L’enseignement des Dubuisson à Lille et à Tournai. Portraits croisés de trois générations d’enseignantes et d’enseignants

Par Élise GUILLERM,
ENSA Marseille / INAMA


Formée d’architectes notoires, la famille Dubuisson s’est illustrée par son dynamisme en matière de production architecturale et par son attrait pour la culture artistique. Mais cette parentèle a aussi fait de l’enseignement septentrional, dans la région dont elle est originaire, une pierre de touche de son action professionnelle.

Transmissions et héritages

Celui qui ouvre la voie reprend explicitement la doctrine de son maître lillois. Formé auprès d’Emile Vandenbergh, Alphonse Dubuisson (Lille, 1839-Lille, 1920) est le premier de sa famille à embrasser la carrière d’architecte. Fils du bottier tournaisien François Dubuisson, rien ne le prédestine à se tourner vers une profession « nimbée de prestige[1] ». Entré comme dessinateur dans les nouvelles mines de Lens en 1855, il jouit de la possibilité d’exercer en l’absence de diplôme : formé sur le tas, il exprime à plusieurs reprises la dette à l’égard de son « vénéré maître ». Émile Vandenbergh (1827-1909) se distingue par l’importance et la pluralité de ses activités d’enseignant dans le paysage lillois[2]. À la fin des années 1860, ce dernier est concomitamment professeur au Lycée de Lille et Professeur à la Faculté des Sciences dans cette même ville[3], avant de devenir professeur d’Architecture aux Écoles académiques de Lille, où il exerce de 1877 à 1899[4]. Il forme diverses personnalités, bientôt promises à une carrière importante dans le Lille de la Troisième République, à l’instar de Léonce Hainez, Albert Baert et Armand Lemay.

Natif de Lille, Vandenbergh est un ancien de l’atelier de Labrouste, dans lequel il est présent au cours des années 1850. Parmi les 400 élèves passés par cet atelier[5], ce lillois ressort comme une courroie de transmission des référentiels rationalistes auxquels il fut formé. Sur l’estrade et dans ses réalisations, Vandenbergh prône l’observation efficiente, récuse l’empressement, loue la précision : il se fait l’apôtre de l’« alliance intime de la raison et du sentiment[6] ». À l’heure du bouleversement industriel, il perçoit les conséquences du développement de programmes nouveaux sur la pratique. À ses yeux, « les préoccupations économiques proscrivent tout surcroît de matières, toute amplification [et ne peuvent] pas tolérer les formes décoratives qui ne seraient pas justifiées par une fonction à remplir ». À la différence d’un Jean-Baptiste Lassus, également sorti de chez Labrouste, Vandenbergh se fait le chantre d’un rationalisme, mâtiné de références régionales :

La vie, le mouvement, la lumière ne viendront plus exclusivement de la capitale ; il y aura, comme au XIIIe siècle, des centres d’activité, de rayonnement. Marchons tous ensemble dans le même sens, mais non pas exactement de la même manière ; laissons à la province comme à l’étranger, son caractère, ses mœurs, ses habitudes[7].

Grâce à cette rencontre déterminante, Alphonse peut non seulement quitter son rôle de dessinateur pour endosser celui d’architecte, mais aussi s’approprier une doctrine qu’il diffuse à son tour à diverses tribunes. En premier lieu, Alphonse Dubuisson exerce vraisemblablement le métier d’enseignant dès 1870 : sa responsabilité de professeur à l’école communale de dessin de Dunkerque lui permet de faire ses premières armes en la matière[8]. Ces écoles gratuites ont « un rôle capital dans la reconnaissance du dessin comme exercice professionnel diversifié, mais également comme instrument d’une expression culturelle revendiquée par la société[9] ». Face à une tendance nationale – on dénombre cinquante-cinq établissements de dessin en 1832 et plus de trois cents en 1885 –, le Nord devient vite un département pionnier en la matière : au XIXe siècle, vingt-cinq établissements dispensent un enseignement destiné à « améliorer la “moralité” des classes défavorisées, tout en stimulant le développement économique et industriel du pays[10] ».

A Lille, le ministère de l’Instruction publique de la IIIe République reprend à son compte cet héritage en continuant d’encourager les écoles municipales des Beaux-arts[11]. Les cours du soir, gratuits, viennent renforcer cette « tradition d’humanisme et d’évergétisme[12] ». En 1870, est instauré un enseignement strictement technique réservé aux apprentis, accessible à tous dès 10 ans. De même, un cours de géométrie élémentaire appliquée à l’architecture s’adresse spécialement aux ouvriers, trois fois par semaine (Vanriscotte, professeur). Notons que ces enseignements sont suivis par environ cinq cent élèves lillois en 1870 et attirent, moins d’une vingtaine d’années plus tard, près de huit cent élèves. L’auditoire est exclusivement masculin jusqu’en 1885, année durant laquelle s’ouvre une « section spéciale pour les filles[13] ». Dès la seconde moitié du XIXe siècle, l’établissement lillois, nommé « Écoles académiques », est décrit par différents observateurs comme « un des centres d’enseignement artistique les plus importants de la province[14] » où le public « n’a cessé de progresser[15] ». Son développement repose sur ses quatre sections, également appelées écoles : l’École de dessin ombré, l’École de modelage, l’École de dessin linéaire, l’École d’architecture. S’y ajoutent quatre cours (Chimie, Botanique, Physique et Géométrie appliquée aux arts), qui confirment l’intention de l’établissement de tenir lieu « d’une sorte de Faculté des Sciences[16] ».

Peu après avoir pris ses fonctions à Dunkerque, Alphonse Dubuisson est nommé, en 1875, comme enseignant des Écoles académiques, en remplacement de Vanriscotte. Il exerce aux côtés d’Émile Vandenbergh, mais aussi Auguste Mourcou (Membre de la Commission d’Administration de l’École) ou encore Henri Contamine (Professeur d’Architecture de 1864 à 1877). Alphonse Dubuisson a la charge d’une discipline des plus plébiscitées : le cours quotidien de dessin linéaire, à raison de deux heures en fin de journée devant 157 élèves[17]. Son enseignement est résolument ouvert aux graveurs, sculpteurs, dessinateurs venus notamment des métiers du textile et aux peintres-décorateurs. Favorisant l’apprentissage des arts décoratifs, il crée une section d’Ornement, qui remplace celle du « dessin au trait sur ardoise[18] ». Il y introduit le dessin de plantes d’après nature, considérant cette dernière comme une véritable source de l’art décoratif[19]. Puis il divise son cours en deux : le premier semestre consiste en un apprentissage de « Plastique et Ornement », qui forme à la représentation du relief, suivi, au second semestre, du dessin linéaire. Émile Gavelle, directeur de l’École des Beaux-arts de Lille entre 1905 et 1935, salue une implication « largement attribuable à sa générosité, tant intellectuelle que morale[20] » et rend hommage à ses apports pédagogiques :

[…] sous la direction et par l’initiative de M. A. Dubuisson, se développait un enseignement plus vivant, plus moderne. Il paraît timide sans doute […], mais singulièrement neuf et intéressant quand on le compare à l’ancien état des choses. […] Comme tous les initiateurs de réformes, comme tous les précurseurs de grands mouvements d’opinions, il risquerait de voir son nom disparaître sous ceux de ses émules. Je serais heureux de contribuer à remettre les choses au point de ce qui le concerne[21].

Mais à l’heure de l’émergence d’« une nouvelle clientèle dont le niveau d’exigence s’est accru, à l’instar de l’élite bourgeoise des grandes capitales[22] », Alphonse estime indispensable que les architectes se démarquent des autres corps de métier que sont les verriers, ferronniers, tapissiers, meubliers, orfèvres, graphistes. Ces derniers prospèrent, dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la faveur d’investissements de clients enrichis par la croissance industrielle[23]. Selon Alphonse Dubuisson, les architectes doivent faire valoir une préséance au regard des autres professions, si bien qu’il n’a de cesse de militer pour la création d’une école à part entière. Comme son maître, Alphonse incrimine en outre la « centralisation à outrance » qui amenuise les vertus des traditions vernaculaires ou l’expression « pittoresque[24] ». Il déplore qu’il n’existe toujours qu’une seule École supérieure : 

L’École nationale des Beaux-Arts a rendu de grands services […] ; malgré toute sa valeur, son enseignement ne peut rayonner dans tous les coins de la France ni donner à la province une instruction artistique élevée[25].

En 1897, les Écoles académiques de Lille se transforment en École régionale des Beaux-arts, concrétisant un projet qui « avait fait lentement son chemin dans les milieux officiels[26] ». Le nouvel établissement est institué par convention entre l’État et la ville du 9 décembre 1897. La même année, Alphonse Dubuisson cesse son enseignement auprès de ses élèves lillois ; il reçoit concomitamment, tout comme Julien Guadet ou Paul Sédille, une médaille de la Société centrale des architectes français, des mains du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts[27]. Entre autres reconnaissances, l’ancien dessinateur des mines accède encore, en 1889, à celle d’Officier de l’Instruction publique en qualité d’ancien professeur[28].

 Fonder l’École régionale d’architecture : la figure tutélaire d’Émile Dubuisson

Avant de s’illustrer, à son tour, comme praticien et enseignant, Émile Dubuisson débute ses classes d’élève architecte aux Écoles académiques lilloises. Alors qu’Alphonse enseigne encore, Emile Dubuisson est mentionné pour la première fois en 1891 parmi les 67 élèves inscrits dans la section Architecture. Ce fils unique se forme, tout comme son père, auprès du maître tutélaire, Vandenbergh, dont il porte d’ailleurs le prénom. Lorsqu’Émile a l’opportunité d’intégrer l’École parisienne des Beaux-arts, c’est aussi son maître Émile Vandenbergh qui le recommande pour l’estimer « capable de passer le concours d’admission[29] ». Entre l’hiver et le printemps 1893, Émile, âgé de vingt ans, s’attache à intégrer la rue Bonaparte en passant les deux sessions du concours d’admission. Admis dans le prestigieux établissement parisien en mars 1894, il fait partie des élus venant de province, qui avoisinent la cinquantaine durant la seconde moitié du XIXe siècle. L’année de son admission Émile Dubuisson est le seul élève architecte sortant de Lille à intégrer la section architecture de l’École des Beaux-arts de Paris[30]. Il entre dans l’atelier d’Henri Deglane (1855-1931), où il passe en première classe en 1896 et décroche des premières mentions et deux médailles – notamment au Concours Godebœuf, juste derrière Tony Garnier[31]. Il obtient son diplôme d’architecte en décembre 1900, à l’âge de 27 ans, avec pour sujet « Une université populaire », thème annonciateur de son intérêt pour l’enseignement, activité qui l’occupe dès l’obtention de cette patente.

Cinq ans après l’obtention de son diplôme, Émile Dubuisson intègre le corps enseignant de l’École régionale d’architecture de Lille dès la création de l’établissement en 1905. Si Émile est l’un des zélateurs de l’enseignement en province[32], il s’appuie sur le combat contre la « centralisation à outrance[33] » entonné, avant lui, par son père. Cette filiation a pu contribuer à favoriser l’éclosion de l’établissement souhaité localement par une profession qui apparaît soudée depuis plusieurs générations. L’établissement lillois, à la même période, semble se mettre en place rapidement, dans un relatif consensus, à la suite du décret du 23 janvier 1903 portant la création des écoles régionales d’architecture.

À Lille, comme dans les autres villes de province qui bénéficient de ce mouvement de création pionnière des écoles régionales d’architecture (Lyon, Rennes, Marseille, Rouen), on observe un système de chaires réparties généralement entre deux professeurs : l’un pour la Construction et/ou la théorie, l’autre pour l’Histoire[34]. Aux côtés de Dehaudt, qui semble dominer l’enseignement de la nouvelle école régionale lilloise dont il devient directeur en 1909[35], Émile Dubuisson assume dès sa nomination des cours portant sur l’Histoire générale de l’architecture et l’Histoire de l’architecture française : ce volet comprend un enseignement de composition décorative, hérité de certains enseignements dispensés jadis par son père. La présence de deux autres professeurs principaux – Gavelle (Histoire et Littérature) et De Winter (dessin de figure) – viennent former les quatre sections d’enseignement.

Parallèlement aux enseignements qu’ils dispensent à l’École régionale d’architecture, Dehaudt et Émile Dubuisson exercent d’autres fonctions à l’École des Beaux-arts – les locaux de la Place du Concert (amphithéâtre, salles de dessin et de modelage, bibliothèque) sont d’ailleurs partagés par les deux établissements. Les liens intriqués entre l’École régionale d’architecture et l’École des Beaux-arts de Lille leur valent de passer insensiblement d’un établissement à l’autre : à l’École des Beaux-arts, Émile est professeur honoraire et ne tarde pas à être promu, en 1912, comme professeur d’Art décoratif de cet établissement[36]. L’École des Beaux-arts est alors marquée par la permanence de certaines figures : Dehaudt y est amarré depuis 1903 comme professeur principal du cours supérieur d’Architecture, prérogative qu’il conserve au moins jusque dans les années 1930[37], tout en étant directeur de l’école régionale. Émile Dubuisson y effectue une longue carrière, comme responsable de ce cours qu’il dirige jusqu’en 1935.

Ses responsabilités pédagogiques semblent couvrir – non seulement des champs très divers – mais s’adresser également à des publics, eux-aussi, très variés, probablement pour répondre à l’augmentation des élèves passés de 467 en 1905 à 628 en 1912. Selon Albert Laprade, Inspecteur général de l’enseignement artistique, Dubuisson fonde son enseignement sur l’étude de matériaux utiles aux besoins des industries, des faïenceries, au fer forgé en passant par le vitrail[38]. En 1932, il est ainsi mentionné comme professeur du cours de dessin architectural, et d’art décoratif et industriel. Il dispense ainsi un enseignement auprès des « Artistes, artisans, ouvriers, etc.[39] » : il paraît vraisemblable que, pour le fils d’un praticien qui a obtenu ses galons dans les « cours du soir », l’enseignement auprès de travailleurs relève d’une certaine vocation.

Dès le début de sa carrière, Émile Dubuisson est soutenu par le premier directeur de la jeune École régionale, Jules Batigny (1838-1909), « qui avait pour lui une amicale bienveillance[40] ». De plus, à l’occasion de son avancement de grade en 1912, le directeur Émile Gavelle se réjouit de cette décision dont il assure qu’elle « sera accueillie avec une vive satisfaction par la Commission de l’École » :

Cette marque de confiance donnée à M. Émile Dubuisson par l’autorité supérieure […], constitue pour notre dévoué et distingué professeur un encouragement véritablement opportun. Je suis bien sûr, pour ma part, qui, jamais le Ministère n’aura à regretter d’avoir facilité à M. Émile Dubuisson l’accès d’une situation où il eut été extrêmement difficile – pour ne pas dire impossible – de placer un homme mieux préparé que lui, à tous égards, à l’occuper[41].

 L’héritage des Salons et des sociétés savantes

Pour la famille Dubuisson, l’engagement pédagogique est indissociable d’un investissement dans les débats professionnels du temps, qui trouve à s’exprimer dans les publications et dans les cercles confraternels. Alphonse Dubuisson a ainsi représenté sa profession au sein d’importants organes confraternels, à l’échelon local ou national. Alors que la Société centrale souhaite « contrôler les revendications qu’elle juge intempestives de la province[42] », Alphonse Dubuisson devient, en 1909, « délégué au conseil pour les départements », aux côtés d’architectes régionaux relativement influents dans leur aire d’activité, comme Alphonse Gosset à Reims[43]. Alphonse Dubuisson, aux côtés de Vandenbergh, représente encore avec ferveur sa profession au sein de la Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts de Lille, fondée en 1881, avec pour but la vulgarisation et le développement des études géographiques et des sciences[44].

Dans le paysage des sociétés savantes, la contribution principale d’Alphonse Dubuisson trouve à s’exprimer au sein de la Société régionale des architectes du Nord de la France. Créée par arrêté préfectoral du 3 novembre 1868, cette société compte Émile Vandenbergh parmi ses adhérents fondateurs, qui en devient vice-président en 1881, puis président l’année suivante[45]. Alphonse en est membre dès 1882, étant successivement élu secrétaire-archiviste (1885), puis vice-président (1895), puis président (1897). A ces diverses fonctions, il est le successeur direct de son maître. Entre autres contributions, Alphonse Dubuisson y rédige un rapport sur une « brochure [qui] traite des Écoles d’arts industriels en France et à l’étranger[46] ». En comparant la situation française aux situations étrangères, il estime que l’enseignement de l’architecture « est malheureusement en retard en ce qui
concerne la création de ces établissements et que nous avons beaucoup à faire », entendant résolument s’y employer. Comme son père, Émile intègre à son tour la société régionale. Au début du XXe siècle, il est sollicité pour la publication de la Société confraternelle, L’Architecture et la Construction dans le Nord[47]. Ses relevés archéologiques, accompagnés de photographies réalisées au moyen de son appareil personnel en forment les bonnes feuilles. Il mènera,  tout  au  long de  sa  carrière d’architecte, des  reportages pour diverses sociétés savantes,  tout  en  devenant en particulier le photographe attitré de la Commission historique du Nord : les plaques de verre qu’il a léguées témoigne de son habile maîtrise du procédé[48]. Enfin, la sœur d’Émile, la peintre Jeanne Dubuisson, est également sollicitée pour fournir des relevés d’édifices : son trait précis est requis pour dépeindre des édifices régulièrement publiés dans L’Architecture et la Construction dans le Nord. Elle y donnera la preuve de sa grande maîtrise de la représentation architecturale, avec une fidélité aux volumes et aux proportions, caractéristique de l’enseignement académique que les jeunes Dubuisson ont reçu[49].

C’est d’ailleurs dès la fin du XIXe siècle, que les deux sœurs d’Émile Dubuisson s’illustrent comme peintres lilloises[50]. Marguerite et Jeanne Dubuisson sont mentionnées dans les années 1880 à l’École des Beaux-arts de Lille. Jeanne figure, entre 1887 à 1897, dans l’un des plus importants ateliers régionaux de l’époque[51]. Elle suit cet apprentissage auprès du peintre symboliste Pharaon de Winter, qui dirige la section lilloise de Dessin et de Peinture jusqu’en 1922. Ce peintre local livre une production de portraits réalistes, empreinte du courant académique du XIXe siècle, qui s’exprime dans l’emploi de couleurs sourdes par référence à l’art flamand. Sa préoccupation fait écho à celle des architectes : dans le Lille du tournant du XXe siècle, il souhaite doter ses élèves d’une solide formation et refuse de les voir « mis en état d’infériorité vis-à-vis des élèves de l’École nationale des beaux-arts de Paris[52] ». Il se distingue par des participations régulières au Salon, tout en se gardant de cautionner « des œuvres susceptibles de flatter le goût bourgeois d’une clientèle parisienne[53] ». Dans cet atelier, Jeanne rencontre son futur époux, le peintre Ferdinand Escalle, né à Lille en 1870[54], futur enseignant à l’École des Beaux-arts de Lille. Marguerite Dubuisson, née en 1883, a quant à elle pour particularité de mener son cursus dans l’atelier où exerce son père architecte, c’est-à-dire dans l’atelier « Dubuisson-Molière-Darchez[55] ».

À Lille, la pratique des Salons a vraisemblablement été instaurée dès l’Ancien Régime, notamment par l’intermédiaire du peintre Louis Watteau qui institue un salon en 1773[56]. En 1881, tandis que la réforme du Salon se traduit par un désengagement de l’administration républicaine dans l’organisation de ces manifestations, divers événements artistiques sont instaurés dans le Nord de la France. La pratique des salons connaît, dès les années 1890, une « phase d’expansion du phénomène des expositions sur l’ensemble du territoire[57] ». Dans le Nord, toutes sortes de manifestations se déclinent, à l’initiative de diverses sociétés allant du Cercle de l’Union artistique en passant par l’Union des femmes peintres et sculpteurs, ou encore les Amants de la nature, une réunion d’architectes qui se concentrent sur l’aquarelle[58]. Les membres cherchent d’ailleurs bien souvent à cumuler les participations dans diverses sociétés, qu’elles soient traditionnelles ou plus novatrices. C’est dans le cadre d’une exposition du groupe L’Ensemble qu’Émile Dubuisson a l’occasion d’exposer ses premiers travaux personnels. Le jeune architecte présente des œuvres relevant de sa discipline (un projet de Columbarium), ou de la peinture (Soleil couchant). De plus, ces événements attirent un microcosme régional où les femmes « rejetant le style ancien de sociabilité, manifestent leur désir de fantaisie et d’émancipation[59] ». Ainsi, en 1895, la Société des Sciences de Lille décerne une grande médaille d’argent à Marguerite Dubuisson[60] et, dès cette époque, les sœurs Dubuisson s’illustrent avec assiduité dans les expositions à l’initiative de la Société des Artistes lillois. Cette société est fondée en 1890, sur le modèle de la Société des Artistes français, à l’initiative de personnalités locales, notamment des anciens élèves de Pharaon de Winter, dont les travaux sont accrochés aux côtés des toiles de leur maître[61]. Presque annuellement, jusqu’aux années 1950, le trio formé des deux sœurs cadettes et du gendre Ferdinand Escalle est représenté au Salon des artistes lillois. Autour de Pharaon de Winter, les deux sœurs sont encore mentionnées au Salon des artistes français[62].  Dès 1896, elles présentent régulièrement des aquarelles au Grand Palais, et ce jusqu’à la fin des années 1920 : avec des représentations de villes, comme celles de Saint-Tropez, Marguerite devient membre à part entière au Salon des artistes français[63]. Émile Dubuisson ne répudiera pas des participations à certains de ces salons.

En matière d’enseignement, les premières affectations de Marguerite Dubuisson sont attestées à partir de 1933 et vont croissantes. Marguerite Dubuisson est responsable du « Cours d’Arts appliqués pour jeunes filles[64] », à l’École des Beaux-arts de Lille et y est mentionnée jusqu’en 1952. En trois ans, elle passe du cours pour jeunes filles, au cours de « dessin préparatoire[65] », pour être « nommée au cours de dessin d’ornement[66] », qui compte 24 élèves. L’enseignante prône le dessin d’après l’antique et le modèle vivant : son champ d’intervention recoupe l’apprentissage de la sculpture. Ses catalogues de moulages illustrent un corpus d’œuvres, qui tient lieu de programme à maîtriser[67]. Immanquablement, la mainmise des Dubuisson au sein de l’enseignement lillois n’est pas du goût de tous, surtout lorsque Marguerite Dubuisson, décrite comme « très appuyée par M. Gavelle[68] », intègre l’École des Beaux-arts.

D’un maître à l’autre

Lorsque Jean Dubuisson (Lille, 1914-Nîmes, 2011) intègre l’École régionale d’architecture de Lille, il se retrouve plongé au cœur d’un système académique façonné en grande partie par ses aïeuls dont il va peu à peu prendre ses distances. Encouragé au dessin par son père Émile, il croque durant sa jeunesse les monuments lillois et ceux de sa région. À l’âge d’environ 18 ans, il réalise un relevé au trait de la Porte de Gand, un exercice en résonance avec les préoccupations patrimoniales d’Émile[69]. Jean Dubuisson prend l’initiative de voyager pour peindre sur le motif, comme en 1933 à Bords (Charente-Maritime), où il effectue le relevé d’un portail d’église. Aux périodes estivales, nanti de son matériel à dessin, il entreprend un véritable périple en compagnie de ses sœurs, pour dépeindre la campagne.

Ces travaux informels reflètent les connaissances assimilées par Jean Dubuisson depuis qu’il reçoit une formation ad hoc. Jean Dubuisson est admis en seconde classe en mars 1934 à l’École régionale d’architecture de Lille[70]. Il y intègre l’atelier du directeur, Georges Dehaudt. Vecteur de l’académisme de la rue Bonaparte, Dehaudt est membre du Conseil Supérieur de l’Enseignement des Beaux-arts à Paris, Officier d’Académie et architecte en chef des Bâtiments civils et des Palais Nationaux (BCPN). À  Lille, il enseigne la théorie au cours supérieur d’Architecture auprès des élèves architectes qui deviennent des figures de l’après-guerre lillois. Roland Dubrulle, futur auteur de faculté des Beaux-Arts de Téhéran, est entré dans cet atelier en 1926. André Lys, présent chez Dehaudt pour sa première classe en 1935, retrouve bientôt Jean Dubuisson sur certains chantiers de la reconstruction lilloise. L’élève suit encore les cours d’Histoire qu’Émile Dubuisson dispense alors :

C’était un cours passionnant, clair et largement illustré par les dessins au tableau noir et par la projection de diapositives prises par lui-même au cours de ses voyages. Il nous faisait comprendre l’évolution de l’architecture en fonction des matériaux, des techniques et de l’organisation politique des sociétés[71].

A l’École régionale d’architecture de Lille, entre février 1934 et octobre 1936, Jean effectue une scolarité brillante : les concours d’éléments analytiques, de rendus ou d’esquisses-esquisses, calqués sur ceux de la rue Bonaparte lui valent plusieurs mentions. Durant l’année scolaire 1934-1935, il décroche une bourse de voyage lilloise. Par sa fondation instituée en 1924, Oscar Doutrelon de Try instaure un prix prestigieux afin d’encourager les élèves de Lille jugés particulièrement méritants[72]. Dubuisson saisit sa chance, d’autant que les élèves architectes sont tout spécialement invités à concourir à ce prix local : la discipline n’y est alors que trop faiblement représentée. Parmi 13 candidats, Jean se voit ainsi délivrer le Prix Doutrelon de Try, qui lui vaut une bourse de voyages de 5 000 francs. Ce n’est autre que l’architecte Albert Baert qui « prend la parole au nom du jury et félicite M. Dubuisson des succès de son fils[73] ».

Si les aptitudes de Jean Dubuisson ne peuvent être mises en cause, elles sont intimement mêlées au fonctionnement d’une école régionale, dont l’organigramme repose sur des sympathies interpersonnelles et des liens familiaux. Lorsque le directeur de l’École des Beaux-arts de Lille, Émile Gavelle, est admis à la retraite[74], le milieu endogamique du régionalisme lillois sera brusquement secoué par l’arrivée d’une personnalité parisienne. La nomination de Mallet-Stevens en octobre 1935 à la tête de l’École des Beaux-arts de Lille est considérée par les enseignants locaux comme un véritable affront par les professeurs lillois ; le successeur de Gavelle ne revendique pas moins que de « sortir l’art du cadre désuet dans lequel il s’anémie[75] ». À l’annonce de cette nomination, le maire de Lille reçoit de nombreuses missives, en particulier de la part du président de l’Association des anciens élèves de l’École des Beaux-arts. Émile Dubuisson n’est probablement pas étranger à cet agit prop[76]. A la rentrée d’octobre 1935 de l’École des Beaux-arts, plusieurs enseignants – en particulier ceux qui dispensent l’architecture – manquent à l’appel. C’est le cas de Dehaudt, mais aussi de Dubuisson, dont l’absence s’apparente à un droit de retrait[77]. D’ailleurs, ce dernier, « étroitement lié[78] » à Gavelle, aurait été un candidat potentiel à ce poste de directeur : il doit finalement patienter jusqu’au départ de Mallet-Stevens en 1939, pour obtenir le poste de directeur de l’École régionale des Beaux-arts de Lille qu’il conserve jusqu’en 1942[79]. C’est en 1936, au moment où Mallet-Stevens élabore un projet concernant la construction d’un édifice abritant l’École des Beaux-arts et le conservatoire de musique, que Jean quitte l’École régionale de Lille. Il intègre en 1938 l’atelier parisien d’Emmanuel Pontremoli, alors « fort bien coté[80] », dont il sort diplômé l’année suivante. C’est encore dans cet atelier qu’il remporte successivement un second prix de Rome (1943) et le Premier Grand Prix de Rome (1945).

Jean Dubuisson et l’expérience pédagogique à l’École Saint-Luc de Tournai[81]

Dès lors, Jean Dubuisson cherche à s’émanciper du fertile terreau lillois dont il est issu : cet architecte épris de nouveauté en appelle aux références cosmopolites, s’implante définitivement à Paris – non à Lille comme ses aïeuls –,  et développe un réseau de commandes plus résolument hexagonal, avec certaines incursions internationales. A la tête d’une vaste agence parisienne dès le début des années 1950, il ne reviendra qu’épisodiquement dans sa région natale pour y construire. Dès la fin de cette décennie, il est mentionné dans l’équipe enseignante de l’École supérieure d’architecture Saint-Luc de Tournai jusque durant l’année 1976-1977[82]. Méconnu, cet épisode constitue une expérience qui, résolument, l’« a beaucoup intéressée[83] ». Tel un Eugène Beaudouin avant lui, cette personnalité de la modernité parisienne relève avec enthousiasme et énergie le pari d’un enseignement renouvelé dans des établissements d’enseignement cosmopolites[84].

A l’École supérieure d’architecture Saint-Luc de Tournai, Jean Dubuisson est sollicité par Pierre Vago. Il n’est pas étonnant que son confrère, alors premier secrétaire général de l’Union internationale des architectes (UIA), attaché aux valeurs de la coopération internationale, voit dans cet enseignement extra-hexagonal un bon moyen de diffuser les valeurs de l’architecture moderne. Vago et Dubuisson se côtoient à l’Union internationale des architectes, vraisemblablement depuis le Congrès de La Haye en 1955. Ils se fréquenteront encore au sein du comité de rédaction de L’Architecture d’aujourd’hui, qu’anime Vago. Connu dans la profession pour « ses qualités d’organisateur[85] », ce dernier compte encore parmi les personnalités éminentes du Cercle d’études architecturales, tribune de la modernité, que Jean Dubuisson préside à partir 1961.

Vago sollicite Dubuisson d’autant plus facilement que le directeur de Tournai, François Piette, tient à insuffler un esprit nouveau dans cet établissement, afin d’en renouveler l’image relativement poussiéreuse. Les écoles Saint-Luc, présentes dans diverses villes belges (Bruxelles, Gand,…) ne sont à l’origine que « de modestes écoles de dessin[86] » et sont placées sous la responsabilité des frères des Écoles chrétiennes qui les ont fondées. Bien que le diplôme délivré soit reconnu équivalent au diplôme français à partir du 1er juillet 1944, Jean Dubuisson est appelé, selon ses dires, au chevet d’une école tombée en déshérence :

L’histoire de Tournai est la suivante : l’école Saint-Luc est une école qui existe depuis très longtemps. […] l’enseignement était catastrophique parce qu’on apprenait aux élèves à faire de l’architecture du siècle précédent ; c’était à peu près ça. […] Alors Pierre Vago m’en a parlé et m’a dit “Jean, toi qui est du Nord, peut-être que ça t’intéresserait de venir à Tournai pour porter la bonne parole et faire un peu d’enseignement”[87].

Sous l’impulsion combinée de François Piette et de Vago, différents noms de la scène parisienne se joignent au mouvement. Se retrouvent à Tournai des personnalités de l’avant-garde culturelle du temps qui se reconnaissent dans l’approche rationnelle de l’espace. Des noms importants comme l’ingénieur Stéphane Du Château ou l’auteur de la résidence lilloise du beffroi, Jean Willerval, viennent conforter ce renouveau tournaisien durant les années 1960. C’est encore le cas de figures de premier plan comme Georges-Henri Pingusson ou Van Eesteren[88].

Jean Dubuisson intervient plus précisément dans un module d’enseignement animé par Pierre Vago, promu « Directeur des études[89] » à partir de 1956 et jusqu’en 1966. Dubuisson est professeur-chef d’atelier du module de dernière année, tout comme Pierre Pinsard et Jean Vergnaud. Cette intervention résulte d’amitiés professionnelles : à la même époque, Dubuisson partage les joies et les peines du concours de la Compagnie électromécanique avec Pierre Pinsard, qui enseigne dans ce même établissement dès 1956 et reste fidèle à l’École Saint-Luc jusqu’en 1980. De plus, Jean Dubuisson connaît bien Vergnaud pour l’avoir côtoyé durant l’élaboration de deux projets lillois consécutifs à la reconstruction, à la Porte de Béthune et au quartier Saint-Sauveur. L’équipe est vraisemblablement en place à partir de 1956. L’année suivante, des collaborateurs de l’agence parisienne de Jean Dubuisson, comme l’architecte Jean Daire, se rendent épisodiquement à Tournai pour nourrir les enseignements.

Les cours y sont divisés en trois groupes : travaux graphiques et pratiques, cours de culture générale et artistique, cours scientifiques et techniques[90]. Cette complémentarité répond au vœu de Jean Dubuisson : on s’efforce de former à une discipline architecturale qui « a pris des proportions subitement élargies aux dimensions d’un monde neuf[91] ». Pour ce faire, les études sont divisées en deux cycles. Le premier comprend l’acquisition des techniques de représentation ; le second, qui « initie à la création artistique[92] », comprend les 4e et 5e années et est confié à l’équipe pédagogique réunie autour de Vago. Dubuisson évoque un diplôme ressemblant dans ses modalités à celui du Quai Malaquais, pouvant être attribué en fonction des valeurs auxquelles on porte des mentions supérieures ou moyennes. Des assistants « complétaient ce qu[‘il] avai[t] pu dire à chacun, parce que quelquefois il y en avait quarante et une journée ne suffisait pas[93] ». Les études sont « dirigées alternativement par chacun de ces architectes qui se réunissent en jury d’examen toutes les six semaines[94] ». L’École décerne divers certificats et restaure, sous l’impulsion de Vago, un Grand Prix d’architecture des Écoles Saint-Luc qui est réservé « aux diplômés les mieux doués[95] ».

Pour renouveler l’apprentissage, les programmes se mettent à la page : les élèves de 4e année planchent sur un projet de centrale thermique ou un camp scout. En 5e année, les sujets sont déclinés avec pour toile de fond les loisirs des Trente Glorieuses : c’est avec un « Hôtel de Montagne » et « un Village du Club Méditerranée » que les postulants doivent en découdre[96]. Jean Dubuisson propose quant à lui une « ferme coopérative » ou encore une « école d’architecture[97] », sujets sur lesquels les étudiants doivent trouver l’inspiration pour remporter le Grand Prix des Instituts supérieurs d’architecture de 1963.

Le programme remis aux élèves, détaillé sur plusieurs pages dactylographiées, est calqué sur celui de la rue Bonaparte, à la différence que l’on n’hésite pas à évoquer les locaux techniques, exprimés par des besoins chiffrés. On favorise le rendu d’une grande qualité et d’un grand soin graphique. Toutefois, les documents ne sont pas exempts de détails sur la distribution interne de l’édifice et sa portée. Les sujets sont abordés sous forme de projets approfondis ou d’ « esquisses rapides[98] ». La centrale thermique peut ainsi être déclinée en maquette et l’hôtel de montagne, en esquisse, comme en coupe détaillée. Même si elle peut paraître banale, cette approche se distingue de l’enseignement parisien à la même époque. À Tournai, la traduction constructive passe par des médiums relativement nouveaux, « sachant que la perspective et la maquette ont été proscrites jusqu’au milieu des années 1960, cette dernière ne faisant timidement son entrée qu’avec les premiers rendus des étudiants de l’atelier Candilis [en 1965][99] ». Des laboratoires sont équipés de studio photo et comprennent également, dès 1962, plusieurs caméras[100].

Pour autant, l’établissement tournaisien ne renonce pas à la « fameuse pédagogie de la confrontation[101] » , grâce aux expositions de travaux et publications des lauréats dans le Bulletin de la Grande Masse. Certains travaux saillants de l’École belge peuvent être proposés à la revue L’Architecture d’aujourd’hui[102]. De plus, les élèves de 4e et 5e années planchent sur un « Théâtre ambulant[103] » dans le cadre d’un concours UIA proposé aux scolaires durant l’année 1960-1961. Dans l’esprit de Pierre Vago et de Jean Dubuisson germe aussi l’idée d’exposer certains travaux d’étudiants, particulièrement saillants, durant les Congrès de l’Union internationale des architectes. Dubuisson affirme, non sans fierté, que le pari engagé avec Pierre Vago est tenu. Une forme de synthèse des arts et de l’industrie peut selon lui trouver une application concrète sur le sol belge :

[…] ce que nous avons fait à Tournai a secoué un peu toutes les écoles belges, aussi bien les écoles Saint-Luc – il y en avait un peu partout en Flandres et en Wallonie – que les écoles publiques et ça a un peu secoué tout le monde. Et je dois dire que quand on a confronté, parce qu’à certains moments on a souhaité faire des confrontations entre ce que nous faisions, nous, à Tournai, et ce que faisaient les autres à Liège ou à Bruxelles ou à Gand, et quand on a mis ça ensemble, il est certain que ce que nous faisions était très au-dessus de ce que faisaient les autres[104].

C’est d’ailleurs vers l’École supérieure de Saint-Luc que l’un des fils de Jean Dubuisson, Sylvain, se tourne bientôt. Comme leurs aïeuls, Jean et Sylvain nouent leur cursus autour d’un même établissement de formation. Ce dernier en sort diplômé en 1973 et confesse que les « cinq ans passés à St Luc ont été les plus belles années de [s]a vie[105] ». Devenu architecte et designer, il y loue un enseignement « très structuré » et peut alors affirmer qu’« un objet est une idée mise en proportion[106] ».

 

[1] Jean-Baptiste Minnaert, Henri Sauvage ou l’exercice du renouvellement, Paris, Norma/Cité de l’architecture et du patrimoine/IFA, 2002, p. 18.
[2] Jacqueline Caudrelier et Jean-Étienne Grislain, « Émile Vandenbergh : des maisons, des Palais », Maurice Culot (dir.), Le Siècle de l’éclectisme. Lille, 1830-1930, Paris/Bruxelles, Ministère de l’Environnement et du cadre de vie/Archives d’architecture moderne, 1979, p. 105-115.
[3] « Liste des membres », Bulletin de la Société des Architectes du Département du Nord, 1868-1869, p. 22.
[4] Voir : Cordonnier (et. al.), Bicentenaire de l’école des Beaux-arts de Lille, 1755-1955, cat. expo. Lille, Palais des Beaux-arts (25 juin-30 sept. 1955), Lille, Imprimerie G. Sautais et fils, 1955, p. 43, AM Lille, 1R1/2 et « Historique de l’École des Beaux-arts de Lille », note dactylographiée, n. d., Archives municipales de Lille, 1R1/113.
[5] Labrouste, qui a fondé son atelier indépendant à son retour d’Italie en 1830, n’a pas consigné ses préceptes et, « lorsqu’il l’a fait, ses positions apparaissent raisonnables ou d’un rationalisme que ne renieraient pas la plupart de ses contemporains », dans Jacques Lucan, Composition, non-composition : architecture et théories, XIXe-XXe siècles, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009, p. 85. Voir aussi : Marc Le Cœur, « Labrouste, chef d’école » dans Corinne Bélier, Barry Bergdoll, Marc Le Cœur (dir.), Labrouste, 1801-1875, architecte : la structure mise en lumière, cat. expo. [Cité de l’Architecture et du Patrimoine, octobre 2012-janvier 2013], Paris, Éd. Nicolas Chaudun/Cité de l’Architecture et du Patrimoine, 2012, p. 192-199.
[6] Émile Vandenbergh, « Principes fondamentaux de l’architecture », Mémoires de la Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts de Lille, Lille, L. Danel, 3e série, 10e vol., 1872, p. 598.
[7] Ibid., p. 601-602.
[8] « Département du Nord », Ouvrage concernant tous les renseignements indispensables aux artistes et amateurs, Paris, Gazette des beaux-arts [Annuaire publié par], 1870, p. 177.
[9] Daniel Rabreau, Les dessins d’architecture au XVIIIe siècle, Paris, Bibliothèque de l’image, 2001, p. 17.
[10] Catherine Dollé, « L’enseignement du dessin sous la Troisième République : introduction du dessin industriel à Valenciennes », Livraisons d’histoire de l’architecture, n°2, 2e semestre 2001, p. 117-130. Ainsi que Stéphane Laurent, L’Art utile : les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998.
[11] G. Monnier, L’art et ses institutions en France. De la Révolution à nos jours, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Histoire », 1995, p. 209-210.
[12] C. Dollé, « L’enseignement du dessin sous la Troisième République… », art. cité, p. 117-130.
[13] Jules Comte, L’art en France : Musées & Écoles des Beaux-arts des Départements, 1887, Paris, Librairie de l’art/J. Rouam (trad. de l’anglais), p. 165.
[14] Ibid.
[15] « Département du Nord », Ouvrage concernant tous les renseignements indispensables aux artistes et amateurs, Paris, Gazette des beaux-arts [Annuaire publié par], 1870, p. 174.
[16] Émile Gavelle, Les arts décoratifs et industriels à l’École de Lille. Historique sommaire, de 1755 à 1909, Rapport préliminaire. Mission à Munich et au 2e Congrès de l’Union provinciale des Arts décoratifs, Août 1905, Lille, École des Beaux-arts de Lille, impr. La Guntenberg, 1909, Archives municipales de Lille, 1R1/103.
[17] « Département du Nord », Ouvrage concernant tous les renseignements indispensables aux artistes et amateurs, Paris, Gazette des beaux-arts, 1870, p. 174.
[18] E. Gavelle, Les arts décoratifs et industriels à l’École de Lille. Historique sommaire…, doc. cité.
[19] Alphonse Dubuisson, « Barcelone et l’art nouveau », L’Architecture et la Construction dans le Nord, mars 1909, p. 29-30.
[20] Emmanuel Laugier, « Gaston Castel, enseignant à l’École régionale d’architecture (1922-1952) », dans Isabelle Chiavassa et de François Gasnault (dir.), Les Castel. Une agence d’architecture au XXe siècle, Marseille, Parenthèses/Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2009, p. 85.
[21] É. Gavelle, Les arts décoratifs et industriels à l’École de Lille…, op. cit.
[22] François Loyer et Antoine Picon, « L’architecte au XIXe siècle », Louis Callebat (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998, p. 156.
[23] Voir Olivier Gabet, Le décorateur et l’amateur d’art : décors intérieurs, cat. expo. [Paris, Musée d’Orsay, 12 février-4 mars 2008], Milan/Paris, Cinq continents, Paris/Musée d’Orsay, coll. « Galerie d’arts graphiques », 2008, p. 7.
[24] Alphonse Dbuisson, « Écoles provinciales des Beaux-arts », L’immeuble et la Construction dans l’Est, n°6, 10 juin 1900, p. 41-42 : il observe que « depuis le commencement du siècle, tout prospère ; les œuvres d’art se répandent de tous côtés, les artistes sont de plus en plus nombreux, de nouvelles écoles ont été fondées pour toutes les branches de l’Enseignement ».
[25] A. Dubuisson, « Écoles provinciales des Beaux-arts », Ibid.
[26] A sa création, l’École relève est provisoirement administrée par un Secrétaire Général, avant qu’Émile Gavelle n’en prenne la direction en 1905. Voir Cordonnier (et. al.), Bicentenaire de l’école des Beaux-arts…, op. cit., p. 61.
[27] Le ministre salue la diversité des missions que s’assignent les professionnels, touchant aux questions juridiques comme à « l’enseignement de l’architecture dans [les] écoles de tous les degrés, même dans les écoles primaires […] l’hygiène publique, l’archéologie [les] intéressent, et que rien de ce qui touche à l’art ne [leur] est étranger », dans Discours du ministre dans « Société centrale des Architectes français. Distribution des récompenses du samedi 26 juin », L’Architecture, 3 juillet 1897, p. 237-238.
[28] « Nominations. Officiers de l’Instruction publique », L’Architecture, 4 mars 1899, 12e année, n°9, p. 80.
[29] Lettre de recommandation d’Émile Vandenbergh, 24 janvier 1893, Dossier de scolarité d’Émile Dubuisson, Archives nationales, AJ52/403.
[30] « Élèves de l’École des Beaux-arts de Paris sortant de l’École de Lille », n. d., Concours d’admission de l’École des Beaux-arts de Paris, AM Lille, 1R1/81.
[31] « Concours Godeboeuf », L’Architecture, n°53, 31 déc. 1898, p. 484.
[32] « Dubuisson sera l’un des fondateurs de l’école de Lille où il enseignera l’histoire », dans Jean-Pierre Epron, « Éclectisme et profession. La création des écoles régionales, 1889-1903 », Rapport du Bureau de la recherche architecturale, 1987, p. 421.
[33] A. Dubuisson, « Écoles provinciales des Beaux-arts », art. cité, p. 41-42.
[34] « À Lyon, Huguet est professeur de théorie, Lechat professeur d’histoire et Tony Garnier, professeur de construction. À Marseille, Ebrard, théorie, Troump, histoire et Demes, construction. À Rennes, Lebray, théorie et construction, Jourdan, histoire. À Rouen, Delabarre, théorie et construction, Ruel, histoire », dans J.-P. Epron, « Éclectisme et profession… », doc. cité, p. 417.
[35] G. Dehaudt est nommé directeur en remplacement de Batigny, au décès de ce dernier. Voir l’arrêté de nomination du directeur par G. Doumergue, 12 novembre 1909, AM Lille, 1R1/59.
[36] En remplacement de M. Hodebert, démissionnaire. Arrêté du Préfet du Nord, Félix Trépont, 6 mai 1912, AN, F21/8045.
[37] Association amicale des Anciens élèves des Écoles des Beaux-arts de Lille, « Annuaire », Lille, Impr. René Paquet, 1932, Archives municipales de Lille, 1R1/108.
[38] Rapport de M. Laprade, inspecteur général de l’enseignement artistique, 1933, AM Lille, 1R1/100, cité par Céline de Potter, « L’École des Beaux-arts de Lille de 1919 à 1939 », mémoire de maîtrise d’Histoire de l’art (dir. François Robichon), Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2003, p. 74.
[39] École des Beaux-Arts de Lille, Distribution des Prix, Lille, Imprimerie OSAP, années 1934-1935.
[40] Il semble ainsi être préféré à Étienne Caudrelier, « un très jeune homme, sans aucun titre », dans Lettre de l’École des Beaux-Arts à M. Valentino, 24 avril 1912, AN, F21/8045.
[41] Lettre de l’École des Beaux-Arts de Lille à M. Valentino, 15 mai 1912, AN, F21/8045. La mainmise d’Émile Dubuisson n’est cependant pas du goût de tous. En 1912, ce dernier doit surmonter une cabale émanant d’un inspecteur du ministère qui s’oppose à sa nomination pour « ne considérer Mr Dubuisson […] que comme un esprit très obscur ». Si ces propos doivent être sujet à caution, notons que Gavelle doit intercéder en faveur d’Émile Dubuisson, précisant qu’il « est déplorable de le voir humilier publiquement par l’inspecteur ». Voir : Lettre de René Faits [Inspecteur] à M. Berard, sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, 25 mai 1912, AN, F21/8045 et propos d’E. Gavelle dans lettre de l’École des Beaux-Arts à M. Valentino [Service de l’Enseignement au ministère des Beaux-Arts], 24 avril 1912, AN, F21/8045.
[42] Voir : Jean-Pierre Epron, « Éclectisme et profession… », doc. cité, p. 4.
[43] La Construction moderne, 2 janvier 1909, p. 168.
[44] Cette organisation constitue un relais fondamental pour les architectes auprès des disciplines savantes : elle joue un rôle actif dans l’étude et la promotion du passé régional. C’est aussi le cas en Bretagne. Au XIXe siècle, les sociétés d’Agriculture « fleurissaient alors à l’initiative d’une aristocratie soucieuse de moderniser le monde agricole, tout en encadrant la paysannerie afin de la “préserver” de la pénétration de l’idéologie républicaine » (Daniel Le Couédic, La maison ou l’identité galvaudée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Art & société », 2003, p. 16). Alphonse Dubuisson figure sur la liste générale des membres de la société, entre 1901 et 1914. Émile Vandenbergh en devient président en 1886. Voir : « Liste générale des membres de la société », Bulletin de la Société de géographie de Lille, pour les années mentionnées.
[45] « Assemblée générale extraordinaire du 14 octobre 1882 », Bulletin de la Société des architectes du département du Nord, 1881-1882, p. 62.
[46] Bulletin de la Société régionale des architectes du Nord de la France, n°18, 1885-1886, p. 16.
[47] En 1900, alors qu’il passe son diplôme, il est retenu pour illustrer le menu du banquet de fin année. Gilles Maury, « Confraternité et agapes. La Société régionale des architectes du Nord en représentation, 1868- 1914 », Sociétés et Représentations, février 2010, n° 30, p. 123-139.
[48] Voir les collections de photographies d’Émile Dubuisson conservées à la bibliothèque municipale de Lille et dans la photothèque de Douai, notamment : Lille. Place du Théâtre, Bibliothèque municipale de Lille, portefeuille 69-13.
[49] Croquis du Vieux Lille, L’Architecture et la Construction dans le Nord, oct. 1899, pl. 124 et déc. 1899, p. 152.
[50] Édouard Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, 1910-1930 avec nombreux portraits, signatures et reproductions, Paris, Art   Édition, t. 1, 1930, p. 430.
[51] Émile Gavelle, Un peintre flamand, M. Pharaon de Winter, Lille, impr. de Lefebvre-Ducrocq, 1902, 14 p., pl. et Id. L’École des beaux-arts de Lille, Paris, Association française pour l’avancement des sciences. Congrès de Lille, 1909 [tiré à part de l’ouvrage Lille et la région du Nord en 1909], 26 p.
[52] Laurent Guillaut, « Pharaon de Winter, le disciple et le professeur », Id. (dir.), Pharaon de Winter 1849-1924. Histoires de l’âme flamande, Bailleul, Éditions du musée Benoît de Puydt, 1994, p. 27-28.
[53] En 1900, après avoir demandé la liquidation de sa retraite, il décida de créer une nouvelle école où il pourrait poursuivre son enseignement et présenter avec succès ses étudiants aux concours parisiens, avant de reprendre ses fonctions en 1905, à l’école des beaux-arts de Lille. Pharaon de Winter installe sa propre académie dans des locaux de la rue Sainte-Catherine, à Lille. Voir : Laurent Guillaut, Ibid.
[54] Jules Comte, L’art en France : Musées   Écoles des Beaux-arts des Départements, 1887, Paris, Librairie de l’art/J. Rouam (trad. de l’anglais), p. 165.
[55] Voir : Cordonnier (et. al.), Bicentenaire de l’école des Beaux-arts de Lille, 1755-1955, …, op. cit., p. 70.
[56] Doutrelon de Try institue ensuite son propre prix en 1923, d’après « L’art à Lille au XVIIe siècle et XVIIIe siècle. La Fondation de l’École de Dessin », n. d., vers 1950, Archives municipales de Lille, 1R1/113.
[57] Nicolas Buchaniec, Salons de province : les expositions artistiques dans le Nord de la France, 1870-1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Art   société », 2010, p. 21.
[58] Alice Thomine, « À propos des “Amants de la nature”. Les architectes et l’aquarelle à la fin du XIXe siècle », Histoire de l’art, n°33-34, mai 1996, p. 67-81.
[59] Anne Martin-Fugier, Les salons de la IIIe République : art, littérature, politique, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2007 [1ère éd. 2003], p. 189.
[60] Dans la séance du 13 décembre 1895, la peintre y est célébrée parmi d’autres personnalités émanant de diverses disciplines : Lettres, Histoire, Architecture, Beaux-arts, René Le Cholleux (dir.), « Les expositions. 1896 », René Le Cholleux (dir.), La Revue septentrionale [Organe mensuel des Rosati et des Sociétés savantes, artistiques, littéraires du Nord de la France], 1ère et 2e années, 1895-1896, p. 127.
[61] Jacques Foucquières, « Courrier artistique », Revue du Nord de la France, janvier-juin 1896, p. 126.
[62] Notamment Jacques Foucquières, « Courrier artistique », Revue du Nord de la France, janvier-juin 1896, p. 126.
[63] Benezit. Dictionary of artists, Paris, Gründ, 2006, vol. 4, p. 1235 et Édouard Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, 1910-1930 avec nombreux portraits, signatures et reproductions, Paris, Art   Édition, t. 1, 1930, p. 430.
[64] Arrêté du préfet du nord, 9 août 1933, AN, F21/8045.
[65] « Section d’Art décoratif. Dessin architectural. Professeur : M. Dubuisson […] Cours de dessin préparatoire : Professeur : Mlle Dubuisson (14 élèves) », École des Beaux-Arts de Lille. Distribution des Prix, Lille, Imprimerie OSAP, année 1935, AM Lille, Distributions solennelle des Prix, 1922-1967, Archives municipales de Lille, 1R1/5.
[66] Arrêté de Guillon, Préfet du Nord, 10 fév. 1936, Archives nationales, F21/8045.
[67] Mlle Dubuisson, « Catalogue des moulages : figures », Ville de Lille, École des Beaux-Arts, n. d., Médiathèque Jean Lévy, Fonds régional, BR4/4290.
[68] Billet manuscrit accompagnant la lettre du Directeur général des Beaux-Arts du ministère au Préfet du Nord, le 23 août 1933, AN, F21/8045.
[69] « Don de M. Émile Dubuisson : relevé au trait de la porte de Gand, signé Jean Dubuisson », dans Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Années 1932-1933, Paris, Ministère de l’Éducation nationale/Éditions Ernest Leroux, 1935, p. 403
[70] Dossier de scolarité de Jean Dubuisson, École régionale d’architecture de Lille, Archives municipales de Lille, 1R1/91.
[71] Jean Dubuisson, « Mon père, Émile Dubuisson », Jean-Étienne Grislain (dir.), 1932. Un gratte-ciel en Flandre, plaquette éditée à l’occasion du cinquantenaire du beffroi de Lille [Supplément spécial à Lille actualités], Lille, Ville de Lille, 1982, p. 13-15.
[72] Tels Wicar ou Pharaon de Winter, d’autres mécènes comme Colbrant, Denneulin, Désoblain apportèrent des subsides pour récompenser les élèves lillois. Voir : Cordonnier (et. al.), Bicentenaire de l’école des Beaux-arts de Lille, 1755-1955, op. cit., p. 94.
[73] Réunion du jury du 14 juin 1935, « Registre des délibérations des Jurys des Grands Prix et Prix Doutrelon de Try », AM Lille, 1R1/48. Voir aussi : Fondation Doutrelon de Try – Acte constitutif. Extrait du registre aux Délibérations du Conseil municipal de la Ville de Lille. Séance du 14 septembre 1924 ».
[74] Voir « Nomination du nouveau Directeur en remplacement de M. Gavelle », n. d., Archives nationales, F21/8045.
[75] « M. Robert Mallet-Stevens, directeur des Beaux-arts à Lille, grand artiste moderne », L’Écho du Nord, 24 octobre 1935, cité par Céline de Potter, « L’École des Beaux-arts de Lille de 1919 à 1939 », doc. cité, p. 35 ; Richard Klein, « Au Nord, le rêve de l’union de l’art et de l’industrie », Olivier Cinqualbre (dir.), Robert Mallet-Stevens : l’œuvre complète, cat. expo. [Paris, Centre Pompidou, 27 avril-29 août 2005], Paris, Centre Pompidou, coll. « Classiques du XXe siècle », 2005, p. 66.
[76] Les formes de cette mobilisation rappellent les termes de la polémique du concours de la Cité hospitalière de Lille, une consultation pour laquelle Émile Dubuisson était en lice. Voir : « Cité hospitalière de Lille », La Construction moderne, 2 décembre 1934, p. 197-215.
[77] Cordonnier relate bientôt que la section Architecture est supprimée par Mallet-Stevens, mais qu’Émile Dubuisson s’occupe de la réanimer au départ de Mallet-Stevens en 1939 dans Cordonnier (et. al.), Bicentenaire de l’école des Beaux-arts de Lille, 1755-1955, op. cit., p. 76.
[78] Lettre de René Faits à M. Berard, 25 mai 1912, Archives nationales, F21/8045.
[79] Si ce n’est qu’une partie des locaux sont ravagés en 1940, on ne sait presque rien de la vie de l’École durant la Guerre. En 1942, Émile Dubuisson est remplacé par Paul Desrumaux. Voir : R. Cayez, « L’École des Beaux-arts fêtera l’an prochain le second centenaire de sa fondation », La Voix du Nord, 8 janvier 1954, et « Historique de l’École des Beaux-arts de Lille », note dactylographiée, n. d., Archives municipales de Lille, 1R1/113.
[80] Max Querrien,  Pour une politique de l’architecture : témoignage d’un acteur, 1960-1990,  Paris,  Le Moniteur,  coll. « Architextes », 2008, p. 20.
[81] Voir : Élise Guillerm, « L’expérience pédagogique de l’École Saint-Luc de Tournai : un carrefour moderne franco-belge », dans Caroline Maniaque (dir.), Les années 68 et la formation des architectes : pédagogies expérimentales et renouvellement des savoirs, Rouen, Éditions Point de vues, 2018, p. 182-191.
[82] Voir : Programme de l’Institut Saint-Luc de Tournai. École supérieure d’architecture, année 1976-1977, Fonds Pierre Vago, 64 ifa 250.
[83] Entretien de l’auteur avec J. Dubuisson, Nîmes, 13 novembre 2007.
[84] Colette Raffaele, Eugène Beaudouin et l’enseignement de l’architecture à Genève, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Cahier de théorie », 2010, p. 167.
[85] Aymone Nicolas, L’apogée des concours internationaux d’architecture : l’action de l’UIA, 1948-1975, Paris, Picard, coll., « Architectures contemporaines. Série Études », 2007, p. 49.
[86] Voir « Regard rétrospectif sur nos locaux actuels. Les origines de Passy-Froyennes à Ramegnies-Chin en 1904 », Bulletin d’information de l’Institut supérieur d’architecture, avril-mai-juin 1985, p. 2.
[87] Entretien de l’auteur avec J. Dubuisson, Nîmes, 13 novembre 2007.
[88] Plaquette de l’École Saint-Luc de Tournai, n. d., Fonds Pierre Vago, 64 ifa 250.
[89] Lettre de Pierre Vago à la revue L’Architecture d’aujourd’hui, 23 juin 1964, Fonds Pierre Pinsard, 58 ifa 06.
[90] Voir « Annexe II », présentation des enseignements, n. d., Fonds Pierre Pinsard, 58 ifa 06.
[91] Bulletin bimestriel de l’association des Parents des Élèves de l’École Saint-Luc de Tournai, n°2, mai 1963, Fonds Pierre Vago, 64 ifa 250.
[92] Plaquette de l’École Saint-Luc de Tournai, doc. cité.
[93] Entretien de l’auteur avec J. Dubuisson, Nîmes, 13 novembre 2007.
[94] Plaquette de l’École Saint-Luc de Tournai, doc. cité.
[95] Ibid.
[96] Projet de diplôme pour l’année scolaire 1959-1960, Fonds Pierre Vago, 64 ifa 402.
[97] Liste de sujets, février 1963, Fonds Pierre Pinsard, 58 ifa 06.
[98] Lettre de Pierre Vago à la revue L’Architecture d’aujourd’hui, 23 juin 1964, Fonds Pierre Pinsard, 58 ifa 06.
[99] Jean-Louis Violeau, Les architectes et Mai 68, Paris, Éd. Recherches, 2005, p. 38.
[100] Bulletin bimestriel de l’association des Parents des Élèves de l’École Saint-Luc de Tournai, n°2, mai 1963, Fonds Pierre Vago, 64 ifa 250.
[101] J.-L. Violeau, Les architectes et Mai 68…, op. cit., p. 57.
[102] Lettre de Pierre Vago à la revue L’Architecture d’aujourd’hui, 23 juin 1964, Fonds Pierre Pinsard, 58 ifa 06.
[103] « Concours UIA. Un théâtre ambulant », 1960-1961, Fonds Pierre Pinsard, 58 ifa 06.
[104] Entretien de l’auteur avec J. Dubuisson, Nîmes, 13 novembre 2007.
[105] « Sylvain Dubuisson » (entretien avec), Les Cahiers de l’architecture, Tournai, Institut Supérieur d’Architecture Saint-Luc, n°2, déc. 2002, p. 2-5.
[106] Sophie Tasma-Anargyros, « Sylvain Dubuisson : un objet est une idée mise en proportion », AMC, n°18, déc. 1987, p. 83-85.

 

[sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2021, 20 septembre). L’enseignement des Dubuisson à Lille et à Tournai. Portraits croisés de trois générations d’enseignantes et d’enseignants. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mror

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search