Introduction à la journée d’étude sur le livre, la lecture et les politiques de démocratisation culturelle [2 février 2016]

par Jean-Sébastien Dupuit, inspecteur général honoraire des affaires culturelles, vice-président du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication


C’est au nom du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication, troisième partenaire de cette rencontre, que j’interviens aujourd’hui, en qualité de vice-président et en vous priant d’excuser notre présidente Maryvonne de Saint Pulgent. Je ne parle pas ici sans une certaine émotion en raison, Christine Carrier y a fait allusion, des responsabilités que j’ai pu exercer à l’égard du livre et de la lecture dans une période très lointaine. Nous sommes dans une maison, la BPI, à laquelle je suis particulièrement attaché et pour laquelle nous avons mené des combats parfois difficiles, Martine Blanc-Montmayeur est dans la salle et s’en souvient. Je n’en regrette que d’autant plus vivement de ne pas pouvoir être présent cet après-midi pour l’hommage qui sera rendu à Jean-Pierre Seguin, pour qui j’avais une très grande admiration.

Le Comité d’histoire s’est peut-être insuffisamment penché jusqu’à présent sur les questions du livre et je me réjouis de cette occasion d’aller plus loin.
Le Comité s’est intéressé, dans son travail sur le ministère de Michel Guy, aux circonstances de la création de la direction du livre par Jean-Claude Groshens en 1975-1976 et je voudrais rappeler la force du lien qui unissait et a uni jusqu’au bout Jean-Claude Groshens et Jean-Pierre Seguin.
L’influence de la BPI mériterait d’être examinée de plus près par le Comité. Le monde des bibliothèques connaît bien l’impact considérable de la BPI sur la diffusion d’un certain modèle de modernité pour la lecture publique, mais il faudrait voir aussi les choses du point de vue de la relation avec le ministère. Le succès éclatant, inouï, de l’ouverture de la BPI au début de 1977 a contribué à l’ancrage du livre et de la lecture au sein du ministère. Je pense même, et je ne désespère pas qu’on en trouve la trace, que le projet de la BPI au sein du futur Centre Pompidou avait été un des éléments qui ont justifié en 1975 la décision de faire passer dans l’orbite du ministère chargé de la culture les bibliothèques de lecture publique.
Le Comité d’histoire s’est également intéressé à la mise en place de la loi Lang sur le prix unique du livre et à sa consolidation tout au long des années 1980. Deux journées d’étude à l’abbaye d’Ardenne en 2003 ont été suivies par la publication d’un ouvrage qui à mon avis fait autorité sur le sujet.
En revanche le Comité ne s’est pas penché jusqu’à présent sur la lecture. Je dis bien la lecture en général et pas seulement la lecture publique et les bibliothèques. Il le fait aujourd’hui et il a commencé à le faire dans le cadre du très gros chantier ouvert il y a maintenant quatre ans sur la question de la démocratisation culturelle. Ce chantier a pris la forme de cycles annuels de séminaires, et je vous renvoie à notre site, où vous trouverez non seulement les programmes de ces séances mais aussi des carnets de recherche, qui permettent, grâce notamment à Pierre Moulinier, de rendre compte du contenu de ces travaux.
Il y avait eu d’ailleurs à l’intérieur de ces cycles, qui couvraient l’ensemble des domaines culturels, une séance consacrée au livre et à la lecture. Le module était sans doute trop restreint, une demi-journée, et pour ce qui me concerne cette séance m’avait un peu laissé sur ma faim. J’espère que la rencontre d’aujourd’hui permettra d’élargir le propos et d’approfondir la réflexion. Au sein de ce vaste ensemble qu’on appelle la démocratisation culturelle le livre tient en effet une place particulière, qui reste à expliciter, peut-être à relativiser sous l’angle des politiques, mais au contraire à réapprécier sur un plan plus général.
La mission du Comité d’histoire est bien sûr de travailler d’abord sur le ministère lui-même et sur les institutions placées sous sa tutelle. Dans ce cadre il rassemble des témoignages, organise des journées d’études, assure un certain nombre de publications et aussi stimule la recherche. Le Comité se place ainsi à l’articulation, d’une part, du témoignage et de l’historiographie, avec ce que cela peut avoir d’officiel et de public, et, d’autre part, de la recherche historique proprement dite dans sa diversité.
Il y aurait cependant une forme d’aveuglement pour le Comité à se concentrer exclusivement sur l’histoire du ministère et il est capital de replacer les interventions du « petit » ministère de la culture dans l’ensemble de la réalité culturelle et des pratiques de la population, des individus, des citoyens, en passant par toutes les formes d’organisation des professionnels, des médiateurs et des producteurs, puisqu’industries culturelles il y a. Et s’agissant plus particulièrement de lecture publique il importe de mettre en avant les collectivités territoriales, qui tiennent largement le premier rôle en la matière. Le feraient-elles cependant si l’État n’avait pas posé un cadre et un certain nombre d’éléments d’environnement ? Et quand je dis l’État je ne parle pas du seul ministère de la culture.
L’enjeu de ce type de réflexion est bien me semble-t-il d’apprécier l’articulation entre les réalités culturelles et socio-culturelles et les affirmations volontaristes, qu’elles produisent ou non les effets escomptés. Pour parodier Jaurès, je dirais qu’un peu d’histoire culturelle éloigne de l’histoire institutionnelle mais que beaucoup y ramène.
Je me contenterai pour conclure de mentionner deux pistes que ne traite pas le programme, déjà bien copieux, de cette journée.
La première est évoquée dans le texte de présentation, mais il faudrait sans doute des éléments d’étude plus précis pour aller plus loin. Il s’agit de tout ce qui concerne la production éditoriale : les clubs de livre mais surtout le livre de poche. Il faut se féliciter naturellement de l’indépendance de la production éditoriale par rapport aux pouvoirs publics. N’y a-t-il pas cependant un lien entre le développement du livre de poche et certains éléments de politique publique ? J’ai en tout cas, dans mes anciennes fonctions, toujours été irrité d’entendre certains responsables professionnels de l’édition présenter comme un indicateur de mauvaise santé de leur secteur la progression des ventes de livres au format de poche. Pour ma part je n’ai cessé de voir dans ces propos une forme d’hérésie.
Une autre piste justifierait un travail plus opérationnel et nous en parlions avec Jean-Claude Pompougnac, que je salue car il est l’âme de ce chantier sur la démocratisation. Dans l’optique de la territorialisation des politiques culturelles, et là je renvoie aux travaux de Guy Saez, la démocratisation doit être abordée bien sûr à partir des politiques des collectivités territoriales mais aussi sous l’angle des interventions de l’État. Il faudrait s’interroger en particulier sur le rôle qu’ont pu jouer, notamment à partir des années 1990, les conseillers pour le livre et la lecture dans les directions régionales des affaires culturelles. La décentralisation, qui portait essentiellement sur le soutien à la construction et à l’équipement des bibliothèques, s’est accompagnée d’une véritable déconcentration grâce à l’implantation de professionnels au sein des directions régionales. Il faudrait voir plus précisément comment cette présence, au-delà de la mise en œuvre du « concours particulier », a rendu possible le développement d’un certain nombre d’actions qui voulaient s’inscrire dans la démarche générale de démocratisation culturelle.

[programme de la journée]
[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *