L’avant 1968, de l’école des beaux-arts de Lyon à l’école régionale d’architecture de Lyon

Par Christian Marcot,
maitre de conférences ENSA Lyon,
EVS-LAURE

 

L’enseignement de l’architecture à Lyon trouve des origines lointaines dans un enseignement du dessin initié dès 1676 puis une école gratuite de dessin créée en 1756. Cette école sera transformée en 1804 pour devenir une école des beaux-arts comprenant une classe d’architecture. Placée dès 1807 sous la responsabilité d’architectes exerçant leur art en cette ville, la classe d’architecture reçoit un nombre grandissant d’élèves tout au long du siècle. L’enseignement dispensé était reconnu de qualité en référence aux nombreuses récompenses obtenues par ses élèves lors des concours d’émulation et pour le prix de Rome. Ce riche héritage culturel et institutionnel bénéficiait à l’école régionale d’architecture de Lyon instituée en 1906. Celle-ci devenait la plus importante école de province tant du point de vue de ses effectifs [1] ou de ses récompenses [2]. Elle connait une certaine stabilité pédagogique mais aussi de nombreuses contestations au niveau de son atelier officiel [3]. Ces oppositions visaient une transformation de l’enseignement au regard des mutations de l’environnement politique, social, économique, scientifique et artistique. Souhaitant une mise en cohérence de l’enseignement de l’architecture avec les réalités et besoins de l’époque, le projet d’une Ecole Nationale d’Architecture développé à partir de 1965 à Lyon sera rejeté par les élèves. L’ERAL sera dissolue suite aux évènements de mai 1968.

 

I/ Les prémices d’un enseignement de l’architecture à Lyon, 1676-1804

Dès la seconde moitié du XVIIe et tout au long du XVIIIe, Lyon, remarquablement situé à la confluence d’échanges européens, a connu plusieurs phases de développements démographiques et industriels. Son urbanisme comme son architecture se sont profondément transformés pour permettre ces mutations.

La seconde moitié du « Grand Siècle » est marquée à Lyon par la recherche d’une nouvelle centralité urbaine entre Rhône et Saône dont le plan de 1659 [4] traduit la volonté de grandeur. Les édifices élevés à cette fin [5] engagent la ville et ses architectes [6] vers de nouveaux horizons dont il convient de réfléchir les perspectives à travers le dessin [7]. Les édiles imaginent tout d’abord le dessin comme un art appliqué utile à l’industrie, particulièrement à celle de la soierie [8], indirectement à la mécanique ou l’art et l’architecture. Les apprentis architectes découvraient, jusque-là, leur art dans les agences, les manuscrits, recueils ou traités d’architecture.

L’idée de créer un enseignement du dessin à Lyon sera engagée dès 1676. Faisant suite à l’autorisation royale de créer des écoles académiques de province, Thomas Blanchet, peintre de la ville, formait une telle école. Celle-ci eut faible succès et disparut faute de moyens [9]. Il faudra attendre le milieu du XVIIIe pour voire se réitérer un tel projet. En 1751, une nouvelle tentative était proposée par quelques amateurs pour la création d’une académie de dessin mais le projet fut entravé par les fabricants de l’industrie lyonnaise de la soierie puis abandonné.

En 1756, la fondation d’une école gratuite de dessin et de géométrie pour le progrès des arts et des manufactures de Lyon aboutissait grâce aux implications du vicaire général du diocèse l’abbé Lacroix, de l’intendant Bertin, du prévôt des marchands Flachat de Saint-Bonnet et au soutien de l’architecte Soufflot [10]. Sur la route le menant de Rome à Paris, Soufflot s’arrête à Lyon de 1738 à 1749 puis y revient de 1751 à 1756. Ces réalisations lyonnaises présentent le plus grand intérêt dès avant les projets Morand et Perrache qui engagèrent les extensions de la ville sur la rive gauche du Rhône et vers la confluence entre Rhône et Saône [11].

L’école fut réorganisée et rebaptisée en 1769. Le Consulat lui donnait le nom d’Ecole royale académique de Dessin et de Géométrie. En 1780, elle devint l’Ecole Royale gratuite de dessin et comprenait une classe d’architecture et de géométrie [12]. L’école fut installée successivement dans les bâtiments de la maison Curis, de l’hôtel de l’ancien gouverneur, du grand collège, de l’hôtel de ville. Ses professeurs principaux furent le sculpteur Frontier, les peintres Nonotte et Cogell. La classe d’architecture fut confiée à l’architecte Achard et installée dans le bâtiment du concert avant de rejoindre l’abbaye Saint-Pierre [13]. Ses élèves devenus architectes pratiqueront leur art à Lyon et formeront une corporation [14]. L’agrément de ce corps des architectes lyonnais était indispensable pour exercer [15]. Pendant la Révolution française, toutes les corporations furent dissoutes par le décret d’Allarde de 1791 qui proclamait la liberté absolue pour l’exercice des métiers, des arts et des industries, à condition de payer une patente.

 

II/ L’école des beaux-arts de Lyon et sa classe d’architecture, 1804-1807-1903-1906

 Par décrets impériaux de 1804 et de 1807, Napoléon créait une école des beaux-arts à Lyon (EBAL) et en nommait les professeurs. Napoléon n’a donc pas créé de toute pièce une école qui existait depuis 1756 et avait traversé la Révolution. Il a consacré en le recueillant un leg de l’ancien régime et lui a donné un caractère définitif [16]. L’école qui avait été administrée au siècle des Lumières par la Société des Amateurs le fut au XIXe par le Conseil du Conservatoire des Arts dans lequel s’impliqua dès 1806 l’archéologue Artaud [17]. En 1807, plusieurs professeurs étaient nommés à l’EBAL [18] dont Jean-Pascal Gay pour la classe d’architecture, d’ornement et de perspective. Ses successeurs seront Ennemend Cochet de 1814 à 1823, Paul Chenavard de 1823 à 1861, Antonin Louvier de 1861 à 1890 et Eugène Huguet de 1890 à 1906.

Gay était architecte et avait reçu la fonction d’ingénieur aux travaux de défense de Lyon puis à partir de 1814 celle d’architecte de la ville. Ce double profil artistique et scientifique imprégnait son professorat qui condamnait l’ornement et ses facilités au profit d’une affirmation de sa préférence pour l’architecture parlante dans la lignée de ses maîtres révolutionnaires [19]. Cochet était Grand Prix de l’Académie d’architecture de Paris en 1783, puis obtenait le premier prix d’architecture de l’Académie de Parme en 1786. Ses travaux étaient marqués des principes de l’architecture parlante. Chenavard avait reçu enseignement de Vignon dont la recherche visait une ville et une architecture adaptées aux besoins de leur temps. Chenavard donnait à ses élèves un enseignement puisé dans les principes de l’art antique [20]. Il a rêvé la restitution de Lugdunum avec la complicité d’Artaud et préparé une génération d’architectes à qui la ville doit ses transformations et embellissements qui honorèrent l’art lyonnais sous la deuxième République et le second Empire. Gaspard André, l’un de ses élèves ayant rejoint Paris, obtenait un second prix de Rome en 1865. Louvier, brillant élève de Chenavard, avait inculqué à une pléiade d’élève ses principes d’un goût pur et simple. La facilité de son crayon avait contribué plus que tout à en faire un professeur d’architecture d’une valeur exceptionnelle. Parmi ses élèves ayant rejoints l’école parisienne pour leur première classe, Huguet obtenait un second prix de Rome en 1988 et Tony Garnier le prix de Rome en 1899. Cette réussite valorisait un siècle d’enseignement de l’architecture à Lyon. Eugène Huguet prenait la suite de son maître comme professeur de la classe d’architecture dont le nombre d’élèves ne cessait de croître. Lyon sous la troisième République avait besoin d’architectes pour mettre en œuvre les nombreux programmes nécessaires à développer les conditions d’une égalité entre les citoyens dès le plus jeune âge. Outre la nouvelle préfecture du Rhône, de nombreux groupes scolaires, immeubles d’habitation et salles de spectacles étaient mis en chantier.

A partir de 1896, les jeunes gens se destinant à l’architecture pouvaient se préparer à l’examen d’entrée à l’EBAL dans une classe formée à cet effet. L’école de la Martinière offrait également une formation intéressante dans cette perspective [21]. Par le concours d’entrée à l’EBAL, l’enseignement prenait le caractère d’un enseignement supérieur qu’il conviendrait cependant de nuancer au regard des exigences universitaires à la même époque. De plus l’influence de la corporation des architectes sur les nombreuses réformes engagées pour l’enseignement tendait à éloigner les élèves de l’amphithéâtre au profit de l’apprentissage du métier dans les cabinets sauf à considérer les débats animant à partir de 1889 la création d’écoles régionales d’architecture réclamée par les provinciaux.

 

III/ L’école régionale d’architecture de Lyon, 1906-1968

L’école régionale d’architecture de Lyon (ERAL) a été instituée par le décret du 23 juillet 1906, plus de trois ans après le décret du 23 janvier 1903 créant les ERA. La négociation fut longue car la ville, finançant deux-tiers du budget de l’établissement, entendait nommer ses professeurs et porter avis sur les jugements des concours comme elle l’avait fait pendant un siècle pour la classe d’architecture de l’EBAL. Lyon trainait à engager le projet et envisagea de créer une faculté d’architecture. Finalement, moyennant quelques délicatesses – les professeurs suggérés par Lyon au Ministre seraient nommés et l’un d’eux participerait au jury des concours – la ville entérinait la création de l’ERAL.

a – Les premiers pas de l’ERAL

Le peintre Nicolas Sicard, déjà directeur de l’EBAL était nommé directeur de L’ERAL. Il inaugurait le principe du double directorat qui fera florès à Lyon. L’arrêté nommait également douze professeurs aux chaires désignées de l’ERAL. Parmi ceux-ci présentons ici les principaux.

A Huguet revenait l’enseignement de la théorie de l’architecture et de la composition décorative. Se répartissant les rôles avec Garnier et Sicard, Huguet siégerait au comité supérieur de l’enseignement de l’architecture. Henri Lechat, professeur à la faculté, était nommé pour l’histoire générale de l’architecture, l’histoire de l’architecture française, l’histoire de l’art et de l’archéologie. Ancien élève de l’école normale supérieure de Paris, agrégé de lettres, historien de l’art, conservateur, archéologue, membre de l’école française d’Athènes, responsable du musée des moulages de la faculté des lettres de Lyon, il préparait avec l’architecte Alphonse Defrasse la restauration d’Epidaure. Ses publications manifestent le souci d’embrasser le phénomène artistique dans une visée d’ensemble dictée par l’analyse stylistique. Arthur Kleinklausz, professeur à la faculté des lettres, était nommé pour l’histoire générale et la littérature. Ce médiéviste eut une influence considérable comme membre de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Lyon, président de la commission des musées de la ville, un des fondateurs de la commission des études rhodaniennes qui donnèrent à la géographie, alors discipline supplétive de l’histoire, un statu de discipline à part entière [22]. Garnier de retour dans sa ville natale après son séjour romain à la villa Médicis [23] était nommé professeur de construction. Il représentait l’ERAL aux jurys des concours de l’école des beaux-arts de Paris.

La liste des professeurs présentait un équilibre entre architectes, artistes ou universitaires et entre les champs artistiques et scientifiques. Elle répondait aux visées d’un enseignement supérieur.

 b – 1907 – 1936, l’école régionale d’architecture au Palais des Arts

L’ERAL s’installait au Palais Saint-Pierre à la suite de la classe d’architecture de l’EBAL. Le Palais était moins densément occupé depuis le départ des facultés pour le Palais Hirsch fondé en Université en 1896 faisant de Lyon la dernière université moderne créée en France. (fig. 1)

Fig 1 – Le Palais Saint-Pierre, l’école de tissage, l’école de la rue Neyret
En haut: 1960 , l’EBAL et l’ERAL intègrent le nouvel édifice conçu par Paul Bellemain sur les pentes de la Croix-Rousse
Projet de la nouvelle école des beaux-arts, Archives Municipales de Lyon, 0189 WP 010
Au milieu: 1935, l’EBAL et l’ERAL sont hébergées dans la nouvelle école de tissage livrée depuis peu par Tony Garnier
Ecole de tissage, façade cours des Chartreux, 10 octobre 1927, Archives Municipales de Lyon, 1 S 155
EN bas: 1906, l’EBAL et l’ERAL prennent place au Palais des Arts à la suite de l’école des beaux-arts et de sa classe d’architecture qui y demeuraient depuis 1807

Le cursus de l’ERAL comprenait classe préparatoire, seconde et première classe. Le programme pédagogique permettait d’obtenir 18 valeurs en fin de première classe ce qui était considéré comme l’équivalent d’un doctorat. Si les cours étaient une part de l’enseignement des élèves architectes, l’atelier constituait le lieu spécifique et privilégié de la formation des architectes. Là, sous la direction du patron, les élèves s’exerçaient librement à la composition sur des sujets donnés à Paris. L’atelier naissait de la rencontre d’un architecte prêt à transmettre son savoir bénévolement et d’un groupe d’élèves reconnaissant en lui un maître possédant une pratique conforme à leurs idées [24]. Huguet créait le premier atelier et en sera patron jusqu’à sa mort en 1914. L’atelier était alors transmis à son ami Garnier.

Plusieurs élèves souhaitaient bénéficier du mouvement artistique de la capitale et aller au-delà du diplôme par l’accès au concours du prix de Rome [25]. D’autres suivaient l’ensemble du cursus à L’ERAL. Cette double tendance était illustrée par la scolarité de René Revoux qui, inscrit parmi les premiers à l’ERAL, y suivit toute sa scolarité et devient le premier architecte DPLG de province en 1913. Également parmi les premiers inscrits, Michel Roux-Spitz suivit la seconde classe à Lyon puis, rejoignant l’atelier Duquesne et Recoura pour la première, obtiendra le grand prix de Rome.

En 1914, eut lieu à Lyon l’exposition internationale urbaine portée par quatre hommes le maire Édouard Herriot, l’architecte Tony Garnier, le médecin Jules Courmont et Louis Pradel de la chambre de commerce. Cette manifestation rencontra un large succès. Le but était de faire connaitre tous les progrès réalisés dans l’ordre de l’administration et de l’hygiène municipale qu’il s’agisse de travaux publics ou d’institutions sociales et de montrer leur traduction dans le projet lyonnais d’une cité moderne [26].

Au moment de l’entrée en guerre, l’ERAL comptait déjà plus de cinquante élèves et une petite quarantaine d’autres préparaient le concours d’admission. Beaucoup d’entre eux furent mobilisés et partiront pour le front où plusieurs y disparaîtront.

Fig 2 – Projet de Tony Garnier pour l’école d’enseignement théorique et pratique des arts de Lyon, perspective d’ensemble, s.d.
Tirage, 51×118. Archives Municipales de Lyon, 2 S 887

Pendant la guerre, Garnier développait le projet d’une école d’enseignement théorique et pratique des arts initié dès 1914 avec Herriot. Les dessins, pour l’essentiel datés de 1917 et 1919, montraient les perspectives novatrices d’une école visant à former des artistes, des architectes et des artisans [27] (fig . 2).

Après-guerre, les anciens combattants se remettaient à l’étude pour préparer l’admission ou pour finaliser leur cursus. Parallèlement au cours, l’atelier reprenait son activité rue Vieille-Monnaie. Garnier y venait chaque jour. Il acceptait tous les points de vue et n’avait pas de parti pris contrairement à la pratique courante. Les témoignages mettaient en avant le petit homme et son éternel mégot, l’habileté et la pertinence de de ses minuscules croquis de correction [28]. L’atelier recevait une majorité d’élève de la région et de nombreux étrangers attirés par la réputation du maître. L’année 1931 fut particulièrement faste puisque les lyonnais Georges Dengler – atelier parisien Defrasse-Madeline – et Georges Bovet – atelier parisien Pontremoli – obtenaient le premier et le second prix de Rome.

Au cours de cette période le corps des professeurs est resté relativement stable, la structure pédagogique tout comme la liste des cours également. Seul l’atelier avait fait face, entre 1927 et 1932, à une fronde initiée par Sainte-Marie Perrin et Roux-Spitz qui animèrent un second atelier indépendant. Ils souhaitaient travailler sur des bases modernes considérant le maître Garnier trop soumis à l’approche académique au moment même où Emile Malespine faisait paraître dans Manomètre « Une cité industrielle » [29]. Cette revue participait du renouveau culturel de la grande ville de province. Garnier demeurait à la tête de l’atelier secondé par son ancien élève Pierre Bourdeix à partir de 1936.

c – 1936 – 1959, l’école régionale d’architecture cours des Chartreux

En 1936, l’ERAL était transférée cours des Chartreux dans les murs de l’école de tissage fraichement livrée par Garnier qui faisait valoir ses droits à la retraite en 1937. Des changements touchaient alors le corps professoral. André Teissier succédait à Garnier comme professeur de construction, l’universitaire Henri Longchambon était nommé professeur de minéralogie, Louis Bertola de sculpture et Marcel Descottes-Genon de théorie de l’architecture.

La loi de 1940 instituant l’Ordre des architectes, imposait le diplôme et l’inscription au tableau pour porter le titre d’architecte Suite à l’armistice de 1940, la ligne de démarcation séparant la France entre zone occupée et zone libre rendait impossible le maintien du système centralisé de jugement des projets et des diplômes. En 1942, L’ERAL était habilité à préparer le titre d’architecte. Aussi Dengler, nommé directeur de l’ERAL en 1941, recréait à Lyon le système des jugements pour permettre aux écoles régionales de la zone sud de travailler. Ainsi l’EBAL assura provisoirement la coordination administrative des ERA de la zone sud. Les allers et retours de Dengler entre son domicile parisien et sa direction lyonnaise lui permettaient de garder contact avec l’école mère et ainsi de maintenir la coordination des enseignements. Pendant la guerre, l’effectif de l’ERAL oscillait entre 130 et 150 élèves compte tenu de l’arrivée de nombreux élèves issus de la maison mère ou d’autres ERA. A la libération en 1945, le système centralisé de l’École des Beaux-arts se remettait en place.

En 1946, la direction de l’école était transmise à l’architecte Paul Bellemain, ancien élève de Garnier. L’effectif s’était accru considérablement rendant l’atelier de la rue Vielle-Monnaie exiguë. La ville transférait l’atelier montée du Gourguillon dans une belle maison de la renaissance bénéficiant depuis un élégant jardin et d’une vue panoramique sur Lyon. L’architecte Louis Piessat venu épauler Bourdeix dans sa direction d’atelier dira « on ne pouvait pas rêver de meilleures conditions de travail : du calme, de l’air et de la lumière ». Dès 1949, l’atelier était à nouveau contesté par plusieurs élèves influencés par les écrits des grands maîtres du mouvement moderne et par les revues d’architecture. Ils refusaient le conservatisme de l’atelier. Les sujets proposés leurs paraissaient désuets quand se posaient les questions de la reconstruction, de la crise du logement et de la croissance urbaine. Certains élèves faisaient scission et créaient l’atelier de la rue de Savoie patronné par René Gagès bientôt rejoint par François Régis Cottin. Jacques Rey, élève de cet atelier, dira : « La modernité devrait être considérée comme une manière de voir et de concevoir l’architecture et l’urbanisme, jamais comme un style. Le but pédagogique n’était pas de transmettre des recettes mais d’aider les étudiants à prendre parti, à définir leur propre vision, à la traduire dans leur architecture ». Aux yeux des élèves de l’atelier Gagès et Cottin, le premier prix de Rome de Jacques Perrin Fayolle en 1950 ou celui de Clément Cacoub en 1952, deux anciens élèves lyonnais de l’atelier Garnier, Bourdeix, Piessat, relèveraient d’une simple virtuosité aux antipodes des approches sociales et scientifiques de l’épistémologie.

En 1952, déjà apparaissaient les prémices d’une réforme de l’enseignement de l’architecture. André Malraux attentif à la création des villes nouvelles et à la considération des patrimoines culturels, architecturaux et urbanistiques, proposait une direction de l’architecture [30].

D- 1960 – 1968, l’école régionale d’architecture rue Neyret

En 1960 était inaugurée, rue Neyret, sur un site remarquable de la colline de la Croix-Rousse, le nouveau bâtiment de l’EBAL destiné à accueillir le nombre toujours grandissant des élèves se destinant aux arts et à l’architecture. Pour la première fois de leurs histoires, l’EBAL et l’ERAL emménageaient dans un édifice conçu à leur intention [31]. Aucun Ministre ne se présenta à la cérémonie, pas même André Malraux ministre de la culture. L’évènement était probablement apparu comme secondaire au moment où la réflexion interrogeait les attentes sociétales en matière d’architecture et engageait par le décret cadre Debré de 1962 la possibilité d’une création d’écoles nationales d’architecture (ENA) et d’une réforme de l’enseignement pour répondre à la nécessité de préparer les futurs architectes aux nouvelles conditions d’exercice de la profession.

De nombreux élèves de l’école travaillant dans les agences lyonnaises où affluaient les commandes liées à la mutation de la ville étaient bien conscient de la révolution en marche. Lyon illustrait bien ces enjeux de changement d’échelle. La création des zones à urbaniser en priorité se focalisait autour de la mutation de certaines communes de la proche banlieue lyonnaise : Bron-Parilly, Rillieux, Vénissieux, Vaulx en Velin. Parallèlement figuraient sur le schéma d’aménagement de l’aire métropolitaine les options majeures pour l’agglomération lyonnaise et le projet de la ville nouvelle de l’Isle d’Abeau. Enfin la Renaissance du Vieux Lyon engageait en 1962 une lutte contre la démolition du quartier patrimonial Saint-Jean sauvé de peu par la promulgation du premier secteur sauvegardé en 1964.

Ce qui se passait alors à l’ERAL semble quelque peu décalé puisque, marginalisé, l’atelier Gages-Cottin se sabordait en 1964 au moment où les regards se portaient vers l’architecture moderne tant prisée de ses élèves (raison pour laquelle ils n’obtenaient aucune récompense lors des jugements rendus salle Melpomène). Les élèves rejoignaient alors l’ancien atelier Garnier dirigé depuis 1965 par Jacques Perrin-Fayolle.

Fig 3 – Le projet d’une école nationale d’architecture à Lyon
Fonds : Zehrfuss, Bernard (1911-1996)
Article : boîte 75 Cote : AR-26-04-17-02 / Vers 1968. Ecole nationale d’architecture, Lyon, Vue de la maquette (cliché Jean Biaugeaud).
Académie d’architecture / Cité de l’architecture et du patrimoine / Archives d’architecture

A ce moment, le projet « Malraux-Pradel » pour la création d’une ENA prenait forme. Il était envisagé sur le site du couvent de la visitation au cœur du paysage verdoyant de la colline de Fourvière. Le couvent et le vaste terrain avoisinant étaient cédés à titre gracieux par la ville à l’État. Bernard Zehrfuss développait un projet sur la base d’un programme destiné à accueillir 350 élèves. La conception valorisait tout autant le patrimoine architectural et l’architecture moderne. L’ancien couvent hébergeait les espaces pédagogiques hérités du système beaux-arts : classes et ateliers. Les espaces d’expérimentation pédagogique s’installaient sur les plateaux libres des nouvelles structures architecturales. La galerie reliant les deux entités déterminait le jardin d’étude imbriquant l’architecture au site. Le projet créait une unité intégrant l’histoire même des écoles et leurs orientations nouvelles (fig. 3).

Cependant, rien ne semblait vouloir enrayer le déclin de l’enseignement de l’architecture ; ni l’appartenance de l’ERAL au groupe B dans le cadre de la réforme engagée à titre expérimental en 1965 ; ni la création en 1967 du groupe sud-est visant une expérience de fédération régionale des ateliers de Lyon, Grenoble et Marseille. Le débat perdurant de manière violente entre les tenants de l’académisme et ceux de la modernité, Perrin-Fayolle quittait l’atelier en 1967 pour le voir placé sous la responsabilité de Gagès et Cottin. Plusieurs élèves demandaient alors la création d’un nouvel atelier et s’adressaient à l’architecte André Ménard. Si les élucubrations liées aux contestations de l’atelier officiel étaient les apparences significatives d’un débat entre composition et conception architecturale, la qualité des cours était également interrogée, de nombreux élèves ressentant un manque d’exigence scientifique. Sous la pression d’élèves modernistes, les cours devaient être relevés pour un alignement avec l’enseignement supérieur. Aussi avec l’appui de Perrin-Fayolle, un cours de théorie de l’architecture était confié à Denys Pradelle [32] et un cours lié à l’approche territoriale à Maurice Allfresde [33].

La rupture liée aux évènements de mai 1968 consacrait la disparition définitive de l’ERAL et ouvrait l’enseignement de l’architecture à de nombreux domaines scientifiques auxquels la maison mère était restée trop longtemps fermée.

 

IV/ L’Unité Pédagogique d’Architecture de Lyon                                                      

A la création en décembre 1968 de l’Unité Pédagogique d’Architecture de Lyon (UPAL), tout était à reconstruire. Les débuts de l’UPAL furent difficiles pour tous, à commencer par son directeur Jean Meyer. Sans locaux [34], étudiants et enseignants intégraient provisoirement des bâtiments préfabriqués installés dans l’urgence sur le site de la Visitation pour pallier à la situation. L’équipe pédagogique, entièrement renouvelée, se mettait à la tache sans aucun cadre précis. Elle organisait de nouvelles perspectives pour l’enseignement et la recherche, le statut de l’établissement devant à terme se rapprocher de celui des établissements publics à caractère scientifique et culturel.

Parmi les premiers enseignants de l’UPAL, Bernard Duprat, Michel Paulin, Michel Barrès, Alain Jaffrenou, François Ortis, Dominique Blaise nouaient de nombreux contacts institutionnels pour trouver des locaux dignes d’une école d’architecture, structurer un programme pédagogique ambitieux, engager le rapprochement avec l’enseignement supérieur, les grandes écoles et l’université, envisager des perspectives de recherche et de doctorat. Mais il s’agit là d’une nouvelle page de cette histoire.

 

[1] L’ERAL a formé 678 élèves
[2] Les élèves de l’ERAL montés à Paris en première classe obtiendront 7 prix de Rome et 7 seconds prix de Rome
[3] L’ERAL comprend deux ateliers à plusieurs reprises : 1/ Garnier et Roux-Spitz, 2/ Garnier-Bourdeix et Zumbrunnen-Marin, 3/ Garnier-Bourdeix-Piessat et Gagès-Cottin, 4/ Garnier-Bourdeix-Piessat-Perrin-Fayolle et Gagès-Cottin, 5/ Gagès-Cottin et Ménard
[4] Simon Maupin, « description au naturel de la ville de Lyon et des paysages alentour de celle-ci », 1659
[5] Le nouvel hôtel de ville de Simon Maupin, l’Abbaye de Saint-Pierre des Nonnains de François de Royers de la Valfrenière, le collège de la Trinité et l’Hospital de la Charité d’Etienne Martellange
[6] Le terme est employé sans les prérogatives qui sont aujourd’hui siennes. L’architecte se confond alors avec l’entrepreneur ou le promoteur
[7] Le dessin, au sens étymologique « idée » et « image » signifie dessein, l’apparence de l’image recouvrant la synthèse des idées à l’œuvre et leurs mises en mesures
[8] L’industrie de la soierie est intimement liée au développement économique de Lyon. Celui-ci atteindra son paroxysme au XIXe avec la grande fabrique, quartier industriel des canuts et soyeux installé sur les pentes de la Croix-Rousse
[9] Gabriel Nelly, « Histoire de l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Lyon », beau fixe, 2007
    Nolot Alain, « L’Ecole nationale des beaux-arts de Lyon », Editeur Rey & Cie, 1906
[10] Pérez Marie-Félicie, Daniel Ternois, « L’œuvre de Soufflot à Lyon », PUL, 1982
[11] Soufflot Jacques-Germain (1713-1780) réalise l’agrandissement et la façade du grand-hôtel Dieu, le grand théâtre, la loge du Change, plusieurs hôtels particuliers. Il est le promoteur d’une opération d’urbanisme, celle du quartier Saint-Clair construit sur le fil du Rhône
[12] Gabriel Nelly, « Histoire de l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Lyon », beau fixe, 2007
[13] La suppression en 1792 des congrégations religieuses libère l’abbaye Saint-Pierre des Nonnains de ses occupantes. En 1802, le musée des beaux-arts et en 1807, l’école des beaux-arts sont installés dans l’ancienne abbaye devenue le Palais Saint-Pierre. Tout au long du siècle les sociétés savantes et les académies rejoignent le Palais, créant un véritable campus au cœur de la cité
[14] La profession n’est pas alors règlementée et la manière de la pratiquer présente des formes variées
[15] Bellin Gaspard, « Tableau biographique et bibliographique des architectes lyonnais (1750 à 1829) », Annales de la Société académique d’architecture de Lyon, t. IX, [1887-1888], Mougin-Rusand, 1889
[16] Cottin François-Régis, « La création des écoles d’architecture », SAAL, bulletin n°9, décembre 2004
[17] Artaud François (1767-1838), archéologue, directeur du musée des beaux-arts, directeur de l’EBAL (1824-1830)
[18] Citons entre autres Revoil pour la classe de peinture, Chinard pour celle de sculpture, Grognard pour celle de principes, Baraban pour celle de la fleur
[19] Dufieux Philippe, « La bibliothèque humaniste de l’architecte Jean-Pascal Gay », in revue internationale « Histoire et civilisation du livre », 2014
[20] Dufieux Philippe, « Antoine-Marie Chenavard, architecte lyonnais (1787-1883), PU de Rennes, 2016
[21] Créée en 1826, la Martinière Lyon proposait un enseignement du dessin dans lequel intervenait l’architecte Louis Dupasquier qui utilisait la maquette comme outil pédagogique
[22] Son célèbre ouvrage « Lyon des origines à nos jours », publié en 1925, abordait l’histoire urbaine
[23] Il y avait esquissé « une cité industrielle » dont la publication en 1917 lui vaudra reconnaissance internationale
[24] Cottin François-Régis, « La création des écoles d’architecture », SAAL, bulletin n°9, décembre 2004
[25] Piessat Louis, « Tony Garnier, 1869-1948 », PUL, 1996
[26] Garnier, ses élèves et successeurs développeront, entre guerres, cette cité moderne
[27] Marcot Christian, « Le projet de Tony Garnier pour une école d’enseignement théorique et pratique des arts », HEnsA 20, cahier n°5, décembre 2018
[28] Piessat Louis, « Tony Garnier, 1869-1948 », PUL, 1996
[29] Rey Jacques, « Lyon, cité radieuse, une aventure du mouvement moderne international », Libel, 2010
[30] Lengereau Eric, « L’Etat et l’architecture, 1958-1981, une politique publique ? », Picard, 2001
[31] Gabriel Nelly, « Histoires de l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Lyon », beau-fixe, 2007)
[32] Admirateur de Le Corbusier et du Bauhaus, Pradelle était l’un des architectes de Courchevel et l’animateur de l’atelier de montagne. Il fonda avec l’architecte Maurice Blanc, l’université permanente d’architecture et d’urbanisme, qui représentait pour les élèves une école de formation à la modernité, à l’interdisciplinarité et à la découverte des réalités régionales voire locales
[33] L’enseignement de ce jeune et brillant chercheur visait à la revitalisation des régions rurales délaissées et marginalisées et touchait à l’architecture traditionnelle
[34] Les étudiants architectes lyonnais s’étaient fortement impliqués dans les manifestations en 1968 et le directeur de l’EBAL, Jean Coquet, rejetait les fauteurs de trouble hors les murs de l’EBAL

 

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search