Diffusion et rayonnement

Par Arlette Auduc, conservatrice en chef honoraire, correspondante Patrimoine au Comité d’histoire et membre du comité de pilotage du programme HEnsA20*

Un des objectifs du programme était de diffuser le plus largement possible les résultats des travaux de recherche, en espérant qu’en ouvrant de nouvelles pistes ils susciteraient de nouvelles initiatives et de nouvelles recherches.

A cette fin des outils ont été mis à la disposition des chercheurs :

  • Le carnet de recherche du Comité d’histoire a ouvert un onglet spécifique consacré au programme de recherche à l’adresse suivante : https://chmcc.hypotheses.org/2544.
    On y trouve : la présentation du projet HEnsA20, celle de l’équipe de pilotage et du comité scientifique ainsi que, pour tous les séminaires, l’appel à communication national, le programme du séminaire, les vidéos des tables rondes, l’ensemble des communications. Des liens permettent de consulter le Guide des sources et la base de données Archives orales, accessible à cette adresse http://capadoce.ext.culture.fr.
    Si on excepte le colloque de clôture des 21 et 22 octobre 2021, ce sont 169 communications qui sont ainsi consultables, sur des thèmes jusque-là peu ou pas explorés.
  • Les Cahiers HEnsA20 publient, grâce à l’École d’architecture de Strasbourg, sous format papier, les communications issues, pour l’ensemble des séminaires, de l’appel à propositions thématiques. Ces Cahiers sont archivés sur la plateforme d’archives ouvertes HAL, sur le portail du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère du Service de l’Architecture du ministère de la Culture.

Quelques éléments donnent une idée de l’intérêt que ce programme a suscité et de son rayonnement. Plus de 190 chercheurs sont abonnés à nos informations et destinataires des Cahiers. Les documents et outils numériques sont nombreux et utilisés. L’ensemble des actes des séminaires est fréquemment consulté. À titre d’exemple, les seuls sommaires des actes totalisent près de 9 000 vues et la page de présentation du programme plus de 5 200 vues. Le taux de fréquentation des deux guides est lui aussi bon avec au total 100 846 visiteurs différents soit 403 034 visites et 568 970 pages vues depuis 2015. La progression annuelle du nombre de visites et de pages vues a été continue depuis l’ouverture du carnet en 2015.

La masse considérable de connaissances ainsi présentée est due à l’implication d’un nombre important de chercheurs. Au fil de ces manifestations, beaucoup se sont investis. Certains pour leur organisation, d’autres pour une ou plusieurs communications, quelques-uns pour plus encore. Ce fut une aventure collective qui a accueilli toutes celles et ceux qu’intéressait l’histoire de l’enseignement de l’architecture, parmi lesquels figurent plus d’une vingtaine de doctorants et doctorantes.

Il en est qui sont engagés dans des thèses. Ils, et elles surtout, interrogent l’histoire d’un établissement comme l’école des arts décoratifs ; l’évolution de certains enseignements comme la théorie et la construction ; le renouvellement apporté par le projet urbain, le regard sur les pays en voie de développement ou le Design-Build ; elles scrutent les mutations du corps enseignant, sa féminisation, l’arrivée de latino-américains… On peut citer :

  • Guillemette Cheneau Deysine, L’enseignement de la théorie de l’architecture en France, 1930-1978, doctrines, réseaux, critique.
  • Stéphanie Mesnage, Actrices de l’architecture : les femmes et l’exercice professionnel architectural entre 1880 et 1968.
  • Julien Correia, De la formulation à la diffusion des idées d’Aldo Rossi en France. L’architecture urbaine entre enseignement et recherche autour de 1970.
  • Théodore Guuinic, Faire école en temps de crises. Héritages architecturaux & réinvention des modèles à Montpellier et dans le Midi méditerranéen (XVIIIe-XXe s.).
  • Florence Lafourcade, L’apport de l’École des arts décoratifs à la formation des architectes (1830-1942).
  • Ana Chatelier, Les professeurs latino-américains dans les unités pédagogiques d’architecture, des vecteurs de transformations dans l’enseignement de l’architecture en France ? (1969-1990).
  • Diane Aymard, Les enseignements dédiés aux pays « en voie de développement » dans le renouveau de la discipline architecturale française après 1968.
  • Coline Madelaine, L’enseignement Design-Build : naissance, développement et perspectives. Des origines américaines aux prémices françaises.
  • Auriane Bernard Guelle, L’enseignement de la construction dans les écoles d’architecture entre les années 1940 et 1990.

Ont également activement participé à ce projet plus d’une soixantaine d’enseignantes, d’enseignants et de documentalistes dont la majorité viennent des écoles d’architecture ; nous avons été rejoints par des universitaires et nous leur savons gré de leur analyses plus distanciées. Nous avons également eu le plaisir d’accueillir des personnalités dont le parcours a été lié de près ou de loin au destin des écoles et qui ont accepté de participer aux tables rondes organisées lors des séminaires, afin de mettre en perspective leur histoire, comme celles qui eurent lieu à Bordeaux en juin 2017, à Rouen en mai 2019 ou encore à Lyon et à Grenoble en juin dernier.

Dans plusieurs établissements, des documentalistes ont fait resurgir dessins et documents des caves où ils avaient été relégués. Ils éclairent des aspects méconnus de l’histoire de ces établissements. Ainsi avons-nous découvert à Rouen les dessins de concours envoyés depuis un camp de prisonniers, un OFLAG, durant la Seconde Guerre mondiale, ou bien à Bordeaux le cahier des sujets des projets de concours constitué par l’école régionale.
Ces documents ont été parfois mis en perspective par une exposition commentée, comme à Paris où Anne Debarre et Maxime Decommer ont offert une histoire du site de l’école parisienne des Beaux-Arts, ou à Clermont-Ferrand où Mathilde Lavenu et Gwenn Gayet-Kerguiduff ont exposé des dessins de 1910, traces des origines lointaines d’une école régionale d’architecture qui fut ouverte en 1943.

Au vu de ce bilan, l’objectif de sensibiliser les chercheurs et les écoles et de constituer des outils pour faciliter les recherches et engranger les données a été largement atteint et on ne peut que souhaiter que l’investissement des écoles débouche maintenant sur de nouveaux projets.

*Merci à Anne-Marie Châtelet qui m’a communiqué un certain nombre de précisions.

[sommaire]