Lecture publique et éducation populaire : des rencontres passées aux défis contemporains communs

Communication donnée à l’occasion de la journée d’étude « Livre, lecture publique et politiques de démocratisation culturelle » organisée en partenariat avec l’ENSSIB et la Bpi le 2 février 2016.


par Guy Saez, directeur de recherche émérite au CNRS, Pacte, Grenoble et membre du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication

Les bibliothèques publiques et l’éducation populaire : deux rescapées de l’idéologie de la démocratisation culturelle, ou bien deux institutions rendues inutiles par la croissance extraordinaire de l’offre, offre de documents et offre de loisir, ou encore deux ontologies dépassées par l’individualisme et l’expressivité, l’individualisme expressiviste de la société post-moderne ? Telles sont les questions que l’on entend souvent quand on rencontre des professionnels et/ou des militants de la lecture publique et de l’éducation populaire1.

Peut-on répondre à des questions aussi massives ? Et sont-elles bien posées ? Il me semble, sans méconnaître le malaise qu’éprouvent ces deux institutions, qu’il faut quitter l’analyse de leurs fondements normatifs et privilégier une approche pragmatique si on veut les saisir dans leurs dynamiques actuelles et, puisque c’est le thème de cette intervention, dans leurs rencontres. Mais pour ne pas susciter de malentendus, je m’empresse de préciser qu’il ne s’agit pas ici la question de décider si les bibliothèques doivent plus ou moins se soucier de savoir si elles sont encore en lien avec l’éducation populaire et si elles en incarnent bien les valeurs. Mon propos sera plutôt que de savoir si bibliothèques et éducation populaire permettent à leurs publics d’aujourd’hui de comprendre le monde, si elles le rendent intelligible. Pour le dire brièvement, d’une formule qui sera explicitée plus loin, les bibliothèques sont-elles pour ceux qui les fréquentent des centres d’intelligence publique, des centres d’intelligibilité du monde ?

En évoquant, dans un premier temps quelques rencontres entre Éducation populaire et bibliothèques, des pratiques communes en vue de rendre le monde plus intelligible, on pourra d’examiner comment les bibliothèques s’insèrent dans un mode d’action publique culturelle caractérisé par la territorialité, la transversalité et le partenariat. Dans un deuxième temps, on s’intéressera à la façon dont les bibliothèques répondent à la triple stratégie actuelle des politiques culturelles en recherche de créativité, de participation et d’interculturalité. L’articulation du mode d’action publique et des stratégies culturelles ouvre sur des stratégies puissantes que l’on évoquera pour finir : elles provoquent tout à la fois de vives controverses et des innovations qui modifient les trajectoires institutionnelles.


1 Les rencontres entre Éducation populaire et bibliothèques publiques

Rencontres autour du « populaire »

Il y a d’abord une rencontre originelle à la fin du XIXe et au début du XXe siècle entre la lecture populaire, largement une affaire de militants, et des bibliothèques qu’on appelle pas encore de « lecture publique ». Les bibliothèques populaires issues de mouvement d’éducation populaire, d’action syndicale ou politique se sont d’abord organisées sur un modèle associatif et en recourant au bénévolat. Je renvoie à des travaux bien connus, ceux de Noé Richter2, aux synthèses comme celles de l’Histoire des bibliothèques françaises3 et plus récemment à l’ouvrage dirigé par Agnès Sandras qui a profondément réactualisé la question4. En 1947, les Français ont accès à seulement 400 bibliothèques environ, et leur situation est médiocre. Ce domaine reste, estime t-on, en bonne part à la charge des associations et des organisations privées de tout type. Les bibliothèques des comités d’entreprise ont semble-t-il rencontré un succès certain : alors que moins de 4 % des Français sont inscrits à la bibliothèque municipale dans les années 1960, 30 % des salariés fréquenteraient des bibliothèques des Comités d’entreprise5.

Hind Bouchareb a bien montré que si la construction d’un idéal moderniste de la lecture publique au début du XXe siècle accuse des influences anglaises et américaines, celle de l’éducation populaire d’alors est tout aussi certaine6. Cependant au moment où les municipalités décident de créer une bibliothèque c’est d’abord comme élément de prestige territorial7.

On peut observer un premier intérêt commun pour la localisation et la forme même de ce qui fait bibliothèque. A ce titre il faut mentionner la volonté moderniste qui a pu animer à certains moments les bibliothèques des centres d’éducation ouvrière. Par exemple, celui de Grenoble en 1936, fait appel à l’architecte Jeanneret, parent de le Corbusier, pour dessiner une salle claire aux matériaux modernes et aux couleurs vives. Dans cette même veine, et pour rester avec les mêmes acteurs, le bibliobus de la bibliothèque centrale de prêt de l’Isère, immédiatement issu de l’ordonnance qui crée cette nouvelle institution doit beaucoup aux militants de l’association Peuple et Culture (PEC).8 C’est aussi à la Libération qu’est créée au sein du ministère de l’Éducation nationale la Direction des Mouvements de jeunesse et de la Culture populaire confiée à Jean Guéhenno (10 septembre 1944) suivie un an plus tard par celle des Bibliothèques de France et de la Lecture publique (décret du 18 août 1945). J. Guéhenno l’a évoqué en ces termes : « Il a dix ans, au sortir de la honte, (…) la même idée surgit en même temps des deux services de l’Éducation nationale, à la Direction des bibliothèques et à la nouvelle Direction de la culture populaire. (…) I fallait augmenter la conscience du peuple il ne fallait que plus de lumières.9» Le rapprochement des deux ensembles au sein d’une même administration et la reconnaissance de leurs missions voisines — la culture populaire d’un côté, la lecture publique de l’autre — donne l’impression d’une grande cohérence dans l’établissement d’une nouvelle et ambitieuse politique de démocratisation culturelle. Il n’en sera rien. Il faut malheureusement en revenir à la formule employée par les historiens pour évaluer cette période : une espérance contrariée10. Sans nous attarder sur ces contrariétés, il faut souligner le désir de certains responsables de l’éducation nationale de combler le « fossé » qui s’est creusé entre le personnel de l’enseignement et celui de la Jeunesse11, comme il fallait éviter une césure entre le personnel des bibliothèques universitaires et nationales et celui des bibliothèques municipales. Les dynamiques de l’institutionnalisation des professionnels et des intérêts corporatistes12 vont se révéler plus puissantes pour éloigner la lecture publique de la culture populaire là où leur projet idéologique et une certaine communauté de pratiques auraient dû les rapprocher.

Rencontre autour des méthodes 

En effet, la question de la lecture est au coeur des préoccupations des associations, qui comme Peuple et culture, cherchent de nouvelles méthodes pour développer la culture populaire. La lecture est une priorité de l’association qui publie dès 1945 un guide pour la conception et l ‘animation des bibliothèques de jeune13. L’ouvrage destiné aux animateurs et aux bibliothécaires de Geneviève Cacérès sera, en 1949, l’un des tous premiers de la nouvelle collection que PEC dirige au Seuil14. À PEC on s’attache essentiellement à la méthode de l’entraînement mental et dès 1948 à perfectionner la fiche de lecture. La fiche de lecture s’adresse principalement aux animateurs et éducateurs qui souhaitent effectuer un travail d’éducation populaire par le livre, en particulier dans le cadre de clubs de lecture15 : elle facilite leur tâche en leur offrant tous les renseignements utiles. Mais la fiche peut aussi servir aux bibliothécaires (en les aidant à conseiller des ouvrages à leurs lecteurs) ou aux enseignants (dans le cadre de l’initiation à la littérature)16. Jean-Marie Privat et Marie-Christine Vinson ont bien souligné le rôle de Peuple et culture qu’ils qualifient de premier mouvement français de formation d’animateurs dans le domaine de la pédagogie de la lecture et ce qu’avait d’innovateur la pratique de la fiche de lecture des années 50 et 60 Elle se banalisera dès lors qu’elle sera massivement employée au sein de l’éducation nationale17.

Un autre pôle d’actions s’articule autour de la formation comme le préconise l’UNESCO18. Il s’agit d’organiser des stages sur des thèmes tels que « La lecture, moyen de culture » ; de former les animateurs à la pratique des montages de textes, de la lecture à voix haute (dite expressive), des guides et des clubs de lecture. Des formations plus spécialisées destinées aux bibliothécaires comme par exemple : « Organisation de la lecture publique », « Techniques pour une bibliothèque vivante » ont alors un grand succès19. Dès les origines, une « commission nationale lecture », composée de responsables de groupes culturels, de travailleurs (ouvriers, employés) et d’éducateurs, est mise en place (Bénigno et Geneviève Cacérès, et Georges Jean, eux-mêmes écrivains, en seront des membres actifs pendant de longues années). Son rôle consiste à mettre au point le modèle de fiche de lecture, organiser les formations et les publications. Il y aura une centaine de fiches publiées par l’association avec une certaine diversification : fiches musicales, fiches sur les arts plastiques, etc.

Les débats qui agitent le monde des bibliothécaires à propos de ce que doit être la lecture publique à partir du moment où les municipalités construisent de plus en plus de bibliothèques montrent que la référence à l’éducation populaire est toujours vivace. Au plan du système d’acteurs, il y a là une  « rencontre des hommes », selon la formule de Benigno Cacérès, mais aussi de femmes : Lucette Massaloux, Geneviève Cacérès puis Jean Hassenforder20, Jean Ader. Le rapport Dennery sur « La lecture publique en France » (1967) en témoigne abondamment: « En fait, il faut entendre lecture « publique » au sens où l’on prenait autrefois l’instruction « publique » : de même qu’il a tenu à offrir à tous les moyens gratuits de s’instruire, l’État considère qu’il est de son devoir de mettre à la disposition de chaque citoyen les ouvrages dont la lecture peut être agréable ou utile, en enrichissant sa personnalité et en le préparant mieux à son rôle dans la société. Ce sont les principes mêmes qu’a fixés un manifeste de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture : Essentiellement destinée à assurer l’éducation des adultes, la bibliothèque publique doit également compléter l’œuvre de l’école en développant le goût de la lecture chez les enfants et les jeunes gens… C’est un centre d’éducation populaire offrant à tous une éducation libérale. 21»

Rencontre autour du développement culturel

Le troisième temps de la rencontre concerne l’introduction de la notion de développement culturel ou de l’action culturelle au sein des bibliothèques municipales qui se sont multipliées depuis le début des années 70. On retrouve dans cette rencontre une « communauté épistémique » qui s’est constituée autour de la notion de développement culturel que Dumazedier et d’autres membres de PEC élaborent depuis de nombreuses années et qu’ils parviennent à populariser à travers le Plan et les diverses opportunités qui leur sont offertes. Devenue d’usage courant, la notion condense son double appel au modernisme prévisionnel et à un humanisme réinventé. L’essor des bibliothèques est alors pensé comme équipement culturel des villes à programmer dans une perspective d’ensemble de ce que doit être l’action culturelle d’une ville, c’est à dire- dans un double rapport aux caractéristiques territoriales de leur implantation et de coopération avec les autres équipements culturels.

Si la plupart des fédérations d’éducation populaire sont maintenant trop occupées à gérer les équipements plutôt qu’à les penser, il subsiste un noyau de militants qui participent au mouvement de rénovation qu’on voit apparaître dans les villes nouvelles ou dans certains quartiers particuliers. C’est le cas pour les équipements intégrés de Yerres et de Grenoble. L’expérience de Yerres qui préfigure la grande vague de l’intégration du début des années 70 est attachée au nom de Pierre Chaslin, entrepreneur, et de Jean Ader et Jean Hassenforder, fonctionnaires, tous membres de PEC, qui fournit des ressources intellectuelles. Celle de Grenoble propose une audacieuse vision de l’animation globale via l’intégration architecturale et fonctionnelle entre les écoles, les bibliothèques et les autres équipements culturels.

Le service de lecture publique voit le jour au ministère de l’Éducation nationale en 1967. À nouveau, l’institutionnalisation de la lecture publique est contemporaine de l’institutionnalisation de l’animation culturelle. Même si l’introduction de l’action culturelle dans les bibliothèques a rencontré des résistances, une puissante volonté politique des élus locaux l’a imposé, comme elle l’a imposé quelques années plus tard dans les musées22. En 1976 le transfert du service de la lecture publique au sein de la Direction du livre et de la lecture, nouvellement créée au sein du ministère de la culture, donne une impulsion décisive aux « nouvelles bibliothèques ». Les liens anciens entre éducation populaire et bibliothèques, noués par exemple à travers la participation de la Ligue de l’enseignement aux bibliobus ne survivent pas à cette institutionnalisation.

Ce transfert n’est pas une simple commodité administrative. Il intervient alors que la controverse entre « éducateurs » et « animateurs » a pris une ampleur nationale et touche de nombreux domaines de la culture. On peut parler à ce propos d’un mouvement de « déscolarisation », non seulement parce que les enseignants laissent place aux nouveaux professionnels de l’animation aussi bien dans les petites bibliothèques que dans les mouvements d’éducation populaire, particulièrement parmi les fédérations qui gèrent le personnel des équipements socio-culturels, mais aussi au plan idéologique. L’animation semble une promesse de dépassement des blocages de la pédagogie classique et une modernisation des institutions éducatives. Le débat n’est pas neuf. Par exemple, le parti communiste s’était vigoureusement élevé contre le parti socialiste, qui dans les villes qu’il gère, favorisait par trop la participation contre la représentation démocratique et l’animation contre le savoir et la science23. A cela, la tendance « animationniste » exprimait sa conviction d’avoir la bonne stratégie pour la démocratisation de la culture, ce qui avait été répété au colloque sur Culture et bibliothèque de Sant-Dié en 1975 «  le livre «  est le seul moyen d’action culturelle à toucher toutes les couches de la population ».

Il faut donc retenir ici le caractère de plus en plus territorial des bibliothèques et je renvoie sur ce point aux travaux de Anne-Marie Bertrand24. Le récent colloque «  Des lieux pour l ‘éducation populaire »25 a bien montré que l’intégration des équipements en un seul grand ensemble est à la fois une aspiration récurrente et pratiquement une innovation difficile.

Cécil Guitart, bibliothécaire grenoblois et futur président de PEC, avait bien exprimé cette problématique, au colloque de 1981 à Hénin-Beaumont en focalisant sur la transversalité: « L’action culturelle se définit dans la capacité des bibliothécaires à sortir de leur équipement, à collaborer avec les autres institutions culturelles, sociales, éducatives, à établir des relations avec les autres partenaires culturels : musées, musique, théâtre, associations, relations avec les maisons des jeunes, maisons de l’enfance, avec les centres sociaux, avec l’école de manière générale ; en fait, avec tout le tissu associatif qui existe dans le territoire français et dans les collectivités locales »26. On peut aussi retenir cette analyse très significative de l’état d’esprit des modernisateurs : « Les bibliothécaires sont des gens capables d’avoir des idées et de mobiliser les autres autour de leurs idées. Il faut avoir une autre perspective d’action, une autre dynamique, et essayer de sortir de l’institution pour travailler avec d’autres partenaires. (…) Il faut gérer les institutions le plus près possible des populations à desservir et il est évident que c’est la collectivité locale qui est la cellule démocratique par excellence. A l’intérieur même d’une collectivité locale le quartier ou même la montée d’H.L.M. est une cellule qui permet peut-être au bibliothécaire d’intervenir auprès d’autres associations, auprès d’autres partenaires.27» La tonalité générale de la commission Pingaud-Barreau (dont Cécil Guitart est membre avec Jean Hassendorfer et Gorges Jean), va dans le même sens ; il avait enjoint les bibliothécaires à une plus forte collaboration avec les autres animateurs culturels allant même jusqu’à rêver la bibliothèque comme une Maison de la culture et du livre, offrant de nombreux services auprès du public28.

Si l’introduction de méthodes et pratiques inspirées de l’éducation populaire s’est assez facilement imposée dans les bibliothèques de lecture publique des années 70 aux années 80, s’est-elle poursuivie au delà ? Pascale Issartel répond par la négative29. Elle remarquait que l’ensemble de l’édifice de l’action culturelle s’effondrait à la fin des années 80, et comme l’introduction de l’action culturelle dans les bibliothèques s’était produite relativement tard par rapport à d’autres équipements, l’expérience n’avait guère duré. Pourtant, comme on l’avait encore répété au colloque sur Culture et bibliothèque de Saint Dié en 1975, le livre « est le seul moyen d’action culturelle à toucher toutes les couches de la population ».

Rencontres improbables

Il peut aussi y avoir des rencontres improbables, voire ratées, d’un côté comme de l’autre, à propos par exemple de la place à faire au monde du travail. Le rapport des bibliothèques et de l’éducation populaire à la question du travail a été conçu dans le cadre plus général du défi d’adaptation des institutions culturelles à la crise persistante de l’emploi au début des années 90. Ces deux institutions s’attachaient traditionnellement au temps de loisir, et elles ont cherché à le structurer comme monde du loisir non-marchand y compris pour des associations très liées au syndicalisme et aux comités d’entreprise, comme Travail et culture. On peut néanmoins relever que Peuple et culture s’était doté d’une stratégie envers les entreprises avec ses stages de méthodologie et qu’il avait été pionnier dans la revendication d’une éducation permanente, l’équivalent de la life-long learning anglo-saxon. Beaucoup d’espoir avaient été mis dans la capacité des associations de trouver leur place auprès des travailleurs salariés au moment de la genèse de la loi de 1971 sur la formation continue. Cet espoir brisé, les associations ont attendu les années 80 pour que les gouvernements fassent appel à elles pour renouer les liens entre jeunesse et monde du travail. Dans la mesure où les associations trouvaient là de nouvelles ressources financières, certaines d’entre elles ont répondu aux appels d’offre ministériels qui se sont succédé depuis. Ceci ne s’est pas fait sans malentendu ou crise grave. On peut comprendre le déclin de Peuple et culture dans les années 90 en raison du conflit opposant ceux qui souhaitaient s’engager dans cette nouvelle voie et les militants plus traditionalistes. Pour les bibliothèques, cette demande s’est développée, à la fin des années 90. On a vu des services nouveaux apparaître : veille documentaire sur l’emploi et les entreprises, sessions de d’information, espaces réservés, etc. Aujourd’hui on évoque cela en parlant de la « mission sociale » des bibliothèques30, d’une formule curieusement inversée par rapport à celle de Lyautey rappelant la « mission sociale de l’officier », ou la formule moderniste de la « mission sociale de l’ingénieur » qui consistait précisément à sortir du cadre étroit du travail pour l’ouvrir sur la société.

En rappelant ces rencontres on voit à la fois des transferts plus ou moins aboutis, plus ou moins réussis, des décalages, des désajustements dans les formes d’institutionnalisation, mais malgré tout, une adhésion à une structure d’action publique qui s’est imposée autour des normes d’action publique territoriale, transversale et partenariale, ce qui constitue, au delà des bibliothèques et de l’éducation populaire et de l’animation, une grammaire commune au domaine culturel. Il s’agit maintenant de voir comment les bibliothèques s’adaptent aux stratégies culturelles actuellement proposées.


2 Les bibliothèques et les stratégies des politiques culturelles contemporaines

Même s’il tend à saturer les débats, le modèle de la ville créative n’est pas, loin s’en faut, le fondement unique des politiques culturelles contemporaines. Celles-ci s’orientent aussi vers la recherche d’une participation élargie et d’une interculturalité toujours plus présente. Les bibliothèques comme l’éducation populaire cherchent, avec réticence, hésitations ou volontarisme à s’inscrire dans ce nouveau complexe caractéristique de la métropolisation.

La créativité

Dans une réunion en février 1971, Joseph Rovan, un dirigeant de Peuple et culture affirmait : « Nous passons inévitablement de la recréation de l’univers à la créativité de l’homme ; la créativité, c’est le besoin que ressent chacun, même s’il le formule mal, de participer à cette nouvelle phase de la création. Personne ne se contente plus d’être créé et tout le monde a besoin, à un niveau plus conscient qu’autrefois, d’être un élément moteur et producteur de la création. Dans le domaine de l’expression, ce ne sont pas les techniques d’expression orale ou écrite que nous avons à transmettre; nous devons promouvoir un travail de recherche avec les hommes qui ont la volonté d’être des créateurs »31. L’orientation que souhaite donner Rovan à l’action culturelle préfigure la mise en place des idées et pratiques qui trouveront leur plein développement au début du XXIe siècle. Cette citation illustre une évolution doctrinale d’ampleur interne à l’association Peuple et culture, mais plus générale dans le domaine de l’action culturelle. Le modèle d’une société pédagogique, qui avait été celui des années de la croissance de la civilisation des loisirs que PEC avait appelé de ses vœux et dont la doctrine avant assuré son succès, cède la place à celui d’une « société créative en gestation » dans les années 8032

L’attention que PEC, et plus largement de l’Éducation populaire, ont apporté à la lecture doit maintenant se redéployer pour tenir compte de cette aspiration à la créativité qui s’exprime nettement dans les demandes sociales. L’expérimentation de nouvelles formes passe plutôt par l’écrit que par la lecture et il s’agit de mettre en place des ateliers d’écriture qui répondent à des besoins d’expression. Ce passage de l’éducatif ou du pédagogique au créatif se traduit par une métamorphose : la bibliothèque lieu du bien- lire devient le lieu de toutes les lectures, comme le musée lieu du bien-voir s’ouvre à la pluralité des réceptions des expressions plastiques. C’est aussi une manière de régler le problème du non-public 33. Bien entendu, des pratiques plus classiques comme celles qui concernent l’oralité, les veillées, littéraires, les contes n’ont pas disparu34. Mais c’est plutôt vers l’écriture et la créativité littéraire que les pratiques de Peuple et Culture se sont le plus renouvelées depuis la fin des années 80. L’expérience des ateliers ou boutiques d’écriture montre que le travail autour de l’écriture défend une mission éducative avec la maîtrise du langage, de connaissance des genres littéraires et d’expression personnelle ou collective avec l’écriture de poèmes et de romans. L’enquête de PEC déjà citée indique deux objectifs qui rejoignent complétement les nouvelles normes de la société créative : la primauté de « la valorisation du potentiel créateur » et la priorité accordé à la « médiation de l’acte » sur la médiation de l’oeuvre35.

La société créative est devenue au début du XXIe siècle une option très forte pour structurer les politiques urbaines, technologiques ainsi que les politiques culturelles et éducatives. Charles Landry avec la notion de ville créative et Richard Florida avec celle de classe créative ont su articuler les avancées de l’économie du savoir avec le mouvement de métropolisation pour orienter le développement culturel urbain. Une intense mobilisation des responsables politiques à différentes échelles territoriales a diffusé la présomption d’effets positifs de la stratégie créative autant pour rentabiliser des investissements que pour réduire les fractures sociales, ou seulement pour exploiter une belle image.

La stratégie de politique culturelle créative a subi d’importantes critiques. Ne serait-elle pas le voile idéologique à la mode pour justifier un retour de l’élitisme ? En même temps, la sociologie de la culture constate un tournant expressif ou expressiviste des pratiques culturelles en grande partie liée aux espaces nouveaux d’expérimentation du numérique36. L’expressivisme c’est aussi une forme d’engagement « sans norme », « sans grammaire » ou sans « vocabulaire » conventionnel, dont on ne sait avec les psychopédagogues si elle est refus de l’institution scolaire ou ultime aventure de la subjectivité. Il manifeste, comme l’illustre parfaitement la citation suivante, les choix devant lesquels peuvent être placés les bibliothécaires : « Il ne faut pas avoir une conception sélective et élitiste de la société en choisissant de manière plus ou moins consciente le public auquel nous voulons nous adresser car nous le jugerions digne des savoirs patrimoniaux dont nous sommes, un peu par hasard, chargés d’assurer la conservation et l’accès. Nous ne devons pas estimer être les dépositaires d’un savoir-faire et d’un professionnalisme nous autorisant à écarter non seulement les autres acteurs du « champ de la connaissance » mais aussi nos usagers potentiels. Nous devons également cesser de formuler des jugements à leur place et faire confiance à leurs potentialités en suscitant des occasions où le public pourra s’exprimer, s’organiser, s’épanouir en utilisant les formes et les outils qui leur conviendront le mieux. 37». Un autre bibliothécaire, entendu dans un colloque, va encore plus loin dans la légitimation de l’expressivisme : «  Quand les gens captent quelque chose dans un spectacle avec leur smartphone alors que les professionnels ont de beaux cadrages, ça exprime un moment de leur vérité, qui en soit a de la valeur ; on ne peut l’opposer aux critères de qualité ».

Le futur 2.0 de la bibliothèque ?

Comme a été évoqué récemment d’un troisième âge de la muséologie, la discussion se porte aujourd’hui autour de la bibliothèque troisième lieu. Née des séduisantes propositions de Ray Oldenburg38présentant un lieu urbain fort architecturalement, doté d’une gamme de services transversaux, au parti pris convivial et participatif, le concept n’est pas sans lien avec la problématique du tiers-lieu développée par Homi Bhabha39 pour situer les lieux d’échanges, de traduction et d’hybridité culturelle. Il a été développé, notamment en Grande Bretagne avec les Discovery Centers et les Idea Stores, en Belgique et aux Pays-Bas avec les Belevenisbibliotheek. Encore inconnue il y a une dizaine d’années en France, la bibliothèque troisième lieu est devenu un sujet sérieux, mieux informé et plus largement débattu40. La stratégie créative a consisté, au Royaume-Uni, par exemple, à fermer par centaines des bibliothèques publiques, mal entretenues et pauvrement dotées ; celles qui ne ferment pas sont privées de professionnels à plein-temps41. Dans le meilleur des cas, elles sont remplacées par des Idea Stores, qui sont de moins en moins des espaces de stockage du savoir mais des lieux de transmission, ludiques si possibles, intégrés dans les pratiques urbaines de consommation et dans les formes de territorialisation de l’expérience de la ville42.

La recherche de nouveaux partenaires, le désir de se rapprocher au plus près et de favoriser les expériences permise par le numérique conduisent les bibliothécaires à réfléchir à de nouvelles méthodes. Il s’agit aussi de changer l’image des bibliothèques. À ce propos, Bruno Maresca note que pour un tiers des Français l’image austère de la bibliothèque se confond encore avec celle de l’école43. Ainsi le modèle du lab, expérimenté maintenant dans la plupart des villes et des grands équipements culturels44, permet de diffuser de nouvelles méthodes comme Biblioremix. Voici comment est présenté l’Atelier lecture 18 de Rennes : « (Il) incarne à Rennes ce nouveau rapport aux publics : il s’agit d’un espace qui a pris depuis 2010 le relais de la bibliothèque au sein d’un centre social et qui propose des expérimentations avec de nouvelles formes de médiations autour du livre, de la lecture et de la connaissance. Ce lieu est devenu très vivant et a revitalisé la fréquentation du centre social car toutes les initiatives sont prises avec le concours des habitants. Le réseau des bibliothèques de quartier s’inspire de ce dynamisme pour s’adapter encore mieux aux besoins. 45»

Les bibliothèques et la participation

Les séductions du discours sur la créativité et la spectacularisation de la culture numérique entraînent le risque de favoriser un nouvel élitisme. Elles génèrent en réaction une réponse alternative, la société civique, ou participative comme une forme de complément ou de rééquilibrage des sources de légitimité de l’action culturelle. Le terme de retour n’est pas exagéré ici car l’aspiration à la participation a accompagné le développement de l’action culturelle dans les bibliothèques publiques. Cécil Guitart le disait très bien à ce colloque d’Hénin-Beaumont: «  Enfin, notre action est amputée de sa principale force si elle n’associe pas étroitement la population. Sans assise sociale, sans la participation, sans l’adhésion de la population y compris même dans la gestion de nos institutions, la bibliothèque devient finalement une institution en danger.46 ».

Le discours sur la démocratie participative, et en particulier celui sur la participation associative, bien que largement ancré dans les politiques culturelles, souffre d’une ambigüité constante dans notre imaginaire politique. Si les pratiques participatives et l’attachement à la dimension civique de la participation culturelle demeurent fortement valorisés, ne contribuent-ils pas à maintenir le dualisme latent des politiques culturelles? On ne sait pas en effet, si les incitations à la participation s’accordent bien avec les tendances à l’individualisme expressiviste que l’on voit se déployer avec le règne du numérique? Dans un post du 14 août 2012, Barbara Fister écrit : « Voici les choix auxquels les bibliothèques universitaires et de lecture publique sont confrontés. Le premier est de se centrer entièrement sur le meilleur accès à l’information que souhaite notre public. Le second est de faire des bibliothèques des plateformes pour créer et partager la culture. Si on adopte ce choix, la bibliothèque devient un lab, un atelier, un lieu de création où la communauté peut créer une culture partageable.47» La bibliothèque de la société participative ou de la civic city ne peut se contenter d’être celle où l’on rend rendre l’usager participatif en lui faisant rédiger des tweets ou des blogs à propos de telle lecture ou de tel document, technique d’animation copiée sur les réseaux sociaux et qui ne fonctionnent pas vraiment, C’est plutôt celle ou l’institution elle-même devient une agora où sont débattus les problèmes essentiels de la société, à l’aide du patrimoine littéraire et des outils documentaires dont dispose la bibliothèque et qu’elle peut valoriser48.

L’interculturalité : la bibliothèque de la société globale

Les stratégies fondées sur la participation ont leurs limites que les chercheurs ont mis en évidence dans deux directions. D’une part, la participation a tendance à s’institutionnaliser en une forme d’ingénierie participative, comme a pu l’être l’animation, être perçue comme une offre publique de participation plutôt que comme une aspiration citoyenne. D’autre part, il ne faut pas négliger les effets de ce qu’on appelle maladroitement, la démocratie furtive, une sorte de fatigue démocratique49 que l’on oppose à l’injonction à participer.

C’est pourquoi la troisième et dernière option stratégique consiste à se tourner vers les thématiques de la diversité culturelle en lien avec la globalisation, les réseaux d’échanges au plan mondial et les formes d’hospitalité que doivent développer les sociétés d’accueil. On peut concevoir le cosmopolitisme qui en résulte de façon plus ou moins optimiste, mais il est certain qu’il n’est pas réservé à l’élite créative, et qu’il concerne l’ensemble des populations dont les expressions culturelles se trouvent re-territorialisées dans les villes50.

La globalisation et la métropolisation des cultures font naître de nouvelles opportunités, de nouveaux produits et langages. La « créolité » défendue par certains écrivains prend en compte certaines expériences de franchissement des frontières culturelles. Mais au-delà du rôle classique de mise en contact et de découverte d’autres cultures que les bibliothèques et l’éducation populaire jouent à travers le livre, les voyages, des initiatives novatrices ont été développées pour prendre en compte la multiplicité des univers culturels que nous partageons. C’est pourquoi une notion plus complète de l’interculturalité devrait prendre acte du brouillage entre les hiérarchies habituelles analysées par la sociologie de la culture (culture de qualité/divertissement, élite/populaire), les légitimations internes (culture nationale/cultures régionales et communautaires), les frontières traditionnelles (cultures d’ici/cultures d’ailleurs). Les hybridations qui résultent de l’expérience de la participation à de multiples univers culturels suscitent de nouveaux langages, de nouvelles œuvres. Dans cette perspective, les bibliothèques peuvent élargir leur offre et devenir de bons sites d’observation de l’interculturalité. Interculturelles : volens nolens, les bibliothèques le sont déjà, au sens large que j’ai donné à cette notion : elles accueillent une multiplicité de documents qui renvoient à des univers culturels à la fois séparés et en étroite intrication. Plus que tout autre équipement culturel, elles ont cette expérience de l’interculturalité.


3 Le défi de l’intelligibilité du monde

Dans quelles mesure les trois stratégies de politique culturelle, créative, participative et interculturelle, sont-elles bien intégrées, bien articulées l’une à l’autre ou au contraire pensées en extériorité ? Dans quelle mesure parviennent-elles à combattre la fragmentation des pratiques et la segmentation des publics qui marquent la vie urbaine. Là est sans doute le défi essentiel que les institutions culturelles doivent relever. La ville deviendrait inconsistante culturellement si et elle bornait à organiser des co-existences sans être capable d’organiser les médiations, les ponts, les synergies. Toutes les institutions culturelles se posent ces question et fournissent des réponses entre adaptation au changement et fidélité à leurs missions51. L’éducation populaire et les bibliothèques ont une responsabilité particulière puisqu’à leur fondement, l’appropriation et le partage des connaissances, est placé un projet d’émancipation et de saisie du monde dans sa totalité. Or tout ce qui accroît les dangers d’inconsistance culturelle menace la capacité à rendre le monde plus intelligible.

Toutes les propositions les plus innovatrices ne convergent cependant pas vers un nouveau standard. La bibliothèque comme « piazza de sapere » que souhaite Anna Galuzzi ou comme « knowledge creation » comme le préconise David Lankes52, ou l’équipement au service de la génération Y comme il en est question dans le projet de la Canopée aux Halles ne peuvent être confondues. Remplacer les bibliothèques par des tech-centers, des cities-labs, etc., témoignent moins de la confiance dans les nouvelles technologies que du désarroi devant les métamorphoses de l’autorité culturelle et des difficultés à intégrer le numérique comme nouvelle source de légitimité 53.

Comment concevoir un équipement culturel partant du principe qu’il doit s’agir d’un espace public co-extensif à toute la vie sociale et à toutes les dimensions de la vie individuelle ? Il ne suffit pas, en effet, de propose de participer à l’espace public si on ne peut y être accueilli avec ses choix, des choix que l’on apprend à maîtriser, à confronter aux choix des autres. Sinon on verse dans le paradoxe de se sentir appartenir à l’espace public mais de ne pas y être reconnu, d’y être tout seul. C’est pourquoi un lieu qui a l’ambition d’être un centre d’intelligibilité du monde doit encourager une expérience concrète et collective de l’espace public, une médiation à sa projection et à son expression. Tout ce que permet le numérique comme collaborations, partage, gratuité, est encore loin d’être une réalité pour la plupart et l’illusion que donne la mise à disposition de tous les savoirs et expressions artistiques se double de l’illusion que l’on peut soi-même à tout instant ajouter sa propre contribution à cette masse. L’immédiateté du 2.0 et l’illusion de la désintermédiation conduit au sournois retour de la reproduction sociale si on continue de laisser hors jeu l’accompagnement et les pratiques de médiation ; il y a un mythe de l’autonomie cognitive d’autant plus difficile à combattre qu’il laisse supposer une nostalgie, une perte de monopole, chez ceux qui le dénoncent. Encore une fois, la nécessité des médiations est inséparable de l’intelligibilité du monde.

La qualité particulière que la bibliothèque partage avec l’éducation populaire, c’est qu’elle n’est pas seulement un lieu dans le monde qui aurait un point de vue du monde, à travers la musique, la peinture, la danse ou la science, mais un lieu pour comprendre le monde, tout du monde. Un lieu d’intelligibilité du monde. D’où l’importance qu’il faut accorder au bâtiment, à son architecture, à la situation dans l’espace urbain, à ce qui le rend attractif. Il faut l’identifier comme un lieu du monde à partir duquel on comprend le monde, parce qu’il le contient, potentiellement. Non pas comme un ordinateur ultra-puissant qui pourrait contenir ou donner accès à tout le savoir du monde, parce qu’il le contiendrait, sans en livrer les significations, mais comme le lieu ou les significations sont convoquées. Cette possible intelligibilité ne peut se concevoir sans finalité, sans intentionnalité.

Pour construire ces finalités il faut articuler les stratégies de politique culturelle entre elles. Plutôt que de choisir l’option du tout-créatif ou du tout-participatif, j’entrevois plus volontiers dans l’expression de « démocratie créative » — formule que j’emprunte au pragmatisme de Dewey — une voie pour sortir des difficultés de définition de la création et de la participation. C’est aussi mettre davantage l’accent, après le nécessaire détour par le pragmatisme, sur une dynamique et le sens porté par cette dynamique plutôt que sur les procédés, dispositifs et instruments par quoi on aborde aujourd‘hui les questions de la création et de la participation. La culture de la démocratie créative est celle qui donne à chacun la possibilité d’avoir prise sur la création et l’évolution du processus de construction de sens, des formes culturelles qui les façonnent. Cette exigence réflexive abolit en réalité les divisions, les dualismes au sein de la culture ; elles serait trans ou interculturelle par posture épistémique et ne craindrait pas d’être véhiculée par le numérique qui en serait le grand opérateur globalisé.

Notes

1 Cette contribution s’inscrit dans une série de travaux consacrés d’une part aux relations entre éducation populaire et politique culturelle, d’autre part aux adaptations des politiques culturelles à un monde globalisé. Dans les deux cas, les notions mobilisées (éducation et culture populaire, action et animation culturelle, démocratisation et développement culturel, tournant culturel métropolitain, etc.) sont complexes, évolutives, et controversées. Pour ne pas trop alourdir le présent texte, je ne reprends pas les problématisations que j’ai proposées de ces notions dans d’autres travaux auxquels je me permets de renvoyer. Notamment : « Frères ennemis ? Les projets de culture populaire et de démocratisation culturelle (1944-1970) », La culture populaire ? BBF N° 1, 2014, p. 47-61, ainsi que « L’impossible intégration de l’éducation populaire dans l’action culturelle (1970-2000) », in : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. http://chmcc.hypotheses.org/1206. [mis en ligne le 20 avril 2015] et « Le tournant métropolitain des politiques culturelles » in G. Saez et J.-P. Saez (dir), Les Nouveaux enjeux des politiques culturelles. Dynamiques européennes, Paris, La Découverte, 2012, p. 23-71.
2 Noé Richter, Bibliothèque et éducation permanente., De la lecture populaire à la lecture publique, Le Mans, Bibliothèque de l’Université du Maine, 1981.
3 Graham K. Barnett, Histoire des bibliothèques publiques en France de la Révolution à 1939, Promodis, Cercle de la Librairie, 1987 ; Martine Poulain, « Livres et lecteurs », Histoire des Bibliothèques françaises. T. 4 : Les bibliothèques au XXe siècle, Ed. Cercle de la Librairie, p. 273-293.
4 Agnès Sandras (dir), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Ed. ENSSIB, 2014.
5 Marine de Lassalle. L’Impuissance publique : la politique de la lecture publique en France (1945-1993), Thèse de science politique, Paris-I, 1996, p. 226.
6 Hind Bouchareb, Penser et mettre en œuvre la lecture publique : discours, débats et initiatives, Thèse d’histoire, Univ. Lumière Lyon 2, 2016, p. 164.
7 Hind Bouchareb, op.cit., p. 258.
8 Les crédits sont ouverts par l’ordonnance du 31 mars 1945 et la création des huit premières BCP (dont celle de l’Isère) a fait l’objet de l’ordonnance du 2 novembre 1945.
9 J. Guéhenno, cité par Anne-Marie Bertrand, « Le peuple, le non-public et le bon public » in Olivier Donnat et Paul Tolila (dir), Le(s) public(s) de la culture, Paris Presses de Sciences Po, 2003, p. 139-153, p. 141.
10 C’est le titre de l’ouvrage consacré à l’histoire de l’éducation populaire à la Libération, cf. Les Cahiers de l’Animation, n° 57-58, INJEP, 1988.
11 René Capitant cité par Françoise Tétard, « Histoire d’un malentendu. Les Politiques de la jeunesse à la Libération », in L’espérance contrariée, op. cit., p. 81-99, p. 91.
12 Jean-Paul Martin, «  Les avatars d’une administration » in L’espérance contrariée, op. cit., p. 73-80, p. 77.
13 Lucette Massaloux, François Ducruy, Joffre Dumazedier, Gilbert Gadoffre, Bibliothèques de jeunes : un guide pour les éducateurs et chefs de jeunesse, Paris, Seuil, 1945.
14 Geneviève Cacérès, Regards neufs sur la lecture, Paris, Seuil, 1949.
15 Georges Jean a évoqué la mise en place des ces clubs de lecture à PEC in : La lecture à haute voix. Histoire, fonctions et pratiques de la « lecture oralisée », Paris, Ed. de l’Atelier, 1999.
16 Voici, pour exemple, comment est présentée la fiche de lecture de La guerre du feu de J.H. Rosny en 1963 : « Cette fiche de lecture est destinée aux animateurs d’Education Populaire, qui présentent en veillée ou en cercle d’Etudes le livre de J.H. Rosny Aîné. Elle apporte tous les éléments qui permettent de préparer la lecture à haute voix et la discussion qui peut suivre. Elle servira aussi à orienter le choix des lecteurs d’une bibliothèque populaire. A ce titre, elle a sa place dans toutes les bibliothèques. »
17 Jean-Marie Privat et Marie-Christine Vinson, « La fiche de lecture ou la bureaucratisation d’une technique d’animation culturelle », Pratiques, n° 90, 1996, p. 83-94. Précisons que PEC n’a bien entendu pas le monopole des pratiques communes innovantes avec les bibliothécaires. Par exemple, les « bibliothèques de travail sonores » développées dans le cadre de la pédagogie Freinet ont également intéressé des bibliothécaires.
18 Le rapport de Carl Thomsen, Edward Sydney et Miriam D. Tomkins, Le rôle des bibliothèques publiques dans l’éducation des adultes, Paris Unesco, n° 614, 1950, s’était appuyé sur un mémorandum au titre explicite : La bibliothèque publique force vive au service de l’éducation populaire ou celle-ci était définie comme centre des activités culturelles locales, animatrice de la formation des adultes, organe de coopération pour l’éducation populaire.
19 Je m’appuie ici sur une recherche effectuée au sein de PEC, voir : Catherine Beaumont et Cathy Vivodtzev, Théorie et pratique de la lecture-écriture dans l’éducation populaire, Paris, PEC, 1998, p. 10 sq.
20 Jean Hassenforder, La Bibliothèque, institution éducative. Recherche et développement, Paris, Lectures et bibliothèques 1972. Il s’agit de la publication de sa thèse d’Etat soutenue en 1971.
21 Rapport reproduit in Bulletin des Bibliothèques de France, n° 3, 1968.
22 Voir par exemple Bernard Gilman, Le Musée agent d’innovation culturelle, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1977. B. Gilman est alors adjoint à la culture à la Ville de Grenoble, c’est un membre « permanent » de Peuple et culture.
23 Ce débat a été une ligne de fracture essentielle entre le Parti Socialiste et ses alliés et le Parti Communiste, alors même que ces partis ont un accord de « programme commun »  de la gauche. En réalité, il est ancien : Aragon avait déjà dénoncé, à la Libération, les partisans de la culture populaire qui concurrencerait le savoir scolaire. Voir Marc Lazar, « Le Parti Communiste Français et la Culture » in L’espérance contrariée, op. cit., p. 57-72, p. 65.
24 Anne-Marie Bertrand. Les Villes et leurs bibliothèques : légitimer et décider, 1945-1985, Cercle de la Librairie, 1999, p. 45-50.
25 Colloque Des lieux pour l’Éducation populaire : conceptions, architectures et usages des équipements depuis les années 30, PAJEP, ENSA Paris-Malaquais, 3-5 décembre 2014.
26 Cecil Guitart, Actes du colloque Lecture et bibliothèque publiques, Hénin-Beaumont 20-21 novembre 1981, p. 149. Ce colloque est un moment important d’expression des bibliothécaires et d’appui à l’orientation définie par Jean Gattegno à la Direction du Livre et de la Lecture au ministère de la Culture.
27 Idem, p. 150.
28 Bernard Pingaud, Jean-Claude Barreau, Pour une politique culturelle du livre et de la lecture, Paris, Dalloz, 1982.
29 Pascale Issartel, Bibliothèques publiques et action culturelle, Villeurbanne, ENSB, 1989.
30 Cf. Frédéric Chambon, Le rôle social des bibliothèques, quels terrains d’action et stratégies d’alliance pour la réduction des inégalités d’accès au savoir ? Villeurbanne, ENSSIB, 2010. Pascale Villatte, Jean-Pierre Vosgin, Le rôle social des bibliothèques dans la ville, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011.
31 Catherine Beaumont, Cathy Vivodtzev, op. cit, p. 33.
32 Guy Saez, « L’avenir des politiques culturelles », in Coopération des collectivités publiques et action culturelle, Paris, La Documentation française, 1988. p. 57.
33 A.-M. Bertrand, « Le Peuple, le non-public et le bon public », op.cit.
34 Par exemple, PEC participe au le Festival itinérant Coqueliconte et continue d’organiser des veillées de conte et des rencontres entre (et avec) des écrivains francophones dans le cadre du Festival des Francophonies.
35 Catherine Beaumont, Cathy Vivodztev, op. cit., p. 58. Voir aussi Hughes Bazin, La boutique d’écriture à Montpellier, Rapport PEC-Ministère de la Culture, 1998.
36 Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique, Paris, La Documentation française, 2009 ; l’auteur souligne fortement ce « tournant expressif ».
37 Anna Galluzzi, « L’avenir des bibliothèques publiques. Risques et opportunités », Bulletin des Bibliothèques de France, 2011, t. 56, n° 6, p. 75-79, p. 79.
38 Ray Oldenburg, The Great Good Place. New York, Marlowe & Company, 1989.
39 Homi Bhabha, Les Lieux de culture, une théorie post-coloniale, Paris, Payot, 2007.
40 La présentation la plus actuelle est dans Amandine Jacquet (dir), La Bibliothèque troisième lieu, Paris, ABF, 2015, voir notamment Mathilde Servet, « La Bibliothèque troisième lieu, loin des clichés : l’humain au coeur de la bibliothèque », p.21-44.
41 Voir la liste tenue à jour sur le site http://publiclibrairiesnews.com
42 Charles Ambrosino, « La bibliothèque à l’âge de l’industrie des loisirs : l’exemple des Idea Stores (Londres, Grande-Bretagne) », in Elargir la participation à la vie culturelle. Expériences française et étrangères, Grenoble, Observatoire des politiques culturelles, 2105, p. 97-101, p. 100.
43 Bruno Maresca, Les bibliothèques municipales en France après le tournant internet, Paris, BPI, Centre Georges Pompidou, 2005.
44 Les opéras aussi ont leur labs ; mais il en existe de toutes sortes dans toutes les villes.
45 http://www.enssib.fr/content/linnovation-en-bibliotheque-ou-comment-depasser-la-reproductibilite, 29 avril 2014.
46 Cécil Guitart, op.cit., ibidem.
47 Barbara Fister, http://www.insidehighered.com/blogs/library-babel-fish, consulté le 31/01/2016.
48 Voir « La bibliothèque 2.0 sera-t-elle participative  ? » http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56433, 21 nov 2011.
49 Traduction de Stealth Democracy, John R. Hibbing et Elizabeth Theiss-Morse pensent que l’on surestime la propension et la volonté des citoyens à participer et leur soulagement à s’en remettre à leurs élus ; voir : Stealth Democracy. American’s Beliefs about How Government Should Work, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.
50 Voir à ce propos : Luc Gwiazdzinski (dir), L’Hybridation des mondes, Grenoble, Elya éditions, 2016.
51 Voir pour les musées : Guy Saez, « Les musées au tournant culturel métropolitain », in Guy Baudelle, Gerhard Krauss et Jean-François Polo, Musées d’art et développement territorial, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 17-33.
52 « The mission of librarians is to improve society by facilitating knowledge creation in their communities », David Lankes, Atlas of the New Librarianship, Cambridge, MIT Press, 2010, p. 65.
53 Nathalie Boucher-Petrovic, La référence à la société de l’information dans les milieux de l’éducation populaire français : levier de la réactualisation d’un projet centenaire ? Thèse Université Paris 13, Sciences de l’information et de la communication, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *