Trois siècles de formation des architectes en Amérique du Nord par Joan Ockman – 8/12

Trois siècles de formation des architectes en Amérique du Nord [Three Centuries of Educating Architects in North America]
Joan OCKMAN (Distinguished Senior Fellow, University of Pennsylvania School of Design)


Synthèse par Amandine Diener, Architecte diplômée d’État – Doctorante en histoire de l’architecture à l’Université de Strasbourg / EA 3400 ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe) / École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg

 

Après avoir dressé l’étonnant constat qu’en 2010, aucune histoire synthétique des écoles d’architecture n’avait encore été écrite en Amérique du Nord ou en Europe, Joan Ockman a proposé à la Collégiale Schools of architecture de combler cette carence bibliographique. L’étendue des connaissances nécessaires à une telle entreprise exigeait de sortir du champ de l’histoire de l’architecture, laissant présager la difficulté d’un tel travail. C’est sur un arrière-plan d’histoire institutionnelle, politique, économique et culturelle, où s’entremêlent jeux d’acteurs et relations internationales, que J. Ockman a dressé un vaste panorama de l’évolution de l’enseignement de l’architecture en Amérique du Nord depuis le XVIIIe siècle. Cette chronologie est articulée autour de questions majeures telles que les modèles pédagogiques, la mobilité des idées et des corps, ou plus largement les influences et les relations américano-européennes.

L’enseignement de l’architecture en Amérique du Nord trouve ses origines, entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, dans le modèle britannique d’apprentissage professionnel. Si la discipline n’est pas encore enseignée au sein d’écoles d’architecture, l’Academical Village dessiné par Thomas Jefferson, lors de son retour de Paris — qui deviendra l’Université de Virginie — devient un idéal pour la communauté éducative. Mais à l’époque de la guerre civile, vers 1865, face à la forte industrialisation que connait le pays, ce modèle ne semble plus adapté aux exigences de la formation des architectes. C’est notamment au sein de l’Université technique de l’Illinois, future Urbana-Champaign, qu’est alors importé le modèle polytechnique allemand dans lequel l’architecture est abordée comme une des branches de l’ingénierie. Le système d’apprentissage anglais, basé sur « le faire », disparaît peu à peu, même si quelques architectes, comme Frank Lloyd Wright, continuent de préférer l’apprentissage en agence. Par la suite, les aspirations culturelles de la nation américaine conduisent à remplacer ce modèle polytechnique par le « système beaux-arts », qui devient le modèle dominant aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle. A l’instar de Richard Hunt, nombre d’américains viennent chercher à Paris une formation architecturale et fondent, à leur retour, leurs propres ateliers, écoles et clubs. Peu à peu, les anciennes écoles polytechniques sont ainsi transformées et organisées autour du système de l‘atelier, du jury, des expositions de travaux d’élèves…

Néanmoins, l’évolution des pratiques pédagogiques varie selon les établissements. A l’Université de Pennsylvanie, où professe notamment Paul Cret, le maître de Louis Kahn, le système beaux-arts continue de dominer jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et même un peu au-delà. Au Hampton Institute, l’un des « historically black colleges » créés à l’intention privilégiée de la communauté africaine, en revanche, les étudiants développent une mise en pratique expérimentale en construisant leur propre école. A l’Université de Cincinnati, ou dans certaines écoles privées fondées par des maitres tels que Richard Neutra ou Frank Lloyd Wright, l’expérience pratique est également encouragée. La réception de ces expériences pédagogiques n’est pas toujours bonne à l’instar de celle de Walter Gropius à l’Université de Harvard : sa conception d’une formation à deux niveaux, partagée entre celle les dessinateurs et celle de l’élite, contredit inconsciemment l’idéal démocratique d’un éducateur novateur comme John Dewey.

Après la Seconde Guerre mondiale, les paramètres de l’enseignement et de la pédagogie sont modifiés. Des financements privés ou étatiques incitent les écoles d’architecture à introduire des recherches appliquées dans leur projet pédagogique, comme celles touchant à la préfabrication du logement. L’enseignement est alors réorienté vers l’économie de consommation de la classe moyenne. Le développement du fascisme en Europe ayant provoqué, avant la Seconde Guerre mondiale, le départ de nombre de professeurs, comme Walter Gropius, Laszlo Moholy-Nagy et Mies Van der Rohe, ils sont alors nombreux à enseigner aux Etats-Unis où ils ont introduit les idéaux européens de l’architecture moderne. Ils ont, de plus, engagés certains de leurs collègues : W. Gropius a appelé Marcel Breuer et Martin Wagner ; L. Mies van der Rohe, Ludwig Hilberseimer ; L. Moholy-Nagy, Gyorgy Kepes. L’Université du Texas, restée une école provinciale jusqu’au début des années 1950, fut alors transformée par l’arrivé d’un nouveau directeur, un ancien élève de Neutra, qui a rassemblé autour de lui un groupe d’enseignants radicaux parmi lesquels Colin Rowe et John Hejduk. Même si l’expérience n’a duré que deux ans, ils ont inventé une nouvelle forme d’enseignement et ont mis leurs idées en pratique dans d’autres établissements par la suite.

Sur fonds de crise sociale, les années 1970 voient le développement de plusieurs phénomènes qui marquent l’enseignement de l’architecture : celui de la contre-culture et de la culture pop. Richard Buckminster Fuller, qui enseignait déjà auparavant, devient une sorte de gourou voyageant d’une école à l’autre en portant son message techno-environnemental. Paolo Soleri fonde Arcosanti, un lieu d’enseignement communautaire et alternatif. A l’Ecole d’architecture de Yale, Robert Venturi et Denise Scott Brown proposent leur célèbre atelier « Learning from Las Vegas », basé sur un voyage d’étudiants en 1968. En 1967 est créé l’Institut pour l’architecture et les études urbaines à New-York, qui devient le lieu privilégié de l’avant-garde américaine, de la migration de la pédagogie texane et de rencontres productives entre intellectuels américains et européens. Les mouvements pacifistes, le développement du féminisme et de l’écologie ont conduit à de profonds changements visant à répondre aux questions sociales et politiques, dont certains ont été englobés dans le nouveau paradigme de « postmodernisme ».

Une ère nouvelle voit le jour au cours des années 1990, lorsque de nouveaux paramètres, de nature technologique et informatique, modifient tant l’enseignement que la pratique de l’architecture. Les nouveaux outils mis à disposition des architectes transforment les codes et la conception de l’architecture, et obligent à réinventer les pratiques professionnelles puisque les agences d’architecture, si elles veulent répondre aux nouvelles exigences de la société contemporaine, doivent se doter de nouvelles formes et techniques de connaissance.

J. Ockman dresse ainsi, au fil de bouleversements historiques aux composantes sociales, économiques et politiques, une évolution de la pédagogie en Amérique du Nord nourrie par des modèles notamment européens. Cette ambitieuse entreprise révèle non seulement la complexité de la structuration progressive de l’enseignement, mais aussi ses conséquences sur un réseau culturel et professionnel.


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.