La bibliothèque d’étude, le souci du public et la vie des savoirs

par Joëlle Le Marec,
professeure au Muséum national d’histoire naturelle, Laboratoire PALOC

 

Avant tout je remercie bien sûr Martine Poulain, Michel Melot, Muriel Amar, et je pense comme bien d’autres à Françoise Gaudet, qui a dirigé le service Études et Recherches (SER) de la BPI. Elle est ici, présente, elle maintient une éthique, une amitié, une intelligence partagées, qui font une des singularités remarquables de cette institution. Je m’appuierai notamment sur un ouvrage dans lequel j’ai développé certaines des idées présentées ici[1].

Je vais donc commencer par exposer le lien avec la BPI comme lieu de recherche et comme lieu d’insertion de la recherche dans un espace structuré par le respect et l’importance des savoirs. Je reviendrai ensuite sur la vie des institutions de service public aujourd’hui, dans un contexte de crise environnementale majeure qui exige la fermeture du capitalisme destructeur, exigence par rapport à laquelle la bibliothèque est un lieu exceptionnellement inspirant et précieux.

J’ai besoin avant tout de partager ce que me fait la demande de parler de la BPI, tant cet endroit est, et continue d’être, celui qui dispense de parler en son propre nom, celui qui permet tout au contraire, en toute légitimité, pour un temps au moins, de se laisser enseigner et traverser par mille voix d’égale importance, anonymes souvent.

Ce sont les voix des auteurs mis tous à égalité par ordre alphabétique sur l’étagère. Ce sont celles des lecteurs, ou plutôt des étudieurs, installés et traités à égalité à côté des auteurs, qui tous assument le projet de dire ou faire quelque chose à partir de ce que d’autres ont écrit pour autrui, et qui chuchotent, parlent, et notamment répondent aux enquêteurs.

Ce sont les voix de toutes celles et tous ceux qui s’occupent des ouvrages et des lecteurs, et qui assument de multiples médiations, souvent discrètes et secrètes.

Nous avons toutes et tous en tête l’ambiance de la bibliothèque, particulièrement la BPI, qui n’est jamais silencieuse mais où chacun se contient, s’empêche, se tait le plus possible, et qui n’est jamais immobile mais où chaque geste, chaque déplacement, chaque action, chaque interaction avec des objets, participe d’une relance de l’attention et de l’intensité collectives, sans qu’aucune figure ne soit érigée en autorité qui ordonnerait les importances et les mérites. Les fondateurs et les acteurs contemporains des bibliothèques et de ses savoirs sont ainsi relativement peu connus. Ce séminaire permet de les entendre, ce qui est rare.

Une partie des savoirs de la bibliothèque, ce qu’on y connaît, commence par ce dont on fait l’expérience, que l’on soit public ou chercheur, et qui rend possible ce qui se réalise ailleurs (comme préparer un concours ou un examen, mais aussi apprendre des langues, se former à des spécialités pour changer ou trouver un métier, transformer sa vie, etc.). Dans les études récentes que j’ai pu effectuer auprès des publics de la BPI, et des publics du Haut de Jardin de la BnF, on fait l’expérience, à la bibliothèque, de mener dans la durée des projets exigeants qu’on se sentirait incapable de mener ailleurs, des projets qui, la plupart du temps, trouvent leur accomplissement dehors, après quoi la bibliothèque est tout naturellement oubliée. Ces projets de transformation de soi y sont en effet non seulement légitimes, mais tout à fait normaux, en contraste parfois dramatique avec le régime de l’urgence et la constante concurrence et mise en défaut qui sont vécus « dehors » comme étant normaux. Ce qui est important, c’est donc que personne ne remercie la BPI ni aucune bibliothèque, et que la bibliothèque n’enregistre et ne s’approprie absolument rien de ce qu’elle rend possible. Il n’y en a pas besoin. Cela semble évident mais c’est quand même miraculeux dans un contexte de valorisation de tout ce qu’il est possible de valoriser, et dans tant d’endroits culturels, de qualification des relations avec les publics, notamment précaires, comme destinataires d’une offre qui les constitue non comme des habitants de droit, mais comme des bénéficiaires de quelque chose qui est concédé par des pouvoirs et qui pourrait être retiré. Ne pas remercier la bibliothèque, c’est en faire partie et la garder en soi comme un commun auquel on participe.

Cela fait apparaître à quel point la valeur des pratiques et savoirs de la BPI tient à ce y va de soi, à ce qui y disparait dans une banalité consentie de part et d’autre : un consensus sur le caractère effectivement public, de part en part, de cette institution, ce qui est très certainement le ressort de la sécurité et de la confiance qui s’y éprouvent et qui sont nécessaires pour entretenir un lien vital, extraordinaire, entre valeur des savoirs et société décente.

La bibliothèque est en effet un lieu sûr, qui permet de faire l’expérience d’un lien direct et continu entre des états éprouvés en compagnie d’autrui (sécurité et légitimité, mais aussi anxiété, intensité, fatigue), et qui active de multiples pratiques de savoirs dont les enjeux sont sérieux, essentiels : ils permettent de vivre, de vivre ensemble, de transformer sa vie.   

De ce point de vue, c’est une vision pragmatiste au plan social et sémiotique qui rend bien compte des pratiques de connaissances développées dans et autour de la BPI. On peut faire ici référence à Dewey qui traite de concepts absolument centraux dans la connaissance de la bibliothèque : l’expérience, l’enquête, le public. 

Sous cet angle, la BPI ressemble moins à un espace public dans son mode d’existence médiatique tel que l’a analysé Eliseo Veron dont la mémoire est attachée à la BPI, qu’à un milieu de vie, une forêt, dans un sens moins métaphorique qu’il n’y paraît. Par exemple, la qualité des silences et des immobilités pratiquées, la densité des temps et des durées qui s’y concentrent, les interdépendances secrètes vécues jour après jour, mettent au défi des approches trop centrées sur la recherche d’observables, de déclarations, trop centrées sur les discours et les représentations.

C’est à la BPI que j’ai commencé à vouloir réellement être chercheuse dans un sens qui n’avait plus grand-chose à voir avec la vision scientiste que je m’en faisais après mes premières études en sciences. C’est dans le passage, physique, entre les plateaux de lecture et les bureaux paysagers du service Études et Recherches où j’ai eu la chance de rencontrer en 1989 Jean-François Barbier Bouvet, Martine Poulain et Anne Kupiec, que quelque chose s’est réalisé, et densifié : voir le public à l’œuvre, mais aussi voir à l’œuvre des chercheurs et des bibliothécaires, sur un même plateau, sur un même plan. C’est également dans ce passage que quelque chose s’est dessiné : l’énigme de la forme institutionnelle vivante, du public non comme ensemble d’usagers mais comme condition, comme manière de participer.

Cette expérience a également eu des prolongements directs puisque j’ai pu par la suite poursuivre les échanges et des travaux avec l’équipe du service études et recherche (Agnès Camus, François Gaudet, Christophe Evans, Muriel Amar), mener des recherches à la BPI et dans bien d’autres lieux de savoirs, dont des bibliothèques, des musées, des laboratoires, etc. C’est en ayant en tête le service études et recherches que j’ai développé à la Cité des Sciences en début de carrière, une petite équipe d’études muséologiques au sein de la direction des expositions, et que j’ai ensuite développé une pratique d’enquête continue auprès des publics, puis plus tard, des alliances entre institutions culturelles et instances de recherche.

Un des directeurs d’exposition de la Cité des Sciences, Pierre Saliot, découvrant les études, avait évoqué l’importance d’une activité d’entretien d’une culture des publics et des pratiques muséales, contre une fonction d’évaluation de la performance en décalage avec les enjeux réellement éprouvés par les professionnels et par les visiteurs. Je suis donc témoin du fait que la BPI a inspiré des créations ailleurs, puisque la forme du service des études et de la recherche a été si inspirante. Ces créations sont hélas très fragiles quand on prend la mesure de l’évolution des habitudes de délégation de la relation au public à des prestataires, et de la commande d’études à des prestataires qui appliquent des protocoles inadaptés à la relation entre les publics et leurs institutions.

C’est pourquoi je vois dans la possibilité et la nécessité de parler de la BPI aujourd’hui une occasion de partager une question, une préoccupation importante : comment se fait-il que la BPI, la bibliothèque qu’elle réalise et entretient depuis plusieurs décennies, forme à la fois si simple et si riche et vivante, structurée par un commun respect de savoirs multiples et de ce qu’ils rendent possible, soit encore menacée aujourd’hui, soit même plus que jamais menacée, par l’idée qu’elle ne suffirait pas, ou bien qu’elle ne serait peut-être pas indispensable telle qu’elle est, ou encore qu’elle devrait ou pourrait servir à autres choses qu’aux pratiques qui s’y sont ancrées et qui y naissent et grandissent depuis 50 ans ?

La question est la même que celle qui est posée aux consultants, gestionnaires, aménagistes qui voient toujours dans des milieux de vie riches et vulnérables la possibilité d’y construire autre chose qui menace directement ces milieux.

De ce point de vue, la BPI est très singulière, par sa radicalité politique et culturelle originelle, mais elle est aussi un lieu essentiel pour apprécier du point de vue de ses publics la valeur du système des bibliothèques, et celle du système des institutions de service public.

Elle participe en effet de la vie de toutes ces institutions d’intérêt général et de service public qui permettent de se transformer, de se réparer, individuellement et collectivement, par des savoirs. Or les savoirs, leurs définitions et leurs institutions, sont actuellement sur une ligne de crête difficile. D’un côté, ils sont menacés, par des logiques scientistes qui tirent leur légitimité du respect des savoirs mais qui détruisent ceux-ci. On pense ici aux modélisations de la vie sociale qui, même invalidées, se perpétuent dans des outils d’ingénierie très chers, destinés à gérer et optimiser des fonctionnements sociaux. Mais d’un autre côté, on assiste à un tournant important : dans de très nombreux travaux, en études de sciences et sciences sociales, les savoirs multiples apparaissent essentiels dans toutes les logiques de soin, entretien, réparation, ajustement, basées sur une attention soutenue, vitale, à autrui et au milieu. La perspective du care (je souhaite ici citer Sandra Laugier), les courants pragmatistes, les études environnementales, l’anthropologie, font place à de très nombreux savoirs qui ne consistent ni à produire ni à innover, mais à maintenir et entretenir des liens et des milieux complexes.

Or, la Bpi change très concrètement depuis 50 ans le destin de très nombreux lecteurs et étudieurs, ainsi que de nombreux professionnels et chercheurs. Elle est de ce fait un lieu d’attachements, qui rend sensible, manifeste, quotidienne, collective, une vie des savoirs, de leur valeur, individuellement et collectivement, et cela dans la durée, à une échelle qui n’est pas du tout négligeable.

C’est pourquoi elle est à la fois un espace modèle et un milieu de vie, d’une actualité saisissante, tant y importent l’entretien des mille sociabilités et intimités structurées par le souci d’autrui, le principe d’égalité, la confiance, la valeur d’une pluralité de savoirs.

Elle est d’une actualité saisissante car elle est restée relativement indifférente aux injonctions à une modernisation si possible spectaculaire, ce qui fait qu’aujourd’hui, au moment où il apparaît que nous n’avons jamais été modernes pour reprendre le titre d’un ouvrage important de Bruno Latour, elle est un milieu bien conservé, entretenu et transformé et ajusté quotidiennement depuis des décennies, inspirant pour se projeter dans des avenirs décents, comme ces forêts restées à l’écart des pratiques d’optimisation d’une sylviculture aujourd’hui destructrice, et qui de ce fait s’avèrent extrêmement précieuses.

Elle est peut-être devenue un espace utopique à un plus haut degré que lors de sa création, puisqu’elle a derrière elle 50 ans d’épreuves et d’expériences multiples qui font descendre l’utopie dans le terreau de ce qui est ordinaire.

Il faut d’ailleurs signaler ici que, du point de vue de ses habitants, les publics, il n’y a absolument pas lieu d’imaginer des modernisations, ce qui est un résultat que l’on retrouve dans les enquêtes auprès du public des musées, et qui malheureusement n’est jamais assez pris au sérieux. Car assurer la protection et l’entretien de ce qui fonctionne bien n’intéresse pas, dans une logique de développement et de production qui est trop souvent celle qui inspire une idée des savoirs hantée par la référence à l’expertise et l’ingénierie.

Il faut donc évoquer ce contexte contemporain depuis lequel on discute aujourd’hui : la crise climatique, l’effondrement du vivant et des ressources, les menaces politiques. C’est plus qu’une crise car il n’y a plus aucune possibilité sérieuse de « gérer », anticiper, contrôler avec la perspective d’un retour à un état normal[2]. Ce contexte oblige à partager des éléments de réflexion sur l’histoire du Centre Pompidou et de la BPI, au regard de la nécessité de contribuer à l’effort de redirection, en faisant confiance essentiellement à ce qui fonctionne, et surtout pas à un « solutionnisme » gestionnaire et technique, condamné, qui fait partie du problème.

Ce contexte rétro-éclaire l’expérience du Centre et de la BPI et ses usages et significations actuelles, telles qu’on peut les étudier auprès des publics et des personnes qui travaillent à la BPI.

Imaginons qu’elle n’existe pas encore. Un tel équipement pourrait d’ailleurs ne pas même être considéré comme un projet envisageable. Mais s’il l’était, s’il était mis en œuvre aujourd’hui, il résulterait nécessairement, encore et toujours, de la volonté de faire quelque chose pour aider à vivre et construire collectivement un monde plus ouvert, plus riche, dans un sens non seulement culturel mais aussi politique et écologique si on considère que le politique n’est plus situé dans une sphère professionnelle gestionnaire, mais dans toutes les pratiques ordinaires situées, à la suite des travaux des chercheuses Sandra Laugier et Sandra Harding.

La BPI existant bel et bien, comme milieu effectivement pratiqué, depuis des décennies, on doit partir de cet état de fait : il ne faut plus la considérer comme un projet, un instrument, un dispositif dont on pourrait disposer à sa guise, que l’on pourrait fermer ou transformer, ou bien comme une forme, qui se « lirait » et s’interpréterait depuis les positions de pouvoir, hors expérience de ce qui s’y éprouve et s’y vit. Je vais ici reprendre l’idée d’animisme politique proposée par Diego Landivar, et qui s’applique un peu à la BPI : la responsabilité de ce que l’on crée ou de ce que l’on supprime oblige à s’engager dans les effets de ce que l’on décide : par exemple, comment cela peut affecter la vie d’autrui.

De fait, la BPI a réussi et réussit encore et toujours à n’être appropriée par personne, et à être le lieu du scrupule. On s’y s’installe, parfois longtemps, on s’y transforme et on contribue par sa manière d’être à ce qui s’y passe. Le public fait partie de tous ceux qui travaillent à l’entretien et aux ajustements qui font la BPI, non seulement sur les bases professionnelles et fonctionnelles que sont l’entretien d’un équipement (les fluides, les ouvrages, les tables et chaises, etc.) mais aussi l’entretien conjoint de toutes les conditions qui en font un lieu accueillant pour étudier, se concentrer, se transformer (mille micro ajustements et gestes des bibliothécaires, des agents, des lecteurs, des passants).

De ce point de vue : les enquêtes à la BnF et à la BPI auprès des lecteurs ont consisté à s’éloigner (explorer et suivre les cadres dans lesquelles elle évolue, pratiques de lectures, cultures numériques, etc.) ou à se rapprocher sans cesse, de ce qui se passe et y prêter attention dans la durée, grâce notamment à une structure interne comme le service études et recherches  : c’est le seul moyen de voir, comme on étudierait un milieu par des traces d’activités multiples mais furtives, des pratiques discrètes et multiples inspirées par le scrupule et le soin du commun, même si bien sûr il y a des effractions, des vols, des entorses, etc.

En outre, il y a amplification et réversibilité de ce que produit ce côté « libre accès » qui, au départ, bénéficie aux usages des ressources par les lecteurs. Ce n’est pas le seul libre accès aux ouvrages et service qui porte les potentialités d’une vie sociale et culturelle structurée par des savoirs mais le libre accès à ce qu’on peut apprendre de ce qui s’y fait, de ce qu’on y observe, de ce à quoi on participe.

C’est un lieu public où sont rendus disponibles pour des observateurs de la vie sociale des phénomènes qui sinon pourraient ne pas être intégrés à la connaissance générale de la vie sociale.

C’est aussi un lieu où s’expérimentent et s’éprouvent des savoirs qui vivent indépendamment des pouvoirs : on l’a dit, égalité et légitimité des présences, minoration volontaire et auto-empêchement, confiance dans la robustesse de ces fonctionnements et, par conséquent, conscience ici d’une réalité politique et sociale présentée comme une illusion ailleurs.

C’est donc un lieu public d’enquêtes multiples où toutes et tous sont observateurs de tout et tous. On y est public, producteur et observateur, qu’on soit visiteur lecteur, bibliothécaire ou chercheur.

Il s’y produit donc, dans la durée, un savoir réellement partagé et collectif qui incarne et ancre empiriquement l’ambition démocratique fondatrice, mais au bénéfice de multiples régimes de savoirs : ils peuvent porter la contradiction les uns des autres mais sont pourtant interdépendants, dans un rapport d’altérité nécessaire (classifications relevant d’une pure rationalité discursive, esprit encyclopédique, critique, quêtes et pratiques hors normes, savoirs situés, etc. Par exemple, les lecteurs qui produisent des méthodes de langues portant la critique de celles grâce auxquelles ils se sont formés, ou le migrant qui s’inscrit en master cinéma après avoir passé du temps à visionner des films à la BnF, ou bien encore les lecteurs qui s’imprègnent, verbalisent, soutiennent l’expérience démocratique de la jeunesse studieuse et pratiquant l’entraide, etc.)

La BPI est donc un espace social cohérent où s’éprouvent et se pratiquent des régimes de savoirs à la fois très différents et très construits, intensivement investis : les savoirs qui organisent les fonds bien sûr, classés et gérés par des spécialistes : les visiteurs sont sensibles à la dimension encyclopédique et savante à la fois (perception des transformations mais confiance dans le fait que l’ensemble est maintenu vivant). Les démarches de savoirs dans lesquels sont investis les lecteurs : études, concours, reconversion, apprentissages spécifiques, passions pour des thèmes ou des mondes de spécialités, dont des spécialités qui sont à l’opposé de la rationalité scientifique qui organise la possibilité d’avoir accès à des ouvrages la contestant frontalement.

Les savoirs sociaux multiples qui organisent les pratiques d’études, les sociabilités, les temporalités, les formes de production et qui relient la bibliothèque à mille espaces de pratiques extérieurs, avec une spécificité relevée dans les enquêtes : le contraste entre ce qui importe au-dedans et ce qui importe au-dehors, le contraste entre le respect pour les démarches d’étude et les exigences dedans, et l’injonction à la performance et à la compétitivité, au mensonge et aux rapports d’influence, le vécu très inégalitaire des précarités et des menaces dehors.

 

La BPI est donc d’une part, un lieu entièrement structuré dans son fonctionnement quotidien en salle, par des enjeux relatifs à la valeur des savoirs et surtout le respect d’une pluralité de régimes de savoirs qui coexistent. Cette perspective est issue essentiellement d’enquêtes auprès de lecteurs mais aussi d’échanges nombreux avec les membres du SER et des bibliothécaires, à la BPI et à la BnF tant on retrouve des éléments proches au Haut de Jardin.

Mais il me semble, d’autre part, que la fragilité structurelle de la BPI est aussi matière à réflexion pour penser la fragilité structurelle des institutions de service public et des milieux de vie : ce qui y marche est  localisé ici, ne sert pas de modèle pour des fonctionnements à d’autres échelles, et ce qui y marche tient justement à la fragilité de ce qui dépend non de pouvoir mais de la confiance. Ainsi, les lecteurs bénéficiaires de la conception égalitaire peuvent tout à fait travailler à des projets qui produiront exactement l’inverse. Des chercheurs qui y bénéficient du don confiant et permanent de temps, de réflexion, de participation à une cause commune, peuvent tout à fait travailler une fois dehors à des projets qui vont nuire à celles et ceux qui ont rendu possible son propre travail.

 

[1] Joëlle Le Marec, Essai sur la bibliothèque, volonté de savoir et monde commun. 2021, Lyon, presses de l’Enssib.
[2] Voir Alexandre Monnin, Diego Landivar, Emmanuel Bonnet, Héritage et fermeture : une écologie du démantèlement. 2021, Bruxelles, Divergences.

 

[Sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2023, 6 mars). La bibliothèque d’étude, le souci du public et la vie des savoirs. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrq6

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search