Les Rencontres d’Avignon et les politiques culturelles [5] – B. Faivre d’Arcier

La Provence, terre de festivals, le Festival d’Avignon, terre de colloques1

par Bernard Faivre d’Arcier,
ancien directeur du théâtre et des spectacles, ancien directeur du Festival d’Avignon,
membre du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication


Qui débarque au Festival d’Avignon, soixante-dix ans après sa création, va plonger dans un maelstrom de spectacles, de rencontres, d’événements dont il est difficile de déceler un plan d’ensemble. De fait, il n’y en a pas dans la mesure où Avignon est devenu un épiphénomène, terrain d’action de plusieurs partenaires dont le festival In lui-même n’est plus qu’un élément, central certes, mais parfois rendu illisible par la multiplicité des actions qui sont organisées dans la ville.

Il y a loin de la sérénité des premiers colloques organisés dès 1954 par Michel et Sonia Debeauvais dans une paisible petite salle du Palais des Papes et l’interminable calendrier des rencontres, débats, conférences, et autres colloques foisonnant dans une dizaine de lieux à Avignon aujourd’hui. Il n’est pas sûr d’ailleurs que cette inflation de paroles ait rendu pour autant les discours plus clairs et les résolutions de politique culturelle plus fermes.

Jean Vilar a toujours souhaité qu’un dialogue s’instaure entre le public et les artisans du théâtre. Mais il a été en même temps un penseur de la culture, un intellectuel de la scène et ce dont on se souvient aujourd’hui, ce sont les écrits, les interviews, les notes qu’il a laissés et qui gardent toute leur fraîcheur alors même que son style scénique disparaît avec notre mémoire collective.

C’est cette volonté de débattre avec le public qui a fait basculer le Festival d’Avignon dans l’ère du dialogue, ce désir de replacer le théâtre dans les enjeux culturels de la société à transformer. Ce n’était pas acquis d’avance car la plupart des festivals, nés souvent à la même époque, ne se prêtent pas à de tels échanges. Avignon a vraiment la particularité d’être un lieu multiforme de prises de paroles. Ici, on cause ! Mais pour autant, cette parole-là, à la fois monstrueuse et permanente, n’est pas pour autant informe car la direction du festival a très tôt voulu ordonner le débat.

Vilar l’a fait de deux façons. D’abord entre ceux de la scène et ceux de la salle, à propos des spectacles, non seulement de leur style mais aussi de leur contenu, de leur thématique. Certains interprètes ne s’y sentent pas forcément à l’aise mais Jean Vilar a fait un devoir de parler aux spectateurs au lendemain de la représentation pour comprendre leurs attentes, leurs déceptions autant que leurs enthousiasmes. C’est en ce sens que Vilar voulait donner une signification politique à son œuvre scénique, associant ainsi éthique et esthétique. Les rencontres du Verger furent donc un élément fondateur caractérisant le Festival d’Avignon, bien d’autres directeurs de manifestations théâtrales se découvrant jaloux d’une telle richesse de communication entre artistes et publics.

Mais Jean Vilar a aussi voulu aller plus loin au fur et à mesure qu’il déployait une pensée générale collective sur le rôle du théâtre dans la société. À ce titre, il fut un penseur de la culture, familier de concepts chers à la tradition française comme la République, le bien collectif, l’éducation nationale, le patrimoine culturel. Sa propre histoire, nourrie de l’éducation populaire et de la conviction du rôle social de la culture, l’a conduit à affiner une réflexion de politique culturelle qui a trouvé sa première traduction par l’organisation de colloques restreints dans la Salle des Notaires du Palais. Quitte d’ailleurs à restituer ensuite au public la synthèse des débats exprimés dans cette enceinte close.

Dès les années 60, les rencontres d’Avignon s’emparaient de réflexions éternelles sur la culture : pourquoi, pour qui, comment ? Et débouchaient tout naturellement sur la nécessité d’organiser une politique culturelle à l’échelle du pays. De fait, tous les thèmes abordés alors sont toujours débattus aujourd’hui. Au point que l’on ressent, sinon une lassitude, du moins une redite dans l’énoncé des colloques annuellement proposés. La décentralisation culturelle, les expériences collectives, la composition du public, la rentabilité de la culture, le rôle de l’éducation artistique, les formes de la médiation culturelle etc. Tous ces sujets étant chapeautés par le concept accueillant de « développement culturel » qui devait devenir dans les années 60 un maître mot des efforts de la planification à la française.

Ce désir de donner à la réflexion commune un certain ordonnancement et une grande exhaustivité fut sans doute heurté par la protestation libertaire de 68, sa forme anarchique et passionnelle, ce dont Vilar, en bon représentant d’un enseignement progressif et républicain, eut à souffrir. Les séances du Verger à cette époque ont montré toute l’incompréhension issue d’un choc des comportements dans les débats. La belle organisation du dialogue vola en éclats, ce qui désarçonna assurément Jean Vilar pris pour un professeur de l’ancien temps.

Après 68 et la dizaine d’années qui suivit, la direction du festival chercha à reconstituer les formes d’un dialogue bien construit. Mais déjà, une accumulation de manifestations diverses devait autrement colorer le festival avignonnais. On reprocha alors à Avignon son allure de kermesse, de foire culturelle. Ce qui devait d’ailleurs décourager quelque peu l’ambition du festival de poursuivre son travail de pédagogie. Paul et Melly Puaux purent dans les années 70 maintenir une certaine rigueur d’organisation mais déjà nombreux étaient ceux qui voulaient se situer hors cadre, exprimer une contre-culture festivalière et prendre la parole à leurs conditions.

Pour ma part, quand je devins directeur du festival pour son édition de 1980, je me suis senti lié par une histoire déjà longue et tumultueuse de ces rencontres foisonnantes. Il m’était apparu alors qu’il fallait distinguer les commentaires sur les spectacles, les proclamations de politique culturelle et les entretiens entre professionnels.

Bien sûr j’ai poursuivi l’œuvre du Verger et il m’a toujours paru essentiel que les artistes puissent rencontrer les spectateurs à l’occasion de ces débats organisés en fin d’après-midi à l’ombre du Palais des Papes. Mais, au fil des années, il fallait reconnaître que le déséquilibre gagnait ce type de rencontres. Se manifestait une certaine lassitude de la part des acteurs de la scène eux-mêmes qui étaient sollicités non seulement par la direction du festival et ses propres conférences de presse, mais aussi par d’autres partenaires comme les CEMEA, d’autres médias comme France Culture. Il n’est pas si facile de se présenter devant un ensemble disparate de spectateurs (dont certains avaient vu le spectacle et d’autres pas) au lendemain d’une première qui avait fait déjà l’objet de critiques dans la presse… Et d’un autre côté, les spectateurs semblaient moins enclins à prendre la parole sauf quelques esprits systématiques qui aimaient à la prendre pour elle-même sans se soucier grandement de la pertinence de leurs questions pour l’ensemble des auditeurs. C’est pourquoi il fallut se résoudre à organiser le débat par la présence d’un animateur (un collaborateur du festival, un journaliste invité ou une personnalité du monde du théâtre) pour à la fois susciter les questions les plus judicieuses, fouetter l’énergie des metteurs en scène et interprètes et enfin écarter ou abréger des prises de parole lassantes ou inadéquates.

C’est ainsi que, de fil en aiguille, on en vint à laisser les médias eux-mêmes organiser ces débats. Certains journaux jouèrent le jeu, d’autres moins car assez vite les médias ont pris possession du Verger à leurs conditions. Par exemple dans le cadre d’émissions de facture déjà programmée comme Le Masque et la Plume ou bien comme le fit le Nouvel Observateur en composant eux-mêmes un plateau d’artistes ou enfin comme le fit Révolution en jouant carrément le rôle de porte-parole d’un parti politique, en l’occurrence le Parti Communiste Français. C’est ainsi, que d’année en année, le Verger est devenu un peu plus un terrain vague, de qualité chaotique, en un temps ou les spectateurs étaient à cette heure-là de la journée très sollicités par d’autres rendez-vous ou des spectacles dans le Off, voire même dans le In.

Pour toutes ces raisons, les Rencontres du Verger perdirent de leur aura. Le public devenait plus silencieux, plus passif préférant sans doute écouter plutôt qu’interpeller. D’autres formes de débat sont apparues, organisées par les médias eux-mêmes comme les Rencontres du Monde qui changèrent de lieu et se tinrent dans les jardins suspendus de la rue de Mons. D’ailleurs le Verger lui-même devait connaître des transformations physiques regrettables. Ce coin de verdure fut abimé par la décision de la municipalité de couper ses ombrages et d’en faire un point de passage pour relier le quartier de la Manufacture. Le public n’était plus à l’abri d’incessants passages, de parades improvisées et de bruits ambiants perturbateurs. Quand le Verger fut ainsi aplani et goudronné, les Rencontres furent organisées au palier supérieur que l’on a appelé le Potager afin de retrouver un peu de calme. Et de tout cela il ne reste aujourd’hui plus rien puisque l’administration du Palais des Papes a définitivement privé la direction du festival de l’usage des alentours du Palais.

De fait les débats eux-mêmes n’ont pas disparu loin de là. Ils se sont multipliés et ont éclaté dans la ville sous le pilotage de partenaires du festival tels que France Culture, Le Monde, RFI, les CEMEA. Ces derniers sont les seuls à avoir conservé avec constance et rigueur cette fonction d’encadrement des discussions dans la mesure où ces dernières sont bien préparées par les stagiaires eux-mêmes. Mais en contrepartie, ils ne sont pas ouverts, en dépit de quelques tentatives, au reste du public. Ils sont les éléments d’un apprentissage organisé mais clos.

La direction du festival a donc reflué sur ce terrain mais a conservé quelques formules particulières. Il a d’abord ouvert au public les conférences de presse du matin où s’expriment régulièrement les artistes invités et cela dans ses propres locaux, la cour de l’Espace St-Louis. Puis Vincent Baudriller et Hortense Archambault ont consacré longtemps un lieu, l’école des Beaux-Arts pour les spectateurs en mettant l’accent sur la documentation qui leur est fournie : articles de presse, informations sur la compagnie, débats etc. Nouvel avatar de ces rencontres, le jardin de la cour de la Faculté des Sciences est consacré aux débats centrés sur l’artistique.

Mais parallèlement aux rencontres avec le public se sont considérablement développés les entretiens réservés aux professionnels. Car, dès les années 80 se faisait sentir la nécessité exprimée par les professionnels de disposer de lieux de réunion pour leur permettre de débattre de leur métier. Certes les cafés, bars et restaurants sont restés l’endroit le plus pratique pour discuter boulot. Et pour cela la création du bar du festival IN fut sans doute la décision la plus judicieuse pour servir les désirs des professionnels ! Mais les organisations professionnelles et syndicales elles-mêmes avaient aussi besoin de salles de réunion. Ce sont là les rejetons des colloques de la salle des notaires et c’est d’ailleurs dans le Palais des Papes lui-même, dans sa partie transformée en Centre de Congrès, que fut créée dès 1980 la Maison du Théâtre.

Au début, la direction du festival a organisé les thèmes des discussions tout en permettant aux organisations utilisatrices de tenir des permanences ou d’exposer leurs documentations. Ce furent d’ailleurs deux jeunes stagiaires issus de l’ENA qui en furent les premiers organisateurs : Sylvie Hubac (maintenant présidente de la Réunion des Musées Nationaux) et Michel Sapin (actuellement Ministre des Finances et des Comptes Publics). Voilà au moins un stage utile à la culture ! Cette maison des professionnels a connu divers lieux de réunion. La location du Centre des Congrès s’étant avérée trop onéreuse, elle s’est déplacée dans un hôtel particulier appartenant au département de Vaucluse, siège d’un éphémère Institut de la communication. Puis elle est venue s’installer au lycée St-Joseph loué aussi pour être un lieu multiple de spectacles. Et lorsque la rénovation de l’ancien hospice St-Louis fut achevée, elle prit naturellement place dans cet ancien couvent où toutes les facilités sont offertes : climatisation, salles de différentes jauges, moyens de communication, de circulation etc.

C’est ainsi que petit à petit s’est constitué un pôle d’activités particulièrement fourni: assemblées générales d’organisations professionnelles, colloques fermés, permanences syndicales, débats ouverts au public, présentations d’institutions françaises ou étrangères. Bref le carnet de rendez-vous de ces lieux dédiés aux professionnels est devenu chaque année de plus en plus épais même s’il n’est pas le seul lieu à Avignon où se déroulent des rencontres de cette nature comme le sont la Maison Jean-Vilar ou même l’Hôtel de Ville.

À ces rencontres de politique culturelles se sont ajoutées celles qui sont organisées par des partis politiques, des associations de collectivités territoriales ou des Régions elles-mêmes. Les partis de gauche ont toujours eu le sentiment d’avoir table ouverte au Festival d’Avignon. Se sont ainsi cristallisés des rituels, non pas dans les lieux-même du festival pour des raisons d’affichage mais ici ou là dans des locaux publics ou privés prêtés. Une salle, une cour, ou un jardin. Parti Socialiste, Parti Communiste en furent les piliers mais aussi de plus en plus des fédérations d’élus comme la FNESR, (Fédération Nationale des Élus Socialistes et Républicains) ou encore la FNCC (la Fédération Nationale des Communes pour la Culture) sans compter de nombreuses autres organisations qui entendent représenter des mouvements de pensée comme « Foi et Culture » présente depuis Jean Vilar et organisées avec le concours de l’Archevêché. Tout cela représente un archipel considérable de débats, de proclamations, de pétitions qui tous ont pour sujet la politique culturelle elle-même.

Face à cet afflux, le festival lui-même a dû battre en retraite, absorbé par sa vocation initiale, celle de présenter les spectacles programmés. Cependant, il a souhaité, à certaines époques, se réserver aussi la possibilité de proposer au public des conférences, des interventions en faisant appel pour cela à des personnalités intellectuelles, du monde scientifique, littéraire ou philosophique, universitaires ou essayistes et cela fut notamment bien mis en ordre par l’équipe Vincent/Hortense sous le nom de « Théâtre des Idées » et qu’Olivier Py poursuit sous le titre « Les Ateliers de la Pensée ».

Mais Avignon n’est pas simplement un lieu de débats avec les artistes, ni l’auberge des organisations professionnelles. À diverses périodes de son histoire, le festival s’est manifesté comme une expression politique à part entière. Car Avignon a toujours été sensible à l’actualité politique et que cela ait été ou non planifié à l’avance, la question politique elle-même a traversé certaines éditions du festival de part en part. Le festival et les artistes présents ont toujours réagi avec beaucoup de spontanéité à l’actualité politique. J’en prendrai quelques exemples, comme une nuit au Verger organisé notamment par l’AIDA (Association Internationale de Défense des Artistes) pour la libération de Vaclav Havel alors emprisonné, ou bien pour la défense des auteurs, chanteurs ou metteurs en scène algériens à l’époque où le GIA exécutait ces artistes. En pleine guerre de Yougoslavie, au moment-même du massacre de Srebrenica, les artistes présents publiaient avec la direction du festival une « Déclaration d’Avignon », organisaient un sit-in sur le parvis du Palais et une grève de la faim qui devait continuer en août à la Cartoucherie de Vincennes.

On pourrait dire aussi que la politique économique elle-même fera irruption régulièrement au festival à l’occasion des différents crises du système de l’intermittence jusqu’à son climax en 2003 quand la grève générale des artistes et techniciens conduisit le Festival d’Avignon, comme d’autres festivals d’été, à son annulation pure et simple.

Avignon, politiquement sensible, est désormais le point de rendez-vous annuel principal des organisations du spectacle vivant, avec pour lieu principal St-Louis auquel s’ajoute de manière de plus en plus importante et structurée la Maison du Off. Il est, en fin de compte, comme le voulait Jean Vilar, le creuset de la réflexion sur la politique culturelle. Mais c’est un succès qui a sa rançon : le foisonnement des rencontres et des colloques que Vilar appelait de ses vœux donne désormais le tournis. Si l’expression est multiple, la synthèse est absente. Avignon risque d’être paralysé par une « éléphantiasis » du colloque car, de plus en plus, chacun vient y défendre ses intérêts, y compris corporatistes, sans avoir le temps d’écouter les autres. Et pourtant les spectateurs, ils l’ont prouvé, sont friands de rencontres intellectuelles. Il y a là une attente qui mériterait une réponse à la fois plus claire et plus structurée que le festival pourrait mettre en œuvre à l’avenir.


Notes

1 Cet article de Bernard Faivre d’Arcier a également été publié dans le cahier spécial consacré à la 70e édition du Festival d’Avignon dans le n° 48 de  L’Observatoire : la revue des politiques culturelles, été 2016.


[retour]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *