité de l’architecture et du patrimoine, dont les Actes ont été publiés sur le carnet de recherche du Comité d’histoire « Politiques de la culture »[6] et sont également en partie accessible sur HAL.

Constituer des sources : guide et entretiens

Nous avons sollicité l’expertise de la Mission des archives du ministère qui a sensibilisé les écoles à cette question essentielle pour la recherche et qui a rappelé à chacun les obligations fixées par la loi en matière de recensement, de conservation et de dépôt des archives. Pour aider les futurs chercheurs, le Comité d’histoire, a pris en charge l’élaboration d’un guide des sources archivistiques en ligne[7]. Ont été recensés plus de 900 fonds dispersés dans plus de 180 services. Ce guide est aujourd’hui actualisable et consultable par le plus grand nombre

Le Comité d’histoire a par ailleurs mené depuis les origines du projet une campagne d’archives orales afin de recueillir et de conserver le témoignage des acteurs et des responsables de l’enseignement de l’architecture, en charge de cette politique jusqu’à la fin des années 1990. Vingt-et-un entretiens ont été menés avec les anciens directeurs de l’architecture et leurs collaborateurs responsables de l’enseignement, trois anciens directeurs de l’École de Chaillot, quelques enseignants majeurs et quelques élèves à des périodes clés. Ces entretiens font l’objet de fiches consultables sur le catalogue des bibliothèques patrimoniales accessible en ligne[8].

Ce faisant, une méthodologie a été mise au point : grille thématique d’entretien, questionnaire adapté à chaque interlocuteurs, fiche chrono-thématique préalable à la mise en ligne. Elle a été mise à disposition des écoles qui voulaient mener leurs propres entretiens de façon à pouvoir les intégrer dans la base. L’ensemble des entretiens est consultable au centre de documentation du comité d’histoire.

 

[1] Architecture, urbanisme et pratiques de l’État, 1960-2010, Comités d’histoire du ministère de la Culture, du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de la Cohésion des territoires, La Documentation française, 2017, 312 p (https://www.culture.gouv.fr/Nous-connaitre/Decouvrir-le-ministere/Histoire-du-ministere/Ressources-documentaires/Publications/La-collection-Travaux-et-documents/Architecture-urbanisme-et-pratiques-de-l-Etat-1960-2010)
[2] 1977-2017, les quarante ans de la loi sur l’architecture (actes de la journée d’étude du 11 janvier 2017) https://chmcc.hypotheses.org/2808
[3] https://chmcc.hypotheses.org/9065
[4] Unités pédagogiques d’architecture
[5] L’enseignement de l’architecture au XXe siècle. Quelles sources ? Quelle histoire ?, colloque d’ouverture organisé les 19 et 20 février 2016 à la Cité de l’architecture et du patrimoine et à l’ENSBA et l’ENSA Paris-Malaquais (https://chmcc.hypotheses.org/1684)
[6] https://chmcc.hypotheses.org/3322
[7] https://gtc.hypotheses.org/histoire-de-lenseignement-de-larchitecture
[8] https://panam.culture.fr/cgi-bin/koha/opac-search.pl?idx=index-lien-desc&q=136294&offset=0&sort_by=relevance_dsc

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search