“L’art en jeu” : variations médiatiques autour de “l’esprit” d’une collection

Par Ivanne Rialland, CHCSC, (UVSQ, Université Paris-Saclay) / CELLF (CNRS/Sorbonne Université)
Synthèse de son intervention dans le cadre de la séance du 02 avril 2024 du séminaire sur les “50 premières années du Centre Georges-Pompidou : bilan et perspectives.

 

« L’Art en jeu » est la première collection de livres jeunesse de l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, la plus durable, et la plus marquante – ce qui explique son actuelle réédition par les Éditions du Centre. C’est une collection de référence, citée comme telle par les bibliothécaires et les médiateur·rices et conservée dans les bibliothèques municipales de prêt malgré son ancienneté. Lancée en décembre 1985 par la parution de deux titres, l’un signé par Sophie Curtil sur les Grands plongeurs noirs de Fernand Léger, l’autre par Catherine Prats-Okuyama sur Le Double secret de René Magritte, elle comprenait avant d’être relancée en 2022 trente-quatre titres dont le dernier, prévu pour une parution en 1999, a été publié tardivement en 2007. La collection couvre ainsi à peu près la période durant laquelle Gaëlle Bernard dirige l’Atelier des enfants, depuis le départ de Danièle Giraudy à la fin de l’année 1980 jusqu’à la fin des années 1990.

Créée par Sophie Curtil, elle est codirigée par l’artiste avec Élizabeth Amzallag-Augé, responsable des éditions de l’Atelier des enfants – fonction qu’elle est la seule à avoir jamais occupée. Les auteur·rices sont pour la plupart des animateurs et animatrices de l’Atelier des enfants. Dans chaque volume, une œuvre des collections du Musée national d’art moderne est découverte progressivement, double page après double page. L’insertion de l’œuvre d’art dans le format du codex retarde la confrontation avec elle, en en offrant des aperçus partiels. Cela peut être par une fragmentation de l’œuvre, vue de près, au ras de sa matière, le regard concentré sur une de ses parties, mais aussi par des décompositions de l’œuvre permise par la manipulation de la reproduction : soustraction d’éléments, de couleurs, reproduction des formes sans leur fond, des fonds sans leur forme. L’œuvre est considérée comme un objet autonome dont est dépliée l’organisation signifiante interne et mis en évidence le langage propre. L’objectif n’est pas de mimer l’expérience vécue au musée : c’est une autre expérience de l’œuvre, impossible au musée, qui est proposée à l’enfant à travers l’élaboration d’une « maquette d’auteurs[1] » dont les archives montrent les réglages minutieux.

Mais la collection est plus qu’une production marquante ; elle est l’incarnation d’un esprit de l’Atelier des enfants, fondé par Danièle Giraudy en 1972, avant même l’ouverture du Centre au public. « L’art en jeu », toutefois, n’est pas un principe ou un concept : c’est un dispositif médiatique – livresque en l’occurrence. Ce que montrent les migrations médiatiques qu’a connues la collection du livre à l’atelier de pratique, du livre à l’exposition, au clip vidéo ou au CD-Rom, c’est justement qu’est inhérente à cet « esprit » une poétique du support. L’œuvre d’art est explorée en exploitant les ressources propres du médium – de la matérialité, du lieu, de la situation où s’incarne la médiation.

Outre les ateliers « L’art en jeu » proposés aux enfants au Centre, trois déclinaisons médiatiques de la collection sont bien documentées dans les archives du Centre Pompidou : l’exposition « L’art en jeu » en 1992-1993, la série de vingt clips coproduite par Pandore en 1992 et un projet, inabouti, de CD-ROM en 1997. L’emploi du nom de la collection pour ces différentes formes de médiation est un moyen de profiter de son succès et, réciproquement, de le renforcer : à la manière d’une marque, « L’art en jeu », en englobant différents produits et actions, les rend davantage visibles – quitte à pousser dans l’ombre des actions qui ne ressortissent pas de cette dynamique. La visibilité de « L’art en jeu » est par ailleurs liée à deux personnalités, Élisabeth Amzallag-Augé et Sophie Curtil, qui défendent l’autonomie et l’identité de la collection auprès des autres services du Centre et construisent sa notoriété auprès des publics relais que sont les enseignant·es et les bibliothécaires. Cette active promotion de la collection dans l’institution et hors les murs dont les archives conservent de nombreuses traces fait qu’à un moment, « L’art en jeu » tend à se confondre avec l’esprit même de l’Atelier des enfants, dont la collection apparaît comme le symbole et le centre de gravité.

La centralité de la collection est en partie un effet d’optique ou une stratégie, dans la mesure où les animations mêmes qui sont créées à partir des titres de « L’art en jeu » suivent leur ligne propre en fonction des particularités de la pratique de l’atelier et de l’animateur·rice qui propose les activités – en témoignent les fiches d’animation conservées. Mais en tant que porte-étendard, « L’art en jeu » fait bien apparaître, et à juste titre, qu’il y a un esprit particulier à l’Atelier des enfants, notamment dans l’approche interne des œuvres, qui s’abstient d’un discours de savoir surplombant, et la dimension d’expérimentation des moyens artistiques proposés aux enfants – dans le retard aussi de la découverte de l’œuvre, caractéristique au regard des autres ateliers pour enfants : au Centre Pompidou, on voit les œuvres après la pratique, et non pas avant, ce qui évite d’inscrire les activités créatrices des enfants dans une démarche d’imitation.

La particularité de l’Atelier des enfants est aussi l’attention au médium lui-même de la transmission : l’approche de l’œuvre est « remise en jeu » à chaque métamorphose médiatique. L’esprit de « L’art en jeu » serait cette approche de l’art par le déploiement d’un dispositif lui-même plastique et poétique, dans la recherche d’une compréhension sensible des œuvres qui n’est pas de l’ordre de l’explication.

[1]    Sophie Curtil, « L’art en jeu, un parcours original d’éducation artistique. Des livres : un tête à tête avec des œuvres », La Revue des livres pour enfants, n° 155-156, hiver 1994, p. 72. https://cnlj.bnf.fr/sites/default/files/revues_document_joint/PUBLICATION_3553.pdf

 

[Sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2024, 4 juin). “L’art en jeu” : variations médiatiques autour de “l’esprit” d’une collection. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://chmcc.hypotheses.org/15265

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search