[Séminaire] Les cinquante premières années du Centre Georges-Pompidou : bilans et perspectives (2022/2023)

Appel à communication N° 1

 Le Centre Georges Pompidou a été inauguré le 31 janvier 1977. En 2027, soit un demi-siècle plus tard, est programmée la réouverture du Centre, à l’issue de plusieurs années de travaux. À cette occasion l’institution s’est engagée dans une réflexion au long cours sur ses objectifs et ses moyens. Le Comité d’histoire du ministère de la Culture a décidé de développer corrélativement un retour sur expérience en ouvrant en son sein un nouveau séminaire, à partir de la rentrée d’automne 2022. Il s’adressera en priorité à des chercheurs se rattachant aux sciences humaines et sociales : histoire – dont histoire de l’art -, sciences politiques, anthropologie, sociologie, …

La première année se structurera autour de six séances d’une demi-journée, dans les locaux du ministère et dans ceux du Centre Pompidou. La forme standard des séances se composera de deux communications (durée moyenne : quarante-cinq minutes chacune), suivies d’une discussion, puis d’un entretien avec un acteur ou témoin. Les communications feront l’objet d’une publication en ligne sur le carnet de recherche du Comité d’histoire (https://chmcc.hypotheses.org/).

Le présent appel à communication s’adresse, pour la première année, à des chercheurs confirmés (docteurs et au-delà). Des appels spécifiques, pouvant inclure des chercheurs débutants (étudiants en Master, doctorants…), sont envisageables les années suivantes.

Thématiques

La liste reste ouverte des approches -disciplinaires ou transdisciplinaires- qui pourront être adoptées au long de ces années. Telles :

 1) Urbanisme, architecture, aménagement :
Le Centre Pompidou s’est d’abord imposé au public comme bâtiment, s’inscrivant dans un contexte urbain déterminé. Ses partis-pris ont fait l’objet d’abondants commentaires. Les uns comme les autres ont déjà suscité des analyses, qui doivent être reprises ou poursuivies. Le projet de Georges Pompidou de renaissance du rôle de Paris comme place internationale des arts contemporains méritera examen, de même que l’évolution, sur la longue durée, à la fois des espaces intérieurs et du quartier environnant.

2) Droit et politiques publiques :
La création du « Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou » et son histoire soulèvent un certain nombre de questions juridiques intéressantes : en particulier l’originalité de l’institution dans le paysage des autres musées, du point de vue de la structure juridique et des règles qui lui sont applicables. L’analyse du décret instituant le Centre est de ce point de vue éclairante et il serait important de revenir à sa genèse, en particulier pour regarder de plus près le mode sur lequel les prérogatives et missions de l’établissement ont été pensées. En l’occurrence, c’est une des rares institutions dans lesquelles le président « peut exercer au nom de l’État le droit de préemption sur les œuvres présentées en ventes publiques susceptibles d’entrer dans les collections du centre » et il pourrait être opportun d’appréhender la façon dont a été mobilisé au cours de ces 50 années ce ressort régalien. Plus généralement, le thème des modes d’enrichissement est évidemment central, incluant également les opérations de donation. Le thème de la circulation des œuvres au niveau national et surtout international, peu pris en charge dans la loi de 2002, est aussi important. Une autre thématique pourrait être explorée qui concerne les relations avec les auteurs et artistes. Le fait que l’institution conserve des collections « représentatives de la production artistique et de la création architecturale et industrielle depuis le début du XXe siècle » met au contact sur un mode particulier l’univers de la création (avec le cortège des droits de l’auteur) et celui du patrimoine (avec les impératifs de restauration et de conservation) et la combinatoire de ces deux séries d’intérêts est parfois complexe à ordonner. Il pourrait être intéressant de partir d’études de cas. Le matériau des relations contractuelles serait une source précieuse. Enfin, la question des archives de la création peut aussi nourrir une réflexion d’ordre juridique.

3) Déclinaisons régionale et internationale :
Un retour sur l’histoire la plus récente du Centre (les quinze dernières années) ne peut manquer d’évoquer le développement en région et à l’international, qui a mobilisé la gouvernance, le gouvernement, les collectivités et les États partenaires, les choix opérés en faveur d’une antenne en région, les choix des antennes du Centre à l’international et les conséquences, notamment juridiques, de ces choix.

4) Histoire culturelle, histoire de l’art :
Les choix originaux du Centre portent témoignage des conceptions contemporaines en matière de statut des arts dans la société, de dialogue (ou pas) entre les arts, de la place de la recherche par rapport à la création, de démocratisation culturelle ou de démocratie culturelle. Là aussi il importera de distinguer les discours (favorables ou hostiles) des politiques menées concrètement sur le terrain. Le rôle pionnier du Centre sur un certain nombre de formes d’action culturelle (exemples : le statut de la « Parole ») méritera d’être interrogé. D’ores et déjà il paraît clair qu’il a été en permanence un lieu d’expérimentation expositionnaire (collections permanentes, expositions temporaires). L’histoire de l’art aura son mot à dire sur le rôle du Centre dans l’évolution de la création contemporaine et sur la place qui, à côté des arts plastiques, est revenue, dès le début ou progressivement, à la musique, à l’audio-visuel, aux arts de la scène, …

 5) Sociologie des personnels et des publics, anthropologie des pratiques :
Enquêtes et témoignages s’attacheront à revenir sur les trajectoires des acteurs du Centre, sur la sociologie des publics (le pluriel s’impose ici plus que jamais), les modes d’appropriation prévus et imprévus des espaces (la BPI, la Piazza…). Au XXIe siècle, le Centre, comme toute institution, est confronté à l’émergence de publics nouveaux attachés à des problématiques liées au genre, à la diversité culturelle, à la concurrence mémorielle, à l’écologie.

6) Le contexte financier : spécificités du Centre en ce domaine :
Le Centre est concerné – comme les autres structures – par les questions liées à ses modes de financement, à la place accordée au mécénat, dans un contexte international, économique et sanitaire variable.

7) Évolution des modes de communication :
Virtualisation croissante des contenus et de la mise en exposition (sur internet, sur les réseaux sociaux).

8) La coopération entre les départements du Centre, avec les entités associées (IRCAM, BPI) :
Les propositions communes, les liens et les intersections.

9) Le CGP, lieu d’accueil privilégié des philosophes :
Place éminente des philosophes qui concourent aux activités du Centre.  Rôle de Michel de Certeau au sein du CCI et de la revue Traverses fondée par François Barré. L’exposition du CCI, « Les Immatériaux », dont l’un des deux commissaires fut J.-F. Lyotard. On peut s’interroger sur la façon dont le CGP peut être un objet philosophique.

10) Retour sur des personnalités qui ont marqué le CGP :
Chez les présidents : Jean Maheu qui vient de disparaître, Dominique Bozo ; chez les directeurs de départements : Pontus Hulten ; chez les initiateurs du projet : Blaise Gautier, fondateur de la « Revue parlée », etc.

11) Liste ouverte des fonds d’archives :
La collaboration entre le Comité d’histoire et le Centre Pompidou permettra un accès privilégié des chercheurs aux archives et ressources documentaires de l’institution.

Les autres fonds qui pourraient être sollicités :

  • Les fonds de l’IMEC. Par exemple :mot- clé, Beaubourg 
  • Le fonds Pierre Bourdieu : mis à disposition des chercheurs à partir du 1er février 2022, par le GED du Campus Condorcet.
  • Les fonds des archives des assemblées parlementaires : Les rapports préalables et les débats parlementaires : les débats et les lois portant création du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.
  • Les archives des émissions des chaînes parlementaires, celles de l’INA, sur les polémiques, la perception du CGP.

 

Modalités de réponse à l’appel à communication

 Avant le 1er juin 2022, délai de rigueur :
 Les propositions de communication (3000 signes, espaces compris), présentant notamment la méthode utilisée, la périodisation et les matériaux mobilisés sont à envoyer, accompagnées d’un C.V. et d’une présentation de l’auteur(e), à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr
Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus à la même adresse.

Les propositions seront soumises au comité scientifique.
Les réponses seront communiquées au plus tard le 15 juillet 2022.

 

 [Programme]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search