Réception de « André Chastel, portrait d’un historien de l’art…. » : premiers aperçus

En avril 2021, le carnet a publié Une invitation au dialogue : André Chastel, portrait d’un historien de l’art…” par Isabelle Chave, conservateur en chef du patrimoine, Dominique Hervier, conservateur général (H) du patrimoine et correspondante Patrimoine du Comité d’histoire, et Daniel Rabreau, historien de l’art [lire] destiné à éclairer la fabrique de l’ouvrage. Au projet initial du Comité d’histoire, à savoir une campagne d’entretiens auprès d’anciens élèves, collaborateurs et collègues d’André Chastel pour reconstituer les facettes multiples de sa carrière et apporter des précisions sur son entourage, les auteurs se sont adjoints des sources écrites- correspondances, archives, presse – pour bâtir un portrait sans à priori. Depuis, quatre recensions publiées dans des revues françaises et étrangères offrent matière à réflexion sur la manière dont historiens de l’art et historiens réagissent à cette démarche et particulièrement à l’utilisation de la source orale.

Ainsi, dans la revue Histara [Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700) http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=3991 _ 23/07/2021], Marie Tchernia-Blanchard très sensible à l’ampleur des activités déployées par Chastel souligne en conclusion « l’apport inestimable, mais trop souvent négligé, de l’archive orale dans la pratique de l’histoire de l’histoire de l’art ». Isabelle Chave, dans la revue en ligne Livraisons d’histoire de l’architecture n°42*[Isabelle Chave, « Dominique Hervier et Eva Renzulli (dir.), André Chastel, portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages »Livraisons de l’histoire de l’architecture [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 11 décembre 2021, consulté le 20 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lha/3408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lha.3408] se félicite de l’abondance et de l’intrication fine des sources écrites de nature très diverses avec les sources orales.

La recension dans la revue Commentaire n°176 de Michel Hochmann, un des meilleurs connaisseurs actuels de Chastel et de son œuvre, marque une sensibilité particulière à la source orale, spécifie ses apports et cite le nom des témoins ce qui n’est pas le cas des autres recenseurs [Hochmann Michel, « André Chastel et l’histoire de l’art en France », Commentaire, 2021/4 (Numéro 176), p. 911-915. DOI : 10.3917/comm.176.0911. URL : https://www.cairn.info/revue-commentaire-2021-4-page-911.htm].

C’est chez Fulvio Lenzo dans Annali di archittectura, revue crée en 1989 par Chastel, que l’essentiel de l’argumentaire est axé sur la pratique des archives orales. L’auteur familier par ses propres travaux du maniement des sources orales et au fait de ce qui se pratique notamment aux Etats Unis peut ainsi en analyser les forces et les limites et souligner le croisement de deux sources très hétérogènes par nature [traduction ci-dessous].

Avec ce compte rendu, les chercheurs spécialisés dans la pratique orale pourront juger du degré de pertinence qu’elle offre dans le domaine de l’histoire de l’art et de ses acteurs, les historiens de l’art pourront y trouver matière à diversifier leur pratique de l’historiographie.

 

Par Fulvio Lenzo, in ANNALI DI ARCHITETTURA, 2021, pages 154-156
fulviolenzo@iuav.it /
Traduction de François Arnauld

Né à Paris le 15 novembre 1912 et mort à Neuilly-sur-Seine le 18 juillet 1990, André Chastel fut l’un des historiens de l’art les plus influents de sa génération, en France comme au plan international. Admis à l’Ecole normale supérieure en 1933, agrégé de lettres en 1937, il commence sa carrière d’enseignant dans un lycée du Havre en 1939. C’est cependant en prison, dans un Oflag en Allemagne, de juin 1940 à février 1942, où il déploie ses talents pédagogiques, que lui vient l’idée de vulgariser l’histoire de l’art, un domaine jusqu’alors réservé à une minorité de chercheurs érudits. De retour en France, il enseigne dans différents lycées, avant d’être nommé directeur de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et de succéder, en 1955, à Pierre Lavedan à la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art à la Sorbonne. Les multiples charges qui lui seront confiées par la suite lui vaudront une renommée toujours croissante.

Ses archives personnelles, acquises par l’État et confiées à l’Institut national de l’histoire de l’art (INHA) de Paris, ont fait l’objet de divers travaux, dont une exposition et un colloque international à l’occasion du centenaire de sa naissance ont donné lieu à l’édition d’un catalogue, André Chastel (1912-1990). Histoire de l’art et action publique (2013), par Sabine Frommel, Michel Hochmann et Sébastien Chauffour, et à la publication d’actes, André Chastel. Méthodes et combats d’un historien de l’art (2015), toujours par Sabine Frommel et Michel Hochmann, assistés de Philippe Sénéchal. A ces deux publications, viennent s’ajouter deux nouveaux ouvrages qui font l’objet de cet article.

André Chastel et l’Italie, 1947-1990. Lettres choisies et annotées, a cura di Laura de Fuccia e Eva Renzulli, Campisano Editore-Mare&-Martin, Roma-Parigi 2019, 659 pp., ill. b/n.

Le premier, intitulé André Chastel et l’Italie, 1947- 1990. Lettres choisies et annotées, par Laura de Fuccia et Eva Renzulli, publié chez Campisano, rend compte de l’amour profond que l’historien éprouva pour l’Italie, véritable patrie d’adoption qu’il fréquenta à partir de 1934 : un lien qu’illustre déjà la photographie en couverture du livre, montrant Chastel sur sa chaise pliante dans le jardin de la Villa Médicis à Rome, ce haut lieu des rencontres entre les artistes français et le beau pays. Les 643 lettres qui le composent couvrent la période de 1947 à 1990 et, même si elles ne représentent qu’une petite partie de sa correspondance – plus de 2000 lettres à travers le monde entier, dont un peu plus de 400 pour l’Italie – elles nous apprennent énormément sur les rapports artistiques, culturels et intellectuels entre la France et l’Italie.

Laura de Fuccia et Eva Renzulli n’ont pas limité leurs investigations aux seules archives de Chastel : elles ont fouillé de nombreux fonds publics et privés, en Italie et ailleurs, en quête de lettres qu’il aurait écrites ou reçues. C’est le grand mérite de ce type de recueil, de permettre de suivre l’évolution de la pensée des protagonistes au travers de leurs échanges épistolaires : un genre littéraire qui tient une place à part dans l’étude de l’histoire de l’art. Il suffit de se reporter aux nombreuses éditions de Lettres artistiques apparues après le Recueil de lettres sur la peinture, la sculpture et l’architecture (1757-1825), publication en huit volumes de Gaetano Bottari, poursuivie à sa mort par Stefano Ticozzi, et aux correspondances des historiens éminents que furent Erwin Panofsky, Eugène Müntz, Léon Rosenthal ou Louis Grodecki.

Cet ouvrage est divisé en autant de chapitres (31) que de correspondants, chacun assorti de précieuses annotations et introduit par une notice biographique et un commentaire sur les thèmes abordés. Ces échanges allaient amener cette génération d’érudits d’origines diverses à dépasser une conception de l’histoire de l’art élitiste, fermée sur elle-même et fondée sur une approche essentiellement nationaliste. Les correspondances concernent aussi bien des collègues et contemporains que des maîtres de la génération précédente, comme Carlo Ludovico Ragghianti (30), Sergio Bettini (53), Roberto Longhi (71), Rodolfo Pallucchini (56), Renato Cevese (45), Enrico Castelnuovo (38) : on trouve aussi un « pur » historien comme Eugenio Garin (56) ou un philologue comme Vittore Branca (47). A noter enfin des échanges moins assidus avec des personnalités de l’histoire de l’art comme Bernard Berenson (2 lettres seulement), Giulio Carlo Argan (19), Eugenio Battisti (7), Michelangelo Muraro (11), Terisio Pignatti (10), voire avec des intellectuels « hors du sérail » comme Federico Fellini ou Italo Calvino, pour lesquels il n’existe qu’une lettre.

Fermement opposé au dogme de l’interprétation systématique, Chastel reprochera à diverses reprises à Ragghianti et à Longhi – qu’il admire par ailleurs et avec qui il entretiendra une correspondance suivie – leur adhésion indéfectible aux théories de Croce, attachement tel que Longhi fera éditer en 1958 la traduction de L’Art italien, publié en français deux ans auparavant.

Son pragmatisme éclectique va le conduire à s’interroger sans cesse sur les questions de méthode, à nier l’influence directe des idées sur les formes et de la philosophie sur l’art, à réfuter le principe des classifications a priori. C’est aux aspects matériels et à l’esthétique des œuvres d’art qu’il s’intéresse avant tout, d’où sa curiosité manifeste pour les techniques artistiques, y compris celles d’ordre mineur comme la marqueterie. Il a largement contribué à réformer la discipline, en appelant à travailler « à la source », sur la matière et sur les œuvres mêmes comme sur les textes, se consacrant largement à la lecture et à la traduction des Vite de Vasari et du De Sculptura de Pomponio Gaurico. Au-delà du parcours de l’historien, sa biographie retrace son engagement bien plus vaste sur le terrain de l’histoire de l’art, théâtre des batailles qu’il a menées après une première victoire – la création d’un inventaire général pour le patrimoine – et jusqu’à sa faillite dans la tentative de sauver les Halles bicentenaires de Baltard à Paris.

Au fil des pages, on déroule les différentes étapes de sa carrière, du jeune érudit plein d’idées jusqu’au professeur émérite parvenu au sommet de la hiérarchie académique. On y note surtout les épisodes successifs d’un Tour d’Italie sans cesse renouvelé : Florence, Rome et Bologne, puis la Vénétie avec Padoue, Venise et surtout Vicence, où il collabore intensément avec les institutions culturelles que sont la Fondation Cini et le Centre international d’Etudes et d’Architecture (CISA) Andrea Palladio. C’est dans les revues de ces organismes, « Arte Veneta » et « il Bollettino » du CISA, qu’il entame une publication assidue. Et c’est durant son appartenance au conseil scientifique du CISA qu’il entretient une correspondance avec Renato Cevese et Rodolfo Pallucchini.

Dominique Hervier, Eva Renzulli, André Chastel, portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, Comité d’histoire du ministère de la Culture, Paris 2020, 451pp., ill. b/n.

Le second livre, André Chastel, portrait d’un historien de l’art, par Eva Renzulli et Dominique Hervier, publié par le Comité d’histoire du ministère de la Culture, est orienté plus spécifiquement vers sa biographie professionnelle. Le sous-titre, Des sources aux témoignages, suggère l’idée d’un travail de recherche historique dont on restitue les conclusions, tout en justifiant la démarche. L’ouvrage s’articule en quatre sections, précédées d’une série de textes introductifs et clôturées par un appendice substantiel. La première section, André Chastel. Entre sources et témoignages : comment reconstituer un passé récent (pp. 51-110) rend compte des aspects historiographiques, des choix et des difficultés rencontrées par les auteurs. La seconde, Au cœur du métier : enseigner et développer la recherche (pp.109-186) traite du métier d’historien de l’art et de celui d’enseignant qui dirige des recherches pointues et forme des érudits. Les deux dernières, Une vie pour le patrimoine (pp. 189-247) et Les clés de la notoriété et du pouvoir (pp. 251-343) évoquent son engagement pour la sauvegarde du patrimoine artistique en France et sa stature internationale. L’appendice est divisé en cinq annexes qui apportent les compléments indispensables : un tableau chronologique des principales étapes de sa carrière ; les fiches de présentation des  vingt-six témoins dont les entrevues constituent la « matière première » pour la réalisation de l’ouvrage ; un répertoire synthétique des correspondances entretenues avec ces derniers ; la chronologie et le thème des cours et séminaires dispensés à l’Ecole pratique des hautes études et à la Sorbonne ; enfin, les termes de la convention passée avec chacun des témoins fixant les règles d’exploitation des entretiens.

Si la publication des correspondances de Chastel relève d’un genre littéraire reconnu, ce second volume, bâti sur une assise documentaire solide, déroge pourtant à la tradition des biographies des maîtres en histoire de l’art par l’originalité des sources et de la composition : il présente en effet la particularité de croiser deux sources très hétérogènes que sont d’une part une documentation traditionnelle, manuscrite ou dactylographiée, provenant du fonds d’archives de Chastel – les sources -, de l’autre une série d’entretiens impliquant amis, collègues et élèves – les témoignages. Ce dernier procédé d’Oral History, connu du monde historico-artistique aux Etats-Unis depuis des décennies, n’est guère pratiqué en Europe, comme le souligne Florence Descamps dans son Avant-propos (pp. 11-19). Quelques rares exceptions sont à noter cependant : l’histoire de la Biennale d’Architecture de Venise, sous le titre Architecture on Display (2010), de Aaron Levy et William Menking, d’après des entretiens avec une dizaine d’éditeurs, et le livre Voci su Carlo Scarpa (2015), publié par Ilaria Abbondandolo et Elisabetta Michelato à la suite d’une campagne d’enregistrements vidéo initiée par le CISA. Par ailleurs, une entrevue entre Luisa Passerini et Manfredo Tafuri, réalisée en 1992, ne fut publiée que bien plus tard, en anglais (« Any », 25-26, 2000, pp.10-70).

L’archive orale, comme toute discipline naissante, évolue rapidement et nous confronte à ses propres contradictions, selon ce paradoxe inhérent à la transcription, dénoncé par Bruno Bonomo dans Voci della memoria (2013), qui admet avec embarras, à l’instar d’une majorité de chercheurs, que « pour l’essentiel, l’histoire orale s’écrit et se lit ». Dans le cas présent, Eva Renzulli et Dominique Hervier ont choisi d’esquiver la difficulté en empruntant une voie alternative : les enregistrements des entretiens ont été répertoriés et déposés aux Archives nationales, évitant ainsi la phase de transcription avec sa marge d’incertitude liée à l’interprétation. Les extraits des entretiens figurant dans le texte sont systématiquement accompagnés d’un repère chronologique qui renvoie sans ambiguïté à l’enregistrement original correspondant. Vu sous cet angle, il s’agit là d’une « première », satisfaisant aux règles fondamentales de la recherche historique, adaptées pour les sources différentes de celles pour lesquelles elles ont été établies. L’accès à ces sources – impliquant la possibilité de vérification des informations – est garanti par le centre dépositaire, accessible à tout chercheur, et facilité par la mise à disposition d’un catalogue, de fiches signalétiques et d’un index chrono-thématique (pp.69-72).

Chacun sait que c’est le choix des sources qui régente la composition d’une œuvre. Aussi faut-il se demander si c’est le recours aux archives orales qui a « conditionné » l’ouvrage ou, au contraire, si la recherche d’une forme nouvelle de biographie a pu orienter les auteurs vers cette forme de témoignages. Les sources orales, subjectives par essence, relèvent évidemment du concept de Memory  plutôt que d’History. Par ailleurs, l’objectivité reste une chimère – est-elle même souhaitable ? – dans toute recherche historique et jusque dans les fonds d’archives traditionnels et écrits divers. En outre pour apprécier l’impact d’une personnalité comme André Chastel sur la discipline de l’histoire de l’art, il est essentiel de comprendre comment sa démarche a été perçue et a marqué les esprits plutôt que de s’en tenir à la seule relation de son action.

Le recours aux témoignages oraux conduit inévitablement à introduire dans une narration historique un amas de dates approximatives, de mythes et de légendes nées autour des personnages célèbres qui, bien qu’anecdotiques – donc à classer comme tels et à ignorer – deviennent objet d’études et d’analyses. A ce titre, il faut noter l’observation formulée par Jean Guillaume à propos de la nomination de Chastel à la présidence de la CISA : selon Christophe Frommel (p.338), elle fut décidée lors d’une conversation tenue avec Manfredo Tafuri dans un colloque auquel il s’avère que ce dernier n’était pas présent. Dans le même registre, les auteurs relèvent que Chastel n’aurait manifesté que tardivement son intérêt pour l’architecture, au détriment des autres arts (pp. 140-141). Des défaillances minimes qui ne suffisent pas à invalider le recours aux entretiens : les sources orales ne font qu’accroître un danger inhérent à chaque source documentaire traditionnelle, tout aussi susceptible de conduire à travestir et à mystifier si l’on néglige les vérifications et croisements qui s’imposent.

Eva Renzulli et Dominique Hervier résistent à la tentation de mettre en scène un héros solitaire, préférant situer leur sujet au cœur d’une multitude d’histoires qui se mêlent, se croisent et parfois divergent. Elles dessinent la personnalité d’André Chastel à partir de son rapport aux autres, principalement ses collègues et ses élèves : une orientation très claire que confirment les quelque trente bio-bibliographies réunies en appendice, autant de vies qui se révèlent au travers de celle du protagoniste principal. Ce concept de bio-bibliographies adopté par les auteurs est intéressant : il est à la fois innovant et tout à fait approprié à la présentation d’historiens et d’historiennes qui ont consacré leur vie à l’écriture. Le croisement de ces différents parcours nous donne une vision d’une autre ampleur : raconter la vie publique et professionnelle de Chastel ne consiste pas seulement à dérouler le fil de sa vie personnelle, mais impose de reconstituer le réseau de ses relations, qui correspond à la naissance d’une nouvelle « République des Lettres », dans une Europe tout juste sortie des cendres de la seconde guerre mondiale. Un réseau très présent dans la publication journalistique, quand il est premier chroniqueur au Monde en 1945, puis contribue à différentes revues spécialisées, avant de fonder la Revue de l’Art, une des publications sur l’histoire de l’art les plus en vue en Europe aujourd’hui. Ce que confirme aussi sa participation à de nombreuses institutions françaises de conservation du patrimoine ou à des centres de recherche comme le CISA de Vicence. Il créera par la suite les Colloques de Tours, dédiés à l’architecture de la Renaissance, lieu de rencontres et d’échanges périodiques entre érudits de nombreux pays.

Du fait de leur diversité, ces deux nouveaux ouvrages sur André Chastel se complètent pour nous montrer qui fut vraiment cet historien de l’art, européen avant d’être français, et tout ce qu’il nous lègue : deux livres généreux qui, l’un et l’autre, apportent beaucoup à leur lecteur. Le recueil de ses correspondances italiennes est en substance un « instrument », fruit d’un travail difficile et exigeant mais fort utile à la communauté des chercheurs – et pas seulement aux « chasteliens » – en fournissant une base qui dépasse les frontières : plus qu’un livre sur Chastel, c’est la trame extrêmement serrée des échanges autour de l’art qui se sont tissés entre l’Italie et la France. L’autre livre est remarquable par la façon dont il ouvre au public les portes de la fabrique de l’histoire, en présentant, outre les conclusions d’une recherche longue et minutieuse, une description détaillée de la façon dont il a été élaboré. Page après page, nous suivons dans leurs difficultés, leurs doutes et leurs compromis, deux auteurs qui nous guident par la main tout au long de leur parcours. C’est du reste Chastel en personne qui écrivait à propos de son ami Anthony Blunt (in Revue de l’Art, LXI, 1983, p. 84) : « l’historien de l’art est un voyageur dans l’espace et dans le temps, dont le mérite devrait être d’en donner le goût aux autres ».



Citer ce billet
chmc2 (2021, 15 décembre). Réception de « André Chastel, portrait d’un historien de l’art…. » : premiers aperçus. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrp5

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search