Le séminaire « Archéologie du projet »

Par Philippe Louguet,
architecte

Background

 L’architecte comme travailleur intellectuel
J’ai depuis toujours la conviction que l’œuvre, architecturale comme artistique, a une portée théorique propre, sans doute du fait de la lecture de « Vincent Van Gogh, lettres à son frère Théo », quand j’avais quatorze ans.
Du point de vue théorique, le seul fait marquant du début de mes études a été la lecture du roman. « Les pierres sauvages » de Fernand Pouillon, qui reste pour moi une tentative importante de compréhension des enjeux de la conception architecturale. Ma première année dans les études d’architecture s’est achevée par le mouvement de mai 68, qui a été particulièrement actif et fécond dans les écoles d’architecture (qui n’étaient encore alors que des sections des Beaux-Arts). C’est alors que j’ai pris conscience du fait qu’il n’y avait plus de cours de théorie de l’architecture depuis la deuxième Guerre Mondiale (Gromort, qui était responsable du cours de théorie à l’ENSBA n’avait pas repris le cours après-guerre ; il était parti délivrer son enseignement à l’École Spéciale d’Architecture). C’est en juin 1968 que j’ai pris connaissance avec beaucoup d’intérêt d’un cours de théorie préparé par Dunoyer de Segonzac au sein du groupe C (le groupe progressiste créé suite à la suite de la scission de 1965), qui est malheureusement resté dans les cartons.

J’ai été l’élève de Philippe Boudon à Nancy de septembre 1969 à juin 1970. Boudon venait de publier « Pessac de Le Corbusier », chez Dunod, un ouvrage inspiré par la sociologie selon la tendance dominante après 1968 (les sciences humaines sont entrées dans les écoles d’architecture par la sociologie ; dans le cadre de la critique des grands ensembles, l’idée était de comprendre les besoins des habitants). A l’époque, Boudon cherchait à fonder une architecturologie (science de l’architecture). C’était son grand projet, qui a abouti à la publication en 1971 de « Sur l’espace architectural : essai d’épistémologie de l’architecture ». Mais avant cela, Boudon cherchait une voie théorique un peu tous azimuts ; après la sociologie : la théorie des graphes, la sémiologie graphique (selon Jacques Bertin) et la géométrie constructive (selon David Georges Emmerich) étaient les voies de recherche dans lesquelles je m’étais impliqué un peu comme l’un de ses disciples (la théorie des graphes et la géométrie constructive se rejoignaient dans la topologie).

C’est à la suite de cette expérience que j’ai commencé à enseigner à l’école d’architecture de Lille, avec pour premier cours magistral un cours de topologie en 1971, soit cinq ans avant mon diplôme. Pour moi la question de la théorie était une question incontournable de l’enseignement (il faut préciser que l’enseignement de l’Histoire est arrivée plus tardivement dans les écoles).
Tout ceci pour indiquer que j’ai depuis toujours plus d’intérêt pour la théorie que pour l’histoire (bien évidemment, par la suite, lorsque l’enseignement de l’Histoire a été introduit dans les écoles, je me suis intéressé à la théorie de l’Histoire). Mon diplôme (en collaboration avec Thierry Baron) a porté sur la signification en architecture.

C’est donc dans le champ de la théorie que nous avons créé au début des années 1980 le premier séminaire d’initiation à la recherche de l’école. Nous étions trois enseignants à animer ce séminaire : Dominique Rouillard, docteur en Histoire de l’art (sa thèse, sous la direction d’Hubert Damisch, si mes souvenirs sont exacts, a été publiée aux éditions Mardaga en 1985, sous le titre « Le site balnéaire »), Daniel Treiber, qui avait été assistant de Boudon à Nancy et qui avait passé un diplôme à incidences sémiologiques (je crois me souvenir que Roland Barthes était membre de son jury de diplôme), et moi-même. Ce premier séminaire nous a permis d’affiner nos thématiques respectives (je me souviens en particulier d’une intervention de Christian Girard présentant ses recherches sur les concepts nomades, publiées ultérieurement chez Mardaga sous le titre « Architecture et concepts nomades, traité d’indiscipline »). Pour ma part, j’ai commencé à envisager la direction que je désirais pour mes propres recherches (j’avais déjà quelques années auparavant fait une tentative associant la chercheuse de l’école, Anne-Marie Burdèse pour une recherche sur la réhabilitation : « La réhabilitation, pratiques, représentations, doctrines »).

L’archéologie du projet

Le projet
Tout d’abord, il s’agissait de s’intéresser au projet. Il me semblait alors que c’était dans le projet que s’exprimait la dimension théorique de l’architecture (c’était un peu dans l’air du temps : à l’époque on parlait de projétation).
Bien qu’ayant toujours eu beaucoup de respect pour les recherches de Boudon, je pensais que plutôt que de chercher une grande théorie de l’architecture, des lois générales, il était plus intéressant de mettre à jour la dimension théorique des architectures. Bien entendu j’admettais la distinction entre théorie et doctrine, au fondement des recherches de Boudon, mais la dimension théorique de la doctrine continuait à m’intéresser. J’avais aussi été marqué par un personnage atypique qui avait enseigné à l’école d’architecture de Lille vers la fin de mes études : Giuseppe Venturini était professeur de littérature italienne à l’université, et il préparait une thèse en histoire de l’art sous la direction de Pierre Francastel. Dans nos conversations sur Dante Alighieri, j’avais été frappé du fait qu’il y avait une quantité d’ouvrages universitaires quasi innombrables sur la Divine Comédie. J’en avais déduit que, pour ainsi inspirer des générations de chercheurs, la Divine Comédie devait avoir une portée théorique remarquable ; elle était forcément en elle-même un condensé de réflexions théoriques, un peu comme la peinture de Van Gogh, mise en lumière par sa correspondance (en particulier les lettres de Vincent à Théo). En littérature, les travaux de Gérard Genette et Tzvetan Todorov (fondateurs de la narratologie) donnaient un exemple de ce qu’il était possible d’entreprendre en s’intéressant directement au texte et à ses conditions matérielles, quasiment indépendamment de l’auteur. En architecture, le livre de Frederick Starr : « K.Mel’nikov, le pavillon soviétique, Paris 1925 », dont la version française est parue en 1981, indiquait selon moi la marche à suivre. Il s’agissait d’ouvrir, à travers le projet, la boîte noire de la conception ; ce qui n’était jamais exprimé, ou si peu à partir de l’objet achevé. Le livre de Frederick Starr dévoilait le rôle fondamental de l’esquisse, quant aux implications théoriques du projet d’architecture.

La question de l’archéologie
Comme je l’ai indiqué, ma question initiale portait sur la théorie plutôt que sur l’histoire. Dans « Théories et histoire de l’architecture » (paru en France en 1976), Manfredo Tafuri distingue critique historique et critique opératoire. Je voulais me concentrer consciemment sur la critique opératoire, pour prendre le projet comme point de départ de la recherche. Ce qui m’intéressait dans l’archéologie (que j’ai un peu pratiquée dans ma jeunesse), c’était la possibilité de faire parler des objets muets dès lors qu’ils étaient encore pris dans un contexte. Lorsqu’on fait un relevé de coupe stratigraphique, les objets repérés prennent sens en fonction de leur position dans les couches. Il me semblait que le projet d’architecture pouvait s’appréhender de façon similaire, et que de ce point de vue l’ouvrage de Starr relevait plus de l’archéologie que de l’histoire. En exhumant et analysant l’ensemble des esquisses de Mel’nikov, Starr employait des méthodes proches de l’archéologie. En quelque sorte, le séminaire « Archéologie du projet » voulait se distinguer de l’Histoire de l’architecture telle qu’elle avait investi les écoles d’architecture à la fin des années 1970. Non qu’il s’agisse de s’y opposer, mais de revenir à la question de la théorie comme question centrale de l’architecture et de son enseignement.

Le concept de modernité discrète
Nous avons élaboré ce concept, Richard Klein et moi-même à l’époque où Richard était encore mon étudiant. En 1981, nous parlions de « modernité raisonnable », mais bien vite c’est « modernité discrète » qui s’est imposé, gommant ainsi le terme « raisonnable », qui pouvait apparaître comme un jugement de valeur. Ce que nous voulions indiquer par cette terminologie, c’est que bien des architectures dans l’entre-deux guerres montraient la voie d’une modernité autre, non reconnue. Ces architectures (souvent régionalistes ou expressionnistes) avaient été intégrées dans le champ de l’architecture éclectique par l’équipe de Maurice Culot, alors même qu’elles avaient cherché à s’extraire de ce courant dans leur époque, en effectuant y compris un travail théorique : on peut citer par exemple Gabriel Pagnère, qui le premier a fait venir Le Corbusier à Lille, mais aussi Horace Pouillet, dont l’architecture expressionniste se distingue nettement du courant éclectique, sans rien devoir au mouvement moderne. De même, après la seconde guerre mondiale, au moment où se développait l’architecture internationale, des architectes ont cherché une voie originale (pour ma part j’ai travaillé sur la reconstruction de Dunkerque). Pour nous cette question de la modernité discrète était très importante car notre Région est très riche en architectures éclectiques et très pauvre en architectures du mouvement moderne. Par contre, on y trouve nombre d’architectures originales qui n’appartenaient alors à aucun classement. L’un des objectifs du séminaire était de faire reconnaître ces architectures.

 Méthodologie
L’archéologie du projet suppose que l’on puisse avoir accès à l’ensemble des éléments du projet et du contexte dans lequel le projet s’est élaboré. Ainsi, la connaissance des données physiques environnant le projet était en principe requise ; c’est à dire aussi bien l’organisation du travail au sein de l’agence que la bibliothèque de l’architecte (en tant que des sources de cet ordre ont pu influer sur le projet : j’avais été personnellement intéressé par la structure de l’agence de Pierre Neveu, par sa bibliothèque, mais aussi le mobilier dont il était l’auteur, de même que par l’organisation de l’agence GGK à Amiens). Bien évidemment une telle connaissance exhaustive est rarement possible sur des projets du passé, d’où fréquemment l’envie d’exploiter des données d’architectes encore en exercice, malgré les difficultés épistémologiques que cela présente. Néanmoins, nous avons à notre place participé modestement à la reconnaissance de la validité des archives orales (aux côtés des historiens : on peut citer l’institut du temps présent et le rôle de Danièle Voldman). Nous avons donc exploré différentes voies en fonction des possibilités d’accès aux données.

Certaines expériences ont conforté nos intuitions initiales, en particulier à partir du don à l’école d’architecture de Lille des archives d’un architecte local important : Louis Cordonnier. L’intérêt pour nous était que des esquisses des projets avaient été conservées dans ces archives.
La première recherche sur ces archives a porté sur la basilique Notre Dame de Lorette, construite après la première Guerre Mondiale et inaugurée en 1925. Les archives présentaient une série d’esquisses spatialement très différentes. La recherche effectuée par Sylvie Castel a montré que l’élément déclencheur, qui a abouti a la séparation de la basilique et du clocher, finalement traité en campanile, a été le projet d’un jeune anglais extrait de la bibliothèque de l’architecte, et dont Cordonnier s’est directement inspiré.
La seconde recherche sur ces archives, à laquelle étaient associées Sylvie Castel et Danielle Dubois, a porté sur les esquisses du Grand Théâtre de Lille. Nous nous sommes retrouvés devant 58 esquisses de la façade principale, nombre considérable qui posait problème. En effet, contrairement à Notre Dame de Lorette, ces esquisses ne transformaient pas fondamentalement le projet. Elles reflétaient plutôt les embarras de l’architecte. Pour ce concours anonyme, Cordonnier avait remis deux projets : un projet néo-flamand, qui correspondait à sa doctrine propre, et un projet néo-classique pour lequel il avait embauché de jeunes étudiants en architecture parisiens. La raison en était que Cordonnier savait que la ville de Lille n’était plus favorable à son positionnement néo-flamand. Il se trouve que c’est le projet néo-classique qui a remporté le concours, d’où les esquisses qui reflétaient plutôt les hésitations de Cordonnier. Cette recherche nous a éclairés sur les conditions du projet, sur le rapport entre le projet et son environnement institutionnel et doctrinaire.
Ainsi, les archives de Cordonnier nous ont permis d’affiner le positionnement du séminaire.
Par la suite, d’autres recherches ont été fructueuses quant aux relations des projets avec leur contexte, telle que celle sur Gabriel Pagnère menée par Nathalie Ponchel. Les recherches de Richard Klein sur Louis Quételart, objet de son diplôme, constituent un cas un peu à part, car c’est en collaboration avec Richard quand il était mon étudiant qu’ont été élaborés les concepts et méthodes qui ont vu naître le séminaire.

La suite de l’histoire
L’objet du séminaire était très ambitieux. Il supposait d’une part une bonne connaissance du contexte d’élaboration des projets, d’autre part la conservation de tous les croquis et esquisses qui avaient mené au projet. Il était tentant de travailler sur des architectes encore en activité, mais d’une part cela demandait une confiance difficile à obtenir, d’autre part les interférences entre la recherche et la pratique n’étaient pas forcément simples à évaluer. Pour ces raisons, après une période active de développement du séminaire, progressivement celui-ci s’est transformé en séminaire d’Histoire. Il en est resté un accent particulier sur le projet comme source de la recherche. En réalité, ceci est très important (en attestent les recherches de Magomedov sur Melnikov), car l’architecture construite n’est que la partie émergée de la production architecturale. Pour ma génération, qui a vécu intégralement sous le régime des concours, on peut considérer qu’environ huit projets sur dix restent dans les cartons (parfois bien plus). La recherche doit donc porter sur cette situation spécifique : du point de vue des implications théoriques, quel est le rôle des projets non construits ? Comment influencent-ils la production globalement ? Dans tous les cas, s’immerger dans les archives d’un architecte aujourd’hui c’est bien faire œuvre d’archéologie du projet.

Enfin, je ne voudrais pas gommer le caractère militant du séminaire. Tandis qu’à Lille les historiens ont milité pour l’architecture d’entre les deux guerres, nous avons été parmi les premiers à militer pour la reconnaissance de l’architecture de la reconstruction, particulièrement importante dans notre Région (Dans le livre « L’architecture de la reconstruction en France », paru en 1982 sous les plumes d’Anatole Kopp, Frédérique Boucher et Danièle Pauly, il n’y a que quelques lignes sur la reconstruction de Dunkerque, qui ne retient pas leur intérêt).

 

[Sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2021, 12 août). Le séminaire « Archéologie du projet ». Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrol

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search