Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Grenoble : chronique d’une recherche entre archives et mémoire

Par Stéphanie Dadour,
Maîtresse de conférences en Histoire et cultures architecturales, ENSA Grenoble, MHA, ACS (ENSA Paris-Malaquais)
&
Sibylle Le Vot,
Chargée de recherche, Cité de l’architecture & du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle

 

L’enseignement de l’architecture à Grenoble prend sa source au début du XIXe siècle. Initialement dispensé dans différentes institutions vouées à l’éducation artistique, il s’est sans cesse renouvelé durant les deux siècles suivants. Dans le cadre du programme de recherche HEnsA20, puis de celui de l’ANR EnsArchi, l’occasion se présentait de mettre en lumière les origines et les transformations de cet enseignement sur le temps long. Le moment était propice à cette entreprise, alors que les cinquante ans de Mai 68 et le quarantième anniversaire de l’installation de l’école dans le quartier de la Villeneuve s’annonçaient. Nous avons ainsi profité de circonstances favorables pour entamer une enquête sur cette histoire méconnue et proposer à la direction de l’ENSAG de la retracer dans un ouvrage.

« L’écriture de l’histoire est une question de choix. Elle dépend nécessairement de la trajectoire de son auteur et comporte finalement une part incompressible d’arbitraire », rappelle Michela Passini[1]. Nos parcours respectifs en attestent : quand l’une est une historienne native de Grenoble, l’autre est enseignante-chercheure en architecture aux origines cosmopolites. Ces deux itinéraires ont nourri notre intérêt pour le sujet et orienté notre intention de départ. Nous avons, en effet, pris le parti de rédiger une histoire linéaire, chronologique, de l’enseignement de l’architecture à Grenoble. Nos connaissances de l’établissement, de ses acteurs, du milieu architectural et politique de la ville étaient complémentaires, mais nous n’étions pas pour autant noyées dans les querelles locales en raison d’une position à la marge de l’école – ancienne étudiante pour l’une, « turbo-prof » pour l’autre.

Cette introduction au séminaire HEnsA20 de Lyon-Grenoble nous incite à porter un regard distancié et réflexif sur notre pratique d’historiennes : à travers la rédaction de cette histoire que cherchons-nous exactement ? Où et comment ? De quelles manières classons-nous nos trouvailles et quels liens effectuons-nous entre elles ? Comment trouver un équilibre afin d’éviter l’écueil de mettre en avant certaines histoires que nous jugeons intéressantes et parlantes mais qui peuvent se révéler somme toute secondaires.

 

Ce que nous devons à l’histoire de l’enseignement artistique

Pour remonter la généalogie de l’enseignement de l’architecture à Grenoble, des ouvrages et des expositions ont aiguillé nos recherches. Si l’enseignement artistique dans cette ville fait depuis une trentaine d’années l’objet d’un intérêt accru de la part des historiens, l’enseignement de l’architecture proprement dit demeure dans un angle mort. La raison est sans doute à chercher dans la période couverte par les études menées jusqu’à présent, avant tout focalisées sur les XVIIIe et XIXe siècles durant lesquelles l’école d’architecture grenobloise n’existait pas encore. L’apprentissage du dessin, de la peinture et de la sculpture concentre donc toutes les attentions. Les travaux de Reed Benhamou sur l’école de dessin de Grenoble et l’éducation artistique en France au XVIIIe siècle[2] et, plus récemment, l’étude encyclopédique d’Agnès Lahalle sur les écoles de dessin pendant ce même siècle[3] inaugurent ainsi les premières recherches globales partiellement dédiées aux débuts de l’enseignement artistique dans la cité alpine.

La thèse de Marianne Clerc consacrée au peintre dauphinois Jacques-André Treillard, fondateur de l’École publique de dessin de Grenoble à la fin XVIIIe siècle[4], constitue un autre jalon, travail poursuivi par celle de Candice Humbert, dans laquelle l’auteure dépeint le rôle structurant joué par les institutions locales, notamment éducatives, dans le développement de la vie artistique grenobloise de la première moitié du xixe siècle[5]. Le prolongement de cette étude a pris en 2020 la forme d’une exposition au musée de Grenoble, accompagnée d’un catalogue, dans laquelle les architectes sont largement absents si l’on excepte Alfred Recoura (1864-1940), mentionné parmi les Isérois lauréats du prix de Rome[6]. Le caractère scientifique de cet ouvrage vient opportunément compléter le récit plus confidentiel – et souvent un peu décousu – d’un amateur éclairé, Yves Deshairs, sur l’histoire des écoles d’art grenobloises depuis le XVIIe siècle[7]. Grenoble étant aussi une ville au long passé universitaire, la monographie de René Favier intitulée Le Roman de luniversité : Grenoble, 1339-2016 s’est ainsi révélée profitable en plusieurs occasions[8]. Enfin, l’ouvrage qu’Anne-Monique Bardagot, ethnographe et ancienne enseignante de l’ENSAG, vient de diriger sur la genèse des Grands Ateliers de L’Isle-d’Abeau et les dynamiques pédagogiques qui y sont à l’œuvre s’avère un repère important pour nous, cette aventure ayant contribué à forger la réputation de l’école d’architecture grenobloise comme un lieu de formation misant sur l’expérimentation. Il s’agit au demeurant de la première étude associée à l’histoire de l’établissement, bien qu’elle ne le concerne pas directement.

 

Le visible et l’invisible : ce que les archives révèlent

Parallèlement à cet inventaire bibliographique, l’ambition première de notre travail visait à découvrir ce que les anciens de l’école avaient jugé nécessaire de conserver au-delà des archives institutionnelles et administratives dont les instances publiques (municipales, départementales, nationales) sont dépositaires. À l’ENSAG, l’exploration d’une salle du sous-sol où sont entreposées les archives de l’établissement a été déterminante. Lorène Tournier, stagiaire au laboratoire MHA-evt[9], nous a accompagnées dans le dépouillement des programmes pédagogiques et des archives administratives postérieures à 1968. Notre incursion dans ce monde souterrain a également mené à la découverte d’archives plus anciennes, notamment les registres des épreuves orales de 1944 à 1968 (fig. 1) et le carnet des conseils des anciens de la masse de 1964 à 1968.

Ces sources inconnues jusqu’alors furent précieuses pour combler en partie une lacune : l’absence de recensement des étudiants de l’École régionale d’architecture de Grenoble entre 1927 et 1968. Le croisement de ces registres avec une série de publications annonçant le palmarès et la distribution des prix de l’École régionale d’architecture de Grenoble[10] et la base « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des beaux-arts de Paris (1800-1968)[11] » a permis de reconstituer une liste indicative des étudiants grenoblois pour cette période. Les archives sur la pédagogie et la recherche, conservées dans une salle attenante, constituent également, grâce au travail mené de longue date par les documentalistes de l’école, un bel ensemble réunissant une importante littérature grise produite par la communauté éducative. Quoique incomplets, ces fonds bénéficient des compléments essentiels apportés par d’anciens étudiants et enseignants qui ont mis à notre disposition des archives privées inédites liées à la pédagogie (travaux d’étudiants, cours d’enseignants) et au quotidien de l’école (photographies d’atelier, de fêtes).

C’est en mettant en relation ces différentes sources qu’il nous a été possible d’établir les localisations successives dévolues à l’enseignement de l’architecture à Grenoble, la dispersion des institutions artistiques au XIXe siècle compliquant singulièrement la chose. Certaines incompréhensions ont longtemps subsisté à cause, par exemple, d’un changement dans les noms de rue. Effectivement, l’École de sculpture architecturale, l’ancêtre de l’ENSAG le mieux identifié, était installée dès les années 1860 rue Lesdiguières. Cet emplacement n’était cependant pas le même que celui occupé par les locaux de l’ancienne faculté de médecine, rue Lesdiguières également, où l’école d’architecture s’installa à partir de la rentrée 1967. Pour dénouer cet entrelacs, il nous fallut consulter des publications consacrées aux rues de Grenoble[12] : la partition et le changement de dénomination du morceau de la rue Lesdiguières où était située l’École de sculpture architecturale, devenu en 1907 rue Hébert, expliquent la confusion possible entre adresses et institutions. Il faut aussi noter notre difficulté à saisir la structuration de l’enseignement de l’architecture grenoblois au XXe siècle en raison de fréquents changements d’appellation des différentes entités et l’incertitude quant à leur rôle respectif : quelles relations entre l’École des arts industriels – avec « art » tantôt au pluriel, tantôt au singulier – et l’École régionale d’architecture, ou entre l’École des arts décoratifs et du bâtiment et l’École régionale d’architecture ? Le rôle de l’école Vaucanson, qui pourrait fournir un éclairage sur la formation des architectes avant la création de l’École régionale d’architecture, demeure pour l’instant une énigme, plus par manque de temps qu’à défaut d’archives.

Au-delà des lieux et des établissements, nous avons privilégié, à certains moments, la microhistoire en recourant à une analyse centrée sur les acteurs, même sur ceux dont l’importance pouvait paraître mineure aux yeux de certains. C’est à travers leurs parcours que des liens se sont révélés, confirmant ou infirmant certaines hypothèses, rendant visible ce qui restait insaisissable dans les archives. Parfois des protagonistes importants demeurent énigmatiques, tel Jean Benoît (1900-1976), qui exerça, seul ou en association avec Fernand Kaminski (1906-1993), comme professeur et chef d’atelier de 1934 à 1966. L’existence de cet unique atelier pendant trente-deux années explique sans doute qu’il ait rarement eu besoin de justifier son action. De facto, peu d’archives témoignent de son rôle d’enseignant. Et pourtant, Benoît fut déterminant pour nombre d’architectes qui ont marqué le milieu professionnel régional et national, tels que Louis Blanchet (1927-2010), premier grand prix de Rome en 1952, et Bruno Pouradier-Duteil (1928-2018), second grand prix de Rome en 1955.

 

En quête de mémoire : ce que suscite la production d’archives

Cette histoire linéaire, entre ruptures et continuités, de l’école de Grenoble et de ses individus, renvoie aux temporalités de l’enseignement de l’architecture au niveau national (réformes, découpage institutionnel, professionnel, etc.). Ce travail sur le temps déjà écoulé et sur l’histoire du temps présent croise une histoire objectivée, mise à distance et fondée sur le document, et la collecte des mémoires, souvent volatiles, le souvenir[13]. Nous avons d’ailleurs été confrontées à une disparition effective de cette mémoire avec la perte de savoir autour de l’histoire de l’école provoquée par le départ de nombreux administratifs et enseignants de l’ENSAG, qu’il nous a fallu essayer de compenser. Si le recours à la parole ne cherche pas strictement à pallier l’absence d’archives écrites, sa collecte apporte des compléments d’information et, dans notre cas, fait ressortir certaines spécificités grenobloises peu perceptibles autrement. Les archives orales que nous avons recueillies renvoient à la constitution de la recherche architecturale à l’école, à l’intérêt (presque collectif) pour le terrain et aux affiliations politiques des uns et des autres. La pédagogie du faire, que l’on appelle aujourd’hui la pédagogie expérientielle, emblématique de l’école grenobloise, où les étudiants sont mis en situation d’agir et de réagir, prédispose peu à la constitution d’archives. Elle est plus explicite et riche dans la mémoire de celles et ceux qui l’ont pratiquée, lorsqu’ils veulent bien s’en entretenir, ce qui n’est pas toujours le cas.

Fig. 2 _ Vernissage de l’exposition « Rétro ! Futur ? L’Ensag, 40 ans d’histoire(s) d’architecture à la Villeneuve », 7 juin 2018. © ENSAG, S. Pantaleo.

À l’occasion du quarantième anniversaire du bâtiment conçu par Roland Simounet, la direction confia à Charline Sowa, jeune docteure en architecture, l’organisation d’une exposition consacrée à l’école de l’après-1968 (fig. 2). Ce fut l’opportunité d’une première prise de contact avec les acteurs de l’établissement. En amont de la manifestation, une frise chronologique fut affichée entre mars et avril 2018 dans un lieu de passage fréquenté, appelé la petite galerie, dont la position se révélait stratégique entre la cafétéria et les studios. Le parti pris de Sowa fut de faire évoluer cette frise de manière collaborative grâce aux « habitants » de l’école, de croiser des propos, complémentaires ou contradictoires, notamment entre enseignants, étudiants et administratifs.

La mémoire a ses limites : sa fugacité ne permet pas toujours de faire parler quelqu’un à partir de l’archive. Ainsi, Antoine Félix-Faure ou Jean-Pierre Gay n’ont pu se remémorer certains événements auxquels ils avaient pourtant participé d’après le carnet des anciens de la masse. À l’inverse, l’entrevue commune accordée par Bernard Avezou et Claude Fourmy autour de leurs projets d’étudiants et de photographies a contribué à faire remonter à la surface certains moments clés, à préciser leur chronologie, telles les dates du déménagement de l’École régionale d’architecture et de l’enseignement de Fernand Kaminski, ou à dresser un tableau vivant de l’école par le biais d’anecdotes. Ces rendez-vous avec des anciens ont aussi permis de mettre en contexte leur positionnement intellectuel respectif. Mais le nombre réduit de travaux d’étudiants et le peu de documentation pédagogique conservés dans les institutions publiques amènent un souhait de notre part : le moment semble propice pour entreprendre une large collecte d’archives auprès des acteurs qui ont fait l’école, qu’ils soient ou fussent enseignants, étudiants ou personnels administratifs, en prenant exemple sur les démarches mises en œuvre par l’école Camondo[14] en février 2015 et, au-delà de notre thématique, par les Archives de France depuis 2013[15].

Fig. 3 _ L’un des cinq plateaux-radio consacrés aux « 40 ans de recherche à l’Ensag », 3 décembre 2018. De gauche à droite : Françoise Véry, juL McOisans, Bruno Queysanne, Aliki-Anastasi Arvaniti, Anaïs Cadorel et Céline Bonicco-Donato © ENSAG, S. Pantaleo.

En complément, trois séminaires sont venus éclairer certains aspects de l’enseignement de l’architecture à Grenoble et ont ainsi contribué à produire des archives et des savoirs nouveaux abordant des réflexions thématiques ou croisées. À l’automne 2018, un enseignement d’initiation à la recherche mené par Céline Bonicco, Stéphanie Dadour, Romain Lajarge et Nicolas Tixier, intitulé « Mai 68 et l’architecture : l’Arlequin et l’ENSAG aussi ! », a permis la prise de contact avec les fondateurs des unités de recherche de l’école. Dans ce cadre, les étudiants de master 1[16], installés dans la grande galerie de l’école, ont mené cinq plateaux-radio qui furent enregistrés et filmés[17], rassemblant ainsi plusieurs générations de personnes ayant contribué au développement de la recherche architecturale à Grenoble (fig. 3). La capture de ces témoignages, traces éphémères d’un passé encore récent, fut un moment rare où des filiations se sont révélées.

Au printemps 2019, nous avons toutes deux accompagné un autre groupe d’étudiants[18] à l’occasion d’un enseignement consacré aux revues produites au sein de l’école. Ce travail a étoffé de près d’une dizaine de publications la vingtaine déjà identifiée. Leur examen attentif a permis d’en comprendre l’émergence et les lignes éditoriales, de mettre en évidence les formes d’engagement qu’elles impliquaient et d’établir une chronologie précise de leur parution. Dans le prolongement de cet enseignement, une étudiante, Lilia Khelil, a pu approfondir leur étude lors d’un stage au sein du laboratoire MHA-evt. Enfin, au printemps 2020, Stéphanie Dadour, Mélina Ramondenc et Élise Simon ont encadré un enseignement similaire sur les diplômes soutenus à l’école après 1968[19]. L’habiter apparaît alors comme un sujet transversal aux différents tuteurs et rend compte de la volonté des enseignants et des étudiants de s’emparer de l’architecture pour repenser, au croisement des échelles et des disciplines, la complexité du monde.

Ce travail sur les sources, qui s’est révélé petit à petit tentaculaire, nous amène aujourd’hui à porter un regard rétrospectif sur notre démarche et à « prendre conscience de la structure logique de la méthode[20] » que nous avons employée. La diversité des archives écrites et orales récoltées montre que nous avons travaillé sur toutes les sources possibles, quelle qu’en soit la nature, et nous soulignons au passage qu’il est important de recruter un archiviste dans chaque école d’architecture. Mais les sources restent tout de même dans le registre de ce qui a été reconnu à un moment donné par l’école et les Archives ou par les acteurs de son histoire, soit lors du tri des archives avant leur classement, soit par la sélection mémorielle. Ces sources, publiques ou privées, ne s’inscrivent donc pas dans une contre-histoire. Un premier dépouillement nous a permis d’aligner dates et faits, d’esquisser une histoire chronologique qui passe parfois sous silence d’autres pans de l’histoire de l’enseignement de l’architecture et de l’école, qu’il nous faudra prendre garde de ne pas occulter. La prochaine étape, qui consistera à problématiser la recherche en vue de construire une véritable analyse historique, devrait nous y aider. Maintenant que les dates sont posées, que les grandes lignes apparaissent, vient le temps de la déconstruction, avant celui de l’écriture.

 

[1] Michela Passini, L’Œil et l’archive : une histoire de l’histoire de l’art, Paris, La Découverte, 2017, p. 5.
[2] Reed Benhamou, « Art et utilité : les écoles de dessin de Grenoble et de Poitiers », Dix-Huitième Siècle, n° 23, 1991, p. 421-434, et Public and Private Art Education in France, 1648-1793, Oxford, Voltaire Foundation, 1993.
[3] Agnès Lahalle, Les Écoles de dessin au xviiie siècle : entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, PUR, 2006.
[4] Marianne Clerc, « Jacques-André Treillard (1712-1794), peintre graveur, fondateur de l’école publique de dessin de Grenoble », thèse de doctorat en histoire de l’art, Université Lyon 2, 1992, parue sous le titre Jacques-André Treillard, 1712-1794, peintre dauphinois, Grenoble, PUG, 1995.
[5] Candice Humbert, « L’Élaboration d’une culture artistique régionale : Grenoble et ses artistes de 1796 à 1853 », thèse de doctorat en histoire de l’art, Université Grenoble Alpes, 2016.
[6] Valérie Huss (dir.), Grenoble et ses artistes au xixe siècle, Gand, Snoeck, 2020, p. 104.
[7] Yves Deshairs, 350 ans… d’écoles d’art à Grenoble, Grenoble, Acmad / Belledonne, 2002.
[8] René Favier, Le Roman de l’université : Grenoble, 1339-2016, Fontaine / Saint-Martin d’Hères, PUG / UGA, 2017.
[9] Métiers de l’histoire de l’architecture, édifices, villes, territoires ; il est devenu, en 2020, le laboratoire Méthodes et histoire de l’architecture (MHA).
[10] Palmarès et distributions des prix des années scolaires 1927 à 1938 de l’École régionale d’architecture et d’art industriel de Grenoble. Archives départementales de l’Isère, 8 T 2/4-7.
[11] Base de l’INHA, 2011, cf. [agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/0017].
[12] Paul Dreyfus, Les Rues de Grenoble : l’histoire illustrée des 815 rues, Grenoble, Glénat, 1992, p. 162, et rubrique « Les Milles et une rues de Grenoble » des Affiches de Grenoble et du Dauphiné, 11 octobre 1975-29 mai 1976, dont une compilation est consultable en ligne : [www.grenoble.fr/788-elements-d-histoire.htm] (consulté le 18 décembre 2020).
[13] Nous nous référons aux réflexions qui ont animé la discipline historique ces quarante dernières années, dont François Bédarida, « Le Temps présent et l’historiographie contemporaine », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 69, 2001, p. 153-160 et Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988.
[14] « Appel à participation pour une histoire de l’école Camondo », cf. [ecolecamondoblog.wordpress.com/2015/02/04/appel-a-participation-pour-une-histoire-de-lecole-camondo] (consulté le 2 novembre 2020).
[15] « La grande collecte », Service interministériel des Archives de France / BNF, cf. [www.lagrandecollecte.fr] (consulté le 2 novembre 2020).
[16] Sophie Allard-Jacquin, Aliki-Anastasi Arvaniti, Sophie Borde, Brithany Boucly, Anaïs Cadorel, Denis Grangeat, Diaeddine Khaled, Nicholas Morris, Olivier Romero, Marie Roux, Prune Saez Contreras, Alix Steinmetz, Giulia Ticchioni, Anthonny Tomasino et Laura Trastoy Torregrosa.
[17] Les participants à ces tables rondes sont : Guy Schneegans (Design) et Jean-François Lyon-Caen (Architecture, paysage, montagne) ; Patrice Doat, Hubert Guillaud et Hugo Houben (CRAterre) ; Sergio Ferro avec deux de ses anciens étudiants Cyrille Simonnet et Chérif Kebbal (Dessin/Chantier) ; Jean-François Augoyard avec une doctorante Maïlys Toussaint (Cresson) ; Françoise Véry et Bruno Queysanne (Métiers de l’histoire de l’architecture).
[18] Credo Bakoyene Lokonda, Adrien Berton, Willy Bunod, Philippe Champagne, Robin Faure, Marlène Forque, Camille Frassy, Théo Garcia, Denis Grangeat, Diaeddine Khaled, Lilia Khelil, Hind Lachraf, Francis Lavoie, Lucie Lemirre, Agathe Loriente, Johan Marin Montoya, Delphine Montmayeur, Clément Pauthier et Anabelle Tougas.
[19] Lydia Ameur, Leul Gezahegn Assefa, Vincent Boudes, Oussama Bouguerra, Walid Boussefina, Jean Chanvry, Salma Esserhir, Marjorie Gherardi, Lisa Guillet-Lomat, Anne Lacroix, Lucas Lafont, Fanny Liondore, Sarah Lyaudet, Emeline Maiano, Cyril Nicosia, Jérémy Odin, Valentin Peignier, Leslie-Ann Rene-Corail, Antoine Viollet, Jan Jakub Wolski, et Abir Zakkour.
[20] Henri-Irénée Marrou, « La méthodologie historique : orientations actuelles. À propos d’ouvrages récents », Revue historique, vol. 209, 1953, p. 256.

[sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2021, 25 octobre). Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Grenoble : chronique d’une recherche entre archives et mémoire. Politiques de la culture. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mroz

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search