Politiques du multiculturalisme : le débat français

Introduction générale au cycle par Malcolm Théoleyre, doctorant à Sciences Po

Podu multi visuelnetDans le monde entier, le phénomène multiculturel est posé comme un des enjeux fondamentaux auxquels les démocraties modernes doivent faire face. Il induit des interrogations sur la viabilité de la culture démocratique face à la diversification des valeurs. Au-delà du questionnement en termes culturels, la non reconnaissance de l’existence d’identités minoritaires a pu provoquer des processus de fragmentation et de hiérarchisation sociales, allant jusqu’à induire la marginalisation de certains groupes culturels.

Dès lors, la traduction politique du processus de diversification culturelle est conçue par certains comme la voie d’accès à une société plus démocratique. Pour d’autres, en revanche, le « multiculturalisme », qui créerait ou renforcerait les particularismes, causerait d’une part, la désagrégation de l’idéal universaliste des démocraties contemporaines, d’autre part, l’affaiblissement de l’État nation.

L’approche habituelle de la question souffre parfois d’un manque de précision : la culture est appréciée en termes très généraux et affectée à des catégories restrictives et imperméables. Or, si des ensembles culturels peuvent être identifiés, leurs frontières ne sont ni définies, ni définitives. Culture française, culture arabe, culture jeune ne sont-elles pas des tiroirs ouverts dans lesquels les individus peuvent puiser librement, constituant des identités mouvantes et hybrides ? Le passage de nations ethniques à des nations pluralistes, multiethniques et multiculturelles n’est-il pas rendu nécessaire par le développement de phénomènes transnationaux ? La thématique multiculturaliste peut-elle conduire à une vision plus apaisée et plus flexible de la citoyenneté ?

Cette thématique est traitée par de nombreuses disciplines pour lesquelles le cycle de conférences « Politiques du multiculturalisme » pourrait constituer un temps et un espace de dialogue. L’histoire, bien sûr, qui peut mettre en perspective des problématiques que nous jugeons parfois à tort comme nouvelles ; mais aussi la sociologie, l’anthropologie, les sciences politiques ; ou encore les disciplines artistiques. En organisant la rencontre entre des scientifiques d’horizons divers, d’une part, et des praticiens des mondes culturel, politique ou associatif, d’autre part, nous espérons construire une réflexion qui fera litière des idées reçues et contribuer à la recherche de voies nouvelles pour la République de demain.

[programme et inscriptions]


Vous aimerez aussi...