Les politiques culturelles doivent-elles être multiculturelles ?

Les politiques culturelles doivent-elles être multiculturelles ?

Dernier rendez-vous du cycle de conférences « Politiques du multiculturalisme : le débat français » proposé par l’Association pour les activités autour de l’Histoire à Sciences Po (APAHS). Soutenu par le Comité d’histoire, il réunira Angéline Escafré-Dublet, maître de conférences à l’Université de Lyon Lumière 2, Laurent Martin, professeur à Paris 3, David Fajolles, secrétaire général de la Commission nationale française pour l’Unesco.

Quand le ministère de la culture est créé, le mot d’ordre est la démocratisation de la culture ; les grandes œuvres artistiques dont la France a hérité ou dont elle encourage la création doivent être accessibles à tous. Dans sa démarche volontaire, Malraux, premier ministre de la culture, a contribué à dessiner les contours d’une certaine forme de culture officielle et à affirmer sa prééminence symbolique sur les autres modes de rapport à la culture.

Cependant, à l’échelle internationale, à l’UNESCO en particulier, l’universalisme hérité de l’après-guerre faisait place à une approche différentialiste dans les années 1970. L’heure était au respect et à la valorisation des cultures particulières, dont la fin des empires et l’émergence de nations indépendantes avaient rendu manifeste la diversité. De manière concomitante, ailleurs qu’en France, les spécificités culturelles locales ou ethniques devenant un véritable casus belli, les politiques culturelles ont été investies d’une mission de pacification : programmes d’enseignement de langues locales, soutien aux manifestations dites « traditionnelles » et autres démarches de ce type apparurent essentielles. L’émergence de la notion de “patrimoine immatériel de l’humanité” a renforcé ces dynamiques dans les années 1990.

Les autorités françaises ont elles-mêmes pris acte de la diversité culturelle de la France et de l’effervescence artistique qui en résultait. Cette reconnaissance s’imposa à la faveur des évolutions à l’échelle internationale, de la pression du monde associatif et des positions du ministre de la culture de l’époque, Jack Lang. Depuis lors, une tension demeure quant à leur traitement. Après la démocratisation de la culture, la démocratie culturelle – c’est-à-dire la reconnaissance de l’égale valeur de toutes les expressions culturelles – était à l’ordre du jour, mais, d’une part, elle s’est toujours davantage attachée à la diversité des contenus, des pratiques, des formes de la culture qu’à celle de ses publics ou de ses acteurs et, d’autre part, l’idéal universaliste continuait d’exercer son influence. C’est là un trait qui caractérise notre pays par rapport à bien d’autres. Il soulève la question de la direction à prendre en matière de politiques culturelles ; d’autant plus à une époque où la démocratie culturelle est fragilisée par un appel croissant à la protection d’une identité française. (Malcolm Théoleyre)

Modalités pratiques :
Commission nationale française pour l’Unesco – 57, boulevard des Invalides – Paris 07
Mercredi 15 avril de 19h à 21h
Inscription obligatoire

[en savoir plus]



Citer ce billet
chmc1 (2015, 7 avril). Les politiques culturelles doivent-elles être multiculturelles ? Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search