Capitales européennes – Introduction générale du séminaire

par Françoise Taliano-des Garets1, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, chercheure, membre du CHS du XXe siècle Paris 1

 

Cette séance [du 4 décembre 2015] est consacrée pour partie à la présentation des objectifs du séminaire [« Les capitales européennes et la culture depuis 1945 : Berlin, Londres, Madrid et Paris »] et à une mise en perspective diachronique du cadre politico-administratif de la culture à Berlin, Londres, Madrid, Paris depuis 1945. Elle réunit les intervenants suivant : Jeremy Ahearne (université de Warwick), Lluis Bonet (université de Barcelone), Janet Merkel (City University London), Laurent Martin (ICEE Paris 3), Françoise Taliano-des Garets (CHS du XXe siècle Paris 1).

 

I – Les objectifs du séminaire

Ce séminaire s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche triennal financé par la région Aquitaine (2015-2018) associant une vingtaine de chercheurs aquitains, parisiens, allemands, anglais, espagnols. Le Comité d’Histoire du ministère de la Culture et de la communication, partenaire du programme, a aussi souhaité encourager la création d’un séminaire triennal associant le CHS du XXe siècle et l’ICEE. Ce séminaire démarre aujourd’hui au CHS du XXe siècle de Paris 1 et sera abrité à tour de rôle par le CHS du XXe siècle et l’ICEE. Pour le montage du programme régional, des partenariats ont été arrimés avec l’université de Warwick concernant Londres et avec l’université autonome de Madrid pour l’exploration de la capitale espagnole. Des chercheurs allemands ont exprimé leur intérêt et participent d’ores et déjà au programme de la première année de séminaire, comme l’historienne de l’art Gabi Dolff-Bonekämper (université Technique de Berlin) et Janet Merkel de la City University London. Le gros de l’équipe de recherche pluridisciplinaire en France est constitué par des chercheurs français du CHS du XXe siècle, de l’ICEE, de l’Université de Bordeaux, du Centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, de l’université Bordeaux-Montaigne, de l’UPPA.

Nous souhaitons avec ce projet triennal et ce séminaire, enclencher une dynamique : établir un réseau pluridisciplinaire européen en commençant par dresser un état des lieux de la question et lancer par la suite un programme ANR ou européen. Ce séminaire et ce projet régional consacrés à quatre capitales constituent un premier palier indispensable à une exploration plus large des capitales européennes depuis 1945.

Ce projet d’histoire culturelle de quelques espaces urbains européens majeurs depuis 1945 n’est pas né par hasard. Il émerge dans le prolongement de précédents travaux comparatistes sur les villes, consacrés à la période de la Seconde Guerre mondiale et de la deuxième moitié du XXe siècle2. Trois raisons principales motivent ce projet triennal. La première est liée au présent. « Aussi bien toute histoire est-elle fille de son temps, écrivait Lucien Febvre. Mieux, il n’y a pas l’Histoire, il y a des historiens », des historiens dans leur époque et qui se trouvent de fait sollicités par le présent ; il ne s’agit pas bien sûr ici d’une quelconque conception utilitariste de l’histoire au service de logiques par exemple économiques, mais tout simplement de questionnements qui surgissent de l’actualité et qui peuvent orienter le regard vers le passé. Ainsi, ce sont les mutations dont on perçoit encore « l’écume »,  pour reprendre un vocable braudélien, qui rendent ce sujet particulièrement attractif. L’ouverture des frontières dans un double contexte de construction européenne et de mondialisation a entraîné une multiplication des flux de personnes et des idées, et par ricochet une focalisation sur les identités. Elle a accentué la mise en concurrence des cités et les capitales sont en première ligne. L’histoire culturelle peut, me semble-t-il, à partir de l’analyse de la vie culturelle et des politiques culturelles de ces territoires, tout à fait apporter sa contribution à l’analyse de ces processus.

La deuxième raison tient au souhait de faire avancer l’histoire culturelle de ces villes-capitales depuis 1945. Si des travaux ont déjà éclairé quelques secteurs culturels, il convient de rassembler l’existant, par exemple sur Paris, et de prolonger l’exploration vers les secteurs les moins défrichés. Tout cela en procédant à une comparaison entre quatre cités aux destinés à la fois communes et dissemblables. Une telle comparaison n’a pas été tentée jusque-là. Si le projet est un projet d’histoire culturelle, il entend s’appuyer sur une coopération interdisciplinaire et mettre à contribution des historiens d’autres spécialités notamment économiques, des géographes, des politistes, des sociologues, de nationalités différentes. Finalement il entend concourir à une histoire culturelle de l’Europe à partir des villes capitales.

La troisième raison tient au fait que ces travaux sont susceptibles de révéler les phénomènes de métropolisation à l’œuvre sur le continent européen et de contribuer à faire progresser l’histoire urbaine. « La ville est un phénomène total où se condensent l’économique et le social, le politique et le culturel, le technique et l’imaginaire et, partant, toute approche fractionnée qui privilégierait un domaine unique aux dépens des autres manquerait de pertinence ; « au contraire, une lecture totalisante, comme affirme l’être l’analyse historique, risque de mieux prendre en compte l’effet des interrelations »3. Jean-Luc Pinol souligne ainsi tout l’intérêt de la discipline historique pour appréhender la ville. En outre, avec l’histoire culturelle en tant qu’histoire sociale des représentations, nous sommes en mesure d’ouvrir largement le spectre, ce qui n’exclut pas une approche interdisciplinaire nécessaire pour entrevoir encore mieux « les interrelations ». La notion de culture sera prise dans sa définition anthropologique de manière à intégrer le phénomène d’élargissement historique qui s’est opéré au XXe siècle et s’est accéléré depuis la décennie 1980. De nombreux secteurs ont été affectés par cet élargissement que ce soit le patrimoine, la musique, es arts plastiques… Des secteurs nouveaux ont gagné en légitimité : Bande dessinée, mode, cirque, arts de la rue… L’élasticité de la notion nous oblige donc à ne pas rester focalisés sur la haute culture, et nous aborderons les pratiques, les institutions, les représentations sous le prisme de la massification culturelle. Pour ce qui est des politiques publiques, la culture a eu tendance dans les dernières décennies du XXe siècle et au début du suivant à se diluer dans des politiques plus larges de développement urbain. En effet, les politiques culturelles se déclinent aujourd’hui volontiers sur le mode de l’aménagement urbain (restructuration urbaine à partir de friches artistiques), du tourisme (labellisation UNESCO, événementiel). De même la culture a-t-elle à voir avec ce que l’on nomme « économie créative », ou encore « développement durable ». Cette tendance à la dilution ne peut que retenir l’attention du culturaliste qui trouvera intérêt à en démonter les mécanismes, à en expliquer les causes et les conséquences.

 

II – L’objet de la recherche

1 – Le choix de la période

La période la Libération à nos jours en Europe, que nous proposons ici d’étudier, se caractérise par trois mouvements historiques qui évoluent en parallèle. Le premier de ces mouvements est l’histoire de la division politique de part et d’autres du rideau de fer. De l’après-guerre à 1989, deux Europe ont promu des conceptions différentes de la culture et des politiques culturelles. La ville de Berlin a directement été marquée du sceau de la partition, servant de vitrine aux deux modèles. On imaginera sans doute que les parentés entre Londres et Paris sont plus fortes pendant la Guerre froide qu’entre ces deux cités et la partie Est de Berlin. Il conviendra toutefois de vérifier cette hypothèse tout en évaluant de possibles transferts culturels. Le deuxième de ces mouvements est donné par le processus de la construction européenne. Long cheminement qui n’a pas placé la culture au centre des préoccupations mais qui, par l’ouverture des frontières, a dessiné un espace plus homogène, encouragé les échanges, le déplacement des hommes, les transferts culturels. Enfin, le troisième mouvement est celui de l’ouverture à la mondialisation issue de la Troisième Révolution industrielle et de l’usage d’Internet. L’accès du grand public à Internet dans la dernière décennie du XXe siècle a décuplé les contacts internationaux et certainement accentué la circulation des idées alors que les hommes sont plus mobiles et sur de plus importantes distances. L’histoire culturelle de ces métropoles devrait nous livrer quelques enseignements majeurs sur la mondialisation culturelle.

Certes, les États européens n’ont pas été touchés au même rythme et avec la même ampleur par les trois phénomènes tendanciels. Ainsi l’Espagne est-elle restée sur le recul jusqu’en 1975, moins concernée par la Guerre froide et hors de la construction européenne. Ainsi le Royaume-Uni est-il demeuré à la porte de la CEE jusqu’en 1973 et toujours depuis son adhésion un peu sur son quant à soi. L’Europe a néanmoins connu depuis 1945 dans son ensemble, Guerre froide, intégration européenne et mondialisation. C’est autour du projet européen que le continent s’est réconcilié par l’adoption de la démocratie libérale et de l’économie de marché. L’Espagne démocratique y fait son entrée en 1986 et la ville de Berlin en 1990 devient la capitale d’une Allemagne réunifiée, pilier central de l’Union européenne. On l’aura compris, les villes-capitales -parce qu’elles concentrent les pouvoirs, parce qu’elles sont très exposées aux échanges internationaux- ont été directement concernées. L’ouverture européenne et internationale a facto induit des modifications culturelles que l’on peut espérer repérer nettement à l’échelle des villes les plus importantes.

2 – Le choix de quatre capitales, une approche territorialisée de l’histoire culturelle européenne

Ce projet de recherches d’histoire culturelle se propose de territorialiser l’approche en observant quatre villes-capitales de 1945 à nos jours, Berlin, Londres, Madrid et Paris. Le choix a été guidé par leur situation géographique, de manière à couvrir une grande partie de l’espace européen, d’Ouest en Est et du Nord au Sud, par l’ancienneté et l’actualité de leur rayonnement culturel, par la diversité de leur structure politico-administrative qui a varié dans le temps (dévolution, décentralisation…).

Le terme de capitale est à prendre dans son sens politique et métaphorique. La capitale est lieu du pouvoir, ou plutôt des pouvoirs, administratif, politique, économique, financier, culturel. Par ailleurs, quels que soient les régimes politiques, les systèmes administratifs, celle-ci est investie d’une charge symbolique qui la place dans la hiérarchie urbaine au-dessus des autres villes. De la même façon que pour d’autres domaines de l’activité humaine, elle exerce sur le champ culturel un rôle de commandement, en concentrant patrimoine, institutions, moyens de diffusion, d’information, hommes et femmes majeurs du secteur culturel. La capitale est un espace de polarisation des activités, des hommes, des ressources comme l’ont bien souligné les travaux classiques de Fernand Braudel sur la « ville-monde » pour l’époque moderne4, ou plus récemment, ceux de la sociologue et économiste Saskia Sassen sur la « ville globale » (New York, Londres, Tokyo).5 Elle est un pôle de commandement au sommet de la hiérarchie urbaine, un lieu de contacts et de brassage intenses de populations et d’idées, de concentration des pouvoirs, phénomènes qui se sont accentués dans le contexte de mondialisation (diagnostique de Saskia Sassen). A ce titre, la ville-capitale est apte à définir des goûts, voire des normes en matière de culture.6 Elle est productrice de représentations. Les ouvrages de Christophe Charle et de Daniel Roche sur les capitales culturelles nous serviront bien sûr d’appui.7 Issus des travaux collectifs entamés par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine sur plus de dix années ils ont été centrés sur la période moderne et contemporaine jusqu’en 1940.

Ces publications ont fourni des éléments d’analyse approfondis sur la domination symbolique de capitales culturelles sur plusieurs siècles dans plusieurs pays européens dont ceux qui intéressent notre projet. Ils ont accordé une place sensible à la dimension politique et traité la question à partir de quelques secteurs : livre, opéra, musées, cercles musicaux, salons… qui pourront ainsi être comparés avec l’époque que nous allons explorer. En outre, ils mettent l’accent sur la notion de rayonnement. Ces villes-capitales rayonnent par définition sur le territoire national et ont aussi l’ambition d’un rayonnement international. Les deux peuvent d’ailleurs être soumis aux aléas de la conjoncture. Une histoire sociale des représentations nous conduit donc à nous interroger sur l’idée même de capitale culturelle dans une perspective comparatiste et diachronique, face à des situations fort dissemblables.

La territorialisation de l’approche se justifie quant à elle sur le plan de l’histoire culturelle aussi bien par l’ancienneté de ces foyers culturels que sont les grandes villes européennes que par le poids des métropoles dans la mondialisation. Elle se justifie aussi parce que ces métropoles sont des territoires d’expérimentation, de projets et que s’y jouent des transformations signifiantes ; « Les deux dimensions de la ville, matérielle et sociale, interagissent pour donner naissance à différentes villes imaginées, celles qui sont dans nos mémoires et nos rêves » écrit Luis Bonet. 8

3 – Diversité contextuelle

Ces villes européennes n’ont pas connu depuis 1945 les mêmes destinées, ce qui confère à l’étude sa richesse et sa complexité. Certaines ayant été particulièrement secouées par l’histoire, comme Berlin jusqu’à « la chute du mur », ou par un régime autoritaire, comme Madrid sous l’emprise de la dictature franquiste jusqu’en 1975. Berlin a même perdu son rang de capitale de l’Allemagne de l’Ouest entre 1949 et 1990 au profit de Bonn, le conservant dans sa partie Est mais peut-être aussi dans l’esprit des Allemands de l’Ouest et du monde occidental. « Berlin dans l’histoire, écrit Boris Grésillon, est une métropole culturelle par intermittence »9. Berlin-Ouest, privée de son statut juridique, n’en n’est pas moins devenue le bastion avancé de la culture occidentale.

Les systèmes politico-administratifs ont évolué dans les quatre États-nations, y compris celui de la France qui s’est engagée sur la voie de la décentralisation culturelle au début de la décennie 1980. Quant Paris, la ville ne voit son autonomie politique pleinement reconnue qu’après 1977. L’autorité du Grand Londres a un statut qui lui confère la compétence culturelle et une réelle autonomie dans un Royaume-Uni qui a reconnu de larges pouvoirs à partir de 1997 à l’Écosse, l’Irlande du Nord, et au Pays-de Galles. Madrid a connu le centralisme autoritaire franquiste, puis la reconnaissance post-franquiste des communautés autonomes et l’affirmation de la capitale catalane, Barcelone, se retrouvant dès lors dans une situation de concurrence. Cette grande diversité de situations sera traitée sous l’angle de la vie culturelle d’une part et celle des politiques culturelles d’autre part. Un parti-pris qui s’explique parce que nous envisageons de jauger l’impact de la variable politique sur l’évolution culturelle des villes. Les politiques culturelles donnent elles l’impulsion au changement ou réagissent-elles au changement ? En outre, le cas parisien mérite d’être comparé aux autres capitales : centralisme longtemps prégnant et poids des politiques publiques. On n’exclura pas l’hypothèse que la ville-capitale dans les quatre pays entretient un rapport particulier avec l’État.

 

III – Trois axes principaux

1 – Repérage comparé des changements culturels sur les quatre territoires et périodisation

Les changements qui se sont opérés pendant près de 70 années en ce qui concerne la vie culturelle des quatre cités devront être évalués. Nous présenterons le contenu des transformations, leurs rythmes, repérerons si possible les moments de césure. Il conviendra d’identifier quelles formes musicales, littéraires, artistiques ont irrigué ces capitales et si elles se ressemblent ; comment des pratiques culturelles ont pu apparaître ou disparaître, à quel rythme et quand. Le champ culturel est très éclaté et tous les secteurs ne pourront être sur trois années examinés. Certains nous paraissent plus que d’autres incontournables en raison de leur ancienneté et des mutations qu’ils ont connues. On focalisera donc de préférence l’analyse dans ce séminaire sur le patrimoine (année 1), les arts et le spectacle vivant (années 2). On s’intéressera aussi bien au «in» (la culture institutionnelle) qu’au «off» (les formes artistiques émergentes). La troisième année abordera les industries culturelles.

Ce panel au demeurant encore large, offre la possibilité d’appréhender secteurs public et privé de la culture, les modifications des pratiques culturelles autant que celles du paysage culturel, les hommes et les femmes, acteurs sur ces territoires, créateurs, opérateurs culturels. Les trajectoires personnelles, les réseaux nationaux, internationaux ne manquent pas en effet d’intérêt. Les capitales sont des lieux de passage, de rencontres privilégiés, on les envisagera à la fois comme des centres d’impulsion de la nouveauté culturelle et des lieux de mélanges d’influences. Les flux dans un monde de plus en plus ouvert, la diversité culturelle qui en résulte se répercutent sur les territoires de capitales de plus en plus cosmopolites. Il est intéressant de voir comment celles-ci réagissent et si cette diversité est perçue comme un atout ou un problème. On mentionnera sur le sujet l’ouvrage dirigé par Lluis Bonet et Emmanuel Négrier sur Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité.10

L’examen de la chronologie devrait là encore permettre d’éclairer convergences et divergences. Cette approche sera bien entendu croisée avec les histoires nationales respectives de façon à proposer in fine une périodisation. Elle ne manquera pas de soulever de nombreux questionnements : la chronologie des villes-capitales diffère-t-elle d’une ville à l’autre, ou au contraire peut-on distinguer à partir de ces sites une évolution culturelle européenne ? Suit-elle la chronologie nationale (transition démocratique en Espagne, réunification allemande) et/ou la chronologie internationale? Quelques dates pourraient être plus déterminantes que d’autres en liaison avec le contexte politique international : 1947, 1956, 1968, 1989, 1992… Sont-elles signifiantes dans l’évolution culturelle de ces territoires ? Mais la chronologie pourrait aussi montrer des corrélations avec les évolutions économiques (2008), technologiques (histoire de la TV, d’internet).

2 – Analyse comparée des moteurs du changement autour de la variable politique

L’objet de la séance d’aujourd’hui porte donc sur les moteurs du changement et ses freins, en privilégiant la variable politique. Nous souhaitons mesurer quelle est la part de la variable politique dans cette histoire culturelle urbaine. On partira de l’hypothèse quelle est tout à fait déterminante dans le cas de Berlin et de Madrid. Pour ces deux capitales il y a un avant et un après, avec les deux bornes déjà signalées de 1989 pour la première et 1975 pour la seconde. Les effets de rupture et les éventuelles continuités dans le champ culturel seront recherchés de part et d’autres de ces deux bornes. De manière plus générale, et concernant cette fois les quatre capitales, la gouvernance du champ culturel nous paraît devoir prioritairement retenir l’attention. Quel intérêt lui est accordé par le politique, pourquoi et comment ? La législation, les budgets, les discours politiques sur la vie culturelle de ces villes dans une perspective comparatiste laissent augurer de réels enseignements. Le rapport de la ville capitale à sa Région, à l’Etat, aux instances européennes sera une étape indispensable de l’analyse. En d’autres termes, comment le jeu entre les diverses échelles, du local au global s’est-il au fil du temps organisé ? Comment la démocratie locale a-t-elle fonctionné ? Comment s’opère le processus de métropolisation (question de l’intercommunalité) ? Quel est le poids des régions (plus ou moins fort selon les Etats considérés) ? Berlin est un des 16 länder de la République fédérale allemande enserré dans le Land de Brandeburg, l’unification des deux n’a pas encore eu lieu (un référendum a donné en 1996 un résultat négatif).

Mais les moteurs du changement et les freins peuvent être aussi culturels, économiques, sociaux, technologiques. Ainsi, il nous semble important de comparer leur degré d’incidence par rapport au politique sur la longue durée et suivant les moments. L’une des variables s’impose-t-elle comme déterminante par rapport aux autres ou sont-elles imbriquées dans le processus historique ? L’approche interdisciplinaire sera à cet égard d’un grand apport.

3 – Le rayonnement culturel des capitales

La mondialisation a accentué une mise en concurrence des territoires urbains à l’échelle planétaire, phénomène que les capitales européennes ne découvrent pas aujourd’hui. On notera que les classements mondiaux des villes prennent actuellement en compte cette dimension culturelle dans leurs critères d’appréciation.11

Le rayonnement des quatre capitales peut s’entendre comme leur reconnaissance sur la scène internationale (en fonction de la puissance des industries culturelles par exemple) et peut se mesurer par l’attractivité de ces villes sur le plan culturel sur les artistes, les touristes… Le rayonnement doit être compris nous semble-t-il à la fois comme l’attractivité d’un territoire mais aussi comme l’exercice d’une influence. Les villes capitales provoquent une sorte d’effet d’attraction gravitationnelle et sont aussi des territoires diffusant. Ce sujet paraît important, si non central, et se pose depuis longtemps. Qu’on se réfère aux expositions universelles du XIXe siècle ou du premier XXe siècle.12 Paris a-t-elle maintenu son rang de capitale artistique européenne tel qu’au début du XXe siècle ? Paris, « méridien de Greenwich de la littérature» selon le mot de Pascale Casanova,13 est-elle toujours aussi brillante dans la deuxième partie du XXe siècle et au début du XXIe siècle (dans les secteurs de la mode et du luxe) ? La variable culturelle est-elle à Londres aussi décisive pour son rayonnement que la variable financière ? Comment le rayonnement culturel international de Berlin a-t-il évolué depuis 1945 ? Dans quelle mesure a-t-il souffert de la partition ? Madrid se réveille-t-elle uniquement après la mort de Franco ?

Quelles sont les politiques de mise en valeur de ces territoires à une époque où les limites entre culture, loisirs, urbanisme, qualité de vie paraissent s’estomper ? Londres a remporté l’organisation des Jeux Olympiques d’été de 2012 contre Paris, quels ont été les critères d’appréciation ? L’événementiel urbain est en effet un élément de questionnement aujourd’hui (festivals, biennales, foires d’art etc.), autant que la mise en valeur du patrimoine et la politique muséale. On touche ici au rapport entre culture et développement urbain, aux problématiques de la « ville créative ».14 La notion de « ville créative », creative city (Charles Landry) qui exprime l’imbrication des stratégies urbaines et des politiques culturelles, est devenue une sorte de modèle de développement territorial sur une large partie de la planète. Elle pourra être ici interrogée.15 Berlin a par exemple obtenu le label UNESCO de « ville créative du design » en 2006. Les labels constituent un excellent sujet d’étude sur lequel nous pourrons nous arrêter. On se demandera par ailleurs quelle place occupe exactement la variable culturelle dans le développement de ces métropoles et si elle n’est pas instrumentalisée au profit du marketing urbain.

 

IV – Problématique générale

A partir de l’examen et de la mise en lumière des convergences et des différences, on espère ainsi dégager au terme de trois années quelques grandes tendances.

Assiste-t-on depuis 1945 à un processus de différenciation ou d’homogénéisation culturelle ? Ces quatre territoires se sont tous progressivement ouverts -à l’influence occidentale mais pas seulement- dans un espace européen devenu intégré. Berlin et Madrid étant les plus retardataires. Même si les échanges n’étaient pas inexistants bien entendu, avant 1975 pour la capitale espagnole, et pour Berlin avant 1989, ils restaient moins nombreux, contrôlés et restreints par la censure. Toutefois ces territoires n’étaient pas clos et la nature des échanges culturels qui s’y opéraient est en soi intéressante.

L’ouverture accomplie, les nouveaux médias de communication et la massification des pratiques culturelles ont-ils raboté les spécificités culturelles de ces capitales ? L’examen de leur rapport au patrimoine pourrait peut-être nous révéler une volonté de se distinguer face à l’effet « mainstream »16 de l’ouverture. L’impact de la mondialisation est-il d’ailleurs aussi soutenu d’une capitale à l’autre en ce début de XXIe siècle.

Finalement, peut-on distinguer des points communs, des éléments de « culture européenne », ou ces villes ont elles totalement basculé à la jonction des XXe et XXIe siècles dans un modèle de ville globale standardisé ? Il sera tout à fait intéressant de jauger au cours de ce travail la part du local, du national, de l’Europe et du global dans la sphère culturelle.

 

Notes

1 Le séminaire « Les capitales européennes et la culture depuis 1945 : Berlin, Londres, Madrid, Paris » est sous la direction scientifique de Françoise Taliano-des Garets en collaboration avec Laurent Martin
2 On mentionnera entre autres :Françoise Taliano-des Garets, Les métropoles régionales et la culture 1945-2000, Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture, La documentation française, 2007.
Françoise Taliano-des Garets, Villes et culture sous l’Occupation, expériences françaises et perspectives comparées, Paris, Armand Colin, 2012.
3 Jean-Luc Pinol, « Introduction générale », dans Guy Burgel, La ville contemporaine après 1945. Histoire de l’Europe urbaine 6, Editions du Seuil, 2003, p. 8.Le propos cité par Jean-Luc Pinol est de Marcel Roncayolo dans La ville et ses territoires, Paris Gallimard, 1990, p.28
4 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Armand Colin, 1979.
5 Saskia Sassen, La ville globale. New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes & Cie, 1996.
6 Daniel Roche, « Capitales et modes (XVIe-XIXe siècle) », Christophe Charle (dir.), Capitales européennes et rayonnement culturel XVIIIe-XXe siècle, Editions Rue d’Ulm, 2004.
7 Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques, Paris et les expériences européennes XVIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.
Christophe Charle (dir.), Capitales européennes et rayonnement culturel XVIIIe-XXe siècle, op.cit.
Christophe Charle (dir.), Le temps des capitales culturelles XVIIIe-XXe siècles, Paris, Epoques Champ Vallon, 2009.
8 Guy Saez et Jean-Pierre Saez (dir.), Les nouveaux enjeux des politiques culturelles. Dynamiques européennes, La découverte, 2012.
9 Boris Grésillon, op. cit., p.73

10 Lluis Bonet, Emmanuel Négrier, La fin des cultures nationales ? Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité, La découverte/PACTE, 2008.
11 Celui par exemple de la revue américaine Foreign Policy ou de l’Institut des Stratégies urbaines de la Mori Memorial Foundation.
12 Pascal Ory, Les expositions universelles de Paris, Paris, Ramsay, 1982.
13 Pascale Casanova, « Paris, méridien de Greenwich de la littérature », dans Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), op.cit.
14 Richard Florida, The rise of the creative class, Basic Books, 2002. Charles Landry, The Creative City: A Toolkit for Urban Innovators Routledge 1995, The creative city, Earthscan Ltd, 2000.

Lisa Pignol et Jean-Pierre Saez, « La ville créative : concept marketing ou utopie mobilisatrice ? », L’observatoire, La revue des politiques culturelles, 36, hiver 2009-2010.
15 On renverra aux travaux de Charles Landry et Richard Florida, mais aussi à l’intérêt que l’UNESCO porte à cette notion depuis 2004 avec le lancement du réseau mondial des villes créatives dont les missions sont précisées dans le document “Creative Cities Network. Mission Statement”, septembre 2013, http://www.unesco.org/new/en/culture/themes/creativity/creative-cities-network/about-creative-cities/
16Frédéric Martel, Mainstream. Enquête sur la culture qui plaît à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010.

[english version]
[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *