Projets doctrinaires et politiques : l’enseignement de l’architecture en Belgique entre 1970 et 1990. L’exemple de La Cambre.

Par Pauline Fockedey,
doctorante en Art de bâtir et urbanisme (Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI) UCLouvain)

Dans chaque discipline, questionner ce qu’il est nécessaire d’apprendre implique de redéfinir plus précisément une doctrine référente. L’architecture n’y déroge pas, les débats relatifs à son enseignement jalonnent son histoire et renseignent sur ce qui était considéré comme fondamental et sur les rôles, les devoirs et les droits de ceux qui la pratiquaient. Par ailleurs, puisque l’institution de l’enseignement s’inscrit dans une réalité politique, l’interprétation chronologique de ces débats est une clef d’entrée pour mener une étude historique disciplinaire particulièrement contextuelle de ce point de vue.[1]

 En Belgique, il indéniable que l’institution scolaire exemplifie la complexité politique qui caractérise le pays. Sous l’Ancien Régime, la majeure partie du territoire qui la constitue le pays que nous connaissons aujourd’hui est aux mains des Habsbourg d’abord espagnols (on les nomme les Pays-Bas espagnols de 1549 à 1715) puis autrichiens (Pays-Bas autrichiens de 1715 à 1792). Dans cet État fédéral catholique dirigé par des rois étrangers, les autonomies locales (les nobles et ecclésiastiques du pays) ont un pouvoir conséquent. La législation sociale et économique est définie par les corporations et par les autorités municipales. L’enseignement comme l’assistance publique sont très largement aux mains de l’Église.
Sur les dernières années de règne cependant, une tentative de reprise en main de l’autorité impériale est menée par Joseph II, ce qui ne manquera pas d’amorcer les premiers remous indépendantistes.
Les Pays-Bas autrichiens sont, à la fin de l’Ancien Régime, conquis par les troupes napoléoniennes françaises en 1794.
Le Directoire, le Consulat et l’Empire reprennent, en la radicalisant, l’œuvre de centralisation et de laïcisation du pouvoir politique — et de son aire d’intervention — déjà tentée par les Habsbourg.

Après la chute de Napoléon à Waterloo, le Congrès de Vienne visant à déterminer les conditions de paix et les nouvelles frontières, aboutit en 1815 à l’intégration de la Belgique catholique aux Provinces-Unies, majoritairement protestantes, pour former le Royaume uni des Pays-Bas.
Le Royaume des Pays-Bas prolonge à son tour et sur bien des points le régime napoléonien. Mais ce régime est, bien davantage que celui qui l’a précédé, propice à l’éclosion d’oppositions. Celles-ci, d’inspiration soit catholique, soit libérale, sont animées par une jeune génération partagée entre la nostalgie ou la hantise de l’Ancien Régime, mais s’opposant de manière commune au pouvoir protestant. Le règne de Guillaume Ier n’aura duré que 15 ans, la Belgique obtient son indépendance en 1830.

Après une période de transition de moins de 40 ans, l’État constitutionnel moderne se substitue à l’âge de l’absolutisme et des privilèges.[2] Mais s’il est l’héritier des tendances réformatrices et centralisatrices des régimes antérieurs, l’État belge ne reprend pas à son compte, du moins en totalité, leur volonté de laïcisation.

Dans l’Europe nationaliste du XIXsiècle, l’éducation et l’instruction, jusque-là aux mains de l’Église, deviennent l’affaire de l’État national qui s’attribue rapidement l’exclusivité de détention de la seule culture légitime. Si l’Église combattait de manière générale ardemment l’idée d’un État désormais seul aux manettes de l’éducation des peuples, elle a eu, en Belgique, la possibilité de l’inscrire dans la Constitution au moment de la création du pays. Pour moitié responsable de la révolution belge, les catholiques négocient la « liberté de l’enseignement », c’est-à-dire la possibilité de préserver la légitimité de son pouvoir, alors encore quasiment public, dans le domaine de l’éducation.
Les divergentes interprétations de l’article 17 (actuellement 24) de la Constitution belge[3] qui consacre cette victoire ont cependant été pendant longtemps un objet de conflits, parfois très violents.[4]
La liberté d’enseignement en Belgique est une sorte de distribution de zones d’influence entre deux pouvoirs publics, l’un laïque (les libéraux) et l’autre religieux (les catholiques).
L’essor de l’institution scolaire et de l’enseignement général s’observe ainsi dans les établissements confessionnels (dits libres) et non confessionnels (dits officiels). S’il est évident qu’il y avait des tendances philosophiques divergentes sur certains points, notamment moraux, entre les deux réseaux, les promesses de la société industrielle prévalaient pourtant davantage que les divisions des cléricaux et anticléricaux amorcées au XVIIIsiècle : programmes pédagogiques assez similaires, même type de diplômes, mêmes structures institutionnelles, idéologie de la scientificité partagée, même chez les catholiques.[5]

À cela, il faut ajouter une autre bipolarité importante sur le territoire belge : il s’agit évidemment de la coexistence de deux communautés linguistiques, l’une, flamande (dont la langue officielle est aujourd’hui le néerlandais) et l’autre, francophone[6]. Dans les années qui ont suivi l’indépendance de la Belgique, seul le français, maîtrisé par les élites alors aux manettes du pays, est considéré comme langue nationale officielle. La majorité de la population parle quant à elle de nombreux patois régionaux. La Belgique étant un carrefour européen, ceux-ci sont colorés par les langues de ses pays limitrophes. Mais le français normalisé gagne bientôt et progressivement du terrain, en Wallonie évidemment, mais aussi à Bruxelles. Très vite cependant, un mouvement nationaliste flamand se constitue et tente de conserver un rapport de force à l’échelle du pays. En 1963, le tracé d’une frontière administrative consacre l’existence de régions linguistiques distinctes. En 1967, après de multiples crises, la tension est à son comble pendant l’ « affaire de Louvain ». Malgré l’intégration progressive du bilinguisme en son sein, l’Université catholique de Louvain, la plus vieille et grande université du pays est alors toujours considérée par les nationalistes flamands comme une « université francophone en territoire flamand »[7]. De multiples manifestations populaires et tractations entre les partis politiques au pouvoir et les évêques de Belgique à la tête de l’université, parfois violentes, conduisent à la scission de l’institution universitaire en 1968. La section francophone déménage alors à Louvain-la-Neuve, ville nouvelle qui sort de terre dans le tout proche Brabant wallon. En 1970, une importante série de réformes institutionnelles amorce la fédéralisation de la Belgique. Ce système politique permet à des entités fédérées, les Communautés et les Régions, de se partager des compétences publiques avec l’État fédéral. Il s’agit bien d’un processus, et non pas d’un projet global cohérent, qui trouvera une forme d’aboutissement en 1993, lorsque l’État est explicitement qualifié de fédéral par la modification de l’article 1 de la Constitution.

L’affaire de Louvain, exemplifie ainsi très bien à quel point la « question scolaire » est un point d’achoppement dès la naissance du pays, d’abord entre partis et tendances idéologiques (libéraux et catholiques)[8] puis entre communautés linguistiques (francophones et néerlandophones).
Comme le projet constitutionnel belge fonde de manière centrale le droit à chacun d’organiser, dispenser et recevoir l’enseignement de son choix, rien d’étonnant à ce qu’on observe la coexistence de différents réseaux et la structuration de nombreux acteurs qui interviennent dans la décision politique en matière d’enseignement. L’enseignement de l’architecture n’y échappe pas et exemplifie même assez bien cette analyse.

En Belgique, il apparaît clairement que l’enseignement de l’architecture s’est structuré en réseaux parallèles, a priori relativement hermétiques les uns par rapport aux autres.
Afin de clarifier cette analyse, un portrait du paysage de l’enseignement de l’architecture depuis la création du pays est esquissé[9].

Traduction visuelle du panorama présentant les quatre réseaux d’enseignement de l’architecture identifiables en Belgique et les trajectoires des différentes écoles en leur sein. Document de travail en cours d’élaboration.

Quatre réseaux sont identifiés :

  1. La tradition technico-scientifique, l’Université
  2. La tradition Beaux-Arts, les académies communales
  3. La tradition artisanale, le réseau catholique Saint-Luc
  4. L’exception sans tradition : La Cambre

Il apparaît que l’autonomie et l’intégrité initiales de chaque réseau ont été bouleversées à plusieurs reprises par des réformes institutionnelles, dont certaines sont évoquées plus haut, mais aussi par l’évolution de la profession, du statut de l’architecte, de son rôle, de ses responsabilités, de son monopole d’expertise, et donc de sa légitimité. Dans la suite des bouleversements sociaux, politiques et culturels que cristallisa mai 68, les années 70 et 80 ont ainsi connu d’intenses projets de réorganisation et de rénovation de l’enseignement en architecture. Dès 1971, l’Ordre des architectes préconise le passage de l’enseignement de l’architecture à l’université[10]. Et si la loi du 18 février 1977 intègre l’enseignement de l’architecture dans l’enseignement universitaire de type long, le séparant dès lors des formations beaux-arts, ce ne sera toujours pas suffisant pour certains. Pour les écoles, le passage à l’université initialement réclamé par les associations professionnelles devient paradoxalement et progressivement une sorte de rempart face à ces immixtions de plus en plus pressantes, puisque le contexte universitaire est historiquement et philosophiquement un lieu d’enseignement entretenant volontairement une distance critique avec les milieux professionnels[11]. Celui-ci permet en outre d’ouvrir la pratique traditionnelle de l’architecture à d’autres profils : chercheur, enseignant, critique, fonctionnaire, cadre… et de dès lors s’émanciper par rapport à un domaine devenu « marché » et dont une série de compétences techniques ont progressivement été transférées aux métiers de la construction.
En résultent des trajectoires d’écoles souvent incongrues avec en ligne de mire leur intégration au sein de l’université. Aucune logique absolue ne peut être constatée, les fusions progressives se font tout autant au gré d’affinités idéologiques, de proximités géographiques ou de rapprochements linguistiques.  

Un cas en particulier permet de prendre toute la mesure de ce qui se jouera après 1977. Il s’agit de La Cambre[12], dont l’origine est par ailleurs intéressante.
En 1925, dans une Belgique jusqu’alors principalement aux mains des catholiques et libéraux, une coalition politique intégrant des socialistes arrive au pouvoir. Camille Huysmans, membre du POB (Parti ouvrier belge), est nommé ministre des Sciences et des Arts. Celui-ci s’évertue à mettre rapidement sur pied une école d’État en accord avec les idéaux de son parti et voulant concurrencer l’Académie de Bruxelles. Henry van de Velde est chargé de mettre sur pied le projet pédagogique du nouvel Institut Supérieur des Arts Décoratifs de la Cambre. Cette nomination n’est pas anodine. Henry van de Velde est un vieil ami du ministre et adhérent du même parti. Il est par ailleurs devenu un rival notoire de Victor Horta, qui, après avoir fait rayonner l’Art Nouveau à la fin du XIXe siècle, est progressivement devenu un architecte au service de grands projets publics marqués par un retour à la tradition et commandités par la majorité d’orientation libérale. L’Académie de Bruxelles, au sein de laquelle Horta enseigne, est par ailleurs devenue le bastion des idées conservatrices de sa clientèle. Henri van de Velde entend construire La Cambre à l’opposé de celle-ci.

La création de l’école démontre ainsi toute l’accointance qui existe alors entre projet politique et projet pédagogique. Ceci tend à rencontrer toute la pertinence du modèle de démocratie consociative théorisé par Arend Lijphart et appliqué à la Belgique[13].
La démocratie consociative vise une forme de consensus dans des pays où le partage du pouvoir doit pouvoir s’opérer hors de toute logique majoritaire et en dépit des clivages religieux, linguistiques ou ethniques qui peuvent exister entre divers groupes socioculturels. L’une des caractéristiques de la démocratie consociative est le rôle clef des élites dans le système de division du pouvoir.[14] Celles-ci représentent leur groupe respectif dans une forme de système parajuridique. Les politiques publiques ne sont plus uniquement du fait d’acteurs politiques (membre du gouvernement ou du parlement), mais aussi « de diverses négociations qui se déroulent en coulisses, et qui impliquent des acteurs privés quasi institutionnalisés ».[15]

Revenons à La Cambre. D’abord peintre néo-impressionniste, Henry van de Velde a été attiré dès la fin des années 1880 par le mouvement anglais Arts and Crafts qui tend à revaloriser les arts décoratifs et la réalisation manuelle d’objets. Bien qu’issu d’un milieu bourgeois, il adhère aux idées socialistes et devient le pionnier d’un modernisme naissant, militant pour un design fonctionnel et rejetant tout décor figuratif. En 1900, vu le succès qu’il rencontre en Allemagne, Henry van de Velde déménage à Berlin. Outre sa désormais pratique professionnelle de l’architecture, il donne un séminaire à Weimar sur les métiers d’art, ambitionnant d’améliorer la collaboration entre artistes et industrie. Ce séminaire se transforme en 1905 en une Kunstgewerbeschule (école d’arts décoratifs) dont il est le directeur. Mais la Première Guerre mondiale met van de Velde dans une position périlleuse. À Weimar il est désormais persona non grata du fait de sa nationalité belge. Il quitte l’école pour rentrer en Belgique en 1918 et désigne Walter Gropius comme successeur. L’année suivante, ce dernier fonde la désormais célèbre école du Bauhaus, non sans s’être inspiré de certains préceptes pédagogiques de van de Velde.
Au retour de Van de Velde en Belgique, une nouvelle génération d’architectes (parmi lesquels Victor Bourgeois, Jean-Jules Eggericx, Huib Hoste, Antoine Pompe) s’emploie à travailler sur la nouvelle question du logement social et étudie le modèle des cités-jardins dans la banlieue bruxelloise. Ils constitueront la base de l’équipe pédagogique de l’atelier d’architecture et d’urbanisme de La Cambre. Ceux-ci placent les innovations techniques et l’engagement social au centre des préoccupations de l’école. L’architecture y est abordée de manière indissociable de ces questions et des autres arts visuels.

La Cambre s’installe alors confortablement dans le paysage belge comme une élite d’avant-garde dont la renommée, en partie basée sur son militantisme intellectuel, dépasse les frontières nationales.

Dans les années 50 et 60, et peut-être parce que les enseignants sont désormais acquis à la cause moderniste depuis leurs études, un certain académisme s’engouffre dans l’école. Peu à peu, les ambitions sociales du projet moderne s’estompent au profit de l’expression d’un certain pouvoir dominant. À Bruxelles, on note les premiers craquements du mythe fonctionnaliste. La destruction de la Maison du Peuple de Horta, le développement du Quartier Nord, imaginé comme un « petit Manhattan », la construction de plusieurs tours sur la petite ceinture… rendent compte d’un bouleversement de la structure urbaine confisquée par les promoteurs immobiliers. C’est la tristement célèbre « bruxellisation ».

En 1965, Robert Louis Delevoy, nommé directeur de La Cambre, hérite d’une école dont la ferveur lancinante la réduit à une Institution défendant un style, et est accusée par certains de ne pas rendre compte de l’ambition sociale et avant-gardiste qui l’animait à ses débuts. Delevoy est ainsi persuadé de la nécessité de changements significatifs dans l’organisation de l’école. Parmi ceux-ci, la création de nouveaux cours, dont le contenu est axé sur des problématiques relatives aux Sciences humaines. À La Cambre, l’idée du programme imposé par le professeur et le travail individuel devinrent caducs. L’architecture politisée prend le dessus sur la mise en œuvre technique, divisant le corps professoral.[16]

Mai 1968 enfonce le clou, marquant une réincursion claire du politique au sein de l’école. Les étudiants de La Cambre sont les premiers à descendre dans la rue, et plus spécifiquement pour y dénoncer les exactions des politiques en matière d’architecture et d’urbanisme. L’année suivante, le quartier historique des Marolles est menacé de destruction pour y installer une extension du Palais de Justice. L’annonce du projet suscita l’émoi auprès des habitants qui se constituèrent un Comité, attaquèrent les ministères et manifestèrent dans leurs rues couvertes d’affiches et de calicots. La Bataille des Marolles fut le premier succès des luttes urbaines qui fleurissaient alors dans la capitale. Celles-ci sont largement portées par l’ARAU (Atelier de Recherche et d’Action Urbaine) fondé par Maurice Culot (architecte-urbaniste), René Schoonbrodt (docteur en sociologie), Philippe de Keyser (docteur en droit) et Jacques Van der Biest (docteur en théologie). L’objectif de l’association est de se mobiliser et de mobiliser l’énergie des Bruxellois pour faire sortir la décision urbanistique du secret des cabinets afin de rendre les enjeux urbains bruxellois publics et donner sens et vitalité au processus démocratique.

Parmi les nouveaux professeurs chargés de cours des toutes fraîches disciplines introduites par Delevoy on retrouvera logiquement Culot, Schoonbrodt et leurs alliés idéologiques. Culot reproduit l’habile stratégie de noyautage qu’il opère dans les comités de quartiers et s’introduit progressivement dans les structures du pouvoir de l’école. Il est nommé directeur adjoint en 1974 et espère tout naturellement succéder à Delevoy.

En juin 1979, le Moniteur[17] publie un avis de disponibilité de postes à l’Institut d’Architecture de La Cambre, dont celui de directeur, Delevoy ayant atteint l’âge de la retraite. Les candidatures seront examinées par le Conseil et envoyées à l’Éducation nationale. Fin juillet, un nouveau directeur ad interim est désigné, à la surprise générale il s’agit de M. G. De Brigode. Si on comprend que c’est là une première tentative d’écarter Culot et Cie, c’est maladroitement que fut choisi un ami politique du ministre pour assurer cette fonction[18]. En août, certains professeurs sont informés que les postes pour lesquels ils avaient postulé sont supprimés et s’en voient de facto refuser leur charge. En effet, on peut lire au Moniteur belge[19] les changements apportés aux programmes des cours de La Cambre, ceux relatifs aux sciences humaines ayant été remplacés par une série de cours techniques. Tollé général.

On s’en doute, l’occasion était trop belle pour aller ressortir les bannières de mai 68 prenant la poussière à la cave. Les enseignants exclus, parmi lesquels Maurice Culot, René Schoonbrodt, Élie Levy, Philippe Lefèbvre, Anne Van Loo, Caroline Mierop et Annick Braumann, s’insurgent, parlent d’épuration, de procédures illégales, entraînent avec eux leurs étudiants qui s’empressent d’enchaîner grèves, occupations des locaux de l’école et mise en circulation de pétitions. Les minervals sont envoyés sur un compte bloqué et certains cours supprimés officiellement se donnent officieusement.

Pas un seul jour ne passe sans que des articles, cartes blanches et droits de réponse entre le groupe de Culot et les enseignants maintenus ou nouvellement nommés comme Jean-Pierre Blondel, Jacques Dolphyn, Paul-Emile Vincent et Jacques Wilbau, se succèdent. La presse s’enflamme. Les journaux de gauche, surtout La Cité, qui entretient des liens étroits avec le Mouvement Ouvrier Chrétien dont Culot et Schoonbrodt sont proches, relayent et dénoncent le limogeage, selon eux représentatif d’une logique capitaliste qui évince les acteurs encourageants les luttes sociales.

Au niveau international le même ton scandalisé est repris par Léon Krier, dont l’Agence de Presse Libération publie une lettre ouverte incendiaire dans laquelle, s’adressant à Hoyaux, il ironise : « (…) fermer les écoles d’architecture est une idée plausible, détruire la seule école d’Europe qui avait enseigné cette science et cet art qui, au cours des siècles, firent nos plus belles ville est un coup de génie : ce geste vous procurera une place privilégiée dans ces cours d’histoire que vous venez si bêtement d’éliminer[20] ». D’autres sont plus modérés, l’hebdomadaire Pourquoi Pas ?, ancêtre du Vif/l’Express, interroge sur la crédibilité des actions menées par Culot qui prévoit « une sorte de subversion urbaine dissimulée sous la défense de l’habitat et dont les cours relevaient plus de l’agit-prop que de l’enseignement de l’architecture[21] ». Le journal satirique Pan ! prendra quant à lui beaucoup de plaisir à fustiger les deux camps, estimant que « les procédés des uns et des autres sont également dégueulasses », et que le conflit idéologique tourne finalement à une sordide et mesquine querelle de personnes[22] ».

Si l’illégalité du processus est souvent mise en avant, il semble pourtant qu’aucune infraction n’ait été commise. Suite à la réforme de 1977, La Cambre était désormais sous une double autorité ; pour l’architecture, l’Éducation nationale tandis que les Arts Visuels restaient sous la coupe du secrétariat d’État à la Communauté française. On profita de cette réorganisation pour créer des Conseils pédagogiques et d’administration chargés d’assurer le fonctionnement démocratique de chaque école. Ce Conseil, qui n’avait qu’un caractère consultatif, était composé de représentants du corps professoral, des étudiants et des organisations syndicales. Le ministre pouvait — mais ne devait pas — consulter ce Conseil pour l’élaboration du programme des cours et le choix des enseignants.
Il est cependant certain que l’impolitesse que constituait ce contournement sous-entendait un réel déni de légitimité du Conseil et permettait de croire à un abus d’autorité permettant aux exclus de se positionner en véritables martyrs idéologiques tout au long du conflit. On voit alors apparaître dans la foulée des slogans quelque peu excessifs (du style « 1933 : Les nazis ferment le Bauhaus, 1979 : Hoyaux ferme La Cambre[23] »).

En outre, les contrats des professeurs exclus ont bien été non renouvelés et non pas suspendus. La loi de 77 indiquant le changement de statut des études d’architecture impliquait le fait que les cours seraient dès lors dispensés par des professeurs titulaires d’un diplôme universitaire. Puisque très peu d’architectes en détenaient, il fut admis que la notoriété était une condition suffisante pour pouvoir enseigner. Les architectes désireux d’acquérir ce titre déposaient un dossier auprès d’un comité de notoriété qui récompensait en général les auteurs de réalisations prestigieuses ou un parcours professionnel atypique. Delevoy avait contourné cette injonction en engageant comme conférencier une série d’intervenants, amis de Culot, mais ne remplissant pas les exigences requises, ces fameux titres scientifiques ou de notoriété admise. Certains d’entre eux donnaient donc jusqu’à 300 heures de conférences par an.

La perte de cet emploi d’enseignant était d’autant plus inquiétante pour les concernés que celui-ci constituait souvent leur unique source de revenus. Culot défendait en effet l’absence de toute pratique professionnelle pour enseigner et s’exprima en ce sens dans un article publié quelque mois avant le conflit dans Lotus International, revue d’architecture italienne : « Voilà pourquoi dans la mesure du possible, les cours scientifiques, ceux de la construction et des techniques contemporaines sont éliminés du cours des études et chaque fois que s’en présente l’occasion, les architectes qui pratiquent leur profession sont exclus de l’école, puisque la pratique professionnelle avec ses réflexes pavloviens a horreur de l’intelligence qui fait concurrence à la consommation[24] ».

Cet article, publié un an avant le conflit, est souvent cité dans la presse par les opposants de Culot, qui s’inquiètent des positions radicales qu’il y défend :

[…] Aujourd’hui encore je retiens que la méthode de pensée de I’A.R.A.U., qui refuse le débat sur l’esthétique soit le plus approprié, parce qu’il pose le problème de la ville et de l’architecture non pas on termes de qualité formelle, sociale, économique, mais en termes de conflit, évaluant la qualité d’un travail sur la base des qualités en termes démocratiques du conflit qui l’a précédé. […] C’est à l’École qu’échoit donc la tâche de définir — en dehors des contingences d’une pratique professionnelle épuisée — les objectifs d’un projet urbain inscrit dans ce qui sera un mode démocratique de production, fondé sur des opérations artisanales à l’échelle réduite, et qui sera l’unique système qui consente de recréer et de préserver la cohésion entre travail intellectuel et manuel. […] La première tâche de la résistance anti-industrielle, parallèlement à l’élaboration d’un projet global, doit être celui de réussir à paralyser le secteur de la construction. L’objectif de cette politique est de gagner du temps, pour permettre aux forces progressistes qui sont en train de s’activer[25].

Culot y expliquait aussi être contraint, pour des raisons d’efficacité, à exiger de la part des étudiants deux conditions sine qua non pour être admis à fréquenter l’école : « une obéissance absolue et un acharnement sauvage dans le travail[26] ».

On notera que le fonctionnement que Culot aurait aimé mettre en place à La Cambre sous-entend une radicalité du même ordre que le limogeage massif dénoncé. Et on comprend peut-être mieux les dispositions prises par Jacques Hoyaux afin que l’objectif d’un fonctionnement démocratique et pluraliste de l’enseignement universitaire soit assuré.

Les réelles motivations de Hoyaux, considéré comme progressiste, restent cependant relativement mystérieuses. On ne saurait dire si, de bonne foi, le ministre voulut remettre de l’ordre dans une école qui commençait clairement a devenir tendancieuse en la réouvrant au pluralisme, ou s’il aurait couvert les intérêts convergents de certains professionnels inquiets de la notoriété croissante de certains professeurs enseignant une architecture alternative. Les milieux immobiliers trouvant un intérêt économique à bâtir à tout va auraient-ils pu exercer une quelconque pression ?

Dès décembre, les cours illégaux donnés à La Cambre par les professeurs devenus illégitimes se transformèrent en un atelier autonome. La situation ne cesse de s’envenimer, chaque parti campant sur ses positions, et ce, malgré la nomination d’un nouveau directeur, M. Van De Walle, et l’intervention d’enseignants modérés. Ceux-ci ne rejoignent pas nécessairement l’idéologie de Culot, mais n’admettent pas non plus ce limogeage radical.

Les tentatives de négociations visant à réintégrer les professeurs exclus menées depuis août restent cependant lettre morte auprès du ministre. Excédés, ceux-ci introduisent plusieurs recours juridiques et menacent de créer une école de La Cambre parallèle.
On l’a déjà expliqué, la mise en place d’une école privée est possible et légale en Belgique, mais le ministre exige que les locaux et le nom de La Cambre ne soient pas utilisés. Fin janvier 1980, l’École d’Architecture pour la Reconstruction de la Ville (EARV) est créée. La présidence de l’association est assurée par Delevoy, tandis que René Schoonbroodt est nommé directeur de l’école. Culot dirige quant à lui les ateliers du projet. Fort de cette actualité chaude, c’est à ce moment-là que la déclaration de Bruxelles, sorte de manifeste de l’action urbaine de l’ARAU, est publiée.
La nouvelle école ambitionne de s’insérer dans le réseau d’enseignement libre non confessionnel et d’obtenir la reconnaissance du diplôme ainsi que le droit aux subsides. Car à ce moment, le financement de l’école ne repose que sur les dons privés d’étudiants ou de leurs parents, les professeurs assurant en grande partie leur fonction de façon bénévole. L’immense succès attendu tarde cependant à venir. Des problèmes financiers apparaissent sans que le numéro de compte indiqué à la fin de chaque article sur la nouvelle cambre ne suffise à renflouer les caisses. En juin, l’échec au jury d’État de la plupart des étudiants porte doucement le coup de grâce à l’EARV. S’il est admis que l’évaluation extérieure de fin d’année respecta la procédure légale, il subsiste quelques doutes quant à la réelle objectivé du jury. Aucun étudiant n’a par exemple pu présenter oralement son projet. Seuls 9 d’entre eux furent reçus.

Durant l’été 1980, le remaniement du gouvernement amène à la nomination de Guy Mathot au poste de ministre de l’Éducation nationale. Cette nouvelle donne permet à Maurice Culot de diriger ses efforts de manière plus consensuelle tout en lorgnant une place dans l’une des structures du pouvoir relatives à l’enseignement ou à l’aménagement du territoire.
L’orage était passé…
La rentrée de septembre semble s’annoncer beaucoup plus calmement que l’année précédente, mais on voit se profiler d’autres problèmes. Les Arts Visuels, que la polémique architecturale a pour le moins occulté en monopolisant l’attention, connaissaient de sérieux problèmes logistiques. La décision sera prise de déménager la section architecture vers un autre endroit afin de libérer de la place sur le site de l’Abbaye. Cela permettait de créer de nouveaux ateliers ainsi que l’extension d’autres, devenus trop petits. L’ENSAV allait en effet accueillir la section de restauration d’œuvre d’art jusque-là dépendante de l’Institut royal du patrimoine artistique (IRPA).

Ultime clarification quant au conflit alors encore frais, la presse de l’époque nomme, parmi les nouvelles localisations envisagées, l’immeuble Glaverbel (architectes Renaat Braem, Pierre Guillissen, André Jacqmain et Victor Mulpas), symbole moderniste de la capitale. Est aussi évoquée la tour ITT qui surplombe l’Abbaye depuis l’avenue Louise, et dont la genèse n’est pas étrangère à la désormais fameuse « bruxellisation ».
Finalement, le choix se fixe sur un immeuble de la place Eugène Flagey construit dans les années 60 qui avait été occupé par le musée et les services administratifs communaux d’Ixelles, ainsi que les sapeurs-pompiers. Le bâtiment offre une proximité avec le site de l’Abbaye et de la place. Et de la place, l’Institut en a besoin. Sa population estudiantine avait presque triplée en 5 ans et 150 nouveaux inscrits étaient attendus pour l’année scolaire 1980-81, preuve d’un succès retrouvé. Si certains espéraient que ce déménagement ne resterait que temporaire, spéculant sur le futur départ de l’Institut géographique national (IGN) dépendante de la Défense nationale, force est de constater qu’il n’en fut rien. Les rapports entre Arts Visuels et Architecture, désormais séparés physiquement, ne feront que s’étioler pour disparaître définitivement. En 2011, La Cambre Architecture intègre l’Université Libre de Bruxelles, en fusionnant avec… l’ISA Victor Horta, héritier de l’Académie de Bruxelles, et nommé d’après le rival notoire de Van de Velde. Au-delà de l’anecdote qui pourrait faire sourire, il est malgré tout intéressant de questionner ce qui fonde l’identité de la désormais Faculté d’Architecture La Cambre Horta.

 Le cas de La Cambre permet en fait d’illustrer comment, en Belgique, le ressort de la « légitimité » est utilisé, d’une part dans sa dimension politique (qui peut enseigner ?) et, d’autre part, dans sa composante disciplinaire (qu’est-ce qui doit être enseigné ?).
Le début de la fédéralisation de 1970, la réforme relative à l’enseignement de l’architecture en 1977 sont des modifications politiques qui affectent profondément l’autonomie des écoles. La pression de l’Ordre des architectes, dès 1971, pour normaliser la profession, n’y est sans doute pas étrangère. D’un point de vue disciplinaire enfin, il semble évident que l’avènement du post-modernisme ou de l’architecture organique en Europe pendant cette période marque une rupture majeure, un retour à la tradition, un refus du modernisme. Comment ces itérations disciplinaires ont-elles rencontré, aléatoirement ou opportunément, ces deux premières sphères d’influence pour résoudre et proposer la forme architecturale qui devrait leur être associée ? Il sera question de vérifier comment l’architecture, via son enseignement, est expliquée par le Politicos, dans son sens le plus large, particulièrement en Belgique, qui désigne tout ce qui est relatif à l’organisation ou autogestion et l’exercice du pouvoir dans une société organisée. Mais aussi comment celui-ci se projette sur l’architecture.

[1]Cet article est issu des premiers travaux d’une recherche doctorale ayant pour titre « Projets doctrinaires et politiques : l’enseignement de l’architecture en Belgique (1965-1990) » débutée en juillet 2019 sous la direction du Pr. David Vanderburgh dans la Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI) de l’UCLouvain. L’aboutissement de la thèse de doctorat est prévu en 2029.
[2]Xavier Mabille, Nouvelle histoire politique de la Belgique, Bruxelles, CRISP, 2011.
[3]« L’enseignement est libre ; toute mesure préventive est interdite […] ».
[4]Xavier Mabille, op. cit.
[5]Albert Bastenier, « La liberté d’enseignement : un droit à réinterroger », La Revue Nouvelle, Libérer la liberté d’enseignement, n° 10, oct. 1998 p. 16-45.
[6]En 1919, l’annexion des Cantons de L’Est par la Belgique conduira à la constitution d’une troisième communauté germanophone, encore aujourd’hui largement minoritaire.
[7]Albert D’Haenens (dir.), L’Université catholique de Louvain : Vie et mémoire d’une institution, Bruxelles, Presses universitaires de Louvain/La Renaissance du Livre, 1992, p. 399
[8]À l’indépendance du pays, les villes de Liège et Gand sont choisies pour accueillir les universités d’État du réseau dit « officiel ». L’Université catholique de Louvain (UCL), malgré sa candidature, restera dans le réseau dit « libre ». L’éviction précoce de Bruxelles pour accueillir une université officielle avait irrité les milieux progressistes de la capitale. En 1834, le juriste Pierre-Théodore Verhaegen, qui put compter sur l’aide logistique de bourgmestre franc-maçon de Bruxelles, Nicolas-Jean Rouppe ainsi que sur l’appui financier des bastions libéraux et des loges maçonniques du Grand Orient de Belgique, crée une université qui s’inscrit dans le réseau libre : l’Université libre de Bruxelles (ULB). On oublie trop souvent que si l’ULB s’est accolé nommément l’attribut libertaire, l’UCL est en fait administrativement tout aussi « libre ».
[9]Ce travail de recherche encore inabouti a été mené en récoltant des informations factuelles éparses. Il semble nécessaire de faire preuve de distance avec les données récoltées dans la mesure où des recoupements font apparaître des lacunes sur les faits rapportés. Par ailleurs, la plupart des sources proviennent d’ouvrages « auto-édités » par les institutions et semblent ne pas toujours faire preuve d’un point de vue critique. À l’exception du Dictionnaire de l’architecture en Belgique : de 1830 à nos jours (dir. Anne Van Loo, Anvers, 2003), qui a été précieux pour repérer plus clairement les différents « réseaux » identifiables en Belgique, aucune source ne parlera de deux écoles différentes, si ce n’est pour évoquer les fusions ou morcellements vers ou depuis une institution « mère ».
[10]La reconnaissance légale du diplôme en 1936 a déjà donné lieu en 1939 à la protection du titre et de l’exercice de la       profession et à la création de l’Ordre des architectes.
[11]Jean-Louis Genard ; Judith Le Maire ; Typhaine Moogin, « Sous l’horizon de l’Université. Un chapitre de l’enseignement de l’architecture en Belgique (1980-1990) ». CLARA Architecture/Recherche, n° 2, p. 160-179, juin 2014
[12]Appellation usuelle de l’école installée dans une partie des murs de l’Abbaye de La Cambre. Elle portera les noms successifs d’Institut supérieur des Arts décoratifs (ISAD) de La Cambre, d’École nationale supérieure d’Architecture et des Arts décoratifs (ENSAAD) de La Cambre, d’ École nationale supérieure d’Architecture et des Arts visuels (ENSAAV) de La Cambre. À partir de 1980, la section architecture est autonomisée et devient l’Institut Supérieur d’Architecture de la Communauté française (ISACF) La Cambre. Les autres sections restent rassemblées au sein de l’École nationale supérieure des Arts Visuels (ENSAV) de La Cambre ou « La Cambre Arts Visuels ».
[13]Arend Lijphart, Democracy in Plural Societies: A Comparative Exploration, New Haven, Yale University Press, 1977.
[14]Dave Sinardet, « Le fédéralisme consociatif belge : vecteur d’instabilité ? », Pouvoirs, vol. 136, n° 1, 2011, p. 21-35.
[15]Éric Mangez (dir.), « 2. Les politiques éducatives », Réformer les contenus d’enseignement., Presses Universitaires de France, 2008, p. 37-69.
[16]Voir sur l’histoire de La Cambre : Jacques Aron, La Cambre et l’architecture : un regard sur le Bauhaus belge, Éditions Mardaga, Bruxelles, 1982 ; Maurice Culot, Robert Louis Delevoy, Anne Van Loo, La Cambre 1928-1978, Editions A.A.M., Bruxelles, 1979.
[17]La principale source documentaire des événements décrits ci-après est un fond d’archives conservé à l’ENSAV La Cambre. Celui-ci est composé d’une centaine d’articles de la presse quotidienne et hebdomadaire belge, collectés et archivés par un service de presse spécifique, et ce, semble-t-il, dès la simple apparition de la mention « La Cambre ». Il est à noter que seules les années 1968 et 1969, ainsi que les années 1978 à 1980 semblent complètes. À partir de 1981, la sélection des articles ne concernera plus que les Arts Visuels. La bibliographie exhaustive peut être transmise par l’auteur sur demande.
[18]De Brigode est souvent présenté comme un ami du ministre Hoyaux par la presse. Il ne restera en poste que quelques mois. On peut à ce stade uniquement confirmer factuellement qu’ils sont tous les deux originaires de Charleroi.
[19]Journal officiel publiant les lois et autres textes réglementaires de l’État belge.
[20]Léon Krier, « Lettre ouverte (distribuée à la Cambre le 12/11/79 », Agence Presse Libération, Bruxelles, 19 nov. 1979
[21]NS, « Épuration », Pourquoi Pas ?, Bruxelles, 27 sept. 1979
[22]NS, « Ah ! que la victoire demeure… », Pan !, Bruxelles, 21 nov. 1979
[23]Léon Krier, op. cit.
[24]Maurice Culot, « La Cambre School of Architecture and Anti-Industrial Resistance », Lotus International, n° 21, déc. 1978, p. 46-71. Traduction dans La Construction, 11 mai 1979
[25]Maurice Culot, Ibid.
[26]Maurice Culot, Ibid.

 

[Sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2021, 5 août). Projets doctrinaires et politiques : l’enseignement de l’architecture en Belgique entre 1970 et 1990. L’exemple de La Cambre. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrok

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search