Un temps de transition : l’École régionale d’architecture de Lyon au tournant de 68

Par Philippe Dufieux,
Professeur d’histoire de l’architecture,  École nationale supérieure d’architecture de Lyon, Directeur d’EVS-LAURe UMR 5600

 

À la veille de 1968, l’attractivité de l’École régionale de Lyon ne se dément pas : pour s’en tenir à la seule année 1965, pas moins de 1 030 candidats participent aux épreuves d’entrée pour 135 admis. À cette date, la section préparatoire compte 172 élèves parmi lesquels 108 inscrits lors des années scolaires antérieures et 64 nouveaux bacheliers inscrits pour l’année 1965-1966[1]. Alors que les élèves de classes préparatoires dispensées dans les lycées disposent de nombreux débouchés, les étudiants s’orientant vers les études d’architecture demeurent – on le sait – complètement dépendants des résultats de l’admission à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts dans une situation hautement problématique qui ne cesse d’être dénoncée par le conseil d’administration de l’École régionale d’architecture de Lyon dans les années de l’après-Seconde Guerre mondiale[2]

Année Candidats Admis Candidats étrangers
1960 489 180 6
1961 620 135 7
1965 1030 135 ?

Tableau 1 – Candidats à la classe préparatoire de l’École régionale d’architecture de Lyon en 1960, 1961 et 1965 (AML, 189WP25).

En 1964, la classe préparatoire comptait 115 élèves dont 56 se sont présentés à l’admission de mai-juin ; quarante ont réussi à l’épreuve d’esquisse mais huit seulement ont été admis in fine. Cette moyenne, bien que visiblement supérieure à celle des autres écoles régionales, illustre l’impasse dans laquelle se trouve alors les candidats aux études d’architecture :

Sans doute les besoins actuels de la profession ne justifient-ils pas cette ouverture plus large » – écrit le peintre Jean Coquet (1907-1990) qui cumule les fonctions de directeur de l’École des Beaux-Arts de Lyon et de l’École régionale d’architecture de Lyon – « mais ne dit-on pas couramment que plus de 45 % des travaux de construction échappent encore à la profession. La solution paraît donc être dans une défense active de cette profession, défense ayant pour effet d’augmenter les possibilités de travail et donc le nombre des architectes ; par voie de conséquence, on pourrait ouvrir plus largement les portes de l’École aux nombreux candidats qui s’y présentent[3]

Est-il besoin de souligner combien ce désir d’ouverture constituera l’une des revendications essentielles des années à venir ? S’ajoute également la volonté de s’émanciper définitivement de la tutelle de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et de son numerus clausus d’admissions, perçu comme un véritable frein au développement de la profession. Ces prises de position ne doivent pas surprendre au regard de l’importance numérique croissante des effectifs de l’École régionale par rapport à ceux de la seule École des Beaux-Arts : à Lyon, en 1965, cette dernière comptait 242 élèves alors que l’École régionale en comptabilisait 300[4]. On comprend également l’attention que portent les administrateurs à la classe préparatoire et l’importance que revêt la création d’un poste de professeur de technologie de l’architecture dans le dessein d’assister Louis Piessat (1904-1999) qui, au sein de l’atelier Tony Garnier-Pierre Bourdeix, dispense seul des notions élémentaires à un effectif pléthorique de 172 élèves en 1965 ; dernier enseignement qui comprend des données générales sur l’architecture dans les champs de l’histoire, de l’archéologie et de la construction et qui doit désormais recouvrir l’urbanisme et l’aménagement.

En novembre 1964, le conseil d’administration de l’École régionale élabore un « Projet de réforme et de complément d’enseignement » dans la perspective de la création d’une École nationale d’architecture. L’accent est mis sur les enseignements de construction et la création de cours de théorie de l’architecture et d’urbanisme, ces dernières disciplines étant alors inexistantes au sein du cursus de l’École régionale. Il est notamment question de quadrupler le nombre d’heures dédiées à la construction (de 3 à 12 heures hebdomadaires). Quelques jours plus tôt (4 novembre), le directeur de l’École régionale n’avait pas manqué de faire connaître au maire de Lyon les résultats de la session d’admission d’octobre-novembre à l’École nationale des Beaux-Arts. Douze élèves de la section architecture de l’École lyonnaise sont admis, quatre sont mêmes classés parmi les dix premiers :

La rapide statistique suivante se passe de commentaires sur l’importance et la qualité de l’enseignement dispensé dans notre École, en égard à l’ensemble des écoles d’architecture françaises[5], écrivait Coquet.

En réalité, aucune école régionale ne peut rivaliser avec celle de Lyon qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, présente la particularité de disposer de deux ateliers libres : l’atelier Tony Garnier, relevé par Pierre Bourdeix (1906-1987) dès 1938, et le cénacle moderniste animé une dizaine d’année durant par René Gagès (1921-2008) et François-Régis Cottin (1920-2013) entre 1949 et 1964.

 

Une difficile autonomie

L’autonomie des écoles régionales et les questions liées à la réorganisation de l’enseignement de l’architecture reviennent avec récurrence dans les échanges contemporains comme en témoigne le rapport d’Urbain Cassan (1953) et celui, plus controversé, remis l’année suivante par André Leconte au comité consultatif de l’enseignement de l’architecture (créé par arrêté le 3 décembre 1947) qui abonde dans le sens d’une décentralisation de l’enseignement de l’architecture par la transformation des écoles régionales en école nationales. Il faudra attendre le décret du 16 février 1962 pour que cette dernière question revête une véritable actualité, sachant qu’une telle évolution suppose que les futures écoles nationales aient le même niveau d’études – du moins en théorie – que la section architecture de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts. Cette évolution commande également l’instauration d’un diplôme unique, délivré par les écoles, et surtout la réforme des programmes et du régime des études pour tenir compte des évolutions contemporaines notamment dans les domaines techniques, sociaux et économiques. À Lyon comme à Toulouse, Lille ou Strasbourg, les avis sont alors unanimes pour dénoncer le caractère extrêmement centralisé de l’enseignement contemporain et le statut de « succursales » des écoles régionales dont les enseignements, à l’image de ceux dispensés rue Bonaparte, n’ont connu aucune évolution d’importance depuis le début du siècle. Mais l’application du décret de 1962 prendra beaucoup de retard malgré la mise en place d’un conseil supérieur de l’enseignement de l’architecture. Dans les coulisses, une vive compétition s’est ouverte entre les villes pour que leurs écoles régionales accèdent au rang d’écoles nationales ; le gouvernement se réservant le soin d’apprécier les efforts consentis par les municipalités notamment d’un point de vue financier. C’est dans ce contexte que la Ville de Lyon se porte acquéreur en 1965 de l’ancien couvent de la Visitation à Fourvière afin de transférer simultanément l’École des Beaux-Arts et l’École régionale[6]. Le conseil régional de l’Ordre des architectes, sollicité par le maire de Lyon, ne manquera pas de s’exprimer en ce sens[7]. Outre les questions relatives à l’autonomie administrative et budgétaire de la future école, l’Ordre entend que les architectes bénéficient d’une représentation significative au sein des futures instances et que le directeur soit désormais choisi parmi les représentants de la profession. Le conseil de l’ordre propose en outre de dissocier plus nettement les cours théoriques, dont certains pourraient être suivis par les élèves à l’Université, des cours spécifiques liés à la pratique architecturale. Ces réflexions ne devaient pas tarder à être relayées par l’une des figures majeures de la profession à Lyon le grand prix de Rome Perrin-Fayolle (1920-1990) [fig. 001].


Fig. 001 – Anonyme, Portrait de l’architecte Jacques Perrin-Fayolle, tirage argentique, vers 1975, collection particulière.


L’intermède Perrin-Fayolle

En juin 1964, Perrin-Fayolle est appelé à la direction de l’atelier Garnier-Bourdeix – qui se dénommera pour quelques mois « Atelier Tony Garnier-Perrin-Fayolle » – avec Alain Chomel (1931-2019) et Bernard Chamussy (1932) comme adjoints. L’architecte est alors au faîte de sa notoriété contemporaine[8]. Dans ces années décisives, Perrin-Fayolle enchaîne les commandes d’équipements publics dans la région lyonnaise et les projets urbains : du campus de la Doua à Villeurbanne (Rhône), dont l’aménagement est sur le point de s’achever après dix ans de travaux (1957-1969), à l’École centrale de Lyon à Écully (Rhône, 1965), du plan-directeur du quartier du Tonkin (1960), toujours à Villeurbanne, à l’étude du front de mer de Monaco (1965-1967). En 1965, Perrin-Fayolle entre au conseil d’administration de l’École des Beaux-Arts de Lyon en remplacement de Pierre Verrier (1885-1968), architecte en chef de la Ville de Lyon, démissionnaire, aux côtés d’André Rostagnat (1899-1980), président du conseil régional de l’ordre des architectes ; dernière nomination es-qualité qui témoigne de la volonté de l’École de s’associer plus étroitement au milieu professionnel. Une commission spéciale, émanant du conseil d’administration, chargée plus spécialement des questions d’architecture, est créée la même année. Une première réunion se tient le 14 juin 1965 au cours de laquelle Perrin-Fayolle rend compte de ses échanges avec Jean Fayeton, directeur des études de la section architecture à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, qui jouera un rôle majeur dans la préparation de la réforme de l’enseignement de l’architecture en 1968. Nombre de contemporains s’accordent à penser qu’il convient de faire évoluer les études en ouvrant notamment des cours plus adaptés sans attendre la création des écoles nationales – huit sont alors en projet[9] – et cette remarque s’applique en particulier à l’enseignement des sciences et des techniques mais encore à l’urbanisme. Les propositions de Fayeton se font l’écho des dispositions de l’arrêté du 19 mars 1966 qui introduit des projets courts et des projets longs dans les études et entend favoriser le développement de cours théoriques et de travaux pratiques diversifiés. Perrin-Fayolle évoque successivement la mise en place d’options à l’issue de la section préparatoire, de diplômes de spécialisation et souligne l’importance de conforter les enseignements de construction par un cours technique (fluides, électricité, chauffage, ventilation). La commission propose successivement la désignation d’un second professeur de construction, la création de cours de construction spécialisés, la désignation d’un professeur de théorie de l’architecture et de deux professeurs-conférenciers d’urbanisme (soit un par classe). Le programme rédigé par Perrin-Fayolle deux jours plus tard (16 juin) pour l’année 1965-1966 abondera précisément en ce sens[10]. L’accent est mis sur les enseignements fondamentaux : la construction, dont le nombre d’heures se verrait triplé (une centaine d’heures par an contre une trentaine), la théorie de l’architecture (soixante-dix heures) auxquels s’ajoutent trente heures d’urbanisme et de règlementation s’appliquant à l’urbanisme. Onze conférences pour l’année 1965-1966 sont également proposées en lien avec les enseignements ; les noms de Prouvé et de Nervi sont avancés. Entre 1942 et 1945, un cours de théorie de l’architecture avait été assuré par Marcel Descotes-Genon (1904-1973), architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, mais cette expérience ne sera pas poursuivie après-guerre. Perrin-Fayolle s’adresse alors à Denys Pradelle qui s’illustre dans ces années-là aux côtés de Laurent Chappis au sein de l’Atelier d’architecture en montagne. Pradelle sera nommé professeur de théorie de l’architecture à la rentrée 1965 et développera un enseignement autour de quatre grands thèmes (architecture rurale, architecture industrielle, petites villes, urbanisme), étayant ses cours de multiples enquêtes de terrain.

La création de cours d’urbanisme au sein de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et des Écoles régionales témoigne d’une prise de conscience croissante de l’importance de cette discipline dans la formation des élèves et de la volonté d’intégrer ce champ à celui de la pratique de l’architecte sur fond de stratégie professionnelle[11]. Alors qu’un cours d’urbanisme est assuré depuis 1958 à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts par le grand prix de Rome André Gutton sous la forme de séminaires facultatifs, la commission lyonnaise estimera que des conférences suffisent amplement ; Charles Delfante (1926-2012), urbaniste en chef de la Ville de Lyon, sera d’ailleurs sollicité à ce sujet. Relevons encore que l’architecte Gérard Senglet (1925- ?) est recruté en juin 1965 pour assurer les cours de construction aux élèves de première et de seconde classe ; il succède à Cottin démissionnaire. Senglet, qui enseigne également à l’INSA (Lyon), s’étonnera de la faiblesse de certains enseignements techniques (équipements et matériaux, chauffage, ventilation, électricité et télécommunications, structure), mais de toute évidence, malgré les déclarations d’intentions, les administrateurs de l’École régionale font montre d’une certaine réticence à orienter les études d’architecture vers les sciences de l’ingénierie.

Le 2 décembre suivant, Perrin-Fayolle présente sa démission à Coquet moins d’un an après avoir accepté la direction de l’atelier : « Maintenant que les conditions de la réforme de l’enseignement de l’architecture sont créées, les étudiants vont voir les fruits du travail considérable accompli par Fayeton, notre directeur des études[12] », écrivait l’architecte sans dire mot des difficultés rencontrées. Quelques jours plus tard, il est nommé au sein de la commission chargé de l’examen des questions concernant les études d’architecture à l’École des Beaux-Arts de Lyon aux côtés de ses confrères Bourdeix, Louis Weckerlin (1902-1981), Rostagnat et Piessat[13]. À bien des égards, le programme proposé par Perrin-Fayolle entendait adapter l’École régionale aux enjeux contemporains mais de toute évidence, les conditions n’étaient pas réunies pour qu’un tel projet ne se réalise. Si les compétences professionnelles de l’architecte sont unanimement reconnues par ses contemporains, ses qualités pédagogiques furent visiblement diversement appréciées par les élèves comme en témoigne le courrier qui lui est adressé le 24 novembre 1965 par le massier de l’atelier pour lui réclamer sa démission :

Nous vous informons que la majorité des élèves, considérant les nouvelles perspectives de la réforme et le désaccord patent entre votre enseignement et celui qu’ils désirent ont décidé de vous demander votre démission de chef d’atelier[14]

Gagès et Cottin seront nommés peu après à la succession de Perrin-Fayolle.

 

Un temps d’incertitudes

En 1964, la disparition de l’atelier Gagès-Cottin oriente l’essentiel des élèves vers l’atelier « officiel » Garnier-Bourdeix-Perrin-Fayolle qui voit ses effectifs et ses charges croître considérablement. Mais il n’est toujours pas question que la Ville rémunère son chef d’atelier et ses adjoints. Dans l’attente de la création d’un atelier interne, réclamée par Coquet, la réorganisation de l’atelier Garnier-Perrin-Fayolle amène le relogement, dès juin 1964, des 112 élèves de la section préparatoire dans les locaux de la nouvelle École des Beaux-Arts, construite en 1953-1955 rue Neyret à Lyon par Paul Bellemain (1886-1953). Puis, prenant acte de la démission de Perrin-Fayolle, le 26 septembre 1966, le conseil municipal autorise l’ouverture d’un atelier intérieur, fonctionnant à raison de seize heures par semaine à compter du 1er janvier 1967, dont la direction est confiée à l’architecte André Ménard (1927-1997), ancien élève d’André Leconte à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts qui obtint une mention honorable au prix de Rome 1958[15]. On ignore tout des conditions dans lesquelles Ménard est invité à assurer les corrections des travaux des élèves de l’atelier de l’École sinon qu’il sera rejoint immédiatement par Piessat. La même année, la création d’un groupe sud-est (arrêté du 28 juillet 1967), réunissant les ateliers des Écoles de Lyon, de Grenoble, de Marseille et de Montpellier, soulève une vive opposition au sein de l’atelier Ménard – massier et élèves s’insurgeant en particulier contre l’idée d’introduire une collégialité d’élèves lors du jugement des projets. Relevons qu’à la veille des événements de 1968, la répartition des étudiants de l’École régionale est de deux-tiers pour l’atelier Gagès et d’un tiers pour l’atelier Ménard[16], inversant très exactement les statistiques des deux ateliers avant 1964, c’est-à-dire deux-tiers des élèves pour l’atelier Garnier-Bourdeix-Piessat et un tiers d’entre eux pour l’atelier Gagès-Cottin.

Loin d’être en marge des enjeux contemporains, les figures de l’École régionale d’architecture n’eurent de cesse de faire évoluer les enseignements en particulier dans la décennie 1960, attentifs à répondre aux besoins de la profession et à sa scientifisation croissante en ouvrant l’École à des disciplines nouvelles tout en veillant à conforter certaines matières, qu’il s’agisse de la construction, des mathématiques comme de l’urbanisme. Pour autant, il n’est pas encore question de refondation de l’enseignement de l’architecture mais bien d’évolutions et d’adaptations en particulier aux exigences de la pratique professionnelle. Alors que s’élaborent bientôt les projets d’une École nationale d’architecture sous l’égide de Bernard Zehrfuss, le 27 juin 1966, la commission des études de l’École régionale s’élève contre l’idée d’aménager le nouvel établissement au couvent de la Visitation – l’adjoint aux Beaux-Arts parlant même de « replâtrage » – arguant qu’il serait plus souhaitable de construire un bâtiment neuf :

La commission, unanime, estime qu’une école d’architecture, doit, plus que tout autre bâtiment, être un témoignage de la construction contemporaine[17].

En réalité, aucun membre de la commission des études de l’École régionale n’a été associé aux réflexions contemporaines, son directeur apprenant par voie de presse qu’une commission présidée par le maire de Lyon, accompagné de Jean de Saint-Jorre, directeur général des Enseignements artistiques au ministère des Affaires culturelles, avait visité le couvent de la Visitation quelques jours plus tôt. L’adjoint aux Beaux-Arts, Proton de la Chapelle, n’avait pas même été invité. Dans cette décennie décisive, la question revêt une importance cruciale au regard de la nécessaire réorganisation des enseignements comme de l’augmentation pléthorique des effectifs de l’École des Beaux-Arts et de l’École régionale. S’ouvre alors, pour le projet de la future École nationale d’architecture, plus de vingt ans d’errance avant qu’un nouvel établissement ne voie le jour aux confins de la cité rhodanienne : celui conçu par Françoise-Hélène Jourda et Gilles Perraudin à Vaulx-en-Velin (Rhône).

[1] Lyon, Archives municipales désormais AML, 189WP25, chiffres cités par Louis Piessat dans le compte-rendu du conseil d’administration de l’École des Beaux-Arts de Lyon, 29 septembre 1965.
[2] AML, 189WP25, compte-rendu du conseil d’administration de l’École des Beaux-Arts de Lyon, 29 septembre 1965.
[3] Ibid.
[4] Dans le détail : 172 (section préparatoire), 70 (2e classe), 39 (1re classe) et 19 diplômables.
[5] AML, 189WP26, lettre de Jean Coquet, directeur de l’Ecole régionale d’architecture de Lyon au maire de Lyon, 4 novembre 1964. Dans le détail : Paris (50 élèves reçus + 7 étrangers) ; Lyon (12 élèves reçus) ; Toulouse (7) ; Grenoble (5 + 1 étranger) ; Marseille (4), Nantes (4), Lille (1), Strasbourg (1).
[6] Philippe Dufieux (dir.), L’École d’architecture de Lyon. Un manifeste architectural, Lyon, Libel, 2020, 112 p.
[7] AML, 189WP26, Étude du conseil régional de l’ordre sur la réorganisation de l’enseignement théorique et l’administration générale de l’École régionale d’architecture de Lyon, s. d. [janvier 1965], 6 p.
[8] Philippe Dufieux, Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990), architecte de l’enseignement supérieur dans la Métropole de Lyon, École centrale de Lyon, Institut national des sciences appliquées de Lyon, École nationale des Travaux publics de l’État, École nationale supérieure d’architecture de Lyon, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2020, 272 p.
[9] Lyon, Marseille, Strasbourg, Nancy, Lille et trois à Paris et Versailles.
[10] AML, 189WP25, École d’architecture de Lyon. Atelier Perrin-Fayolle. Enseignement. Cours et financement à prévoir pour l’année universitaire 1965-1966, 3 p.
[11] Guillemette Cheneau-Deysine, « L’enseignement de l’urbanisme à l’ENSBA, 1958-1968 », actes du deuxième séminaire régional du programme de recherches sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle (HEnsA20) qui s’est tenu les 8 et 9 juin 2017 à Toulouse et à Bordeaux. https://chmcc.hypotheses.org/3868. Il est déjà fait mention d’un enseignement obligatoire d’urbanisme en 2e classe dans le décret du 14 mai 1942 (art. 6).
[12] AML, 189WP25, lettre de Jacques Perrin-Fayolle à Jean Coquet, 2 décembre 1965.
[13] AML, 189WP26, arrêté du 13 décembre 1965.
[14] AML, 189WP26, lettre du massier de l’atelier Tony Garnier-Perrin-Fayolle à Jacques Perrin-Fayolle, 24 novembre 1965.
[15] André Ménard fit partie, aux côtés de Philippe Boudon et d’Alain Sarfati, de la première équipe éditoriale de la revue Architecture Mouvement Continuité, nouvelle forme mensuelle du Bulletin de la Société des architectes diplômés par le gouvernement, fondée en novembre 1967.
[16] Dans le détail : atelier Ménard-Piessat section préparatoire (90 élèves), 1re et 2e classes (50 élèves) ; atelier Gagès : section préparatoire (49 élèves), 1re et 2e classes (69 élèves), soit respectivement 140 et 118 élèves. AML, 189WP23, chiffres cités dans le compte-rendu de la commission d’études de l’École régionale d’architecture, 18 septembre 1967.
[17] AML, 189WP26, compte-rendu de la commission d’études formée dans la perspective de la création d’une École nationale d’architecture, 27 juin 1966.

 

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search