L’Atelier des Enfants du Centre Georges-Pompidou

Par Danièle Giraudy, historienne de l’art, conservatrice générale honoraire du patrimoine, directrice d’institutions et commissaire d’exposition et fondatrice de l’Atelier des enfants au Centre Georges-Pompidou

 

C’est dans la ruche effervescente de nos premiers bureaux du Boulevard de Sébastopol, entre le « trou des Halles » où Marco Ferreri tournait un western avec Michel Piccoli, et le « trou de Beaubourg » comme on disait alors, que s’inventait ce nouveau Centre. Le Président Pompidou, dont c’est aujourd’hui le 50e anniversaire de la disparition, avait souhaité que l’on réunisse l’art moderne, la musique et les livres dans un lieu ouvert aux rencontres entre les artistes et le public. Tout simplement. Pour la 1e fois, une équipe de programmation devait traduire à nos architectes besoins et souhaits des équipes dites « scientifiques » venues des arts et des lettres. Moins simple. Il m’avait été proposé de rejoindre en 1973 l’équipe de trentenaires qui inventait Beaubourg sous l’autorité d’un président qui avait deux fois leur âge, et de développer l’expérience marseillaise.

En effet, le premier Musée des Enfants que j’avais créé à Marseille en 1967 au Musée Longchamp était né des initiatives américaines déjà actives à la fin du siècle dernier. Il présentait avec mes étudiants de l’École des Beaux- Arts, des œuvres accrochées à la hauteur de ces petits visiteurs plus jeunes que les lycéens habituels, car venus d’écoles maternelles et primaires. On y avait associé le matériel des peintres et des sculpteurs, et imaginé des visites ludiques. Aucun discours pontifiant, comme celui des guides-conférenciers des musées, qui devinrent peu à peu au fil du demi-siècle animateurs, médiateurs, voire « éducateurs tactiles » aux expositions sans objets, interactives et numériques, pour leur nouveau public nourri d’écrans dès l’enfance. Dialogues et jeux facilitaient l’adoption d’un espace moins intimidant grâce au nouveau muséobus découvert près de leur école, voire de leur bidonville éloigné, qui les incitait à cette nouvelle éducation du regard et de la sensibilité que nous imaginions. Le jeune public entrait joyeusement dans ce musée pourtant impressionnant qu’on leur expliquait « être à eux aussi ». Moyens modestes mais succès populaire et médiatique qui nous étonna, plutôt accordé d’habitude aux expositions Bonnard, Klee, Masson, Van Dongen, Max Ernst ou César que nous organisions l’été.

A Paris, avec les conservateurs du Musée national d’art moderne, nous avions été les élèves de leurs anciens directeurs Jean Cassou et Bernard Dorival à l’École du Louvre. Ils étaient alors aux prises avec d’interminables discussions entre Jean Leymarie, leur successeur, et les descendants des artistes entrés dans les collections qui voulaient rester dans le palais de l’avenue du Président Wilson. Plutôt que de retrouver les règles et les rites de la conservation traditionnelle, inventer plus librement un espace nouveau et indépendant, ouvert aux jeunes artistes et au jeune public, y appliquer ce qui m’avait paru essentiel pendant mes huit années d’école d’Art à Nice et à Paris, cette éducation du regard si différente et complémentaire de celle apprise entre l’institut d’Art avec André Chastel et l’École du Louvre, m’attirait davantage.

Conception graphique : Visuel Design Jean Widmer © Centre Georges-Pompidou

Christine van Asche me rejoignit dès la fin de l’année – elle se dirigera plus tard vers le Service audiovisuel. Il nous fut attribué 1000 m2 ouverts sur la Piazza, que j’imaginais sans gardien ni guichet, gratuit sur inscriptions, renouvelé chaque heure et demie comme dans les cinémas. Je remercie le Comité d’Histoire de marquer son intérêt pour ce petit ilot d’inventivité qui n’occupait en façade, sur le coin nord, qu’un pour cent des surfaces du Centre, celui de l’actuelle librairie, mais transparent et ouvert sur la Piazza.

 

Pour l’unique fois de ma vie de conservateur, aucune contrainte budgétaire. Pour la première fois, une séduisante liberté d’inventer un lieu d’un nouveau genre, d’engager et de former une équipe susceptible d’en assurer la gestion et l’animation. On y associait les enfants des écoles du quartier : ils avaient de bonnes idées, rêvaient d’herbe, de nids, de rigoles d’eau courante. Nos architectes, jeunes parents compréhensifs, réussirent à faire couler cette eau sur leur « computer floor » métallique, vite recouvert de gazon artificiel, tout le long du mur de métal émaillé de mes rêves : on pouvait y tremper ses pinceaux avant de peindre et rincer ensuite le mur à l’éponge avant d’accueillir le groupe suivant. Marc Bankowsky tissa en cordages et ficelles de grands nids-hamacs où l’on pouvait grimper et se lover. On décida aussi d’être en chaussettes sur cette herbe où l’on jouait et dessinait assis par terre comme dans sa chambre. Plus de tables ni de chaises comme à l’école. Même le Président Bordaz enlèvera sagement ses chaussures quand il nous rendra visite.

En 1974, les équipes augmentaient et se diversifiaient, l’agence des architectes occupait déjà le site qui prenait de la hauteur, nous devions engager nos animateurs et préparer nos futures activités pour être opérationnels dès l’ouverture du Centre en 1977. Stade de « préfiguration » qui nous installa rue des Franc-Bourgeois, où nous pourrions recevoir nos écoliers. Inspecteur d’académie et instituteurs voisins observaient avec intérêt ces vingt premiers animateurs que j’avais engagés, jeunes artistes peintres, dessinateurs, graveurs, comédiens, cinéastes… venus d’horizon divers qui formèrent l’équipe fondatrice chargée des cinq ateliers : Couleur avec Dorothée Selz, Dessin avec Max-Henri de Larminat, Volume avec Christian Astuguevieille, Audio-visuel avec

 

Couleur

Dessin

Volume

 

Odorat

Vue

Anne-Marie Meissonnier et Expression corporelle avec Christine Herpe. Tous librement associés aux cinq sens : goût avec Boris Tissot et ses biscuits sculptés, odorat, vue, toucher, ouïe.

 

 

 

Inventions collectives de cette éducation sensorielle associée à celle du regard, que vous verrez mieux en action dans le film à venir, réalisé par Fabienne Wiazemsky pour Antenne 2 en 1980[1], dont j’avais écrit le commentaire que suivait le montage. Nous serons une cinquantaine en 1977, prête à ouvrir l’atelier du Centre Pompidou dès l’inauguration.

 

Les mains regardent

Nous avons imaginé ensemble nos animations et les quatre premières expositions de cet alphabet visuel : Vive la couleur en 1975, en trois exemplaires, présentés simultanément à Paris, Bordeaux et Aix, déjà ébauchée à Marseille, Du Point à la ligne, en 1976, consacrée au dessin et au signe, avec des œuvres de Alechinsky, Dotremont, Gilli, Viallat… puis le volume avec Les Mains regardent, présentée au 4e étage du Musée (nous étions alors déjà dans le Centre). Étiquetée en Braille pour les enfants non-voyants, elle était aussi ouverte aux visiteurs aux yeux bandés, qui s’exerçaient à des jeux tactiles variés avant de caresser des sculptures confiées par des artistes enthousiastes (car on ne « touchait » pas aux œuvres des collections) : Berrocal, Calder, César, Claude de Soria, Adzak… Un restaurateur, JP. Ledeur nous offrait les éventuelles restaurations nécessaires. Longue itinérance d’une dizaine d’années en France et jusqu’au Japon, grâce à son concept astucieux transformant les caisses colorées du transport en présentoirs des œuvres (idée de l’architecte Henri Bouilhet). Je la conduisis également aux Jeux Olympiques des Handicapés aux Pays-Bas, qui n’avaient pas alors la couverture médiatique d’aujourd’hui. Cette exposition, avec celle de Dorothée Selz, A travers la couleur, reçurent le Prix européen de l’année décerné à Londres par Kenneth Clarke. Nous le découvririons plus tard, occupées par les urgences du quotidien. Les seules évaluations que nous faisions, et transmettions, concernaient la qualité des échanges avec notre public, notamment dans les séances en milieu scolaire qui suivaient les visites à l’atelier, puis au musée, et le prêt des mallettes de matériel pédagogique.

 

Ces étapes donnaient souvent lieu à la création locale d’activités nouvelles et créaient le premier réseau de cette pédagogie sensorielle que nous mettions en pratique. Enfin Fil de fer et fer blanc, en 1978, s’installait sur la Piazza dans des voitures de chemin de fer qui avaient été tractées à travers tout Paris, créant le lieu d’exposition temporaire hors les murs qui nous permettait de continuer nos activités programmées avec les écoles au sein de l’atelier. Cette exposition de vieilles boites de conserves et autres capsules recyclées dans des pays pauvres, glanées au fil de nos vacances, formait d’extraordinaires leçons de bricolage et d’imagination, rafistolant des déchets en objets utilitaires de toutes sortes, outils, poudreuses, cartables, instruments de musique, jouets, fleurs funéraires… également devenus précieux. Un oiseau de Calder, soigneusement anonyme, fait d’un vieux « Fly-tox », et des acrobates de Roland Roure découpés dans le fer-blanc passèrent inaperçus tant ils appartenaient à la même famille. Je découvris plus tard ces trésors recueillis dans les collections du Mucem, héritier des ATP chers à Georges-Henri Rivière qui nous visitait régulièrement (on lui offrit une Fête du Vent sur le chantier- j’étais son assistante à son cours de Muséologie à l’université Paris IV).

Ainsi se constituaient petit-à-petit nos collections pédagogiques, envoyées en itinérance en France et à l’étranger, se construisait notre réseau d’animateurs, parfois réunis à Paris en colloque ou en stage auprès de nous. Les catalogues qui les accompagnaient étaient destinés aux adultes qui y accueillaient les écoliers. C’est plus tard que Sophie Curtil et Elisabeth Amzalag créèrent l’Art en Jeu, collection destinée aux enfants, éditée par le Centre.

 

Nous avons aussi invité pour de plus courtes périodes d’autres artistes qui entraînaient notre jeune public vers d’autres aventures, Miralda et Xifra, pour saluer sur le chantier, avec les ouvriers, la pose de la dernière gerberette[2], les comédiens sourds-muets du Théâtre du Chaudron, les musiciens Don Cherry et Nana Vasconcelos, le photographe Lucien Clergue, la conteuse Muriel Bloch, les calligraphes Ghana Alani venu de Bagdad et Ung No Lee de Séoul, avec les artisans du Moulin de Papier d’Ambert. Milvia Maglione, qui brodait et jouait avec des chutes de tissus et de passementerie récoltées aux portes de confectionneurs du Marais, resta finalement avec nous… Nous étions fin prêts pour 1977, avec de nouvelles surprises : une marelle musicale devant la porte extérieure, un écran géant de Tony Hill : d’un cri ou d’un clac sonore on incrustait sa silhouette quelques secondes, des écrans phosphorescents de Roland Baladi… Nous étions stimulés les uns par les autres, émerveillés par la richesse des inventions joyeuses des enfants.

 

Construire une ville (Annick et Patrick Poirier)

Grand succès du Forum envahi par le tonitruant Crocrodrome inaugural en ferraille de Tinguely[3], avant d’entrer chez nous, de se mettre en chaussettes, et de se répartir dans les différents ateliers où travaillaient désormais une cinquantaine d’animateurs. Gabriel Cotto nous avait rejoints avec Paul Dopff, étoffant l’atelier audio-visuel de reportage par les modelages que les enfants transformaient en petits films d’animation[4]. J’invitais un jour Anne et Patrick Poirier à construire une ville : il y poussera soudain des maisons différentes pour chaque jour de la semaine, imaginées par leurs très jeunes habitants à les partager uniquement avec leurs grands-mères… alors que d’autres dessinaient avec Max-Henri des paysages-labyrinthes ou avec Dorothée des paysages gourmands en pâte de sucre colorée que l’on pouvait les manger à la fin ; construits à coups de poches à douille, instruments de pâtissier auxquels elle est restée fidèle, ils recouvrirent un jour toute une voiture.

Paysages-labyrinthes

Paysages gourmands

 

En 1981, le Centre Pompidou structurait durablement ses emplois contractualisés, au départ de Pontus Hulten. Je confiais au bout de sept années la gestion de l’atelier à Gaëlle Bernard, les animateurs responsables de leurs activités sensorielles y poursuivraient leurs créations pédagogiques et personnelles, certains les développèrent ailleurs comme Christian Astuguevieille à la Piscine de Roubaix, puis dans l’industrie des parfums et ses sculptures de cordes.

Le musée Picasso d’Antibes devenu vacant, j’étais heureuse de choisir cette nouvelle opportunité et de retrouver le Midi avec mon tout jeune fils Olivier. A Paris, l’atelier évolua, remplacé par la librairie et déplacé vers l’actuelle boutique, puis au-dessus d’elle, devenu Galerie des Enfants. S’ouvrirent ensuite des espaces au sous-sol pour les adolescents, dont s’occupa Boris Tissot, et même la station O2 pour les nourrissons.

A Antibes, après 1981, je créais un Jardin de parfums sur la terrasse du château Grimaldi, étiqueté en Braille, éditais avec la RMN le premier livre illustré en relief et écrit également en Braille, Caresser Picasso, sur un beau papier Canson, celui qu’utilisait Picasso, si doux au toucher. Les mêmes images gaufrées, rapprochées de l’œuvre qu’elles traduisaient en relief, permettaient de suivre dans tous les étages du musée un parcours tactile, étiqueté en Braille, autre innovation, accompagnée d’animations adaptées à ce public particulier.

 

Pour sa collection L’Art en Jeu, consacrée aux artistes du Musée national, en 1987 Sophie Curtil me commanda un petit Picasso-Minotaure – nous conservions à Antibes la tapisserie reproduisant le grand papier collé du musée national d’art moderne, l’un et l’autre offerts à Paris et à Antibes par Marie Cuttoli. Ce petit livre ludique, aux pages coupées en deux bandes horizontales, permettait de jouer avec des têtes et des corps des personnages mythologiques inspirés par l’Acropole d’Antipolis, où le Château Grimaldi fut bien plus tard édifié, quand plus tard encore, Picasso vint y peindre avec Françoise Gilot… Sa donation devint le premier musée français consacré à un artiste de son vivant… Ainsi s’écrit l’histoire. Cet ouvrage fut édité longtemps en français et en anglais, avec succès sur les deux sites.

Je reprenais mes activités plus classiques de conservateur et y créais des expositions sur Picasso, Nicolas de Staël (je pus faire l’acquisition du Grand Concert) ou sur les artistes contemporains, leur commandais toute une série d’hommages à Picasso, innovation administrative qui fit l’objet d’une « inspection » très officielle qui en admit finalement le principe, tout en ouvrant largement le musée aux enfants. Ce sont eux qui y entraînaient bien souvent ensuite leurs parents.

Fête du Vent sur le chantier, avec les enfants et les ouvriers

 

Danièle Giraudy,
Ministère de la Culture, communication du 2 avril 2024 dans le cadre du séminaire “Les 50 premières années du Centre Georges-Pompdou : bilan et perspectives”

 

[1] L’Atelier, réalisation Fabienne Wiazemsky, avec la collaboration de Pierre Devert, série « Les Chemins de la vie », production Télé-Hachette et Antenne 2, 1980.
[2] Système mobile en porte-à-faux destiné à assurer la stabilité globale d’un ouvrage en établissant une jonction entre un poteau et une poutre.
[3] Visitez le crocrodrome de Zig et Puce, 1er juin 1977 – 1er janvier 1978, Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle, Bernhard Luginbühl : https://www.centrepompidou.fr/fr/ressources/media/5hOz1BA
[4] Voir La Traversée, de de Paul Dopff et Gabriel Cotto, 1978.

 

Retrouvez l’Entretien avec Danièle Giraudy avec Brigitte Gilardet (31 mai 2023) [lire]

[sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2024, 8 avril). L’Atelier des Enfants du Centre Georges-Pompidou. Politiques de la culture. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5yp

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search