L’après 1968 et les paris lyonnais : les doubles cursus, la recherche, les grands ateliers.

Par Michel PAULIN,
architecte, professeur honoraire

Le développement du double cursus architecte-ingénieur et des Grands-Ateliers à l’ENSAL

Des antécédents déterminants

La transversalité avait déjà été expérimentée à Lyon avant 1968 au sein du Groupe sud-est « Grand delta » avec Marseille et Grenoble. A titre personnel, mon expérience à la Faculté de l’Aménagement de l’Université de Montréal (1970-71) m’avait familiarisé avec la collaboration entre l’architecture et d’autres départements, ainsi qu’avec les approches nord-américaines de la conception de projet à l’époque : basic design, théorie des systèmes, cybernétique…

La constitution d’une pédagogie ouverte aux sciences appliquées à l’UPA

En 1970, au début de l’Unité pédagogique d’architecture de Lyon, au sein de la petite équipe coordonnée par le sociologue J.C. Barthez, se trouvent des personnalités transversales comme P.A. Jaffrennou, mathématicien et musicien, pionnier de l’informatique musicale, mais pas de pédagogue des sciences appliquées. Nous nous tournons vers l’INSA. Avec le jeune département de Génie civil dirigé par J.C. Cubaud se développe une collaboration originale qui tente d’importer l’expérimentation dans l’enseignement de la mécanique et de la physique des ambiances pour les architectes (dalle et caisson d’essai, photoélasticimétrie…). Cela favorise le recrutement en 1974 de P. Depecker, lui-même issu de l’INSA. Parallèlement, le partage d’expérience, à l’Institut de l’Environnement, avec des personnalités comme D. Bernstein, D.G. Emmerich, J.P. Epron ou P. Quintrand favorise l’émergence d’approches pédagogiques de la construction spécifiques aux architectes. La fin regrettable de cette institution en 1977 nous laisse à nos maigres moyens matériels et je tente de les pallier par des manipulations très économiques du type « la main à la pâte ».

Un nouveau contexte

Dès son installation à Vaulx-en-Velin, en 1976, l’École nationale des travaux publics de l’État (ENTPE) fait appel à des intervenants de tous horizons – dont nous sommes – dans le cadre de sa politique d’ouverture. Avec son directeur, M. Prunier, l’idée d’un « Campus de l’environnement » intégrant l’architecture se fait jour. Mais c’est à la faveur de la création du Ministère de l’environnement et du cadre de vie en 1978 (réforme d’Ornano) et de l’incorporation de l’architecture en son sein que l’idée peut prendre corps sous la direction efficace de J. Belmont. L’école de Lyon est à la recherche de nouveaux partenaires et de nouveaux locaux et B. Duprat, alors président du CA, R. Ravet et moi-même, en tant que responsables de cycles, nous y employons activement ; ce contexte déterminera le choix du campus de Vaulx-en-Velin pour y construire le nouveau bâtiment de l’EAL sur les plans de deux anciens élèves : F-H. Jourda et G. Perraudin.

Le double cursus

Dans le bouillonnement qui anime la communauté scolaire lyonnaise au cours des années 80, trois personnes clés entrent en scène. Un nouveau directeur de l’École d’architecture, J-L. Fraisse en 1983, qui va mener à bien le transfert à Vaulx-en-Velin, puis un directeur des études, architecte et ingénieur des travaux publics, D. Prat, et, du côté de l’ENTPE, un nouveau directeur des études, ingénieur d’une grande largeur de vue, Ph. Sardin. Dès l’emménagement en 1988, les échanges de services entre les deux établissements s’intensifient ; des cours – très prisés – de dessin et d’histoire sont offerts aux ingénieurs ; l’accès à leurs luxueux équipements sociaux et sportifs est ouvert aux architectes. Les deux populations se rencontrent et s’apprivoisent. Aussi, quand se fait jour la volonté de créer des filières « architecture » dans nombre d’écoles d’ingénieurs, en 1990, il apparaît bien plus naturel de développer et formaliser l’embryon de coopération existante que d’ouvrir une voie séparée. Le programme offrant la réciprocité des diplômes sur la base d’une seule année supplémentaire à chacun des deux cursus, grâce à un renforcement scientifique pour les uns, architectural pour les autres peut être acté, en dépit de l’opposition des vieilles gardes de tous niveaux soucieuses de leur pré-carré de part et d’autre. A noter qu’en même temps on lance un important programme Erasmus négocié avec la Région Rhône-Alpes qui permet à l’équivalent d’une demi-promotion d’étudiants de quatrième année de poursuivre des études à l’étranger.

L’INSA, qui a aussi renoncé à sa filière séparée, rejoint le double-cursus en 1992 dans les mêmes conditions et c’est le tour de l’Ecole centrale lyonnaise d’y venir en 2002. Beaucoup d’autres écoles françaises s’inspirent de cette initiative selon diverses variantes. Le succès de la formule ne se démentira plus et elle reste un puissant facteur d’attractivité de l’ENSAL aujourd’hui. Ces relations anciennes ont abouti à l’alliance actuelle entre l’ENSAL et l’INSA.

Les Grands-Ateliers

Si l’emménagement dans de plus vastes locaux offrait la possibilité d’un meilleur équipement au service de l’enseignement de la construction, cela restait encore très en-deçà de nos ambitions. Dans une situation comparable, Grenoble avait accompagné en son sein l’essor du groupe CRAterre (créé en 1979). C’était une ressource précieuse pour Lyon en ce qui concernait la construction en terre et de forts liens interpersonnels s’étaient tissés entre nous. Le renouveau d’intérêt pour cette technologie traditionnelle dans la région avait donné lieu à une exposition à Beaubourg et à l’opération Domaine de la Terre dans la ville nouvelle de L’Isle-d’Abeau dès 1981. Aussi une convention avait été signée entre la Direction de l’architecture, l’École de Grenoble et la Ville nouvelle en vue de créer un « pôle d’enseignement de la construction ». Convaincu par P. Doat, H. Houben et C. Verdillon, je décide donc de proposer à notre Conseil d’administration de rallier ce pôle et des équipes lyonnaises participent à l’exposition « architecture et culture constructive » de 1993, puis de 1995 à l’Unesco. Une autre personne clé dans cette aventure est J. Frébault, qui prend la direction de l’Etablissement public de l’Isle-d’Abeau en 1994, après avoir dirigé l’architecture à Paris. Il prend rapidement la mesure des enjeux et organise le développement du projet. Un embryon de siège est installé à la maison Levrat, sur le territoire de la ville nouvelle, où un noyau d’enseignants lyonnais occupe un bureau. Ce lieu devient un centre de réflexion d’où sortiront les bases du concept des Grands-Ateliers : un équipement de haute qualité technique permettant aux écoles d’art, d’architecture et d’ingénierie de mettre en œuvre des enseignements pratiques et des recherches interdisciplinaires. En 1995 un protocole est signé qui rassemble onze établissements d’enseignement et de recherche à l’échelle nationale. Dès lors, notre groupe lyonnais, avec R. Mouterde notamment, prend une place déterminante au sein de l’équipe animatrice et, soutenue par son directeur, s’acharne à faire aboutir le projet malgré les doutes et les oppositions qui surgissent jusqu’à l’ouverture du chantier en 1997. Aussi c’est avec une grande fierté que nous assistons à l’inauguration en 2001. Des phases d’enseignements tant obligatoires qu’optionnels aux Grands-Ateliers sont alors inscrites dans le programme des études de l’école et, depuis, nous y avons pratiqué avec enthousiasme pédagogie et recherche, tout en participant aux mutations et à l’élargissement de cette belle institution.  

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search