Entretien avec Philippe Bidaine : une carrière au Centre Georges-Pompidou

Entretien avec Philippe Bidaine*, sociologue, auteur et ancien directeur des Éditions du Centre Georges-Pompidou, réalisé le 2 avril 2024 par Brigitte Gilardet, historienne de l’art, chercheure associée au CHSP

 

Quel a été votre parcours avant de rejoindre le Centre ?

J’ai fait des études de sociologie et j’ai obtenu un diplôme d’enseignement supérieur dans cette matière. Pour mon premier travail, je suis attaché de presse de l’AFPA. Cet organisme créé en 1949 avait pour but de faciliter la réinsertion des prisonniers de guerre. Il proposait ensuite des formations vers quelques 150 métiers.

Lors du gouvernement de Jacques Chaban-Delmas (20 juin 1969 – 5 juillet 1972) dont Jacques Delors devient le conseiller à partir de 1969, je suis chargé d’établir le répertoire de toutes les formations professionnelles existantes puis de mener le projet d’intégration des appelés au service militaire en un stage de formation directement à leur sortie de l’armée. J’y suis resté trois ans. Je me suis occupé ensuite d’un journal qui s’intitulait Travail et sécurité, dont j’étais le secrétaire de rédaction. J’avais alors une implication syndicale (à la CFDT). Parallèlement, je menais une activité journalistique et éditoriale en tant que pigiste auprès de plusieurs supports de presse à implication culturelle. J’ai également publié un essai intitulé « Pour une nouvelle attitude culturelle », à propos des maisons de la culture, aux Éditions Neuf.

Quand êtes-vous entré en contact pour la première fois avec les équipes de préfiguration de l’établissement public de Beaubourg ?

C’est en 1972 que j’ai fait la connaissance de Claude Mollard qui m’a engagé comme chargé des Relations Publiques du futur Centre Beaubourg. Avec le « numéro 16 », je fais partie de la petite équipe sous la direction de Claude Mollard, secrétaire général de l’établissement public du Centre Beaubourg (EPCB). Je suis rattaché plus particulièrement à Sébastien Loste, chargé de mission à l’Élysée auprès du Président Pompidou, avec lequel j’ai immédiatement eu une remarquable relation, comme c’était d’ailleurs le cas avec l’ensemble des membres de cette première équipe. Comme porte-parole, mon travail impliquait naturellement une relation professionnelle étroite avec les responsables de département, les architectes, l’équipe de programmation dirigée par François Lombard, et la société prestataire de service, le cabinet de consultants Bossard, dirigé par Michel Vaniscotte.

Pendant votre activité au Centre.
Vous changez de fonctions entre 1973 et 1975.

Non ! En 1973, je suis rattaché au Président avec des fonctions de Cabinet. Cela signifie que j’effectue toutes sortes de missions : travail d’information auprès des prescripteurs sur le projet (conception d’expositions : « Beaubourg en France », exposition itinérante conçue avec le groupe de graphistes Grapus pour une présence dans les lieux culturels, dans les mairies, dans les festivals, dans les ambassades et les centres culturels français à l’étranger). Par ailleurs, je représente le Président auprès des associations mobilisées contre le projet. Je connais les réticences que le projet suscite auprès des commissions des sites, j’ai connaissance des recours engagés contre le projet, le bâtiment était jugé trop haut, etc.

Je participe à la programmation architecturale avec les architectes et le responsable de la programmation (François Lombard), ainsi qu’aux études menées sur les fonctions d’accueil (les questions de circulation du public, par exemple).

Nous avions de nombreux contacts avec la SEMAH[1], la société en charge de l’aménagement des Halles. Elle gérait l’espace public des Halles. Un accord avait été passé entre le ministère de la Culture et la Ville de Paris pour aménager les espaces qui lui appartenaient. Il ne faut pas oublier que la mission de l’EPCB confiée par l’Éducation nationale portait aussi sur l’implantation et la construction de la nouvelle école Saint-Merry dont la responsabilité programmatique (François Lombard) et d’information (moi-même) était commune avec le Centre. Première école à aires ouvertes, formation des enseignants, documents d’information.


Dossier Les Halles – JT 20H – 08.08.1974 _ INA https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf91039383/dossier-les-halles

J’avais des fonctions transversales. Chargé des relations publiques, j’ai effectué plusieurs missions à l’étranger (Canada, USA, Mexique…) avec le directeur financier adjoint, pour observer ce qui se faisait entre autres en matière de commercialisation d’espaces. J’ai aussi effectué des tournées de conférences en liaison avec l’Alliance française en Europe, aux USA, au Canada, en Islande, en Afrique…pour, cette fois, présenter le futur Centre.

Pour mieux rendre compte du projet, nous disposions, au 35 boulevard de Sébastopol, d’un vaste hall où était présentée une grande maquette du Centre, accompagnée d’informations audiovisuelles. Devant le chantier, nous avions également mis en place une cabane présentant le suivi des travaux et nous organisions des visites de chantier pour le public avec l’aide des étudiants en architecture ou en travaux publics.

Parallèlement, je continuais d’assurer le service Presse et multipliais les interventions télévisuelles.

 

Le 7 mars 1974 a marqué l’intronisation de Pierre Boulez à la tête de l’IRCAM. Rappelé en France par le Président Pompidou, Pierre Boulez souhaitait qu’une grande conférence de presse soit organisée à cette occasion, élargie à un plus large public ainsi qu’aux « people ». Je dois trouver une salle d’au moins 1 000 places pour les accueillir : ce sera le théâtre de la Ville. En lien avec la chargée des relations publiques de Pierre Boulez, Brigitte Marger, nous dressons la liste des invités. L’évènement sera réussi et contribuera à la notoriété de l’institution naissante.

Le décès, le 2 avril 1974, du Président Pompidou ouvre une nouvelle période, pleine d’inquiétude sur les perspectives du projet à naître : seuls les travaux de fondation du futur Centre sont réalisés. Je suis chargé par Robert Bordaz de présenter au Président Giscard d’Estaing la maquette du Centre. L’avis des conseillers du Président pourrait se résumer ainsi : « ce projet serait mieux à la Défense ». Je leur explique au contraire que le projet Beaubourg s’intègre dans le cadre d’un réaménagement important d’un quartier alors en déshérence qu’est le Marais. Le projet sera finalement validé par le Président Giscard, grâce aux interventions de Jacques Chirac et de Madame Pompidou.

En août 1974, un conseil restreint sur l’aménagement du quartier des Halles se réunit et prend deux décisions : continuer le projet Beaubourg et la construction de son bâtiment, et abandonner le projet d’une cité internationale du commerce, projet conçu auparavant pour remplacer les Halles Baltard. Le président de la SEMAH regrettera publiquement cette décision[2].

En mai 1974, le Centre avait accueilli l’attaché de presse de Madame Pompidou, Monsieur Gilbert Paris qui est intégré au sein des personnels avec le titre et la fonction de « Responsable des relations internationales ». Entre 1975 et 1977, je suis chargé de la conception et de la mise en œuvre des documents d’information du public. J’ai ainsi mis en œuvre des documents publics avec Jean Widmer et le groupe de designers suisses retenus lors d’un concours lancé pour la signalétique et la création de l’image de marque du Centre. J’ai également procédé à l’étude du système de fidélisation du public conduit par Georges Guette au TNP : ce dernier avait mis en place un système d’abonnement, en établissant des liens privilégiés avec les comités d’entreprise. Au Centre, il y a les adhérents et les abonnés. Le mécénat n’a pas été oublié pour autant avec la création des amis du Centre.

A partir de fin 1975, l’équipe s’étoffe et le Centre recrute de nouveaux collaborateurs spécialisés pour les secteurs des relations presse et des relations avec le public. Je suis donc déchargé d’un certain nombre de tâches reprises par ces spécialistes.

En 1976, je me vois confier la préparation de l’inauguration du Centre. Après consultation de plusieurs agences en lice, nous choisissons, avec Gilbert Paris, l’agence Quadrant pour nous aider. Notre budget communication était extrêmement limité. Le principe d’un affichage public est retenu et, dès novembre 1976, une grande affiche statique avec la description des activités réalisée par Aline Elmayan occupe de nombreux espaces dans Paris.

Pour l’ouverture, Michel Jouin, dessinateur dans la publicité, directeur artistique dans plusieurs agences, qui avait réalisé une publicité pour Kodak particulièrement remarquée, fut retenu pour réaliser le visuel. Il nous a présenté une image hyperréaliste du bâtiment de biais, de 4 mètres sur 3, où figuraient des personnages réels. Grâce au soutien du ministère de l’Éducation nationale que j’ai sollicité, cette affiche en petit format a été tirée à 4 000 exemplaires pour l’épreuve du Brevet des collèges.

Michel Jouin, Centre Georges-Pompidou Paris. Affiche Originale.

Il m’a été en outre demandé de concevoir un timbre « Premier jour ». Cela n’a pas été simple, j’ai négocié directement avec les concepteurs de la Poste. Nous avons également installé un bureau de poste dans le Centre Pompidou.

La date de l’inauguration officielle du Centre a été fixée au 31 janvier 1977. Il y a de nombreuses archives disponibles sur cet évènement, à l’INA notamment. Nous avions installé une salle de presse avec de grands écrans. Le carton d’invitation, conçu par la graphiste Aline Elmayan, devait respecter le protocole et recevoir l’aval de l’Élysée. Tiré à 5 000 exemplaires, il se déclinait, sous une enveloppe grise métallisée représentant le Centre en relief, en différentes invitations aux couleurs des départements du Centre (par exemple carton rouge : le MNAM, bleu pour le Cci, jaune pour le hall, etc.) Cela correspondait à des lieux bien définis permettant de mieux répartir les invités dans les espaces.

Léon Zitrone, qui commentait l’évènement pour la télévision, ne supportait ni les ascenseurs, ni les escaliers mécaniques. Ne pouvant visiter le Centre, il fut installé sur la mezzanine me demandant de commenter à ses côtés la visite présidentielle dans les différents départements. (Ina). Gilbert Paris est pour sa part chargé de l’accueil des personnalités officielles et des invités étrangers. [https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caa7701442301/inauguration-centre-beaubourg]

Lors de la période 1981/1989, vous poursuivez votre carrière au Centre

Je deviens chef du service des publications. Cette fois, place à l’écrit : la coordination des publications des départements, la production des programmes hebdomadaires (60 000 ex.), les documents presse, les brochures spécialisées… Le plus difficile étant le programme hebdomadaire du Centre car il était au début réalisé manuellement et diffusé à 30 000 exemplaires sur les bornes d’accueil.

Je crée également le Cnacmagazine, publication bimestrielle, ouverte aux autres secteurs culturels avec un comité de rédaction pluridisciplinaire et, pour une part, extérieur au Centre. Avec un tirage de 40 000 exemplaires, il est diffusé sur abonnement et en distribution messagerie. J’en assure pendant 100 numéros, la rédaction en chef, jusqu’à la disparition du magazine au moment de la fermeture du Centre pour travaux. Le magazine relate les évènements culturels au Centre mais aussi en dehors, il contient des entretiens avec des artistes, avec les responsables du Centre. Il effectue un véritable travail journalistique.

En qualité de rédacteur en chef du magazine, je suis invité par les médias audiovisuels pour présenter les grandes expositions du Centre, comme celle des « Les Années 50 » au journal télévisé de France 2, en direct.

En 1988, la complexité des tâches affectées au secteur de la communication a conduit la présidence à réorganiser plusieurs fois ce secteur. Ainsi a été créée une direction du développement et des ressources propres (DDRP, éditions, commercial, audiovisuel, services d’accueil et de relations avec les adhérents) dont je suis devenu le directeur adjoint. Puis, une direction des Éditions et de l’action commerciale est créée dont je prends la direction. Le service audiovisuel est né dès la préparation du Centre ; il est animé et dirigé par Pierre Tailhardat[3].

En 1990, la présidente Hélène Ahrweiller, constatant la faiblesse de notre secteur éditorial (livres, catalogues, collections) me demande d’auditer ce secteur. A la suite de mon rapport, je suis nommé directeur de cette nouvelle maison d’édition, au statut propre : les Éditions du Centre Pompidou. Sous mon autorité, quelques 700 ouvrages seront publiés, plusieurs collections créées, des coéditions engagées et réussies (comme celles des « Paris » avec Gallimard). Il y eut également la création d’objets « boutique » en collaboration avec des artistes (Stark par exemple) ou des entreprises novatrices en design (Kartell), justifiant notre activité commerciale. L’équilibre financier a été restauré.

En 1991, mon adjoint, Jacques Saur, reprend le service des publications (programme hebdomadaire, documents d’information, rédaction en chef de CNACmagazine).

Parallèlement à mes activités au Centre, j’ai toujours maintenu une activité d’enseignement. D’abord dans le domaine de l’édition, puis, dès 2000, j’ai assuré un enseignement en sociologie à l’Université de Cergy Pontoise, avec une décharge d’un jour et demi par semaine.

En 2001, je fais un infactus !

Je continue mon activité au Centre. Jean-Jacques Aillagon, président du Centre Pompidou, est nommé ministre de la Culture (2002-2004) et affecte son directeur de cabinet, Martin Béthenod, aux éditions pour une année dans l’attente d’une responsabilité au sein du ministère. En 2003, il est effectivement nommé par Monsieur Aillagon délégué aux Arts plastiques au ministère de la Culture.

Je suis toujours directeur des Éditions et membre du comité de direction sous la présidence de Bruno Racine (2002-2007).
En avril 2005, je prends ma retraite et quitte le Centre Pompidou.

 

Après le Centre ?

Pendant et après le Centre, j’ai toujours eu une activité rédactionnelle, ainsi trois livres, un sur le Centre Pompidou, l’autre sur le Centre Pompidou-Metz (Collection « l’esprit du lieu ») et un troisième sur l’art contemporain (collection « Sentier d’art », Editions Scala 2000, 2010, 2011). J’ai publié d’autres ouvrages chez plusieurs éditeurs : « Fernando Pessoa » aux Éditions Narval ; « La symbolique du néant » aux Éditions Navarra ; « Boris Zaborov ou la transfusion des âmes » chez Actes Sud ; « Le signe et l’empreinte » aux Éditions L.A. ; « Zaborov » aux Éditions Skira (version anglaise). Mon dernier livre, « Autour du jardin, transformations silencieuses », est paru en 2024.

Je suis très reconnaissant à tous les artistes qui m’ont demandé de préfacer leur catalogue ou leur livre et je les en remercie.

Philippe Bidaine

[1] Société d’économie mixte d’aménagement des halles
[2]https://www.lemonde.fr/archives/article/1974/09/12/l-affaire-des-halles-l-etat-accorderait-un-pret-de-100-millions-de-f-pour-dedommager-la-societe-d-amenagement_3089755_1819218.html
[3] Sur les débuts de ce service et ses activités de recherche, voir Eve Givois : « La recherche au service audiovisuel du Centre Pompidou », carnet Mavex sur Hypothèse.org, en ligne : https://mavex.hypotheses.org/937

 

*Éléments biographiques

Né en novembre 1942
Formation initiale : diplôme de l’enseignement supérieur en sociologie (DESS), diplôme des Hautes Etudes Internationales, ESJ.
Avant 1972 : journaliste d’informations sociales et culturelles.
1972 : engagé par le Président Robert Bordaz en qualité de chargé des Relations Publiques du futur Centre Beaubourg, sous la direction de Claude Mollard, secrétaire général. Rattaché à Sébastien Loste, chargé de mission à l’Elysée auprès du Président Pompidou.
7 mars 1974 : intronisation de Pierre Boulez, rappelé en France, par le Président Pompidou, organisation de la conférence de presse au théâtre de la Ville.
Après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République, conseil restreint pour l’aménagement des halles, chargé par Robert Bordaz de présenter à l’Elysée la maquette du Centre.
Mai 1974 : accueil du secrétaire de Madame Pompidou, Mr. Gilbert Paris, intégré au personnel du Centre avec le titre et la fonction de Responsable des relations internationales.
1974/1976 : conception et mise en œuvre des documents d’information du public. Etude du système de fidélisation du public conduit par Georges Guette au TNP. Mise en œuvre des documents, en liaison avec Jean Widmer retenu lors d’un concours pour la signalétique et la création de l’image de marque du Centre. Recrutement de collaborateurs spécialisés : presse, relations avec le public, adjoint administratif.
1976 : chargé d’organiser l’inauguration du Centre (2 février 1977) pour la partie communication.
1977/1987 : chef du service des publications. Coordination des publications des départements, production des programmes hebdomadaires (60 000 ex.), documents presse et presse spécialisée.
Création de Cnac magazine.
1988 : Création d’une direction du développement et des ressources propres (éditions, commercial, audiovisuel, services d’accueil et de relation avec les adhérents) dont il devient le directeur adjoint. Puis, création d’une direction des éditions et de l’action commerciale qu’il dirige.
1990 : mission d’audit commandée par la présidente Hélène Ahrweiller. Nommé directeur d’une maison d’édition au statut propre : les Éditions du Centre Pompidou (quelques 700 ouvrages seront publiés, plusieurs collections créées, des coéditions engagées, production d’objets « boutique »).
2002/2004 : J.J. Aillagon, président du Centre Pompidou, nommé ministre (2002/ 2004) affecte son directeur de cabinet, Martin Bethenot, aux Éditions, pour un an (2002)
Avril 2005 : départ du Centre.

[Sommaire]



Citer ce billet
chmc2 (2024, 6 mai). Entretien avec Philippe Bidaine : une carrière au Centre Georges-Pompidou. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n3i

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search