Hommage à mon professeur

Par Marion Denizot,
Professeure en études théâtrales (université de Rennes 2, UR 3208 « Arts : pratiques et poétiques »)
Le 8 février 2022, dans le cadre de la rencontre organisée en hommage à Robert Abirached  Portrait de l’artiste en directeur

 

Madame la ministre, monsieur le ministre, chères toutes et chers tous, amis et proches de Robert Abirached.
Je suis tout à la fois émue, fière et impressionnée de partager aujourd’hui et avec vous cet hommage à Robert Abirached.

Je crois avoir été sa dernière étudiante inscrite en thèse ; parmi ses multiples vies professionnelles, c’est tout d’abord à celle de professeur en études théâtrales que je souhaite rendre hommage.

En effet, Robert Abirached a œuvré au déploiement et à la reconnaissance de la discipline des études théâtrales, dont on peut retracer la genèse d’une part à l’université de la Sorbonne et d’autre part au CNRS [1]. Alors jeune assistant à la Sorbonne, il est appelé en 1969 par l’université de Caen pour remplacer Jean-Yves Tadié en littérature française, mais aussi pour ouvrir un nouvel Institut d’Études Théâtrales, créé l’année suivante.

Après l’écriture et les représentations, au Théâtre national de l’Odéon en 1973, de sa pièce Tu connais la musique ? [2], interprétée par Claude Evrad et Philippe Avron, dans une mise en scène de Dominique Houdart et des décors et costumes de Yannis Kokkos, il s’enferme pour rédiger son doctorat d’État qui lui permet d’accéder au professorat, toujours à Caen. La soutenance a lieu en 1974 et La crise du personnage dans le théâtre moderne paraît en 1978 [3]. Dans la continuité de ses travaux sur des auteurs modernes – il publie en 1973 un volume consacré à Jean Vauthier [4] – Robert Abirached explore les effets de figuration et de défiguration qui marquent le théâtre moderne, en articulant textes et représentations, théories et pratiques scéniques. Preuve de son importance, La Crise du personnage dans le théâtre moderne fait désormais partie du bagage de tous les étudiants en études théâtrales, mais il est également l’objet de multiples prolongements théoriques [5].

Si son engagement à la direction du théâtre et des spectacles suspend ses travaux de recherche mais aussi sa carrière littéraire, ce qu’il regrettait, Robert Abirached renoue avec la fonction universitaire en 1988, en intégrant le département des études théâtrales de l’université de Nanterre, en plein essor. Fort de son expérience politico-administrative, nourri par ces innombrables rencontres avec des artistes, des élus ou des professionnels de la culture, il ouvre les études théâtrales à un nouveau champ : celui des politiques culturelles.

Il est vrai qu’il reconnaissait lui-même ne pas « rester sur les choses » ; estimant qu’il avait dit ce qu’il avait à dire sur les dramaturgies modernes – je vous cite ici les propos qu’il tenait lors d’un entretien qu’il m’avait accordé en 2007 –, il se consacre désormais à retracer l’histoire de la décentralisation dramatique. Quatre volumes sont publiés chez Actes Sud, entre 1992 et 1995 [6]. Il revient également dans des essais plus personnels [7] sur l’intervention récente de l’État, mobilisant son expérience de directeur du théâtre et des spectacles.

C’est à cette période, que jeune étudiante en sciences politiques, intéressée par l’intervention de l’État en matière théâtrale, j’intègre son séminaire et le sollicite pour accompagner mes premiers travaux de recherche. Dépouillant les comptes rendus des débats parlementaires des années 1950, la figure de Jeanne Laurent m’apparaît comme un sujet de réflexion pertinent pour comprendre les enjeux de l’institutionnalisation ; son évocation soulève Robert Abirached d’enthousiasme. Ce dernier m’accompagne avec passion dans l’exploration de la mise en place d’une politique théâtrale au sortir de la Seconde Guerre mondiale, reposant sur la notion de service public pour la culture [8]. Directeur de thèse bienveillant, il aura à cœur de suivre le parcours professionnel de ses étudiants, comme en témoigne le nombre important de préfaces qu’il a offert avec générosité.

À ses côtés, je me familiarise avec les réquisits des études théâtrales – et notamment ce rapport permanent entre les formes et les contextes, l’art et la cité, qu’il a si bien exploré dans le volume sur Le Théâtre français du XXe siècle [9] – mais je saisis surtout comment l’héritage de Jeanne Laurent se déploie, à travers une attention extrême aux artistes et à la fragilité de leur condition, mais aussi une vigilante attention au partage des œuvres à destination du plus grand nombre et à l’éducation artistique et culturelle.

Si Jeanne Laurent a pu être célébrée lors de son décès en 1989 comme la « mère de la décentralisation », Robert Abirached se considérait sans doute comme son héritier, mais sans le revendiquer, ni même le sous-entendre – il est vrai que nous avions vis-à-vis de Jeanne Laurent la posture nécessairement distante du chercheur à son objet.

Il n’était certes pas dupe que les positions exposées par Jeanne Laurent, en particulier sa défense de la troupe permanente, étaient rendues caduques par les évolutions du travail artistique et des conditions de production, mais il souhaitait lui redonner une place et une légitimité dans l’histoire des politiques théâtrales, elle qui avait tant souffert de ne pas être rappelée par André Malraux. Sa décision, en août 1981, de transmettre la « lettre ouverte » qu’elle avait rédigée à l’intention du nouveau ministre de la Culture, a permis d’ouvrir un chantier de réflexion sur l’avenir de la décentralisation et a marqué un nouvel élan en faveur de ce mouvement commencé modestement en 1946 par la création du Centre Dramatique de l’Est.

En ce 18 juillet 2021, quelques jours après l’annonce de la disparition de Robert Abirached, alors que la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon présente « Jeanne 81 », montage d’archives à partir des réponses des directeurs de centres dramatiques, sa mémoire accompagne la soirée, les passages de témoin s’imposant avec évidence. Chacun reconnait dans l’action de Robert Abirached l’esprit de celle de Jeanne Laurent – dans un contexte socio-culturel fort différent, et avec une personnalité totalement dissemblable, mais avec le même engagement, la même ferveur et la même exigence et sans doute également une méthode proche : le dialogue, la conviction et le pragmatisme – ce sur quoi il insistait d’ailleurs dans sa récente contribution à la Revue d’histoire du théâtre sur les enjeux du service public[10].

Je ne peux finir ce témoignage sans quelques paroles plus personnelles. Nous sommes nombreux à avoir en mémoire ses prises de parole fougueuses, parfois éruptives, à l’occasion de colloques ou de journées d’études. Inviter Robert Abirached à un événement scientifique était le gage d’une stimulation intellectuelle nourrie par des propos sincères, lucides et enthousiastes. Nous n’étions pas à l’abri de déclarations véhémentes, qui pouvaient aussi se retourner contre d’autres invités, sans que, parfois, la mauvaise foi ne soit pas loin. Il valait mieux dans ces situations ne pas être l’objet de ses foudres.

Mais ces colères – pour ceux qui le connaissait et qui bénéficiait de sa confiance – ne traduisaient que son appétit pour la vie – qu’elle soit intellectuelle mais aussi plus terrestre. Les rendez-vous que nous avions dans son bureau au rez-de-chaussée de son immeuble – et j’éprouve aujourd’hui le regret de ne pas avoir pris le temps de transformer les heures d’entretien qu’il m’avait accordées en livre, comme j’en avais le projet initial – bref, ces rendez-vous de travail se terminaient souvent dans un restaurant chinois au bas de la rue, où la conversation filait sur la famille, les enfants, les prochaines vacances ou le monde tel qu’il va.

Robert Abirached a contribué au rayonnement de la discipline des études théâtrales, en l’ouvrant aux enjeux socio-politiques ; il a marqué nos parcours de jeunes chercheurs.

Nous lui devons beaucoup.

Je lui dois beaucoup.

 

[1] Voir Catherine Brun, Jeanyves Guérin, Marie-Madeleine Mervant-Roux (dir.), Genèses des études théâtrales en France (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le Spectaculaire », 2019.
[2] Robert Abirached, Tu connais la musique? Stock, 1971.
[3] Robert Abirached, La Crise du personnage dans le théâtre moderne, Grasset, 1978 et Gallimard, coll. « TEL », 1994.
[4] Robert Abirached, Jean Vauthier, coll. « Théâtre de tout temps », Seghers, 1973.
[5] Voir par exemple, Jean-Pierre Ryngaert et Julie Sermon, Le personnage théâtral contemporain : décomposition, recomposition, Éditions théâtrales, 2006.
[6] Robert Abirached (dir.), La Décentralisation théâtrale. t. 1 : Le Premier Âge, 1945-1958, Actes Sud Papiers, 1992 et 2005 ; t. 2 : Les Années Malraux, 1959-1968, Actes Sud Papiers, 1993 et 2005 ; t. 3 : 1968, le tournant, Actes Sud Papiers, 1994 et 2005 ; t. 4 : Le Temps des incertitudes, 1969-1981, Actes Sud Papiers, 1995 et 2006.
[7] Robert Abirached, Le Théâtre et le Prince, repris sous le titre de : t. 1 : L’Embellie (1981-1992) (Plon, 1992, et Actes Sud, 2005) et t. 2 : Un système fatigué (1993-2004), Actes Sud, 2005.
[8] Marion Denizot, Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public pour la culture. 1946-1952, préface de Robert Abirached, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 2005.
[9] Robert Abirached (dir.), Le Théâtre français du  XXe siècle, L’Avant-scène éditeur, 2011.
[10] Robert Abirached, « Théâtre, service public : genèse d’une notion fluctuante », Revue d’histoire du théâtre, dossier « Service publics/intérêts privés. La longue querelle de la scène française, XVIIIe-XXIe siècle », dirigé par Emmanuel Wallon et Fujii Shintaro, n°292, janv.-mars 2022, p. 8-13.

 

[programme de la soirée en hommage à Robert Abirached]



Citer ce billet
chmc2 (2022, 20 mars). Hommage à mon professeur. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrpf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search