Chercheur de liberté : hommage à Michel Fontès


par Jean-Pierre Saez, le 10 mai 2023

Michel Fontès. DR

Défenseur particulièrement ardent du service public de la culture, serviteur émérite de l’État, fervent avocat de la décentralisation culturelle, militant passionné de la démocratie et du partage culturel, Michel Fontès s’en est allé.

Il y a une expérience fondatrice dans la vie de Michel Fontès qui permet de comprendre son caractère et la personne qu’il fut. C’est la Résistance. Non pas qu’il fut assez grand pour y participer activement durant la Seconde Guerre mondiale. Mais il était déjà assez mûr, du fait des circonstances, du haut de ses sept ou huit ans, pour comprendre que ses parents avaient pris le parti de la Résistance, et que cette cause valait qu’ils risquent leur vie. Au fond, toute sa vie durant, Michel est demeuré fidèle à cette idée. Jusqu’à la fin, il voulut être à la hauteur de l’engagement existentiel de son père et de sa mère. Voici donc le mot qui définit le mieux Michel : Résistant, c’est-à-dire chercheur de liberté, résistant à l’ordre trop bien établi, à la fatalité des inégalités sociales, à tout ce qui abîme une certaine idée de la liberté en démocratie même. C’est ainsi que pour Michel la liberté ne peut s’affranchir de la démocratie et de la République, de même que la République prend tout son sens parce qu’elle protège les libertés. Démocrate et républicain jusqu’au bout des ongles, Michel cultivait aussi un socle de valeurs libertaires. C’est sans doute à travers cette équation qu’il faut comprendre son engagement au PSU, la grande expérience politique dans laquelle le jeune étudiant toulousain se lança avec enthousiasme dès la fondation de ce mouvement politique novateur à gauche en 1960, tandis que le PCF demeurait enferré dans ses errements d’un autre âge et que la SFIO se délitait dans son incapacité à produire un projet politique réformateur.

Forcément, l’idée de justice faisait partie des valeurs fondamentales auxquelles Michel se référait. C’est cette quête de justice, de justice sociale en particulier, qui explique un autre de ses engagements, le syndicalisme, tant dans le monde étudiant avec l’UNEF du début des années soixante que dans la vie professionnelle quelque temps plus tard.

On dit que la vie est faite de hasard et de nécessité. Est-ce le hasard qui conduisit Michel à devenir contrôleur puis inspecteur du Trésor public au ministère des Finances ? Au regard de la suite de son parcours culturel, sous lequel Michel est plus connu, ou pourrait le croire. Toutefois, si l’on considère certaines des qualités qui faisaient aussi sa réputation, sa rigueur, son souci d’exactitude, son exigence intellectuelle, sa probité, peut-être faut-il alors penser que le hasard n’est pour rien dans cette histoire où chaque brique de vie a servi à étayer l’autre.

La culture a certes toujours occupé une place éminente dans la formation de Michel jusque-là, mais voici que se présentait l’opportunité de faire de la culture de quoi remplir sa vie et lui donner un nouveau sens, voire tout son sens. À l’arrivée de Jack Lang au ministère de la Culture, la toute nouvelle direction de la musique et de la danse placée sous l’autorité de Maurice Fleuret avait besoin d’un responsable administratif capable de tenir le gouvernail d’un navire qui se mit à doubler de tonnage d’une année à l’autre, et ce n’était qu’un début ! Depuis ce poste, Michel accompagna la croissance des services du ministère en région, les toutes jeunes DRAC, en vue d’équiper le territoire de nouveaux outils de création et de diffusion artistique et culturelle. Michel fut aussi à la manœuvre pour que la folle idée de fête de la musique enflamme le pays pour la première fois le 21 juin 1982. Comme il était tout sauf sectaire, il ne fut pas pour rien non plus pour que s’engage un processus de reconnaissance de la diversité des formes musicales dans les politiques culturelles, des musiques classiques aux musiques actuelles notamment.

Il y eut une autre vie après la vie parisienne. Et quelle vie ! Celle d’un routard au long cours des politiques culturelles territoriales. Pendant de longues années, Michel embrassa la carrière de directeur régional des affaires culturelles en région Centre, en Pays de la Loire, en Languedoc Roussillon et en Île de France. Au cours de ce bail quatre fois renouvelé, Michel engrangea un immense capital de reconnaissance auprès de ses interlocutrices et interlocuteurs de terrain, artistes, professionnels, élus, responsables associatifs. Cette reconnaissance s’exprime amplement aujourd’hui encore à travers les messages de sympathie suscités par sa disparition. Toutes celles et tous ceux qui eurent alors l’occasion de le rencontrer convergent dans leurs témoignages pour souligner les qualités d’écoute et d’attention, le souci de mettre en œuvre tous les moyens pour accompagner au mieux le développement culturel territorial, le rôle protecteur de ce grand DRAC. Beaucoup évoquent aussi son courage. Il n’en manqua pas dans sa vie personnelle pour affirmer sa singularité ou pour affronter la maladie, toujours dans la plus grande discrétion. Dans ses fonctions, la force morale qui l’animait imposait le respect. C’est ainsi qu’il n’hésita pas à mettre en danger sa place pour défendre ses convictions, pour ne pas céder aux pressions d’un puissant potentat local et national, dans cette région où coule le plus long fleuve de France… C’est dans un territoire voisin qu’il veilla avec tact à contenir les ardeurs de son ministre préféré, jamais avare de projets et d’ambitions, mais trop peu penché sur les additions budgétaires selon l’ancien inspecteur du Trésor. Voici de nouvelles situations où « Fontès » eut l’occasion de Résister, avec un R majuscule, sans exagérer.

Cependant, que faire d’une expérience aussi riche, aussi originale, aussi exceptionnelle quand vint l’heure de la retraite ? Franchement, la question n’embarrassa pas Michel un instant. Déjà présent dans les instances de l’Observatoire des politiques culturelle en qualité de représentant de l’État, il accepta avec ferveur de prendre la présidence du conseil d’administration de ce laboratoire de la décentralisation au moment où René Rizzardo me passa le flambeau de la direction en 2002. Ce fut pour moi une chance inouïe de l’avoir à mes côtés durant une quinzaine d’années. Michel a donné de sa personne dans plusieurs engagements associatifs. Lorsqu’on les observe attentivement, il ressort quelque chose que je n’avais pas vraiment remarqué jusqu’ici : une sorte de cohérence entre ses différentes responsabilités, de telle manière que chacune d’elle assurait une complémentarité avec les autres. Si Michel assuma la présidence de la Maison du Geste et de l’Image à Paris, c’est parce que l’éducation artistique et culturelle constituait selon lui le b.a.-ba d’une politique culturelle réellement démocratique, d’une politique culturelle qui se donnerait les moyens de dépasser les inégalités d’origine, en favorisant la participation à la vie artistique et culturelle de tous les enfants, tous les jeunes, à partir de l’école et en dehors de ce cadre, mais d’abord à partir des établissements d’enseignement scolaire, puisque tout le monde fréquente l’école, quel que soit son milieu social et que c’est la meilleure base pour impliquer des enfants dans des pratiques artistiques et culturelles et leur offrir ainsi d’autres chemins de réussite et de réalisation de soi.

Michel eut aussi un coup de cœur pour la Casa Musicale de Perpignan. Ce choix n’était pas anodin. Il s’agissait pour lui de s’engager en faveur de la diversité musicale parce que toutes les musiques d’ici et d’ailleurs sont légitimes et doivent trouver leur place dans les politiques culturelles publiques. Quant à l’Opéra de Lyon, Michel fut un temps le trésorier de l’association qui en porte le projet. C’était sa façon de militer pour tenter de sortir par le haut de l’opposition stérile entre culture dite d’élite et culture populaire, parce que toute forme de musique a vocation à être populaire et ne saurait être l’apanage d’une minorité de privilégiés, même si le combat pour changer les représentations et les pratiques concernant l’opéra reste titanesque. Sauf qu’il suffit de constater que des jeunes venus d’horizons culturels très éloignés de ce genre peuvent être séduits instantanément par l’opéra pour peu que soient créées les conditions de leur participation.

Enfin, je ne serai complet si je ne disais pas que l’Observatoire des politiques culturelles a beaucoup compté dans la vie de Michel. Ici, il avait l’occasion de retrouver un aréopage de chercheurs, d’artistes, d’intellectuels, de professionnels, d’administrateurs, d’élus pour discuter avec gourmandise des enjeux artistiques et culturels aussi bien que des enjeux de société et de politiques publiques. L’OPC était pour Michel le lieu où l’on tentait de comprendre les tendances qui traversent le monde d’aujourd’hui de l’échelle la plus locale à l’échelle mondiale, de mesurer les chances et les contraintes du système des politiques culturelles dans ce contexte, d’envisager des pistes d’avenir pour mieux accorder démocratie et culture. Le menu des discussions était ambitieux. C’est ce qui plaisait à Michel. En 2017, au bout de ses forces, il dut quitter la maison Observatoire avec regret, mais rassuré aussi que Jean-Louis Bonnin et Anita Weber prennent son relais.

Peut-on tout de même évoquer aussi la gourmandise gastronomique de Michel ici ? Je me souviens des dîners de l’Observatoire. Les administrateurs les plus éloignés de Grenoble arrivaient généralement la veille de l’Assemblée générale. C’est que la décentralisation culturelle se mérite ! Ces moments conviviaux avaient une importance bien plus grande qu’il n’y paraissait, non seulement parce qu’ils permettaient de préparer les travaux du lendemain, mais parce qu’ils étaient l’occasion de joutes oratoires parfois homériques, qui pouvaient révéler des véritables différences d’appréciation sur les questions culturelles en débat, mais toujours dans la bonne humeur. Par ailleurs (je ne suis pas certain que cette tournure stylistique soit appropriée car elle semble placer au second plan ce qui va suivre…), pour Michel, une belle discussion méritait une bonne table et devait être arrosée d’un bon vin, dont il conservait le privilège du choix, seul caprice que je lui connaissais… De ces échanges toujours très vivants, il me revient l’inoubliable musique de l’accent chantonnant de Michel. Si je devais dessiner cet accent, je le représenterais sous la forme d’une partition musicale où les notes composeraient de petites collines agrémentées d’un ou deux pics, à l’image de son Tarn natal. Dire que Michel dans ces moments de pure amitié était toujours de bonne foi, qu’il ne pratiquait pas quelques en-avant – formellement prohibés sur les terrains de rugby -, ne serait pas conforme à la vérité. Pour rire, il savait aussi être injuste. Mais, à l’heure des grandes décisions, il ne se dérobait jamais à ses responsabilités et savait décider avec discernement et de la manière la plus sage.

J’évoque de façon allégorique une figure interdite au rugby – l’en-avant – parce que Michel nourrissait une grande passion pour ce sport qui s’accordait merveilleusement avec sa personnalité et qu’il pratiqua intensément dans ses années étudiantes. Voilà un sport qui réclame en effet beaucoup d’abnégation, qui impose de jouer collectif plus que tout autre, qui incarne tellement bien l’esprit de résistance, d’autant qu’au rugby, ce sont les passes vers l’arrière qui permettent d’aller de l’avant. Ainsi, contrairement à un présupposé, résister ne veut pas dire que l’on se cantonne à une posture défensive. L’éthique de résistance propre au rugby ne peut qu’être offensive à la fin. C’est pourquoi elle correspondait si bien à l’état d’esprit qui a animé Michel dans tous ses combats, en particulier celui en faveur du partage culturel.

Comment pourrais-je ne pas dire la dette que j’ai envers cet homme au moment de son départ ? J’avoue bien volontiers avoir eu beaucoup de chance de pouvoir compter sur Michel à chaque fois que les circonstances l’exigeaient. Je me souviens de son exigence, de sa bienveillance, de son indéfectible loyauté autant que de sa solidarité à toute épreuve, de sa pertinence dans l’analyse des situations, de sa profonde humanité et de son infinie pudeur, de son autorité et de sa gentillesse, de ses fragilités enfouies. Je n’oublie pas non plus ses légendaires exagérations qui donnait tout son charme à ce personnage si chaleureux et si charismatique. Avoir bénéficié de sa confiance fut un cadeau royal et un trésor que je garde en mémoire pour toujours. Michel fut pour moi cet ami, un ami fraternel comme la vie vous en offre rarement.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc2 (17 mai 2023). Chercheur de liberté : hommage à Michel Fontès. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrqf


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search