La conception de la BPI, une anticipation remarquable

Par Martine Poulain,
conservatrice générale des bibliothèques honoraire, ancienne responsable du service des Études et de la recherche de la BPI

 

Le fondateur de la BPI, Jean-Pierre Seguin (1920-2014), avait eu cette formule aussi limpide que paradoxale pour l’époque :

La BPI devait être « une bibliothèque universitaire pour des non universitaires »[1].

Or, dans les années 1970, les bibliothèques publiques commençaient juste leur mutation vers une politique et une offre plus affirmées, les bibliothèques universitaires étaient encore fort sous-développées et la Bibliothèque nationale loin d’avoir entamé la mue radicale mise en œuvre vingt ans plus tard.

Cette formule, qui semblait prendre pour modèle ces bibliothèques universitaires alors en plein marasme, ne pouvait que prendre de front les « modernistes » de la lecture publique. Or, les principes de constitution des collections et modalités de l’offre mis en œuvre par Jean-Pierre Seguin dès les premières années de la préparation de la BPI ont constitué une anticipation remarquable de ce que sont/veulent être les bibliothèques aujourd’hui.

Ces grands principes étaient les suivants :

1- L’abondance, la qualité, la complétude de l’offre documentaire, traitant de tous les domaines des connaissances et de la création, soit 200 000 documents à l’ouverture (aujourd’hui 400 000). Une offre qui devait être constamment tenue à jour, comme en témoignait aussi la Salle d’actualité au rez-de-chaussée du Centre, qui, avant sa fermeture, recevait quotidiennement autant de personnes que le Musée national d’art moderne…

2- L’ouverture à tous les supports de la connaissance, et notamment au son, à l’image, puis à l’audiovisuel, un projet de laboratoire de langues, etc.

3- Un accent mis sur la notion d’information, du renseignement pratique, déjà souhaitée par le bibliothécaire Eugène Morel au début du siècle, d’où le titre de la bibliothèque.

4- De larges horaires d’ouverture, une fréquentation et des collections en accès libre aux publics, sans carte de lecteur, sans déclinaison d’identité, sans passage obligé par une médiation, favorisant la liberté des usages ; grâce aussi à des catalogues qui connaissent alors les tout débuts d’« automatisation » et devaient soutenir des publics dans leur nouvelle autonomie.

Si ces grandes orientations ont été très tôt définies puis mises en place avec constance, la fondation de la BPI, comme tout grand projet, n’a évidemment en rien été un long fleuve tranquille. Du coté institutionnel, une tension forte avec le premier directeur du Centre Pompidou, opposé à la présence de cette bibliothèque, compensé par le soutien essentiel de Madame Claude Pompidou et du ministère de l’Éducation nationale, pendant que la Bibliothèque nationale, dont la BPI devait presque être une filiale, prenait ses distances ; bien sûr, et comme toujours, des personnels et budgets insuffisants ; une informatique encore dans les limbes. Et quelques interrogations : il fut ainsi un temps envisagé de pratiquer le prêt, éventuellement en collaboration avec la Ville de Paris, de magasins clos pour certains documents. Mais les principes fondateurs de cette nouvelle bibliothèque, son utopie, ici sommairement rappelés, ont toujours fait l’unanimité des successives équipes de personnels.

46 ans plus tard, aujourd’hui presque jour pour jour, ces principes sont toujours ceux de la BPI, adaptés et complétés, notamment par les effets de la révolution technologique et numérique. On ne peut qu’être profondément admiratif de la vision qu’un homme, issu de la lecture savante, puisqu’en poste à la Bibliothèque nationale lorsqu’il est sollicité pour diriger le projet, a réussi à définir et à développer un projet phare de la lecture publique, alliant ouverture et liberté totale offerte aux publics et exigence intellectuelle quant à la qualité des documents offerts.

« Une bibliothèque universitaire pour les non universitaires » : un pari osé à cette époque. Rappelons qu’en ces années post-soixante-huitardes, une telle formule aurait pu être suspectée d’élitisme. Les sociologues, au premier rang desquels Pierre Bourdieu, démontraient et démontaient les mécanismes de domination culturelle et symbolique. L’émancipation était alors recherchée dans la contestation des savoirs davantage que dans leur assimilation.  La démocratisation de l’accès devenait une exigence majeure des politiques des politiques publiques. Les professions culturelles alors en constitution ont parfois espéré d’une adaptation, ou tout au moins d’une négociation, avec les supposés « goûts des publics » un accroissement de la fréquentation de ces institutions culturelles… C’est un pari différent qu’a fait Jean Pierre Seguin et la fréquentation époustouflante de la BPI depuis 46 ans par des publics heureux de « tout trouver » et de se perdre dans l’immensité des savoirs offerts lui a amplement donné raison.

[1]. Jean-Pierre Seguin, Comment est née la BPI, éd BPI, 1987, https://books.openedition.org/bibpompidou/1902

 

[Sommaire]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc2 (6 mars 2023). La conception de la BPI, une anticipation remarquable. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrq5


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search