Continuités et ruptures dans l’enseignement à l’école régionale d’architecture de Lille

Par Richard Klein,
architecte, docteur en histoire de l’art, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille
&
Gilles Maury,
architecte, docteur en histoire de l’architecture, maître de conférence à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

 Lille est à la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1950 la capitale administrative et culturelle d’une région économiquement prospère, rouage essentiel dans l’équilibre de l’économie nationale. Lille est aussi, dès cette époque, la plus grande métropole de province à être reliée à Paris par une ligne de chemin de fer rapide et régulière, facteur d’une certaine praticité facilitant les relations étroites entre les élites parisiennes et septentrionales. Dans ce contexte, la création d’une école régionale d’architecture peut être interprétée comme la consolidation de liens qui se sont forgés entre différentes générations d’architectes. D’abord formés sur place, ces architectes parachèvent leur formation à Paris, avant de revenir exercer dans le Nord et enseigner à leur tour. Que ce schéma ait perduré très longtemps, finalement jusqu’à l’après 1968, justifie que l’on détaille autour de quelles figures et comment s’est articulée cette double passation, tant professionnelle que pédagogique. Cette remarquable continuité est interrompue par la parenthèse de la nomination de Robert Mallet-Stevens à la tête de l’École des Beaux-arts en 1935. Si le projet initial de Robert Mallet-Stevens vise une réforme en profondeur de l’école des Beaux-arts dans ses relations aux différentes disciplines enseignées, la période qui suit la seconde guerre mondiale est surtout marquée par la poursuite des logiques antérieures symbolisées par la commémoration en 1955 du bicentenaire de l’enseignement des Beaux-arts et le cinquantenaire de l’École régionale d’architecture de Lille.

La capitale des Flandres sous influence parisienne

Après sa reconquête par Louis XIV en 1667, Lille est doté d’une école de dessin en 1755, dans un mouvement général visant à donner à cette partie des Flandres une culture plus française[1]. Déjà, les relations des différents artistes qui y occupent les postes d’enseignants jusqu’au milieu du XIXe siècle sont marquées par une forte obédience aux cercles culturels parisiens. En effet, peintres, sculpteurs et architectes sont très majoritairement formés à la capitale, voire en Italie, et gardent dans leurs relations des amitiés durables avec les élites. François Verly (1760-1822), Grand Prix de Rome d’architecture en 1784, ami de Percier et Fontaine, est le premier maillon d’une chaîne quasi ininterrompue d’architectes et enseignants lillois fortement liés à Paris. L’itinéraire de ses successeurs obéira au même schéma : Louis Leplus (1798-1851), élève lillois parti pour Paris puis Rome, devient professeur d’architecture en 1830, tout comme Charles Benvignat (1805-1877), enseignant entre 1831 et 1864. Ce qui n’était au départ qu’une école de dessin devint, par la réunion de plusieurs disciplines, les Écoles académiques de Lille.

Sous le Second Empire, alors que Lille devint un pôle administratif important et bénéficia d’une dynamique industrielle exceptionnelle portée par les villes voisines de Roubaix et Tourcoing, les relations avec Paris prirent de l’ampleur. A ce titre, la visite du couple impérial à Lille et dans les environs en 1853 marqua le début d’une accélération des échanges avec la capitale. En 1868, deux architectes, Emile Vandenbergh (1827-1909), formé à Lille puis à Paris dans l’atelier Labrouste, et Auguste Mourcou (1823-1911) décidèrent de fédérer leurs confrères en une association, la Société des architectes du Nord de la France[2], destinée à défendre les intérêts de ses membres et « de donner des garanties de savoir et de moralité à la confiance du public »[3].  En outre, le premier statut de la Société incluait en sixième point une dimension pédagogique pour aider « de ses conseils les élèves et les jeunes architectes »[4]. L’école des Beaux-arts de Paris venait l’année précédente de créer le premier diplôme d’architecture, non obligatoire, mais qui devait être le jalon essentiel d’une professionnalisation devenue de plus en plus nécessaire face à une concurrence non réglementée. Calquée sur le modèle de la Société centrale, l’association lilloise compta dans ses premiers adhérents nombres d’architectes qui étaient déjà membres de l’institution parisienne.

Les enjeux de la formation des architectes et la protection d’un titre qui restait à défendre émaillèrent les débats de la Société régionale, tout comme ceux diffusés dans les principales revues d’architecture de l’époque. Présents à tous les congrès nationaux d’architecture organisés dans le dernier tiers du XIXe siècle, les architectes de la Société régionale défendirent ardemment la création de l’école des Beaux-arts de Lille en 1897, alors que se profilait déjà l’idée d’écoles régionales d’architecture. Il faut noter que la tenue du Congrès national des architectes se tint à Lille la même année, événement concrétisant les amitiés ainsi que les relations étroites entre professionnels lillois et parisiens.

La nouvelle école régionale des Beaux-arts s’appuyait sur l’intégration des arts décoratifs en tant que nouvel enseignement, complétant une offre pédagogique destinée à mieux former les jeunes générations aux divers métiers conjoints à l’architecture. Elle fut alors organisée en quatre sections : peinture et dessin, sculpture, arts décoratifs et industriels[5], architecture. Suite à au décret daté du 23 janvier 1903 portant sur la création des écoles régionales d’architecture, la quatrième section prend le nom d’École Régionale d’Architecture (ERA) en 1905. Lorsqu’en 1903 les premiers rapports de Guadet sur la création des écoles régionales d’architecture sont commentés dans la revue de la Société régionale, les architectes ne manquent pas de souligner la vitalité des arts décoratifs et leur apport renouvelé à l’architecture[6]. En créant des prix d’émulation à destination des artisans et entrepreneurs dès les années 1870, la Société régionale cherchait à défendre la qualité des productions par la mise en valeur des formations au sein même des ateliers des entreprises du bâtiment, sorte de calque du système que les architectes pratiquaient dans leurs agences en formant des apprentis, futurs collègues et éventuels repreneurs. La filiation, plus ou moins consciente mais formant presque un système de formation parallèle, en tout cas indispensable et complémentaire aux cours académiques, était un principe qui s’appliqua par ailleurs à l’enseignement.

Une longue tradition d’endogamie pédagogique

Non content d’avoir créé la Société régionale, Emile Vandenbergh fut un architecte également intéressé par l’enseignement et les nouvelles questions de pédagogie[7]. Formant lui-même des apprentis au sein de son agence, Vandenbergh fut un soutien indéfectible pour l’établissement d’une école d’architecture liée aux Beaux-arts, pouvant proposer une formation d’excellence[8]. Faut-il s’étonner alors que les premiers enseignants et directeurs lui soient plus ou moins directement liés ?

En ce qui concerne le corps enseignant, dès avant l’établissement officiel de l’ERA, les principaux enseignants en architecture aux Beaux-arts sont des relations proches de Vandenbergh et tous des membres de la Société régionale, comme Alphonse Dubuisson (1839-1920) qui enseigne de 1875 à 1897 et qui fut formé par Vandenbergh lui-même. La formation et la carrière de son fils, Émile Dubuisson (1873-1947), illustre parfaitement ce que l’on entend à l’époque comme parcours exemplaire. Élève à Lille, formé chez Vandenbergh puis collaborateur de son père, il se perfectionne à Paris chez Julien Guadet, obtient son diplôme en 1900. Dès 1905, il enseignera l’architecture à l’ERA, tandis qu’à l’École des Beaux-arts, il donne des cours sur les Arts décoratifs[9].

Le premier directeur de l’ERA, entre 1905 et 1907, Jules-Louis Batigny (1838-1909), est sans doute nommé en raison de sa carrière, un rien plus prestigieuse que celle de Vandenbergh, par ailleurs déjà retraité, et mieux identifiée à Paris. Il y fut formé (chez Lebas et Ginain), certes comme la grande majorité des architectes lillois de renom, mais fut l’un des très rares à être distingué au concours du Prix de Rome, et paracheva sa formation en tant que collaborateur principal de Charles Garnier sur le chantier de l’opéra de Paris. Ce bref passage pendant les deux premières années d’existence de l’école est éclipsé par l’exceptionnelle longévité de Georges Dehaudt (1870-1947), directeur de 1907 à 1943. Dehaudt fut un ancien élève de Vandenbergh et commença a enseigner dès 1902, alors qu’il ne passe son diplôme à Paris (élève de Constant Moyaux, lui-même homme du Nord) qu’en 1908 seulement[10]. Dehaudt formera plusieurs générations d’architectes, dont un trio d’enseignants qui marqua l’articulation de l’après Seconde Guerre Mondiale. Gaston Doisy (1905-1992), Robert Clément (1907-1991) et André Lys (1909-1973), formés durant l’entre-deux guerres, iront tous se parfaire à Paris dans l’atelier de Paul Bigot, avant de revenir exercer et enseigner à Lille, où ils formeront eux-mêmes d’autres architectes et futurs enseignants. Le schéma « formation locale + parachèvement parisien », associé à une carrière d’enseignant est donc une réalité durant une bonne partie du XXe siècle.

Jusqu’en 1968, l’ERA demeurant sous la tutelle de l’École des Beaux-arts, l’enseignement reposait donc sur une sorte de double direction. Pendant trente années, la direction de l’école des Beaux-Arts par le même directeur, Émile Gavelle[11] (1873-1956) assure la stabilité administrative de l’établissement qui accueille l’école régionale d’architecture dont la continuité pédagogique est conditionnée par le système de relations académiques avec l’Ecole nationale des Beaux-Arts et les relations pédagogiques maîtres-élèves qui assurent la transmission par la filiation. Gavelle est nommé le 1er octobre 1905 et il exercera sa direction en parallèle de celle de Dehaudt pour l’architecture, partageant avec les architectes enseignants l’importance et la nécessité du développement de l’enseignement des arts décoratifs[12].

Une rupture ?

En 1935, au moment où Émile Gavelle prend sa retraite, la venue de l’architecte Robert Mallet-Stevens, le premier non lillois à être nommé au poste de directeur de l’École des Beaux-Arts de Lille est donc un événement. Le Grand Écho du Nord de la France annonce la nouvelle par un communiqué issu de sa rédaction parisienne le jeudi 10 octobre 1935[13]. Le 12 octobre 1935, un article du journal Comœdia promet à l’école lilloise une cure de rajeunissement[14] et commente longuement les principaux axes du projet pédagogique de Mallet-Stevens qui permettent de comprendre les enjeux de cette nomination. La direction de l’École par une notoriété parisienne est d’abord un événement. Mallet-Stevens ne fait pas partie des Lillois qui, depuis les tout débuts de l’institution enseignent et dirigent l’École. Sa personnalité, sa formation à l’École Spéciale d’Architecture, son engagement et son cursus professionnel, tout l’éloigne de l’école lilloise. C’est une personnalité parisienne en vue qui publie, au moment même de cette nomination, l’article L’architecture « d’aujourd’hui »[15] s’opposant aux thèses des régionalistes et défendant l’idée d’une architecture moderne internationale. La venue de Mallet-Stevens engendre logiquement de vives polémiques dans les milieux locaux. E. Vandenbeusch, président de l’Association des Anciens Élèves et Amis de l’École des Beaux-Arts, adresse une lettre ouverte au maire de Lille, diffusée dans la presse[16] et envoyée au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Le Grand Écho du Nord diffuse cette lettre de protestation le 23 octobre 1935 alors que l’arrêté préfectoral de nomination officielle de Robert Mallet-Stevens est signé le 22 octobre. Mais la lettre est précédée d’un long article consacré à Mallet-Stevens et à ses projets pour l’École[17], dont le sous-titre, La jeunesse du Nord doit être orientée vers une rénovation constante de l’art français, annonce une réponse de l’architecte à ses détracteurs. L’architecte Eugène-Gabriel Pagnerre[18] répond à la protestation des anciens élèves et amis de l’École des Beaux-Arts de Lille en soutenant cette nomination. La polémique va s’étaler essentiellement dans la revue bimensuelle de l’association des Amis de Lille et entraîner des débats jusqu’au mois de juillet 1937. Ces débats vont mettre au jour les rivalités entre les villes de la métropole lilloise et le point de vue qu’Émile Gavelle avançait lors du congrès des « Arts Régionaux appliqués à l’Habitation » organisé en 1932 à Lille. Émile Gavelle défendait alors l’unité de l’enseignement face aux thèses provincialistes de Charles Bourgeois, architecte et directeur de l’École des Beaux-Arts de Tourcoing[19].

La nomination de Mallet-Stevens est en effet surtout le signe d’une volonté de réforme de l’enseignement. L’architecte souhaite développer à l’école des Beaux-Arts de Lille les objectifs de la jeune Union des Artistes Modernes. Des intervenants et conférenciers, membres de l’UAM, sont prévus au programme et la refonte de l’enseignement est envisagée sous l’angle de l’union de l’art et de la technique dans l’ambiance de la préparation de l’exposition de 1937. Les enjeux de doctrine et de formation tendent à construire à Lille le chaînon manquant des activités de l’UAM : l’enseignement. La commande d’un édifice public (une école d’architecture jumelée avec un conservatoire de musique) et la tentative d’investir professionnellement un territoire en plein développement porté par la politique social-démocrate lilloise et les capacités industrielles du patronat local motivent vraisemblablement le nouveau directeur.

Le temps de sa direction, Mallet-Stevens modifie considérablement le fonctionnement de l’École des Beaux-Arts et tente de modifier celui de l’ERA. Pendant cette période où l’apprentissage des métiers qualifiés et la pratique des grands travaux sont considérés comme des moyens de lutte contre le chômage[20], la tendance qu’incarne le nouveau directeur est celle d’un développement des arts appliqués et de la technique quelque peu décalée par rapport à la tradition académique. Le programme de Mallet-Stevens est ambitieux, il prévoit la révision des heures afin de permettre la présence aux cours jugés indispensables comme ceux consacrés à l’histoire des arts et aux techniques graphiques, la création de nouveaux cours concernant les matériaux béton et acier et les nouvelles techniques liées à l’hygiène, la liaison avec l’École d’Arts Appliqués par le biais de programmes communs, la mise en place de visites de musées, d’industries et de chantiers, la révision des exercices d’atelier dont les programmes doivent être soumis à la direction de l’École, la mise en place d’un cycle de conférences dont la liste des participants est issue directement de la liste des membres de l’UAM[21].

En 1939, les rapports d’inspection d’Albert Laprade soulignent les améliorations des dernières années. Soutenues par l’ancien directeur, Émile Gavelle, et par le Comité de patronage de l’École, épaulées par Eugène Gaubert, censeur de l’École, l’action ambitieuse de Mallet-Stevens et la mise en place d’un laboratoire de recherche artistique au service de l’industrie régionale sont cependant contrariées par les conditions économiques défavorables, la diminution des effectifs et la réduction des finances de l’établissement en raison de la diminution régulière des subventions de l’État entre 1935 et 1940.

La commande d’un édifice public est associée au poste de directeur de l’École. En effet, la ville de Lille envisage, dès 1936, la construction d’un nouveau bâtiment regroupant l’École des Beaux-Arts et le Conservatoire de Musique. Mallet-Stevens est pressenti pour cette réalisation qui fait partie d’un programme de grands chantiers publics mis en place par la municipalité lilloise pour résorber le chômage dans la construction. Le projet de l’école des Beaux-Arts de Lille est élaboré par Mallet-Stevens entre 1936 et 1938.

Retour d’une certaine tradition pédagogique

Au début de la seconde guerre mondiale, Robert Mallet-Stevens demande au maire de Lille un congé sans solde[22] qui lui est accordé le 23 octobre 1939[23] et propose son remplacement temporaire par Eugène Gaubert en soulignant son intention de reprendre son activité après les hostilités[24]. Entre les mois de septembre 1939 et octobre 1942, le poste de directeur de l’École des Beaux-Arts de Lille est vacant. Émile Dubuisson, assure assez logiquement la direction intérimaire depuis le départ de Robert Mallet-Stevens en 1939 dans un contexte propice au rétablissement des habitudes régionales. Mais, dès le 17 avril 1942, le préfet du Nord demande au maire de Lille la démission d’Émile Dubuisson de son poste de professeur à l’EBA en raison de son appartenance à la Franc Maçonnerie. L’insistance du préfet se fera plus pressante après la promulgation de la loi du 2 juin 1942 sur les sociétés secrètes. L’examen des candidatures pour le poste de directeur de l’École des Beaux-Arts a lieu le 29 septembre 1941. Le maire de Lille souhaite un candidat de la région afin de donner à l’Ecole un caractère qui lui soit propre et un candidat jeune. Le 2 novembre 1942, le peintre Paul Desrumaux (1899-1990), ancien élève lillois est nommé directeur de l’École des Beaux-Arts de Lille. Il assurera cette direction jusque 1967. Au mois d’octobre 1943, par une décision confirmant les enjeux locaux et la reproduction du schéma des passages de relai précédents, Marcel Favier (1887-1967) est nommé directeur de l’Ecole Régionale d’Architecture. Ancien élève de Jules-Louis Batigny puis de Georges Dehaudt à l’ERA de Lille, puis de Henri Laloux à l’ENSBA, Marcel Favier, diplômé en 1919, dirige l’école régionale d’architecture de Lille jusqu’en 1957 en renouant avec les habitudes pédagogiques d’avant-guerre.

En 1955, l’ERA à l’opportunité de fêter son cinquantenaire, qui coïncide avec le bicentenaire de l’École des Beaux-arts. L’événement qui revêt une certaine solennité est l’occasion d’une grande exposition rétrospective présentée au Palais des Beaux-arts de Lille, accompagnée de l’édition d’une publication. L’ensemble souligne surtout, en filigrane des courtes notices biographiques et des paragraphes d’introduction des sections chronologiques, une continuité de l’institution défendant à la fois ses talents locaux sans se départir d’une obédience parisienne. Bien que mentionnée, l’épisode de la Direction de l’école des Beaux-Arts par Mallet-Stevens est quelque peu oublié et n’occupe qu’une seule entrée du catalogue, au même titre que la plupart des autres artistes exposés[25].

Les travaux des professeurs, des anciens élèves, les médailles et les résultats aux concours de l’ENSBA sont mentionnés ou exposés. Les anciens élèves devenus professeurs comme Robert Clément, Gaston Doisy, Marcel Favier ou André Lys y présentent leurs réalisations architecturales. Les dessins de quelques étudiants d’origine polonaise sont remarqués comme ceux de Ludwig Peretz (né en 1923) qu’ils soient liés à l’archéologie, aux projets rendus d’architecture, à la construction ou au concours Rougevin. Ludwig Peretz sera le concepteur avec le directeur de l’ERA de Lille, Marcel Favier, de la nouvelle école des Beaux-arts qui ouvrira ses portes en 1964, quelques années avant de nouveaux changements, si ce n’est du caractère endogamique des relations Maître-élèves, au moins de localisation et d’autonomie administrative de l’ERA par rapport à l’école des Beaux-arts.

[1] Bicentenaire de l’École des Beaux-arts de Lille, 1755-1955, Lille, Palais des Beaux-arts, 1955, p.11 à 13.
[2] Gilles Maury, « Confraternité et agapes, la Société régionale des architectes du Nord en représentation, 1868-1914 », dans Sociétés et représentations, n°30, décembre 2010, Paris, publications de la Sorbonne, p.123-139.
[3] L’architecture et la Construction dans le Nord, n°2, 1891, p.20.
[4] Bulletin de la société des architectes du Nord de la France, n°1, 1868-69, p.6.
[5] L’enseignant responsable de la section arts décoratifs et industriels de 1910 à 1935 est l’architecte lillois Émile Dubuisson.
[6] L’architecture et la Construction dans le Nord, n°11, nov. 1903, p.125.
[7] Il fut Officier de l’instruction publique et obtint les Palmes académiques. La densité de la carrière de Vandenbergh, et notamment toutes les charges honorifiques qu’il cumula, en font un personnage clef de l’architecture dans le Nord. Il fit en outre un rapport sur l’enseignement des Arts décoratifs en Angleterre en 1882. Voir Bulletin de la Société régionale des architectes du Nord de la France, n° 15, 1882-83, p. 27.
[8] Dès 1891, on peut le voir s’impliquer dans l’idée de création d’une école d’architecture à Lille. L’architecture et la Construction dans le Nord, n°6, juin 1891, p.70 et suivantes.
[9] Sur l’impact de la famille Dubuisson dans l’enseignement et les arts à Lille, voir Elise Guillerm, « Le rayonnement artistique d’une famille dans le Nord : les Dubuisson, artistes et architectes en interaction à Lille, à la Belle Époque et dans l’entre-deux guerres », dans Revue du Nord, N°417, tome 98, juin 2017, Villeneuve-d’Ascq, Université Sciences humaines et sociales, p.839-853.
[10] Ce diplôme obtenu tardivement ne l’empêche pas d’être membre du Conseil supérieur de l’enseignement des Beaux-arts à Paris dès 1910.
[11] Émile Gavelle est né à Lille le 10 avril 1873. Après des études de droit à la Faculté de Lille, il est diplômé de l’École du Louvre avec une thèse portant sur la peinture hollandaise de la première moitié du XVIe siècle.
[12] Gavelle est envoyé en mission par la ville de Lille en 1908 à l’exposition de Munich et livre un rapport sur l’enseignement des beaux-arts et l’art moderne allemand.
[13] « Mallet-Stevens est nommé directeur de l’École des Beaux-Arts », Le Grand Écho du Nord de la France, jeudi 10 octobre 1935, n°283, 118e année, p.3.
[14]  S. Gille-Delafon, « À l’École des Beaux-Arts de Lille, les projets de Mallet-Stevens », Comœdia, 12 octobre 1935.
[15]  Robert Mallet-Stevens, « L’architecture d’aujourd’hui », L’Architecture d’Aujourd’hui n°9, septembre 1935.
[16] Lettre reproduite dans Les Amis de Lille, n°194-195, 15 octobre-1er novembre 1935, p. 1. Son courrier d’accompagnement adressé au président des Amis de Lille est daté du 21 octobre 1935. Archives départementales du Nord, 70J108.
[17] F.J. Lardeux, « M. Robert Mallet-Stevens, directeur des Beaux-Arts à Lille, grand artiste moderne ». Le Grand Écho du Nord de la France, mercredi 23 octobre 1935, n°296, 118e année, p. 1 et 3.
[18] L’architecte Eugène-Gabriel Pagnerre est à l’origine de la venue de Le Corbusier à Lille pour une conférence tenue en 1933 dans la salle du Conservatoire de Musique.
[19]Georges Dehaene, « Architecture Régionale ou architecture Passe-Partout ? L’Esprit de l’Enseignement des Beaux-Arts, Lille-en-Wallonie ? ? ? », Les Amis de Lille, n°204-205, 15 mars-1er avril 1936, pp. 12 à 14.
[20] En 1936, une affiche municipale propose : CONTRE LE CHÔMAGE, Jeunes gens que le chômage laisse dans l’oisiveté, ne perdez pas votre temps ! À l’École des Beaux-Arts, vous trouverez des cours intéressants professés par des maîtres bienveillants. INSCRIVEZ-VOUS. Dans n’importe quel métier, si vous complétez votre éducation artistique, vos connaissances en dessin et géométrie élémentaire, vous augmenterez vos qualités d’artisan. Archives administratives de l’École des Beaux-Arts de Lille, Bibliothèque municipale de Lille.
[21] Les rapports d’Albert Laprade, inspecteur général de l’enseignement artistique depuis 1932, donnent des indications sur l’évolution de l’École des Beaux-Arts de Lille pendant ces années. Albert Laprade souligne que l’école était trop orientée auparavant vers la formation des grands prix de Rome et salue une meilleure adéquation entre le caractère industriel de la région et l’enseignement. Rapports d’Albert Laprade, Archives municipales de Lille, 1R1/100.
[22] Robert Mallet-Stevens, lettres des 11 septembre et 3 octobre 1939 adressées au maire de Lille. Archives municipales de Lille, 1R1/59.
[23] Arrêté municipal n°7069 du 23 octobre 1939. Archives municipales de Lille. 1R1/59.
[24] Archives municipales de Lille. En 1940, alors qu’il est réfugié à Penne d’Agenais, Mallet-Stevens rédige un projet d’organisation de l’enseignement des beaux-arts dont le contenu est manifestement issu de son expérience lilloise.
[25] Bicentenaire de l’École des Beaux-arts de Lille, op. cit., p. 76.

[sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2021, 20 août). Continuités et ruptures dans l’enseignement à l’école régionale d’architecture de Lille. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrom

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search