Pour une histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle

Il n’existe pas, aujourd’hui une histoire de l’enseignement de l’architecture dispensé par celle qui en gouverna pendant deux siècles la destinée en France : l’école des beaux-arts (Ensba). Certains se sont penchés sur son rayonnement au XIXe siècle, d’autres, plus récemment, sur les bouleversements qui y ont eu lieu autour de 1968. Mais, entre la période faste de lʼÉcole, durant laquelle convergeaient vers Paris provinciaux et étrangers pour fréquenter les ateliers du quai Malaquais, et celle qui a signé la fin de ce modèle, plusieurs décennies se sont écoulées sur lesquelles presque rien n’a été écrit. Et c’est sans parler des Écoles régionales, ces succursales créées en 1903, pour ne pas obliger les élèves à « monter » à Paris, au sujet desquelles règne le plus grand silence. Elles étaient treize dans les années cinquante, auxquelles il faut ajouter les ateliers dʼOutre-mer, à Alger, Tunis, Saïgon…

Ce projet de recherche est initié par l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, coordonné par le Comité d’histoire et soutenu par le Bureau de la recherche architecturale et urbaine du ministère de la Culture et de la Communication.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *