De Euralille à l’ENSA Lille. L’enseignement du projet à l’École d’Architecture de Lille et des Régions du Nord au prisme du projet urbain.

Par Véronique Patteeuw,
maîtresse de conférence à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de Lille et professeure invitée en théorie de l’architecture à la KULeuven et à l’EPFL Lausanne

 

Hypothèse. Jusqu’à récemment, Lille (pop. 1.000 000), une ville autrefois importante, menait une existence légèrement mélancolique. Ancienne ville minière et textile, elle avait connu des temps sombres. Mais deux nouvelles donnes – le tunnel entre l’Angleterre et le continent et le réseau TGV (le train français à très grande vitesse qui le traversera) – vont transporter Lille comme par enchantement et lui donner une importance toute synthétique. [1]

 Le 1er décembre 1990, les travailleurs du tunnel sous la Manche du Royaume-Uni et de la France se rencontrent à 40 mètres de profondeur. Le tunnel qui s’ouvrira le 6 mai 1994 annoncera une nouvelle aire pour la métropole lilloise. Lille, une ville industrielle avec un taux de chômage élevé, y voit l’opportunité de gagner une place de choix sur la carte de la nouvelle Europe. Sa situation stratégique, à la jonction des lignes TGV reliant Paris, Londres et Bruxelles, ferait de Lille le carrefour de l’Europe. Ggrâce aux liaisons de TGV, la ville du Nord deviendrait hypothétiquement, comme le suggère Rem Koolhaas, “le centre névralgique d’une communauté virtuelle de 50 millions d’Européens qui vivront tous à une distance de 1,5h de Lille”.[2]

Cette idée même est à la base du projet urbain d’Euralille, le centre international d’affaires, qui naît de la convergence d’une vision politique, d’une relation de la ville au territoire et de la conception urbaine radicalement contemporaine. Le projet naît d’une triade d’ambitions et d’acteurs fondamentaux : Pierre Mauroy, maire de Lille et président de la communauté urbaine, qui obtient en 1987 la décision favorable des croisements de chemins de fer au centre même de Lille et non à sa périphérie comme initialement prévu par la SNCF[3], Jean-Paul Baïetto, directeur général de la Société d’Économie Mixte Euralille, qui coordonne l’étude de cadrage, la définition du projet et l’urbanisme opérationnel et, enfin, Rem Koolhaas, co-fondateur de l’Office for Metropolitan Architecture (OMA) et lauréat de la consultation internationale organisée en 1988[4]. OMA développera le masterplan pour un vaste programme d’activités urbaines comprenant la nouvelle gare TGV, des commerces, des bureaux, des parkings, des hôtels, des logements, une salle de concert, un centre de congrès. Le tout couvrira les 120 hectares des anciennes fortifications de la ville par Vauban.

Installée depuis 1979 à Villeneuve d’Ascq, à moins de six kilomètres de distance du chantier d’Euralille, l’École d’architecture de Lille et des régions du nord dispense un enseignement de l’architecture dans la région[5]. Si la généalogie du projet d’Euralille, son contexte, ses acteurs, et la démarche de son concepteur ont fait l’objet de plusieurs ouvrages[6], qu’en est-il de l’incidence de ce projet urbain sur l’enseignement du projet à l’École d’architecture de Lille?

Cet article explore l’enseignement du projet à l’École d’architecture de Lille et en particulier les diplômes réalisés à la lumière du projet urbain d’Euralille. Il se base sur un enseignement exploratoire organisé d’abord à l’ENSA Paris-Malaquais,[7] puis à l’ENSAP Lille[8]. Pendant trois années consécutives, l’histoire de l’enseignement à l’ENSA Lille a été analysée au prisme de l’enseignement du projet (2017), de la pluridisciplinarité (2018) et des diplômes (2019). Ce premier tâtonnement du terrain en collaboration avec les étudiants a été complété par le croisement de deux données distinctes. D’une part, les archives de l’ENSAPL, notamment la diathèque contiennent des centaines de diapositives des enseignements donnés. Les diapositives témoignent des contenus, méthodes et outils utilisés et permettent de visualiser les enseignements donnés et TPFE réalisés[9]. Elles documentent les projets, les dessins, les maquettes, les installations, les performances, la vie quotidienne et les exceptions, voyages et diplômes. On y appréhende les outils et références d’époque, les échelles abordées, mais également les différences entre ateliers. Ces différences s’expriment également au travers de l’histoire orale, deuxième type de données analysées. D’autre part, des entretiens avec d’anciens enseignants et/ou étudiants ont été organisés sur une période de six mois[10]. Leurs récits – avec toute précaution nécessaire quant à ce type de recherche[11] – permettent de comprendre l’enseignement  reçu. Cette dizaine de rencontres a également permis d’ouvrir des fonds privés où dessins, maquettes et écrits ont été précieusement gardés par certains, perdus puis retrouvés par d’autres.

 

Moments de ruptures dans une continuité (1970-1989)

La décennie des années 1970 est marquée par le projet urbain. Du projet des Hautes Formes de Christian de Portzamparc (1975-1979) aux numéros consécutifs de L’Architecture d’Aujourd’hui sous la direction de Bernard Huet, le projet urbain ne cesse d’apparaitre dans les débats en France[12]. En 1979, Marc Emery résume ce débat de manière succincte :

Toute une génération d’architectes s’est exercée à redessiner des morceaux de ville, corrigeant en toute quiétude ce que Gropius qualifiait de « désordre urbain »[13].

Cependant, cette attention pour la cause urbaine ne stimule pas l’enseignement du projet à Lille, qui semble, dans un premier temps, peu portée par la dynamique métropolitaine ou les enjeux urbains. De 1977 au début des années 1990, il est dominé par l’approche romantique, formelle et sémantique de l’architecte Ricardo Porro[14]. Ce Cubain exilé en France à partir de 1966, l’un des grands modernistes dans son pays, propose à Lille un enseignement du projet porté par la forme architecturale comme signe, métaphore et langage. Sa présence dominait à l’école. Emmanuel Doutriaux (1978-1986) s’en souvient :

Lille, une école provinciale, recevait un ténor qui déséquilibrait le système. (…) Son influence quasi excessive jetait une ombre sur d’autres enseignants et enseignement[15].

Plusieurs ateliers tentent des alternatives à cette approche. Celui dirigé par Claude Franck par exemple, marqué par l’héritage de Huet, le modèle de Siza et celui de Paul Bossard, insiste sur l’intégration d’un bâtiment aux sites et les dimensions sociales et psychologiques du métier. L’atelier de Daniel Treiber se concentre sur le patrimoine, l’analyse, le relevé et des projets de réhabilitation, parfois illustré par des exemples japonais. L’atelier d’Eric Dubosc, « plus professionnel que spéculatif ou théorique » [16], est orienté vers la construction en métal et en bois. La plupart des ateliers proposent un enseignement de projet tourné vers la poursuite d’une architecture moderne tout en mettant des accents locaux. En effet, les débats semblent plutôt se concentrer sur la poursuite, ou non, du mouvement moderne. En 1981, à Paris, l’Institut français d’architecture ouvre ses portes et propose l’exposition « Architecture en France, modernité/postmodernité (nouvelles tendances de l’architecture française) »[17], tandis que sur la scène internationale, le postmodernisme est célébré à la première Biennale d’Architecture à Venise et contesté trois ans après dans le célèbre texte de l’historien anglo-américain Kenneth Frampton qui publiera en 1983 « Towards a Critical Regionalism »[18].

Dans ce contexte particulier, l’atelier dirigé par Thierry Baron et Philippe Louguet semble se distinguer à l’école de Lille car il développe un enseignement guidé par une ouverture disciplinaire et un univers intellectuel qui a marqué les élèves qui le fréquentaient. Tous le décrivent comme une révélation, comme une approche du projet architectural nouvelle, expérimentale et théorique. Pour Sophie Delhaye, « la grande qualité de l’enseignement de Louguet est peut-être celle du silence, de l’exigence dans son écoute. » Pour Emmanuel Doutriaux, « le prisme du beau s’y voyait remplacé par celui du « faire sens ». Pour Emmanuelle Menu, « il fallait élaborer une position, débattre ensemble, fonder sa réflexion, prendre position », tandis que Frank Vermandel évoque « une intellectualisation du projet, offrant une ouverture vers des horizons neufs ». Enfin, François Chaslin le décrit ainsi :

Assez éclectique, parfois expérimental et ‘versatile’ dans le bon sens du mot au sens où il n’était, d’une année sur l’autre, jamais répétitif.

En effet, en parallèle à l’enseignement dogmatique de Porro, moderne ou régionaliste de Treiber, Franck ou Dubosc, l’atelier Baron-Louguet témoignait des débats contemporains et portait un parfum de la postmodernité. Jencks n’était pas loin, tout comme les NY Five, Peter Eisenman ou Venturi. Le regard s’oriente sur la France et bien au-delà.

Complexity and contradiction[19] publié en 1966 et traduit en français en 1976, puis ensuite Learning from Las Vegas[20] ayant tellement bouleversé le paysage qu’il fallait en parler.[21]

Le binôme Baron-Louguet proposait également une pensée du projet en deux temps : un premier, rationalisé et verbalisé, mené par Philippe Louguet et un second, empirique et plutôt dessiné, mené par Thierry Baron. La pensée théorique du projet et son expression formelle s’y rejoignaient. Tandis que d’autres ateliers à l’École de Lille continuaient à défendre une approche moderne, cet atelier mettait l’accent sur la culture du paradoxe en architecture. L’exercice en troisième année dont se souvient Emmanuel Doutriaux est évocateur :

Les étudiants se voyaient demander de concevoir un immeuble de logement, rue de la Nation à Lille. Le vademecum commun à tous les étudiants était celui de « la révolution permanente »[22].

L’ouverture du champ disciplinaire que propose Baron-Louguet se voit complétée, dans les années 1980, par deux voix. Tout d’abord, celle de Jean-Claude Burdèse, enseignant du cours de théorie à l’ENSA Lille, qui s’appuyait sur une valorisation de l’existant et tissait des liens entre l’architecture et la (structure) sociétale. Burdèse ouvre d’ailleurs en 1989 le premier laboratoire de recherche à l’école (ARTE). Les traces dans la diathèque de son atelier montrent une approche expérimentale, où la manipulation de la maquette comme outil de conception se rapproche de celle qu’on voit émerger dans la même décennie chez OMA. Ensuite, celle du directeur de l’école Gérard Engrand. Fasciné par la personne de Rem Koolhaas, Engrand était sans doute le plus favorable à la démarche. Directeur de l’école, puis directeur du premier laboratoire de l’école, le CEC : Conception et Enseignement de la Conception[23], Engrand était inclus dans le cercle de qualité architecturale et urbaine organisé par Baïetto afin d’accompagner le projet d’Euralille. Si Engrand était séduit par l’instabilité programmatique que proposait OMA et par la question de la métropolisation, son objectif était de mettre en place une présence intellectuelle dans les ateliers, autre que celle introduite par la sociologie dans les années 1970. S’intéresser à « ce qui se passe dans la tête des architectes »[24] était sans doute un point de convergence avec Koolhaas. Bien plus tard, de 2003 à 2008, Engrand organisera avec Burdèse et François Delhaye (architecte associé à OMA lors d’Euralille) un séminaire de recherche sur l’intérêt de la dispute collective. En somme, dans un environnement dominé par un certain romanticisme puis tourné vers un certain néo-modernisme ou régionalisme, Jean-Claude Burdèse, Gérard Engrand et le duo Baron-Louguet, étaient sans doute les mieux préparés à recevoir la pensée Koolhaasienne ou le moment Euralilien, dix ans plus tard.

L’omerta d’Euralille (1987-1994)

Tandis que la presse se fait l’écho des tensions générées par Euralille, entre les partisans et les critiques, rien à l’école ne semble transparaître. Ni les projets urbains d’envergure, ni les approches architecturales et urbaines proposées par Koolhaas ne semblaient alors susciter de débats. Certes, il y existait une certaine fascination pour Koolhaas chez certains, mais celle-ci était accompagnée par tout autant de critiques et de méfiance. L’ensemble du corps enseignant se voyait divisé en plusieurs “camps”. D’une part, certains enseignants architectes qui vivaient l’arrivée de cet étranger avec incompréhension, voire mépris, puisque le jeune Koolhaas avait peu construit jusqu’alors. S’il a signé les bureaux de la Police à Almere en 1985 et le théâtre de danse néerlandais à La Haye en 1987, il n’avait pas encore fait ses preuves à une échelle d’une telle envergure que celle d’Euralille. D’autre part, d’autres enseignants considéraient le projet d’Euralille avec un certain espoir tant il offrait des perspectives d’emplois pour leurs agences. Si l’histoire d’Euralille aurait pu représenter une opportunité intellectuelle, un champ de croisement des théories et des pratiques, des histoires et des utopies, voire un renouvellement de la pensée du projet, les anti-koolhaasiens et les pro-koolhaasiens au sein de l’école de Lille ont préféré se taire, préservant leurs positions architecturales et ambitions professionnelles.

Rétrospectivement, très peu d’initiatives pédagogiques ont découlé de ce projet urbain. Vers 1989, Jean-Paul Baietto co-organise avec Gérard Engrand deux concours d’idées à destination des étudiants. Le premier était dédié à la physionomie des tours, le deuxième à l’espace public. Isabelle Menu, alors étudiante en 5ième année à l’école, a proposé cinq typologies d’approches de l’espace public. Lauréate du concours, elle obtient par la rencontre avec Rem Koolhaas une invitation pour aller travailler sur le projet d’Euralille chez OMA à Rotterdam, ce qui constitua un moment décisif dans sa trajectoire professionnelle. Pourtant, ce parcours fut assez mal perçu par certains enseignants de l’ENSA Lille qui questionnait l’intérêt d’un apprentissage chez OMA. A son retour, Menu soutient son diplôme en juin 1992 et, dès le mois de septembre, commence à enseigner à l’invitation de Daniel Treiber. Elle organisa son enseignement autour de son expérience aux Pays-Bas.

Mon objectif en atelier de troisième année était de libérer les étudiants du croquis, du dessin, de la maquette, en disant il y avait peut-être d’autres modalités de conception.[25]

 

A la recherche de moments Euraliliens (1994-2004)

Si on peut s’étonner rétrospectivement que le projet d’Euralille n’ait ps davantage marqué l’enseignement à l’École d’architecture de Lille, les traces d’un certain intérêt sont perceptibles dans la décennie suivante. Les quelques moments Euralilliens décrits ci-après, bien liés à l’intérêt, le contexte ou le parcours de certains étudiants, témoignent du temps long de l’incidence de ce projet urbain sur l’enseignement.

Euralille amène avant tout la question de la métropole. OMA y célèbre l’hyper-modernité et définit une nouvelle condition urbaine à la fois locale et globale. Dans son entretien avec François Chaslin, en 1994, publié dans L’Architecture d’Aujourd’hui, Koolhaas y voit « une condition non seulement liée à la métropole, mais liée à la vie moderne. Amener des programmes contradictoires (en tension) mène à un enrichissement du projet »[26].  Cette tension intrinsèque à l’approche urbaine proposée par Koolhaas se voit traitée, dix ans après, dans le projet de diplôme de Sophie Delhaye (diplômée en1999).

Étudiante à l’école de 1991 à 1999, fille de François et Marie Delhaye, architectes associés à OMA sur le projet du Congrexpo, elle vit l’expérience Euralille dans un contexte familial où la culture du projet inspire les discussions.[27]

Inspirée par le bouleversement qu’avait amené Euralille, Delhaye développe dans son diplôme – sous la direction de Philippe Louguet – la possibilité de l’intime et du commun dans la condition métropolitaine. Son projet d’habitat lui permet de fabriquer des cellules d’habitation sous forme de cavernes non programmées, destinées à être appropriées par les habitants, autour d’un espace collectif. Conduite par la volonté d’une grande liberté formelle et inspirée par le projet de la très grande bibliothèque qu’OMA développe en 1989, en parallèle d’Euralille, Delhaye dessine le projet par le vide. Les documents d’archives -dessins et photos de maquettes- témoignent d’un projet qui rompt avec le langage formel enseigné à l’école de Lille et fait preuve d’autant de curiosité que de lucidité quant aux problèmes de la métropolisation des villes.    

Invitée par Philippe Louguet, Delhaye poursuivra ses réflexions avec les étudiants de l’école de Lille et notamment dans son enseignement consacré, de 2006 à 2008, à la question du logement.[28]

Euralille amène également la notion de la “Bigness”. En effet, lors du projet, OMA introduit une approche de la ville « qui consiste à créer un rapport conflictuel avec le tissu environnant en lui opposant des variantes d’intensité ou d’échelle qui me semblent être des principes de l’existence de l’architecture »[29]. Cette approche urbaine se traduit dans le projet pour la bigness de Congrexpo :

accommoder la condition urbaine non à l’extérieur mais à l’intérieur.

Cette stratégie est au coeur des préoccupations que développe Mathieu Berteloot dans son diplôme consacré en 2002 à l’enjeu d’un espace muséal à Lille. Son travail, refusé trois fois sous prétexte d’un manque de définition programmatique, aboutit enfin auprès de Susanne Hirchi et Jean-Philippe Lebecq. Le projet part de la réflexion proposée par Jean-Paul Baïetto sur Euralille comme turbine tertiaire. Sur le site de la porte de Valenciennes, un no mans land à l’époque, Berteloot développe une plate-forme culturelle et économique au nom du « metropolitan strip »[30]. La terminologie Koolhaasienne résonne. Si le projet s’inscrit dans la réflexion urbaine et programmatique d’Euralille, et traduit le “bigness” d’Euralille dans une congestion programmatique, il est également inspiré par les modes de représentation du projet. En effet, la technique du collage et du montage exercée par Yves Brunier par exemple permet de penser le projet en images mais également par le récit, par l’écriture, par un imaginaire projeté. Inspiré par les enseignements de Louguet, de Vermandel et de Martine Bouchier, Berteloot devient enseignant à l’ENSAP en 2005, trois ans après son diplôme. Il y coordonne un atelier de projet avec Philippe Louguet jusqu’en 2014 et continue de transmettre son intérêt pour les situations métropolitaines à l’ENSAPL.

Ces deux exemples, certes très explicites, restent des cas rares dans l’ensemble des projets de diplômes analysés. D’autres moments Euraliliens sont plus implicites comme le parcours de David Wauthy. Ayant suivi l’enseignement de Bossard, de Truffaud et de Treiber, assisté par Isabelle Menu, il est diplômé de l’école en 1999 avec un projet de patrimoine minier à Loos en Gohelle, avant d’être engagé en 1998 à la SEM Euralille où il travaille dans l’assistance à la maitrise d’ouvrage[31]. Sophie Trelcat a connu un parcours à l’ENSA Lille en passant par Frank Vermandel, Eddie Kennis et Richard Klein, qui lui transmettent « une nouvelle vision de l’enseignement de l’art contemporain »[32] et de « l’histoire du design ». Elle est diplômée en 1993 avec un projet inspiré par OMA et intitulé « un pavillon qui s’expose par lui-même ». Arrivant le jour de son diplôme avec un carton plein de petites maquettes, elle aborde le projet par ses étapes de recherche. Doctorante à Louvain la Neuve, elle retourne à l’école de Lille pour y suivre le séminaire de Gérard Engrand et de Jean-Claude Burdèse et mènera en 1996-1997 avec ces mêmes enseignants une mission pour le ministère de l’Équipement portant sur la métropole et la conception urbaine.

Si Euralille partait de l’hypothèse de la métropole, insufflant de nouvelles dynamiques dans la ville minière de Lille, les débats qui en résultaient n’ont pas eu d’impact significatif sur l’enseignement du projet à l’école d’architecture. La question urbaine, la bigness, ou encore la congestion et le clash programmatique, des concepts clés de l’œuvre d’OMA, ont eu peu influence sur la pédagogie ou sur les sujets choisis par les élèves à l’occasion de leur diplôme de fin d’études. Faut-il attendre encore une décennie avant de pouvoir relire et réexaminer ce projet-clé ?

  

[1] Rem Koolhaas, OMA, Bruce Mau, SMLXL, (Rotterdam : 010 Publishers, 1995) : 1156. Original : « Hypothesis. Until recently, Lille (pop. 1.OOO.OOO), a formerly significant city, was leading a slightly melancholy existence. Once a mining and textile town,it had fallen on hard times. But two new givens – the tunnel between England and the continent and the TGV network (the French superfast train that will run through it) – will transport Lille as if by magic and make it important in a completely synthetic way. » (Traduit par l’auteur)
[2] Rem Koolhaas, OMA, Bruce Mau, SMLXL, (Rotterdam : 010 Publishers, 1995) : 1158
[3] Rem Koolhaas Euralille, L’Architecture d’Aujourd’hui, n. 280, avril 1992 ; Michel Simon, Un jour, un train. La saga d’Euralille, (Lille : La Voix du Nord, 1993) ; Isabelle Menu, Frank Vermandel, Euralille. Poser, exposer, (Lille : Espace Croisé, 1995.)
[4] Ont été invité Norman Foster, Vittorio Gregotti, Rem Koolhaas, Oswald Matthias Ungers, Yves Lion, Michel Marcary, Claude Vasconi, Jean-Paul Viguier.
[5] L’Unité Pédagogique de Lille s’était ouvert ses portes en 1979 et s’était transformé en 1984 en école d’Architecture de Lille et des régions du nord.
[6] Voir entre autres : Valéry Didelon, La Déconstruction de la ville européenne. Euralille 1988-1995, (Paris : Editions de la Villette, 2021).
[7] Enseignement organisé en 2011 en collaboration avec Pauline Lefèvre et dédié aux diplômes en architecture (TPFE) effectué en France entre 1965 et 1985. L’exposition « Archi(ve)s » a présenté les résultats à l’ENSA Paris-Malaquais en décembre 2011.
[8] Enseignement co-encadré par Juliette Pommier.
[9] Ces diapositives ont été précieusement gardé dans les archives de l’école et plus particulièrement la diathèque de l’école. Je remercie Sébastien Frémont qui a numérisé un grand nombre d’entre elles.
[10] Ont été interviewés : Mathieu Berteloot, François Chaslin, Sophie Delhaye, Emmanuel Doutriaux, Gérard Engrand, Philippe Louguet, Isabelle Menu, Frank, Sophie Trelcat, Vermandel, David Wauthy.
[11] Naomi Stead, Janina Gosseye (ed.), Speaking of Buildings: Oral History in Architectural Research (Princeton: Princeton Architectural Press: 2019)
[12] Allant de AA153 La ville publié en 1971, en passant par AA196 Rénovation urbaine en 1973 et AA180 Les centres historiques en1975 jusqu’ AA178 Logements et formes urbaines en 1976. Le rôle de Bernard Huet en tant que rédacteur en chef de la revue entre 1974 en 1977 n’est pas insignifiant à cet égard.
[13] AA202, Renovation, rehabilitation, restauration, 1979.
[14] Catherine Giuli, « Ricardo Porro, une écriture architecturale de résistance Entre création et pouvoir », thèse de doctorat en cours, ENSAP Lille.
[15] Emmanuel Doutriaux, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021.
[16] François Chaslin, échange avec Véronique Patteeuw, février 2021.
[17] L’exposition était présentée à l’IFA du 17 novembre 1981 au 06 février 1982.
[18] Kenneth Frampton, ‘Critical Regionalism six points for an Architecture of Resistance,’ Hal Foster (ed.), The Anti-Aesthetic : Essays on Postmodern Culture (Washington : Bay Press, 1983) 16-30.
[19] Robert Venturi, Complexity and Contradiction in Architecture, (New York : Museum of modern Art, 1966)
[20] Robert Venturi, Learning from Las Vegas (Cambridge Massachusetts : MIT Press, 1972)
[21] Philippe Louguet, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021.
[22] Emmanuel Doutriaux, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021.
[23] En 1994 deux laboratoires de recherche ont été constitués à l’école. Les discussions se mettaient en place à partir de 1993. Le laboratoire Architecture, Ville, Histoire (AVH) est dirigé par Philippe Louguet, avec entre autres Richard Klein. Le laboratoire Conception et Enseignement de la Conception (CEC) est dirigé pâr Gérard Engrand, avec entre autres Jean-Claude Burdèse et Guy Rumet.
[24] Gérard Engrand, entretien avec les étudiants, 2019.
[25] Isabelle Menu, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021. Plus tard, la SEM recrute une série d’étudiants pour organiser les visites du chantier et expliquer le projet d’Euralille à des publics divers et variés. Pour certains d’entre eux, comme en témoigne Sophie Delhaye (diplômée en 1999),ce fut un « un apprentissage énorme » ; pour d’autres, comme pour David Wauthy (diplômé en 1999), « il fallait un Erasmus pour prendre ses distances de Lille ».
[26] « Un rationalisme paradoxal, Rem Koolhaas entretien avec Chaslin », in Rem Koolhaas Euralille, L’Architecture d’Aujourd’hui, n. 280, avril 1992, 162-169.
[27] Malgré quelques tentatives et une expérience du projet riche, François Delhaye n’aurait jamais un atelier à l’école mais coordonnera avec Gérard Engrand et Jean-Claude Burdèse un séminaire dédié à la pratique de la conception architecturale.
[28] Sophie Delhaye a été enseignante de 2004 à 2008 à St Luc Tournai, et de 2006 à 2008 à l’invitation de Philippe Louguet à l’ENSAP Lille en S5 ou l’initiation au projet urbain.
[29] Rem Koolhaas Euralille, L’Architecture d’Aujourd’hui, n. 280, avril 1992.
[30] Mathieu Berteloot, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021.
[31] David Wauthy, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021.
[32] Sophie Trelcat, entretien avec Véronique Patteeuw, février 2021.

 

[sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2021, 29 septembre). De Euralille à l’ENSA Lille. L’enseignement du projet à l’École d’Architecture de Lille et des Régions du Nord au prisme du projet urbain. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mros

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search