11 décembre 1969 : lancement du projet du Centre Georges-Pompidou

Par David Fouqueray,
chargé d’études documentaires, Comité d’histoire du ministère de la Culture

 

Georges Pompidou ©J.-J.Weber Wikimedia Commons

Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel comme on a cherché à en créer aux États-Unis avec un succès jusqu’ici inégalé, qui soit à la fois un musée et un centre de création où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. Le musée ne peut être que d’art moderne, puisque nous avons le Louvre. La création, évidemment, serait moderne et évoluerait sans cesse. La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui du même coup seraient mis en contact avec les arts. (Déclaration de Georges Pompidou sur l’art et l’architecture au journal Le Monde, 17 octobre 1972)


Lors d’un conseil des ministres restreint le 11 décembre 1969, le président Georges Pompidou, élu depuis un moins d’an, grand amateur d’art, décide d’édifier sur le plateau Beaubourg un musée d’art contemporain afin de préserver pour la France un statut de place majeure de l’art contemporain à l’échelle mondiale, et de lancer pour la première fois sur le territoire national, un concours international d’architecture pour la réalisation du nouvel équipement culturel.

La lettre du 15 décembre 1969 du Président Pompidou à Edmond Michelet, ministre des affaires culturelles, donne les précisions de ce programme au sujet duquel apparaît déjà l’idée d’un grand centre culturel pluridisciplinaire :

L’ensemble architectural devra non seulement comprendre un vaste musée de peinture et de sculpture, mais des installations spéciales pour la musique, le disque, éventuellement le cinéma et la recherche théâtrale. Il serait souhaitable qu’il puisse comprendre une bibliothèque, à tout le moins une bibliothèque regroupant tous les ouvrages consacrés aux arts et à leur évolution plus récente.

Pas moins de 681 projets issus de 49 pays différents sont examinés par le jury dont celui de l’équipe anglo-italienne de Renzo Piano, 34 ans, Richard Rogers, 38 ans et Gianfranco Franchini, 33 ans, désignés lauréats du concours en juillet 1971. Les travaux pour la construction du Centre Beaubourg commencent en mai 1972. Comme le précise le Centre dans son dossier l’épopée du chantier, la préparation du terrain est le début d’un chantier monumental au cœur de Paris qui durera cinq années. Le nouveau président de la République, Valéry Giscard d’Estaing qui succède à Georges Pompidou décédé en 1974, décide de poursuivre le projet. La loi n° 75-1 du 3 janvier 1975 porte ainsi création du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou (CNAC-GP) qui est inauguré le 31 janvier 1977. Pour cette première année, Beaubourg accueille plus de 7 millions de visiteurs.

Le plateau Beaubourg au début des années 1970 ©Photo D.R

Le Figaro, 20 novembre 1970

 

L’excavation du plateau Beaubourg en 1972 ©CGP

 

Le règlement du concours architectural mentionne l’obligation de conjoindre en un même lieu le livre, les arts plastiques, l’architecture, la musique, le cinéma et la création industrielle. De même, les thèmes de la transparence, de la circulation, ou encore l’idée d’un espace désacralisé jouèrent un rôle majeur dans le choix du projet de Renzo Piano et Richard Rogers.

[…] Si le projet lauréat frappe par sa simplicité, qui contraste avec d’autres recherches bien plus complexes, cette simplicité n’est pas simplisme. Elle n’est qu’apparente. On méconnaîtrait donc les intentions du jury si l’on pensait que son choix, obtenu dès le premier tour de scrutin, s’explique non par la force d’une conviction, mais par une préférence accordée, en désespoir de cause, à une simplicité rassurante, choisie par résignation (extrait du rapport du jury, 1971)

 

 

 

Dessin du premier projet de Renzo Piano et Richard Rogers, 1971 ©Renzo Piano et Richard Rogers/CGP

 

Maquette du projet définitif, façade ouest. Renzo Piano et Richard Rogers, 1973 © Renzo Piano et Richard Rogers/CGP

 

Note du Président Pompidou adressée à Monsieur Domerg, le 15 janvier 1974

 

 

 

©AdobeStock

En janvier 1974, le président Georges Pompidou exprime sa déception lors de la présentation d’une maquette à dominante blanche du futur centre culturel. Un comité d’artistes, dont sont membres Victor Vasarely et Jean Dewasne (peintre et théoricien de l’abstraction géométrique de l’après-guerre), se constitue à sa demande ayant pour mission de lui apporter de la couleur. Ce dernier réunit les architectes et les responsables du Centre dans son atelier du Marais qui est orné des couleurs vives avec ces tuyaux peints de couleurs pures et ses Antisculptures polychromes. Les architectes sont subjugués et abandonnent aussitôt la dominante blanche initialement prévue. Dès lors, une évidence semble s’imposer à tous : le Centre Pompidou sera coloré ! Le code couleur de l’industrie est appliqué et les conduites sont colorées pour indiquer leur fonction :  celles pour la climatisation sont bleues, les tuyaux d’eau sont verts, les lignes électriques sont jaunes, les ascenseurs sont rouges et les canalisations blanches pour les gaines de ventilation.

Ainsi Beaubourg est devenu ma plus grande Antisculpture ! (Jean Dewasne)


La conception du projet

Vue du chantier après le montage de deux travées ©CGP

Un bâtiment institutionnel pour la culture provoque une sorte d’intimidation pour les gens. Là, le choix avait été plutôt celui de faire un bâtiment différent, une sorte de machine, un outil vis-à-vis duquel les gens puissent avoir un sentiment de curiosité. On nous a dit très souvent que nous étions en train de construire un hypermarché et la chose m’avait toujours plu, car personne n’a peur d’aller dans un hypermarché ! Renzo Piano, architecte lauréat, in Pompidou inédit, une aventure culturelle, Antenne 2, archive INA, 22/04/1987

Le président Pompidou nous a regardés un peu perplexe, mais il a immédiatement accepté la décision du jury, et ensuite pendant toute la durée du projet. Et pas seulement dans un souci d’équité, mais aussi parce qu’il en a tout de suite compris le sens. « Ça va faire hurler », dit-il. Richard Rogers, architecte lauréat, in Centre Pompidou, Piano + Rogers, éd. Fondazione Renzo Piano, 2017

Ce bâtiment nous apparaît comme marquant une étape dans la construction actuelle, c’était pour nous essentiel. Nous nous sommes trouvés devant 680 projets approximativement et nous nous sommes découverts très vite allergiques au grand geste architectural. La simplicité nous a attirés. Nous espérons que ce bâtiment sera le témoin de son époque, d’ailleurs les auteurs sont jeunes, c’est important et cela nous a beaucoup plu. Jean Prouvé, président du jury international pour le concours du Centre Georges-Pompidou, in JT 20H, Le plateau Beaubourg, archive INA, 19/07/1971


Un dialogue entre les arts ou l’ambition d’une machine fédératrice

Nous avons tout lieu de croire que Beaubourg doit permettre de redonner à la France un rôle important en matière de création. Quoi qu’il en soit, le Centre répond à l’un des besoins fréquemment exprimés par les créateurs, celui de la communication entre disciplines […] La créativité qui s’exprime dans une seule discipline est souvent condamnée à l’appauvrissement ou à l’ésotérisme. La rencontre non seulement entre créateurs mais aussi entre disciplines différentes est, en revanche, source d’enrichissements multiples. Le Centre sera un instrument ‘polytechnique’ au service des créateurs. A Beaubourg, un peintre, un sculpteur, un poète, un designer, pourront, s’ils le désirent, réaliser des œuvres en ayant recours à des techniques modernes : l’audiovisuel et l’informatique. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’un des maîtres-mots du projet : la souplesse. La mobilité, à Beaubourg, est avant tout un état d’esprit… Claude Mollard, ancien secrétaire général du Centre Georges-Pompidou, in L’Enjeu du Centre Georges-Pompidou, UGE, 1976

Au moment où le XXe siècle s’achève sur des entreprises trop souvent matérielles, rentables, quantifiées, mesurées, un tel Centre culturel est au contraire l’affirmation de la foi de notre génération dans des actes désintéressés et généreux : la grandeur du Président Pompidou fut de la vouloir. Au risque de pécher par manque de modestie, je crois qu’une telle réalisation est exemplaire, car elle atteste de la capacité de création et d’enthousiasme de notre société”, Robert Bordaz, délégué pour la réalisation du Centre Georges-Pompidou, cité in Claude Mollard, L’Enjeu du Centre Georges-Pompidou, UGE, 1976

Présentation du futur Centre Beaubourg (INA, 16/10/1974, 8’35’’)
https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf91019821/magazine-plateau-de-beaubourg

(avec les interventions de Michel Guy, Robert Bordaz, Pontus Hulten, Blaise Gautier, Brigitte Marger, Jean-Paul Seguin, François Mathey, Germain Viatte)

Une naissance tourmentée

Réactions enthousiastes ou rejets épidermiques, l’œuvre de Renzo Piano et Richard Rogers comme le projet lui-même suscitent d’âpres controverses l’année de son inauguration. Florilège.

Le Monde, 1er février 1977

Quelques slogans aux choix : Beaubourg, c’est le rêve éveillé d’un technocrate du contrôle et de la communication verni par l’alibi artistique. Beaubourg, c’est le prototype de la société de demain, celle de la sécurité totale de la communication à sens unique, omniprésente, autorégulatrice. Beaubourg, une grande baraque plus ou moins incontrôlable, soumise aux pressions multiples et contradictoires de l’État, des oppositions, du commerce culturel, de l’avant-garde. Beaubourg, dernier paquebot d’une culture officielle à la dérive… Antoine Lefebure, essayiste, in Le Figaro, 01/02/1977

Ce qui est séduisant dans ce Centre c’est qu’il propose une nouvelle alliance, une réconciliation entre le symbolique et le fonctionnel ; le symbolique du passé puisque les architectes se sont sûrement souvenus de ces gravures de Piranèse à la Renaissance italienne. Symbole de notre époque aussi – on dit la raffinerie – mais c’est justement une chance que l’on puisse voir se refléter la vie contemporaine dans des formes aujourd’hui, que l’on ne fasse plus de la reconstitution historique ou du Viollet-le-Duc dans les musées. Et puis, il y a un aspect nouveau, c’est ce défi donné à un quartier ancien, un espace de greffe nouvelle avec ce musée. Défi également parce que c’est la conception du musée stock, du musée accumulation qui va être combattue. On va avoir un lieu d’échanges et de fluidité ; fluidité de population, fluidité d’œuvres, fluidité de tendances et d’idées. Ce que l’on peut espérer, c’est que cela devienne un forum et un lieu d’échanges, de circulations et aussi peut-être, de polémiques et de combats. Jean-Marie Benoist, écrivain, philosophe, in Le centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, TF1, archive INA, 25/01/1977

Tout est consommé depuis quelques semaines. Il y a désormais, ancrée profondément dans Paris entre la rue Beaubourg et la rue Saint-Martin, une espèce de bateau-lavoir ou de raffinerie pétrolière, dont les tuyères, les cheminées, les passerelles, les tubulures peintes en bleu, en rouge, en caca d’oie, écrasent de leur volume les Halles et le Marais et font la nique à Notre-Dame. Dominique Jamet, écrivain et journaliste, in L’Aurore, 26/09/1976

La géométrie de Beaubourg respire, l’abstraction extrême est comme soluble dans l’air. Un lierre vit autour du rectangle de verre. Beaubourg est châssis de reflets, texte aux ratures claires. D’innombrables branchies conduisent les souffles de l’esprit à travers les compartiments internes. Compartiments ! Alvéoles mobiles plutôt… Pas de cloisons, nul écran à Beaubourg, les salles voyagent, les bureaux glissent, les expositions dérivent et pivotent d’une zone à l’autre. Une fluidité d’atmosphère. Beaubourg est une grande haleine immobile sertie de fines mâchoires d’acier. Toutes ces météorologies internes de Beaubourg. Patrick Grainville, écrivain, in Les Nouvelles Littéraires, 27/01-03/02/1977

Beaubourg est pour la première fois à l’échelle de la culture ce que l’hypermarché est à l’échelle de la marchandise. Jean Baudrillard, sociologue et philosophe, in L‘Effet Beaubourg : implosion et dissuasion, éd. Galilée, 1977

La triste situation de la culture française n’est un secret pour personne. Voilà longtemps déjà que – malgré l’Opéra, ses théâtres et ses concerts – Paris n’était plus cette capitale des lettres et des arts qu’elle a été pendant des siècles et que Londres, puis New-York lui avaient ravi ses lauriers. Pour la première fois depuis des années, un événement culturel aux dimensions internationales se situe enfin à Paris. Nous nous bouchons trop souvent les yeux sur nos échecs, ne nous les bouchons pas sur nos succès : discuté, contesté, acclamé par les uns, vomi par les autres, le Centre Georges-Pompidou constitue une date dans l’histoire culturelle de notre pays et peut-être du monde […] Jean d’Ormesson, écrivain et journaliste, in Le Figaro, 01/02/1977

Que deviennent les Parisiens dans cette affaire ? Certes, ils pourront venir à Beaubourg, attirés par les tuyaux, le clinquant et les gadgets, par curiosité aussi. Mais s’y retrouveront-ils ? Est-ce de cela que les Parisiens ont besoin ? Je pose la question en tant que citoyen et responsable politique qui constate l’énormité des sommes et des moyens mis en œuvre […]. Beaubourg est la traduction d’un rêve et l’expression d’une politique. Georges Sarre, conseiller de Paris, in Le Monde, 06/01/1977

[…] Est-ce un morceau du France, qu’on a écorcé comme une langouste et qui a perdu ici la salle de ses machines ? Est-ce une raffinerie destinée à récupérer les boues de la Seine pour en faire de l’essence ? Est-ce une niveleuse qui va se mettre en marche et percer des autoroutes à travers les quartiers ? Est-ce une presse géante à moulinettes ? Est-ce un silo à betteraves-distillerie-sucrerie, un moule à pétroliers, un aspirateur des fumées de Paris, une centrale fonctionnant à l’eau de pluie ? Bien entendu, on sait de quoi il s’agit, mais on cherche des analogies, on en trouve cent, et on s’aperçoit qu’elles ont toutes un point commun : le saugrenu. Et quand on a ôté les comparaisons, c’est tout ce qui reste. Ce serait une très belle perceuse d’autoroute, une superbe centrale pluvieuse, une surprenante fabrique de morceaux de sucre, ce n’est qu’un hangar saugrenu. Car ce monument du siècle n’est rien d’autre qu’un hangar, ou plutôt plusieurs hangars superposés et reliés par des tuyaux. Il a fallu beaucoup de génie pour rendre laide avec autant de complications, une chose aussi simple qu’un hangar. Car, après le choc et les comparaisons, vient le temps de la réflexion, qui aboutit à cette conclusion : “Dieu que c’est laid” René Barjavel, écrivain et journaliste, in Le Journal du Dimanche, 30/01/1977

Le Monde, 21 janvier 1977

La lumière entre partout sans être contrôlée. Nous n’avons pas envie de regarder les choses à l’intérieur mais l’extérieur. Ce bâtiment spectaculaire est comme une pièce d’art, comme une sculpture extraordinaire qui serait bien pour une gare ou un aéroport, mais pas pour un musée. Fernando Botero, peintre et sculpteur, in Le centre national d’art et de culture Georges Pompidou, TF1, archive INA, 25/01/1977

Est-il beau, est-il laid ? Il n’est ni beau ni laid, il a d’autres mérites. Celui de réunir dans une nasse, un filet aux mailles très souples, des fonctions très diverses et s’appuyant l’une sur l’autre. Celui d’être parfaitement original. Celui encore de s’intégrer, de manière inattendue, hétérodoxe mais très efficace, à son environnement (…). Beaubourg est un coup de force, un viol, une sorte de King-Kong architectural, un aérolithe déposé au cœur du vieux Paris (qu’il a d’ailleurs contribué à sauver). Pourtant il ne pèse pas sur le quartier, il le met même en valeur comme une grosse bête bienveillante, attentive à ses petits. André Fermigier, historien de l’art, in Le Monde, 18/01/1977

* * *

Une histoire du Centre Pompidou ? L’utopie est-elle finie ? Mieux. Elle est passée dans les faits : culture pour le plus grand nombre, passion de la modernité, entrée dans le réseau des grandes institutions culturelles. La fabrique du Centre, ce furent des rapports tumultueux entre l’art et la politique. Une règle de fonctionnement s’imposa : que la culture se fasse événement. Mais ce bâtiment surprenant abrite aussi des collections et des savoirs-faire. Le Centre Pompidou a la culture de l’actuel et de l’accueil des publics : une culture aujourd’hui à l’échelle de la planète. (Bernadette Dufrêne, Centre Pompidou : Trente ans d’histoire. 1977-2007, éd. Centre Pompidou, 2007)

_____________________

Pour aller plus loin : 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc2 (20 mars 2023). 11 décembre 1969 : lancement du projet du Centre Georges-Pompidou. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrq7


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search