Une invitation au dialogue : André Chastel, portrait d’un historien de l’art…

André Chastel, portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, par Dominique Hervier et Eva Renzulli, avec la participation de Sébastien Chauffour, Sophie Derrot, Florence Descamps et Pierre Vaisse, préface de Maryvonne de Saint Pulgent, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture/La Documentation française, « Travaux et documents », 2020, 456 p., ills.

 

Isabelle Chave, conservateur en chef du patrimoine, après avoir lu cet ouvrage invite à dialoguer sur ce portrait et ses composantes ; dialogue qu’engage Dominique Hervier, conservateur général du Patrimoine (H) et correspondante du Comité d’histoire, avec l’historien de l’art Daniel Rabreau.

 

Isabelle Chave, conservateur en chef du patrimoine, cheffe du Bureau de la conservation des monuments historiques mobiliers, Direction générale des Patrimoines et de l’Architecture (ministère de la Culture).

Pour marquer le trentième anniversaire du décès d’André Chastel, le Comité d’histoire du ministère de la Culture vient d’accueillir dans sa collection « Travaux et documents » un quarante-deuxième volume, original et passionnant, qui vise à tracer le portrait d’un historien d’art exceptionnel et d’une large autorité, avec toutes les nuances permises lorsque les archives orales viennent éclairer les sources écrites. Depuis sa création en 1993, le Comité a ainsi conduit une quinzaine de recueils thématiques ou monographiques de témoignages oraux (hauts fonctionnaires, conservateurs de l’Inventaire, architectes, universitaires…), mais aucune de ces campagnes n’avait eu, comme celle consacrée à André Chastel, pour objet principal l’histoire de l’art.

Après quelques courtes années de maturation, c’est en 2014 que le projet Chastel, après le centième anniversaire de sa naissance marqué en 2012 par plusieurs manifestations, est inscrit dans la programmation du Comité, avec l’idée que cette collecte d’archives orales sur son œuvre puisse, quelque jour, être restituée sous forme de livre : une manière de portrait d’André Chastel par ses contemporains. La démarche de collecte des archives orales autour d’André Chastel s’est renforcée grâce au partenariat de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (2014), à la convention signée avec l’École nationale des chartes (2015) et à l’appui de l’École pratique des hautes études (programme Histara). Accompagné de bout en bout par Florence Descamps, vice-présidente du Comité d’histoire, le chantier a été confié à Dominique Hervier, historienne de l’art, conservateur général honoraire du patrimoine et ancienne élève d’André Chastel, qui publie aujourd’hui, avec Eva Renzulli, docteur en histoire de l’art et chargée de conférences à l’École pratique des hautes études, cet ouvrage venu clôturer la campagne pluriannuelle, avec la vocation de présenter, selon l’approche la plus vivante possible, la carrière de l’historien de l’art, depuis ses débuts et dans sa globalité.

S’appuyant sur les témoignages de près d’une trentaine d’acteurs[1], qui ont livré leurs souvenirs et leurs points de vue tant sur Chastel même que sur trois décennies, des années 1950 au début des années 1980, vécues dans son compagnonnage, l’ouvrage démontre avec brio ce que l’intrication, fine et bien menée, des sources manuscrites, des sources d’archives (sa correspondance, souvent inédite, avec des conservateurs et des historiens de l’art ou du patrimoine du monde entier : on estime à plus de deux mille le nombre de ses correspondants), des sources imprimées, des témoignages oraux et des entretiens audiovisuels de diverses provenances[2] peut apporter à l’écriture de l’histoire et au travail biographique. Organisé en quatre parties, il s’ouvre sur la fabrique du projet testimonial, puis éditorial, dans une approche davantage méthodologique et heuristique : comment reconstituer un passé aussi récent ? Les heures de confidences et d’entretiens, radiophoniques ou filmés, accordées par l’historien de l’art de son vivant, les collections de témoignages oraux constituées pour l’histoire de l’art (telle la collection ministérielle « Les inventeurs de patrimoines ») et les archives privées écrites d’André Chastel et de son entourage sont tour à tour décrites et étudiées, en précisant, par un examen critique et détaillé, leur apport, leur éventuelle subjectivité ou leur caractère partiel.

Témoigner sur André Chastel, c’est inévitablement évoquer la fondation du ministère de la Culture par André Malraux, puis ses ministres successifs ; aborder la politique de protection des monuments historiques ; revenir sur la création de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France et son déploiement progressif sur le territoire national ; évoquer le développement des services culturels et patrimoniaux, de leurs outils scientifiques et d’expertise, mais aussi de leurs actions d’éducation artistique ; rendre compte de la place de l’architecture et de l’urbanisme dans la France des Trente Glorieuses et souligner, enfin, à travers l’élan connu par son enseignement universitaire et académique, le développement de l’histoire de l’art en France, depuis sa situation dans les années 1950, décrite dans le prologue si explicite de Pierre Vaisse. Toutes ces dimensions sont embrassées par cet ouvrage, d’une grande densité, sans pour autant dissimuler les domaines que les témoignages rassemblés ne permettent pas de documenter et qu’il restera à compléter : le regard de l’homme privé et de l’acteur public sur les grands jalons de la seconde moitié du XXe siècle (guerre 1939-1945, construction de l’Europe, naissance de la Ve République, crise de Mai 68…) ou encore le rayonnement international des travaux de l’historien de l’art…

La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à l’enseignement dispensé par Chastel, comme professeur et directeur de recherches, à l’École pratique des hautes études et à la Sorbonne, puis au Collège de France, et à sa contribution au développement de la recherche, à travers le Centre de recherches sur l’histoire de l’architecture moderne (Crham), laboratoire du Cnrs. La troisième partie, « Une vie pour le Patrimoine », rassemble et commente les témoignages recueillis sur les Monuments historiques, ses dispositifs (secteurs sauvegardés) et ses instances (Commission des monuments historiques), et sur l’Inventaire général. Enfin, les « clés de la notoriété et du pouvoir » de l’historien de l’art sont proposées dans la quatrième partie : son esprit cosmopolite et sa culture européenne, ses activités de journaliste (Le Monde) et d’éditeur (Revue de l’art), et ses efforts jamais relâchés pour construire la reconnaissance de sa discipline. Loin de tomber dans l’écueil de l’hagiographie, chaque chapitre propose un texte contrasté, émaillé de nombreuses citations, et une mise en dialogue précise, rendant compte tout autant de la complicité de certains liens interpersonnels que des jugements parfois sévères sur la personnalité si forte d’un André Chastel tour à tour pédagogue, entrepreneur, savant, écrivain, chroniqueur.

Du collège jésuite de la rue de Madrid vers 1924 à sa réception à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1975, le cahier d’illustrations placé en fin d’ouvrage dévoile de manière incarnée et vivante les cercles intellectuels et amicaux de l’historien de l’art et de l’animateur d’associations professionnelles, à l’occasion de voyages d’étudiants, de stages et d’inaugurations de commissions régionales de l’Inventaire général, d’excursions de conservateurs et de confrères, des congrès de sociétés savantes, de colloques internationaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance ou du Comité international d’histoire de l’art. À cet aperçu d’une sociabilité savante et internationale animée par une figure charismatique s’ajoutent une quinzaine de portraits des témoins questionnés.

L’ouvrage est enrichi de multiples annexes : repères chronologiques, indiquant les principaux jalons de l’existence de Chastel, rapportés aux faits marquants contemporains ; notices biographiques sommaires des vingt-six témoins, conçues en fonction de la campagne d’archives orales et des rapports de chacun avec André Chastel ; références de leurs dossiers de correspondance, conservés dans le fonds patrimoine et dans les archives Chastel de la Bibliothèque de l’INHA, catalogués dans la base de données Agorha. L’exploitation des sources et des témoignages a permis d’établir aussi, de la manière la plus complète possible, la chronologie et les sujets des cours, conférences et séminaires dispensés par André Chastel à l’École pratique des hautes études (1951-1979), à l’Institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne (1955-1970) et au Collège de France (1971-1984). Ces annexes sont complétées par des références bibliographiques et deux indices des noms de personnes et de lieux.

Sur le plan méthodologique, cette somme donne à voir l’exemplarité de la conduite d’un programme d’archives orales. Pour en approfondir la découverte, on renvoie donc volontiers aux pages Les archives orales autour d’André Chastel du site ministériel. La collecte initiale d’archives orales conservatoires et patrimoniales autour d’une personnalité majeure, accompagnée d’un projet pilote de mise en ligne d’extraits oraux (qu’il faut espérer voir un jour devenir opérationnel), s’est vite enrichie d’un programme de recherche sur André Chastel, historien de l’art et acteur public, en croisant archives écrites, conservées pour parties à l’INHA (bibliothèque de l’INHA et Centre André-Chastel), et témoignages oraux rétrospectifs. Le comité de pilotage instauré a suivi l’élaboration du questionnaire et la rédaction des fiches chrono-thématiques et des contrats. Le modèle de la convention de communicabilité et d’exploitation passée avec les témoins de la campagne d’archives orales 2014-2017 est d’ailleurs proposée en fin d’ouvrage.

[1] Jean-Pierre Babelon, Françoise Boudon, Monique Chatenet, Bruno Foucart, Christoph Luitpold Frommel, Marc Fumaroli, Jean Guillaume, Françoise Hamon, Dominique Hervier, Bertrand Jestaz, Jean-Michel Leniaud, Françoise Levaillant, Christiane Lorgues, Claude Mignot, Jean-Marie Pérouse de Montclos, Monique Mosser, Christian Pattyn, Gérard Régnier dit Jean Clair, Daniel Rabreau, Pierre Rosenberg, Maryvonne de Saint Pulgent, Willibald Sauerländer, Dominique Schnapper (en outre témoin par procuration d’Antoine Schnapper décédé en 2004), François Souchal, Bernard Toulier et Henri Zerner.
[2] Christian Pattyn, Gérard Régnier dit Jean Clair, Daniel Rabreau, Pierre Rosenberg, Maryvonne de Saint Pulgent, Willibald Sauerländer, Dominique Schnapper (en outre témoin par procuration d’Antoine Schnapper décédé en 2004), François Souchal, Bernard Toulier et Henri Zerner.

——-

Isabelle Chave, par le titre de la présentation de l’ouvrage publié ci-dessus, invite explicitement au dialogue et aux échanges autour de ce personnage exceptionnel que fut André Chastel.

Daniel Rabreau [1], historien de l’art, professeur honoraire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Dominique Hervier, conservateur général du Patrimoine (H), correspondante du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la communication, ont bien voulu pour le carnet de la recherche échanger quelques propos. Les connivences qu’ils révèlent et la franchise dont ils font preuve ne peuvent que nous faire souhaiter qu’ils incitent d’autres chercheurs à exprimer leurs points de vue -consensuels ou dissonants- sur le personnage d’André Chastel, sur la période -les Trente Glorieuses– ou encore à propos de la méthode –témoignages oraux et sources écrites– utilisée dans l’ouvrage.

Daniel Rabreau : J’ai déjà eu l’occasion de te dire et de t’écrire tout l’intérêt que j’ai éprouvé à la lecture de l’ouvrage que tu cosignes avec Eva Renzulli ; en le parcourant, de nombreux souvenirs me sont revenus, si prégnants que je suis en train d’en écrire un recueil dont le titre sera « Le Maître » !

André Chastel a été pour moi un maître : formateur, incitateur, lanceur et protecteur de carrière dans le sillage de son propre rayonnement. On ne caractérise pas l’individu, le modèle parmi ses admirateurs, le faiseur de disciples. Mais par reconnaissance, quand on a bénéficié de son attention constante et dynamique, il est juste de rendre hommage à ses dons à travers l’énoncé de mes souvenirs personnels et j’ai retrouvé à travers plusieurs des témoignages que vous avez toutes deux recueillis puis mis en situation dans l’exposé des différents thèmes – enseignement, recherches, défense du patrimoine, édition – l’expression des mêmes sentiments de gratitude ou d’admiration. En même temps, il est patent que chacun des témoins n’a participé qu’à un ou deux des axes de l’activité de Chastel et n’avait pas d’idée vraiment précise sur l’ensemble. Leur vision du maître est surtout nourrie par le domaine dont ils ont été responsables : je pense ainsi à Jean Guillaume pour les colloques de Tours, à Françoise Boudon et Françoise Hamon piliers du CRHAM, à Jean-Marie Pérouse de Montclos à l’Inventaire Général. C’est en combinant tous ces regards que vous êtes parvenues à tracer un portrait de Chastel très complet mais nuancé. Fascinant, quand on y repense, cet universitaire qui faisait adhérer l’austère communauté scientifique du pays (le CNRS) et le ministre de De Gaulle, André Malraux, à sa vision d’une discipline à régénérer, à développer et à rendre, politiquement, utile ! Il y a toujours eu du patriotisme chez Chastel.

Cependant, si tu le veux bien, j’aimerais te faire part de l’interrogation que le titre de l’ouvrage suscite chez moi. D’emblée, en consultant la table des matières, il m’est apparu que la carrière scientifique de Chastel n’y avait aucune place alors que le titre affichait clairement ce qui était la fierté de Chastel, être un historien de l’art. Alors pourquoi avoir choisi ce titre ? Comment le justifies-tu ? « André Chastel, portrait d’un historien de l’art » ? Pourquoi avez-vous fait l’impasse sur son œuvre savante ?

Dominique Hervier : Tu sens bien l’ambiguïté de ce titre par rapport au contenu de l’ouvrage. Nous l’avons choisi comme le dénominateur le plus large : ceux pour qui ce nom dit encore quelque chose assimilent Chastel à l’histoire de l’art. Les autres qualificatifs auraient été réducteurs. Il n’en demeure pas moins que ce volume devrait avoir un second versant. Je crois qu’Eva Renzulli, grande admiratrice de ses ouvrages et de ses articles savants, a profondément regretté que nous n’analysions pas son œuvre. J’ai dû pour ma part faire preuve de pragmatisme : dans le temps imparti pour l’écriture, il était inenvisageable de traiter le savant. Je considère d’ailleurs que Chastel lui-même a fait le bilan de ses recherches dans la magnifique introduction aux deux volumes de Fables, formes et figures. Il y explique le cheminement de sa pensée, de son rapport à l’œuvre et à son époque. Il y aurait eu à partir de ces volumes, de ses cours publiés, de ses grands ouvrages de synthèse sur l’art italien et l’art français à mettre en perspective son rôle de savant curieux de tant de domaines. Il me semble que pour le faire avec honnêteté, il conviendrait de rassembler une équipe parmi les spécialistes actuels des thèmes qu’il a abordés et de se livrer à une vaste mise à plat. Le colloque de 2012 -les Actes en sont parus en 2015- par une première approche de certains volets de la production intellectuelle de Chastel en a donné une première idée. Il faudrait également que le travail soit conduit en Italie où la réception de Chastel est un phénomène qui défie le temps. Le recueil de la correspondance échangée entre Chastel et les Italiens publié en 2019 par Eva Renzulli et Laura de Fuccia ouvre des perspectives innombrables.

D’autre part, il m’a semblé que ces entretiens oraux, point de départ de ce livre, n’étaient pas adaptés à présenter le bilan d’une œuvre savante. Les témoins portent des jugements mais n’évaluent pas la teneur savante des articles et des ouvrages Lorsqu’en 2009, Jean Miguel Pire interroge Pierre Rosenberg dans un entretien qui concerne Chastel, celui-ci lance « c’est un médiateur », « il est plus universitaire qu’attributionniste », « il ne connait pas le monde des collectionneurs ni de celui des marchands ». Le jugement parfaitement exact demanderait alors à être mis en perspective. Vraiment, il faut souhaiter que l’histoire de la carrière scientifique de Chastel soit entreprise, mais elle dépassait nos uniques capacités.

Daniel Rabreau : Abordons maintenant la méthode mise en œuvre de façon systématique – coupler archives orales et sources écrites – qui a permis de tracer ce portrait « avec mains ». Il me semble que dans le domaine de l’histoire de l’art, elle n’a guère été jusqu’ici utilisée de façon aussi systématique. Bien évidement parce que le témoignage oral n’existe que depuis l’invention de l’enregistrement et ne peut concerner qu’un passé récent. Certes, dans d’autres disciplines, la pratique des enregistrements oraux se répand depuis l’enquête pionnière de Dominique Schnapper sur les débuts de la sécurité sociale (au début des années 1970) et les enquêtes lancées ensuite par Guy Thuillier et Florence Descamps sur la haute administration. Mais avec l’enquête sur Chastel et son entourage pilotée par le Comité d’histoire du ministère de la Culture, tu as très vite senti qu’il faudrait combiner ces récits avec des sources d’une autre nature pour parvenir à contextualiser les témoignages oraux, voire enrichir leur apport. C’est ainsi qu’Eva Renzulli a relevé les correspondances échangées par Chastel, aujourd’hui consultables à la bibliothèque de l’Institut national du de l’histoire de l’art (INHA), que tu as scruté les archives des fonds de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP). Tu as eu également la chance de retrouver les archives administratives du CRHAM, soigneusement conservées au fil des années par Françoise Boudon puis oubliées, après le déménagement du CRHAM rue Vivienne, dans le sous-sol de l’INHA.

Dominique Hervier : Ce mode opératoire s’est révélé fécond, il a effectivement permis de mettre en lumière à travers des faits oubliés la stratégie de Chastel et de faire surgir des aspects peu connus de la plupart d’entre nous. Ainsi, pour créer l’Inventaire général, il s’appuie sur le ministère de la Culture en même temps que sur le CNRS ; sa Chronique au Monde est recyclée dans des revues d’art comme par exemple Médecine de France. Il propose à ces revues de leur fournir des articles de ses élèves mais aussi de Grodecki ou de ses amis italiens. Les procès-verbaux de la société française d’archéologie, archivés et numérisés par les soins de la MAP, ont rappelé qu’il a fait partie du conseil d’administration de cette société, ce que tout le monde avait oublié.

Daniel Rabreau : Et cependant, si tu as voulu aborder ce passé récent en historiographe, en recherchant l’impartialité aussi bien du côté des témoins que de celui de Chastel, tout ne peut pas être dit parce que ce passé est précisément trop proche et, en maints endroits, je sens les non-dits. Alors n’est-ce pas dangereux de risquer des erreurs d’interprétation ? Certes, tu suggères quelles ont pu être les motivations de Chastel dans telle ou telle occasion mais je regretterais que cette méthode allusive ne laisse sur leur faim ceux qui ne savent pas ce qui réellement s’est produit. Par exemple, la grande querelle avec Georges Wildenstein. En fait peut-on, lorsqu’on a comme toi une formation d’historienne, écrire sur un passé si proche ?

Dominique Hervier : L’entreprise était risquée, j’en conviens. Le résultat pourra être qualifié d’insuffisant. Précisément parce que les acteurs sont encore bien vivants, ils ne se priveront pas de souligner les erreurs d’interprétation dans leurs propos et les sujets non traités ou effleurés alors qu’ils auraient mérité de l’être. Tu m’as ainsi rappelé l’intérêt que Chastel a pris au développement du GHAMU ; l’importance de la querelle du déménagement des vestiges de Gaillon dans la cour de l’École des Beaux-arts à Paris ; Jean Wirth regrette que la bataille des Halles ne soit pas traitée. Christian Pattyn aurait plusieurs points à préciser.
Ce qui m’a décidé, à pertes et profits, c’est la rareté des travaux historiographiques autour des grands historiens de l’art, en France du moins ; à part Focillon, Hautecoeur, Sterling tout reste à faire sur la génération du XXe siècle. Si le beau numéro d’hommage à Chastel que la Revue de l’art a publié en 1993 a mis en place tous les thèmes que nous traitons, thèmes repris dans les actes du colloque de 2012 organisé pour le centenaire de sa naissance, beaucoup de sujets pouvaient donner matière à des approfondissements. Le registre est d’ailleurs davantage celui de l’hagiographie que celui de l’histoire ; on apprend même aujourd’hui qu’une censure s’est exercée à l’époque à l’encontre de certains faits. Disons que notre approche, à n’en pas douter, devra être reprise d’ici quelques années.
Nous avions la conviction qu’il fallait poser des jalons et montrer combien la discipline avait besoin qu’on lui construise une mémoire. Eva Renzulli, qui n’a pas connu Chastel, était très attachée à ce qu’on le fasse connaître aux jeunes générations.

Daniel Rabreau : Arrêtons-nous sur les témoins choisis. Je crois qu’on ne peut guère identifier à une « chapelle » ce qu’on a pu appeler le clan des élèves de Chastel. Militants pour une méthode et des actions complexes à promouvoir, peu comparables à un combat idéologique, soit de rupture, soit de conservatisme rétréci, les disciples du maître s’impliquaient dans des missions de mise en œuvre collectives. Mais la plupart conservaient ce goût d’une liberté individuelle qu’en aucun cas le maître aurait brimé.

Pour reconstituer un parcours, il faut des documents. Vous avez donc, avec ce recueil de 22 entretiens, construits un fond d’archives sonores qui, effectivement, forme une source neuve sur l’activité de Chastel. Le procédé est efficace certes mais, je me fais l’avocat du diable : ne peut-il pas être taxé de partialité dès le début avec le choix des témoins, avec l’orientation de l’entretien ?

Dominique Hervier : Oui et non. Chastel avait agacé un grand nombre de ses pairs, il avait beaucoup d’ennemis et de contemporains qui ne l’aimaient pas ; nous avons tenu à en interroger trois parmi eux, ce qui n’est surement pas représentatif en pourcentage ! Si l’entourage proche est mieux représenté, c’est qu’il s’y trouvait les compagnons des premières années – Lorgues, Zerner – ou encore ceux qui l’ont secondé dans ses secteurs d’activité – Boudon au CRHAM, Montclos à l’Inventaire général, Guillaume au CESR de Tours. Ce sont des témoins essentiels pour comprendre les tactiques chastéliennes. Cependant, je crois qu’un des aspects les plus subjectifs de notre travail est le choix que nous avons opéré de tel propos plutôt que de tel autre dans chaque entretien. A cet égard, je voudrais souligner combien ces entretiens constituent une mine d’informations pour le chercheur et pas seulement l’historien de l’art[2].

Tous ceux qui ont travaillé sur les entretiens oraux comme source en connaissent bien les limites et les pièges : rétention d’informations par le témoin, propos ambigus. Dans le cas de Chastel, il n’est que de comparer deux entretiens recueillis dans des contextes différents pour mesurer la difficulté à se faire une idée. Alors oui, cette source orale, fascinante, est remplie de pièges et son interprétation doit être aussi rigoureuse que possible.

Daniel Rabreau : Dans les courants de pensée qui animent les Trente glorieuses, le structuralisme a attiré et séduit plus d’un universitaire. L’engagement politique marxiste y était largement majoritaire ou de bon ton. Les ténors de ce mouvement –  des Francastel, Damisch, Marin, Teyssèdre, qui ignoraient la première chapelle des passéistes – craignaient, tout en la jalousant, l’aura dynamique de Chastel dans ses œuvres tous azimuts. Ils combattirent l’homme de pouvoir, sans atteindre heureusement la légitimité du savant, grand communicant ! Chastel, curieux de tout mais pragmatique, devait protéger sa propre famille de ces théoriciens envahisseurs qui menaçaient son territoire. Mais il n’empêchait pas ses élèves d’aller grappiller les idées fécondes, à droite et à gauche – une histoire de « bon grain et d’ivraie » !

Dominique Hervier : Il semble qu’il ait voulu envoyer quelques estafettes, comme Antoine Schnapper qui d’ailleurs n’a pas voulu se prêter à l’expérimentation.

Daniel Rabreau : Sa vision de l’histoire de l’art appliquée au patrimoine, dans une « idée classique » de partage intellectuel et non sectaire, ne mit donc pas trop d’obstacles à l’évolution de certains de ses proches. Les comptes se réglaient plus politiquement dans les arrachages de postes universitaires et autres responsabilités dans des commissions ministérielles, administratives ou éditoriales. Un de mes condisciples, jeune assistant à l’Institut d’art, est l’exemple parfait d’une dissidence militante : Daniel Arasse, spécialiste de la Renaissance italienne, qui avait débuté sa thèse sous la direction de Chastel, la termina avec Louis Marin. Il devint la coqueluche de l’EHESS. Pourquoi n’avoir pas interrogé Hubert Damisch?

Dominique Hervier : J’avais pris langue avec Jérémie Koering et c’est lui qui devait interroger Hubert Damisch. Malheureusement ce dernier était très malade et l’entretien n’a pu avoir lieu.

Daniel Rabreau : Certains sujets sont traités un peu vite peut-être parce que les témoignages s’y font rares : Le rôle de Chastel auprès des rédactions de revue ? Auprès de Malraux et Parrot dans la collection « l’Univers des formes » ? Mais l’essentiel est peut-être la vision diachronique de toutes les entreprises qu’il a lancées. À l’appui de sa légitimité charismatique, il était ce maître qui favorisait alors, avec lucidité et insistance, les vocations d’historiens de l’architecture ; pas seulement de la Renaissance qui était son champ d’études personnelles, mais jusqu’au début du XXe siècle. N’avait-il pas créé de toute pièce, dès le début des années 1960, deux organismes qu’il rendit complémentaires : d’une part, le CRHAM (Centre de recherches sur l’histoire de l’architecture moderne), laboratoire pionnier du CNRS, rattaché à la Sorbonne et, d’autre part, l’Inventaire général des richesses artistiques de la France (ministère de la Culture). A l’époque où trop peu d’universités de province offraient un cursus complet en histoire de l’art, à l’échelle des régions ce nouvel organisme patrimonial recrutait ses recenseurs et administrateurs parmi les jeunes diplômés.

Dominique Hervier : Je propose pour terminer cet entretien d’évoquer des propos que Pierre Vaisse a bien voulu me confier pendant qu’il écrivait le Prologue de ce portrait de Chastel :

Genève, 26 juin 2020,

Chère Dominique, J’ai rencontré Fumaroli par hasard à Venise quelques jours avant la mort de Chastel et nous avons convenus de déjeuner ensemble à Paris quelques jours plus tard vers la Bibliothèque nationale.
Quand nous nous sommes retrouvés, Chastel était mort. J’ai dit à Fumaroli que l’histoire de l’art allait cruellement souffrir de cette perte. Il m’a répondu à peu près ceci
: « vous devriez au contraire être heureux d’avoir eu jusqu’à maintenant une telle personnalité dans votre discipline ; il y a longtemps qu’il n’en existe plus de telles dans les autres. »
Ce mot m’avait marqué.
Bonne soirée.

Amitiés, Pierre

 

[1] Daniel Rabreau est né à Guérande en 1945. Historien de l’art, professeur honoraire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l’art et de l’architecture du XVIIIe siècle, il appartient à la dernière génération des élèves d’André Chastel, qui a dirigé sa thèse sur Le théâtre et l'”embellissement” des villes de France au XVIIIe siècle. Daniel Rabreau a consacré ses recherches à l’art urbain, l’architecture, la sculpture et l’iconographie monumentale des XVIIIe et XIXe siècle. Il a été l’assistant de Jean-Louis Taupin qui vient ne nous quitter à l’Institut d’urbanisme de Paris, puis assistant et maître-assistant à l’Université Paris 4 Sorbonne avant de devenir professeur à l’Université de Bordeaux III puis à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondateur et directeur du Centre Ledoux et président d’honneur du Groupe Histoire Architecture Mentalités urbaines, plus connu désormais sous l’acronyme de GHAMU, il a créé un lieu vivant et animé où se rassemblent depuis des décennies des chercheurs, professionnels et des amateurs du patrimoine architectural et urbain. Il a été membre du comité de rédaction de la Revue de l’Art et a dirigé la revue Histoire de l’art de l’APAHAU (Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Université). En 2016 il a reçu, à Bergame, le Prix international Giacomo Quarenghi pour l’ensemble de son œuvre.
[2] Les entretiens seront consultables sur demande motivée au Comité d’histoire lorsque les conditions sanitaires le permettront.

 



Citer ce billet
chmc2 (2021, 14 avril). Une invitation au dialogue : André Chastel, portrait d’un historien de l’art…. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrob

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search